AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback
MessageSujet: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Sam 18 Mar - 14:29



J’ai tué un homme… En fait pas qu’un, mais plusieurs. Et encore, je ne compte pas ce que j’ai blessé et qui sont mort après. Oui, j’ai tué des hommes.

Et je suis incapable de m’en réjouir.

Je m’étais toujours dit que ma première bataille serait pour moi une sorte de cérémonie de passage à l’âge adulte. Une espèce d’épreuve du feu où j’entrais enfant et j’en ressortais un homme. J’avais imaginé l’excitation, le sentiment d’invincibilité, la peur mêlée à la détermination, la soif de combattre… Tout. Et pourtant… je n’ai rien senti de tout ça… à vrai dire, je ne sais pas ce que j’ai ressenti, si ce n’est un grand vide. C’était le chaos, le vide. J’ai eu l’impression que c’était fini avant même de commencer, et je n’en ai quasiment aucun souvenir, si ce n’est des Flashs. Le seul souvenir que j’ai, c’est ce jeune sauvageon, à peine plus âgé que moi, que je n’ai pas pu attaquer, alors qu’il était désarmé et à ma merci. Je me reproche déjà ce moment de faiblesse, et j’ai le sentiment que ça ne va pas s’améliorer tout de suite. Je sais que je n’avais pas le droit de charger avec les autres. Je sais que je n’étais pas censé être là.

Et pourtant, si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. Peu importe cette sensation de vide, peu importe cette faiblesse que j’ai eue, peu importe la colère envers moi-même, peu importe le sentiment d’avoir désobéi à Père. Peu importe. Je le referais. Je le referais, car je sais au fond de moi que j’ai fait ce qu’il fallait faire, pour moi et pour mon royaume. Je n’ai aucune culpabilité pour avoir tué des sauvages, même si j’ai clairement l’impression d’y avoir laissé une part de moi-même.

Quand j’ai finalement repris mes esprits, repris conscience de ce que je faisais, la bataille était finie. Ma lame était rouge, j’avais mal partout, mais je n’étais pas blessé. Le sang sur mes vêtements n’était pas le mien. Tout me revient en un flash. La charge, la rumeur du décès d’Oncle Bran… Pourtant je ne me suis pas effondré tout de suite, sans doute encore sous le choc. Je n’ai pas réalisé sur le coup que Brandon était mort. Je le savais, et je m’en suis bien rendu compte quand j’ai vu qu’il n’était pas là. Mais je n’ai pas réagi. J’étais au milieu du charnier, encore hébété, sans trop savoir ce qui m’arrivait.

Et puis j’ai appris que Père était blessé.  

Et pourtant, encore une fois, je n’ai pas immédiatement compris. Blessé ? Et alors ? Gareth Kenning aussi l’a été, Lyman Lannister également. Ce n’est qu’en le voyant alité que j’ai réalisé que ce n’était pas qu’une simple blessure. Il était entre la vie et la mort. Là, j’ai commencé à me sentir vraiment mal. Mais j’ai tenu le choc. J’ai gardé une apparence forte, comme on attendait d’un prince. Mais clairement, c’était de plus en plus un rôle de composition, et j’avais de plus en plus de mal à ne pas craquer sous le poids de cette bataille.

Et puis Père a pris une décision inimaginable. Enfin, inimaginable pour moi. La crucifixion de tous les survivants sauvageons. Je n’ai rien dit, convaincu au fond de moi que c’était ce qu’il fallait faire, qu’il avait raison. Mais je me sentais de plus en plus mal. Tant et si bien que quand les premières croix ont été montées, je me suis éloigné des autres, jusqu’à ne plus être à portée de vue. Une fois seul, je suis tombé à genoux. Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? Oui… C’est ça la guerre… Je le savais, je l’ai toujours su. Et pourtant, j’attendais plus. Où est l’honneur ? Où est la gloire ? Nulle part… Je n’ai pas vu d’honneur dans le combat ni dans la façon dont nous avons traité nos ennemis. Je n’ai pas le sentiment d’être plus glorieux en sortant de ce conflit. Je me ressasse toutes les images que j’ai en tête, au point d’être pris de nausée et de vomir tripes et boyaux.

C’est encore blanc comme un linge que je retourne vers le campement. Je passe relativement inaperçu, tout le monde étant très occupé à soigner des blessés ou de la logistique du camp. Il y avait aussi beaucoup d’absents, entre les morts et les groupes de cavaliers partis à la recherche des derniers rescapés sauvageons pour continuer les crucifixions. J’imagine qu’on a dû me remarquer, mais personne ne semble m’interpeller, en tout cas je n’ai rien entendu. Je me dirige vers ma tente. J’ai besoin de me changer, d’essayer de recomposer cette carapace et de mettre ça derrière moi.

Après avoir repris une apparence acceptable, je pars à la recherche de Jon. Je me sens légèrement mieux. Je le trouve marchant dans le campement. Peut-être va-t-il voir Père, ou en revient-il ? Honnêtement, je n’ai pas très envie de discuter avec mon frère, mais j’en ressens le besoin, sans savoir vraiment pourquoi. Est-ce le fait d’avoir vu père dans cet état qui me pousse à cette rencontre ? Ou le fait d’avoir appris la mort de Bran ? Je l’ignore. Toujours est-il qu’en le voyant, je l’interpelle.

« Jon ! »

Je me dirige vers lui en trottinant. Mes jambes sont encore douloureuses d’avoir chevauché aussi longtemps, mais je tente de ne pas le montrer.

« Jon, désolé d’être parti. Il fallait que je m’éloigne un peu… Je peux t’expliquer plus en détail, mais pas ici s’il te plait… »

Je sais déjà qu’il n’appréciera pas, mais j’espère juste qu’il aura la décence d’attendre que nous soyons en privé pour me demander des explications.

« Tu as des nouvelles de Père ? J’aimerais aller le voir, mais je ne veux pas le déranger s’il se repose… »



Dernière édition par Walton Stark le Mar 1 Aoû - 20:10, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 411
Membre du mois : 10
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Lun 10 Avr - 18:58

Le temps semblait s'être arrêté. Jon n'avait plus conscience de rien. Il se rejouait la scène dans sa tête, il se voyait au bord du précipice, au bord de la mort, cette lame levée au-dessus de lui, un couperet prêt à tomber pour décapiter le fils du roi. La chance avait été de son côté, Bowen avait eu la main heureuse ou tout simplement, il avait été présent au bon endroit, au bon moment. La vie lui avait été épargné, il était sain et sauf, ayant certes une dette envers son frère d'arme mais bel et bien en vie. Le carnage à côté de lui avait cependant continué, et après les quelques secondes qu'il avait pris pour se remettre de ce qui avait manqué de lui arriver, il était reparti au combat. Le fer avait blessé, avait tué, beaucoup de sang avec couler. Il ne prenait aucun plaisir à faire cela, il était juste gagné par l'adrénaline de l'instant et un certain sentiment d'accomplissement en croisant ainsi le fer contre les sauvageons. Il défendait son royaume, il défendait les siens, il en ressentait une certaine fierté, de l'honneur, à accomplir ainsi son destin. Petit à petit, le bruit des lames s'entrechoquant s'était fait plus rare, plus discret. L'air semblait stagner, la brume dissimulait plus ou moins les corps des hommes amis ou ennemis qui étaient tombés. Un odeur acre régnait sur le champ de bataille. Les pertes étaient importantes, mais Jon n'était pas préparé à perdre autant à cette bataille. On était venu le trouver, il avait tout de suite compris que quelque chose n'allait pas. Même pour les soldats aguéris, la nouvelle semblait difficile à énoncer à voix haute, comme si la vérité serait encore plus vive et cruelle en l'avouant ainsi.

Jon n'avait rien dit, il avait attendu. Son père était blessé dans un état grave, les prochaines heures seraient véridiques si les Anciens Dieux décidaient ou non de l'emmener avec eux. Quant à Bran … La vie l'avait quitté. Mort. Il était mort. Sans aucun doute, cette nouvelle brisa bien plus le cœur de Jon, que l'idée que son père puisse venir à disparaître. Le Vieux Loup était résistant, il s'en sortirait, il s'en sortait toujours. Cependant, Brandon n'avait pas eu la même chance. Il avait été pour lui bien plus un père que celui qu'on reconnaissait comme tel. Il lui avait pratiquement tout appris. Et en une bataille, il n'était plus. Il s'était retrouvé aveugler par le chagrin et la tristesse, ne montrant rien de son mal être, même s'il avait l'impression qu'il était prêt à exploser. Il était devenu sourd au monde extérieur, malgré les heures à chevaucher, il avait accompagné les cavaliers dans leur traque des derniers sauvageons survivants. Jon avait ce désir de vengeance, cette colère infime qu'il devait laisser exprimer. Il était ensuite rentré au campement, avait pris un bain, c'était fait soigné les quelques blessures superficielles liées au combat et il s'était vêtis plus proprement avant de se rendre au chevet de son père, puis d'aller rendre hommage à celui qui avait disparu.

Il marchait d'un pas décidé quand il entendit une voix l'appeler au loin. Il ne se serait sans doute pas retourner, s'il n'avait pas reconnu le timbre de voix comme étant celui de Walton. Jon estimait que c'était une mauvaise idée que son frère se présente à lui sur l'instant. Son frère avait désobéi aux ordres, aussi bien les siens que celui de leur père. Que se serait-il passé, si sur tous les héritiers de la maison Stark, ainsi que le roi, se soient engagés dans la bataille et avaient perdu la vie. Jon était furieux, contre lui, contre Walton et contre chaque personne présente ici aujourd'hui. Si Walton tenait un tant soit peu à sa vie, il lui conseillait réellement de ne pas rester sur son chemin. Cependant, il semblait pour le plus jeune des princes Stark qu'il était essentiel d'avoir une discussion, soit il allait sans doute comprendre la colère qui était la sienne. Il s'arrêta net, fixant son frère d'un regard sombre dont il avait le secret. Le visage complètement fermé, les veines de son cou palpitaient sérieusement, signe d'une grande contrariété qu'il avait du mal à contenir. « Désolé d'être parti ? Tu te moques de moi ?! Qu'est-ce que tu penses que ça me fasse … Visiblement tu as décidé de faire ta petite vie comme tu l'entendais ! En outre passant les ordres de ton père, en outre passant les ordres de ton frère, en outre passant les ordres de ton roi, et ceux de ton futur souverain ! » Il l'attrapa par le col et se dirigea vers une tente non loin de là, demandant expressément à toutes les personnes présentes de s'en aller et de veiller à les laisser seul à seul. « Je n'ai pas encore vu notre père, et nous irons ensemble. Tu lui présenteras tes excuses compte bien sur moi. Maintenant je te conseille vivement de tout me raconter, sans oublier le moindre détail ! »


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 1035
Membre du mois : 36
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Dim 14 Mai - 14:04



Qu’est-ce que j’espérais en fait en allant voir Jon ? Du réconfort ? Pas vraiment. La relation que j’entretiens avec Jon n’a jamais été basée sur une bienveillance claire et explicite. Il ne m’a jamais remonté le moral quand je n’allais pas bien, et je ne suis jamais allé le voir quand j’ai besoin d’être réconforté. Ce rôle, c’est celui de Jeyne, pas de Jon. Est-ce que je cherchais des félicitations, des encouragements ? Certainement pas, il y a bien longtemps que j’ai arrêté de croire que Jon et Père me remarquerait un jour, même si quelque part je l’espère. Non, je pense que je n’attendais rien de cette conversation, peut-être quelques nouvelles de père, mais rien de plus. Peut-être aussi qu’inconsciemment j’ai besoin de provoquer un peu Jon, même si là, clairement c’est à la limite du suicide. Mais après tout, j’aurais pu mourir aujourd’hui. Je ne suis plus à une démarche suicidaire prés.

Jon me tire par le col et me traine dans la première tente venue, ordonnant à tous ceux présents de prendre congé. Quelque part je m’attendais à ce genre de réaction de la part de Jon, aussi je ne suis absolument pas surpris. Je ne résiste même pas, si ce n’est un léger mouvement de recul quand il m’attrape le col, sans doute un réflexe de mes muscles encore tendus par la bataille. Je le laisse me sermonner, histoire de ne pas envenimer tout de suite les choses. Mais je comprends bien vite que Jon n’a pas du tout l’intention d’arrondir les angles. Je sens la colère empourprer mon visage. Il veut le prendre comme ça ? Très bien. Il va se rendre compte qu’il n’est pas le seul loup capable de mordre dans cette meute.

«  Tu veux des détails ? Très bien, tu vas tout avoir. Oui, j’ai chargé avec les hommes. Je suis monté à cheval, l’épée à la main, et j’ai chargé avec les autres. Je me suis éloigné car j'ai repéré un jeune sauvageon s'enfuir, alors je l'ai poursuivi! Hormis ça, J’ai suivi toutes les consignes pour l’assaut, je n’ai gêné personne, et j’ai tué des sauvageons comme les autres. Et même si je n’ai pris aucun plaisir à tuer, j’ai fait ce que j’avais à faire ! »

Je marque une courte pause pour reprendre mon souffle, mais ne laisse pas le temps à Jon de répondre, mes poings sont serré à m’en faire mal aux doigts.

« Car oui, je devais le faire. Réponds-moi honnêtement Jon, est-ce que tu en avais la moindre chose à faire de moi avant ça ? Si j’étais resté bien sagement à tes côté, est-ce que tu t’en serais seulement rendu compte ? Bien sûr que non. Ni toi ni Père ni personne d’ailleurs. La preuve. Comme si j’avais pu partir de manière inaperçue. Tout le monde m’a vu m'éloigner. Avec ma taille, impossible de me confondre avec un autre. Lyman m’a vu, tous les hommes m’ont vu. Il n’y a que toi et Père qui ne m’avaient pas vu, comme d’habitude ! »

Un petit rictus ironique traverse mon visage alors que je dis ces mots. C’est vrai après tout. Comment a-t-on pu seulement me laisser monter à cheval, prendre une épée et charger ? Clairement, c’est de la négligence de leur part. Mais le dire de sa sorte, ce serait signer mon arrêt de mort, et clairement même ma témérité a ses limites.

« De toute manière, il va falloir t’y faire. Si tu crois que je vais rester dans ton ombre toute ma vie, tu te fourres le doigt dans l’œil. Aujourd’hui, j’ai prouvé que je pouvais combattre comme n’importe qui. Je n’ai peut-être pas fait d’exploits, je ne suis peut-être pas auréolé de gloire aujourd’hui, mais j’ai prouvé que j’en étais capable. »

Et là, la dernière morsure. Je ne voulais pas aller si loin, mais mes paroles commencent à dépasser la vitesse de mes pensées, pourtant assez élevée. Comme si les années de ressentiment envers Père et Jon devenaient trop lourdes et me forçait à parler, à crever l’abcès, à cracher mon venin.

« Je suis Walton Stark, pas juste le Petit Prince du Nord, pas juste le petit frère de Jon Stark, pas juste le cadet du Roi du Nord. Tu seras mon Roi, comme Père l’est en ce moment, mais moi aussi, je veux participer à la gloire du nom des Stark ! Je ne serais pas éternellement ton ombre. Ce rôle convenait peut-être à Oncle Bran, mais je ne m’en contenterais pas ! »

Après ce dernier éclat de voix, je me calme un peu, laissant le temps à Jon, de digérer tout ce que je viens de dire. Après quoi je baisse légèrement d’un ton, reprenant un discours plus posé, mais néanmoins assuré, afin de ne pas mettre les mains trop longtemps dans le brasier que je viens d’allumer. Je reprends ma posture droite, le visage légèrement baissé en signe de soumission.

« Quant aux excuses, je les présenterais sans problèmes, à toi et à Père. Je reconnais la faute que j’ai commise en vous désobéissant, et j’en accepterais les conséquences. Mais je reste persuadé que j’ai fait ce que je devais faire. »




Dernière édition par Walton Stark le Mar 1 Aoû - 20:13, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 411
Membre du mois : 10
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Lun 3 Juil - 15:09

On ne cessait de répéter à Jon qu'il devait être plus mesurer, moins fougueux, moins dans la confrontation. On lui pardonnait encore son caractère impétueux, signe de sa jeunesse mais également de son manque d'expérience pour diriger des troupes ou diriger même le royaume qui un jour sera le sien. Cependant, pour une fois Jon avait une excuse tout à fait sérieuse. Il n'était pas là pour faire valoir son caractère détestable au possible mais juste faire preuve d'assez de bon sens. Trait de caractère qui semblait totalement manqué à son jeune frère. Si Jon était fougueux, Walton était totalement inconscient, pour autant, il n'avait aucunement l'impression que son cadet prenait la pleine mesure de ses actes et des conséquences que cela auraient pu avoir pour le Nord. La bataille avait été sanglante, et même s'ils en sortaient en position de vainqueurs, c'était presque une illusion quand on pouvait voir le nombre de soldats morts. La terre était souillée par le sang des valeureux combattants morts pour la sécurité du royaume du Nord et également de tout Westeros. Jusque dans les plus hautes sphères de l'aristocratie nordienne, il y avait eu des blessés mais aussi des disparus. Ils avaient manqué de peu de couper la tête à tous les Stark de Winterfell. Leur père avait été gravement blessé, Jon sans l'intervention de Bowen aurait sans doute été à compter parmi les victimes à leur actuel et voilà qu'une fois de retour du champ de bataille il avait appris que Walton avait participé à cette boucherie. Que serait devenu le royaume du Nord sans un Stark à sa tête ? Il était sans doute une des personnes les plus mal placées pour pouvoir faire des remontrances de ce genre à son jeune frère, il avait été à sa place et il y était encore parfois. Envie de faire ses preuves, envie de rappeler aux autres que vous étiez là et que vous aussi vous étiez capable de vous battre comme un véritable loup, prenant en compte de défendre la meute jusqu'au péril de sa vie. Cependant, Walton avait oublié une chose, dans la hiérarchie établie dans la Maison des Stark et malgré que cela lui déplaise d'ainsi l'imposer, son cadet n'était pas l'héritier, sa place n'était pas ici mais à Winterfell, pas simplement pour rester tranquillement au chaud à attendre que ça passe mais pour qu'au moins un d'entre eux puisse être en sécurité et pouvoir continuer la lignée si les deux autres venaient à disparaître.

Jon l'avait donc attrapé par le col, se moquant bien des regards qui pouvaient se poser sur eux. Il était dans un état d'énervement qui n'était tout simplement pas permis et malheureusement, Walton aurait mieux fait de rester loin de Jon plutôt que de risquer sa vie en venant le trouver. « Tu as fait ce que tu avais à faire ? La question n'est pas d'avoir pris du plaisir à tuer ou non ses sauvageons. Ce n'est pas parce que nous partons en guerre que cela veut dire alors que notre seul but est de tuer le plus de personne possible. La guerre ne doit pas être une réponse systématique à chaque événement, il faut savoir se mesurer, il faut savoir négocier, il faut savoir accepter parfois de perdre, mais surtout il faut savoir où se trouve sa place. Et la tienne n'est certainement pas ici ! » Jon ne pouvait tenir sa colère, hurlant au visage de son petit frère. « Tu cherches à faire quoi ? A qu'on reconnaisse ta bravoure et ton honneur tout en inhumant ton corps pour honorer cet acte victorieux ? C'est la récompense que tu désires, une distinction particulière, flatté ton ego de petit prince ? Tu te sens mieux maintenant d'avoir marqué ton territoire ?! » Il souffla fortement. « Je ne suis pas ta nourrice Walton, ce n'est pas à moi de venir langer tes couches, ni te donner le sein pour voir si tu vas bien et si tu écoutes bien notre Père. Il ne fait pas plus attention à moi ! Le seul intérêt qu'il me porte c'est parce que je suis né le premier, ce qui me place comme successeur de Torrhen Stark ! Rien de plus rien de moins, il veut juste que je sois digne de la famille, il m'a imposé cela toute ma vie pour qu'un jour je sois apte à monter sur le trône du Nord. Si tu étais un peu moins stupide, tu aurais compris depuis longtemps qu'il n'était pas question que tu restes dans mon ombre toute ma vie. Mais il n'y a rien dans ton petit crâne de moineau qui peut comprendre ça ! Tant que je n'aurais pas d'héritiers, il te sera refuser que tu montes au champ de bataille avec père et moi. Un jour je combattrais avec toi, comme notre père l'a fait avec ces frères, mais pour le moment il n'en ait pas question, parce que si nous venons à disparaître, tu seras le dernier Stark, tu seras le roi, on ne peut pas se permettre de perdre le roi et les deux princes héritiers de la couronne dans une seule bataille juste parce que le plus jeune des deux cherchait à montrer aux autres qu'il était un homme. Nous ne sommes plus à Goëville, ce n'est plus l'heure de faire un simple tournoi et de gagner le trophée pour les beaux yeux du public. C'est la réalité. » Il reprit une posture droite, et glacial comme presque à chaque fois que Walton et lui venaient à s'affronter. Il n'avait jamais eu de gestes violents contre son frère même s'il ne pouvait pas cacher qu'aujourd'hui cela le démangeait véritablement d'en coller une directement dans le visage encore poupon de son cadet. « Tu as la chance d'être prince et tu as la chance d'être mon frère, je m'occuperais moi même de prendre la décision concernant ton insubordination. Tu devrais être heureux, car de simples soldats meurent pour bien moins que cela. »


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 1035
Membre du mois : 36
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Sam 22 Juil - 16:33



En fait, tout cela ne me surprend pas. Plus la discussion s’avance, plus je sens la colère de Jon, et moins je suis surpris. Comme si, quelque part… Je m’y attendais… J’ai foncé dans la gueule du Loup, littéralement, sans regarder en arrière. Mais je parle de discussion, je devrais plutôt dire dispute, car c’est visiblement le cas maintenant. Nous ne faisons pas qu’échanger des points de vue divergents. Quelque part… C’est notre première véritable dispute. Jon et moins avons eu tellement peu de contacts ces dernières années… Au final, nous n’avons échangé ni de manières positives ni de manières négatives. Et j’ai l’impression que toute cette négativité en moi est sur le point d’exploser. Mon sang bouillonne et je tente tant bien que mal de me contenir. Parce qu’il est mon frère, parce qu’il est mon futur roi, et que dans la situation qui nous intéresse je suis le seul et unique fautif. Mais il finit par dire quelque chose qu’il n’aurait pas dû dire. Remettre en cause tout le travail que j’ai accompli depuis ces deux dernières années, comme si je n’étais qu’un bambin écervelé, cherchant désespérément à attirer l’attention sur lui, incapable de réfléchir par lui-même. C’est la goutte de trop. Mes points se serrent, à me blesser les paumes déjà meurtries par le maniement de l’épée de ces dernières heures. Je sens la colère me monter à la tête, alors qu’une larme de rage m’embrume l’œil droit.

« Tu penses vraiment que je n’ai rien dans la tête ? Tu penses que j’ai une cervelle de moineau ? Et qu’est-ce que tu en sais d’abord ? Tu t’es intéressé une seule fois à mon éducation durant ces 8 dernières années ? Est-ce que tu sais les heures que j’ai passées à apprendre les stratégies militaires et l’histoire des guerres de Westeros ? Non. Tu sais les heures que j’ai passées à m’entrainer, seul, pendant que toi tu avais Denys et Roland ? Non. Je ne dis pas que c’était à toi de faire mon éducation, ce n’est un aucun cas ton devoir. Mais tu ne peux pas parler de ce que tu ne sais pas. Je manque peut-être d’expérience, mais je n’ai pas la tête vide ! Tu ne peux pas venir te planter comme ça et nier sans un regard tout ce que j’ai accompli ! Tu n’as pas ce droit, et je ne te laisserais pas faire ! »

Et à mesure que je parle, que je crie presque même, je sais que j’outrepasse largement mes droits, mais je ne parviens plus vraiment à me raisonner. Comme s’il… fallait que ça sorte… clairement, c’est moi maintenant qui dépasse les bornes. Mais il est trop tard pour reculer maintenant…

« Et qui ici parle de marquer son territoire ? Le Frère qui s’est désintéressé de moi, ou le prince héritier qui cherche absolument à briller aux yeux de son Père ? Je n’ai pas cherché à ce que toi ou Père me remarquiez, ni personne d’autre d’ailleurs. Je ne me suis pas vanté, je ne suis pas revenu triomphant, je n’ai pas cherché à attirer le regard. Ne me compare pas à toi, nous n’avons rien en commun si ce n’est notre nom. Il y a longtemps que je n’essaie plus que Père et toi vous vous intéressiez à moi. Je trace ma route seul. »

Je prends une minute pour reprendre mon souffle, à moitié étranglé par ma colère. Je n’en reviens pas moi-même de ce que je viens de dire, de ce que je viens de faire. Je viens de tenir tête à Jon. Je n’aurais jamais cru en être capable. Je n’irais pas dire que Jon était mun modèle ou quoi que ce soit, mais il reste mon frère, et comme Père, je le respecte. Mais dans l’extrême inverse, je ne dirais pas que mes paroles ont dépassé mes pensées. Clairement, je pense ce que je viens de dire. Oui, je leur reproche cette absence, j’avais besoin d’eux, de lui et de Père. Et quelque part, ils m’ont tourné le dos. L’un se noyant dans la guerre et l’alcool, et l’autre s’aveuglant dans la recherche d’un regard paternel. Et face à leur abandon, je n’ai trouvé qu’une solution, la fuite. Je me suis éloigné encore plus, tournant le dos y compris à Jeyne, qui avait pourtant tout fait pour moi. Et je leur en veux pour ça. Je ne veux plus fuir, plus jamais. Je sens ma colère se calmer. Toujours présente mais plus contrôlable, comme épuisée par l’effort moral que je viens de faire. Je le sens a nouveau nauséeux mais tente de garder contenance. J’ai encore la boule au ventre et les yeux embrumés, et même si ma voix tremble encore de rage j’arrive à un peu mieux me contrôler. Je détache l’épée que j’avais gardée à ma ceinture, pas vraiment par provocation, mais surtout parce que je ne savais trop que faire avec. Je la dépose au pied de Jon, en signe de soumission. Le message est clair, je ne combattrais plus tant qu’il ne me l’aura pas rendu. J’espère juste qu’il le captera, non pas parce que j’espère son pardon, mais juste pour ne pas perdre le peu d’estime que j’ai encore pour lui si d’aventure il était assez con pour ne pas comprendre.

« Je viens de comprendre pourquoi j’avais absolument besoin de venir. Je savais pertinemment que je ne trouverais que des reproches, et des reproches légitimes de surcroit. Quelque part, inconsciemment, j’avais besoin d’assumer ce que j’ai fait, aller jusqu’au bout. Parce que je sais que j’ai désobéi, et que j’ai fait une faute grave. Et j’ai pleinement conscience que cette faute ne peut pas rester impunie. Et qu’il serait lâche d’essayer de l’éviter. Je ne veux pas me dérober, pas après avoir fait face. Et j’accepterais pleinement les punitions que vous me donnerez, toi et Père, car je m’attends à ce qu’il m’en donne une aussi après toi. Alors j’assumerais, je souffrirais s’il le faut, et j’encaisserais. Car je suis un Stark, je suis Walton Stark. Pas le Petit Prince du Nord, pas le frère de Jon Stark, pas le Rejeton du Roi Torrhen. Je refuse de me dérober face à l’adversité. J’ai du sang de Loup dans les veines, et si quelqu’un s’en prend à ma patrie, mes amies ou ma famille, alors je mordrais, et je mordrais d’autant plus fort que je n’ai rien à prouver à personne. Et si j’ai commis une faute, j’assumerais, et c’est le cas. Mais la prochaine fois, je n’en mordrai que plus férocement. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 411
Membre du mois : 10
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Jeu 10 Aoû - 13:52

Jon devait retrouver son calme, il devait avoir la force de ne pas céder à la simple colère. Il ne pouvait en effet  rester totalement stoïque face aux propos de Walton et pour diverses raisons d'ailleurs. La première et non la moindre, c'est qu'il y avait une part de vérité dans tout ce que pouvait dire son petit frère. La nouvelle génération des Stark, les enfants du roi Torrhen Stark et de sa femme Sigyn, n'avaient jamais su former une véritable famille tous les cinq, même quand la reine était encore en vie. Jon et Jeyne avaient deux ans d'écart et avaient créé une complicité si forte l'un avec l'autre que cela ne laissait peu de place, même pour le dernier de la famille qui n'avait seulement que cinq ans et demi de différence avec son aîné et malgré le fait que Jeyne avait fait de nombreuses tentatives pour rapprocher les deux frères. Les enfants Stark avaient tous pu souffrir de l'absence d'un père qui ne revenait que très rarement à Winterfell et qui pouvait repartir aussi vite qu'il avait bien pu arriver. Jon en avait terriblement voulu à son père, et il lui en voulait toujours autant aujourd'hui. La guerre était présente certes, après la bataille de la Mort-aux-Loups, on ne pouvait remettre en cause la menace que l'ennemi faisait peser sur le Nord que ce soit de la part des Sauvageons ou de Harren le Noir qui voulait asseoir sa domination sur le royaume du Nord. Il se prétendait être le roi des Sept Royaumes, en avait même scindé la couronne sans avoir l'accord de tous, mais jamais un roi du Nord ne viendrait à ployer le genou devant cet usurpateur et cet abomination qui avait mis le Nord plus d'une fois à feu et à sang. Cependant, Jon avait l'impression qu'il trouvait dans la guerre une échappatoire à la vie de Winterfell, la vie de Seigneur mais également la vie familiale et la vie conjugale. Puis Sigyn avait disparu et plus rien n'avait été comme avant et la distance qui existant entre Jon et Walton étaient devenu un véritable gouffre. Jon voulait être digne de son père, digne de son peuple, digne de son titre d'héritier du trône et le reste avait petit à petit disparu.

La deuxième raison qui mettait Jon dans une colère noire, c'était que Walton n'avait pas à lui parler ainsi. Il ne se rendait pas compte de l'image qu'il renvoyait à cet instant, mais Walton n'apparaissait finalement que comme un petit garçon capricieux qui était en train de pousser une grosse colère car il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait et qu'il se faisait reprendre par son aîné car il avait fait finalement tout cela dans le dos de tout le monde. Il disait qu'il se moquait du regard de Père, de Jon ou des autres sur lui, mais justement c'était bien le regard des autres qui le dérangeaient et c'est pourquoi aujourd'hui il avait pris tant de risque. Père était dans un sale état, Jon avait failli perdre la vie, Walton aurait pu mourir. Tout cela le mettait hors de lui, mais il devait montrer également qu'il n'était pas seulement quelqu'un d'impulsif et qu'il pouvait être bien moins excessif dans ces réactions. Ce n'était pas une mince affaire pour Jon, il avait un caractère de feu et il s'emportait encore trop facilement. Alors, il le laissa, il le laissa s'époumoner contre lui, contre Père, contre le monde entier d'une certaine façon. Lui reprochant son ignorance à son égard, lui reprochant d'avoir eu l'attention de leurs cousins, des maîtres d'armes. Se rendait-il simplement compte que Jon souffrait de cette place qui lui avait été donné à la naissance ? Il était l'aîné mais il n'avait jamais désiré être Roi, il détestait la politique, les stratégies qu'il fallait mener à chaque instant pour garder ses amis et se prévaloir de ses ennemis. Il n'était pas un diplomate, il était plus un guerrier. Le temps voulu, il jouerait son rôle comme cela avait été convenu bien avant sa naissance et il donnerait sa vie pour son peuple, pour son royaume. Personne ne pouvait douter de sa loyauté et de sa sincérité dans le combat qui serait le sien dans le futur.

Pour ne pas répondre à la colère par la colère, Jon s'était tu durant doute la longue tirade de son frère. Le jeune prince finirait bien par s'épuiser tout seul à s'égosiller ainsi et cela permettait à Jon de ne pas directement envoyer une correction physique à son cadet. Jon n'était pas violent, mais à cet instant, Walton lui manquait terriblement de respect et ça il ne pouvait l'accepter. Sa fureur n'était pas sans raison et c'est sans aucun doute pour ça qu'il ne faisait pas un geste vers lui, un geste qu'il ne ferait que regretter par la suite. Il le regarda faire alors qu'il retirait son épée et qu'il la posait à ses pieds, signe qu'il se soumettait à présent à la volonté de son frère. Il reconnaissait ainsi qu'il était allé trop loin dans son opposition à son frère mais Walton était un Stark, et un Stark ne revenait jamais sur ses paroles. Jon continua à se murer dans son silence, de longues minutes encore. Il savait parfaitement ce qu'il avait à faire à l'instant mais il désirait que son frère rumine encore un peu. Il finit par prendre l'épée, la regardant longuement avant de la tendre à Walton. « Père décidera de la punition qu'il voudra bien t'attribuer … Quant à moi … Tu vas aider nos hommes à récupérer les corps de nos morts, tu vas nettoyer le Nord des dépouilles de nos ennemis et tu aideras jour et nuit le mestre pour soigner ceux qui peuvent encore être soignés. Nous verrons par la suite ce que je déciderais pour toi une fois à Winterfell. Tu veux être un soldat, alors tu seras considéré comme tel et non traité comme un prince devrait l'être. Tu es sous mon commandement à présent, que cela te plaise ou non. J'en ferais part au Sénéchal, Lord Omble. Père a pour le moment besoin de soin et de repos. Prouve moi que même après le combat ru sais être digne de la maison des Stark de Winterfell. »


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 1035
Membre du mois : 36
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   Ven 25 Aoû - 0:16


Je reste silencieux, attendant la réaction de Jon. Pourquoi prend-il autant de temps ? Pourquoi ne réagit-il pas ? Je sais bien qu’il est probablement pris de cours, qu’il ne s’attendait pas à ce que son frère, si discret d’habitude, se lance dans un tel éclat et lui manque de respect, mais quand même. Justement, je m’attendais à une réponse aussi vive de sa part, mais là… Rien… Rien… Que le silence. Et ce silence est encore pire qu’une réprimande, pire qu’une dispute ou d’un éclat de voix. Je suis pourtant habitué à ce silence, surtout de la part de Jon, mais là, à ce moment précis, ce silence me tue bien plus que les douleurs physiques. Après plusieurs minutes de ce silence infernal, Jon se saisit de mon épée. Je manque un battement de cœur, et il commence à la regarder. Et ce silence continu. Encore alors qu’il regarde l’arme, comme s’il n’avait jamais vu une épée de sa vie… Là, je comprends qu’il le fait exprès, pour me punir de mon insolence. Il veut que je rumine, et quelque part c’est mérité… mais même en sachant ça, je n’arrive pas à deviner ce qu’il a en tête à mon sujet…

Jusqu’au moment où il me rend mon épée.

Je dois avouer qu’après un ma tirade, je ne m’attendais pas m’en tirer à si bon compte. Jon n’a jamais été violent avec moi, mais je sais qu’il peut être un homme emporté. Et là, j’ai l’impression que les rôles sont un peu inversés. Comme ci pour une fois c’était moi qui étais emporté, et lui la personne raisonnable. Mais quelque part, je n’en pouvais plus, j’étouffais sans m’en rendre compte. Trop de non-dits entre nous, depuis trop d’années. Évidemment ce n’est pas entièrement sa faute ni celle de père. Les torts sont partagés, et j’ai ma part de responsabilité. Et il a fallu que ça sorte aujourd’hui… Probablement à cause de toute cette tension que j’ai accumulée lors de la charge, le fait d’être dans le feu de l’action. Contrairement à ce que pense Jon, ce n’est pas de l’orgueil mal placé, juste… de la tension accumulée, qui a besoin de sortir… Enfin je pense… Je ne sais pas trop… La réponse de Jon me secoue un peu. Je ne m’y attendais pas. Après mon coup d’éclat, je m’attendais plus à devoir à nouveau me justifier ou m’écraser. Je n’avais pas prévu une telle réaction de sa part. Aussi, je reste sans voix, pendant quelques minutes, ne sachant pas quoi répondre ni quelle attitude adopter. Après tout, Jon m’a puni, et la punition ne s’arrêtera pas là… Je ne vais pas dire que je suis heureux, loin de là. J’ai bien conscience que ça va être pénible, à un point que je n’imagine probablement qu’à peine. Je voulais assumer mon comportement, je vais être servi. Mais quelque part, j’estime avoir eu de la chance, et de m’en tirer à bon compte au vu de mon comportement. Est-ce que Père le sera autant… Difficile à dire… Oui, très difficile à dire. Mais j’essaie de ne pas y penser pour le moment, et de me concentrer sur ce moment uniquement. Chaque chose en son temps.

Je reprends mon épée, et l’attache à nouveau à ma ceinture, presque rassuré par son contact. Je m’incline et garde la tête basse.

« Bien, je suis sous tes ordres et ceux de Lord Omble. Je ferais ce que tu me demandes, et j’attendrais la décision de Père. »

Je m’incline devant Jon, et me prépare à prendre congé, tout en attendant un peu au cas où il voudrait ajouter quelque chose. Alors que je m’apprêtais à sortir de la tante, je me retourne.

« Jon ? »

Mais alors que j’allais remercier Jon, je me retrouve bloqué. Incapable de prononcer ces mots. Finalement, je soupire, et ajoute juste en guise de conclusion.

« Non, rien, je vais aller voir comment je peux me rendre utile en attendant vos ordres »

Un non-dit supplémentaire
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 411
Membre du mois : 10
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Est-ce que c’est vraiment ça la guerre ? - Flashback
» C'est vraiment ce que je pense ? [flashback ft. Cali]
» Jeux vraiment trop drole!!!
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Il est vraiment bouché !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Nord :: Le Bois-Aux-Loups
-
Sauter vers: