AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]
MessageSujet: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Mer 8 Mar - 22:45








Le Conflans. Tant de choses, d’évènements se sont produits depuis la dernière fois. Si bien que je reconnais à peine mes terres. En effet, aux premières sensations et aux abords de Pierremoutiers, je me sentais presque en territoire étranger. Mais, quel est donc aujourd’hui ce qui m’appartient et ce qui ne m’appartient pas ?  Ce Conflans méconnaissable a tremblé sous nos bruits de bottes mais n’a pas délivré davantage d’informations pour le moment.  Peut-être que ce n’est pas son rôle aujourd’hui et que cette tâche incombe à quelqu’un d’autre.

À mesure que nous avançons, la forteresse de Pierremoutiers prend davantage d’ampleur. Le temps ne semble pas trop capricieux malgré l’arrivée de l’automne. Les meneurs des différentes unités se tiennent aux avant-postes derrière la colonne d’éclaireurs. C’est ainsi que je me retrouve sur mon destrier aux côtés de Lord Brayan Bracken et de Lord Orlan Salfalaise. L’occasion est idéale pour évoquer le combat que nous avons à mener. La question demeure évidemment le ‘Comment’.

« Lord Bracken, Lord Salfalaise, je crains que nous ayons à gérer une situation difficile à notre arrivée. Il faut que nos hommes ne répliquent hostilement sous aucun prétexte. Même si ils sentent qu’on leur manque de respect. Je pense notamment à votre fils, Lord Bracken, qui a été valeureux à Accalmie. »


Me frottant le menton un instant, je réalise que les effets de cette campagne militaire se lisent sur mon visage. Une barbe hirsute, des cheveux chutant à mes épaules, des mains à l’apparence craquelées mais à la létalité certaine.

« Des rumeurs me font état d’une possible collusion entre Ser Tully et nos ennemis. Et la peur d’Harren le Noir est encore tenace. Tout le monde s’exclame en se demandant où est l’armée du Conflans…Et aujourd’hui nous sommes de retour. Mais qui est le Conflans aujourd’hui ? Vous ? Moi ? Eux ? Ceux qui ne se prononcent pas ? Le Conflans doit-il devenir la Néra ? J’ai mené des batailles mais celle-ci s’annonce être une des plus risquées. »


Je pèse mes mots plus que d’aventure parce que je sais que maintenant, plus que jamais maintenant qu’auparavant à vrai dire, chacun peut avoir son avis sur la question.

« Notre réelle force n’est pas la puissance de cette armée mais sa diversité. Je l'ai vu au combat. Je vous propose une autre voie. Celle où on bouscule l’ordre des choses. Parce que…n’est-ce pas ce que nous savons faire de mieux pour vaincre ? »





 
© Crédit Dyxie


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Ven 10 Mar - 12:11



Lord Brayan Bracken


Lord Bracken est un vieux seigneur du Conflans. Il en a vu, des guerres… Et s’est de nombreuses fois illustré par sa rancœur tenace envers tous ces gens qui n’ont eu de cesse de meurtrir le Conflans ; nordiens, orageois, valois, peyredragoniens. Il les déteste tous. Oh, bien sûr, il n’aime pas spécialement Harren Hoare, mais il a confiance en son souverain pour au moins une chose ; assumer la royauté d’un royaume réputé ingouvernable à cause de vieilles inimitiés. Longtemps opposé à Kian Tully et aux Nerbosc, Brayan est aujourd’hui furieux contre tous ces traîtres qui précipitent le Conflans vers sa ruine. Il commande les troupes originaires du Conflans dans l’armée du Prince Joren, sinon nominalement, au moins dans les faits, car il est un des chefs de guerre les plus expérimentés de sa patrie d’origine.



Les événements se déroulaient devant nos yeux à toute vitesse, ils s’enchaînaient à une cadence folle, et les mauvaises nouvelles s’accumulaient. La guerre avait pourtant bien commencé, quelques mois plus tôt. Le peu de terrain cédé dans la Néra avait amené l’Orage a perdre plusieurs batailles plus au sud et le Nord lui-même avait perdu sa flotte occidentale à Pouce-Flint. Ces sauvages de fer-nés s’étaient eux-mêmes illustrés dans la purge par le feu du port de Lancehélion. Le manque de chance avait voulu que les quais soient presque vides mais l’exploit de ces pouilleux était notable. Mais depuis quelques mois... Défaite à Moat Cailin, désastre à Beurlieu, puis à Paege. Perte du nord-est du Royaume. Menace sur son coeur. Défaites dans l’Orage, à une campagne qui nous avait coûté tant de temps et de préparatifs pour ne pas permettre d’ascendant véritable sur nos esprits. Les rumeurs sur l’engagement total du Bief et de la Flotte de Fer au sud valaient au moins pour quelque chose ; l’ennemi verrait son attention se porter sur d’autres soucis. Mais comme tous les riverains, je commençais à douter. Ma loyauté n’était pas à remettre en question, mais je commençais à me dire que le Roi Harren vieillissait, que son fils n’était qu’un jeune chien fou, qui pourchassait chaque équipage passant à portée en lui aboyant dessus mais incapable de se saisir du moindre d’entre eux. Sa fille, elle, était trop loin et on disait qu’elle se complaisait dans le commandement de ses bateaux. Pas étonnant que des riverains désertent. Pas étonnant que cela aiguise les appétits, si les rumeurs sur Tully étaient vraies. Je chevauche à la hauteur du commandement de l’armée qui soulève un immense nuage de poussière depuis les sentiers au sud de Pierremoutiers.


La voix du prince me tire de mes maussades rêveries. J’incline la tête avec respect, alors que mon fils qui se trouve non loin, semble vouloir tendre l’oreille pour capter les échanges. Je fronce les sourcils.



| Prince. Nous avons pourtant des troupes déjà présentes, non ? L’ordre doit régner en ville. |


Mon ton est toujours abrupt, il se mâtine parfois d’un rien de paternalisme. Mais je ne porte jamais mâle intention par mon seul discours, malgré mes airs revêches. Je lance un regard circonspect dans la direction du jeune prince, quand il se lance dans ce qui semble être une espèce de discours improvisé en pleine chevauchée. Je grommelle.


| Cette bataille est certainement plus risquée que si elle avait été menée il y a trois mois par notre armée au complet, c’est certain |


Si les rumeurs sont vraies et que Tully dit vrai, il sera châtié comme tous les traîtres. Il n’empêche que le Conflans n’a pas pour habitude de se défendre qu’avec une partie de ses effectifs. La stratégie était trop risquée dès le début, sans effectifs importants voués à combattre une éventuelle poussée du Nord et de Peyredragon. L’ennemi nous avait infligé une pression pire encore en unissant ses forces. Je hochais toutefois la tête aux paroles du Hoare.


| Oui, la diversité de l’armée est une force. Quant à bousculer l’ordre des choses, à quoi epnsez-vous ? Que nous reste-t-il comme choix que de rassembler nos forces et foncer droit sur Herpivoie, Prince Joren ? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13396
Membre du mois : 240
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Ven 17 Mar - 23:55

« Si l’ordre est présent, il peut être fragile. »

Depuis bien des jours, nous n’avons pas foulé ces terres. La certitude que je perçois dans le ton du seigneur de la maison Bracken au sujet de la situation en ville me conforte dans mon choix. Je sais qu’il a tout du vieux briscard rustique difficile à berner et à convaincre. Bien sûr, je me doute qu’il n’apprécie guère le goût de la défaite mais je ne regrette rien. Entre nos victoires au sud et nos défaites au nord, nous avons maintenu une sorte de statut quo. Quand nous remportons des batailles, le silence s’installe. Quand nous sommes défaits, les critiques les plus faciles émergent…des critiques que l’on n’adresserait pas forcément à un Mern IX Gardener, un Argilac Durrandon ou un Loren Lannister. Parce que je suis le fils d’Harren.

« Hélas, qui peut se targuer de pouvoir concentrer toutes ses forces en un seul point ? Qui peut se targuer sur le continent de combattre quatre royaumes à la fois ? Je suis prêt à parier ma tête que les Orageois et les Dorniens auraient rejoint la coalition si nous n’avions pas détourné leur progression. Les hommes préfèrent pointer les problèmes que les réussites.  »


Nous pouvons toujours foncer sur Herpivoie et mater les traîtres. Mais, c'est hors de portée. Je veux auparavant empiéter l’atout de la coalition. J’aimerais bien savoir ce que des libérateurs vont pouvoir libérer dans une contrée qui leur serait bien plus hostile. Cette tentative ne sera pas sans sacrifice et sans risque. J’inspire profondément avant de répondre avec conviction au seigneur du Conflans, les yeux fixés dans les siens.

« Redonner de la passion à tous ces gens, Lord Bracken ! Qui est garant de notre indépendance ? de notre fierté ? Ser Tully souhaiterait nous soumettre. Mon père…veut résister jusqu’à la mort du moindre de ses sujets. Devons-nous mourir d’une façon ou d’une autre ? Il nous faut ouvrir une nouvelle voie. Je veux que l’ouest du Conflans et les Iles de Fer renaissent et reconnaissent un nouveau Roi qui régnera sur le Royaume des Mers et du Trident. Indépendant, victorieux et souverain. Rien de moins. Et je prendrais cette responsabilité grâce à vous….Nous avons une occasion unique de provoquer l’inattendu, d’obtenir une légitimité et de placer les scélérats du Conflans dans une posture difficile. Mais, pour cela, j’ai besoin que nous partagions la même vision. Je donnerai de la voix pour les convaincre. 30 000, 50 000, 70 000, peu importe. Donnez-moi une chance de faire trembler ces terres. »  


Bien sûr, je ne conteste en aucune façon l’intérêt personnel que je retirerais de la manœuvre. Mais, il y a dans le même temps une certaine justice.  J’ai grandi dans une maison particulière et ce serait un retour de bon procédé entre Hoare. Même le Noir paiera le fait de m'avoir sous-estimé.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Jeu 23 Mar - 10:10



Lord Orlan Salfalaise


Orlan Salfalaise est un jeune seigneur des Îles de Fer, qui a fait ses premières armes il y a plus de douze ans contre le Nord, contre qui il se battit toute sa vie. Il fut de tous les coups de main et lors de cette guerre-ci, il combattit bravement à Moat Cailin, prenant presque le second niveau de la forteresse nordienne. Repoussés dans les marais les fer-nés subirent une retraite infamante, harcelés par les démons du Neck. Orlan tient une haine terrible des nordiens, lui qui a tant gagné au cours de sanglantes campagnes, il n’a pas supporté l’affront d’un recul alors que la victoire leur tendait les bras. C’est un jusqu’au-boutiste, qui considère les fer-nés comme les meilleurs guerriers du Nord et la guerre actuelle comme le meilleur moyen de faire le tri entre les faibles et les forts en Westeros.




Salfalaise renvoya rudement son intendant qui venait de lui faire son rapport sur les pertes qu’ils avaient subit aller voir à l’arrière du cortège si il y était. Le Fer-né n’avait pas besoin d’un gratte-papier pour savoir que les défaites n’apportaient que des pertes. Et ses hommes ne s’y trompaient pas non plus. Des batailles mais aucun gain. Tout avait bien commencé pourtant. Et les fer-nés s’étaient particulièrement distingués dans la prise du Port de Lanchélion...presque vide hélas et sans prises intéressantes. Dans ces conditions la forteresse de Pierremoutiers dont le profil se dessinait au loin paraissait plus alléchante que jamais. Il fallait une victoire ici et maintenant !
Tout en chevauchant Salfalaise se retrouva au même niveau que Lord Braken et le Prince Joren Hoare. Ce dernier craignait que l’on ait à faire à une situation périlleuse.

- Voilà qui ne changera pas tellement ! Mais il faut renverser la situation.

Il faillit s’étrangler lorsque celui-ci leur demanda de ne pas répliquer hostilement même en cas d’insultes. Salfalaise avait encore en travers de la gorge le « repli stratégique » alors que la victoire était là. A guerroyer comme des femmes et à faire des délicatesses on voyait le résultat ! Alors la proposition de Hoare ne pouvait en aucun cas le satisfaire. Ni ses hommes d’ailleurs ! Avalant une lampée de vin que contenait sa gourde, il constata que le vieux Lord semblait assez de l’avis du Fer-Né. Mais Orlan voulait savoir ce que leur comparse avait derrière la tête. Jetant un coup d’œil rapide en arrière on pouvait observer en effet la diversité de leurs troupes. Une force certes, mais qui se transformerait vite en faiblesse si on ne remportait pas la prochaine bataille. Il resta silencieux attendant que le Prince expose le plan qu’il avait derrière la tête.

- En gros vous nous demandez de vous proclamer roi !

Il ne manquait pas d’ambition. Et que se passerait-il si il refusait ? Et surtout ils n'étaient pas pour l'instant en position d'imposer un souverain.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Jeu 23 Mar - 22:41



Lord Brayan Bracken


Lord Bracken est un vieux seigneur du Conflans. Il en a vu, des guerres… Et s’est de nombreuses fois illustré par sa rancœur tenace envers tous ces gens qui n’ont eu de cesse de meurtrir le Conflans ; nordiens, orageois, valois, peyredragoniens. Il les déteste tous. Oh, bien sûr, il n’aime pas spécialement Harren Hoare, mais il a confiance en son souverain pour au moins une chose ; assumer la royauté d’un royaume réputé ingouvernable à cause de vieilles inimitiés. Longtemps opposé à Kian Tully et aux Nerbosc, Brayan est aujourd’hui furieux contre tous ces traîtres qui précipitent le Conflans vers sa ruine. Il commande les troupes originaires du Conflans dans l’armée du Prince Joren, sinon nominalement, au moins dans les faits, car il est un des chefs de guerre les plus expérimentés de sa patrie d’origine.


La situation était aujourd’hui stratégiquement plus tendue, plus hasardeuse, qu’à aucun autre moment des guerres précédentes. Celles auxquelles j’avais pu participer avaient souvent tenu de la meilleure des guerres éclair, ou au marasme vaguement avantageux, comme jadis contre le Nord. Mais cette guerre ne ressemblait à aucune autre, car aucun bélligérant ne se comportait comme on aurait pu l’attendre de sa part. Joren Hoare est maussade ; depuis le demi-tour vers le Conflans, il y a de la grogne. La défection de petits groupes de soldats n’est pas passée inaperçue, même si globalement l’armée se tient très bien, tout comme les régions traversées. Il y avait du vrai dans ce que disait ensuite le Prince, mais n’avait-il pas été lui-même à l’origine de la concentration des forces, qui avait laissé les frontières nord dégarnies ? Je me taisais et grognais vaguement dans ma barbe, me machouillant la lèvre de manière peu élégante mais je m’en cognais ; le premier à me faire un reproche prendra un coup d’épée. Des semaines et des semaines d’un vain aller-retour dans l’Orage m’avait laissé fourbu, agacé, et peut être un peu dépité. Tully… Si les rumeurs disaient vrai, je ferais payer à cette maudite famille sa trahison, même si je maudirais sans doute le nom des Hoare avant ma fin.


Le petit avait de la fougue, du courage, et de la conviction. Le jeune homme que j’avais été jadis se serait laissé convaincre sans trop de problème, j’imaginais bien. Mais je n’étais plus jeune. Et je devais penser à ma famille, à mes terres. Salfalaise, cet espèce de vieux pillard qui commandait à « l’armée » des gueux fer-nés, me fit lever les yeux au ciel, agacé. Je laissais échapper un grognement blasé.



| Je vous remercie de cette précieuse intervention, messire. Nous n’avions pas du tout compris où le Prince voulait en venir. |


Recadrer les fer-nés, c’était une question de principes. D’accord pour la diversité, mais j’aurais préféré qu’elle s’exerce sur d’autres terres que celles qui m’avaient vu naître. Je reportais mon attention sur le jeunot, sans me laisser démonter.


| Sa Majesté votre père nous fait crever dans la plaine et vous envoie courir sus à l’autre bout du royaume. Et alors ? Que proposez-vous d’autre ? Pourquoi est-ce vous que nous devrions suivre plutôt que votre père ? Vous proposez une trahison. Comme Tully. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13396
Membre du mois : 240
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Sam 25 Mar - 0:13

Il n’existe rien de plus rêche que des commandants expérimentés habitués à vadrouiller. La venue de Lord Salfalaise dans la discussion provoque soudainement une réminiscence des tensions entre Fer-nés et hommes du Conflans. Corneilla m’avait suffi et heureusement pour moi en un sens, vu que Nerbosc est un rival de lord Bracken. Alors, je prends une mine songeuse en frottant ma barbe.


« Ce n’est pas une bataille que nous avons à livrer mais une guerre. Vous n’avez ni l’un, ni l’autre, des intérêts divergents. Le Conflans est hélas une région carrefour de Westeros mais une fois que nous aurons stabilisé la situation, je suis certain que vous serez chacun à votre aise…en tant que gouverneur des Iles de Fer pour vous lord Salfalaise…et gouverneur du Trident pour vous, lord Bracken. Nous pouvons être une puissance ensemble ou nous effondrer chacun dans notre coin. »


Je perçois leur empressement à en découdre comme nous avons été amenés à le faire à plusieurs reprises. Mais, nous devons prendre notre temps et pour ma part, demeurer la seule alternative viable.


« Vous voulez une réaction, vous voulez que l’on frappe nos ennemis. Bien. En me reconnaissant, il n’y a pas de coup plus inattendu pour eux. Un Hoare ayant combattu sur le champ de bataille face au Durrandon...légitimé par le Conflans et non pas par son père serait...problématique pour eux. Nous ne devons pas les laisser mener la danse. Le meilleur moyen de les toucher est de faire basculer les maisons indécises en entrant sur leur propre terrain de jeu. Prendre à revers ne se fait pas que sur le champ de bataille. Et puis, je vous prie de ne pas oublier que ma génitrice est Mallister et que mon épouse est Frey. »


Les deux seigneurs me tanceraient presque à cause de mon aplomb. Alors, je réplique avec détermination sans élever le ton. Hors de question de me démonter maintenant que la frontière est franchie. Étrangement, je peux ressentir tout à coup un soupçon de justice. Je n’ai pas à feindre la conviction.


« J’assume ma trahison. Je choisis de sacrifier mon père et mon Roi pour vous, au lieu de vous sacrifier pour lui. À la différence de Tully, il n’y a aucun risque que je serve des intérêts étrangers. »


Saisir le sens du vent. C’est ce que l’on apprend en premier aux jeunes navigateurs. Cela peut s’appliquer aussi en politique. Salfalaise et Bracken ont l’occasion de prendre du galon. Mais, je consens à entrer dans les détails pour qu’ils aient la certitude que c’est une décision réfléchie.

« Vous vous demandez certainement pourquoi je ne veux pas m’en prendre tout de suite à nos ennemis. Je pense que la Reine Targaryen et le Roi Stark sont rationnels. Pourquoi se livrer à une bataille risquée après leur gain de terrain alors que le Val et l’Ouest ne se battent pas ? Sont-ils si gourmands ? Ils savent qu’une victoire rapide sur nous leur coûtera énormément. J’ai proposé un appui logistique pour soutenir les troupes du grand Septon…Pas par pure générosité. Si une menace peut en enrayer une autre…Pourquoi s’en priver ? Sans les nobles du Conflans, il leur faudra prendre bien plus de risques. Et nous nous préparerons à attaquer ou à défendre. Voilà ce que je propose. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Lun 27 Mar - 16:37



Lord Orlan Salfalaise


Orlan Salfalaise est un jeune seigneur des Îles de Fer, qui a fait ses premières armes il y a plus de douze ans contre le Nord, contre qui il se battit toute sa vie. Il fut de tous les coups de main et lors de cette guerre-ci, il combattit bravement à Moat Cailin, prenant presque le second niveau de la forteresse nordienne. Repoussés dans les marais les fer-nés subirent une retraite infamante, harcelés par les démons du Neck. Orlan tient une haine terrible des nordiens, lui qui a tant gagné au cours de sanglantes campagnes, il n’a pas supporté l’affront d’un recul alors que la victoire leur tendait les bras. C’est un jusqu’au-boutiste, qui considère les fer-nés comme les meilleurs guerriers du Nord et la guerre actuelle comme le meilleur moyen de faire le tri entre les faibles et les forts en Westeros.



Un large sourire s'étala sur la face barbue de Salfalaise. Il y avait toujours un certain contentement à faire sortir de ses gonds le vieux Bracken. Si il voulait en découdre physiquement ce n'était pas un problème et Orlan s'y serait bien prêté, il avait bien besoin d'un défouloir. Mais il devait penser en priorité à ses intérêts. Il n'y en avait aucun à provoquer d'avantage le vieux Lord si tentant que ce soit. Tous ces blablatages l'ennuyaient, le Fer-Né était un homme d'action. Il grogna tout de même un peu quand le vieux s'indigna et parla de trahison. Ce mot avait-il encore un sens dans le contexte actuel ? Que ce soit le père ou le fils on était après tout dans la même famille. Et puis le père était un peu trop ambigu ce qui agaçait profondément Salfalaise. "Gouverneur des îles de fer" sonna comme une douce musique à ses oreilles certes. Mais tout cela n'était que des mots.Et puis les ambitions de Horare bien que grandes n'étaient pas suffisantes.

- Vous parlez de Targaryen et Stark comme étant rationnels. Moi j'estime qu'ils sont juste opportunistes. Plus vite nous éliminerons cette vermine mieux nos intérêts communs s'en porteront ! Si le Val et l'Ouest ne prennent pas part au combat c'est leur problème.

Des lâches qui ne voulaient pas se mouiller voilà tout ! Reculer encore était tout simplement inenvisageable.

- Vous avez du cran Prince. Et j'aime ça.

Prendre la décision de trahir son roi et en faire part sans être certain du résultat des négociations dénotait d'un certain courage. Hoare mettait sa tête sur un billot. Mais ce n'était pas suffisant pour convaincre tout à fait Orlan.

- Quelle garantie solide m'offririez vous ?

Le commerçant négociateur refaisait surface.

- Un mariage solidifierait nos accords. Mon cadet cherche épouse.

Et Salfalaise savait parfaitement quelle femme ferait l'affaire. Restait à savoir jusqu'où Joren était prêt à aller pour ceindre sa couronne.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Lun 27 Mar - 19:37



Lord Brayan Bracken


Lord Bracken est un vieux seigneur du Conflans. Il en a vu, des guerres… Et s’est de nombreuses fois illustré par sa rancœur tenace envers tous ces gens qui n’ont eu de cesse de meurtrir le Conflans ; nordiens, orageois, valois, peyredragoniens. Il les déteste tous. Oh, bien sûr, il n’aime pas spécialement Harren Hoare, mais il a confiance en son souverain pour au moins une chose ; assumer la royauté d’un royaume réputé ingouvernable à cause de vieilles inimitiés. Longtemps opposé à Kian Tully et aux Nerbosc, Brayan est aujourd’hui furieux contre tous ces traîtres qui précipitent le Conflans vers sa ruine. Il commande les troupes originaires du Conflans dans l’armée du Prince Joren, sinon nominalement, au moins dans les faits, car il est un des chefs de guerre les plus expérimentés de sa patrie d’origine.



Désillusionné, je l’étais. En tous cas je ne penserais pas une seule seconde à me lancer dans une nouvelle aventure dans le giron des Hoare si ça ne permettait pas de combattre et de repousser nos envahisseurs. Je n’étais pas tellement surpris de la proposition du Prince Joren. Le vieux Roi était de plus en plus décrié à mesure qu’il avait perdu la Néra, échoué à Moat Cailin, perdu le Trident et s’était retrouvé isolé de nos alliés ouestriens, notamment. Les fer-nés étaient faits pour se trahir. C’était évident à mes yeux ; jamais ils n’avaient été équilibrés. Jamais. Harren était différent, pour l’avoir rencontré souvent. Et son fils l’était aussi. Mais ils restaient fer-nés dans leur cœur, prompts à la trahison, s’enflammant pour l’ambition et la revanche, engloutissant les hommes. Au-delà de l’horrible félonie que proposait le fils, je n’y voyais pas plus d’avantages sans arguments soulevés. Je me fige et ouvre la bouche, estomaqué par l’argument.


| Ah. Nous y voilà, l’ambition, donc. Ce sera votre argument principal. Il me touche, assurémment. |


J’étais un vieil homme, et je n’avais jamais été à conquérant à défaut d’être un guerrier depuis très longtemps. L’homme déroule son plan. Laisser faire ces soit-disant croisés à notre place, les laisser épuiser l’ennemi, puis le submerger. Ce n’était pas stupide, mais il partait du principe que cela amoindrirait vraiment l’ennemi. Et voilà que Salfalaise continue à jouer au fer-né.


| Vous aimez aussi les chèvres sur vos îles, ça ne fait pas encore de vous le gouverneur des Îles de Fer, Messire. |


L’insulte était évidente mais j’en avais assez de côtoyer ces rustres qui ne prenaient jamais le temps de réfléchir au moindre problème.


| Et que faites-vous, Prince, de ceux qui resteraient fidèles à votre père ? Les troupes de l’est, d’Harrenhal, ces vassaux du nord du pays qui résistent à l’envahisseur ? Parmi cette vaste armée, parmi tous les bannerets propres à votre père ? S’ils perdent en fiabilité, se déclarent neutres devant la situation fratricide ou pire, changent de camp ? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13396
Membre du mois : 240
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Sam 1 Avr - 11:33

Salfalaise et Bracken  ne semblent guère s’apprécier. D’un côté, cela est une difficulté à surmonter. D’un autre côté, il s’agit d’un avantage sur lequel je peux jouer. Je n’ai même pas à les diviser puisque je suis l’homme providentiel. Certes, je me suis un peu arrangé pour l’être mais parfois il faut savoir favoriser le cours des choses. Ils ne peuvent vaincre seuls et chacun dispose d’une occasion unique pour faire avancer le rang social de leur maison. D’ailleurs, c’est pour cela que je tente en cet instant d’accéder au trône. Les Hoare savent flairer le sang et je sais que je leur suis indispensable. Qui voudra se rassembler derrière Salfalaise chez les Conflanais ? Qui voudra se rallier derrière Bracken face au Tully sans mon appui ?  Alors qu’ils m’assaillent de questions, je m’occupe de dissiper les nuages.

« Nos intérêts communs pour le moment ? Il nous faut établir une frontière, une ligne de démarcation au delà de laquelle la légitimité, la loi et la population, la force sont nôtres et se jeter sur des opportunités pour affaiblir l’ennemi. Pour la vermine…nous avons avancé progressivement dans nos différentes campagnes. Et nous en ferons de même maintenant ! Mais, nous choisirons où et quand combattre. Cette ligne de démarcation irait du nord au sud, des Jumeaux à Pierremoûtier en passant par Haye-Pierre. Pour Vivesaigues, je laisserai les hommes du Conflans décider de l’issue. »


Ce vieux bougre voulait encore charger brutalement alors que l’on doit envisager la guerre différemment au sein du Conflans. Il me faut calmer ses ardeurs tout en laissant une pléthore de possibilités d’épancher sa soif de combats. Mais, le Fer-né poussa le vice jusqu’à me faire part de sa volonté de marier son frère…avec mon assentiment. Il est trop tard pour reculer désormais et il s’agit aussi d’une possibilité d’étendre mon pouvoir alors que je ne suis pas à l’origine de cette demande.

« Vous êtes gourmand, lord Salfalaise. Avez-vous des propositions pour votre cadet ? Qui que ce soit, je ne m’y opposerai pas. »


Lorsqu’il ne s’agit pas de l’un, c’est l’autre qui repart au front. Bracken et Salfalaise formeraient presque un duo de frères ennemis liés par la nécessité mais ayant combattu côte à côte à de maintes reprises. Le seigneur de Haye-Pierre me fait part de ses préoccupations de façon moins tranchée que lord Salfalaise. Nourrir son ambition est un moyen d’obtenir sa fidélité mais il s’agit aussi d’une preuve du lien que je souhaite maintenir avec mes bannerets.


« Est-ce uniquement de l’ambition ? ou aussi du mérite pour votre engagement ? Je sais me souvenir de ceux qui saignent à mes côtés.  Vous semblez assailli par le doute, mon ami. J’en conviens que la situation n’est guère aisée pour les hommes du Conflans et que cette guerre est particulière pour ceux qui sont natifs de ce royaume. C’est la raison pour laquelle je vous fais confiance. »


Très difficile de prévoir comment vont réagir les troupes de mon père. Mais, le risque est acceptable dans la mesure où je sais qu’Harren doit se protéger. Si il ne peut me réprimer, je sais que la situation peut m’être favorable.

« La question qu’il faut se poser est plutôt…en quoi les troupes qui resteraient fidèles à mon père se révèleraient gênantes ? En premier lieu, elles doivent aussi faire face à un ennemi extérieur. L’ennemi de mon ennemi est un allié de circonstance…tout comme les Croisés. En deuxième lieu, la proportion d’hommes du Conflans restera majoritaire dans mon camp par rapport au camp des Tully, Stark, Targaryen ou au camp d’Harren. C’est un atout que l’on peut utiliser pour au moins avoir la neutralité de ces bannerets de l’est. »

À nouveau, je me masse la barbe avec un air pensif. La simplicité est parfois la meilleure solution dans un problème complexe.

« Pour être honnête, je ne leur impose aucun choix. Je reconnais que les bannerets peuvent changer de camp et basculer chez les envahisseurs. Mais, ils peuvent aussi basculer de notre côté après ma prise de pouvoir ou rester fidèles à Harren le Noir. Le risque est acceptable parce qu’ils ne font pas partie du Conflans vital et de l’assise de notre royaume fondé sur l’ouest de la ligne Jumeaux, Haye-Pierre, Pierremoûtier. En clair, ils peuvent choisir librement leur souverain. Je pense qu’ils vont préférer rester dans l’expectative et voir comment les choses évoluent. À nous de générer des évènements favorables, l’esprit de la résistance pour les séduire plutôt que de laisser le terreau de la coalition prospérer. »

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Jeu 4 Mai - 0:00



Lord Brayan Bracken


Je ne savais pas avec certitude où nous étions avancés avec cette difficile entreprise qu’était l’avenir commun de deux royaumes qui se détestaient depuis des siècles, mais je savais que peu importait de quoi serait fait cet avenir, il serait forcément empreint de violence. Nous ne pouvions pas avancer à quelque chose qui passe outre ce vieil antagonisme, sans, peut-être, le régler une bonne fois pour toutes. C’était peut êtrte ça qui condamnait les fer-nés à la solitude en Westeros, d’un point de vue politique. Tant que le raid ne sera pas pratique interdite, tant que des générations vivantes auront connu toute la puissance de leur dépravation et de leurs tactiques militaires les plus couardes, il n’y aurait sans doute rien dans le moteur pour le faire avancer. Je posais une question frontale au fils de mon suzerain, qui avait de la ressource mais qui peinait, pour le moment en tous cas, à me convaincre. Je fis la moue.


| Nous avions une franche supériorité numérique au début de la guerre. 8 contre 1 contre Peyredragon. Puis, 2 contre 1 quand l’Orage les a rejoint. Egalité quand Dorne l’a fait. Nous sommes devenus moins nombreux quand le Nord s’en est mêlé. L’arrivée opportune du Bief nous a redonné la supériorité numérique. Et nous allons encore attendre. Mais attendre quoi, votre altesse ? Nous avons gaspillé nos forces dans des ques tout azimut et maintenant que l’ennemi est face à nous, nous n’attaquons pas. Si nous attendons à nouveau, l’hiver passera… Qui ne nous dit pas que le Val, l’Ouest ou les deux, rejoindront nos ennemis ? Nous devons frapper ! |


Je laisse Salfalaise faire son discours, mais j’attends surtout du fer-né du soutien. Pour le coup même si leurs tactiques étaient indignes, la clé de la victoire serait leur flotte d’un côté, et notre armée de l’autre. Si nous étions forcés de collaborer, autant bien le faire. Et c’était la coalition qui avait l’avantage. Pas en hommes, pas en navires, pas en ressources ; ils étaient surtout chez nous. Et nous priveaient de villes, de terres arables, de ressources, il n’y avait pas non plus d’accès au fleuve maintenant ; nous contrôlions encore les Jumeaux, mais plus rien en aval. Ils avaient donc la mainmise sur une bonne partie du pays, et en contrôlant Salins et Herpivoie ils pouvaient attaquer le cœur du Conflans. Il fallait donc a minima les repousser, et si possible, les prendre à la gorge avec nos navires. Si Joren Hoare voulait nous mener, il fallait qu’il propose quelque chose de différent de ce qui avait été fait jusqu’à maintenant.


| Mouais… Si nous sommes des traitres, nous perdons à tout le moins Harrenhal et ses stocks. Votre père ne va pas se laisser faire. Et si ses chances de vaincre sont gâchés, il s’arrangera au moins pour nous faire payer la monnaie de notre pièce. Vous n’avez pas l’air de croire qu’il fera des difficultés alors que vous allez lui voler sa couronne. Mais un homme qui a guerroyer et étendu son royaume toute sa vie ne va pas rendre les armes et partir à la retraite ; il va se battre becs et ongles pour ce qui lui appartient. |




Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13396
Membre du mois : 240
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Sam 6 Mai - 9:42

Ce sont tous les deux des bestiaux difficiles à gérer. Salfalaise et Bracken sont les exemples mêmes des grandes gueules que l’on entend à longueur de journée. Je ne peux pas dire qu’ils ont tort sur la situation.  Mais, parfois, je dois avouer qu’ils me fatiguent à passer leur temps à voir le verre à moitié vide. La situation est compliquée mais nous ne devons pas céder à la peur et à la précipitation.

« Cette fois-ci, nos bourgs seront mieux protégés. Herpivoie nous coûterait cher et je vous rappelle que l'on doit se méfier de tous. Si ils s'aventurent dans le coeur du Conflans, nous interviendrons tant qu'ils seront en dehors des villes. C’est pour cela qu’il va falloir créer la surprise dans le même temps pour les affaiblir. Je vais utiliser ma flotte pour cela. Je vous garantis qu’il n’y a personne d’autre sur ce continent qui souhaite plus que moi briser l’Empire !  Et nous allons attaquer, je vous le promets. Mais, souvenez-vous d’Argilac Durrandon…il a attaqué de façon désespérée. À court terme, attaquer paraît l’option la plus normale. Ils veulent nous faire courir, Lord Bracken. Nous devons prouver que nous sommes bien plus redoutables que ça !  Nous frapperons, mais en leur cœur, et là, ils se retrouveront en face du même dilemme que nous. »


Je connais peu de généraux qui n’ont jamais été en défaut. Surtout face à tant d’ennemis. Son idée d’utiliser la flotte m’a séduite. Et si cela peut servir d’argument pour calmer ses ardeurs pour le moment, ce n’est pas plus mal. Stark, Targaryen et Tully ont voulu morceler le Conflans. Je vais ajouter ma participation en me séparant d’Harren.

« Je ne m’attends pas à ce que mon père se laisse faire. Mais, je crois que nous n’avons pas la même vision des choses. Mon père n’a pas autant guerroyé que moi. Il a toujours envoyé ses sbires se battre à sa place. Et j’ai appris sous ses ordres à défier qui que ce soit sur ma route. Si nous voulons créer autre chose, vivre ensemble, Conflanais et Fer-nés, avec de nouvelles idées, nous devrons aller jusqu’au bout. Parce que renier Harren, c’est écorcher le Conflans Libre, c’est bouleverser toute la diplomatie de Westeros, c’est offrir aux Conflanais un statut égal à celui des Fer-nés à la tête de ce royaume. L’enjeu n’en vaut t’il pas la chandelle ? Oui, je parle bien d’un nouveau royaume qui émergerait de cette guerre. Le mien. Un royaume qui se fera enfin respecté à l’échelle de Westeros. Ou qui sera plus que jamais en mesure de se faire respecter. »


Avec l'aide des navires, je pourrais mettre la pression sur le Nord. Il est hors de question de continuer à courir ici et là pour, au final, perdre piteusement.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Sam 6 Mai - 19:46



Lord Brayan Bracken



Je me rends bien compte que le Prince pensait peut être nous décider plus facilement. Dans le fond, je veux y croire. Mais quoiqu’en dise Joren Hoare, c’est un peu de sa faute aussi, la situation dans laquelle nous nous trouvons. Ce pleutre de Tully a enfoncé le clou, mais si nous n’avions pas autant dégarni notre royaume, nous aurions pu écraser depuis longtemps la faible armée Peyredragonienne, alors qu’ils n’étaient que dix mille et nous, quatre-vingt mille. Je n’ai pas compris cette stratégie de les laisser avancer, puis de nous laisser grignoter. Cela avait laissé une porte ouverte aux nordiens, porte qu’ils nous avaient après foutu dans la gueule en l’ouvrant d’un grand coup de pompe en mode « coucou c’est nous ! ». Tout n’était pas perdu, loin de là, mais l’ennemi avait commencé à rééquilibrer les forces, et je craignais maintenant que ce qu’ils avaient commencé à gagner en unité nous pousse à nous désunir de notre côté. Je le corrige, peut être un peu vertement.


| La flotte de votre sœur, je vous le rappelle. Qu’elle soit au diable avec la majeure partie de nos bateaux n’y change rien, c’est elle qui leur commande. Et il nous faudra son soutien ; sinon votre père l’adoubera et nous serons dans de pires draps encore. Vous en êtes vous assuré ? Et du bief, qui va bientôt l’épouser ? Nous ne pourrons fonctionner qu’avec des alliés. |


Sinon, tout le monde préférera suivre Harren, qui reste un danger pour l’ennemi avec ses troupes et son formidable donjon. Et ça, ça pouvait être une véritable épine dans notre pied, vous pouvez me croire. Je rudoie le jeune prince.


| Votre père a connu son propre lots de batailles ! Je l’ai déjà vu plusieurs fois dans la mêlée, ou au commandement direct ! Et quelles garanties avons-nous dans ce cas, d’être traités comme des égaux des fer-nés ? |






Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13396
Membre du mois : 240
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Sam 6 Mai - 21:52

J’ai très envie de me masser les tempes. Mais, je ne peux pas me montrer fatiguer de cette situation hostile. Oui, j’ai des troupes conséquentes mais cela est loin d’être suffisant. Je ne suis pas un souverain. Simplement un Prince, un général d’armée mais guère plus. Or, pour devenir davantage, il faut que j’abatte l’image d’Harren. Je suis un peu déçu de voir que, malgré tous mes combats, personne ne me donne la légitimité que je mérite. J’ai pris tous les risques imaginables, tout le temps. Et je suis continuellement vu comme un incompétent qui ne fait pas le poids. Je suis agacé de devoir demander le soutien de personnes extérieures. Je n’ai rien à leur prouver. Mon pouvoir, je l’ai acquis sur le terrain. Tout comme le groupe que j’ai formé. Je ne dois rien à qui que ce soit dans ma vie ! Je pourrais frapper Bracken sur le champ et l’avoiner jusqu’à ce que je m’épuise. Mais c’est certainement la dernière chose à faire au vu de la situation.  Finalement, je me surprends à garder mon calme malgré la verve irrévérencieuse du Bracken. Quelqu’un devra morfler pour me faire les nerfs.


« Je vais m’occuper de ces soutiens. Mais, parfois il faut prendre des décisions. Vous ne voulez pas vous engager tant que vous n’avez pas le soutien de ma sœur et du Bief ? Qu’est-ce qui vous dit qu’ils n’attendent pas aussi que vous soyez convaincus de la cause de notre combat pour apporter leur soutien ? Qu’est-ce qui se passera si je n’ai pas leur soutien ? Vous allez vous battre pour Tully peut-être ? Je ne vous comprends pas mais je vais faire le nécessaire pour vous apporter ma bonne foi. »    


Et merde. Si j’avais pu mettre la main sur un contingent de cavaliers targaryens, j’aurais pu me faire la main. Je ne risque pas d'être plus mal vu que je ne le suis actuellement. Je fulmine intérieurement et la situation s’envenime encore lorsqu’il me parle de mon père. Alors, je m'emporte moi aussi en faisant monter la voix.


« Je ne vais pas me prêter à ce jeu, Lord Bracken.  Mon père s’est peut être battu ici et là. Mais, dans cette campagne, je suis dans la boue depuis le premier jour. Je vous ai défendu maintes fois. Contre les Orageois. Contre les Bieffois. Et je continuerai de vous défendre contre n’importe quelle menace. Et vous allez me dire aujourd’hui que mon père s’est retrouvé un jour face à une telle situation ?! Je suis meilleur que lui, voilà ce que je crois ! Envers et contre tous si nécessaire. J’ai saigné à vos côtés et je me battrai pour ce royaume. Je n’ai pas de meilleure garantie que celle-là. Je peux vous donner ma parole mais ce n'est rien à côté. Dans la vie, il y a ceux qui se battent et ceux qui tremblent. Ce ne sont pas forcément les premiers qui survivent. Mais, ce sont ceux qui choisissent leur mort alors....Choisissez. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Sam 6 Mai - 23:04



Lord Brayan Bracken



La discussion devient stérile. Je n’ai pas l’impression que le prince Joren se rend compte qu’il ne propose aucune alternative crédible, pas sans garantie, pas sans différence de plan avec le précédent. Il prévoit de ne lancer aucune attaque massive. Comme jusqu’à maintenant. Il pense que personne ne suivra son père. Il pense aussi que tout le monde acceptera la transition sans problème. Je ne sais pas à quel moment il a autant pris la confiance. Oui, il a remporté des victoires. Deux, si je ne m’abusais. Mais il avait tourné les talons sans achever l’Orage par deux fois, dont une qui avait coûté une armée au Bief. Et pendant ce temps, les Tully et leurs soutiens Stark et Targaryen étaient libres de continuer à avancer sans que l’on ne s’y oppose sérieusement. Le prince semble perdre patience, mais il garde malgré tout un certain calme. Il n’a pas tout à fait tord. Mais je crois qu’il comprend mal le risque encouru par ceux qui trahiront le Noir et qui se planteraient se faisant.


| Non, si vous n’avez pas leur soutien, ça ne sert simplement à rien de chercher une autre voie… Car sans flotte et sans allié, vous ne serez que le chef d’une bande de pillards, qui, aussi nombreuse soit-elle, n’aura aucune légitimité. Un prétendant au parricide, rien de plus. Alors que si vous avez l’armée, la flotte et des alliés… Votre père sera isolé. Et votre cause sera légitimée par le poids de vos soutiens. |


Je n’aurais pas pensé devoir appuyer sur cette évidence. On ne gagne aucune légitimité à tuer un roi adverse dans une bataille à trois contre un. Par contre, on en gagne une à être suivi par la totalité des forces d’un royaume contre son propre roi, même s’il s’agit de son propre père. Et le voilà, d’ailleurs, qui perd patience pour de bon, le prince. J’inspire, pour ne pas parler d’un ton trop brusque qui me vaudrait arrestation, quand bien même cela couperait le prince de quelques soutiens riverains.


| Votre père n’avait jamais été envahi non plus, avant que vous preniez presque tous nos forces pour aller dans le sud sans vous en servir. Et vous avez attaqué ; non défendu. Mes terres sont menacées par un ennemi pour la première fois de ma longue existence. Ce qui est fait est fait ; nous avons fait plusieurs paris et je vous ai suivi volontairement, mais pour le moment nous n’en avons pas retiré de gains. Alors je vous suivrais, malgré ces revers, car vous, effectivement, vous êtes bien là, parmi nous… Quand votre père reste derrière ses murs. Mais pour vous suivre contre lui en plus de nos ennemis, j’attendrais la réponse de la Princesse. |


Si le prince n’avait pas d’autres arguments, nous en restions suspendus à la décision de sa sœur.






Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 13396
Membre du mois : 240
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   Mar 30 Mai - 20:01

C’est toujours dérangeant d’avoir l’impression d’être pris pour ce que l’on n’est pas. Oh je suis allé à bonne école avec mon père et les Conflanais en général. Alors, cela explique comment j’arrive à garder la tête froide dans une telle situation. Bien sûr, je n’avais aucune raison d’être serein. Mais, afficher une quelconque angoisse ne m’aiderait pas davantage. Me retournant à nouveau vers lord Bracken, je le laisse terminer sa tirade non sans montrer un agacement certain. Cet homme n’est qu’un fossile.

« Vous ne connaissez rien à ma famille, Bracken. Tout ce que j’ai obtenu dans ma vie, je l’ai obtenu par moi-même. Demander la permission, l’appui, est un signe de faiblesse. Je ferais néanmoins une exception pour vous. Mais, ce sera la dernière. »


Je ne gagnerai pas contre lord Bracken en tentant de faire valoir ma logique. Pas parce qu’il a raison et que j’ai tord mais parce qu’il juge sans avoir participé à la moindre décision. Ce petit sourire arrogant est la meilleure réplique face à un raisonnement que je déplore. Quoi qu’il puisse survenir, je m’adapterais en conséquence.

« Faîtes donc. »


Qui voudrait d’un type comme lui dans son cercle restreint ? On aurait été perdants à pourchasser les Orageois. Il devrait le savoir si il avait un tant soit peu une fibre stratégique. Mais, je préfère le laisser grommeler dans son coin au lieu de lui filer une mandale au beau milieu du contingent.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Les Mêlées du Grand Tournoi [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans
-
Sauter vers: