AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]
MessageSujet: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   Ven 3 Mar - 18:58

Robb fulminait. Littéralement. De la fumée aurait pu lui sortir des oreilles tellement il était enragé, et il fallait sans cesse qu’il se rappelle qu’étriper les deux gardes qui lui collaient au train depuis un quart d’heures ne ferait que rendre la vie des Martell encore plus impossible pour ne pas mettre ses menaces mentales à exécution et rendre gorge à ces deux maudits bieffois qui le toisaient de haut depuis tout ce temps, engoncés dans leurs armures lourdes. Au moins cuiraient-ils convenablement en ces mois d’été, ce qui arrachait un sourire mesquin au jeune homme, dont la vêture légère n’était point ornée de pareils ornements. On les lui aurait refusé, de toute manière, tout comme le droit de porter son épée, Aube restant confinée dans les appartements lui ayant été attribués dans le palais.

Il savait en son for intérieur qu’il avait eu de la chance, comme toute la délégation dornienne. Ce qui avait commencé comme un mini-sommet pour célébrer la paix entre les trois royaumes les plus au sud de Westeros avait viré au cauchemar. Ce mouvement de foule maléfique avait failli tout emporter, et surtout les invités, même si la noblesse du Bief avait été par endroit particulièrement chamboulée, obligeant certains Ser à sortir l’épée aux côtés, ironie suprême, des dorniens pour défendre leurs vies … Et par extension leurs invités. Pour Robb, qui s’était amusé tout le long des festivités à se promener incognito dans la ville, se faisant passer pour un Lowther et se jouant agréablement des bieffois, le retour à la réalité avait été brutal. Sans compter que sa couverture était à l’eau, définitivement. Tant pis. Le jeu, tant qu’il avait duré, était grandement drôle. Le pire était qu’il n’avait pas nécessairement d’intention maligne au départ. Il avait juste voulu sortir tranquillement pour profiter des tavernes locales, les ronds de jambe comme factotum de sa Princesse et de la famille princière finissant par l’ennuyer plus que de raison. Au faste de Hautjardin, le Dayne préférait clairement l’ambiance crasseuse des bouges un peu frustes des faubourgs. Il y décelait comme un parfum familier : celui de la vinasse, des bons mots et des jolies femmes mêlés. Et puis, il avait croisé des bieffois, quelques orageois … Et l’amusement d’être un autre avait redoublé car soudain, tous ne le considéraient pas comme un ennemi potentiel, mais bel et bien comme l’un des leurs. Il avait partagé une nuit de beuverie des plus distrayantes avec un Redwyne, par exemple, qui, trop aviné pour se poser des questions, s’était contenté de trouver en lui un partenaire de chopine sympathique. Ce qu’il en avait retenu ? Que toutes ces fichus septons étaient des abrutis, à prêcher les uns contre les autres, et que finalement, il n’y avait pas tant de différence que cela entre bieffois et dorniens. Les premiers étaient juste beaucoup plus engoncés dans leurs traditions pesantes que les seconds, à son avis.

Mais ces moments étaient bel et bien terminés. La Princesse Deria et sa suite étaient sous la protection du roi Mern, ce qui s’apparentait aux yeux de beaucoup à une maintenance en résidence surveillée. Le palais bruissait de rumeurs comme quoi les dorniens allaient se venger, qu’ils commençaient déjà piller et violer le long de la frontière … Comment leur en vouloir ? Pour la Principauté, on avait attenté à la vie de leur jeune souveraine, de leurs nobles venus en paix, invités. Pour les bieffois, apparemment, tout cela était un sombre complot dornien destinés à semer le trouble et massacrer de la noblesse. Bref la tension était à son comble, et les deux souverains passaient un temps non négligeable en conciliabule, ce qui limitait l’usage d’une escorte armée, et donc l’utilité de Robb, qui se morfondait dans l’ennui. Aussi avait-il fini par résoudre de sortir dans les jardins, non sans avoir dû montrer patte blanche. Finalement, on lui avait assigné deux escogriffes collés à ses basques, et il prenait donc un malin plaisir depuis plusieurs minutes à leur faire arpenter les jardins de long en large.

Levant les yeux au ciel, le jeune homme finit par soupirer, sans porter attention au fait qu’un homme se trouvait sur son chemin … Homme qu’il percuta donc dans un fracas cocasse. Se redressant, légèrement sonné, Robb déclara rapidement, peu désireux de relever un duel pour une maladresse qui n’était vraiment pas volontaire :

« Mes excuses, Ser, je ne regardais pas où j’allais. L’attrait du soleil bieffois a obscurci ma vue, sans nul doute. »


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Noble, Ser, Epée du matin
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Et l'Aube sera rouge.
Messages : 774
Membre du mois : 69
Célébrité : Jérémy Sumpter
Maison : Dayne
Caractère : ♦ Bagarreur♦ Bon vivant ♦ Egrillard ♦ Drôle ♦ Impétueux ♦ Fine lame ♦ Râleur ♦ Loyal ♦ Nonchalant ♦ Passionné ♦
Et l'Aube sera rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   Lun 6 Mar - 19:05


Le grand banquet de Hautjardin et les festivités l’entourant resteraient marqués à jamais dans la mémoire de Cleyton. Les invités de marques étaient provenus de tous les royaumes de Westeros pour participer au Carnaval de l’Opulence. Nobles bieffois, dorniens, orageois, tous cohabitaient en relative harmonie pour le temps des festivités. Puis, chacun d’entre eux étaient mélanger avec le peuple et croyez moi quand je vous dis que nombre d’entre eux ont bien gagné leur vie en offrant des services aux nobles aux poches un peu trop remplis. Peut-être était-ce la présence de la populace et d’une noblesse étrangère jusque-là haïe qui a causé les événements sanglants qui s’en sont suivi.

L’héritier du Vieux Rouvre avait pour sa part passé de merveilleux moments à Hautjardin durant le carnaval. Il n’avait pas beaucoup de moments de repos habituellement, et si ça ne tenait qu’à lui, il n’en aurait jamais, mais c’est sans grande surprise pour ceux autour de lui que l’homme toujours sévère et sérieux en apparence s’était séparé de la suite du Lord du Vieux Rouvre pour profiter des festivités. Il avait passé une première soirée arrosée avec quelques mercenaires bieffois et un ou deux chevaliers venu des terres de l’Orage. Quelques dorniens avaient voulu se joindre à eux, mais Cleyton ne s’était pas montrer très accueillant envers eux. Heureusement, c’était avant la bataille des hautes terres où Cleyton a perdu son père et le petit fils du Lord Owen parce que sinon il aurait été bien plus que seulement déplaisant. Il était parti tard dans la nuit avec l’esprit léger et le pas peu adroit il perdait l’équilibre à tout va. Finalement, il avait abandonné l’idée de rentrer à ses quartiers et s’était laisser tomber contre un mur où il avait dormi un œil ouvert et une bouteille de vin en main. La bouteille n’était plus là à son réveil, mais le reste semblait en ordre. S’il lui manquait autre chose il ne l’avait pas remarqué. Il est rentré faire une sieste et puis avait suivi le Lord Owen pour le reste du séjour menant au banquet avec quelques excursions. Ce genre d’événement n’était pas pour Cleyton, trop mondain et formel, il n’y prenait aucun plaisir. Heureusement, personne ne pouvait vraiment le savoir puisqu’il était masqué. Il avait bu et entretenu quelques discussions inintéressantes avant de prendre un peu de distance et discuter avec quelques gardes bieffois qui ne profitaient pas d’un congé aujourd’hui. Il était plus dans son élément avec ce genre de personnes. C’est entre deux blagues de soldat que les premiers cris se sont fait entendre. Cleyton n’était pas en armure comme ceux avec qui il avait passé la dernière heure, mais il les avait quand même instinctivement accompagné jusqu’à la source. Puis d’autres cris suivi, la rumeur courait que des dorniens avaient tué des bieffois un peu partout à Hautjardin. Les gardes actifs ce soir-là ont rapidement perdu le contrôle de la foule qui était désormais assoiffé de vengeance. Ils en avaient perdu la raison et attaquaient dorniens, orageois et bieffois sans grande distinction. Cleyton avait dû désarmer un paysan qui s’était attaqué à lui, avec le couteau en main, il s’était dépêché de retrouvé le Lord Owen et sa famille pour escorter tout le beau monde du Vieux Rouvre en sécurité. Une fois sa famille sous la protection du Roi Mern et éloigner du danger, Cleyton était retourner sur place un peu mieux équiper pour participer aux efforts déployés pour calmer l’émeute. Les morts et blessés furent nombreux, les beaux moments passés seraient tous oubliés en faveurs de ce carnage. Les relations qui s’étaient améliorés avec les invités du Bief étaient désormais plus envenimés que jamais. On racontait que des patrouilles dorniennes s’étaient attaquer à des villages bieffois le long de la frontière et des bieffois répliqueraient tôt ou tard il le savait. Pour être honnête, il ferait sans doute pareil s’il était sur place. Enfin, peut-être pas, mais il ne resterait définitivement pas là les bras croisés.

Plus tard dans la soirée, lorsque le jeu s’était un peu calmer, Cleyton était rentré au château. Il s’était assuré que tous les gens du Vieux Rouvre étaient bien présents et en sécurité.  Après quoi, il était parti en direction du jardin de Hautjardin afin de prendre un peu d’air et se calmer. Il était vraiment en colère, contre quiconque était derrière tout ça, mais aussi soucieux de la tension à la frontière. Il marchait donc tout feu tout flamme à travers les couloirs du château jusqu’à se rendre au jardin où il se fit heurter par quelqu’un sans même vraiment s’en rendre compte. Si ce n’était pas de la voix s’étant adressé à lui, il aurait continué son chemin sans rien remarqué. Il levait les yeux en vitesse pour répondre en vitesse que ce n’était pas grave sans pour autant être rude et mal poli. Mais il n’en fit rien parce qu’à peine eu-t-il levé les yeux qu’il reconnaissait la personne qui l’avait heurté. C’était l’épée du matin, mais surtout un jeune gaillard, arrogant aux yeux de Cleyton, qui s’appelait Robert Dayne. Enfin, Cleyton l’avait connu sous le nom de Robb tout court plus qu’autre chose. Son appartenance à la maison Dayne n’avait pas été mise en évidence à l’époque. Ils s’étaient rencontrés en Essos alors que Cleyton s’était imposé son propre exile et oeuvrait comme mercenaire au plus offrant. Quoi que, c’était probablement entre deux contrats que Robb avait croisé son chemin. Dans tous les cas, ils étaient tous deux des épéistes d’exception, parmi les meilleurs de leur époque. Il était chose rare qu’un Dayne porte le titre d’épée du matin, cela disait tout de la valeur du jeune homme avec une lame en main. Mais tout le monde sait que la lumière du matin est étouffée par les ténèbres d’un démon comme celui du Rouvre. Ils avaient un profond respect l’un pour l’autre en ce qui concernait leurs habiletés martial. Cependant, ils étaient aujourd’hui dans des camps opposés et aucun des deux n’hésiterait à enlever la vie de l’autre sur un champ de bataille. Cleyton se dirait même impatient à l’idée de croiser le fer de Robb et montré à ce dernier que son titre n’est rien de plus que des mots et qu’il peut être vaincu comme tous les autres par un épéiste qui lui est supérieur.

« Ser Robert Dayne. Je vois que nous avons un invité de marque en plus de la famille royale, vous saviez que ce jeune blondinet est l’épée du matin? » Disait-il autant à l’attention de Robb que des gardes.

« Oui, rien de moins. Un honneur rare, ils pourraient sans doute vous tuer tous les deux s’il était permis pour lui de porter une épée. » Rajoutait-il.

« J’imagine que vous accompagniez la reine? J’espère que vous vous en êtes tous sorti indemne je dois avouer ne pas avoir été au courant avec tous le chaos dans les parages. Mais content de te voir Robb. » Terminait-il en lui donnant une tape ou deux dans le dos.



I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 950
Membre du mois : 0
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   Mar 7 Mar - 11:34

« Je doute d’avoir besoin d’une épée au point où nous en sommes … Mais je doute que céder à un besoin de démonstration soit intelligent à l’heure actuelle …

Vos deux camarades devront vous croire sur parole, Ser du Rouvre. »


La face longiligne et mince, peu expressive hormis ses yeux perçants qui faisait face à Robb aurait été reconnaissable entre mille, et maintenant qu’il pouvait la distinguer pleinement sous le soleil doux du Bief, il n’avait aucun doute sur son identité. Même la voix n’avait pas changé, malgré les années, avec son timbre si particulier, cette manière propre aux guerriers entraînés de chercher la querelle sans le dire explicitement, tout en allusions amicales et piques amusées. Sans doute que face à un nobliau basique, le Dayne n’aurait pas manqué de s’en offusquer et de répliquer vertement à l’importun. Néanmoins, il subodorait qu’à cet instant précis, il s’agissait autant d’un test de sa patience que d’une méthode subtile pour lui rappeler qu’ils avaient un historique commun … Et que fut un temps ils ne s’étaient pas détestés, loin de là.

De fait, un élément important pour comprendre la psyché de l’Epée du matin était sa propension à respecter les guerriers doués, quels qu’ils fussent, pourvu qu’ils répondent à ses idéaux propres. Avec sa brutalité, sa force épée en main et son expérience, le Démon du Rouvre correspondait sans mal à cette description, et du temps où il s’était fait simple mercenaire, et où lui-même avait désiré redevenir un apprenti, tous deux n’avaient pas manqué de s’entendre. Les différences culturelles, d’allégeance n’avaient pas leur place dans les arènes d’Essos, dans les maisons d’entraînement où se côtoyaient princes marchands, épées à louer, gladiateurs et danseurs d’eau, plus quelques égarés de Westeros qui prenaient plaisir à changer momentanément de vie, et sur le plan martial, d’habitudes. Clairement, un chevalier ne faisait pas la guerre pareillement qu’un vif braavien ou un lourd baleinier ibbénien. Et Robb croyait fermement en la complémentarité de ces enseignements. Grâce à son temps passé au-delà du Détroit, il avait étendu ses compétences, maîtrisé de nouvelles armes, mais surtout tenté d’être un combattant plus humble, moins engoncé dans ses certitudes qu’auparavant. Il avait ainsi incorporé certains mouvements emportés de ces enseignements précieux dans ses bottes ordinaires, et prenait plaisir à surprendre ses compagnons de lutte par la variété de son style, toujours prompt à lui donner l’avantage. Avec le temps, on pouvait dire que la technique avait parfait un instinct inné pour la bataille, ses beautés et ses travers.

S’époussetant, il reçut la tape dans le dos du bieffois avec bonhommie, y voyant une forme de camaraderie martiale qui ne manqua pas pourtant d’étonner la piétaille, cette dernière observant les deux nobles avec circonspection. Voyant là l’occasion enfin attendue de leur fausser compagnie, Robb se tourna vers eux et souffla, tout sourire :

« Je crois que vous pouvez me laisser à la garde de Ser Cleyton du Rouvre ici présent. Un Démon devrait parvenir à contenir l’Aube, ne crois-tu pas ? »

Et il s’éloigna avec un sourire légèrement complice, avant de répondre plus directement à la question posée. Pas question de parler librement devant ces deux suppôts des Gardener, qui, il n’en doutait pas un instant, se feraient une joie de répéter toute information potentielle, éventuellement déformée par leur compréhension limitée, à leurs maîtres bien-aimés pour mettre en difficulté les Martell dans les négociations qui se tenaient en ce moment-même. Le Dayne n’était pas idiot, et c’était d’ailleurs précisément par loyauté et égard envers ses amis et suzerains qu’il s’efforçait de supporter les petites avanies des uns et des autres. Tout geste sujet à interprétation ne manquerait pas d’apporter des arguments malvenus aux bieffois, alors que la situation était déjà si tendue. Se placer sous la garde, et implicitement la protection d’un chevalier du Bief qu’il connaissait n’était donc pas une volonté due au hasard. Au moins, avec lui, il savait à quoi s’en tenir. Et quoi dire.

« En effet, je faisais partie de l’escorte de la famille princière, comme lors du Conclave de Goeville.

Et au vu des événements … Heureusement que la Princesse avait prévu une garde conséquente, sans cela, Dorne aurait pu souffrir un nouveau coup douloureux, surtout si peu de temps après les morts tragiques de la Princesse Meria et de son fils le Prince héritier Nymor.

Il est … très dommageable qu’une manifestation de paix ait pu ainsi dégénérer, et tendre les relations entre les royaumes sudiers. Enfin … L’essentiel est que nous nous en soyions tous sortis à peu près indemnes. La Princesse Deria est totalement indemne, et je ne peux déplorer moi-même que quelques égratignures. »


Soudain, le garçon éclata de rire, de son rire joyeux, si caractéristique de sa personnalité, vif et insouciant, goguenard presque :

« Tu sais que j’ai fini épaule contre épaule avec un Redwyne ? Ser Aylan je crois … Comme quoi, le Carnaval a réussi au-delà de ses espérances à souder la chevalerie, à défaut des peuples. »

Ironie ? Point du tout voyons … Un peu tout de même. Mais il fallait admettre que la situation en devenait cocasse, à force.


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Noble, Ser, Epée du matin
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Et l'Aube sera rouge.
Messages : 774
Membre du mois : 69
Célébrité : Jérémy Sumpter
Maison : Dayne
Caractère : ♦ Bagarreur♦ Bon vivant ♦ Egrillard ♦ Drôle ♦ Impétueux ♦ Fine lame ♦ Râleur ♦ Loyal ♦ Nonchalant ♦ Passionné ♦
Et l'Aube sera rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   Lun 3 Avr - 6:06


Le Dayne avait réagi comme Cleyton s’y était attend, il n’avait pas manqué là une occasion de faire valoir son mépris et sa supériorité vis-à-vis les gardes qu’il s’était vu attitré par les Gardener. Le chevalier était amusé par la réaction de son cadet bien qu’il s’efforça de ne pas trop le montrer. Il acquiesçait simplement de la tête en disant à voix basse : « Je n’ai qu’une parole Ser Dayne, je n’ai qu’une parole. »

Cleyton n’était pas le plus chevaleresque des chevaliers, mais il n’était pas moins doté d’un code d’honneur qui lui était propre. Seulement, son code n’avait plus aucune valeur quand sa lame était sortie de son fourreau. Il ne se battrait pas proprement, il vaincrait tout simplement. Ça valait aussi pour les batailles dans l’ombre, celles d’influences et de pouvoirs. Le bien être de sa famille et la prospérité de sa maison lui importait plus que tout et il n’était pas un à rester indifférent faces aux manigances des plus odieux joueurs du Bief et de Westeros. Sa répugnance des Hoare et de tout ce qu’il représentait était bien connu, mais en même temps il considérait que ceux qui se laisser tromper par ces vipères comme des simples d’esprits. Ça incluait son roi bien qu’il ne le dirait jamais à voix haute, il ne considérait pas ce dernier fait pour être roi. La situation actuelle le montrerait sans doute d’ailleurs, Cleyton craignait que son souverain ne se montre pas assez sévère vis-à-vis des dorniens et des troubles à la frontière. Si s’en était de lui, le Bief se montrerait beaucoup moins souple et peut-être même que cela l’amènerait à croiser le fer avec son vieux camarade Robert Dayne. Les affaires du royaume et son devoir de Bieffois passaient avant sa camaraderie. Mais malgré toute la tension palpable, dont peut-être seul Robb était conscient, Cleyton voyait encore son vieil ami en face de lui et s’était montré chalereux. Enfin, aussi chaleureux qu’il était capable d’être. Robb lui arracha un demi-sourire en se servant de Cleyton et sa réputation pour se débarrasser de sa garde. Il était amusé et trop soucieux de son image pour corriger le Dayne.

« Oui partez, je vais prendre la relève et jouer au nounou. Je ne pense pas qu’un dornien serait en mesure d’avoir le dessus sur moi, surtout pas désarmé. » Il accompagnait ses paroles d’un geste de la main signifiant qu’il ne voulait plus les voir ici. Les gardes devaient avoir respecté la volonté de l’héritier du Rouvre puisqu’ils leur avaient laissé leur intimité.

Maintenant qu’ils étaient seuls, les paroles vident de sens, les piques et les sens cachés n’étaient plus d’actualité. Ils se parleraient franchement, chacun sachant que l’autre n’utiliserait pas les informations échangés contre l’autre et sa nation. Non pas qu’ils s’échangeraient des informations sensibles, disons simplement que tout et n’importe quoi est vite déformé dans l’ambiance tendue actuelle entre les deux royaumes. Mais Robb et Cleyton se connaissait depuis trop longtemps pour se laisser emporter dans cela, s’ils avaient à se battre ils le feraient mais pas de cette façon. Le Dayne s’ouvrait donc à lui en ce qui concernait la situation de la famille princière.

« Et bien tant mieux. Je ne sais pas encore tous les faits de cette soirée et de la situation à la frontière, mais plus d’instabilité n’aiderait personne. Surtout pas si certains dorniens sont hors de contrôle. Nous avons bien vu ce qui arrive quand certains sont hors de contrôle, la soirée aurait vraiment pu dégénérer plus que cela nous avons été relativement chanceux en fin de compte. »

Le chevalier trentenaire riait légèrement, ce rire timide, étouffé, à peine perceptible dont seul un homme sérieux et froid comme lui était capable :

« Je suis indemne aussi malgré une tentative de meurtre contre ma personne, merci de m’avoir demandé. »

Cleyton arquait un sourcil lorsque Robb lui avouait avoir traité avec un Redwyne. Certes, Aylan n’était pas le plus déraisonnable des bieffois mais quand même. Cela aurait été plus choquant si Robb était un fer né, les Redwyne perdent la raison quand il est question des Hoare et de leur peuple. Compréhensible sans doute, ces deux maisons avaient tout un historique.

« Aylan ne mord pas. Il est un peu arrogant comme toi, mais sinon il n’est pas une mauvaise personne. Je pense que sa défaite contre moi au tournoi a dû lui donner un coup d’humilité pour qu’il daigne se mélanger avec une sale dornien comme toi. »

Le du Rouvre n’était pas vraiment sérieux en ce qui concernait Aylan ou Robb. Il n’aimait pas les dorniens, mais Robb était un cas spécial et quant à Aylan... il aurait encore besoin d’une dose ou deux d’humilité. Il prétendait odieusement qu’il aurait dû gagner le tournoi ou que c’était un nul.



I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 950
Membre du mois : 0
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   Jeu 27 Avr - 17:23

« Tu devrais craindre davantage la morsure du désert. Nous avons des ressources … insoupçonnées. »

Sur ce coup-là, Robb bluffait un peu. En vérité, désarmé, il n’aurait pu compter que sur sa vivacité pour tenter de se saisir de l’épée adverse, en bloquant son fourreau aussi rapidement que possible. Contrairement aux Qorgyle, par exemple, il n’avait aucune connaissance en matière de poison, et devait admettre que pour avantageuses que soient ces pratiques, il avait toujours trouvé que, venant de nobles, elles étaient … peu honorables. En revanche, dans la piétaille, il n’avait rien à y redire, et bien souvent les flèches empoisonnées de Dorne faisaient merveille sur leurs adversaires. En matière de guérillas et de pillages, la Principauté n’était pas seulement aguerrie : elle avait également d’impressionnantes capacités à allier les tactiques de guerre aux talents de ses guerriers.

Néanmoins l’orgueil patriote du jeune homme fut quelque peu piqué au vif par les paroles suivantes du bieffois. Hors de contrôle … Pardi, alors qu’ils venaient de se faire massacrer en temps de paix au sein-même de la capitale du Bief, c’était un peu fort tout de même ! A croire que décidément, personne ne saurait jamais reconnaître ses torts. Le Dayne était à peu près certain que si l’inverse s’était passé, Deria aurait déjà le Grand Septon sur le râble et que tous les autres royaumes pesteraient contre la déloyauté des dorniens. Mais un massacre d’invités … C’était forcément de leur faute tiens ! Le dornien était tellement fourbe qu’il se sacrifiait lui-même, tout va bien, circulez, il n’y a aucune incohérence ! Non, décidément, Robb n’était pas l’homme le plus intelligent sur ce continent … Pour autant, même lui était capable de discerner ce qui relevait de la mauvaise foi et des faits. Aussi il répliqua, sans aucune once d’humour dans la voix :

« Comment leur en vouloir ? Leur Princesse a été attaquée, mise en danger, par un royaume dont les intentions n’ont jamais été très amicales à leur égard, et ce juste après la mort suspecte de leur Princesse régnante et de son fils.

Si l’inverse était arrivé … Les bieffois auraient réagi avec la même colère, et ils auraient eu amplement raison. »


La conversation reprit son cours, plus légèrement, et Robb ne put s’empêcher de sourire à la pique envoyée à son encontre par le Du Rouvre, cette fois justifiée. Pour autant, il ne faudrait pas compter sur lui pour s’excuser de sa maladresse qui n’était absolument pas intentionnelle. Pour entendre le Dayne s’excuser … Il fallait vraiment un enjeu extrêmement important dont il aurait eu conscience, ou faire partie de ses amis. Autant dire que cela n’arrivait pas souvent. Aussi il répliqua par un trait d’esprit, se contenant de sourire au bieffois de toutes ses dents en soufflant :

« Je n’ai pas besoin de demander, j’ai deux yeux en parfaite condition pour me dire si tu es en un seul morceau ou pas. »


Mauvaise foi ? Pensez-vous ! Mais enfin … On le referait pas. Et puis … la suite promettait d’être amusante. Elle lui permettait à vrai dire de continuer sur le même ton, ce qui le ravissait. Après tout, Robb avait toujours été le plus à l’aise dans un environnement où il pouvait se montrer spirituel, n’hésitant que rarement quand l’occasion de placer un bon mot se présentait. Certes, avec l’âge, son humour s’était fait plus égrillard, et il ne reculait jamais devant une belle obscénité à balancer avec un sourire angélique. Pour autant, ce trait de caractère avait toujours été présent en lui, évoluant tout simplement au fil du temps, et passant d’un naturel épris de plaisanteries pas toujours très fines à un esprit aimant cette gymnastique si chère aux nobles et qui consistait à s’envoyer des piques sans en avoir l’air. Du moins, le Dayne l’appréciait dans un contexte amical et détendu. L’hypocrisie des discussions diplomatiques et politiques, très peu pour lui. Non, lui était trop direct, trop insouciant pour cela, comme il allait le prouver en quelques mots :

« Je ne suis pas arrogant, je connais ma valeur. Les bieffoises aussi, d’ailleurs. »

Et inutile de préciser au vu de son expression pour le moins transparente qu’il parlait d’un tout autre genre de tournoi que le Du Rouvre, avec d’autres lances à manier. Pour le reste … Il n’était guère étonné qu’Aylan Redwyne ait perdu contre son vis-à-vis. A bien des égards, il lui avait semblé …

« Aylan Redwyne est encore un peu vert. Contre un homme d’armes expérimenté, je doute qu’il ait pu avoir une chance. Mais … Il a du potentiel, je pense. »


Tout sourire, du genre de celui qui prépare un mauvais coup, il ajouta :

« Surtout saoul. Après plusieurs verres, il était très sympathique, la veille. »

Du moins, sachant qu’il ne savait pas que le Dayne était un dornien. Certes. Dommage que la supercherie ait été éventée, Robb aurait bien continué son petit jeu, auprès du bieffois ou de cette jolie petite fleur qu’il avait essayé de cueillir tantôt … Enfin, il s’était bien amusé durant quelques jours, à jouer les Lowther de pacotille.


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Noble, Ser, Epée du matin
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Et l'Aube sera rouge.
Messages : 774
Membre du mois : 69
Célébrité : Jérémy Sumpter
Maison : Dayne
Caractère : ♦ Bagarreur♦ Bon vivant ♦ Egrillard ♦ Drôle ♦ Impétueux ♦ Fine lame ♦ Râleur ♦ Loyal ♦ Nonchalant ♦ Passionné ♦
Et l'Aube sera rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   Dim 11 Juin - 6:55


Lorsque Rob mentionnait les ressources insoupçonnées des dorniens, Cleyton avait dû se retenir pour ne pas rire. Il ne prenait en rien cela au sérieux, de toute façon, Rob était beaucoup moins porté vers la fourberie pour vaincre ses ennemis que d’autres. Et puis ne disons-nous pas que le poison est l’arme de crime préféré des femmes? Et des Qorgyle, mais ça c’est une une tout autre histoire. Non, si Rob était assez inconscient pour tenter quelque chose il devrait d’abord désarmer Cleyton et on parlait ici d’un épéiste chevronner qui connaissait intimement l’homme sous sa garde. Il était improbable que cela se produise. De toute les façons, Cleyton avait simple souris et ignoré la remarque. Préférant plutôt aborder des sujets plus sérieux tels que la sécurité de la famille princière et les événements ayant semé le chaos autant à Hautjardin qu’à la frontière entre les royaumes du Bief et de Dorne. L’allégeance de Cleyton était peut-être à son royaume et son roi, mais il n’était pas du genre à supporter quelconque violence ou guerre vide de sens. La soirée l’avait grandement affectée, surtout lorsqu’il avait été attaqué. Il ne s’était jamais vraiment inquiété pour sa vie, il avait fait sa paix avec la mort depuis longtemps, mais les autres non. Sa famille était présent, la maison royale était présente, les dignitaires de Dorne aussi et la famille princière évidemment. Il s’était peut-être mal exprimé à son ami Rob qui pris ses propos sur la question comme une attaque envers son peuple. Pour être honnête, c’était compréhensible, mais Cleyton n’était pas aveugle au tort des siens. Mais il y avait une différence entre une émeute causé par des rumeurs de morts partout en ville et les milliers d’innocents morts à la frontière. On disait même que l’armée de Dorne, et non de simple civils, bandits ou mercenaires avait participé aux atrocités. Bien entendu, à ce stade, rien n’était certain. Et Cleyton était peut-être très bien biaisé, mais il n’acceptait pas les événements de ce soir comme une excuse pour des massacres d’innocents. Tout comme il n’accepterait une rumeur comme une excuse valable pour cette émeute et les meurtres commis. C’était inacceptable, dans un cas comme dans l’autre. Mais il n’était pas encore clair à ce moment si les rumeurs ayant parti l’émeute étaient fondées ou non. Ce n’était pas non plus la priorité de Cleyton, en réalité, Cleyton ne comptait pas trop tardé au château… le mal rôdait toujours en dehors de ses murs et il n’aurait pas la paix d’esprit avant d’être certains qu’un calme relatif régnerait. Il ressortirait une fois qu’il en aurait fini ici. Il était venu pour se calmer, se vider l’esprit, mais son altercation avec le Dayne ranimait déjà la tension. Chacun représentait leur peuple, leur royaume, ils étaient tous les deux capable d’une grande loyauté. Une loyauté qui peut même dépasser la raison dans le cas du chevalier dans la fin trentaine.

« Je tiens à m’excuser Rob si tu prends mes propos contre une attaque contre les tiens. Les esprits sont échauffés, je ne suis pas exception, je suis même particulièrement fâché. Mon roi était ici oui, mais ma famille également. Ma famille a été mise en danger et j’ai eu peine et misère à les mettre en sécurité. J’ai été chanceux, ils s’en sont tous sortis sans blessures graves. Quelques égratignures, un peu de douleur, mais rien qui ne saurait pas guérir en peu de temps. Mais ça c’est moi. Je suis l’un des chanceux. D’autres sont morts ou ont vu leurs amis et leurs familles mourir. Tu sais les rumeurs qui nous parviennent de la frontière? On parle potentiellement de milliers de morts, des viols, des fermes brûlées. On dit même que votre armée elle-même est impliquée. Je ne sais pas ce qui est vrai ou faux, pas encore, mais rien ce soir n’est acceptable. Que ce soit les gestes commis au banquet ou bien à la frontière. J’en veux à tous ceux de mon peuple ou du tiens qui ont mis ma famille et celles de nombreux autres en danger. Leur appartenance à un royaume ou un autre est secondaire, je me fiche même du coupable, mais ça doit s’arrêter. »

Cleyton reprenais son souffle. Il avait fait son discours, si on pouvait appeler cela un discours, avec beaucoup d’intensité. Enfin, au début il était calme, poser, il s’excusait vraiment d’avoir donné l’impression de mettre tout le blâme sur les dorniens. Peut-être même qu’il le faisait vraiment. Mais est-ce que l’appartenance des coupables comptait vraiment? Pas vraiment à son avis. Le fait que ce soit arrivé et que ce ne soit pas encore terminé était le problème et ce qui enrageait vraiment le du Rouvre. Violence gratuite, inutile, vide de sens et causé par l’ignorance. L’effet de meute. Une première attaque, une première rumeur, tout le monde s’est emballé et la même chose s’est produite à la frontière. Qui sait ce qui en découlerait, si tout ne se passait pas bien on pourrait même entendre un vent de colère réclamer la guerre. Dans tous les cas, Cleyton espérait qu’aucun ne commence ici entre lui et Rob à ce sujet.

La discussion divagua plutôt sur Rob, Aylane, femmes et tournois. Inutile de vous dire que la discussion amena le du Rouvre à lâcher quelques soupirs. Rob était toujours aussi capable de… comment dire… égaler Aylan dans ses frasques en dehors de ses obligations.

« Tu es certaine qu’elles n’approuvent pas ta valeur parce que tu les paies? » Dit Cleyton d’un ton ouvertement moqueur.

Cleyton approuvait d’un hochement de tête l’observation de son ami par rapport au jeune héritier des Redwyne. Aylan était un jeune homme talentueux, cela ne faisait aucun doute, mais le talent ne suffit pas lorsqu’on affronte quelqu’un de talentueux et plus expérimenté que soit.

« Ton observation est correcte, je connais tous les trucs et astuces du métier et mon potentiel je l’ai largement atteins. Je m’améliore toujours certes, mais lui est encore un bébé chevalier il a beaucoup plus que moi à apprendre. Les femmes aussi approuveraient. D’ici jusqu’à Lys.» Lâchait le du Rouvre avec un clin d’œil.

« Ça par contre c’est surprenant… il ne m’a jamais frappé comme étant sympathique. Il va me falloir des preuves mon cher. »

Cleyton se demanderait quelle seraitla réaction du Redwyne s’il l’approcherait à propos de cette soirée. Il devait avoir appris depuis ce temps que Rob n’était pas un simple inconnu mais un dornien de la garde de la Princesse.



I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 950
Membre du mois : 0
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback Tour II] Eadem sed aliter [PV Cleyton]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» flashback tour de mahora/moment culte et perle du rolisme XD
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Le Bief :: Hautjardin
-
Sauter vers: