AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧
MessageSujet: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Ven 24 Fév - 0:29

Megara n'avait pas pour habitude de se montrer brusque et autoritaire. Tout comme elle n'avait pas l'habitude de mettre qui que ce soit à la porte, ou de quitter une pièce sans se retourner en ayant décidé d'elle-même qu'il était temps de s'en aller, en faisant fit de tout le reste. Il fallait dire que son caractère n'allait pas dans ces directions là. Même lorsqu'une conversation lui était des plus ennuyantes, même quand un échange verbal tournait à un monologue dont elle était exclue de toute participation, la jeune femme savait se retenir de bailler, de montrer le moindre signe d'agacement et de lassitude. Elle souriait, de ce sourire poli et courtois, maintes et maintes fois livrés et présentés à la face du monde quand elle en réservait un tout autre, sincère et affectueux, à ses proches. Elle attendait patiemment, s'efforçait au mieux de continuer à écouter au maximum, en évitant de se laisser dériver dans le flot de pensées qui la mènerait vers ailleurs. Mais Megara ne se privait en revanche pas d'aller soupirer d'ennui auprès de sa jeune cadette lorsque tout avait enfin pris fin et qu'elle avait pu regagner son cercle privé. Après tout, se montrer polie, courtoise, civilisée et bien éduquée ne l'empêchait nullement de voir la vérité, et de savoir que le monologue qu'elle avait dû supporter s'était révélé bien vite des plus désespérants et ennuyants !

Mais là ... Là, pour une fois, elle avait pris sur elle, sans même s'en rendre compte, et avait presque expulsé manu militari Mestre Aethon de ses appartements, non sans prendre la peine de le faire elle même, en le remerciant tout de même de sa visite et de ses services. Les bonnes vieilles habitudes sont tout de même tenaces. Et maintenant, elle se disait qu'elle aurait dû l'enjoindre au silence, ou exiger de lui qu'il se taise et ne dise rien de tout ceci à qui que ce soit. Mestre Aethon n'était absolument pas connu pour ses indiscrétions, mais le sujet était tout de même assez important, voire même primordial, pour qu'il ne tarde pas à répandre la nouvelle auprès de qui de droit. Mais il était trop tard, désormais. Elle l'avait raccompagné vers la sortie, un sourire tremblant aux lèvres, et maintenant, il devait déjà être en route pour rejoindre Jordane. Et peut-être qu'elle pourrait le rattraper si elle ouvrait à toute volée les larges portes de ses appartements, et qu'elle se mettait à courir dans les couloirs, mais ce n'était pas son genre, et cela serait tout sauf discret ! Cela ne ferait que soulever des questionnements dans l'esprit de ceux qui pourraient alors assister à pareil spectacle, et ce n'était absolument pas ce que désirait Megara ! Ne lui restait donc plus qu'à espérer que Jordane soit occupée, ou qu'elle soit absente de la forteresse, ou que ... Peine perdue, sans doute, n'est-ce pas ?

Alors en attendant ce qui ne pouvait être que l'issue prévisible et obligatoire à ses yeux, sur une impulsion, Megara avait commencé à tenter de se barricader, en utilisant l'un des lourds fauteuils de l'antichambre pour essayer de bloquer la première série de portes. Cela n'était sans doute pas des plus efficaces, mais elle connaissait sa mère et savait que Jordane n'aurait pas la force de pousser assez fort. Elle savait aussi qu'elle ne serait pas du genre à donner un coup d'épaule, ou à prendre son élan. Non, elle devrait aller faire mander un garde pour faire le travail à sa place, ce qui l'obligerait à revenir sur ses pas, et donnerait donc du temps à Megara pour ... Pour faire quoi ? S'enfuir par la fenêtre ? Aller se cacher sous son lit ? En tout cas, cela lui donnerait du temps ! Il lui restait maintenant à essayer de tirer l'une des commodes d'acajou, afin d'empêcher l'ouverture de la paire de portes qui séparait sa chambre de l'antichambre. Mais le meuble était chargé, ses tiroirs étaient remplis, et Megara avait beau tirer, ses chaussures glissaient quelque peu sur le sol. Peut-être alors devait-elle pousser, encore et encore ? Mais déjà, il était trop tard, à en entendre ce bruit, venant de l'antichambre. Quelqu'un était entré, sans semonce, à moins qu'elle n'ait rien entendu, toute à son effort ? Alors elle se redresse, se fige, ses mains restant appuyées sur la commode, malgré tout, alors que ses pupilles s'agrandissent de crainte et qu'elle entend déjà son cœur battre à tout rompre dans ses oreilles.

    ❧ J'ai ... J'ai demandé à ce qu'on me laisse seule ! Vous ne pouvez pas entrer, c'est ... C'est ... C'est un ordre ! ❧ Voilà qui n'était ni prononcé d'une voix assurée, ni même guère convainquant, sans doute. Sans parler du fait qu'elle s'était bien gardée de prononcer un tel ordre, pour la simple et bonne raison qu'elle était restée cloitrée dans ses appartements depuis qu'elle avait poussé Mestre Aethon vers la sortie, et qu'elle n'était même pas bien sûre qu'il y avait des gardes devant ses appartements. Peut-être au bout du couloir, cependant, mais elle ne leur avait pas parlé, ni même donner le moindre ordre. Et maintenant ... Maintenant, rien n'empêchait qui que ce soit de rentrer dans la chambre. Les portes étaient certes fermées, mais pas à clef, et Megara n'avait pas eu le temps et la force de bloquer l'ouverture avec la commode.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Mar 28 Fév - 9:52

Perdu dans mes pensées, je fronce les sourcils alors que je marche d’un bon pas dans les couloirs menant aux appartements que j’occupe maintenant avec Meg, depuis quelques semaines déjà. Difficile de croire que le mariage n’est déjà plus qu’un souvenir, que la plupart des invités sont repartis chez eux et qu’il va bientôt être à notre tour de partir pour un voyage des plus délicats. Si je n’ai pas encore tous les tenants et les aboutissants d’une telle expédition, je sais que la situation est plus que tendue et que la position de l’Ouest, entre deux alliances est des plus précaires. Pour autant, j’essaie de ne pas trop m’en inquiéter, il sera bien temps de prendre les choses en main quand nous y serons confrontés, mais je sais que ce n’est pas la façon de fonctionner de la Reine. Et qu’elle veut placer ses pions avant d’être obligée de le faire. Elle a toujours agi ainsi, d’aussi loin que je m’en souvienne, que ce soit dans la sphère privée ou ailleurs. Alors, pourquoi changerait-elle ?

J’avoue que la réunion de ce matin me laisse passablement sceptique et je ne me rends compte que je viens de me faire heurter par Mestre Aethon qu’une fois qu’il est à moitié sonné au sol. J’arque un sourcil alors que je tends la main pour le relever, non sans cacher une certaine perplexité devant cette agitation qui lui est peu coutumière. Et voilà qu’il me fixe, se faisant blanc, puis rouge, comme s’il allait faire une crise de je ne sais quoi. Forcément, je le pousse à s’assoir et il ne se fait pas prier alors qu’il bafouille des propos incompréhensible sur la Princesse qui l’aurait mis à la porte. Si je ne l’ai écouté que distraitement, toujours aussi perdu dans mes propres pensées, le mot Princesse me fait tiquer. Quelle princesse ? La mienne ? Enfin, si je peux l’appeler de la sorte, tout du moins dans mon esprit. Je ne suis pas persuadé que Meg apprécie mes élans de propriété la concernant, quand bien même j’ai du mal à les refreiner.

Il finit par reprendre ses esprits, plus ou moins, et par m’expliquer qu’il y aurait un problème avec son Altesse Megara et qu’il doit en parler à la Reine. Evidemment, outre le fait que cela me déplaise de ne pas être mis dans la confidence, j’essaie d’ignorer la vague d’inquiétude qui pourrait me gagner en un clin d’œil. Et je me contente de souffler, d’un ton calme qui ne trahit pas du tout mon état.

" Vous n’irez nulle part. La Reine est avec ses conseillers et ne sera pas disponible avant ce soir je le crains. Et j’aimerais parler à mon épouse de ce qui se passe avant que le monde entier ne soit au courant. Retournez dans vos appartements, je viendrais vous y trouver tout à l’heure."

Visiblement, le ton que je prends est efficace et le Mestre hoche la tête, ravi de laisser le fardeau à quelqu’un d’autre. Je ne sais pas ce qui s’est passé ou ce qu’a pu faire Meg mais j’avoue que la perplexité commence à prendre le pas sur tout le reste. Et je me dirige vers nos appartements, secouant la tête avant de pousser la porte de l’antichambre. Et de me retrouver bloqué. Bien. Voilà qui est inhabituel. Je pousse un peu plus fort, remarquant alors que la porte n’est pas fermée à clé mais juste bloquée de l’autre côté. Et j’ignore la petite servante qui me regarde avec des yeux apeurés, me contentant de la congédier du revers de la main avant de pousser un peu plus fort. J’arrive alors à pousser ce qui s’avère être un fauteuil un peu lourd et j’avoue que là, je comprends de moins en moins ce qui se passe. Avant d’entendre la voix de Meg qui résonne de l’autre côté de la porte de notre chambre.

"Tu ne m’as rien demandé. Et j’ai pour habitude de ne pas écouter les ordres venant des enfants Lannister, question de bon sens et de survie."

Le ton de sa voix me fait tiquer mais je préfère garder mon calme avant de savoir de quoi il en retourne. J’inspire profondément, prêt à devoir pousser de nouveau la porte. Qui en fait s’ouvre sans la moindre difficulté.

"Si tu comptes te barricader, préviens-moi à l’avenir, que je nous fasse apporter des vivres pour tenir un siège Meg. Et que je trouve les clés."

Et j’arque un sourcil en voyant la façon dont elle fixe la commode.

"Quoi… tu pensais vraiment être en mesure de t’enfermer en la poussant ? Si tu arrives à le faire, je n’aurais eu aucun mal à rentrer quand même."

Je reste à bonne distance d’elle, comme je pourrais le faire devant un animal apeuré et je la fixe, esquissant alors un sourire que j’espère rassurant.

"J’ai croisé le Mestre. Il avait l’air un rien désemparé et n’a pas voulu me dire de quoi il en retourne. J’ai  juste réussi à lui dire de ne parler à personne tant que nous n’aurions pas éclairci les choses."

Et je m’adosse à la commode qu’elle a tenté de déplacer, la fixant dans un silence tranquille, les bras croisés, comme si tout allait bien et qu’elle n’était pas en train de m’inquiéter à se comporter de la sorte.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Lun 6 Mar - 1:30

Une chose était sûre : Megara ne pouvait guère se plaindre qu'on ne l'avait pas prévenue, ou que, tout du moins, jamais on ne lui avait expliqué ce qui arrivait invariablement quand ... Oui, elle savait parfaitement tout ça, merci bien ! Si l'on avait passé sous silence certaines choses, quitte à ce que ces ellipses puissent apparaître quelque peu grossières, quand on n'avait pas purement et simplement décider de ne pas aborder un sujet tout entier, la Princesse du Roc avait toujours pu savoir ce dont le corps d'une femme était capable de faire naître en ses entrailles. Tout ceci était venu progressivement, dès lors que son corps était entré dans la puberté, la faisant basculer dans le monde adulte alors qu'une part entière d'elle était encore une enfant. Il avait même s'agit d'un sujet dont Jordane s'était réservée les premières évocations, sans doute pour ne pas placer Megara dans l'inconfort. Certes, Mestre Aethon n'était pas dénué de qualités, en plus d'être issu de la génération intermédiaire entre feu le Roi Arwin Lannister et l'actuel Roi Loren Lannister. Mais cela n'empêchait en rien le fait qu'il était un homme, dès lors, face à une jeune Megara âgée de 12 ans seulement, il n'était pas apparu, aux yeux de Jordane, comme le plus rassurant pour répondre aux questions de la jeune fille et pour lui prodiguer conseils et explications. Du moins les premières années. Mais, malgré tout, au début, de la gêne et de folles envies d'aller se cacher sous sa couette, il y en avait eu, à plus d'une occasion ! Fort heureusement, elle avait pu échapper aux explications trop crues ou trop détaillées, sur le moment. Et sa mère avait eu la décence et l'intelligence d'esprit de lui épargner quelque parole qui l'aurait obligée à se penser uniquement cantonnée, plus tard, à se plier à ses devoirs conjugaux et charnels dans la seule optique d'avoir des enfants.

Alors, oui, Megara savait très bien ce qu'il pouvait survenir quand deux êtres se connaissaient intimement et charnellement. Elle était même très au fait de tout ceci, et ce n'était pas pour rien qu'elle n'avait jamais fait la fine bouche quant venait l'heure, pour elle, de boire sa dose de thé de lune quotidienne. A cette époque là, époque achevée depuis peu, d'ailleurs, les risques étaient trop grands, pour les siens comme pour elle, que quelque enfant se dessine en son ventre. Mais là ... Là, tout était différent. Il n'y avait plus de blâme pouvait lui retomber sur les épaules, plus de secret à avoir ou à dissimuler. Son union avec Gareth était officielle, puisqu'ils s'étaient mariés au sein du Septuaire royal. Et il était attendu d'eux qu'ils accomplissent leur devoir conjugal, dès lors ... Dès lors, Mestre Aethon n'avait pas paru surpris, mais plutôt des plus prompts à aller informée Jordane. Ce qui avait légèrement fait paniquer Megara. Légèrement dîtes vous ? Tout arrivait si vite, à ses yeux. Tout allait si vite, et elle était quelque peu perdue, car encore balbutiante dans ses premiers pas de femme mariée et d'épouse. Un rôle auquel elle avait pourtant été préparé, alors qu'il en était tout autrement quant à ce nouveau rôle qui s'annonçait déjà à elle. On lui avait expliqué tant de choses sur l'art de ne pas avoir des enfants, mais aussi sur la nécessité de pouvoir en donner à son époux, une fois qu'elle serait mariée, ainsi que sur toutes ces choses qui découlaient d'une grossesse. Mais rien, ou plutôt si peu sur le fait d'être mère, tout ça parce que Jordane estimait qu'il n'y avait aucune leçon, juste un instinct, viscéral, ancré et chevillé au corps. Mais pour l'instant, Megara ne ressentait rien, ce qui était sans doute normal, puisqu'elle venait d'apprendre la nouvelle, mais tout tournait si vite dans sa tête ! Et voilà que, pour couronner le tout, elle ne pourrait visiblement pas se débarrasser si facilement du visiteur qui arrivait déjà en ses appartements ! Mais pouvait-on réellement parler de visiteur, quand il s'agissait de nul autre que Gareth, son époux ? Après tout, ces appartements étaient désormais aussi les siens, et elle ne pouvait décemment pas lui en refuser l'accès, n'est-ce pas ? Il risquerait de s'inquiéter, de faire appeler la garde, peut-être même sa mère, et ... Et Megara paniquait. Elle paniquait, intérieurement, car tout son corps était figé, lui.
    Mais je suis une Princesse, tu devrais m'écouter ...
Une argumentation qui ne tenait pas la route, et Megara le savait bien, son ton lui-même ne se faisait absolument pas des plus convaincants ni même des plus convaincus. Mais c'était la seule réplique qui lui était venue à l'esprit. C'est dire ! Et il entre déjà, Gareth, bien sûr ! Il entre parce qu'il est ici chez lui, en quelque sorte, et qu'elle, et bien, elle, elle n'a tout simplement pas eu le temps de barricader cette dernière paire de portes ! A sa suite, elle observe cette commode qu'elle ambitionnait d'utiliser comme barricade de fortune, sans y être parvenue. Elle observe le meuble, sans rien dire, toujours figer, et ne sachant même pas si, à un moment, elle continuait encore de respirer ou même de battre des cils ! Et elle se sent ridicule, parce que la commode est pleine, et donc bien trop lourde, alors que Gareth, lui, il a des muscles. Soudain l'un de ses poignets la lança, horriblement, sur l'instant. Un poignet qui avait viré au blanc cadavérique, à force de s'appuyer dessus, dans une position quelque peu désaxé, ayant fait fuir le sang vers ailleurs. Alors, elle retira ses deux mains, comme si la commode était en feu et qu'elle les lui brûlait. Et pendant que Gareth lui narrait sa rencontre avec Mestre Aethon, Megara massa son poignet endolori, pour y rétablir une bonne circulation sanguine. Non sans lâcher son époux du regard, toujours aussi perdue et paniquée, et peut-être même un peu plus, quoi qu'elle se sent un peu soulagée d'apprendre qu'il avait lui aussi demander à ce que le Mestre garde ce qu'il savait pour lui pendant encore un instant. Cependant ...
    Et tu crois qu'il va t'écouter ? Je ... J'ai vraiment essayé d'employer le ton le plus princier et autoritaire que j'ai pu, mais ... Je crois que je lui ai fais plutôt peur, au lieu de le convaincre. Je l'ai pratiquement entendu partir en courant ... Elle marque une pause, comme pour guetter sa réaction, et puis ... Et puis, la situation lui saute aux yeux. Si elle peut délibérément souhaiter, à titre purement personnel que le silence demeure sur tout ceci, que nul n'en soit encore averti, loin de toute considération politique, hiérarchique ou de lignage Lannister, elle ne peut cependant pas placer cette information au secret, face à Gareth qui, visiblement, comprenait déjà qu'il se passait quelque chose. Sans sans doute déjà savoir de quoi il s'agissait. Je ... Je crois qu'il faut que ... Il faut que l'on parle. Entre époux, en oubliant tout le reste, sauf si tu tiens à ce que je m'évanouisse à force d'oublier de respirer, ou de trop hyperventiler. Elle jette un instant un regard autour d'elle. Lit ou canapé ? Canapé, cela estompera quelque peu le lien entre la nouvelle qu'elle devait lui annoncer et la façon dont celle-ci avait pu prendre corps. Quoi que, sur le canapé aussi, ils avaient pu ... Le canapé quand même ! Il faut que je m'assois. Et que tu le fasses aussi. Hors de question que tu restes debout pendant que nous parlons, j'aurais trop l'impression d'être écrasée sous ton regard ... Alors elle s'assoit, sans même attendre sa réponse, et en ayant l'étrange sensation de multiplier les justifications, depuis tout à l'heure, comme si elle était en tord, ou qu'elle voulait éviter que ne retombe sur elle quelque réprimande que ce soit ...
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Dim 12 Mar - 19:29

J'essaie de garder mon calme, autant que possible, quand bien même une angoisse sourde commence à gangréner mon esprit. La voir paniquer de la sorte ne fait qu'accentuer les peurs que j'ai la concernant. Est-ce que son mal lui a fait commettre quelque chose de réellement répréhensible ? Avec une personne dont elle n'aurait pas dû s'approcher ? Est-ce que j'ai manqué à mon engagement de veiller sur elle et que mon erreur l'a conduite à fauter sans qu'elle ne puisse s'en empêcher ? Mais, si c'est le cas, qu'est ce que le Mestre a pu faire là ?

J'ignore cette petite voix qui me souffle qu'il peut être là pour s'assurer qu'elle n'ait pas à subir les incidences de son égarement et, à cette pensée, je ferme les yeux un instant, prenant une profonde inspiration. Je savais très bien que cela risquait d'arriver, que cela ne manquerait pas d'arriver. Je ne peux être là à chaque fois qu'elle se sentira mal et je dois l'accepter. Pour autant, cela ne rend pas cette idée agréable, loin de là. Et la partager avec un autre dans de telles conditions me travaille encore plus que je ne l'aurais cru. Mais, dans l'immédiat, je dois chasser mes propres inquiétudes, ces ombres qui ne manqueront pas de me gagner quand je serais de nouveau seul, pour m'occuper d'elle. Elle est paniquée, elle est inquiète et il est de mon devoir de la rassurer autant que j'en suis capable. Alors, je fais comme si je maitrisais la situation et je me contente de lever les yeux au ciel à sa réponse, quand bien même elle ne peut pas me voir.

"Tu sais très bien que je ne fais jamais ce que je devrais. J'étais persuadé que tu trouvais que cela faisait partie de mon charme. Je me suis trompé ?"

Et j'entre dans notre chambre, sans trop de difficultés, la fixant en fronçant les sourcils alors que j'essaie de comprendre tant bien que mal ce qu'elle comptait réellement faire. Visiblement, j'ai touché dans le mille alors que je la vois relâcher la commode et que je grimace en voyant son poignet. Mais je ne bouge toujours pas, quand bien même il m'est difficile de me retenir et d'aller voir si elle ne s'est pas fait mal. Je lui réponds alors, d'une voix aussi calme et apaisante que possible.

"Il va m'écouter. Un temps tout du moins. Il n'avait l'air que trop heureux d'aller se réfugier dans ses propres appartements et de ne pas avoir à affronter une autre lionne dans la même journée. Mais il ira voir ta mère. Demain probablement, à moins que je ne sois passé totalement à côté."

Je me fige un peu à son regard, sans bien arriver à saisir pourquoi et, quand elle reprend la parole, c'est encore pire que ce que je croyais. Comme si elle énonçait tout haut ce qui me fait le plus peur nous concernant. Parce que je ne saurais pas comment réagir, ni ce que je dois dire pour arranger les choses. Je hoche la tête machinalement quand elle reprend et je fronce les sourcils sans rien dire alors qu'elle regarde autour de nous sans que je comprenne vraiment pourquoi.

"Il faut que nous parlions. Entre époux. Bien. Et que je m'assois aussi. D'accord."

Mon calme commence quelque peu à se fissurer alors que je toussote et que je m'installe sur le canapé, me demandant si je dois me rapprocher d'elle ou pas. Je ne me suis jamais senti aussi maladroit de toute mon existence et, pourtant, quand elle reprend, je sens mes mâchoires se contracter.

"Ecoute Meg… avant que tu ne dises quoi que ce soit… je…  quoi qu'il se soit passé, ce… ce n'est pas un souci. Je suis là et je… enfin je suis à tes côtés. Voilà. Je t'écoute donc."

Et voilà, j'attends que le couperet tombe, sans bien savoir comment je vais réagir à cette nouvelle alors que je pensais, stupidement probablement, que notre relation suffisait à éviter une crise.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Lun 20 Mar - 1:19

Depuis qu'elle était née, ou plutôt depuis qu'elle était en âge de se souvenir de quoi que ce soit, Megara n'avait pas pour habitude qu'on la contredise ou que l'on s'oppose à ses demandes. Il n'y avait nulle prétention là-dedans, mais la simple et pure vérité. Et cela tenait principalement à son statut, à son rang, à son titre. Ici, à Castral Roc, comme dans tout le restant du Royaume, nul n'était au-dessus d'elle si ce n'étaient ses parents. Et peut-être un peu Lyman, aussi, même si, pour le coup, elle n'appréciait que peu qu'il lui donne des ordres. Cela la peinait quelque peu qu'il utilise son droit d'aînesse et son genre masculin pour lui dire quoi faire, alors qu'il était après tout son frère. C'était comme si, en ces instants là, il faisait absolument abstraction de leur lien du sang, et qu'il la considérait comme égale à toutes ces servantes à qui il pouvait donner des ordres. Dans les faits, bien évidemment, cela n'était pas exactement ça, mais Megara possédait tout de même une certaine sensibilité, et une flopée d'envies, d'aspirations et d'espoirs concernant son frère, et tout ceci, et bien, cela n'éclorait sans doute jamais totalement. Mais à l'exception de Lyman, donc, et de ses parents, nul ne lui était supérieur de par le rang. Dès lors, il était admis que lorsqu'une personne socialement plus importante que vous vous demandait quelque chose, et bien vous accédiez à sa demande. Ou plutôt à son ordre. Alors tout ceci était naturel pour Megara, et elle ne faisait pas forcément la différence entre ordre et demande, lorsque cela émanait d'elle. Mais depuis son union avec Gareth, il lui arrivait de plus en plus fréquemment de ne pas trop savoir où se situait la frontière. Et où commençait la capacité de Gareth à comprendre si elle s'adressait à lui en tant que Princesse, en tant qu'épouse, ou simplement en tant que Megara. Sans nul doute parce que la jeune femme était désormais les trois à la fois, et qu'elle était tout à fait incapable de scinder ces différentes facettes d'elle-même ...
    Non ! ... Enfin oui, oui !!! ... Ou peut-être que non ? Effectivement, la jeune femme était loin d'être assurée et rassurée, tant dans son attitude, sa posture, ses gestes, que dans ses paroles et ses intentions verbales. Mais Gareth avait en partie raison. Il était loin d'être connu pour sa docilité. En tout cas, présentement, il représentait tout autant une menace qu'un soutien pour elle, et la balance tanguait d'un côté et de l'autre à mesure des paroles et des actes du jeune homme. Le rythme cardiaque de Megara suivait les mêmes courbes, ce qui n'était pas forcément des plus agréables. En attendant ... En attendant, elle était presque pendue à ses lèvres, comme s'il représentait la seule chance pour elle de faire disparaître la menace que Mestre Aethon représentait pour elle, pour la première fois de toute sa vie. Demain ? ... Il ne peut juste pas ne jamais aller voir ma mère, oublier tout ceci et ...
Bien évidemment, c'était impossible. Et un peu puéril de sa part, aussi, de vouloir s'accrocher à un tel fol espoir. Sans doute Gareth leur avait-il accordé un sursis, mais aux yeux de Megara ... Aux yeux de Megara, bien des choses perdaient de leur sens et de leur logique. Sans doute devrait-elle reconnaissante envers celui qui était son époux, mais ... Mais les choses n'étaient pas si aisées que cela, de par le contexte, bien évidemment, en premier lieu, mais aussi parce qu'elle ne souhaitait pas éternellement tout lui devoir, et que leur relation ne tourne qu'autour de cela : lui, le protecteur, elle, la pauvre princesse en détresse. Depuis longtemps déjà, Gareth avait su se faire sa place à la Cour autant qu'au sein de la vie de Lyman et Nymeria. Et désormais, il se faisait sa place au sein de l'existence de Megara. Et cette dernière devait encore s'y faire et s'y accoutumer. Pas que cela la dérange, foncièrement, mais il s'agissait d'une question d'habitude, sans nul doute. Présentement, elle ne s'attardait pas à essayer de réfléchir à la question, parce qu'elle en était sans doute tout bonnement incapable. Déjà trop de pensées envahissaient son esprit. Mais la réaction physique de Gareth, elle, ne lui était pas invisible. Elle le voyait pas ne plus exactement être lui-même, ne plus exactement être à l'aise. Et elle n'était pas stupide. Bien que le sens commun et la logique puissent être perturbés, présentement, dans son esprit, elle n'en restait pas moins suffisamment lucide pour se faire des idées. Il est si engoncé dans son propre corps, Gareth, une fois qu'il s'est assis sur le canapé, à ses côtés. Et Megara craint si fort de parfaitement avoir compris à quoi il pensait, à quoi il songeait, et de quoi il s'inquiétait. Et cela la terrorisait autant que cela lui serrait le cœur. Qu'il puisse penser au pire, et d'ores et déjà prendre les devants, pour la rassurer, semble-t-il, alors que l'effet est quelque peu inverse. Et elle a envie de pleurer. Ici, maintenant. Elle se trouve dans ses propres appartements, après tout, loin des médisants de la Cour, et de l’œil et de l'attention exigeants de sa mère, et pourtant ... Pourtant, elle ne veut pas. Elle ne veut pas être en détresse, exploiter quelque faille et détériorer encore plus la situation.
    Je n'ai rien fait de mal Gareth ... Enfin, je ne crois pas ... Nouées plutôt que jointes sur ses genoux, les mains de Megara se tordent l'une contre l'autre, tandis que ses doigts se contractent et se tendent, semblables à ces griffes rétractiles qui sortent soudainement telles les armes tranchantes et redoutables qu'elles sont. Présentement, la panique a changé de camp, ou plutôt a-t-elle changé de justification et de raison. La crainte panique n'est plus de se retrouver soudainement dans la situation physique et biologique dans laquelle elle se trouve, mais plutôt de faire face à Gareth, à son époux, à celui auquel elle était sensée faire confiance et auprès de qui se confier et se protéger, auprès de qui quérir protection et assurance. Elle blêmit encore plus, alors que ses pupilles s'écarquillent quelque peu, et que son souffle se fait encore plus labouré, sans doute en réponse à ce cœur qui n'a de cesse de s'accélérer, de tambouriner de plus en plus fort au sein de sa poitrine. Depuis quelques jours, deux ou trois tout au plus, je suis incapable de pleinement apprécier le jus de grenade. Je sais, c'est stupide, insignifiant, mais le goût me rebute, et cela m'a causé quelques maux d'estomac. J'ai mis ça sur le compte de ... D'une mauvaise préparation, ou bien encore de fruits de mauvaise qualité, et je n'ai pas voulu que quelqu'un en cuisine en soit blâmé. Mais ... Mais l'une des servantes a cru bon d'en informer Mestre Aethon, alors il est venu, il a examiné le contenu du dernier pichet qui m'a été apporté, et ensuite, il m'a examinée, et ... Il m'a examinée, et ... Il m'a examinée, et ... Comment fait-on, déjà, pour respirer ? Inspirer, puis expirer, c'est ça ? Expirer, Megara avait l'impression qu'elle le faisait, à mesure qu'elle sentait la tête lui tourner à force d'entendre son sang battre dans ses tempes, d'avoir chaud, et d'avoir peur. D'avoir peur, surtout, de se sentir perdre pieds, de se retrouver dans cette situation tout à fait inédite sans avoir la certitude de réellement pouvoir s'en épancher en toute sérénité auprès de l'autre principal concerné par tout ceci. Il n'y a nulle échappatoire, sans doute. Et nulle autre perspective pour elle que de dire la vérité. Que de la laisser fuser d'entre ses lèvres, à bout de souffle, et se sentant presque au bord d'un précipice sans fond et sans fin, en plein vertige. Je suis enceinte, Gareth. Et il ne peut être que de toi ... Elle tremble. Oh oui elle tremble. Elle tremble et ses yeux la piquent, terriblement. Elle se mord fort la lèvre, pour garder un point d'ancrage avec la réalité, avec de vraies sensations, justifiées et avérées. Et elle pleure, finalement. Elle pleure.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Dim 26 Mar - 13:21

Si je n'avais jamais réellement prêté attention aux humeurs de Meg, à sa façon de fonctionner, jusqu'à ce que Lyman me demande de l'épouser, les choses avaient bien changé en quelques mois. Pour autant, il n'est pas simple de rattraper une vie passée à se côtoyer sans réellement se parler, à se croiser sans se voir et à essayer de se faire une place réelle, l'un pour l'autre. J'aime à croire que nous commençons à y arriver, quand bien même les choses sont loin d'être faciles et évidentes. Nous différons sur bien des points et elle reste une Princesse avant tout. Mais l'attachement croissant que j'ai pour elle est tout aussi réel, il en vient même à supplanter le reste. Si j'ai accepté de faire mon devoir par respect, loyauté envers la famille Lannister, chaque jour qui passe me donne le sentiment de le faire pour elle. Et, forcément, mon attitude change quelque peu, je me permets certaines libertés que je n'aurais jamais osées avec elle il y a quelques mois à peine. Et je ne sais pas vraiment comment elle appréhende tout cela, ayant moi-même du mal à savoir comment me positionner vis-à-vis d'elle, d'autant que j'essaie autant que possible d'être sincère et moi-même avec elle.

J'arque un sourcil à ses propos, arrêtant de pousser la porte et me figeant un instant, sans bien savoir quoi penser de ce qu'elle vient de dire. Elle semble avoir l'esprit plus qu'embrouillé, voilà une certitude et ce n'est évidemment pas pour me rassurer, d'autant que le pire commence à s'insinuer dans mon esprit, quoi que je fasse pour l'en empêcher. J'essaie pourtant de rester léger, comme si je n'étais pas inquiet.

"Je vais finir par croire que tu ne me trouves vraiment pas charmant à dire vrai. Mais quand bien même c'est un peu vexant, ça ne me rendra pas plus enclin à faire ce qu'on me demande, tu t'en doutes bien…"

Et je fronce les sourcils quand elle parle du Mestre et de la terreur qu'il semble lui provoquer. Voilà qui n'est pas pour me rassurer et je sens mes mâchoires se crisper en me demandant ce qu'il peut bien savoir qui l'effraie autant. Inutile de partir en conjectures sans en savoir plus, pourtant, je ne peux pas m'en empêcher.

"Tu sais pertinemment que c'est impossible Meg. C'est déjà bien qu'il ne soit pas allée la voir directement et une chance que je l'ai croisé sur le chemin. Mais pourquoi est-ce que tu ne veux pas… ?"

Je n'ose pas finir ma phrase et, maintenant que je suis auprès d'elle, je me sens encore plus perdu, sans savoir quoi dire ou quoi faire qui pourrait la rassurer, ne sachant pas vraiment ce qui peut l'inquiéter à ce point. Ou plutôt, je le sais, tout du moins, je le crois. Et je me rends compte que je ne m'étais pas préparé à gérer cette situation, qu'une part de moi, bien arrogante soit dit en passant, pensait lui suffire, qu'elle n'aurait pas besoin de céder à ces pulsions qu'elle ne contrôlait pas vraiment. Pour la première fois depuis bien longtemps, je ne sais pas vraiment quoi dire alors, j'attends, assis à ses côtés et si mal à l'aise que je n'arrive pas à le masquer. Je lui jette un regard en coin alors qu'elle me rassure sur ce point, tout du moins c'est l'impression que j'en ai.

"Tu n'as pas… oh, je… bien. Enfin, non pas que cela aurait été un vrai problème, je… je te l'ai dit, nous affronterons cela ensemble, quoi qu'il arrive et… mais ce n'est pas cela donc."

J'inspire, encore plus perdu, même si je suis paradoxalement soulagé, alors qu'elle reprend, évoquant une sombre histoire de jus de grenade. Je suis supposé comprendre quelque chose à ce qu'elle me raconte ou pas ? Elle semble avoir de plus en plus de mal à parler, à expliquer ce qui s'est passé et, quand elle se retrouve à court de mots, je la fixe, m'étranglant alors que je souffle, malgré moi.

"Il t'a examiné et quoi bon sang Meg ?"

Je me rends compte que je ne suis pas prêt à entendre ce qu'elle a sur le bout de la langue et qu'elle ne semble pas vouloir, pas pouvoir dire, parce que je ne sais pas comment je vais appréhender ce nouveau couperet qui va nous menacer. Et, d'un coup, je me fige à ses derniers mots.

"Enceinte… de moi… tu… tu es sûre de ça…"

Et je tousse un rire incrédule alors que je suis incapable de détourner mon regard d'elle. Un enfant, notre enfant. Un sourire illumine alors mon visage avant que je ne me rende compte qu'elle commence à trembler et, pire encore, qu'elle se met à pleurer. Alors, sans même songer à rien d'autre qu'à elle, je franchis l'espace qui nous sépare pour la prendre dans mes bras, la serrer contre moi et la bercer doucement, incapable pourtant de retenir un rire alors que j'embrasse son front avec douceur.

"Meg… ma chérie… tout va bien. Je suis là… nous allons avoir un enfant. Ensemble… c'est…"

Je relève son menton du bout des doigts avant de l'embrasser, incapable de retenir ce sourire qui ne veut pas me quitter.

"… c'est merveilleux… non ?"

Et, d'un coup, je me demande pourquoi elle pleure autant. Peut-être ne souhaitait-elle pas vraiment avoir d'enfant avec moi ou je ne sais pas. Je fronce alors les sourcils, guettant une autre de ses réactions alors que je suis partagé entre la joie et l'appréhension.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Lun 3 Avr - 2:07

Avancer un pas après l'autre. Marcher telle une funambule en permanence sur la corde raide. Maintenir sourire et altitude altière et princière en public, et se morfondre de la calamité qui l'affligeait en public. Ne jamais trop en dire, ne jamais réellement partager quoi que ce soit d'intime avec personne si ce n'était avec les siens, et encore, avec certaines restrictions. C'était plus ou moins ainsi que vivait Megara depuis que les Sept avaient visiblement décidé de la mettre à l'épreuve. Et aujourd'hui, tout se devait de s'en trouver bouleversée, car elle n'avançait plus en tant que jeune princesse n'étant pas encore mariée. Ses appartements, autrefois son sanctuaire privatif, son havre de paix, son refuge, elle les partageait désormais avec Gareth, qui était son époux et s'y trouvait donc légitimement à sa place, sans nul doute permis. C'était un apprentissage de chaque instant, sous la lumière du fait qu'elle était mariée à un homme qui n'était pas sans ignorer ce blâme qui était le sien, ce poids qu'elle portait sur ses épaules. Du fait qu'il sache, elle s'en sentait tout autant honteuse que rassurée. Rassurée, elle l'était bel et bien, car elle savait qu'elle n'avait pas à trouver d'excuses pour justifier ce comportement qu'elle devait parfois adopter, à contre-courant de sa nature véritable et profonde. Mais elle était également bien honteuse, car leur mariage reposait après tout uniquement sur ce devoir qui était désormais celui de Gareth que de protéger et préserver le secret de Megara. Sans nul doute fait-il de l'humour, ou du moins essaie-t-il de désamorcer la situation, mais la jeune femme reste tendue, en proie à tant de stress et d'inquiétudes qu'elle ne parvient pas à le prendre au mot, ou tout du moins à se montrer aussi piquante qu'elle peut parfois l'être lorsqu'il la taquine. Ce serait sans doute bien plus facile si, justement, il n'était pas charmant. Sans doute serait-elle moins en proie à quelque cas de conscience quant à le savoir marié à elle pour les raisons qui étaient les leurs. Sans doute sentirait-elle moins souvent une pointe de regret, de tristesse et de peine à son égard lui enserrer le coeur quand elle contemplait le fait qu'il n'avait pas eu le choix que de l'épouser, parfaitement loyal qu'il était à la Maison royale Lannister ... Mais avec des si, ne peut-on pas éternellement refaire le monde à loisirs, jusqu'à ce que plus rien n'est ni sens ni importance ?
    Je sais que c'est impossible Gareth ! ... Mais cela ne coûtait rien d'essayer de me bercer de douces illusions, je suppose ... Et elle ne lui répond pas, pas plus qu'elle ne souhaite continuer sa question. Sans doute est-ce plus aisé ainsi pour elle, de feindre de n'avoir rien entendu, de prétendre ne pas avoir remarqué qu'il laissait sa question en suspend. Mère me surpasse en autorité. Je ne suis qu'une princesse, Mestre Aethon ne peut alors évidemment pas faire passer mes demandes avant les ordres de la Reine ...
Elle ne peut lui répondre, du moins, pas tout de suite, car il y a un contexte, et ... Et qu'il lui est impossible de l'exposer derechef. Sans doute n'est-elle pas encore assez courageuse pour cela, à moins que cela ne tienne surtout à ses difficultés à maîtriser ses émotions et ses forces, présentement. Cependant ... Cependant il n'est pas bon pour l'un comme pour l'autre qu'elle laisse Gareth continuer de s'imaginer des choses, de le laisser partir dans la mauvaise direction. Même s'il est très douloureux pour Megara de constater qu'elle doit tout de même passer par cette étape. En d'autres temps, en d'autres lieux, il aurait tellement été préférable que ce genre de pensées n'effleure même pas l'esprit de Gareth. Mais non. Les choses sont présentement telles qu'elles sont. Et le fait est que la première explication à laquelle pense Gareth pour expliquer l'attitude de Megara, c'est qu'elle l'ait forcément trompée, ou du moins qu'elle se soit obligatoirement montrée incapable de se contenir, de ne pas faire un pas de côté, de ne pas aller se fourrer dans une position très désobligeante et regrettable pour elle comme pour lui. Il pense à ça en premier lieu, et ce simple constat laisse à la jeune femme un goût bien amer en bouche. A moins qu'il n'y ait également quelque acidité. Et un goût salé, comme si, déjà, son palais se préparait à accueillir les larmes qui ne tarderaient certainement pas à perler jusque sur la pulpe de ses lèvres.

Elle se sent quelque peu attaquée, à moins qu'il ne s'agisse plutôt d'une pointe d'humiliation, ou bien de honte. Il la voit donc comme bien trop faible pour s'accrocher et essayer de se relever de tout ceci. Peu de mots ont suffi, accompagnés et complétés de quelques geste seulement, et voilà déjà que Megara se sent comme aspirer dans un tourbillon de peine et de tristesse, alors que, sans doute, la réalité de sa condition présente devrait probablement l'amener vers une palette de sentiments tout autre, et parfaitement opposés ! D'autant plus qu'elle se sent bousculée, quand, en prenant la peine de tenter de s'expliquer, progressivement, elle provoque chez son époux quelque sentiment d'impatience qu'il ne manque pas d'exprimer, à sa façon. Elle tremble comme une feuille, Megara. Elle tremble comme une feuille, elle peine et échoue lamentablement à respirer convenablement, à un rythme régulier et mesuré. Avant d'accéder à la demande empressée de son époux, et de prononcer ces quelques mots fatidiques. Elle guette la réaction de Gareth, comme un couperet qui risquerait de lui retomber sur la nuque pour lui décoller la tête. Et une nouvelle fois ... Une nouvelle fois, Megara se maudit. Elle se maudit d'avoir elle-même précisé la chose, de ne pas avoir manqué de trouver tout juste assez de force pour ne laisser aucun doute sur la paternité de son époux face à cette vie qui s'annonce. Elle était persuadée que jamais sa mère n'avait eu à tenir de telles paroles face à Loren Lannister, mais Megara, elle ... Elle, elle sentait comme son cœur encore plus s'affaler à ses pieds face à cette nouvelle question de Gareth. Bien évidemment qu'elle était sûre qu'il ne puisse s'agir que de son mari, car avant leur mariage, le thé de lune n'avait jamais manqué de lui être fourni, alors que depuis qu'elle était devenue l'épouse de Gareth, jamais plus la moindre goutte n'en avait été porté à ses lèvres. Et elle n'avait pas connu d'autres hommes que son époux depuis qu'ils avaient été unis par le Septon de l'Ouest. Il ne pouvait donc que saisir de Gareth, de lui et de nul autre. Mais le fait que le principal intéressé puisse douter ... Sans doute était-ce parfaitement légitime, compte tenu du passif de Megara, et une part d'elle-même le comprenait très bien, mais il n'en demeurait pas moins que ... Que cela lui faisait mal. Alors qu'il ne lui venait même pas à l'esprit que les doutes de Gareth puisse porter sur sa grossesse en elle-même, et non sur sa paternité.
    Oui ... Elle l'a laissé la prendre dans ses bras, la serrer tout contre lui, parce que résister ou le lui refuser serait sans nul doute créer quelque élément d'inquiétude supplémentaire dans l'esprit de Gareth. Et parce qu'il est son époux, et qu'elle lui doit obéissance, n'est-ce pas ? Elle aimerait se laisser aller, le laisser la bercer en se détendant et en s'apaisant, mais elle ferme plutôt les yeux, en tentant de contrôler sa respiration, et ne pas laisser cette nouvelle vague d'émotions s'emparer d'elle. Il faut qu'elle se ressaisisse, qu'elle ne laisse pas ses sentiments autant transparaître. Alors, à force d'efforts et de concentration, ses larmes finissent par se tarir, alors qu'elle reprend quelque contenance en même temps qu'elle reçoit ce baiser sur le front. De sorte à ce que lorsqu'il lui relève doucement le menton, ses yeux demeurent encore quelque peu embués, alors que ses dernières larmes commencent leur lente agonie le long de son visage. Gareth a l'air heureux, vraiment, ou alors il le feint très bien, pour la rassurer, peut-être. Il va même jusqu'à l'embrasser, et Megara doit bien lui reconnaître que si tout ceci n'est qu'une feinte pour la ménager, il y met les formes. Alors elle se mord les lèvres, et elle s'assied sur une partie de ce qu'elle peut présentement sentir et ressentir, reprenant progressivement son souffle pour se construire un sourire. Oui, c'est ... C'est une grande nouvelle ... Mais cela arrive si tôt, et ... J'ignorais comment tu réagirais, et ... Et Mère va sûrement de nouveau vouloir que je m'en tienne à ce qu'elle me dira de faire ... Mais c'est une grande nouvelle, oui ... Tout. Tout plutôt que de se montrer à cœur ouvert. Tout plutôt que de laisser transparaitre ce pan entier d'elle-même, incapable de la voir elle aussi utiliser ce terme de "merveilleux," et pan qui ne peut pas encore exactement prendre le recul nécessaire pour se réjouir de la nouvelle et camoufler entièrement la peine et la tristesse qui la saisissent pourtant au cou et au cœur. Fermer à double tour ce côté là, pour ne laisser en lumière que ce qu'elle contrôle pleinement.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Lun 17 Avr - 18:10

Je ne sais pas quoi faire. Et je n'ai pas l'habitude d'être désemparé de la sorte. En temps normal, Meg me répond au tac-au-tac, faisant preuve de cet esprit et de cette finesse qui ne manquent pas de me séduire petit à petit. Mais là, je me rends compte que les choses sont bien plus graves que d'habitude. Alors, bien évidemment, les hypothèses se bousculent dans mon esprit, sans que je sois capable de m'en empêcher. J'imagine le pire, je me demande ce que j'ai fait de mal, essayant d'ignorer ce qui pourrait être l'évidence-même alors que je grimace quand elle reprend, d'un ton que je ne lui connais pas encore, avant de souffler, les mâchoires un peu contractées.

"Je suis désolé de ne pas avoir été à la hauteur de tes espérances… et de voir tes illusions s'envoler de la sorte. Et ta mère surpasse tout le monde en autorité. Cela ne veut pas dire que le Mestre ne peut pas t'accorder un peu de répit avant de… dire ce qu'il a à dire. Ou faire… ou je ne sais pas."

Vu qu'elle ne semble pas vouloir m'en informer. J'avoue, j'ai de plus en plus de mal à garder ma patience et ma bonhommie habituelle, tant la tension qui émane de ma femme est contagieuse. Je m'inquiète, incapable de comprendre ce qui se passer et, bien entendu, le pire finit par prendre le pas sur tout le reste. Je ne me rends compte qu'après coup que j'aurais mieux fait de taire mes appréhensions, d'attendre qu'elle finisse par me dire ce qui ne vas pas, que je l'ai peut-être heurtée à lui dire ça. Je fais preuve d'une maladresse que je ne me connaissais même pas et, à cette pensée, j'ai l'impression de faillir totalement à la tâche qui m'a été confiée lorsque j'ai épousé Meg. Et je me maudis intérieurement, incapable de lui dire tout cela à voix haute, de trouver les bons mots pour la calmer, pour la rassurer, pour tenir ce rôle qui devrait être le mien.

Et là… elle me dit que nous allons avoir un enfant. Qu'elle se sente obligée de préciser qu'il est de moi me serre le cœur, mais je fais en sorte de mettre cela de côté pour me focaliser sur le reste. Et le sourire que je lui adresse n'est pas feint. Je suis heureux, vraiment, de savoir que nous allons avoir un enfant, même si elle est en larmes. Je la serre dans mes bras, espérant que l'émotion est la seule raison qui l'a mise dans un état pareil alors qu'elle arrête de pleurer peu à peu.

Pourtant, quelque chose ne va pas. Je fronce les sourcils alors qu'elle se bricole un sourire qui ne me plait pas vraiment, sans que je n'arrive à saisir pourquoi, mon instinct, toujours aussi sûr quand il concerne les enfants Lannister, ne voulant pas me laisser apprécier cette nouvelle qui me fait bien plus plaisir que je ne l'aurais cru. J'effleure doucement sa joue avant de relâcher mon étreinte, pour la laisser respirer, lui laisser de l'espace, ne pas donner l'impression de l'oppresser plus qu'elle ne semble déjà l'être.

"Je sais que c'est un peu tôt, je suis un peu surpris moi aussi mais… en aucun cas je n'aurais mal pris la nouvelle. Je… je tiens vraiment à toi, même si nous avons encore beaucoup à apprendre l'un de l'autre et… enfin je suis heureux que nous ayons un enfant ensemble, qu'il soit le fruit de l'attachement que j'ai pour toi et qui se fait de plus en plus important."

J'ai une grimace quand elle parle de sa mère avant de hausser brièvement les épaules.

"Tu as peur qu'elle te cloître dans nos appartements ? Que penses-tu qu'elle pourrait réellement te demander Meg ? Et…"

J'inspire et je décide de laisser parler mon instinct, même si je me trompe peut-être totalement. J'espère me tromper à dire vrai et que tout va bien en réalité.

"… qu'est ce qui ne va pas… vraiment ? Tu te rappelles ce que nous nous sommes dit avant le mariage ? Que même si nous ne l'avions pas voulu toi et moi, nous … enfin je ne veux pas qu'il y ait de secrets entre nous, que tu n'oses pas me dire certaines choses ou m'interroger sur ce que je peux faire. Alors si quelque chose te tourmente vraiment, je veux… dis-le moi. S'il te plait."

Je ne voulais pas vraiment prendre ce ton presque suppliant, un rien trop pathétique à mon goût. Mais c'est trop tard pour faire marche arrière maintenant. Je n'ai plus qu'à attendre ce qu'elle me répondra et là, je saurais si je peux vraiment me réjouir à l'idée de devenir père. Ou pas.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Sam 22 Avr - 2:57

Blesser et heurter n'avaient jamais été dans ses apanages. Pas qu'elle ignorait comment faire, ou peut-être que si ... Mais plutôt que l'opportunité de faire montre de tels traits de caractère ne lui avait jamais vraiment été offerte, si l'on pouvait dire ça comme ça. Megara se savait pourvue de deux parents qui ne laisseraient pour rien au monde quiconque attaquer frontalement l'un de leurs enfants. Et s'il était attendu de Lyman qu'il ait du répondant et puisse sortir ses propres griffes, parce qu'il était, après tout, le futur du Roc, en tant qu'héritier du Roi Loren Lannister, il n'en avait pas exactement été de même concernant les deux princesses. Quoi qu'on ne les avait pas non plus dissuader d'être féroces ou sermonner de sortir les griffes, d'avoir une opinion et de ne pas se laisser piétiner les pieds. Mais Megara n'en demeurait pas moins la plus douce et paisible du trio, semblait-il. Alors, lorsqu'elle pouvait montrer de sa superbe, il était évident que cela pouvait surprendre. Mais si une lionne sait rugir, elle sait aussi panser ses plaies. Sans forcément attendre que d'autres le fassent pour elle. Et une lionne se sait dépendante de la vie en horde, tout comme elle est consciente de ne pas forcément faire long feu s'il advenait qu'elle en vienne à se retrouver seule ou à s'aliéner les propres siens. Or, à en voir le visage de Gareth ...
    ❧ Non, c'est moi, je ... Je commence à m'emporter contre toi comme je me suis emportée contre Mestre Aethon, alors que vous n'y êtes pour rien. Et que tu as visiblement fais ce qu'il fallait, sans attendre d'explications, pour nous accorder un temps de sursis, aussi bref puisse être celui-ci. Je te présente humblement mes excuses ... ❧
Megara n'a pas exactement la sensation d'avoir été prise les doigts dans le pot de confiture de groseilles, mais cela y ressemble quand même quelque peu. Être prise en défaut, ce n'est jamais appréciable, encore moins quand on s'efforce d'être parfaite, d'être à la hauteur de son rang, à la hauteur des espérances et des attentes, à la hauteur de son patronyme, des siens, de sa lignée, de son sang. Et si Gareth et elle ne partageaient sans doute aucun ancêtre en commun, il n'en demeurait pas moins qu'à présent, étant son époux, il avait pénétré dans le cercle restreint de ses intimes, de ceux qu'elle pouvait considérer comme être des siens. Peut-être est-ce pour ça que sa réaction est si importante et si redoutable à ses yeux. Parce qu'il est son époux, le père de ce bébé, également, mais aussi parce que leurs destins sont liés, et que dorénavant, on s'attend à ce que ce soit vers lui, en premier lieu, qu'elle se tourne et puisse se tourner en cas de problème, de question, de doute ou de recherche d'affection, de complicité et de soutien. Mais les choses n'allaient pas exactement de la plus belle et pacifique des manières. Sans nul doute parce qu'ils étaient encore quelque peu balbutiants dans leur toute nouvelle relation, que cet enfant s'annonçait si rapidement après leurs noces, et qu'il y avait cette tare sur leur chemin, leur entravant la marche et n'ayant visiblement de cesse de quelque peu polluer les choses.

La jeune femme, malgré tout, se sentait quelque peu soulagée de ne pas directement voir son époux revenir à la charge concernant la nature de sa paternité, ou concernant quelques doutes quant à la véracité de celle-ci. Elle ignorait si tout ceci ne restait pas dans un coin de l'esprit de son époux, malgré tout, car autant qu'elle le sache, Megara n'était pas encore dotée de la capacité de lire les pensées et de sonder mentalement les esprits. Cependant, la Princesse marchait encore sur des œufs, et refusait de laisser toutes ces contrariétés ou ses questionnements s'envoler aussi vite qu'ils étaient venus. Elle n'était en rien lunatique, et ne comptait absolument pas le devenir, pas plus qu'elle ne souhaitait nourrir sa tendance à la naïveté. Il avait quelque peu relâcher son étreinte autour de sa silhouette, ce qui lui permettait à elle de quelque peu pouvoir se redresser et d'être plus libre de ses mouvements. Cependant ... Cependant une partie d'elle semblait comme d'ores et déjà réclamer une proximité physique renouvelée, comme pour être en sécurité, loin de toute chute, de tout effondrement. De ses grands yeux sûrement encore un peu embués de larmes, et donc brillants et visuellement agrandis, alors que du khôl avait sans nul doute coulé sous ses yeux, Megara fixa alors brièvement son époux droit dans les yeux, comme pour le sonder, y chercher quelques traces qui viendraient à lui faire comprendre que Gareth empruntait un discours bien rodé, répété à l'avance, et non sincère. Mais elle ne vit rien.
    ❧ Je tiens aussi à toi ... Et je crois que cela me terrifie quelque peu, et que ça n'a rien fait pour apaiser mes craintes concernant ta réaction, depuis tout à l'heure ... Je n'accorde pas autant d'importance à l'opinion des personnes qui m'entourent en fonction de l'affection que je leur porte, ou de leur place dans ma vie. ❧ Ce qui la conduit sans doute à extrapoler, à déjà vouloir examiner les options les plus extrêmes pour être préparée. C'est bien ça, le problème, non ? ❧ Je redoute en effet le confinement, bien que d'ordinaire, celui-ci n'advienne que durant le dernier mois, mais ... Mais cet enfant pourrait aussi se révéler être l'héritier de mon frère, si malheur lui arrivait en le laissant sans enfant. Et ... Je redoute que mon rôle de mère me soit retiré, que j'en sois spoliée. Que Mère m'isole de toi, aussi. ❧
Mais face aux derniers propos de son époux ... Face à ses mots, Megara se mord une nouvelle fois les lèvres, mais cette fois-ci, bien plus fort. Ce qui doit sans doute les laisser rouges et gonflées, ne serait-ce que pour un instant. Ajoutées à ses yeux encore un peu grossis d'une dernière pellicule de larmes, le tableau doit être des plus ... saisissants ? Ou pas. Et une nouvelle fois, la Princesse se sent comme prendre un autre coup au cœur, un coup qu'elle reçoit de façon différente, cependant. Elle ne peut s'empêcher de se dire que Gareth lui reproche, à mots couverts, de trahir quelque peu la promesse qu'ils se sont effectivement faite, avant le mariage, que de ne pas s'enfermer dans le moindre grand secret l'un pour l'autre. Il ne lui tape pas exactement sur les doigts, mais elle se sent tout de même fautive. Fautive d'avoir sans doute délibérément choisi et décidé que, pour un instant, il n'était qu'un être parmi tant d'autres, égal à tous ces courtisans auprès desquels elle n'avait aucune obligation et aucune raison de s'épancher, et face auxquels elle se devait de faire bonne figure et de masquer ce qu'elle ressentait vraiment. Il l'avait plus ou moins percée à jour, et cela avait un petit quelque chose d'effrayant. Et de rassurant, aussi. Il n'était pas aveugle, ne feignait pas de n'avoir rien vu, tout autant qu'il avait su déceler ce qui était anormal dans son attitude, et dans ses propres, sans doute. Oui, définitivement, c'était tout autant effrayant que rassurant.
    ❧ Tu ... Tu as raison, cela ne va pas. Cela ne va pas exactement bien. Et ... Je ... Je me suis sentie un peu bousculée par ton impatience et par ton ton, et par la charge contenue dans ton regard ... Et au vu de la situation, de mon état émotionnel, aussi, c'est ... C'est quelque chose que ... Quelque chose que je préférerais ne pas revivre, parce que ... Je n'ai jamais apprécié d'être quelque peu sermonnée, j'ai l'impression d'avoir fais quelque chose de mal. Mais ... ❧ Elle baisse à nouveau la tête, mais cette fois-ci, pas pour fixer ses propres mains, mais bel et bien celles de Gareth. Car c'est sans doute par elles que pourrait venir quelque réaction à la suite des propos qu'elle s'apprêtait à lui livrer. Certes, il n'avait pas eu à beaucoup manœuvrer pour qu'elle se livre, mais créer un fossé entre eux, maintenant, comme ça ... Sans doute Megara a-t-elle finalement perçu qu'il ne s'agissait pas de la chose à faire. ❧ Mais ce qui me fait le plus mal, c'est que tu puisses vouloir que je te confirme que cet enfant que je porte est bien le tien. Je sais que tu sais, pour ces choses là, mais je ne sais pas mentir, et j'ai promis de ne pas te mentir, justement. Mais ... Mais si je dois le dire encore une fois, que tu es le père, et que ... Et que tu cherches à me le faire redire, encore et encore, je ... Je ne veux pas que tu doutes de moi, de ce que je te dis. Et ... Et ça me blesse plus que je ne le voudrais et plus que tu pourrais le penser. ❧ Ses épaules s'affaissent quelque peu, alors qu'elle sent de nouvelles larmes chercher à voir le jour et à cascader sur ses joues. Alors elle relève la tête et tente de se reprendre, en le regardant de nouveau. ❧ Mais il ou elle est de toi, je te le jure sur ce que j'ai de plus précieux au monde. Cet enfant est de toi, parce qu'il est impossible que ce ne soit pas le cas. Je n'ai connu que toi depuis notre mariage, et ... Et toutes ces innombrables fois où nous avons ... Toutes ces fois, ça a été avec toi, et ... Et peut-être que c'est pour ça que cet enfant s'annonce si vite dans nos vies, parce que tu ne m'as pas laissé beaucoup de répit ! ❧ Elle essuie les quelques larmes qui ont tout de même commencer à couler, alors que, brusquement, sa poitrine commence à se soulever d'un fou rire qu'elle ne saurait contrôler jusqu'au bout, et dont elle ignore tout des raisons. Jetant un regard autour d'elle, sur cette pièce et ces meubles qui les entourent ... ❧ Peu de répit, ça oui ! ❧ Elle le regarde, et puis ... Et puis c'est plus fort qu'elle : un rire fuse d'entre ses lèvres. Y avait-il seulement un seul endroit où ils n'avaient pas consommé leur union, au sein de ces appartements ?!
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Mer 26 Avr - 19:34

Je devrais arriver à garder mon calme, il n'y a rien de dramatique dans ce qui se passe en cet instant, tout du moins j'essaie de m'en convaincre et, depuis que Lyman et sa mère m'ont annoncé ce mariage à venir et surtout les véritables raisons, je ne cesse de passer mon temps à me préparer  à tout. Et à me dire que ce n'est pas si grave. Mais en fait, je n'y arrive pas du tout. Et je ne suis pas sûr que le moment soit idéal pour essayer de me demander pourquoi. Dans l'immédiat, j'essaie de ne pas m'énerver mais j'avoue que l'exercice commence à se faire pour le moins ardu. J'inspire doucement alors qu'elle reprend la parole, essayant de comprendre en vain ce qui se passe, d'imaginer le pire bien évidemment, avant de souffler, d'un ton aussi doux que possible au vu des circonstances.

"Que tu t'emportes n'est pas un problème et tu n'as vraiment pas besoin de t'excuser. Tu as le droit de t'énerver, de ne pas tout maitriser. Mais le fait est que ne pas en connaitre les raisons est particulièrement déroutant. Je suppose qu'il en serait de même pour toi si tu étais à ma place, non ? Quant à Mestre Aethon, je pourrais retourner le voir tout à l'heure si tu le souhaites. Pour gagner un peu plus de temps. Une fois que je saurais de quoi il en retourne."

Hors de question que je quitte les lieux sans savoir. Quand bien même la vérité pourrait me blesser plus que je ne l'aurais cru. Après tout, je savais exactement dans quoi je m'engageais et les sentiments n'avaient, à l'origine, pas leur place dans mon engagement envers elle. J'ai un soupir à cette pensée alors que je la fixe, tendant une main vers elle pour essuyer une trace larme qui coule encore du bout du pouce et de sourire, un peu niaisement probablement quand elle reprend, quand bien même le contexte ne s'y prête guère.

"Mon opinion t'importe donc car tu as de l'affection pour moi. Je… bien… c'est. Bien." Je me frotte le menton pour chasser ce sourire idiot avant de reprendre, le regard sérieux."Je sais quelle importance peut avoir cet enfant mais, en cet instant, c'est parce qu'il s'agit du nôtre avant tout. Et quand même tu devras restée confinée le dernier mois, rien ni personne ne m'isolera de toi, je te le promets. Je me débrouille toujours pour arriver à mes fins, tu le sais bien non ? Quant à ton rôle de mère…" J'ai un bref soupir avant de serrer ses doigts."Ta mère sait mieux que quiconque l'amour que l'on peut éprouver pour ses enfants. Elle ne te fera pas cela, j'en suis sûr."

Et à sa réaction, je me rends compte que j'ai raison, que quelque chose ne va pas. Mon réflexe premier serait de la serrer de nouveau dans mes bras et de lui dire que tout ira bien, mais ce serait une mauvaise idée. Rien ne s'arrangerait aussi facilement et, si je veux réellement que nous nous fassions confiance, je ne peux pas céder à la facilité. Alors je l'écoute avec attention, fronçant les sourcils à mesure qu'elle parle, me tordant un peu nerveusement les doigts alors que j'essaie de bien assimiler chacune de ses paroles. Et si je laisse filer un semblant de rire nerveux à ses derniers mots, je garde le silence de longues secondes avant de hocher la tête.

"Bien. Je vois. Je… tout d'abord je te présente mes excuses, pour t'avoir bousculée. Et pour le reste. Ce n'était pas de la confirmation de la paternité dont j'avais besoin à dire vrai. Mais du fait que tu sois vraiment enceinte. Je suis probablement un peu naïf, mais je suis persuadé que tu ne m'aurais pas menti s'il n'était pas certain que je sois le père et…"Je me frotte la nuque en inspirant doucement avant de reprendre, non sans lui avoir jeté un regard en coin. "Ecoute Meg… Quand j'ai accepté de t'épouser, j'étais persuadé de savoir à quoi m'attendre. Et, tant que cela restait du domaine de l'hypothétique, tant que tu n'étais que la sœur de Lyman, j'étais assez idiot pour me dire que chaque situation, quelle qu'elle soit, serait facile à gérer. mais ce n'est pas le cas. Parce que je tiens à toi, vraiment. Pas parce que nous sommes mariés ou que… comment as-tu dit ? Ah oui, je ne te laisse guère de répit. Mais pour la femme que j'apprends à connaitre. Et l'idée de ne pas être à la hauteur, de ne pas savoir quoi faire ou quoi répondre pour te soutenir comme je me suis promis de le faire, m'effraie."

Je soupire longuement avant de froncer les sourcils de plus belle.

"Je… c'était trop ? J'étais … trop présent ? Tu n'en avais pas envie ?"

Et je lève les yeux vers elle, un peu perdu. Dire que je devais l'aider, la protéger ou que sais-je encore. Autant dire que là, j'ai le sentiment d'en être bien loin.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Dim 30 Avr - 2:21

Il fallait sans doute qu'elle comprenne. Qu'elle le comprenne. Qu'elle se mette à sa place, pour mieux raisonner et trouver quelque logique, quelque explication à tout ça. A son attitude, à ses réactions, aussi. Mais c'était déjà quelque peu compliqué en temps normal, alors là ... Là, avec l'importance de ce qu'elle venait d'apprendre et le flot de questions et d'incertitudes qui l'assaillait déjà, les choses n'en étaient qu'encore plus compliquées ! C'était plus ou moins impossible pour elle que de se rafraîchir les idées, de se les éclaircir. Et sans doute Megara n'était-elle donc pas en mesure d'apprécier la situation dans son ensemble, à tête reposée, ou tout du moins en toute neutralité. Elle était trop impliquée, trop concernée, trop impactée, aussi ... Oui, présentement, dans son esprit, régnait un brouhaha sans nom, fait de contradictions, d'inquiétudes et de déraison. Mais également de bien d'autres choses ! Il fallait qu'elle reprenne pied, et qu'elle le veuille ou non, présentement, Gareth était la personne la plus à même de la faire reconsidérer les choses. Alors qu'il était dans le même temps un vecteur d'inquiétudes et d'angoisses. Oui, rien n'est ni aisé ni facile dans la vie ...
    ❧ Je ... Je t'aurais sans doute effectivement demandé de m'expliquer, de ne pas me laisser dans le doute. Sans employer le même ton que toi, très probablement. Mais tu as raison, je me serais sentie déroutée. ❧
Et sans doute aussi un peu blessée de demeurer dans l'ignorance. Mais ça, elle ne le lui dit pas. Peut-être l'aurait-il parfaitement compris, ou peut-être ne désirait-elle pas exactement entièrement s'exposer à cœur ouvert face à lui, compte tenu du peu d'assurance qu'elle possédait présentement et de l'importance des craintes qui régnaient en elle à cet instant précis. Il avait fallu se lancer, elle n'avait plus eu le choix, comme en étant au pied du mur, ou face au précipice d'un ravin. Elle n'avait plu pu retarder l'échéance, ni même avoir le courage de laisser Gareth dans l'expectative tortueuse. Et lorsqu'il essuie finalement, du bout des doigts, l'une de ses ultimes larmes, elle ne peut s'empêcher ce geste réflexe que de légèrement pencher la tête sur le côté, comme pour épouser cette présence pourtant si furtive de leurs peaux en contact l'une avec l'autre. En sa présence, il faut croire qu'il y a des tendances qui ne trompent pas, à moins que Megara ne soit qu'en quête de réconfort, d'appui physique, aussi, pour ne pas chanceler. Sans doute n'était-ce pas là l'un des traits de caractère les plus connus de la jeune femme, mais elle était suffisamment forte et déterminée pour ne jamais dire ou faire de choses qui la répugnaient au plus haut point. Alors, si, finalement, son jeune époux parvenait à obtenir quelques explications et confidences de sa part, ce n'était pas uniquement par son influence, mais aussi parce qu'elle en avait besoin, que de lâcher du lest, de ne pas se sentir esseulée et déboussolée, et qu'en sa présence, si proche mais pourtant si loin, sous certains angles, elle ne fait pas le poids, comme attirée telle un aimant.
    ❧ Je ne veux pas être seule, Gareth ... Depuis que nous sommes mariés, je me suis habituée à ta présence, et j'en ai besoin, je crois. Je ne veux pas à nouveau être physiquement si entourée, mais psychologiquement si isolée ... ❧ Baissant les yeux un instant, elle reprend, paupières closes, dans un souffle. ❧ Prions les Sept que Jordane Lannister prenne le dessus sur la Reine du Roc alors ... Et prions les Sept que tu n'ai pas à passer de balcon en balcon, au péril de ta vie, pour me rejoindre. J'ai besoin de toi en un seul morceau. ❧
Parler fut comme de se libérer en partie du poids qui pesait sur ses épaules. Tout autant que cela la plaçait dans une situation inconfortable que de se livrer, de ne pas faire secret de ce qui la tourmentait, d'assumer la vérité en face sans s'en détourner et sans lui trouver quelque parade ou dérivatif. Mais ils s'étaient fait une promesse, et Megara entendait bien la tenir, ou tout du moins de tout faire pour qu'il en soit ainsi. Car dans leur situation, c'était important, tout particulièrement pour elle. S'il ne pouvait lui faire confiance, alors comment pourrait-il accepter de la croire concernant tout ce qui pourrait avoir attrait à ses penchants si répréhensibles et honteux ? S'il ne pouvait être assuré qu'elle lui disait ce qu'elle pensait, ce qui la troublait, la perturbait, alors comme pourrait-il l'aider, aussi ? C'était vers lui désormais qu'on attendait qu'elle se tourne en cas de besoin, en cas de nécessité, aussi. Elle n'avait plus l'âge ni le statut, désormais, de courir dans les jupes de sa mère pour trouver du réconfort et de la protection. Gareth se devait d'assumer ce rôle, et si elle ne faisait rien pour l'y aider, et bien rien de bon ne pourrait en découler. Elle se devait aussi d'apprendre à faire confiance, d'apprendre à s'exposer au danger sans le regretter, apprendre à partager, aussi. Et ce bébé, cet enfant qui s'annonçait, elle ne l'avait pas conçu seule. Il était autant concerné qu'elle par la chose, et si elle se le mettait à dos ... Cela ne ferait qu’appesantir la pression sur ses épaules, tout autant que cela risquait de compliquer la grossesse sous l'effet du stress et de la tristesse. Quand elle n'allait pas très bien, il arrivait à Megara de ne pas se nourrir suffisamment, hors, avec cet enfant qui s'annonçait, ses apports en nourriture allaient devoir augmenter. Elle se devait d'être sérieuse. En le redevenant face aux paroles de Gareth, mais aussi en ayant une attitude et des habitudes désormais adaptées à sa toute nouvelle condition.
    ❧ Je te dois la vérité, et le fait qu'il n'existe jamais le moindre doute. Si ... Si cela avait été le cas, je ... ❧ Elle aurait eu recours au thé de lune, probablement. Avant d'essayer de se reprendre, aussi. Le tout en essayant de ne jamais laisser voir à Gareth que dérapage et conséquences il y avait eu. ❧ A vrai dire, je ... Je fais confiance dans l'expérience de Mestre Aethon, et, recoupée à mon incapacité à apprécier à sa juste valeur ma boisson préférée et à quelques autres signes qui ont émergé des quelques questions du Mestre, cela me pousse à réellement penser que je suis enceinte. Même si mon ventre est toujours aussi plat que d'ordinaire. ❧ Visiblement, tous deux étaient assaillis de doutes et de craintes assez similaires. Peut-être y avait-il à se rejoindre sur ces choses là, ou peut-être pas. Il n'était en effet sans doute pas très sain pour eux de se complaire dans de tels doutes alors qu'il leur serait sans doute plus profitable d’œuvrer pour justement les faire disparaitre, de sorte à ce qu'ils n'aient plus lieu d'être ? ❧ Peut-être tout ceci ne vient-il pas en un jour ? Je dois te parler, faire en sorte que ... Faire en sorte que tu ai face à toi ton épouse, et non la princesse. Faire en sorte de ne pas me mettre seulement à nue physiquement devant toi, mais aussi psychologiquement. ❧ Face à cette comparaison sans doute adéquate mais bien involontaire, la jeune femme sentit quelque peu le rouge lui monter aux joues, alors qu'elle avait aussi soudainement chaud. Et puis ... Et puis la dernière question de son jeune époux la laissa un peu pantoise. La poussant à de nouveau se retrouver dans la position qu'elle avait précédemment eu lorsqu'il voulait pénétrer dans les appartements, soit ne pas tarder à lui répondre. ❧ Gareth ... ❧ Doucement, mais sûrement, elle se rapprochait de lui, tout en demeurant rougie des joues, alors qu'elle se saisissait de l'une de ses mains pour la poser juste sous sa poitrine, comme un signe qu'elle voulait qu'il soit assuré, rien qu'en sentant son rythme cardiaque, qu'elle n'allait absolument pas lui mentir ni même emprunter le moindre chemin de traverse pour ne pas avoir à lui répondre frontalement. ❧ Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Je ... Tu as été parfait, toujours. Et j'en ai toujours eu envie. Sans doute trop, parfois ... ❧ Parfois, comme lorsque, toutes ces fois, elle ne leur avait pas forcément laissé le temps d'attendre le lit avant de lui arracher ses vêtements ou de commencer à elle-même se déshabiller. ❧ Gareth ... ❧ Le souffle court, elle plongeait le regard dans le sien, tout autant qu'elle approchait son visage du sien, leurs nez n'étant désormais plus vraiment distants l'un de l'autre. Et elle se mordilla la lèvre, alors que son cœur s'accélérait. Il devait bien le sentir, c'était impossible autrement.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Sam 6 Mai - 23:52

Difficile de ne pas vraiment m'énerver, de chercher à rester calme, rationnel et, surtout, d'essayer de lui faire comprendre la façon dont je peux voir les choses. Parce que c'est probablement quelque chose qui m'aurait peu importé il y a quelques mois et qui, aujourd'hui, est une des choses qui compte le plus. Je veux arriver à comprendre ce qui se passe, trouver comment l'aide, si c'est dans mes capacités mais, surtout, je ne veux plus qu'elle soit dans un tel état. Surtout si j'en suis en partie responsable. Pourtant, j'ai l'impression que les choses s'éclaircissent un peu ou que, tout du moins, elles se font moins nébuleuses. Je sens un mal de crâne poindre le bout de son nez avant de souffler, d'un ton que j'essaie de garder calme. Bien plus que je ne le suis réellement et elle doit bien le sentir de toute façon.

"Il est vrai que mon ton était quelque peu… empressé. J'en suis désolé. Pourtant, j'avoue que si c'était à refaire, j'agirais probablement exactement de la même façon. Je n'ai pas l'habitude d'être inquiet pour quelqu'un à qui je tiens et je ne sais pas comment réagir autrement. Mais tu as raison, dérouté est le mot qui convient parfaitement à la situation."

Et j'aime autant ne pas avoir eu vraiment à insister pour avoir des réponses, si l'on omet le fait que j'ai pratiquement dû forcer l'entrée de ma propre chambre. Je n'aurais pas particulièrement apprécié devoir insister et la mettre au pieds du mur, cela aurait présagé une évolution de notre relation ma foi vraiment peu agréable. J'avoue qu'une part de moi aurait particulièrement mal vécu de ne pas savoir de quoi il en retourne aussi vite. J'ai un soupir quand elle reprend, le cœur un peu serré, même si j'essaie de me montrer rassurant, autant qu'il m'est possible en tout cas.

"Je suis là. Je ne peux pas te garantir d'être physiquement là tout le temps, je ne sais pas où je pourrais être envoyé si la Reine le demande. Mais jamais tu n'auras à t'isoler de moi psychologiquement. A moins que tu en ressentes le besoin, il n'y a pas de barrière entre nous Meg. En tout cas, je suis assez naïf pour le croire. J'espère que c'est vrai. Tout comme je suis assez naïf pour croire que la femme qui m'a pris à part le jour du mariage de ton frère pour me dire à quel point tu lui étais précieuse et à quel point elle comptait sur moi pour tout faire pour rendre notre mariage heureux, sans même vraiment songer à ce mal qui t'a empêché d'épouser un homme à la hauteur de ta valeur, que cette femme saura prendre le dessus."J'ai un bref sourire avant de me faire malicieux l'espace d'une seconde et d'ajouter, à mi-voix. "Je soulèverais des montagnes pour vous rejoindre ma dame et j'arriverais en un seul morceau, sois en assurée."

Si la situation semble se détendre quelque peu, il y a encore quelques zones d'ombre qui nous dérangent tous les deux. Je ne saurais dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose que nous cherchions à les pointer du doigt mais le moment est assez exceptionnel pour que tout semble couler de source. Et j'ai un bref hochement de tête quand elle reprend, déglutissant à l'idée qu'elle aurait pu se débarrasser de l'enfant si elle n'avait pas été sure qu'il soit de moi, avec tous les risques que cela aurait pu engendrer pour elle. J'essaie de ne pas grimacer et je souffle, d'un ton tranquille.

"Je vois. Je pense que oui, nous pouvons nous fier à son expérience. Et c'est donc si récent ? Enfin, je sais, nous ne sommes pas unis depuis bien longtemps et… oublie, cette question est idiote en réalité."

Je ne peux m'empêcher de regarder son ventre, m'imaginant à quoi il pourra ressembler une fois arrondi et j'ai un sourire sans même m'en rendre compte avant de me focaliser sur le reste de ses propos et sur mes propres appréhensions que j'énonce à haute voix, incertain de sa réaction.

"C'est possible. Mais je n'ai pas non plus envie que tu te sentes prise au piège, forcée de dévoiler certaines choses que tu voudrais garder pour toi. Je sais, cela peut sembler paradoxal alors que je targue mon envie que nous soyons aussi honnêtes que possible l'un envers l'autre mais je… je ne sais pas si tu comprends ou pas ce que j'essaie de dire. A dire vrai, j'ai du mal à le saisir moi-même. Je veux juste que tu aies confiance en moi, que tu saches que tu n'es pas seule. Jamais."

Et je cille, brusquement plus nerveux alors qu'elle continue, abordant l'intensité des relations que nous avons pu avoir depuis son mariage. Dire que je suis un époux comblé est un doux euphémisme et le plaisir que j'ai pu avoir dans cette chambre m'a particulièrement surpris. J'y reviens avec envie mais, au vu des propos qu'elle tient, je me mets à douter, à me demander si j'aurais dû agir de la sorte, si j'aurais dû faire preuve de plus de retenue ou que sais-je encore. Je fronce les sourcils quand elle prononce mon nom, la suivant des yeux alors qu'elle se rapproche de moi et que ses joues se font plus roses. Voilà qu'elle va probablement me dire que oui, elle n'a pas apprécié, qu'elle n'osait pas me le dire, qu'elle souhaite … je ne sais pas moi, faire chambre à part peut-être.

Mes doigts se crispent un peu quand elle me prend la main pour la poser sur sa poitrine et il me faut bien quelques instants avant de comprendre ce qu'elle est en train de me dire. "Oh… je vois. Tu en as toujours eu envie. Je ne vois pas comment tu aurais pu en avoir trop envie, je ne crois pas avoir été en reste de ce côté-là et… enfin…"

Je me rends compte qu'elle est proche. Vraiment très proche. Et comme un jouvenceau, l'espace d'un instant, je me sens empli d'une timidité nouvelle tandis que je sens son cœur battre plus vite. "Tu n'as plus envie que je parte alors ?" Sans vraiment attendre de réponse et sans y réfléchir, je l'embrasse avant de lâcher, en toussotant. "Désolé, je n'ai peut-être pas fait preuve de la retenue nécessaire à ce genre de nouvelle."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Lun 22 Mai - 0:02

Megara aurait-elle préféré que Gareth soit là lorsque Mestre Aethon lui avait appris la grande nouvelle ? Elle n'en savait trop rien. Après tout, elle n'avait pas réellement envisagé directement la possibilité qu'elle soit enceinte lorsque le Mestre était venu l'examiner. Elle n'y avait pas pensé, tout simplement, et, à dire vrai, elle ne s'était pas tant alarmée que ça des difficultés digestives et gustatives qu'elle avait à ingérer et consommer sa boisson préférée habituelle. Elle avait déjà pu être malade sans pour autant avoir été enceinte. Et puis ... Et puis, non, sincèrement, elle n'y avait pas pensé. Alors pourquoi aurait-elle alerté Gareth, son époux, alors qu'elle avait sans nul doute minimisé tout ceci ? D'un autre côté, le Mestre non plus ne lui avait pas proposé d'aller quérir son époux avant de lui annoncer la nouvelle. Peut-être n'y avait-il pas pensé, ou peut-être s'était-il dit que son devoir serait surtout d'aller avertir la Reine, Jordane Lannister, et que, de toute façon, la grossesse était une chose typiquement féminine, là où les hommes n'avaient soit pas leur place, soit aucun intérêt pour la chose en elle-même. Quoi qu'il en était, les premiers pas que les deux jeunes gens faisaient en tant que futurs parents n'étaient pas réellement les plus aisés ou complices. Mais Megara refusait d'aborder la chose comme l'exemple parfait de ce à quoi ressemblerait sa grossesse. Elle ne voulait pas de prédéterminisme, pas plus que de prémonition. Pour le coup, cependant, sans doute tous deux étaient-ils comme des petits enfants bien patauds, qui s'étaient mis les mains dans la confiture sans trop savoir comment s'en tirer. En quelque sorte ... Cependant, Megara refusait de créer quelque fossé entre eux. Ce n'était pas le lieu, pas plus que le moment, et cela la terrifiait déjà que d'imaginer que cela puisse être possible. Mais visiblement, son époux était sur la même longueur d'ondes qu'elle. Et se voulait rassurant.
    ❧ J'ai trop été obligée de m'isoler mentalement, de créer des barrières devenues de véritables murailles entre le monde et moi. Et je ne veux pas ça pour nous deux. Et entre nous deux. ❧ Un instant, elle a ce mouvement de la main en sa direction, avant de quelque peu pencher la tête sur le côté en l'entendant visiblement lui parler de sa mère. En réalité, Jordane n'avait jamais eu l'habitude de directement adresser ses compliments à ses enfants. Ou tout du moins ne s’épanchait-elle jamais vraiment sur le sujet. Alors, entendre cela, de la bouche même de Gareth ... ❧ La valeur d'un homme ne se mesure sans doute pas uniquement à son rang Gareth ... ❧ Elle n'essayait en rien de le rassurer, pas plus qu'elle ne tentait de flatter son ego. Elle s'exprimait simplement comme elle le pensait, pour avoir côtoyer suffisamment de jeunes hommes nobles pour savoir que derrière leur titre et leur prestige ne se cachaient pas forcément de magnifiques personnalités ... ❧ Si tu t'avises d'échouer, je viendrais te poursuivre par delà ma mort ! ❧
Elle sourit quelque peu, même si sa plaisanterie n'était sans doute pas des plus amusantes. Mais elle avait besoin de sourire, de plaisanter, pour ne pas se laisser sombrer, lestée par les inquiétudes qui demeuraient être les siennes et par son cœur qui continuait encore, malgré tout, à battre plus que d'accoutumée. Il y avait quand même ce petit goût ferreux dans sa bouche, sans doute parce que, précédemment, elle s'était mordue les lèvres trop fort. Ou bien la langue, c'était au choix. Et à la question de Gareth, elle ne put s'empêcher de piquer un fard, sans doute elle-même gênée par la propre réponse qu'elle s'apprêtait à lui adresser. Peut-être devrait-elle tenter de trouver une façon d'arrondir les angles sans être trop franche, mais, au final, rien d'autre ne lui venait que la vérité la plus basique et primaire.
    ❧ Et bien, selon lui, et d'après les réponses que je lui ai donné à ses questions, il n'est pas si étonnant que ça que je sois déjà enceinte, compte tenu de la fréquence de nos rapports ... D'après ce que j'ai compris, il fallait s'y attendre ... Mais c'est une bonne nouvelle quant à notre capacité à ... Enfin, tu vois ... ? ❧
Un instant, elle hésita à se cacher le visage dans les mains, pour cacher ses joues si empourprées et ses yeux quelque peu agrandis par la timidité et la relative gêne qui s'insinuaient de plus en plus en elle. D'autant plus qu'elle croit capter un rapide regard de la part de Gareth en direction de son ventre, alors que, par réflexe, elle ne peut s'empêcher d'y poser une main. Elle ne peut évidemment encore rien sentir, c'est trop tôt, mais, tout de même, le simple fait de savoir qu'elle portait désormais la vie, c'était ... A la fois si perturbant et si euphorisant. Tout comme le fait d'être mariée, en somme. Il y avait tant de changements et tant de bouleversements, sur une si courte période, et Megara sentait toujours un peu la tête lui tourner depuis qu'elle était devenue l'épouse de Gareth. C'était plus fort qu'elle.
    ❧ Non, je comprends. ... Du moins je crois ... Et je te fais confiance. Plus que tu ne le penses, sans doute. Je n'ai pas pris mes vœux devant les Sept à la légère. Je sais que ... Je sais que c'est sur toi, en premier lieu, que je dois et que je peux me reposer. C'est juste que ... Je n'ai pas encore l'habitude, sans doute, que de m'ouvrir et de remettre un peu de mes inquiétudes entre les mains de quelqu'un d'autre que ma mère. ❧ Effectivement, les nouveautés et les changements se bousculaient, présentement, dans sa vie, mais Gareth devait sans nul doute comprendre tout cela. Quoi que pour lui, peut-être que tout ceci était plus facile à gérer. Parce qu'il n'avait pas quelque peu vécu reclus avant ses noces. Il savait sans doute depuis déjà longtemps, lui, qu'il n'y avait pas toujours à avoir honte de se lier charnellement avec quelqu'un, qu'il n'y avait pas à rougir d'apprécier cela, que cela ne faisait pas toujours de vous quelqu'un de dépravé et d'adepte de la luxure. De la même façon, il avait pu avoir des amis, des proches, et savait sans doute comment accorder sa confiance aux autres sans craindre d'être châtié ou trahi pour cela. ❧ Les relations charnelles ont toujours eu quelque chose de répréhensible, pour moi, jusqu'à notre mariage, parce que ... Je n'étais pas censée en avoir déjà eu alors même que ... Et ... On n'enseigne pas aux jeunes filles à être autant demandeuses que je le suis, car ce genre de comportement est très régulièrement associé à celui que peuvent avoir les ... filles de joie ? ❧ Elle se livre, et ose ne pas reculer. Ou plutôt s'empêche-t-elle de toutes ses forces de se reculer. Parce que ce serait recrée une barrière entre Gareth et elle, et qu'elle est bien, si près de lui, parce qu'il y a ces douces chaleurs qui naissent au sein de son ventre et qui irradient progressivement tout son corps. Elle a le cœur qui bat si fort qu'elle le sent presque tambouriner jusque dans la pulpe de ses lèvres. Lèvres qu'elle se mordille, un instant, incapable de répondre verbalement à son époux, alors qu'elle hoche la tête de gauche à droite. Non, elle n'a pas envie qu'il parte, maintenant. Car elle vivrait sans doute ça comme un abandon, certes éphémère, et certes irréel, mais, tout de même ... Alors, lorsqu'il l'embrasse, elle ferme un instant les yeux, se laissant porter. Avant de brusquement redescendre, ou presque, dès lors que ses lèvres se séparent. ❧ Tu ... Tu viens d'apprendre que je suis enceinte, et que tu vas être père. Je ... Je pense que tu ... Que tu es en plein droit de vouloir me remercier. Et d'en profiter un peu avant que je deviennes grosse et hideuse. ... ❧ Elle le regarde, à nouveau, avant de se mordiller les lèvres et d'initier à son tour un baiser, non sans se rapprocher encore un peu plus de lui, alors qu'elle pose l'une de ses mains sur son torse, légèrement tremblante.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Mar 30 Mai - 20:24

Je suis toujours aussi dérouté et j'avoue avoir du mal à la suivre. Je ne sais pas si elle est heureuse que nous puissions enfin parler ou si elle est colère que j'ai pu apprendre la vérité. A dire vrai, j'ai un peu le sentiment qu'il s'agit un mélange des deux. Une part de moi est un peu déçue qu'elle ne m'en ait pas parlé avant, dès qu'elle a eu des doutes, mais je me rends compte que ça aurait été ridicule. Après tout, à quoi bon s'imaginer quelque chose sans la certitude que cela va arriver. Plus j'y songe et moins je sais quoi penser de tout cela. Je me rends compte que je ne me suis jamais senti aussi démuni alors que je devrais être un appui pour elle. Et je soupire alors qu'elle reprend, hochant doucement la tête à ses propos. Au moins, elle a l'air plus calme, plus posée, tout du moins en apparence. "Je sais Meg. Et je n'ai pas envie que tu recommences. Je n'ai pas eu à m'isoler comme toi mais j'ai joué assez longtemps mon rôle de jeune sot de la Cour pour avoir envie d'être moi-même avec celle dont je dois partager la vie. Et j'aimerais que ce soit réciproque, même si je ne peux te forcer à rien évidemment." J'ai un sourire incertain quand elle bouge la tête en direction de ma main et je continue avant de secouer la tête avec un rire. "Je ne sais si je dois le prendre comme une bonne chose ou non. Que tu essaies de me rassurer ou que je me rende compte que j'en ai peut-être un peu besoin." Je la fixe un instant sans rien dire, avant de me pencher vers elle, la mine complice. "Avec une telle menace, je ne vois pas comment je pourrais échouer. Mais j'avoue que j'aurais préféré des promesses qui m'auraient fait rêver ma dame."

Nous continuons tout de même de tâtonner, balbutiant tous les deux dans cette nouvelle relation. Je ne m'attendais pas à cela. Quand bien même j'ai toujours été attaché à la jeune princesse et que notre tête à tête avant notre mariage m'avait fait comprendre qu'elle ne me laisserait pas indifférent, je ne pensais pas … et bien oui, que ce serait à ce point-là. L'importance de l'opinion qu'elle peut avoir de moi m'effraierait presque mais, pour l'heure, ce n'est pas ce qui compte. Je l'écoute avec attention, hochant la tête et la mine probablement perdue alors qu'elle m'explique pourquoi elle est aussi sure d'elle. J'ai le bon goût de baisser les yeux, non sans sourire, quand elle parle de la fréquence de nos rapports mais je finis par hocher la tête, pour la voir intimidée comme jamais. "Tu sais que tu n'as jamais été jolie qu'en cet instant précis ?" Je cille et je toussote, sans bien savoir pourquoi j'ai dit ça avant de reprendre, plus sérieux. "C'est une bonne chose oui. Je … je sais que je devrais parler de l'importance d'avoir un héritier et de sa place dans la famille mais je t'avoue que j'ai plus notre discussion lors de notre nuit de noces qui me revient en tête. J'ai hâte de te voir en mère lionne défendant ses petits."

Je ne peux m'empêcher de me figer un instant quand elle pose la main sur ce ventre encore plat. Personne ne pourrait soupçonner qu'elle attend un enfant… notre enfant. Et cette pensée me donnerait presque le vertige. "Comment te sens-tu ? Par rapport à … enfin… tu sens quelque chose ? Je sais, cela peut paraitre idiot, c'est beaucoup trop tôt mais…" Je toussote avec une grimace un peu gêné, plutôt content qu'elle continue de parler. Et de sa confiance.

"Je peux le comprendre. Je crois. Et j'imagine que je dois aussi accepter de ne pas être capable de tout porter. Même si je m'y étais engagé avec toi. Difficile de trouver un juste milieu quand on ne sait même pas vraiment à quoi cela doit ressembler. Je t'avoue que je n'ai jamais eu qu'une vision du mariage bien floue avant que nous ne soyons unis. Et que je n'avais pas réfléchi à ce que j'aimerais vraiment." Enfin si, d'une certaine façon j'y avais réfléchi. La pensée m'avait effleuré dans un moment d'égarement, quand j'avais cru pouvoir épouser Lynara. Oh, ça n'avait duré qu'un infime instant, le temps d'un battement de cils et que la réalité ne nous rattrape à vitesse grand V. Mais dans mes souvenirs, ce n'était pas la chose la plus désagréable à envisager. Pourtant, je m'efforce d'effacer toutes ces pensées, de me concentrer sur ce qui est réel et non pas ce qui aurait pu éventuellement l'être dans une réalité qui n'aurait probablement jamais eu l'occasion d'exister. Et cette réalité est là, juste sous mes yeux, alors qu'une vie s'épanouit en elle. "C'est une habitude que tu prendras Meg. Tu ne dois pas avoir peur de faire confiance et pas seulement à moi. Ta situation n'est plus la même, il n'y a rien dont tu dois avoir honte qui ne soit pas en sécurité. Tu peux t'ouvrir à d'autres, comme à Jeyne par exemple."

J'inspire avant de laisser filer un silence quand elle reprend. Il est vrai que les relations charnelles hors mariage n'ont jamais eu le même impact que l'on soit homme ou femme, même sans la maladie qui l'étreint depuis des années. Et j'ai pu voir à sa surprise lors des premiers moments que nous avons passés ensemble. Elle n'avait fait que subir ses propres besoins, elle en avait eu honte et maintenant, elle commence à peine à accepter d'aimer ces moments que nous passons ensemble. "Je sais que tu es encore mal à l'aise vis-à-vis de tout cela. Que tu te sens visiblement encore coupable d'éprouver du plaisir quand nous sommes tous les deux. Mais il n'y a rien de mal à cela. Tu n'avais pas le choix, avant. Et je te l'ai dit. Peu m'importe ce qui a pu se passer avant que nous soyons mariés, ce n'est pas comme si tu m'avais menti. Et puis, j'ai souvenir que tu as eu des réactions dignes d'une jeune demoiselle qui n'avait jamais passé de moment avec un homme durant notre première nuit tous les deux." Je lui décoche un bref sourire avant de reprendre, d'un ton toujours aussi doux. "Je pourrais te dire que les filles de joie ne sont guère demandeuses mais je crois que cela entrainerait une discussion encore plus gênante non ?"

Je ne sais pas trop ce qu'elle a besoin d'entendre. Si je dois la rassurer, si je dois lui dire qu'elle n'a aucun rapport avec ces femmes que j'ai pu fréquenter fût une époque. Mais j'ose espérer qu'elle le sait. Et puis, je me perds un peu quand je l'embrasse, quand je sens le goût de ses lèvres sur les miennes. J'ai beau le connaitre, je suis loin d'être habitué et j'ai un sourire incertain alors qu'elle reprend. "J'ai donc le droit d'être heureux ma dame ? Et comment pourrais-je te remercier au mieux ? Quant à devenir grosse et hideuse… tu essaies de m'attirer ou de me faire peur ?" Et je lui rends son baiser, une main se perdant dans sa chevelure dorée alors que l'autre s'entremêle aux doigts posés sur mon torse. Je sens qu'elle tremble alors je chuchote, tout contre ses lèvres. "Tout se passera bien Meg."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Mer 7 Juin - 23:58

Pour certains, issus du peuple ou nés de basse extraction, la vie de Princesse du Roc doit bien avoir un petit quelque chose d'absolument fantastique et de forcément attrayant. Mais la réalité est quelque peu différent de ce que l'on peut s'imaginer. La Cour est un vrai panier de crabes. Les courtisans n'ont de cesse de s'entretuer, à plus ou forte intensité, et pour différentes motivations. Ce sont un peu comme des abeilles autour d'une tartine de gelée de groseilles bien sucrée. Elles tournent, volent, bourdonnent, s'entrechoquent dans les airs pour être la première à fondre sur l'alléchante abondance de sucre et sur la tranche de pain si parfumée. Dans les faits, les abeilles, ce sont les courtisans, et la tartine accompagnée de la gelée, et bien ... Et bien, c'est la famille royale. Le roi, son épouse la reine, et leurs enfants princiers. Et éventuellement, aussi, leur très proche famille, et, désormais, ceux qui se sont mariés au sein de la fratrie princière du Roc. Depuis toute petite, Megara a évolué dans cet univers, et n'a donc rien connu d'autre. Cela ne lui a jamais été aisé que de jouer la comédie, d'exposer un profil à la face du monde et de garder son vrai visage pour le cercle privé. Mais d'une certaine façon ... Étant donné qu'elle n'a rien connu d'autre, agir ainsi est presque devenu naturel pour elle. Elle sait qu'il faut maintenir les apparences, s'évertuer à être sans défaut et presque inatteignable. C'est ainsi que doivent aller les choses, ou en tout cas, ainsi qu'on les lui a enseignées. Mais avec son trouble, celui-là même qui s'était affaissé sur ses épaules sans prévenir et en toute cruauté, elle avait sans doute dû placer la barre plus haut qu'avant, et les exigences allant avec avaient elles aussi augmentées. Cependant, visiblement, pour Gareth, concernant tout ceci, il n'y avait rien de nouveau sous le soleil, comme on dit. Il n'avait rien d'un lapin de six semaines, et n'était en rien absolument ignorant de tout ça.
    ❧ Alors ... Ces appartements doivent être notre sanctuaire, j'imagine. Là où l'on dépose les armes et l'on se défait de l'armure, où l'on se met à nu. En tant que mari et femme. ❧ Un instant, à son intervention suivante, elle fronce les sourcils, un peu hésitante quant à ce qu'il fallait y comprendre, avant que cela ne fasse sens dans son esprit. ❧ Je n'essaie en rien de te rassurer, je dis juste ce que je pense. Ce qui ne peut-être que véridique, puisque je suis une Princesse. ❧ Et c'est bien connu, les mots des Lannister sont semblables à des pépites d'or, et dans leurs cheveux, on trouve même des paillettes dorées ! ❧ Si le simple fait de venir me retrouver n'est pas le comble de tes rêves, je ne peux rien pour toi ! ❧
Parfois, avec lui, elle ose. De plus en plus souvent, même, en sa présence, elle ose. Elle ose être elle-même, ou plutôt ose-t-elle quelque peu renouer avec celle qu'elle était avant. Avant que les Sept ne l'affublent de ce mal si prenant et si pénétrant, si lourd à porter et à endurer. Elle a toujours eu de l'esprit, Megara, du moins l'espère-t-elle. Mais elle a dû se fermer, faire si attention à ce que rien de compromettant ne fuite dans ses paroles ou dans ses gestes. Sans s'être éteinte, peut-être s'est-elle quelque peu ternie. Et refroidie. Mais avec Gareth ... Autant par nécessité que par inclinaison, elle osait remettre le nez dehors, ou plutôt laisser ressortir celle qu'elle aurait aimé pouvoir continuer d'être. Par simple exemple assez démonstratif et caractéristique, elle n'en serait jamais venue à accepter de parler de sexualité avec qui que ce soit, pas même, réellement, avec sa mère. Bien sûr, là, il y avait peut-être un peu nécessité, mais dans le même temps ... Ils étaient tous deux concernés, et Gareth semblait réellement intéressé par le sujet, ou plutôt ses questionnements avaient-elles du sens. Ce qui, cependant, n'empêchait en rien les joues de Megara de recommencer à la chauffer et de rosir. Ce qui semblait plaire et convenir à son époux, ravie pour lui !
    ❧ Chercheriez-vous à me faire devenir aussi aussi rouge que ce fameux jus de grenade que je ne supporte plus, Monsieur mon époux ? ... Je ... Je n'ai pas assez de recul nécessaire, encore, pour rationaliser et ... Et pour penser à ce que je veux réellement, d'autant plus que je suis encore sous le choc. Mais je sais ce qui me met plus à l'aise, et ce serait sans doute effectivement d'envisager cet enfant comme le nôtre, et non comme potentiel second héritier après mon frère. Ou comme une petite tornade qui n'aurait de cesse de te frapper dans les jambes avec son épée en bois pour combattre. ❧ Un instant, le silence se réinstalle entre eux, avant que, visiblement quelque peu gêné, Gareth ne reprenne la parole. Et, étrangement ... Étrangement, un instant, une sorte de calme intérieur semble s'emparer de Megara. A moins que tout ne lui semble, pour un temps, très cotonneux, et bien moins connecté à la réalité qu'à l'accoutumée. ❧ Je ... Je ne sens rien si ce n'est un grand point de responsabilités, beaucoup d'appréhension, une nimbe de choc, mais aussi ... Beaucoup de joie, et une certaine trépidation. Et un peu de fierté, aussi. ❧
Le mariage était sans nul doute un sujet dense et complexe, quelque chose à ne pas prendre à la légère. Un mariage vous engageait pour toute une vie, pour le meilleur et pour le pire. On ne peut se défaire des liens du mariage car ils sont sacrés, car leurs vœux ont été prononcés devant un représentant des Sept, en un Septuaire. En se mariant, on se lie à quelqu'un d'autre, à quelqu'un dont on ne pourra guère réellement se défaire ou se séparer jusqu'à ce que l'un de vous en vienne à trépasser. La réalité peut être dure et douloureuse, d'autant plus quand, la plupart du temps, le choix de cette fameuse personne à qui vous vous êtes marié n'a pas été choisi par vos soins. Et que le mariage n'a pas été contracté par désintérêt ou affection, mais en premier lieu, surtout par profit et stratégie. L'affection et l'amour viennent après, se construisent, se bâtissent. Mais une fois mariés, pas avant, ou seulement progressivement, lorsque la période de fiançailles a quelque peu duré, ou qu'il y avait connaissance mutuelle auparavant. En revanche ... En revanche, peu importait ce que pouvait présentement en penser Megara. Elle estimait que, certes, elle se devait de jouer cartes sur table avec Gareth, pour le bien de leur union et pour respecter leurs promesses respectives, mais qu'il risquerait sans doute d'y avoir quelque dureté de la vérité qu'elle pourrait exprimer. Concernant le fait qu'elle n'avait jamais été destinée à épouser autre chose qu'un prince ... Cependant ...
    ❧ Peut-être l'essentiel est-il de s'évertuer à bâtir notre mariage pierre après pierre, plutôt que de nous référer à ce que l'on peut connaître et voir autour de nous, ou à ce dont on aurait pu envisager les choses, lorsque le mariage n'était encore qu'une perspective bien future. ... Jeyne est ... Elle semble être agréable et intelligente, mais nous ne nous connaissons pas encore assez. Cela viendra, et je m'en réjouis, cependant. ❧
Oui, décidément, Gareth semble si prompt à l'apaiser et à faire ressortir toutes ces facettes d'elle-même qu'elle a fait taire depuis ces dernières années. Mais dans le même temps, il sait également la faire rougir comme personne, alors que, dans le même temps, elle s'en amuserait presque jusqu'à en laisser quelques éclats de rire fuser d'entre ses lèvres. Elle sourit, en tout cas, ce qui l'étonnerait et la stupéfierait presque elle-même tant le sujet évoqué est des plus intimes, charnels et privés. Le fait de ne pas avoir à se sentir honteuse d'éprouver du plaisir est cependant une nouveauté, malgré tout. Car, auparavant, ce qu'elle a pu ressentir en compagnie de Gareth n'a jamais été semblable à ce qu'elle a connu. C'était différent, absolument pas comparable, que ce soit dans le ressenti que dans la façon de faire. Tout était si différent, si nouveau, aussi, alors, même si elle souriait quelque peu au fait que Gareth lui certifiait qu'elle avait eu une réaction des plus normales, cela lui réchauffait aussi quelque peu le cœur. Par le simple fait d'être encore capable de se sentir légitime dans ce domaine du charnel, malgré son passif si compliqué et si complexe.
    ❧ Peut-être faudrait-il s'inquiéter, alors, que je continue d'avoir des sensations si semblables à notre nuit de noces. Quand est-ce censé différer et se transformer ? Peut-être que, maintenant, avec le bébé ... Tu as raison, évitons d'évoquer les filles de joie. Je ne sais que si peu de choses d'elles, et c'est aussi bien comme ça ! ❧ Autant ne pas transformer l'ambiance qu'ils ont progressivement instauré entre eux depuis la grande révélation sur leur statut de futurs parents. D'autant plus alors qu'ils se sont si physiquement rapprochés, jusqu'à ce qu'ils s'embrassent et que Megara sente une nuée de papillons des plus chauds fourrager son ventre et son abdomen, jusqu'à son cœur. Un peu plus, et elle sentirait ses oreilles faire ce bruit si étrange, comme lorsqu'on sort la tête de l'eau après une longue apnée. ❧ Je suppose qu'être heureux serait attendu de toi, cher époux. Je veux bien mettre de côté mon degré d'exigence tout princier, tant que tu t'évertueras à être un bon père pour cet enfant. Et à ne jamais tenter de lui apprendre la ruse de ton sourire. ... N'es-tu pas censé me rassurer et me dire que je serais toujours jolie, malgré tout ? ❧ L'embrasser ou être embrassée de nouveau est si agréable que Megara s'y perdrait presque. Et qu'elle en redemanderait presque, aussi, en dépit du raisonnable et des conventions. ❧ Si nous vivons seulement ensembles, je veux y croire. Mais je sais que parfois, c'est n'est pas suffisant, et que la Mère ne fait nulle différence sociale quand il s'agit de laisser une femme mourir en couches. ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Mar 20 Juin - 9:38

Ayant grandi à la Cour, dans l’ombre de Lyman, je peux me targuer de connaitre bien des ficelles, bien des façons de fonctionner. Je sais aussi à quel point chacun des enfants Lannister a dû jouer le rôle qui lui était assigné, de gré ou de force et j’ai eu la chance de voir qui pouvaient être Lyman et Nymeria derrière ce masque qu’ils s’évertuent à porter pour combler l’image qu’ils doivent donner au monde extérieur. Mais avec Meg, les choses ont été bien différentes. Que je ne cherche pas, qu’elle n’ait pas envie de montrer qui elle était, dans le fond, cela n’a guère d’importance. Je n’ai appris à la connaitre que très récemment, alors que nous étions déjà fiancés. Et si j’apprécie un peu plus chaque jour ce que je découvre, la situation n’en est pas moins plus délicate qu’avec son frère ou sa sœur. Parce que j’ai peur de la blesser, de la heurter, que je ne sais pas encore jusqu’où je peux aller. Et autant dire qu’elle me surprend toujours, même là, alors que la situation nous prend tous les deux au dépourvu. J’ai un sourire alors que je hoche doucement la tête à ses propos, rassuré par le fait qu’elle semble d’accord avec cette vision probablement bien trop naïve que je peux avoir de notre mariage. Quitte à être idiot, autant que nous le soyons tous les deux non ? "C’est l’idée que j’en avais oui. Ou nous pourrons être nous-même, tous les deux, sans tous ces artifices qu’il nous faut revêtir chaque jour. Je ne dis pas que ce que tu verras te plaira tout le temps, même si je ferais en sorte de m’améliorer. Mais en ce qui me concerne, j’ai envie de continuer à découvrir cette jeune femme que j’aperçois un peu plus chaque jour et qui a le don de me séduire." Et j’ai un rire, au reste de ses propos. "Evidemment ton Altesse, je ne peux donc qu’approuver ce que tu racontes." Je me fais plus malicieux quand elle reprend, agréablement surpris de l’entendre prononcer de tels mots. "Voilà, c’est exactement de cette jeune femme que je suis en train de parler. Quant à combler tous mes rêves, si c’est pour être accueilli avec une cruche d’eau ou pire encore, je ne sais pas vraiment ce que je dois en penser."

Si je me fends d’un clin d’œil, le regard que je pose sur elle diffère encore de ceux auxquels j’ai pu l’habituer. Les choses changent entre nous, imperceptiblement mais invariablement et elles semblent un cours pour le moins positif. Même si je sais qu’au vu de nos caractères, les disputes qui ne manqueront pas d’arriver risquent d’être pour le moins animées. Pour autant, maintenant que la tempête est passée, j’apprécie d’autant plus l’instant que nous passons tous les deux. Je me fends d’un nouveau sourire dans sa direction et je hausse une épaule, comme si de rien était. "Je ne vois pas de quoi tu parles, je me contente d’énoncer une évidence, Dame mon épouse. Quant à l’idée d’avoir une petite tornade qui me suit partout…" Je cille un instant, incapable de retenir le sourire probablement idiot qui doit s’afficher sur mes lèvres. Là encore, tout comme le mariage, l’idée d’être père reste encore bien floue dans mon esprit. Mais elle a un côté plus séduisant que je ne l’aurais cru, quand bien même, comme nous le savons tous les deux, cet enfant sera un héritier potentiel de la couronne de l’Ouest. Et je me fais plus sérieux quand elle répond à ma question la fixant, un rien décontenancé. "Et bien, cela fait beaucoup de choses en même temps. Je comprends pourquoi tu étais dans un tel état quand j’ai pourfendu la commode pour entrer ici."

Malgré la sincérité sur laquelle notre mariage a été contracté, notamment en ce qui concerne ses raisons, il reste des zones d’ombre entre nous. Je ne sais si j’ai envie de souffler dessus pour tout dissiper ou si je préfère laisser les nuages s’envoler au loin. Cela ne servirait pas à grand-chose, tout comme il faudrait que j’arrête de ressasser le fait qu’elle aurait dû épouser un prince et non le cadet d’une petite famille. Je laisse filer un silence pensif à ses propos, avant de souffler, à mi-voix. "Tu as raison. Mais j’avoue que cela rend l’exercice encore plus… impressionnant ? De savoir quelle pierre poser pour être sûr que ce que nous faisons nous conviendra à tous les deux. Et, j’avoue, j’ai encore du mal à me défaire de l’idée que… et bien que tu méritais mieux. Je sais, nous en avons déjà parlé, que ce soit avec ta mère, Lyman ou même avec toi mais… avec du temps, cela devrait s’estomper." Tout comme le reste. "Quant à Jeyne, elle est surtout déroutante. Et elle me connait bien mieux que la plupart des gens de cette Cour à dire vrai."  J’inspire doucement, la fixant un instant alors que la conversation dérive sur un sujet auquel je ne m’attendais guère. Si ce qui se passe dans notre lit m’enchante au plus haut point et ne me donne guère envie d’aller me glisser dans celui d’une autre, je ne pensais pas qu’elle aurait envie, ou besoin plutôt, d’en parler de la sorte. J’ai tout de même un sourire alors qu’elle rougit, plus jolie que jamais et je secoue la tête, non sans laisser filer un nouveau rire. "Alors, pour être parfaitement honnête, j’apprécie tellement ces réactions que j’aimerais autant que cela continue. Je ne saurais te dire si les choses doivent changer ou non et surtout quand… et je ne suis pas sûr qu’il soit convenable de te dire qu’il n’y a qu’une seule façon de vérifier si les choses vont évoluer maintenant que tu portes notre enfant."  Je me suis fait malicieux avant de passer sous silence les filles de joie, sujet autrement plus délicat, d’autant que je suppose qu’elle devait savoir que j’y suis allé à plus d’une reprise, ne m’en cachant guère avant que nos fiançailles ne soient annoncées.

Je lui décoche un large sourire quand elle reprend, essayant de ne pas trop me focaliser sur ce que je ressens en sa présence, sans bien arriver à saisir pourquoi. "Bien sûr que si je lui apprendrais à utiliser son sourire, ne serait-ce que pour voir ton regard pétiller. Mais je ferais de mon mieux Meg et si cet enfant a ne serait-ce qu’une once de l’attachement et de l’admiration que je pouvais avoir envers mon père, je me dis que j’aurais réussi."  J’effleure sa joue, me demandant à quel point mes parents auraient aimé vivre tout cela avec nous, que ce soit le mariage ou cette naissance à venir. Mais je n’ai pas envie de me laisser envahir par des pensées moroses et je la fixe un instant, comme si je réfléchissais vraiment à sa question. "Oh, je ne savais pas que je devais énoncer les évidences. Tu seras toujours belle Meg et je m’efforcerais de te le démontrer lorsque tu en douteras alors."  Et je laisse filer un silence, me contentant d’apprécier sa présence, de goûter à ses lèvres et d’inspirer tout contre elle, incapable pourtant d’ignorer ce qu’elle ajoute. "J’ai envie de croire que nous aurons la chance de voir cet enfant tous les deux. Qu’il aura mon sourire et ton regard. Et qu’il nous fera probablement tourner en bourrique."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Sam 8 Juil - 22:45

Bien des préceptes avaient été inculqués à Megara ainsi qu'à son frère aîné et à sa sœur cadette. Certaines idées de grandeurs et de politesse, certaines qualités d'âme et de cœur, et ce, sans doute, afin qu'ils puissent être quelque peu admirés et enviés. Pour que jamais quiconque ne puisse réellement considérés les enfants princiers du Roc comme des petits capricieux pourris gâtés à qui tout était dû et qui se comportaient avec insolence et dédain. Une telle attitude chez l'un de ses enfants n'aurait de toute façon jamais pu être tolérée par la Reine du Roc elle-même, Jordane Lannister. Et son royal époux, Loren Lannister, n'aurait sans doute pas plus qu'elle accepté et toléré que le patronyme des Lannister, celui de ses ancêtres, donc, soit ainsi écorné et quelque peu sali. Fort heureusement, depuis leur plus jeune âge, pas plus Lyman que Nymeria ou Megara n'avaient fait montre de penchants pouvoir les conduire vers de tels défauts, bien au contraire même. Il avait donc été assez aisé pour eux de trouver naturel qu'on les amène à poursuivre vers l'obtention de certaines qualités, cela ne détonnait pas trop avec leurs aspirations, sans doute, du moins, en règle générale. Cependant ... Cependant, sur demande de leurs parents, leurs précepteurs n'avaient pas manqué d'inclure quelques nuances au milieu de tout ceci. Certes, on les avait incité à faire preuve de générosité, mais ce n'était pas pour autant, par exemple, qu'ils devaient absolument tout partager de ce qui était leur ! Ainsi, il ne serait jamais venu à l'idée de Megara d'accepter que, pétrie de fatigue, l'une des servantes lui étant attitrée se mette à piquer une sieste dans son lit ! Dès lors, ses appartements personnels étaient très vite devenu sa zone de confort privilégié, son havre de paix, son espace à elle où, d'une certaine façon, elle était pratiquement l'unique maîtresse. Ses parents n'entraient jamais ici sans lui demander son autorisation. Ou plutôt ne s'invitaient-ils jamais dans sa chambre, alors qu'il était déjà arrivé que Jordane attende l'aînée de ses filles dans l'antichambre.

Et maintenant, tout ceci, elle devait le partager avec quelqu'un, et pas avec n'importe qui. Avec Gareth, son époux. Et s'il était déjà arrivé à Megara de ne pas dormir seule, quand sa cadette venait se glisser dans ses draps pour discuter jusqu'au lever du jour, ou qu'elle allait dormir d'elle-même avec Nymeria pour la distraire lorsqu'il y avait de l'orage et que sa benjamine ne manquerait pas de sauter partout, surexcitée, si elle avait été laissée seule, et bien, partager la même couche qu'un homme, ça, c'était entièrement différent. Et encore si nouveau pour elle, en dépit de sa toute nouvelle condition physique. Tout à l'heure, pendant un instant, elle avait pu se sentir envahie, alors que son mari avait tenté de la rejoindre dans leur chambre. Parce que, pendant un instant, elle avait comme oublié qu'ici, c'était désormais tout autant son endroit à elle, au cœur de la forteresse royale, que c'était son endroit à lui aussi. Maintenant, à tout instant, elle pouvait regagner ses appartements et y retrouver Gareth, sans que celui-ci ne se soit annoncé. Elle savait que certains couples finissaient par faire chambre à part, mais elle espérait grandement que cela ne leur arrive pas, du moins, pas de si tôt. Car aussi étrange et quelque peu troublant cette vie commune pouvait être pour elle, derrière les portes closes, il n'en demeurait pas moins qu'elle s'y habituait tout de même de plus en plus. Et elle savait très bien qu'ils étaient dans la normalité, et que si les choses venaient à changer, des questions ne tarderaient absolument pas à être formulées, à messes basses, bien évidemment, dans leur dos, et les gens se mettraient à élaborer des explications, à créer des rumeurs. Bref, il ne découlerait absolument rien de bon au fait que Megara retrouve pleinement sa totale et unique possession de ses appartements et que Gareth aille migrer ailleurs !
    ❧ Nous avons tous nos défauts, j'imagine. Sans doute toi plus que moi, car je suis une Princesse, après tout ! ❧ Elle marqua un petit temps d'arrêt, avant d'en rire. Elle n'avait pas forcément voulu faire de l'humour ou de l'ironie, mais, soudainement, les paroles maintes fois répétées par le Mestre étaient venues jusqu'à ses lèvres. Finalement, elle reprit assez vite son sérieux. ❧ J’œuvre aussi à travailler sur moi-même et sur tout ce qui pourrait t'affliger ou mettre en péril notre lignée, sois en assuré. Je n'ai nulle envie que tu t'enfuies, et moi aussi, j'ambitionne de continuer à te découvrir jour après jour. Même si j'ai déjà cerné certaines de tes viles manœuvres pour me désarçonner et faire de la concurrence à mes fards les plus pigmentés ! Un sourire comme le tien, c'est tout simplement inhumain, ou bien encore de la sorcellerie ! ❧ Une certaine complicité semble s'instaurer entre eux et, sans mentir, Megara devait bien reconnaître qu'elle n'avait pas forcément envisager qu'il en soit ainsi, quand elle avait songé à tout ça, au seuil de son mariage. Du moins n'avait-elle pas pensé qu'il puisse en être ainsi aussi rapidement ... ❧ Je peux toujours te proposer de remplacer l'eau par du jus de grenade, étant donné que je ne semble plus pouvoir en boire avant un moment ! ❧
D'une certaine façon, la voie de l'humour ne lui était pas entièrement étrangère. Après tout, si elle n'était pas connue, depuis quelques années, pour être la plus accessible ou chaleureuse de la fratrie Lannister, nul ne semblait encore lui avoir assigné le rôle de la princesse terne, bien trop sérieuse et triste comme la pluie. Fort heureusement, on n'en était pas encore là ! De toute façon, avec elle, c'était un peu toujours la même chose. En tant que Princesse, il était logique que l'image qu'elle renvoyait d'elle dans la sphère publique ne pouvait être que différente de la personne qu'elle était réellement une fois dans la sphère privée. Mais sans doute son rang n'était-il pas le seul responsable de ce côté bicéphale. Elle avait de gros squelettes dans le placard, contrairement au restant de sa famille, si l'on pouvait dire ça comme ça ... Alors, évidemment, il fallait les garder cachés, les enterrer, faire en sorte qu'ils soient presque en voie de disparaître pour toujours et à jamais. Ce qui la poussait et l'obligeait à être sur ses gardes. Sans qu'elle ne doive entièrement l'être avec les siens. Dès lors ... Dès lors, Nymeria la connaissait suffisamment bien pour la savoir dotée d'un humour plus tranchant qu'il n'y paraissait, et maintenant que Gareth était son époux, sans nul doute était-elle en train de le lui faire de plus en plus goûter, à lui aussi. Il n'arborait pas le patronyme des Lannister, mais il n'en demeurait pas moins qu'il était de sa famille, lui aussi, désormais. De sa famille la plus proche, même. Peut-être était-ce pour cette raison qu'avec lui, plus elle osait, plus elle se sentait de le faire. Et pour cette raison aussi que ses réactions trouvaient une portée non négligeable auprès d'elle. Sans exactement chercher à ce que ce soit le cas, elle lui en avait visiblement bouché un coin, pendant un instant, à l'évocation de l'énergie que pourrait bien déployer leur futur enfant. Du côté Lannister comme Kenning, bien des membres étaient connus pour ne pas manquer de vie, alors, avec les lois de la génétique et de l’hérédité, sans doute devraient-ils d'ores et déjà se préparer. Face au sourire de Gareth, elle ne peut que sentir son cœur se nimber d'une certaine chaleur face à laquelle elle ne sait trop comment réagir, si ce n'est peut-être en adoptant, à la suite du jeune homme, un air un peu dans les nuages, elle aussi !
    ❧ Effectivement, je suis passée par bien des émotions, et je continue encore de le faire, mais ... Mais depuis l'annonce de nos fiançailles, je suis de plus en plus au cœur de tels ressentis si divers et variés. Tu amènes tant d'action dans ma vie, j'en perds parfois pieds ! ... Heureusement que tu es là. ❧ Il s'agit pour eux, à présent, d'évoluer ensembles. Conjointement. En échangeant et en se parlant. En se concertant sur certains choix et certaines décisions. Même si, il est vrai, tout ceci est encore bien frais pour l'un comme pour l'autre ! ❧ On apprend toujours plus de ses erreurs que de ses succès, non ? Et si l'on n'essaie pas, comment pourrons-nous savoir vers quoi se diriger ? Mais tout comme toi, cela m'impressionne. J'ai la sensation d'être au pied de quelque chose d'aussi haut que le Roc et de devoir en entreprendre l'ascension, d'une certaine façon. ❧ Face à la suite des propos de Gareth, Megara ne peut que marquer une pause, non sans fermer pendant un instant les yeux avant de les rouvrir. ❧ Je ne veux pas que tu te tortures avec ça. Tu n'es en rien responsable. Je préfère me dire que je méritais surtout mieux que de me retrouver affligée des maux qui sont les miens. Je regarde au sein des autres grandes lignées du Royaume, et je vois tellement d'êtres bien plus pétris de défauts que moi, des êtres qui offensent les Sept par leur attitude, et pourtant, c'est moi qu'ils ont choisi de punir. ❧ Quant à Jeyne ... ❧ Il est dans mes projets d'apprendre à mieux la connaître. Lyman et elle sont après tout destinés à demeurer mariés et à un jour prendre les rênes du Royaume ! ... Je dois également tout faire pour qu'elle ne surpasse pas dans la connaissance que l'on peut avoir de toi ! ❧
Il ne fallait pas croire, mais Megara possédait quelques gênes de compétitrice ! Elle aimait ainsi bien savoir où elle mettait les pieds, et ce qu'il en était des circonstances présentes. Ce qui s'épanouissait dans sa perpétuelle curiosité et dans ses centres d'intérêts multiples. D'une certaine façon, il en était un peu ainsi concernant ce qui pouvait se passer au sein de sa couche, avec Gareth, bien que d'autres raisons viennent également expliquer pourquoi elle l'interrogeait quelque peu concernant ce sujet charnel. Elle n'était pas forcément des plus à l'aise, mais elle préférait quelque peu parler de tout ceci avec lui plutôt que d'aller s'en confier à sa mère. Cette dernière ne la rejetterait sûrement pas, mais ... Mais Megara était désormais une femme mariée, et elle escomptait ne serait-ce qu'un peu de s'émanciper de la coupe maternelle. Même si la réponse de Gareth la laissait quelque peu silencieuse. Pas qu'elle ne sache quoi lui répondre, ou peut-être que si, mais en fait, c'était surtout que ... Que cela continuait d'atteindre quelque chose, au creux de son ventre, à chaque fois qu'il faisait quelque référence ou allusion au fait qu'il se plaisait bien de la situation actuelle. Le simple fait de savoir qu'elle pouvait l'amener à ressentir ça, c'était ... Il lui fallait reprendre ses esprits, même si, pour ça, elle eut besoin de se poser une main sur la joue, comme pour se sortir de cet air un peu trop contemplatif et de cette candeur qui lui faisait écarquiller les yeux et entrouvrir la bouche.
    ❧ Je ... Il n'était sans doute pas très convenable non plus que je te pose une telle question, alors peut-être devons-nous faire fi de certaines conventions ? Parce que la réponse qui me vient spontanément et instinctivement aux lèvres n'a rien de convenable pour une Princesse ... ❧ Elle se mordille doucement la lèvre inférieure, avant de se recentrer sur les paroles du jeune homme, quoi qu'elles ne les sortent pas vraiment du sujet général au sein desquels ils sont depuis quelques minutes maintenant ! Au moins n'y-a-t-il ni trop de dépaysement, ni trop de sources de versatilité ! ❧ Tu veux donc que cet enfant puisse lui aussi me mettre à genoux ou me laisser toute chancelante au point d'en perdre quelque peu mes moyens ? S'en prendre à l'intégrité psychique d'une Princesse devait être interdit ! ❧ A l'évocation du père de Gareth, instinctivement, Megara se rapproche un peu plus de son époux. ❧ Voilà qui fait donc barrage au moindre doute qui pourrait tenter de voir le jour quant à tes capacités de futur père. Tu as été à excellente enseigne. ❧ Sans doute est-ce là sa façon à elle de ne pas s’appesantir dans ce sujet douloureux pour son époux, non sans pour autant manquer d'exprimer son avis et d'honorer la mémoire de ce beau-père qu'elle n'a pu connaître à ce rôle là auprès d'elle. ❧ L'évidence pour moi est d'avoir le corps que j'ai encore aujourd'hui, tout le reste me sortira de ma zone de confort, et ... Je me connais, j'ai besoin de me sentir rassurée, surtout quand je ne suis plus aussi parfaite que je dois l'être. ❧ Elle ne veut pas bouger d'où elle est. Elle ne veut pas que tout ceci s'achève, cette parenthèse au milieu d'une réalité qui ne les concerne pas uniquement que eux deux. Pourtant, elle ne peut s'empêcher d'avoir déjà certaines peurs, de vouloir prévoir, de ne pas se laisser entièrement endormir par le bonheur et le plaisir qu'elle ressent à l'heure actuelle. ❧ Je ne veux pas qu'il en soit autrement. Ce serait trop injuste ... Nous l'avons conçu à deux, je dois pouvoir profiter de sa présence autant que toi. Même s'il se révèle être un lionceau des plus actifs et attendrissants et que tu fais tout pour qu'il en soit ainsi ! ... "Il" ... Depuis tout à l'heure, c'est comme si je le voyais déjà, un mini-toi, alors même qu'il pourrait tout autant s'agir d'une mini-moi ... ❧ Elle sourit, secoue la tête, avant de délicatement accoler son flanc à celui de Gareth, sans forcément hausser regarder son époux dans les yeux, avant de nicher son visage dans le cou du jeune homme et de fermer les yeux, se laissant porter par la chaleur et l'odeur apaisantes de son mari.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1544
Membre du mois : 27
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   Jeu 13 Juil - 9:16

Parfois, il m’arrive de me demander si Megara n’aurait pas préféré garder un peu plus d’intimité, en conservant ses appartements pour elle seule par exemple, quand bien même je sais que la chose n’aurait pas été particulièrement bien vue, surtout pour de jeunes mariés. Je me dis que même si elle a été préparée toute sa vie ou presque à devenir l’épouse de quelqu’un, c’était peut-être un peu rapide pour elle. Ou alors, je parle pour moi, ce qui n’est pas totalement impossible. Je ne m’attendais pas à partager mon quotidien de la sorte et encore moins à l’apprécier autant. Si elle me déstabilise, si j’ai encore bien des choses à apprendre sur elle, j’aime le temps passé avec Meg. D’autant que, plus les jours passent, plus les facettes que je découvre sont plaisantes. Cela ne rend pas l’exercice plus facile et il nous arrive tout deux de nous emporter et, dans ces moments il est difficile pour l’un comme pour l’autre d’aller se réfugier dans ses appartements. Mais j’aime à croire que nous arrivons à faire face ensemble, même si l’instant que nous vivons en ce moment est plus délicat que je l’aurais imaginé. Bon, soyons francs, je n’avais rien imaginé du tout, surtout pas l’annonce d’une grossesse, ce qui était stupide, je l’admets, surtout au vu des moments que nous passons ensemble. Qu’elle ne tombe pas enceinte rapidement aurait été pour le moins surprenant, voire inquiétant sur nos capacités à concevoir. Pour autant, je n’avais pas pensé que cela deviendrait réel aussi rapidement. Et maintenant que cela le devient, j’ai encore du mal à vraiment comprendre ce que cela va signifier pour chacun de nous. Et pour ce couple que nous nous efforçons de bâtir depuis notre mariage. J’ai tout de même un rire à ses propos avant de souffler, d’un ton malicieux. "Evidemment ton Altesse, je récupère tous les défauts que tu laisses de côté." Et, bien évidemment, au reste de ses propos, je ne peux que lui décocher un de ces sourires qu’elle considère comme inhumain. Je sais quel effet ils peuvent avoir sur les demoiselles et oui, j’en joue bien souvent sans scrupule. Ou plutôt, j’en jouais, j’ai appris à mes dépends que les conséquences pouvaient être bien plus lourdes que je ne l’aurais cru. "Il ne s’agit pas d’une vile manœuvre madame, mais d’une technique de survie. Mais te voir rougir est tellement plaisant que je risque d’avoir du mal à m’arrêter."

Et j’effleure ses joues qui rosissent effectivement bien souvent lorsque je la complimente. Mais oui, voilà une des choses qui me séduit le plus chez elle. Je secoue pourtant la tête au reste de ses propos et je souffle, non sans amusement. "Et je suppose que je devrais te remercier ? N’y vois là aucune offense mais je préfère encore de l’eau. Je risque de ne plus être guère présentable si tu m’arroses à coup de jus de grenade." Et puis, voilà qu’elle évoque cet enfant à venir. Notre enfant donc. Ainsi que l’énergie dont il sera visiblement capable. Il est vrai qu’au vu de sa famille, difficile d’imaginer le contraire. Mais le fait de l’évoquer de la sorte a quelque chose d’effrayant. Pour autant, je réalise que je sens une certaine pointe d’impatience à l’idée de voir à qui il ressemblera, comment il sera. Je ne peux cependant m’arrêter de sourire et je hoche la tête quand elle reprend, serrant ses doigts un instant avant de hausser les épaules. "Tant que ce sont des émotions heureuses, tu me vois ravi d’apporter autant d’action dans ton existence. Quant à gravir le Roc et bien, on dirait que c’est une nouvelle aventure que nous allons mener de concert." J’ai tout de même une grimace au reste de ses propos, incapable de répondre quoi que ce soit. Voilà un sujet de discordance même si, pour cette fois, je suis d’accord avec ce qu’elle dit. Elle ne méritait en rien de tels maux et elle en souffrira toujours, quoi que nous puissions en dire et quoi que je puisse faire. Je laisse filer un silence avant de reprendre, esquissant une ombre de sourire. "Jeyne a été persuadée pendant des mois que j’étais le valet de ton frère. Cela pousse à des confidences peut-être un peu plus poussées qu’elle n’aurait pu le faire si j’avais été présenté en tant que Lord Kenning. Tu vas donc devoir user de ton charme pour la surpasser." Je lui décoche tout de même un clin d’œil. Elle a vu vent de cette histoire sans pour autant en connaitre les détails. Un jour peut-être, quand je pourrais rire des conséquences de tout cela, si cela finit par arriver.

Le regard que je lui jette alors qu’elle fait fi elle aussi des convenances et me fait oublier tout ce qui peut me tracasser, est aussi curieux qu’amusé. "Et bien ma dame, voilà qui est pour le moins inattendu. Et puis, c’est pas ce que la Princesse pourrait dire qui m’intéresse mais mon épouse, voilà qui tombe plutôt bien non ?" Et j’ai un rire quand elle reprend, me contentant d’un bref haussement d’épaules.. "Je veux qu’il ait une chance de résister à ton regard qui arrive à me faire oublier tout ce qui peut se passer autour de nous. Mais soit, je ne m’occuperais pour le moment que de porter atteinte à ton intégrité physique ma dame." Et je l’embrasse dans le cou avant de me faire un brin plus sérieux et de hocher la tête, un sourire un peu triste flottant sur mes lèvres. "Merci Meg. Je crois que c’est exactement ce que j’avais besoin d’entendre." Quant au reste, je la fixe un instant, mes doigts glissant dans cette chevelure blonde qui encadre un visage dont les poèmes qui vantent la beauté partout dans Westeros n’arrivent pas à capter l’essence véritable. Ces traits changeants, lumineux, cette façon de se mouvoir, de prendre les choses à bras le corps, ce mélange de féminité et de candeur, cette flamme qui brille au fond de ses yeux et dont elle n’a probablement même pas conscience. Rien de tout cela n’est mis en évidence lorsque l’on parle de la jeune Lannister. Oh, évidemment, ils ne se trompent pas quand ils disent qu’elle est d’une rare beauté. Mais il y a bien plus que cela. Et là, elle doute visiblement. C’est à moi de lui rappeler à quel point elle n’a aucune raison de douter de quoi que ce soit à ce propos, surtout nous concernant. Ma main se pose déjà sur sa taille pour la rapprocher un peu plus de moi et, quand elle reprend, j’ai un léger rire. "Si c’est une petite fille, c’est probablement moi qui vais perdre mes moyens et je serais mené par le bout du nez. J’espère que tu en as conscience." Je l’embrasse doucement sur le nez avant d’aller chercher ses lèvres. Et je finis par souffler, dans un murmure. "Je crois qu’il est plus que temps que je rappelle à mon épouse à quel point je la trouve belle, désirable et que même enceinte, rien ne changera." Et mon autre main glisse sous ses cuisses, pour la soulever contre moi, la portant jusqu’à notre lit. Je reste pourtant de longues minutes sans bouger, sentant son souffle contre mon cou et je souris, me moquant totalement de ce qui est correct ou non de faire à cette heure de la journée. Je suis avec mon épouse et le reste importe peu. Quant à l’annonce de cette grossesse et tout le reste, nous verrons bien en temps utiles. Pour l’heure, il n’y a qu’elle et moi. Et c’est parfait comme ça.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 958
Membre du mois : 8
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Termine - Tour IV]La meilleure manière de prédire le futur est de le créer ❧
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Xacobeo Galicia
» Tour de sorciers
» Réflexions Pour Une Haïti Meilleure
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Appel a une meilleure distribution des richesses naturelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: