AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)
MessageSujet: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Dim 8 Jan - 14:12

LE CHEVALIER REBELLE ET LE MYSTÉRIEUX VIEILLARD

feat Ezio Storm & Aylan Redwyne

Pour une fois le temps s’était adouci en ces contrées désormais brumeuses de froid qu’étaient celle du royaume de l’Orage. Au loin un cavalier était posté sur son cheval fidèle galopant à vive allure depuis deux ou trois jours en direction d’un village situé au nord de l’Orage, ses cheveux bruns virevoltant au gré du vent tandis que ses yeux plissés par l’afflux de vent frais dû à la vitesse de sa course folle fixaient ce qui se trouvait devant lui avec une légère pointe d’amertume. On le nommait Ezio Buckler lorsque l’on s’adressait à lui dans la cour de la reine, pourtant Buckler était le nom de son père et non le siens, lui c’était Storm, un nom de bâtard peut-être, mais c’était un nom qu’il avait appris à apprécier avec le temps, un nom qui ne lui permettait aucunement de faire souffrir un enfant comme son père l’avait fait souffrir en le laissant bâtard justement. Ser Storm était désormais chevalier de la reine, il était craint car cette dernière l’écoutait et qu’il semblait toujours savoir absolument tout sur ce qu’il se passait en Orage et aux alentours, des rumeurs circulaient à son sujet, certains prétendaient qu’il était l’homme de l’ombre de la reine, celui qui commandait à l’assassin connu sous le surnom de l’ombre de l’Orage, d’autres qu’il avait trop souffert de la guerre et qu’il ne pouvait plus tenir sur un champ de bataille, ce qui expliquait pourquoi l’on n’entendait pas d’avantage de ses exploits, et ce n’était là que deux rumeurs parmi les plus communes. Les femmes de la cour spéculaient toutes sur son prétendu amour pour une roturière morte lors d’une terrible bataille et ce qui s’en suit de souffrance du pauvre chevalier, certaines allaient même imaginer qu’il aimait peut-être les hommes tout simplement et que c’était la raison pour laquelle il refusait de demander la main de toutes ces femmes qui pourtant accepteraient avec joie de le faire officiellement prendre le nom de sa maison et de lui donner des héritiers.

Les rumeurs de cour mes amis, c’était quelque chose, ce que vous pouvez retenir de cet homme, c’est qu’il restait mystérieux pour tout le monde au royaume, et surtout que cet homme n’était autre que moi-même. Pour vous dire la vérité j’étais même un mystère pour moi-même, j’ignorais pourquoi je ne voulais pas du nom de mon cher créateur, car oui, contre toute attente j’étais très proche de mon père lors de son vivant, tout comme j’étais proche de tous mes frères et sœurs et même de celle qui avait eu la bonté de m’élever comme une mère au même titre qu’elle l’avait fait avec ses autres enfants. Pourtant, je me refusais encore et toujours à prendre cette importance au sein de ma maison, peut-être étais-je juste triste que mon père ne soit pas là pour me voir prendre son nom tout simplement, à vrai dire même aujourd’hui j’en ignore la raison. Bon pour les autres aspects, ce n’était pas si mystérieux que j’ai pu vous le faire entendre un peu au-dessus, j’étais effectivement l’homme de l’ombre de la souveraine à qui je vouais une loyauté sans faille et une certaine affection, ne le lui dîtes jamais d’ailleurs, je me chargeais du contre-espionnage en Orage, mais également de l’espionnage, faut dire que j’étais plutôt doué pour ça. Mais ce qui me démarquait le plus de mes confrères chevaliers, c’était que j’avais été entraîné à tuer de toutes les façons possible et imaginables depuis mon plus jeune âge, c’était ce que je savais faire le mieux.

J’étais par la force des choses devenu craint et renommé sous le pseudonyme de l’ombre de l’Orage, je ne sais si ma réputation était parvenue jusqu’aux confins des sept royaumes, mais tous ceux qui entouraient mon propre royaume savaient parfaitement que s’attaquer au pays revenait à prendre le risque de se faire tuer par un homme que l’on s’amusait à comparer à une ombre au moment où l’on s’y attendait le moins. J’étais haïs dans bien des royaumes et idolâtré comme une sorte de héros par la population du miens. Étrange comme le peuple pouvait choisir ses champions, car s’ils m’admiraient, les gens me craignaient tout autant, allant même jusqu’à forgé une sorte de légende à leurs enfants dans des comptines où je punissais ceux qui n’étaient pas sages par des actes cruels et barbares. Mais revenons en au moment qui vous intéresse présentement si vous en avez le bon vouloir, vous parler ainsi de ma personne m’a permis de soulager quelques menues frustrations et vous en avez ma reconnaissance.  

Je me dirigeais donc vers le nord, non loin de la ligne de front entre mon royaume et celui du Bief, la raison en était simple, enfin, j’avais également une autre raison de m’y rendre, mais celle-là je la garderai secrète. Un de mes espions m’avait signalé que des réfugiés suite aux batailles avaient mentionné une troupe de cavaliers aillant profité de la cohue de la dernière bataille pour s’enfoncer dans les terres du royaume. Je savais qu’un jeune chevalier avait déserté il y avait peu, la nouvelle n’avait pas mit longtemps à se répandre, et je craignais qu’il ne s’agisse d’espions venus vérifier s’il avait fui vers l’Orage et tant qu’à y faire, récolter des informations en tuant et violant quelques habitants. Ces Bieffois, j’avais toujours pensé qu’ils n’étaient que des demeurés consanguins pour la plupart, et j’avais visiblement raison, utiliser toute une troupe de cavaliers pour s’infiltrer dans un pays, c’était loin d’être discret. De plus, sans leurs alliés Fers-nés, ils n’auraient pas tenu un mois dans cette guerre, car il fallait reconnaître ceci à ces barbares des îles de sels, la guerre et le massacre était ce qu’ils faisaient de mieux. Arrivé à proximité du village, je descendis de ma monture que je graciai d’une caresse, il m’attendrait et accourrait au moindre sifflement, c’était une brave bête. Je vérifiai rapidement le bon fonctionnement et le tranchant de mes lames rétractables, m’équipai de mes couteaux de lancé, d’une dague dissimulée dans ma botte et de mon épée.

J’étais prêt, la fameuse troupe n’allait pas tarder à arriver et j’allais découvrir de quoi il en retournait en leur coupant la route. Je plaçai ma capuche sur mon crâne, dissimulant mon visage et me plaçai au milieu de la route passant à côté du village. Certains villageois m’observèrent quelques secondes avant de soupçonner que le héros des fameuses comptines n’était peut-être pas si fictif que ça et qu’il ne faisait pas bon de rester dehors pour le moment. Heureusement, tous ne me repérèrent pas, j’attrapai une branche d’arbre suffisamment haute pour servir de canne et m’en servis tel un vieillard, mon projet était simple, j’allais tout d’abord me faire passer pour un vieux chevalier curieux. Vous pensez sans doute qu’un tel plan ne pouvait marcher, pourtant vous seriez surpris d’à quel point les plans les plus simples étaient les meilleurs pour obtenir des informations...
BERTH(C)



"Il est l'ombre d'Orage frappant dans le noir, tremblez car c'est la fin de votre histoire"

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Assassin/Espion/Chevalier
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
L'ombre de l'Orage
Messages : 77
Membre du mois : 28
Célébrité : michael fassbender
Maison : Buckler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Dim 8 Jan - 21:00

Aylan et sa troupe avaient quitté Vieuxliard il y a bout de temps déjà. Ils avaient revêtus vêtements et armures de cavaliers orageois morts au combat, rien de très plaisant, mais c’était essentiel à leur plan. Le Redwyne avait prétendu qu’il partait en éclaireur en territoire ennemi pour reconnaître le terrain, un peu étrange pour un noble certes, mais il fallait bien trouver un prétexte pour qu’ils s’éclipsent. Le jeune homme avait apprécié commander l’avant-garde de l’ost royal, une expérience qu’il n’était pas prête d’oublier, même si ce fut pendant si peu de temps. Comme on dit toute bonne chose à une fin. Une occasion en or se présentait à lui, une occasion qu’il ne pouvait pas louper et qui lui permettait de se rattraper pour ses erreurs commises. Du moins il pensait que son acte serait suffisant pour prouver sa loyauté et son allégeance à Rhaenys, il abandonnait presque tout pour le lui prouver.

Si elle le répudiait, il ne lui restait absolument rien, mais il était conscients qu’il avait devoir réobtenir sa confiance et faire ses preuves. Le devoir l’avait emporté, peu de choses le reliaient au Bief, il avait perdu l’amitié et la confiance de son ancien mentor, il l’avait clairement ressenti lors de leur dernière entrevue et la plupart des seigneurs se méfiait de lui. Bref il fallait peut-être mieux pour lui de s’en aller. Une des seules choses qu’il regrettait c’est qu’il ne pourrait plus revoir Lady Tyrell avant un bon moment, tout ce qu’ils avaient pu se dire et faire. Elle lui manquerait assurément, mais il ne l’oublierait pas pour autant, il ferait en sorte de lui écrire pour s’expliquer quand il le pourrait.

La douzaine de chevaliers d’Aylan s’était enfoncée en territoire orageois, bien que le Cerf se fût allié au Dragon, suite à la précédente escarmouche dont il avait pris part, ça m’étonnerait fortement qu’on l’accueille à bras ouverts à Accalmie. Il avait donc préféré tracer son bonhomme de chemin et tenter le coup de son côté. Ils avancèrent donc prudemment, ils pourraient passer plus ou moins aisément les patrouilles de l’Orage, mais s’ils tombaient sur des patrouilles du Conflans ou Bief, s’expliquer serait bien plus difficile.

Il avait pris des provisions et de la boisson avant leur désertion, de quoi faire un bon tronçon de route avant de devoir se ravitailler et chasser, le but était de mettre le plus de distance possible entre eux et l’armée bieffoise. Aylan finirait assurément pendu si le Roi Vert lui mettait la main dessus, mais son sort serait encore moins enviable si c’était ces sauvages de fer-nés qui le capturaient. Ils faisaient en sorte de de ne pas pénétrer dans les villages, histoire de ne pas se faire remarquer, ils ne faisaient que les longer pour acheter des vivres à des paysans en dehors de marchés, etc…

Le groupe ne pouvait pas galoper à toute allure vers la Néra, ils devaient rester discrets sous peine d’attirer l’attention et se faire remarquer. Les déserteurs avaient pénétrés dans le Bois du Roi, un lieu qui ne rassurait guère Aylan, la forêt était marqué par les conflits récents et était couru par les rebelles de la Néra. Il faudrait se montrer prudent, sinon ils ne feraient pas long feu. Alors qu’ils longeaient un nouveau village, un vieillard était au travers de la route, ce qui fit arrêter la colonne. Un des cavaliers de tête assez virulent le héla :


«- Hors de notre route, vieillard ! »

Aylan s’avança en tête de colonne pour arriver aux côtés du chevalier, ce n’était pas le moment de se faire remarquer et créer un attroupement. Des soldats orageois pouvaient être dans les parages et s’ils venaient à s’immiscer dans la conversation, ils pourraient bien remarquer des détails choquants chez les déserteurs, ce qui ferait sauter assurément leur couverture. Le Redwyne tenta donc de rattraper le coup :

«- Excuses mon compagnon, vieil homme . Nous n’avons guère eu l’occasion de nous reposer depuis un moment et il semble que la fatigue lui fait perdre ses moyens. Pourrais-tu dégager le passage pour nous puissions reprendre notre chemin ? »


Le Chevalier  fait de l’amour une valeur suprême qui peut entrer en conflit avec l’honneur ou le devoir patriotique. Mais l’on est aimé pour son mérite. La prouesse permet donc souvent de surmonter le conflit.

Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier / Héritier
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Ripe for victory
Messages : 4521
Membre du mois : 136
Célébrité : Bradley James
Maison : Redwyne
Caractère : Patient - Capricieux - Brave – Misogyne - Fidèle - Hautain - Charismatique - Têtu- Stratège- Manipulateur
Ripe for victory
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Lun 9 Jan - 11:21

LE CHEVALIER REBELLE ET LE MYSTÉRIEUX VIEILLARD

feat Ezio Storm & Aylan Redwyne

Un sourire naquit sur le coin de mes lèvres, cet accent venait du nord, la colère de ce jeune cavalier allait lui causer la perte de sa vie, ce ne pouvait être que des espions. Tout du moins c’est ce que j’en pensais, mais un autre homme vint jusqu’à moi, plus calme, sans accent, avec semblait-il un brin d’éducation et de manières, je me ravisai et desserrai le couteau de jet à l’intérieur de ma tunique. Posant ma deuxième main sur ma pseudo canne, une vulgaire troupe d’espions n’aurait pas compté de noble de haut rang, ou alors ce dernier aurait dissimulé ses manières. Lui était clairement noble et bien éduqué et il ne pensait pas à dissimuler cette bonne éducation, ce qui m’interpella immédiatement, ce furent l’état des uniformes qu’ils portaient, des pourpoints déchirés et ensanglanté sur des cotes de mailles impeccables, des casques fendus pour certains, visiblement ils avaient pris ces uniformes sur le champ de bataille, et dans la hâte pour oublier de tels détails. Ils avaient dû se tenir éloigner des patrouilles, sans quoi ils seraient déjà morts ou prisonniers, ce ne pouvait être des espions, l’opération entière aurait été compromise par de telles erreurs, mais que diable pouvaient-ils bien être venu chercher en Orage ? C’était une information que je me devais de trouver, je fis mine de tousser et de me racler la gorge, tandis que je prenais une voix de vieillard tout en dissimulant toujours mon visage.

« Votre ami ne devrait pas sous-estimer les vieillards jeune homme...si vous chevauchez depuis tout ce temps, vous devriez descendre de vos montures et vous reposer...ne vous en faîtes pas pour les patrouilles, elles ne passeront pas ici avant un bon moment...et oui messieurs lorsque l’on veut se faire passer pour un soldat de l’Orage, on choisit un peu mieux les uniformes que l’on dérobe et l’on cache son accent...venez avec moi, que risquez-vous d’un pauvre vieillard ? »

Je sais ce que vous devez vous dire lecteurs, mon stratagème était risqué, rien ne les empêchait d’essayer de me tuer à présent que je leur avait dévoilé que personne n’allait les prendre pour des natifs avec des uniformes pareils. Mais ils ne le feraient pas, le blondinet était trop bien éduqué pour accepter que l’on s’en prenne à un homme ayant besoin d’une canne pour marcher, il avait un certain code de conduite et d’honneur, et c’était ce qui l’avait poussé à s’excuser pour son compagnon. Je me tournai de manière à ce que mon épée leur soit bien visible, ils me prendraient pour un vieux chevalier plutôt futé sans le moindre doute, je devait parler avec eux pour obtenir des informations, et ils n’étaient pas hommes à refuser l’aide de quelqu’un d’expérimenté. Je ne voyais là que de pauvres bougres épuisés de leur voyage, ils n’étaient visiblement pas dangereux pour le moment et ne souhaitaient pas le devenir. J’avais tout de même négligé un détail moi aussi, mon épée portait le sceau des Bucklers, mais ils ne le sauraient probablement pas, et quand bien même, rencontrer un ancien serviteur de la famille à la retraite n’avait rien de très étonnant en ces lieux.

« Alors messieurs, vous n’êtes ni espions, ni soldats en mission, ma tête encore sur mes épaules et non pourfendue de l’une de vos épées me le prouve...quels dieux sots servez-vous donc pour prendre des risques pareils ? » Visiblement ce repos n’était pas démérité, au moins pour les chevaux, qui se pressèrent de se restaurer de toute la végétation qui s’offrait à eux. Je conduisis les intrus jusqu’à mon cheval, qui sembla d’ailleurs bien heureux de me revoir. Nous étions à l’abri des feuillages, aucune patrouille n’irait les chercher ici, bien que j’ignorais encore quel royaume ils cherchaient à ce point à éviter. J’attrapai une sacoche avec quelques provisions, faisant mine de manquer de tomber au sol sous le poids de cette dernières et la leur apportai.

« Restaurez-vous jeunes gens...Ce ne sont que de maigres victuailles...mais c’est toujours mieux que rien, à quoi vous sert-il de survivre en évitant les patrouilles si c’est pour mourir de fatigue et de faim ?...Les pluies ne sont pas rares dans la région et sans forces vous finirez morts gelés... » Je posai ma deuxième main sur ma canne et fit mine de les observer manger avec sourire comme le ferait tout vieillard avec un comportement pareil. En réalité j’observais chacun de leurs gestes, au moins deux d’entre eux portaient des séquelles de blessures refermées et mal soignées, ils étaient brusques et sans méfiance pour la plupart à partir du moment où je leur avait donné à manger. Tout dans leur comportement m’indiquait qu’ils étaient soldats et qu’ils avaient très certainement pris part à la guerre. Alors pourquoi agir ainsi en secret et ne pas raser de village sur leur passage ?

« Vous avez eu de la chance que je me sois décidé à promener un peu mes vieilles jambes...être désespéré de fuir c’est bien mais il faut prendre les dispositions pour messieurs...vous savez nous avons de bons espions en Orage, je peux vous le dire j’ai fais partie de l’armée dans mon jeune temps...de sacrés bons souvenirs d’ailleurs...enfin pas tous...si ces espions vous avaient repérés, vous seriez morts ou prisonniers jeunes gens, je ne plaisante pas...et vous le savez j’en suis certain...quelle folie vous a prise que de prendre de tels risques en temps de guerre ? De mon temps on était plus réfléchis que ça...enfin je radote, veuillez me pardonner, faut croire que je suis devenu assez vieux pour casser les oreilles des jeunes avec mes sermons et mes histoires... »
BERTH(C)



"Il est l'ombre d'Orage frappant dans le noir, tremblez car c'est la fin de votre histoire"

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Assassin/Espion/Chevalier
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
L'ombre de l'Orage
Messages : 77
Membre du mois : 28
Célébrité : michael fassbender
Maison : Buckler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Lun 9 Jan - 20:43

Le vieillard n’avait rien de suspect à proprement parlé, il était le stéréotype d’une personne de sa catégorie d’âge. Le dos voûté, une tunique à capuche usée par le temps, il ne semblait pas non plus en très bonne santé et sa voix était plutôt faible et perturbée par la toux, typique des personnages âgés. Bref, il avait complétement endormi la vigilance du chevalier pour le moment, c’était un très bon acteur, qu’on donne un oscar à cet homme pour sa performance ! Le jeune homme pensait se trouver en face d’un vieux, il restait tout de même prudent sur ce qui pouvait se présenter aux alentours et ne souhaitait pas que d’autres curieux ne s’incrustent dans leur conversation. Il n’avait pas du tout besoin de ça, quelque chose lui disait que le vieux allait déjà du genre gâteux et collant, bref ça n’allait pas être des plus faciles de s’en débarrasser tout en restant diplomate.

Un sourire narquois illumina le visage du Redwyne suite à la réponde du vieillard, comme si ce dernier pourrait faire le poids face à un de ses chevaliers. Non mais franchement, il rêvait. Il serait même étonnant que ce vieux briscard ait encore la force de tenir une épée. Le cavalier de tout à l’heure s’avança légèrement en tête de la colonne, portant sa main vers la garde de son épée, il le questionna toujours avec un ton aussi arrogant :


«- Tu voudrais peut-être tâter de mon acier, vieillard ? Histoire de refroidir un peu tes ardeurs… »

«-Cette fois-ci, je suis obligé de rejoindre l’avis de mon compagnon, vieil homme. Ces hommes derrière moi ont connus nombre champs de bataille et leur talent à l’épée n’est plus à prouver aujourd’hui. Et bien que je ne connaisse pas votre histoire, et donc votre passé, vous ne semblez pas d’une première fraîcheur et n’importe lequel d’entre nous pourrait vous passer dessus sans trop de mal. Attention à vos mots… »

Il semblait perspicace, un peu trop même, personne n’avait stoppé leur route pour le moment et le premier, qui le faisait, semblait bien vite découvrir le poteau rose. Aylan restait donc perplexe et se contenta de hocher un sourcil en le laissant parler. Il est vrai que leur tenue n’était pas la meilleure, mais après tout l’Orage était en guerre, que s’attendait-il à voir ? Un soldat propre sur lui à l’armure écarlate ? Impossible en temps de guerre. En tout cas il n’allait clairement pas lui dire qu’il avait raison, il voulait rester dans son rôle et allait pas avouer qui il était au premier venu. Il se défendit donc :

«-Je ne sais pas si c’est votre bêtise ou votre sénilité qui vous fait dire ça… Peut-être est-ce les deux qui sait ! Encore une fois attention à tes mots, nous servons le Cerf Couronné et avons saigné pour lui ! Que ta langue fasse deux tours dans ta bouche avant de ressortir des sornettes pareilles ! »

Il lui fallait être un minimum crédible et tenir à son personnage. L’inconnu s’entêtait à renchérir, que voulait-il à la fin ? Il était bien trop curieux. Il affirmait désormais que ce n’était ni des espions, ni des soldats en mission, sinon il ne serait plus de ce monde. Ce à quoi un chevalier répondit dans un rire roque :

«Et je commence vivement à le regretter ! »

Les autres soldats s’esclaffèrent de rire, mais le groupe suivit le vieillard en dehors de la route. Il y aurait surement moyen de lui prendre quelques vivres avant de reprendre le chemin. Il s’adressait à son serviteur, lui aussi habillé comme les autres :

«Fais en sorte que les chevaux soient bien nourris pour que l’on puisse repartir rapidement. On s’en tient aux ordres, on patrouille jusqu’au Wend, on le remonte jusqu’à la frontière, puis on tourne bride pour redescendre vers Accalmie… »

Rhedor hocha la tête comme s’il avait compris quelque chose, Aylan devait faire en sorte de bien ficeler la chose pour le vieillard commence à douter. Le jeune homme descendit de Snow, suivi du reste de sa troupe pour aller manger un morceau généreusement fourni par le vieil homme. Il leur restait peu de provisions, donc tout était bon à prendre. Le Redwyne le laissa à nouveau porter de nouvelles accusations, il semblait bien avoir découvert leur secret, mais il n’allait pas lâcher l’affaire si facilement.

«Je te remercie pour ces vivres. Cependant tu te méprends sur nous. Nous avons pour ordre de patrouiller jusqu’à la frontière afin d’éviter l’incursion de ces satanés rebelles de la Néra. Avec les forces coalisées de la Main Verte et ces pouilleux fer-nés à l’Ouest, Lord Buckler a jugé bon de ne pas se faire prendre à revers par une nouvelle armée. »

Il porta un morceau de pain à sa bouche pour en tirer une bouchée, le vieillard les questionnait beaucoup, mais le chevalier commençait lui aussi à se poser des questions…

«Quant à toi…Que faisais-tu au plein milieu du chemin à notre passage ? Tu semblais attendre là depuis un moment, vieil homme ? Est-ce dans tes habitudes ou étais-tu particulièrement intéressé par notre patrouille ? »


Le Chevalier  fait de l’amour une valeur suprême qui peut entrer en conflit avec l’honneur ou le devoir patriotique. Mais l’on est aimé pour son mérite. La prouesse permet donc souvent de surmonter le conflit.

Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier / Héritier
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Ripe for victory
Messages : 4521
Membre du mois : 136
Célébrité : Bradley James
Maison : Redwyne
Caractère : Patient - Capricieux - Brave – Misogyne - Fidèle - Hautain - Charismatique - Têtu- Stratège- Manipulateur
Ripe for victory
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Lun 9 Jan - 22:16

LE CHEVALIER REBELLE ET LE MYSTÉRIEUX VIEILLARD

feat Ezio Storm & Aylan Redwyne

Ce petit malin m’amusait beaucoup, s’il continuait à nier ainsi les accusations pouvant être prises pour des délires de vieillard, j’allais bientôt devoir jouer carte sur table et ils avaient beau être une douzaine, aucun d’eux ne m’échapperait, j’avais vu bien pire que ça. Sans compter que contrairement à eux je n’avais nul besoin de dégainer mon épée, j’en aurai éliminé au moins la moitié le temps qu’ils réagissent et mes couteaux de lancer feraient le reste rapidement. Néanmoins, j’avais beau avoir pour vocation de tuer, je n’aimais pas le faire sans raison un peu plus valable que le fait de simplement se balader incognito dans mon royaume. « Lord Buckler vraiment ?...Dans ce cas peut-être devriez-vous vous renseigner un peu mieux, ses hommes ne portent pas vos tuniques... » Je me redressai et jetai mon bâton, dévoilant ainsi que je n’avais rien du vieillard qu’ils pensaient que j’étais. Je ne baissai cependant pas ma capuche, il valait mieux qu’ils ignorent tout de mon visage dans le cas où je doive les éliminer. En tout cas pour le moment je me devais juste de me montrer convainquant. « Si on jouais cartes sur tables Bieffois...êtes-vous des espions à la recherche du fameux déserteur ? Faîtes très attention à votre réponse, vous pensez peut-être avoir l’avantage du nombre mais je vous assure que j’ai vu bien pire que douze soldats vantards... » Ma dague rétractable alla se pointer directement sous la gorge de celui qui avait tenté de m’abattre dans le dos. Le pauvre bougre sembla quelque peu décontenancé, logique, il n’avait pas eu le temps de dégainé son épée.

« Pour l’instant mangez...si vous êtes encore en vie c’est uniquement parce que j’ai constaté que vous n’attaquiez pas les villageois contrairement à vos camarades à la frontière...d’ailleurs je vous en remercie, le Bief ne compte donc pas que des dégénérés, vous remontez le niveau...posez vos armes si vous tenez à votre compagnon... » J’attendis patiemment qu’ils s’exécutent, même si je fus obligé de faire signe à mon otage qu’il était préférable pour lui aussi de ranger sa lame. Une fois fait, je rangeai ma lame et le laissai passer pour rejoindre ses compagnons. Je prenais sûrement un risque d’attaque, mais le blondinet n’était pas sot, la vitesse avec laquelle j’avais pris l’un de ses hommes en otage ne laissait aucun doute sur leurs chances de me tuer sans que la plupart d’entre eux ne meurt et si ce que je commençais à soupçonner était vrai, ils n’avaient aucun intérêt à perdre ne serait-ce qu’un homme.  « Bien...vous avez besoin de terminer votre repas pour continuer votre voyage et moi j’aurai des remords à tuer des hommes qui épargnent mon peuple alors qu’ils peuvent facilement massacrer un village désarmé...cependant j’attends toujours votre réponse...sachez juste que le fameux déserteur est sous ma protection et que si c’est lui que vous voulez nous aurons un problème... »

En voyant leurs visages, je ne pus m’empêcher de lancer un soupire d’exaspération, pourquoi tout le monde gâchait toujours mes menaces avec des têtes de gamins découvrant la couleur du sang pour la première fois ? Enfin, presque tout le monde, monsieur le beau parleur lui semblait bien plus calme que ses hommes. Avait-on entendu parlé de l’assassin personnel de la reine jusqu’au Bief ? J’en doutais, mais tout ce qu’il avait pourtant vu de moi, c’était ma lame rétractable, arme dont j’étais le seul réputé à me servir, et il était bien trop peu surpris à mon goût, je n’aimais pas ça. « Bon d’accord...oui je vous attendais et oui je savais parfaitement que vous n’étiez pas Orageois dès le départ...quoi il faut que je détaille en plus ?...Vos côtes de mailles, elles sont impeccables alors que vos tuniques sont tâchées de sang et trouées, le grand vantard face aux vieillards a un accent du nord et toi monsieur l’excuse bidon tu parles bien trop noblement pour n’être qu’un soldat, de plus aucun de vous n’a remarqué le blason de mon maître sur mon épée...et oui, c’est celui de la maison Buckler...j’en ai dis assez ou je continue à vous citer vos erreurs ?... »

J’avais presque envie de me passer une main sur le front pour m’assurer que j’étais en pleine hallucination quand je les vis observer leurs côtes de mailles. Je m’assis, un peu pour les rassurer sur mes intentions, mais surtout pour leur signifier que je ne craignais nullement d’être pris à parti par douze hommes, fussent-ils soldats. « Maintenant que tout est clair...dîtes-moi ce que vous venez faire en mon pays, ce sera ma récompense pour vous avoir gracieusement restaurés et ne pas vous avoir tué alors que j’en avais l’occasion, surtout toi l’intellectuel, t’es insultant envers tes aînés, je suis certain que ta mère te botterait le cul si elle savait que tu te comporte ainsi...sans compter que pour des Bieffois, vous n’êtes pas très loquaces, m’obliger à parler autant... »
BERTH(C)


HJ : Dis-moi si tu trouves que je vais trop vite en besogne, j'avais la flemme de réfléchir à une façon de prolonger l'aspect vieillard ^^'



"Il est l'ombre d'Orage frappant dans le noir, tremblez car c'est la fin de votre histoire"

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Assassin/Espion/Chevalier
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
L'ombre de l'Orage
Messages : 77
Membre du mois : 28
Célébrité : michael fassbender
Maison : Buckler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Dim 15 Jan - 17:08

Aylan avait été un peu plus convainquant en essayant de se projeter encore un peu plus dans le personnage qu’il essayait tant bien que mal de jouer. Ce n’était guère facile pour lui, après tout ce n’était pas un comédien, ce n’était pas comme si il se produisait sur scène chaque jour devant une foule en liesse. Bref il croyait s’en être plutôt bien sorti et s’être sorti d’affaire, mais le « vieillard » mit le doigt sur un détail important. Un détail qui prouvait que le bieffois n’était pas pleinement informé sur le sujet et que bien des éléments venaient trahir sa fausse identité. Selon ce dernier, les hommes de Lord Buckler ne détenaient pas les mêmes tuniques, un élément qui leur avait pleinement échappé. Le chevalier y aurait dû réfléchir à deux fois avant de donner ce nom.

Leur couverture semblait clairement compromise maintenant et il n’arriverait plus à rattraper la situation pour qu’elle tourne à son avantage. Que devaient-ils donc faire ? Aylan y réfléchissait. Peut-être était-ce mieux qu’ils l’abattent et dissimulent son corps pour être sûr que personne ne le retrouve avant un bout de temps. Cela semblait une des meilleures solutions qui se présentaient à eux pour le moment. Tout à coup le vieil homme se releva et jeta son bâton en l’air dévoilant sa duperie. Quelle surprise ! Le Redwyne y n’y avait vu que du feu. Un rire lui échappa en pensant à toute la comédie qui venait de se jouer :


«-Le vieillard a retrouvé sa jeunesse ! C’est un miracle ! »

Ses chevaliers s’esclaffèrent, il avait préféré en rire plutôt que de s’énerver. Qui était-il vraiment ? Il allait devoir le découvrir. L’inconnu proposa de parler franchement et de cesser tout ce théâtre. Il semblait savoir que c’était des bieffois, qu’est-ce qui avait pu les trahir ainsi ? Après tout, ils pouvaient être également des hommes du Conflans venus espionner ces terres. Bref quelque chose lui échappait, peut-être connaissait-il déjà la véritable identité de l’héritier de La Treille et attendait de voir s’il allait se déclarer.

Aylan n’eut pas le temps de répondre à sa question qu’un de ses chevaliers essaya de prendre le faux vieillard à revers, pour le capturer ou le tuer, il ignorait complétement ce qu’il aurait fait, mais en tout cas il n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit que l’inconnu alla positionner sous sa gorge une lame histoire qu’aucune autre personne n’ait une idée du même genre.


«Voyons l’ami, tu surestimes trop tes capacités. Tu es rapide et je dois te le concéder. C’était impressionnant, très impressionnant ! Mais personne ne peut venir à bout de douze hommes qui fondent sur lui au même moment, tu trépasseras en apportant peut-être deux ou trois d’entre nous, mais guère plus…Ne crois donc que tu as une quelconque supériorité sur nous, si je n’ai pas encore dégainer mon épée depuis que tu t’es révélé, c’est surtout pour savoir qui tu es et ce que tu nous veux. »

Selon lui ils étaient encore en vie parce qu’ils n’avaient attaqué aucun village sur leur passage jusqu’alors, cela signifiait qu’il les observait depuis un bon moment, peut-être depuis qu’ils avaient déserté, aucun moyen d’en être sûr. Il accusait les bieffois d’être des dégénérés s’adonnant à toutes sortes de brutalité, bref que c’était les grands méchants dans l’histoire. C’était si pathétique ! Lui semblait si bien informé et malin, il semblait avoir quelques lacunes tout à coup.

«Oh je vois ! Si je te comprends bien, c’est nous les Bieffois, les grands méchants dans l’histoire et vous les Orageois les braves et héroïques ? Mnh ? C’est ça ? Peut-être devrais-tu ouvrir les yeux sur ce que sont tes camarades. Si nous sommes des dégénérés, que sont tes camarades qui ont passé à l’épée la quasi-totalité des villageois de Vieuxliard ? Qui ont culbuté bon nombre de vierges, massacrant vieillards et enfants. Tu sembles avoir une vision erronée de la situation. »

Les chevaliers ne montrèrent aucun signe d’hostilité, ils auraient besoin de toutes leurs forces pour aller jusqu’à la Néra et ils étaient déjà bien peu nombreux pour cette quête. Inutile de perdre un des leurs. Il leur indiqua toutes les erreurs qu’ils avaient commises. Les côtes de mailles scintillantes, alors que leurs vêtements étaient tâchés de sang, leur accent et le fait qu’ils n’aient pas remarqué les armoiries de la maison Buckler sur l’épée du « vieillard », alors qu’ils prétendaient que le général des armées de l’Orage les avait envoyé en patrouille. C’est vrai que tout ça réuni, ça faisait beaucoup. Au moins il savait ce qui avait cloché, peut-être pourrait-il améliorer tout ça s’ils arrivaient à s’en sortir.

«Il est peut-être vrai que l’un de nous soit le déserteur que tu recherches et que le reste de ses hommes l’accompagne pour être sûr qu’il puisse rejoindre sa destination. Nous ne faisons que traverser l’Orage et ne tenons guère à y rester. »


Le Chevalier  fait de l’amour une valeur suprême qui peut entrer en conflit avec l’honneur ou le devoir patriotique. Mais l’on est aimé pour son mérite. La prouesse permet donc souvent de surmonter le conflit.

Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier / Héritier
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Ripe for victory
Messages : 4521
Membre du mois : 136
Célébrité : Bradley James
Maison : Redwyne
Caractère : Patient - Capricieux - Brave – Misogyne - Fidèle - Hautain - Charismatique - Têtu- Stratège- Manipulateur
Ripe for victory
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)   Aujourd'hui à 19:15

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le chevalier rebelle et le mystérieux vieillard (Aylan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» rendez-vous mystérieux
» Nuage mystérieux , j'espère que tu as du courage ![Nuage Mystérieux mais sinon , libre ^^]
» Azäziel [Assassin]
» Miran le Mystérieux.
» Un retour après une lune d'attente | Pv Nuage Mystérieux et Étoile de Caresse | - The End -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Orage
-
Sauter vers: