AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen
MessageSujet: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Ven 6 Jan - 18:53


Un nouveau Crépuscule


«Willona & Torrhen»
 
Je plantai mon regard sur les monts majestueux, au confluant de l’horizon, d’ici on en oubliait presque leur altitude faramineuse, les trois ou quatre jours selon le moyen de locomotion pour se rentrer dans certaines zones. La vallée en contre-bas de ma position, où vivait bon nombre de familles paysannes, laissait par endroit filtrer des volutes de fumée, malgré le temps relativement clément. Les bruits du torrent qui alimentait de nombreux petits lacs non loin semblaient un peu plus calmes, attendant, comme somnolant, que la neige vienne, bientôt elle déposerait son manteau hivernal sur le paysage le figeant par endroit de glace. Quelques confinés d’un vert chatoyant dévoraient les couleurs mornes de l’automne et du blanc écarlate en ce jour des monts tapissant le lointain, lançant à mes yeux un peu de paix. Alors qu’à mes pieds la mousse semblait elle aussi souffrir des rudesses du froid nocturne dus à la saison.

Chacun de mes mouvements provoquait des craquements, signifiant de son agonie, dont je ne prêtais l’oreille que pour ignorer les grincements de dent du garde chargé de me conduire au village pour y rencontrer le roi et sûrement subir quelques questions auxquelles je bafouillerai certainement quelques mots bancals, dus au trouble qu’il éveillait à chaque fois que je me trouvais en sa présence. En me tournant un peu, je pouvais voir les toitures sombres de ma destination et un peu plus loin un manoir délabré où je n’aimerais pas me rendre par son allure de prison. Silencieuse je tentais de prendre un peu de quiétude, sentant toutefois mes veines frémir et le stress monter à mesure que le temps jouait contre moi.Reprenant le pas, j’ignorais l’homme, qui en fit tout autant, lançant quelques regards un peu plus loin dans la vallée, je pouvais deviner ce que j’aimais nommer les terres maudites du roi de fer de par les quelques luminescences du plus grand des lacs du royaume qui se dessinait entre les plus hauts arbres.

Un instant mes yeux se glissèrent sur une maison détruite, fragments brisés de vie et de souvenirs. Malheureuse celle-ci n’était pas unique en son genre, la guerre, la rudesse de notre époque s’amusait bien du destin de beaucoup, à croire que la vie se jouait encore de duperie et que nous rêvions à un retour possible de civilisation, à nous rendre ainsi dans ces villes cimetières, malgré le danger. Avançant un peu plus je pouvais distinguer quelques bâtisses hautes se détachaient de la cime des arbres, ruines d’une vie passée. Je pivotai un moment encore, ne prêtant presque plus attention au crépuscule du midi sonnant l’heure prochain d’un retard. De mon nouveau point de vue je pouvais voir une nécropole ou un filet de fumée dansait dans les airs, me rappelant la mort qui nous attendait tous. J’avais eu vent durant le dîner de la ville dans l’auberge de la mort de trois soldats, qui d’après les dires, avaient péri de la main d’une attaque de boucs furieux, qui avaient pris la fuite après qu’on ait voulu leur retirer leurs attributs virils, cruelle et comique mort qui avait animée bien des tables. Tendant l’oreille à cette animation d’un soir, j’avais su ainsi qu’ils se rendaient vers les rives du fleuve pour y prendre du bon temps…

Le général Reed était donc sûrement en ce moment même en train de statuer sur la direction à prendre, sur cette petit incartade qui avait coûter bêtement la vie à trois hommes alors que leurs proches leurs donnaient une sépulture décente. Pour ma part je ne me mêlais jamais aux histoires des autres, surtout pas des hommes préférant de loin mener mes petites affaires dans mon coin, ils étaient assez nombreux pour cirer les chaussettes du prince ou de mon père et j’étais bien assez la bête curieuse pour ne pas ajouter de l’eau à mon moulin par quelques questions trop curieuses sur leurs petites affaires. Je n’escomptais donc pas faire la queue pour une vengeance idiote envers le paysan voisin du campement, qui, de toute façon, ne me concernait pas plus. Certes je n’étais pas moi-même un modèle de bonne conduite, mon caractère ne m’aidait pas toujours à la sagesse, mais je n’avais jamais eu à déplorer la perte de gens qui m'y avaient suivi et ce simple fait suffisait à me convaincre que mon choix était le bon.

Je fis un sourire dans le vide en me disant que j’avais eu une grande chance de passer au travers des mailles du filet depuis le début de ce périple. Je me remis à marcher calmement aux côtés de l’homme qui se mit à siffler quelques airs joviaux pour dépasser son stress de n’avoir pu contenir un retard. Contemplant sans vraiment le faire le paysage, mes pensées allaient à ces batailles qui s’annonçaient et la crainte une nouvelle fois de ne voir aucune de mes attaches revenir entières, puis vint le temps de songer aux quelques autres en négociation et le fait que je n’avais pas vue le prince depuis près de deux jours, ce qui n’annonçait là rien de bon en soit. Un quart d’heure s’écoula alors que le soleil caressait l’horizon un peu plus haut. Je dépassai les portes de la ville sous quelques regards de riverains curieux de me voir paraître à pied aux côtés d’un soldat en armes, remontant ma capuche sur mon crâne, je relevai les yeux vers la demeures où se trouvaient massés le plus d’hommes.

« Attendez là, Lady Reed, je vais prévenir de votre arrivée. »

Mon regard se posa sur le camp un peu plus loin. D’ici on pouvait voir les habitations les plus élevées de la colline et deux des quatre tours de garde en bois érigées pas les hommes du nord qui protégeaient l’accès vers la demeure temporaire du souverain Nordien. Après un moment, je plantai un bâton dans la surface baignée de lumière, vérifiant l’heure.

« Suivez-moi, s’il vous plais. » Je me contentai d’un signe de la tête, explorant la maison qui me semblait sombre face à la luminosité extérieure, il me fallut même un temps pour bien en distinguer le mobilier, l’homme poussa une porte et le plus solennellement possible me fit signe de m’avancer. A peine avais-je fait quelques pas que celle-ci se claqua dans mon dos et que je me retrouvai seule dans un petit salon où un feu crépitait.


@Jerry


“Jamais le soleil ne voit l’ombre.”
He believe it's possible

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Vertvoyant
Âge du Personnage: 25
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Messages : 77
Membre du mois : 58
Célébrité : Katie Mcgrath
Maison : Reed
Caractère : ♦Méfiante ♦ Ingénue ♦ Impulsive ♦ Courageuse ♦ Solitaire ♦ Curieuse ♦ Borné ♦ Autodidacte ♦ Franche ♦ Secrète ♦
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Sam 7 Jan - 0:09

Mes songes étaient emplis de cauchemars, depuis notre arrivée à Herpivoie. Je ne savais d’où ils venaient, mais je suspectais les Anciens Dieux de me tourmenter pour ma témérité sur le champ de bataille. Je le savais, pourtant. A quoi bon casser des têtes sur le champ de bataille, si c’était pour ensuite manquer de passer l’arme à gauche ? Je n’étais pas le seigneur le plus puissant du monde, ni le plus talentueux. Je n’étais pas né pour ça. Sur l’ensemble de la fratrie, il y en avait au moins la moitié qui aurait sans doute fait des souverains plus potables que moi. Plus pacifistes. Plus commerçants. Plus diplomates. Sans doute. Meilleurs que moi. Et moi, je risquais deux décennies de travail par un coup de tête. J’aurais pu rester au fortin abandonné. Mais non. Il avait fallu que je rejoinge la division du sud-est pour combattre. Mes hommes étaient inspirés par ma présence, par la bannière du loup-garou qui flottait à leurs côtés. Et moi, je pensais que mon positionnement valait tous ces sacrifices là. Super. Bonne mentalité, le Roi-Loup. Il aurait suffit d’une flèche perdue pour que tout chancelle, tout ce que je construisais depuis deux décennies. Deux décennies, par les Anciens Dieux.


Et voilà qu’ils me punissaient.


Je rêvais sans cesse de mes frères. Je revoyais leurs visages. J’entendais leur voix. Le mestre de Rhaenys me disait que c’était à cause de la fièvre ; que si ma blessure au crâne s’était bien refermée, il était possible que les saignements aient permis à des humeurs malignes d’entrer dans mon esprit, et ce n’était pas inhabituel quand on réchappait aux coups qu’on avait mangés, de subir ce genre de désagrément. Mais c’était épuisant. Tout le monde était sans arrêt fort occupé, ici. Et j’essayais de ne pas déroger à cette règle. Je tuais le temps comme je pouvais. Poussant des pions sur la carte de Westeros, anticipant du mieux de mes capacités les prochains événements de Westeros. C’est ceci, justement, qui me donna l’idée de la suite des événements. Les « prochains ». Jon avait amené avec lui dix mille hommes… Et une sorcière. Les Anciens Dieux seuls savaient si ce qu’elle contait était vrai, mais j’avais eu vent des rumeurs, du malaise chez les vougiers du Neck, chez leurs archers. Ils disaient que la fille de leur maître, Lord Reed, était atteinte d’une malédiction, et qu’elle voyait des choses que le commun n’aurait jamais dû voir.


Je décidais de la faire mander. Quitte à ne servir à rien et tourner en rond, autant essayer de démêler le vrai du faux.


Il fallut un moment pour me l’amener. Et quand elle fut finalement là, je ressentais un profond malaise. Cette fille aurait dû rester chez elle. Je me tournais vers elle, arborant malgré moi la plaie en cours de cicatrisation sur le côté de mon visage.



| Lady Reed. Je suis content de vous revoir en bonne santé. J’ai appris que mon fils vous avait emmenée avec lui au sud, malgré ma demande de vous garder en sécurité à Griseaux. Avez-vous seulement été bien traitée ? Et pourquoi mon fils aurait il contrevenu à un ordre que j’avais donné à votre père, que j’imaginais l’un de mes meilleurs soutiens ? |



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8394
Membre du mois : 141
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Sam 7 Jan - 1:14


Un nouveau Crépuscule


«Willona & Torrhen»
 
La pièce était simple, vide de toutes choses communes à une noble famille. Simplement apparaissaient de hauts tissages recouvrant des murs de pied, les rideaux cachaient la lumière et une odeur de fumée se dégageait de l’âtre certainement mal ramoné. D’un pas calme, je m’avançais sur le tapis criard à demi cachée par une longue table et des bancs, détaillant les bois sombres comme s’ils hurlaient leur douloureuse existence. Mes doigts effleuraient les nœuds des planches, sans plus d’attention pour le lieu, pas une seconde je ne m’étais attendue à ce que dans l’ombre de la pièce des yeux vifs m’observent, certaine d’être seule, je tentais tranquillement d’apprivoiser la pièce.

Quand un bruit me fit sursauter et faire un pas de recul. Face à moi un homme de grande taille et brun me détaillait, son regard fané par la fatigue semblait encore plus noir que dans mes souvenirs. Son visage que j’avais trouvé doux et paradoxalement dur, ne laissait passer qu’un peu ou pas d’expression. Sur le côté de ses traits tirés une longue balafre rougie se dessinait, donnant à sa peau pâle une teinte lugubre. Réalisant mon impolitesse, je me mouvais d’un pas hâtif pour me glisser vers lui et me fondre dans une révérence que je ne maîtrisais que depuis quelques semaines à peine à force de persévérance et de rire du prince qui avait accepté de m’apprendre quelques points importants protocolaire.

« Lady Reed. Je suis contente de vous revoir en bonne santé. J’ai appris que mon fils vous avez emmené avec lui au sud, malgré ma demande de vous garder en sécurité à Griseaux. Avez-vous seulement été bien traité ? Et pourquoi mon fils aurait-il contrevenu à un ordre que j’avais donné à votre père, que j’imaginais l’un de mes meilleurs soutiens ? »

Restant en place le regard rivé vers le tapis, je suppliais mentalement à mes genoux de bien vouloir rester sage sous ma robe.

« Votre majesté, je suis honorée de vous retrouver. » me relevant doucement je glissais ma main sur ma cape, machinalement pour vérifier que mon sac d’herbe se trouvait toujours en place. Je ne le laissait plus depuis que j’avais réalisé les besoins en matière de soin des troupes et me faisait un devoir d’apporter au moins cela aux hommes qui chaque jour se sacrifiaient pour notre royaume.

« Mon roi, c’est de ma faute, votre noble fils et mon père n’ont en rien voulu vous offenser, je ne pouvais rester sagement au demeurant après notre rencontre, trop de paroles échangées plaçaient mes jeunes-frères et ma douce mère dans une situation compliquée. » prendre sur moi, un choix qui ne m’avait jamais appartenu, était sûrement une erreur, mais en l’instant je me refusais à laisser mon père ainsi dans l’embarras, lui qui avait donné son coeur, son sang et son fils pour embrasser la cause du loup. Quelle fille reconnaissante aurais-je été en le laissant prendre des tords qui de toute manière me revenaient de par mon don.

« Votre Altesse, si faute il y a, j’en prends les responsabilités, mais je chéris cependant ce choix, qui m’offre aujourd’hui l’insigne honneur de pouvoir vous aider, si vous m’en accordez la grâce. » inspirant tout mon air en courage, je relevais les yeux sur le roi.



@Jerry


“Jamais le soleil ne voit l’ombre.”
He believe it's possible

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Vertvoyant
Âge du Personnage: 25
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Messages : 77
Membre du mois : 58
Célébrité : Katie Mcgrath
Maison : Reed
Caractère : ♦Méfiante ♦ Ingénue ♦ Impulsive ♦ Courageuse ♦ Solitaire ♦ Curieuse ♦ Borné ♦ Autodidacte ♦ Franche ♦ Secrète ♦
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Sam 7 Jan - 18:18

Il y avait sans aucun doute un intérêt à rencontrer cette jeune personne ; sinon son père ne se serait pas embarrassé d’elle en campagne, pas plus que Jon n’aurait pris la peine de l’emmener. Encore que Jon… J’avais entendu les rumeurs, rapportées par mes aides de camp. On le disait fort acclimaté à l’entourage féminin des armées en campagne. Pensait-il déjà avec son entrejambe ? Je ne savais pas. J’espérais que non. Un prince qui la joue romantique voit, sans nul doute, son espérance de vie diminuer. Qui plus est, ce n’était pas le moment de courir les jupons. Restaient ces rumeurs persistantes sur les capacités de la jeune femme. Difficile de savoir ce qu’il en était réellement. Je ne l’avais rencontrée qu’une fois, dans le passé. Et je n’avais pas été convaincu. Elle savait des choses, oui, qu’elle aurait eu du mal à connaître autrement. Mais ce n’était pas impossible pour autant. D’autant plus que Lord Reed avait toujours eu une bonne oreille pour ce qu’il se passait dans le reste du Nord ; en sentinelle comme son fief était placé, il y avait des chances pour qu’il capte beaucoup de rumeurs, lui aussi. J’attendais donc de voir, tuant le temps et chassant les mauvais souvenirs à grand renfort de réalité, d’opportunités. Ancrer ma vie et ma vision dans le réel. Il ne me fallait rien de plus. Repousser tout ceci le plus loin possible, ne pas me laisser engoncer dans cet intense sentiment d’échec et d’illégitimité, qui me taraudait parfois. Je frottais négligemment le côté de mon crâne, du côté où le cuir chevelu avait été abîmé.


La jeune femme semblait en tous cas assez intimidée par ma présence. Difficile de savoir exactement pourquoi, même s’il était évident qu’elle craignait cette rencontre. Il fallait dire aussi que je n’avais pas fait grand-chose pour la rassurer de quelque manière que ce soit, mais je ne me sentais pas l’âme joviale ou cordiale ; je n’avais tout simplement pas spécialement envie de faire des efforts. La jeune femme s’incline et me fait part de « l’honneur » que je lui fais en l’accueillant à nouveau. Je hoche la tête alors qu’elle se redresse.


Lady Reed me dit que son père et que Jon ne sont pas responsables de ce qu’il se passait. Je ne comprenais pas trop ce qu’elle disait à propos de sa mère et de ses frères. Je fronce les sourcils. En quoi les siens vivaient ils une situation compliquée ? Je laissais filer ; si elle devait m’en parler, je ne doutais pas qu’elle le ferait.



| Alors allez-y, aidez-moi. Et prouvez-moi que vous n’êtes pas une affabulatrice et une sorcière, prouvez-moi que les dieux vous parlent. |




"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8394
Membre du mois : 141
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Sam 7 Jan - 20:05


Un nouveau Crépuscule


«Willona & Torrhen»
 
« Alors allez-y, aidez-moi. Et prouvez-moi que vous n’êtes pas une affabulatrice et une sorcière, prouvez-moi que les dieux vous parlent »

Serrant les dents sur les quelques mots sortant la bouche du roi, je me fustigeais intérieurement de ne pas lui rendre quelques paroles trop vives. Le mot sorcière raisonnait comme une insulte dans sa bouche toute autant blessante que les doutes qu’il soulevait sur mon père et que j’avais tenté d’apaiser. Dans la réalité je ne me trouvais pas ici de mon plein gré non, le prince ne m’avait laissé aucun choix possible, ma famille avait simplement plié à cela et quant aux déboires de mes frères ou ma pauvre mère, il tenait plus du fait des rumeurs qui couraient à présent autant sur moi que sur mon père.

Certains me craignaient et d’autres me prenaient pour une folle toute droit sortie du cul d’une grenouille. Tout ceci était compliqué, difficile à gérer pour ma mère qui bien que croyante et fière, devait pour la somme contenir sa main de remettre en place les bavardages ou de vexer les vipères.

De son côté mon père luttait entre son devoir, sa peine suite à la perte ressentie et les rumeurs, notre vie depuis ce soir d’épanchement avait radicalement changé. Bien des regards se glissaient sur Griseaux et ses propriétaires. Et comme toujours nous ne répondions à cela que par le silence et une conduite digne. Le seul qui semblait prendre foi en moi était aussi celui qui m’avait fait conduire dans ses compagnes et si là aussi la situation prêtait à de nouvelles sources de rumeurs, je n’y donnais aucune oreille, il n’avait jusqu’alors fait qu’acte de bonté envers une jeune noble dans l’embarra d’un don qu’elle avait voulu secret.

Peut-être se sentait il responsable de la fougue qu’avait soulevé son intérêt à la vertvoyance ? Je n’en savais rien et ne voulais rien en supposer. Ce que je savais par contre c’est qu’en l’instant le roi me demandait à la fois une aide et des preuves. Mais quel genre de preuve pouvais-je lui donner ? Je n’avais pas acquis le don de posséder quelques animaux que ce soit, je n’entendais pas les fantômes du passé, non ma capacité à moi était incontrôlable et pas sur commande, les visions ne s’invitaient pas à ma demande, bien que j’aurai pu pour cela mâcher quelques herbes prévues pour se faire et lancer le processus, mais à chaque fois j’en revenais malade, car pas coutumière de ces plantes puissantes.

M’avançant d’un pas je détachai ma cape et la déposai sur le montant d’une des chaises. Détachant de mon épaule mon sac je le posai à son tour sur la table et détaillai un instant le roi.

« Votre Altesse, puis-je vous demander de vous placer sur une de ces chaises, j’ai avec moi quelques décoctions qui vous soulagerons rapidement des maux de votre blessure, et nous en profiterons pour parler, mes malles sont à votre disposition ainsi que leurs secrets, pour le reste, je ne puis répondre à vos attentes qu’avec des questions ? » Je me place plaçai sagement sur le côté attendant qu’il accepte ma demande de s’asseoir, en l’état il était bien trop grand pour que je puisse déposer une pâte sur la plaie, ou voir de plus près celle-ci sans finir bêtement sur les fesses en jouant d’équilibre précaire pour ne pas le toucher outre mesure.



@Jerry


“Jamais le soleil ne voit l’ombre.”
He believe it's possible

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Vertvoyant
Âge du Personnage: 25
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Messages : 77
Membre du mois : 58
Célébrité : Katie Mcgrath
Maison : Reed
Caractère : ♦Méfiante ♦ Ingénue ♦ Impulsive ♦ Courageuse ♦ Solitaire ♦ Curieuse ♦ Borné ♦ Autodidacte ♦ Franche ♦ Secrète ♦
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Sam 14 Jan - 14:37

Pas de patience. Je n’ai absolument pas envie à cet instant précis de tourner autour du pot. La jeune femme semble encaisser ma brusquerie, il me semble maintenant évident qu’elle n’avait pas l’habitude à se faire ainsi tancer quand elle avait pourtant eu la malchance de naître comme elle était ; lunatique, peut être même véritablement folle. J’avais rencontré beaucoup de gens qui se réclamaient du dialogue avec les Dieux, mais je n’en avais jamais rencontré dont les assertions avaient eu le moindre écho véritable. Je ne disais pas qu’il n’existait nul prophète, mais que je n’en avais jamais rencontré qui soit en capacité de me convaincre, ou par ses mots ou par ses idées. La jeune femme se tait dans un premier temps. Elle encaisse. Elle doit se demander comment les choses peuvent se poursuivre, sur quel mode, maintenant que je lui prouve à quel point les rumeurs sur mon caractère sont fondées. Je connaissais les rumeurs qui entouraient la jeune femme. J’avais pris garde à ne pas les laisser trop se répandre ; je sentais pertinemment le danger alors que j’essayais de nouer des alliances avec l’étranger, ou encore simplement de maintenir le moral des troupes. Les vervoyants n’avaient pas bonne réputation. Ils étaient assimilés aux Enfants de la Forêt, eux-mêmes assimilés dans l’imaginaire populaire à la Longue Nuit. Je ne voulais pas chercher plus loin de prime abord ; j’avais su faire ma vie en paix avec les Dieux, ce n’était pas pour essayer de les bousculer, de travestir leurs pensées, leurs espérances, en essayant d’en savoir plus sur eux, sur leurs plans. S’ils ne m’avaient pas donné ce don, il n’y avait aucune raison pour que j’en ai usage.


La jeu e femme finalement s’avance et me dit en posant ses affaires que je peux m’installer sur une des chaises. Elle me parle de décoctions pour soulager la douleur née de mes blessures. Je la toise, sévère. Croit-elle vraiment qu’un simple breuvage me convaincra de la véracité de ses dires, de ses prétentions ? Je gage que non. Elle me dit que nous en « profiterons pour parler ». Ma nature suspicieuse ne peut que m’incliner à la méfiance, dans le sens où l’on m’avait déjà fait, dans le passé, le coup d’essayer de me souler, de me droguer, voire de m’empoisonner. Des questions ? je fronçais les sourcils.



| Vous targuerez-vous, ma dame, de faire mieux qui sont versés dans la science du corps ? J’ai deux mestres qui viennent me voir quotidiennement, celui de Dame ma promise et celui de Lord Herpivoie. Nul doute qu’ils savent déjà quoi faire, et j’ai déjà ingéré bien trop de plantes. Quant au reste… Des questions, dites-vous. Eh bien, cela me semble fort original comme approche que d’interroger son Roi mais si c’est votre manière de faire, allez-y. |


J’allais m’asseoir malgré tout ; joueur, parce que si je la laissais choisir ses armes pour me convaincre, je ne comptais pas lui faire de cadeaux.



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8394
Membre du mois : 141
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Sam 14 Jan - 18:54


Un nouveau Crépuscule


«Willona & Torrhen»
 
« Vous targuerez-vous, ma dame, de faire mieux qui sont versés dans la science du corps ? J’ai deux mestres qui viennent me voir quotidiennement, celui de Dame ma promise et celui de Lord Herpivoie. Nul doute qu’ils savent déjà quoi faire, et j’ai déjà ingéré bien trop de plantes. Quant au reste… Des questions, dites-vous. Eh bien, cela me semble fort original comme approche que d’interroger son Roi mais si c’est votre manière de faire, allez-y. »

Relevant le menton vers lui je délaissai ma sacoche sur la table, roi ou non, je n’accepterai pas passer pour une folle finie, pas après tout ce que à famille avait donné pour lui.

« Vous n’avez pas compris, j’ai aucun doute quant à vous et aucune question à vous poser, ici c’est vous qui ne croyez pas en moi et non moi qui ne crois pas en vous votre altesse, quant à vos mestres ancrés dans leurs avoir dont je ne doute pas la grandeur, ils ne sont pas moi et je ne suis eux, je connais les rumeurs qu’elles soient à mon sujet au ou votre et si pour ma part je préfère me fier à ce que je vois de mes yeux, je ne puis nier qu’il est facile de me prendre pour une usurpatrice. Vous attendez de moi des réponses et j’attends de vous les questions pour vous les donner, je ne vois pas comment vous convaincre de ma bonne foi simplement en paradant dans la pièce sans une réelle conversation franche et lucide. »  

Reprenant ma route vers la chaise la plus proche je la tirai et le regardai sans plus de cérémonie, que risquais-je dans le font que je n’avais pas déjà ? Passer pour une folle ? C'était le cas depuis que mon père perdu dans l’ivresse avait décidé de purger son cœur d’un secret trop lourd. Pire je faisais face chaque jour aux regards en coin et murmures d’hommes qui murmuraient sans réellement parler clairement à cause du grade de mon père de ses états de service ou de la perte de mon jumeau.

Certes le roi m’impressionnait, mais étais-je prête à subir de lui quelques regards du genre ? Non visiblement.

«Ma seule question pour vous serait qu’ai-je à gagner de tout ceci ? Regardez ma vie, les rumeurs, qui voudra m’épouser où me donner son fils ? Quel bénéfice j’ai à tirer de prétendre être ce que je ne suis pas avec ma noble naissance votre Altesse ? Je serai née roturière à la limite, mais dans l’état dîtes-moi quels gains je fais de me faire passer pour une Vertvoyant ? »

Sur ses mots je revins à mon sac et en sortis deux flacons avant de les poser sur la table.

« Je ne vous ferai rien boire, ceux-ci sont des onguents à appliquer sur la plaie, ils vous offriront la paix de la brûlure et des maux que vous apportent l’inflammation. Puis-je ou préférez-vous que je reste là simplement et attende que vous statuez sur moi sans me donner la moindre chance de répondre aux rumeurs et aux dires sur ma personne, après tout qui mieux que vous peut savoir que toutes les rumeurs ne sont pas forcément vraies ? Vous en faîtes souvent l’objet et si je me doute qu’a votre hauteur cela ne vous porte point préjudice, vous devez bien comprendre qu’à la mienne cela me glisse dans la fange plus que dans la gloire, mon roi. » Pas une fois ma voix n'avait laissé de l’animosité, non, plus du calme et de la lassitude, peut-être de la déception par instants. Finalement je reculai et lui laissai le choix, me plaçant simplement près de la cheminée.






@Jerry


“Jamais le soleil ne voit l’ombre.”
He believe it's possible

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Vertvoyant
Âge du Personnage: 25
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Messages : 77
Membre du mois : 58
Célébrité : Katie Mcgrath
Maison : Reed
Caractère : ♦Méfiante ♦ Ingénue ♦ Impulsive ♦ Courageuse ♦ Solitaire ♦ Curieuse ♦ Borné ♦ Autodidacte ♦ Franche ♦ Secrète ♦
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Dim 15 Jan - 1:01

La jeune femme réagit de manière impétueuse à ma mise en garde. De toute évidence il ne lui chaut guère de subir les outrages d’un vieux Loup acariâtre, qui n’a aucune envie de son côté de s’en laisser conter par une donzelle toute fraîche émoulue de la moitié de son âge. De but en blanc, la jeune femme me dit que « je n’ai pas compris ». Comment ose-t-elle ? A-t-elle appris les bonnes maières, à Griseaux ? Difficile d’imaginer son père laisser passer ce genre d’outrecuidance envers son Roi. La voilà qui m’accuse de ne pas croire en elle. Mais est-ce étonnant ? Je ne sais rien d’elle, pas encore du moins. Elle peut très bien être une affabulatrice, se targuant de quelque désordre mental pour s’adonner à l’auto-congratulation née d’un hypothétique rapprochement avec les Anciens Dieux. Je ne souhaitais pas pour le moment tirer de conclusions hâtives, mais la jeune femme n’était pas en train de me mettre dans de bonnes dispositions à son égard. Et voilà qu’elle continue sur sa lancée, dépassant de très loin la limite de la bienséance et de la politesse à observer quand on est en présence d’un souverain. Mes yeux se plissent et ma voix se fait glaciale.


| Vous allez prendre garde à tenir votre langue, lady Reed, si vous tenez au peu de confort qu’il vous reste en campagne. Je pense que vos parents ont veillé à vous donner la meilleure éducation. |


Je comprenais néanmoins ce qu’elle m’expliquait à propos de son « don ». Je dois donc l’interroger. Mais sur quoi ? Que voudrais-je savoir ? Qu’est-elle sensée ignorer ? Beaucoup de choses, à moins que son père ne se montre plus prolixe que prévu avec sa fille… Ce que je n’espère pas. La jeune femme plaide sa cause avec véhémence, s’accablant d’un destin aussi fatidique que peu reluisant. Je la toise toujours du même air terriblement sérieux.


| Celui d’attirer mon attention, bien sûr. Celui d’attirer l’attention du Roi. |


Et cela expliquait tout, dans mon esprit. Parce que les gens étaient tellement vénaux. Je l’observe alors qu’elle retire des flacons de son sac. Je ne savais trop ce qu’ils contenaient, et je ne savais pas non plus ce qu’elle allait en faire. Elle m’explique qu’elle comptait les appliquer sur la plaie. Ce qu’elle dit ensuite avait assez de sens, sur le pouvoir des rumeurs. Mais je ne voulais pas pour autant lui laisser trop de crédit, en tous cas pas pour le moment.


| Et bien soit, faites déjà votre office. Attention en retirant le bandage ; ça collait à la plaie la dernière fois. Pendant ce temps-là, vous commencerez par me dire ce que vous avez déjà vu. |



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8394
Membre du mois : 141
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Dim 15 Jan - 3:58


Un nouveau Crépuscule


«Willona & Torrhen»
 
« Vous allez prendre garde à tenir votre langue, lady Reed, si vous tenez au peu de confort qu’il vous reste en campagne. Je pense que vos parents ont veillé à vous donner la meilleure éducation. »

Un bref instant j’eus la sensation de voir mon propre père avec son timbre glacial et son regard dur évaluant la punition. Et je me contenais de me renfrogner réalisant que c’était sûrement le sort qui m’attendrait dès qu’il aurait eu vent de mon audacieuse répartie. Dire que chacun me sermonnait régulièrement sur ma familiarité toute relative a nos marrées et voilà que je fonçais tête bêche. Mais le pire restait que je ne regrettais aucun mes mots, orgueil ? Frustration ? Je n’en savais rien. Ce que je savais c’est qu’âgé ou pas le roi ne me laissait pas indifférente à son opinion et la simple fait qu’il me pense menteuse ou folle me donnait envie de changer trop vivement la donne.

« Celui d’attirer mon attention, bien sûr. Celui d’attirer l’attention du Roi. »

Fronçant les sourcils, je m’avançai alors qu’il se plaça et me mordis les lèvres pour ne pas laisser sortir une nouvelle répartie trop vive, m’imaginer culotte passe prenant la fessée par lui ou mon père n’était guère un fantasme que je voulais tester à mon âge.

« Et bien soit, faites déjà votre office. Attention en retirant le bandage ; ça collait à la plaie la dernière fois. Pendant ce temps-là, vous commencerez par me dire ce que vous avez déjà vu. »

Me glissant sur le côté j’explorai des yeux le bandage et détaillai les nœuds d’attache. L’ouvrage bien que saillant semblait avoir pris quelques coups. Le roi n’était visiblement pas un patient sage. Retirant mes gants que je délaissai sur la table je me mis à détacher délicatement le premier.

« Je n’ai point besoin de mentir pour avoir un peu de votre attention, votre altesse, je suis de noble naissance et chacun des miens vous est cœur, corps et sang dévoué. J’aurai donc fort bien pu demander audience en votre belle demeure. » Je marquai un temps explorant le second nœud et inspirai du courage pour la suite qui se voulait en réponse à sa demande.

« Dix ans voir onze tout au plus, c’est un bien jeune âge pour tenir une épée qui porte en elle le poids d’une couronne, la levée vers les cieux et prendre conscience que la vie est impitoyable, que le poids des attentes est commensurable, votre altesse… » Je me stoppai juste le temps de reprendre mon souffle et tout en reprenant la parole occupée à mon œuvre et aux souvenirs qui n’étaient pas les miens, mais pourtant s’attachent à ma jeunesse, je commençais à dérouler les premier tours du tissu.

« L’homme vêtu de sombre avait entraîné l’exigence d’une leçon, une leçon qui en devient cinq en ce jour. Louveteau sous l’impatience du preux et fier loup géant sait à présent le poids de l’acier et du devoir. » Je m’arrêtai au moment où j’atteins le dernier tour et me déplaçai pour me mettre du bon côté, ma main libre glissa dans ma sacoche et j’en sortis une simple flasque d’eau bouillie pour mes besoins en hydratation et doucement je versai le liquide sur la couche de tissus, détachant le plus lentement la fin du bandage et de la plaie qui laissa s’enfuir quelques croûtes. « Ce jour-là… » Ajoutais-je en déposant le tissu et la flasque sur la table.

« La neige est venue laver le sang et la nuit cachait les échines du chiot et du louveteau fourbu, là ou un failli, l’aîné de la portée est aussi éduqué, telle était l’exigence du loup géant au trois secs et regard mort de toute douceur. » J’explorai la plaie et du coin de l’œil le visage du roi. Et finalement me détournai pour prendre le premier onguent que je débouchai, évitant le jugement sûrement froid du roi à mes propos et me parant de la préparation pour tenter de désinfecter la plaie. N’ajoutant rien, attendant comme l’exigeait la bonne conduite que le roi parle à son tour.



@Jerry


“Jamais le soleil ne voit l’ombre.”
He believe it's possible

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Vertvoyant
Âge du Personnage: 25
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Messages : 77
Membre du mois : 58
Célébrité : Katie Mcgrath
Maison : Reed
Caractère : ♦Méfiante ♦ Ingénue ♦ Impulsive ♦ Courageuse ♦ Solitaire ♦ Curieuse ♦ Borné ♦ Autodidacte ♦ Franche ♦ Secrète ♦
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Mer 18 Jan - 22:46

Je la menace, ouvertement. C’est une mise en garde très peu amicale, mais je n’ai pas à l’être. Je suis le Roi. On me doit un respect inconditionnel, car au travers de moi c’est le Nord qui transparaît. C’est sans doute de l’égo, sans doute, mais les convenances sont là pour des raisons sociales qui sont importantes ; elles permettent de traduire l’ordre sociétal qui est le nôtre, de pouvoir encadrer les relations entre chaque élément du groupe. Je suis dur, mais je suis juste. La jeune femme m’a brusqué avec ses manies, et sa nature même me met mal à l’aise. Quand le loup se sent menacé, dos rond et on montre les crocs. Je fais pareil, mais avec moins de fougue. Je préviens malgré tout avant de mordre pour de bon. Je sens que cela intimide la jeune femme, mais elle ne fléchit pas pour autant. Elle accuse le coup, durement, mais sans ciller pour autant. Il faut lui reconnaître le courage des gens des paluds, et peut être aussi leur pragmatisme. Willona Reed se ravance et je la vois se retenir, sans doute, de me lancer une réplique acerbe. Elle se rappelle de qui je suis, et se le tient pour dit. Elle a compris qu’elle était à deux doigts de franchir une limite invisible, qui aurait sans doute provoqué une catastrophe quelconque. La jeune femme vient pour commencer à détacher le bandage qui m’enserre toujours la tête dans son étreinte.


Elle reprend la parole et parle de façon plus calme, plus posée. Et c’était la vérité ; sa naissance lui garantissait audience, si elle en faisait la demande officielle, et la proximité de son père avec son Roi lui permettait en outre de s’affranchir de certains usages parmi les plus alambiqués en usage à la cour. Je l’entends prendre une grande inspiration avant de continuer sur sa lancée. J’ai conscience qu’il n’est pas facile pour les gens, d’ordinaire, de s’approcher du Vieux Loup. Je fronce les sourcils en la sentant continuer de s’atteler à son ouvrage, en retirant le fatras de tissus autour de ma tête. Je comprends ce qu’elle me dit. Mais je ne suis pas sûr de savoir où cela nous mène. Elle parle comme une prophétesse. Je sens mon sang se figer dans mes veines alors qu’elle continue de parler. Je serre les dents quand je ressens la désagréable sensations du tissu qui tire la peau et les croûtes de la peau, sur mon cuir chevelu. Elle continue de parler sur le même ton qui me met mal à l’aise. Je me tortille sur ma chaise, alors qu’elle continue ses soins.



| Je ne suis pas le seul Loup à avoir eu un père un peu rude. Et l’épée, tout Stark qui se respecte se doit de l’apprendre au plus tôt. Votre père le sait ; nous nous sommes rencontrés à cette époque. Il aurait pu vous conter cela. |


J’avais fait plus que cela, j’avais tué très jeune.


| Est-ce tout ce dont vous êtes capable ? Ressasser les froides anecdotes qui ont constitué le socle de ma vie, et de mon règne ? Avez-vous seulement quelque chose à dire, qui soit inconnu du commun ? |



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8394
Membre du mois : 141
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Jeu 19 Jan - 11:31


Un nouveau Crépuscule


«Willona & Torrhen»
 
On n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace. C’est tout une leçon que mère aimait à me donner dès mon plus jeune âge. Restant un moment silencieuse, je détaillai des yeux la pâte claire s’assombrir lentement, mais sûrement, sous peu elle allait endormir la zone, j’aurai ensuite tout loisir de la purifier. En l’attente, il ne m’avait pas fait venir pour ceci, il attendait de moi le moyen de me faire plier, de confirmer un jugement qu’il semblait s’être fait avant même de m’avoir vraiment laissé une chance de le convaincre du contraire.

« Votre Altesse, comment puis-je témoigner de ce que je suis si à la moindre de mes paroles vous me ramenez à mon état de rien ? Comment puis-je vous ouvrir mon esprit en sachant que si je prouve les rumeurs je ne serai rien de plus qu’un monstre et si à l’inverse je vous confirme mon rang d’affabulatrice je serai réduite à un déshonneur, qu’ai-je à gagner à cette situation et de m’ouvrir à vous sans crainte quand j’ai toutes les raisons de me méfier ? La simple preuve est que vous me demandez des preuves, mais m’imposez la bonne mesure des mots. » Je marquai un temps, roulant la bande. « Mon père est-il au fait que le soir de la mort de votre noble reine, vous vous êtes rendu au bois sacré et avez demandé aux dieux de prendre votre vie contre la sienne… » Je marquai un temps, j’étais là sur un terrain aussi vil que les sables mouvants des marées. Pausant la paume de ma main sur le cataplasme à présent sombre et sec je le décollai doucement de la plaie trouvant celle-ci plus claire, moins enflammée.

« Je suis navrée votre altesse si mes mots vont trop loin où me valent ma défection, mais mon crime est d’être née ainsi et ma damnation est qu’un soir d'ivresse mon père ait trop parlé de moi. » je glissai ma main sur la seconde décoction et du bout des doigts la posai sur la plaie, finissant ainsi mon œuvre.

« Cependant, pour vous prouver ma bonne foi, je vous invite mon seigneur à questionner votre princesse louve, elle fut témoin de votre supplique et si par le plus grand des hasards vous ignorez ce fait, sachez qu’il provoqua en elle la vocation à laisser naître la femme forte qu’était votre reine en elle. » Je reculai de quelques pas, me plaçant à côté de ma cape.

« J’ai terminé les soins votre altesse, laissez l'onguent agir, il vous offrira une nuit de calme et la clémence d’aucune douleur moindre. » Je n’ajoutai rien, qu’avais-je à dire de plus ? Lui demander le moment où il me ferait brûler sur le bûcher ? Ou dormir sur le sol privé de tout avantage dû à mon rang ? Allais-je prendre pour mes mots ? Sans aucun doute, alors je restais là prête à enfin savoir, enfin connaître le simple dégoût que je pouvais évoquer à présent à celui qui toute ma vie fut mon souverain et a qui on m’avait appris à croire et à faire toute confiance. Relevant le regard sur la pièce, je me sentis bien idiote en cet instant d’avoir pu croire un instant qu’il m’aurait laissé la moindre chance de croire en moi, comme il pouvait croire en mon père. Même cela avait fondu comme neige au soleil. J’étais arrivée avec le cœur d’une confiance paternelle et allais repartir doutant de leur amitié et des années données pour n’être au final que remis en question.

Je n’en piperai jamais mot pourtant, cette pointe resterait là plantée en mon cœur, secrètement, tel un venin fourbe qui s’y s’échappait, il pourrait briser chaque fragment de mon père qui quant à lui avait une confiance aveugle en son ami, en son roi, en son frère de guerre et de sang, comme il l’aimait parfois à le nommer en toute intimité durant ses récits de batailles personnelles où selon lui le roi et lui n’avaient fait qu’unir un même glaive contre l’ennemi. Non je ne parlerai jamais de mes échanges, des mots du roi, accusant mon père de m’avoir informé de ses plus secrets instants là où il aurait certainement préféré mourir de mille façons que de décevoir ce roi légendaire qu'il avait connu bien avant d’engendrer les légendes et conquérir les cœurs froids du nord qui n’attendaient qu’à retrouver la douce chaleur d’un espoir. Le silence semblait interminable, pourtant le temps ne s’écoulait pas. En réalité, je devais me trouver là postée comme une servante de bas lignage que depuis quelques secondes, au mieux une minute.

Jamais encore on ne m’avait ainsi réduite à un si bas destin. Jamais je n’avais eu autant la sensation que mon don souillait autant mon sang de naissance noble. Mon regard s’attarda un instant sur le blason des loups du nord déposé contre un des murs de la pièce. Alors que dans mon dos, un grondement approchait et que la porte trembla pour demander l’accord d’entrer. Une voix raisonna sans paraître du montant, annonçant qu’on apportait au roi son repas de la mi-journée. Avais-je mis autant de temps ? Etais-je arrivée aussi tardivement ? En cet instant je n’étais plus sûre de rien, de mon rang comme de ma situation. Forte de mon incertitude, je glissai ma main sur ma cape et effectuai une révérence prête à prendre congé du roi et le laisser à ses occupations ou à la sentence qu’il voulait m’assigner. Intérieurement, je ne brûlais que d’un désir de m’enfuir, de tout quitter, paria dans ma propre vie, je ne voulais plus qu’une chose, retrouver l’anonymat passé d’une jeune noble oubliée par les marées qui l’entouraient et l’avaient vu naître et grandir.




@Jerry


“Jamais le soleil ne voit l’ombre.”
He believe it's possible

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Vertvoyant
Âge du Personnage: 25
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Messages : 77
Membre du mois : 58
Célébrité : Katie Mcgrath
Maison : Reed
Caractère : ♦Méfiante ♦ Ingénue ♦ Impulsive ♦ Courageuse ♦ Solitaire ♦ Curieuse ♦ Borné ♦ Autodidacte ♦ Franche ♦ Secrète ♦
Jamais le soleil ne voit l’ombre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-last-survivors.forums-rpg.com/
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Aujourd'hui à 18:03

J’étais mal à l’aise. Tout ceci me mettait mal à l’aise. Je ne me sentais pas dans de bonnes dispositions ; il y avait des jours avec et des jours sans, et c’était clairement un jour sans. D’ordinaire, je serais simplement resté travailler dans mon office, m’enfermant en laissant les heures s’écouler à force d’ordres rédigés, de missives lues et de réponses faites dans la foulée. Mais maintenant, je me sentais mal. Je n’avais pas l’habitude de ressentir cette espèce de gêne, cette sensation, intérieure et personnelle, que quelque chose n’allait pas. Je ne savais pas trop comment les choses pouvaient s’arranger mais dans mon esprit, quelque chose clochait. Les Anciens Dieux essayaient-ils de me dire quelque chose par l’entremise de la jeune femme ? Ou le fait qu’il y ait quelqu’un qui ait pu être témoin de quoi que ce soit me concernant suffisait-il à me mettre mal à l’aise ? Sans doute. Je n’aimais pas cette sensation, et je n’allais pas continuer très longtemps à discuter, je devais faire le point, je devais prier, et toutes ces considérations cumulées me donnaient mal au crâne ; je me sentais vaguement fiévreux. La chose religieuse n’était pas une plaisanterie ni un sujet léger, et la gêne que je ressentais n’était pas la première du genre. Comme si mes convictions personnelles, le statu quo que j’avais moi-même établi dans ma perception de la religion, était chamboulé par ces incursions venues de l’extérieur. J’étais aussi agacé des réactions de la jeune femme. Qu’elle m’incrimine alors qu’elle était elle-même la source d’étrangeté de cette conversation ne faisait pas grand-chose pour soigner mon humeur.


| Souffrez-vous donc autant ? Que je sache, je ne suis en rien responsable de votre venue jusqu’ici. J’avais demandé à votre père de vous garder en sûreté à Griseaux. Votre venue et les conditions de celles-ci ne sont pas de mon fait, alors gardez pour vous vos remontrances. C’est à moi maintenant de gérer les conséquences de décisions prises par d’autres, à vous éviter le bûcher pour des adorateurs des Sept ou des rigoristes des Anciens Dieux, tout en distinguant le vrai du faux dans les histoires courant sur vous. |


Je n’étais pas homme patient, et les colères du Roi du Nord étaient connues. En gros, il ne fallait pas m’emmerder. Ce qu’elle me dit ensuite m’estomaque encore plus. La colère flamboyait déjà, mais c’est encore pire maintenant, car je ressens de la gêne, de la honte. Mon intimité, la seule et minime intimité que j’avais jamais eue, était en fait partagée. Je me sentais pris à partie jusque dans mes derniers retranchements, pris à la gorge par la honte et le remords de ce genre de souvenirs cuisants. En un mot, je me sentais mal. J’accuse le coup en silence alors que toute cette douleur et ce sentiment d’abandon, de trahison, de tromperie, remontait. J’avais beau enterrer ce genre de choses sous des tonnes et des tonnes de gravats, autant de souvenirs perdus dans les limbes, ils revenaient parfois avec toute la force du premier jour. La jeune femme coupe court à mes pensées. On toquait, et elle s’apprêtait à partir. Je me tourne vers elle.


| Dites-leur que je n’ai pas faim, et dites-moi comment ma fille a réagi. Comment elle a accusé le coup. Et dites moi tout ce que vous savez, ou croyez savoir. |


Autant crever l’abcès.



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8394
Membre du mois : 141
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen   Aujourd'hui à 19:12

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau Crépuscule... Ft Willona & Torrhen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» Fonds de la bibliothèque (=nouveau catalogue)
» le nouveau gouvernement
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» nouveau supplement-non officiel?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans
-
Sauter vers: