AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]
MessageSujet: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Lun 19 Déc - 22:29



"Si seulement je pouvais me faire pardonner..."

Sans pardon, la vie est gouvernée par un parcours sans fin de ressentiment et de vengeance - Roberto Assagioli



L'appréhension et la terreur agitent les tréfonds de l'être de la Lady qui se tient chancelante aux pas de la salle dans laquelle une tête couronnée pourrait aussi bien la congédier sans autre façon que l'accueillir à bras ouverts. Daena voudrait reculer, fuir et rentrer finalement sur cette île si lointaine de Peyredragon et encore plus isolée du reste du monde. A bien y réfléchir elle préférait nettement mourir d'ennui à la fenêtre de sa chambre que de subir une fois de plus les foudres et le rejet de sa reine adorée. Il était encore temps de faire demi-tour, de repartir dans la petite chambre qu'elle occupait non loin de celle de son père et supplier pour qu'il accepte de lui faire prendre la mer le plus vite possible. Cependant la jeune femme n'eut pas plus l'audace de quitter les lieux que d'avancer. Prenant une grande respiration, elle tentait en vain de calmer son cœur qui ne faisait que s'emballer un peu plus au fur et à mesure que les secondes s'étiraient. Les gardes postés de chaque côté de la porte ne pouvaient s'empêcher de la détailler avec curiosité. Ils connaissaient probablement la filiation de la noble demoiselle qui se présentait, et ils se gardaient bien poser des questions à voix haute.

Au dehors la pluie tombait drue et implacable sur les hommes comme les bêtes qui avaient l'audace de braver son écoulement immuable. Cela faisait des jours que Daena guettait un moment de quiétude pour venir faire face à sa souveraine. Malheureusement avec les préparatifs de la bataille et les différents voyages que Rhaenys avait entrepris à dos de dragon il avait été absolument impossible de pouvoir solliciter une entrevue. Cependant il était à présent temps de se confronter au jugement royal, avec la victoire en main et la suite de la campagne à prévoir la reine de Peyredragon devait fatalement se reposer quelque peu. Tout du moins c'était ce que Daena espérait, car elle ne voulait pas être celle qui interromprait celle qui fut sa sœur de cœur au pire moment. De plus ces circonstances fâcheuses seraient néfastes à l'humeur de Rhaenys qui pourrait s'agacer bien trop rapidement pour même accepter de rencontrer la jeune Velaryon. Il ne fallait pas que cette situation se produise, Daena escomptait pouvoir au moins défendre sa cause. Néanmoins la terreur l'assaillait de toute part car elle n'avait aucune légitimité à se trouver ici, enfreignant tous les ordres infligés par la reine en personne. Malheureusement Daena ne pouvait rester plus longtemps dans la solitude, la tristesse et l'inaction alors que des rumeurs de batailles épiques et de sacrifices terribles résonnaient au loin. Un sentiment lourd et très douloureux avait poussé la jeune noble à ne pas se complaire dans son petit monde doré alors que ses semblables souffraient milles tourments pour défendre leurs idéaux et porter la terrible vengeance du dragon.

« Votre majesté, je me présente humblement à vos pieds, l'âme brisée et le cœur détruit, en quête de rédemption et de votre clémence. »


Code by Sleepy
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Jeu 5 Jan - 15:38






Paege

An 0 Mois 10.


Un léger rire m’échappa, alors que je rattrapais le petit dragon qui avait essayé de s’envoler du siège sur lequel j’étais assise. Depuis qu’il avait vu Meraxès volait, il essayait… En vain. Ses ailes étaient trop fines et fragiles pour lui permettre de prendre son envol… Mais le dragonneau en avait décidé autrement et il était têtu. Je l’avais laissé réessayé, le rattrapant qu’au dernier moment après qu’il se soit aperçu qu’il était incapable de porter avec ses ailes son petit poids pourtant plume. Il me mordilla de mécontentement mais revint se nicher dans mon cou, enroulant autour de ces dernières pates et queue. C’était son endroit favoris, à la fois au chaud dans ma chevelure, protégé mais aussi sur un perchoir lui permettant de voir ce qui se passait. Il semblait aussi curieux que têtu, et inconscient du danger. Plusieurs fois il avait manqué de se faire du mal. Je l’aurais laissé faire s’il n’était pas aussi petit. Mais là, je préférais le frustrer jusqu’à ce qu’il soit plus grand, plus robuste, au fait qu’il se fasse mal ne serait qu’un peu ou pire, fatalement. Je me devais de veiller sur lui, même si ce n’était pas toujours simple.

Je me détournais du dragon quand mes gardes n’annoncèrent qu’une noble de Peyredragon demandait audience auprès de ma personne. Je fronçais légèrement des sourcils, mais leur indiquais de la faire entrer. Je récupérais les feuilles étalées sur la table pour les empiler de manière ordonnée, puis les cacher à la vue d’yeux trop curieux. Une petite voix s’éleva de la pièce. Je l’écoutais mais ne répondais pas tout de suite. Je pris le temps de finir de rassembler les affaires privées de mon royaume que j’avais délaissé pour m’amuser un peu avec Ebrion. D’ailleurs ce dernier descendit le long de mon bras pour venir s’installer sur la table, sans quitter des yeux la jeune Velaryon. Il était intrigué, rien d’étonnant. Dans les veines de Daena coulait le sang de de l’ancienne Valyria, plus dilué que le mien, mais du sang magique tout de même. Il était la première qu’il rencontrait dans cette situation et il n’était pas très à l’aise. Deux instincts se battaient en lui : le premier de mordre cette inconnue et ne pas l’approcher ; le second d’aller à sa rencontre, à la rencontre de cette magie. Il allait opter pour le second, mais je lui ordonnais en valyrien de ne pas plus avancer. Il s’arrêta, sans pour autant la quitter de ses yeux bleu clair, agitant sa queue qui claquait légèrement contre la table à un rythme régulier. Je fis comme lui, et posais mon regard sur la jeune femme. Vous avez trahi le secret le mieux gardé de votre royaume. Cet acte aura pu vous valoir la peine de mort. Votre père a déjà plaidé votre cause et vous a permis de rester en vie puis vous trouver en ces lieux malgré son absence. Par respect pour lui, et sa fidélité, je l’ai accepté. Mais uniquement pour cela. Mon ton était sévère, mais, la jeune femme le méritait. Elle avait causé du tort à la famille Targaryen. Elle m’avait démontré qu’elle n’était pas digne de cette confiance et de cette affection que je lui offrais jadis. Je laissais quelques secondes de silence passer, avant de lui dire   Désormais tous seront au courant cependant. Meraxès n’est pas la dernière représentante de son espèce et Peyredragon recèle bien d’autres secrets. Ainsi pourrions-nous dire que vous pouvez appeler  notre clémence même si vous ne l’obtiendrez pas. Ou du moins point pour l’heure. Les paroles s’envolent, mais les actes restent. Vous vous dîtes en quête de rédemption. Qu’avez-vous donc fait en ce sens ?




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1895
Membre du mois : 40
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Mar 10 Jan - 0:08



"Si seulement je pouvais me faire pardonner..."

Sans pardon, la vie est gouvernée par un parcours sans fin de ressentiment et de vengeance - Roberto Assagioli



Rhaenys ne devait certainement pas s'attendre à telle visite, et c'était à tout y réfléchir chose bien normale. Daena n'avait absolument rien à faire sur la ligne principale du front, au milieu des hommes armés et de la terre franchement abreuvée de sang. Elle n'était pas arrivée assez tôt pour assister aux escarmouches mais elle en savait assez pour savoir avec certitude que ce n'était pas un univers plaisant. De plus la jeune noble était en disgrâce, exilée telle une paria, chassée comme l'indésirable qu'elle était devenue. Malheureusement la situation n'avait guère évoluée, et le temps n'aiderait en rien à réparer cette terrible erreur. Seuls les actes pouvaient restaurer une confiance envolée et compenser du mieux possible les tords causés par des paroles maudites. Le soucis avec la faute commise c'est qu'elle appelait à une totale défiance de sa personne, désormais Rhaenys ne pouvait plus croire les simples mots prononcées par ses lèvres, fussent-elles à une personne aussi ingénue et innocente. Le mal engendré par les indiscrétions de Daena n'avait pas été fait sciemment, dans une machination destinée à nuire au royaume de Peyredragon, mais plutôt dans une totale perte de réalité, dans une situation extrême à laquelle la jeune femme n'aurait jamais pensé être confrontée. La souveraine avait probablement compris cela, et ces circonstances avaient certainement dû jouer en sa faveur autant que l'affection que pouvait lui porter Rhaenys.

C'est néanmoins avec une terreur perceptible que la demoiselle entendit les bruits caractéristiques d'un dragon. Cela ne se pouvait, et elle crut pendant un instant que son esprit, confronté à une nouvelle situation d'angoisse élevée lui jouait de nouveaux tours. La seule créature draconique existante ne pouvait pas pénétrer dans le château, surtout celui-ci qui n'avait rien des extravagantes proportions que pouvaient avoir certaines salles peyredragonniennes construites dans le but d'accueillir en intérieur les impressionnants compagnons des Targaryens. C'est alors que Daena se souvint de la toute jeune vie qui avait éclos des sacrifices des siens. Non pas qu'elle aurait pu oublier une telle naissance, le rite n'ayant pas été pratiqué depuis des siècles, mais la nervosité lui avait fait occulter les derniers évènements. Elle aurait tout donné pour relever les yeux et admirer de plus près la petite boule d'écailles bleuté qu'elle avait entraperçue parmi les rangs des spectateurs lors du bûcher. Pourtant la jeune femme se contint, elle ne devait pas croiser le regard de sa reine sans y être invitée, c'était un irrespect et une marque de familiarité qu'elle ne pouvait se permettre. Elle préférait donc se concentrer sur les dalles de la salle, même si elles n'avaient rien de particulier pour retenir son attention et qu'elle aurait bien plus éblouie par le dragonnet. Rhaenys lui intima un ordre, Daena compris parfaitement l'ancien valyrien employé pour l'avoir longuement étudié comme faisant partie d'un héritage étant sien et qui ne devait pas disparaître dans les méandres de l'oubli. Elle se gardait bien d'intervenir de la moindre façon ni même de bouger un muscle, elle ne savait en effet pas de quoi était capable la toute jeune créature, et même si ses attaques n'étaient pas fatales elles pouvaient certainement être quelque peu redoutables.

Les paroles de la reine qui suivirent peu après furent terriblement durs, épouvantables à entendre pour Daena qui ne pouvait s'estimer surprise par cet effroyable accueil auquel elle s'attendait. Tout se déroulait comme dans ses cauchemars et bientôt elle se retrouverait elle aussi sûr le bûcher, et le peu de sang qu'elle partageait avec l'illustre famille royale ne la sauverait pas des flammes. Le brasier du jugement royal lui brûlait les entrailles et manquait de faire éclater toutes ses belles résolutions de ne pas éclater en sanglots. Néanmoins elle tint bon, acceptant les paroles de vérité de celle qui fut pour elle une véritable sœur et dont la colère, non moins légitime, piétinait les restes de ce qui constituait le cœur Daena. La demoiselle gardait silence et lèvres scellées jusqu'à la fin de la réponse royale, non seulement parce qu'il aurait été terriblement effronté de couper la souveraine mais de plus car elle était écrasée par l'épouvantable véracité des propos énoncés. Elle avait parfaitement conscience de l'énormité de la faute commise et de ce qui lui avait permis de conserver la tête sur les épaules, peut être plus pour longtemps d'ailleurs. Il lui fallut donc répondre à la première partie des propos de Rhaenys lorsque le timbre doux mais implacable de sa voix s'évanouit.

« Je n'aurais jamais assez de mots pour exprimer ma gratitude immense face à votre mansuétude votre altesse. Ma disgrâce est bien plus que méritée, bien maigre face aux tords que j'ai pu causer à tout notre peuple et à votre personne, et que cela ne fut pas volontaire ne change absolument rien. »

C'est la seconde partie des propos de la souveraine qui avait rendue Daena si perplexe et qui avait quelque peu paralysés la demoiselle. Certes le ton était toujours aussi glacial et tranchant mais les sous-entendus laissés en suspend offrait une issue plus favorable que ce que la noble aurait jamais pu concevoir. Il était vrai qu'avec l'arrivée d'Ebrion les ennemis comme alliés de Peyredragon ne pourrait plus se bercer d'illusions quant à l'extinction de la race des dragons en Westeros. Cette nouvelle faisait chaud au cœur de la demoiselle mais elle ne pouvait s'épancher en ces instants cruciaux. Il lui faudrait choisir avec soin sa réponse et elle prit son temps pour ponctuer son discours par le plus grand sérieux, et pour montrer toute sa bonne volonté et son opiniâtreté.

« Votre grâce j'ai conscience d'avoir désobéit à vos directives en venant à votre rencontre. Vous conviendrez néanmoins que je ne pouvais en rien à Larmack œuvre en quoique ce soit pour vous apporter le plus petit soutien. J'ai choisi de ne pas me réfugier derrière de hauts murs et dans une vie bien trop confortable pour une si grande insulte à votre personne et à notre peuple. Je ne pouvais continuer à vivre une vie d'indolence lorsque les hommes de notre nation et ceux de nos alliés sacrifient leur vie. Cela n'est pas grand chose mais je fais ici de mon mieux pour seconder le mestre, exécutant des travaux de servante ou d'assistance dans les soins des êtres qui ont donné de leur personne pour servir notre noble cause et votre personne. J'ai conscience que ce n'est que peu, mais je ne pouvais exécuter d'autres missions sans avoir votre accord, ou tout du moins l'assurance que vous ne réprouvez pas mes actes. Je suis prête à tous les actes pouvant vous prouvez ma bonne foi et ma volonté réelle de rédemption, je donnerais ma vie si cela est nécessaire. Une seule parole de vous scellera mon destin, je ne puis vivre plus longtemps dans le désespoir de vous avoir déçue. Comme vous me l'avez si sagement conseiller j'ai œuvré pour grandir. Chaque souffle vous appartient, néanmoins si cela est indigne de vous, je ne pourrais qu'abréger mes jours pour vous débarrasser de ma néfaste présence. »

Daena avait eu quelque peu la voix brisée dans ses dernières paroles, démontrant toute l'émotion et la gravité qu'elles pouvaient contenir. Elle ne les prononçait pas à la légère et elle espérait de tout cœur que Rhaenys trouverait la force de concevoir un pardon, fusse t-il possible dans des dizaines d'années.

Code by Sleepy
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Mer 1 Fév - 22:40






Paege

An 0 Mois 10.


Daena n’avait rien à faire face à moi. Elle n’avait aucune légitimité de me demander une audience. Elle n’était pas soldat, ni sacrifié dans cette guerre. Elle avait mis en danger notre royaume tout entier pour manque de discernant. Son comportement m’avait déçu… Et surtout m’avait profondément blessé. J’avais toujours pensé qu’elle était digne de confiance et que je pouvais tout lui dire. Mais elle m’avait trahi et je ne pouvais pas le digérer. Sa langue avait déjà fourché. Quelle assurance avais-je que cela ne se soit pas déjà produit et ne se reproduira ? Elle avait la précurseur de mes proches envers qui je ne pouvais pas me fier. Et Orys la suivait de très près. Cette guerre m’avait pris tant de choses… Mais au moins elle m’avait ouvert les yeux.

Ils n’étaient pas les seuls que je blâmais. Je m’en voulais d’avoir pu être aussi sotte, aussi naïve, aussi peu prudente. C’était leur erreur, mais aussi la mienne et je ne la reproduirais pas. J’avais compris que nous avions beau être entouré, et gouverner des milliers de personnes, nous resterions seuls sur notre trône, loin d’eux, jamais proche de quiconque. Je devais rester sur mes gardes, ne jamais donner l’occasion de me trahir, de me faire du mal. C’était une leçon que j’avais apprise désormais. Je devais faire mon deuil de mon ancienne vie et passer à autre chose. Et pour cela je devais leur pardonner et me pardonner à moi-même aussi. Pour autant ils devront faire preuve de bonne foi, chacun à leur façon. Si j’exigerais à Orys, je n’en ferais pas de même avec la jeune noble. Elle devra prouver sa valeur, pas seulement à ma personne et à son père, mais à tous. Comme la digne héritière de Velaryon qu’elle était. Car je n’étais pas la seule à qui elle avait porté préjudice. Elle avait nui à la réputation des siens, à celle d’un homme très estimé à Peyredragon : son père.

Je fais un vague signe de la main pour couper court à ses premières paroles. Je n’en avais cure. Elles ne m’intéressaient pas. Je portais ma culpabilité, elle devait porter la sienne. Sans l’étaler au reste du monde. Elle ne concernait qu’elle et elle seule. Je lâche un rire amer lorsqu’elle indique qu’elle estimait avoir désobéit à mes directives. Que croyait-elle ? Qu’elle pouvait le faire impunément ? C’était là quelque chose dont j’allais la détromper rapidement. Vous êtes ici uniquement parce que là est ma volonté. Vous n’auriez pu poser un pied sur un bateau si je n’y avais pas consenti. Je suis Reine, personne ne peut me désobéir sans en mourir. Votre Père m’a porté une requête et je l’ai accepté. En aucun cas vous n’avez désobéit. Et je vous déconseille fortement d’y songer ne serait-ce qu’un jour. Car je n’aurais aucun pitié et justice sera faite. Mon ton était ferme et autoritaire, royal. Il ne laissait pas place ni à une réponse, ni à la moindre contestation. Vous m’avez pas mon accord pour effectuer autres taches. Vous n’avez pas prouvé votre valeur. Vous ne vous êtes pas assez repenti. Et vous ne méritez nul traitement de faveur. Vous continuerez à assister notre Mestre tant qu’il n’aura pas décidé de vous chasser. Vous épouserez le fiancé que vous a choisi votre père et vous exécuterez votre rôle et vos devoirs de femme. Et tout cela sans jamais vous plaindre sans jamais y trouver quelque chose à redire. Car telle est votre place et le restera toujours.






Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1895
Membre du mois : 40
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Mer 15 Fév - 21:57



"Si seulement je pouvais me faire pardonner..."

Sans pardon, la vie est gouvernée par un parcours sans fin de ressentiment et de vengeance - Roberto Assagioli



Le ton est cassant, la réponse sans appelle et ne souffrant aucune équivoque. La reine se dresse magnifique au-devant de la noble en disgrâce. Daena n'a pas osé croiser son regard par peur de voir ses derniers espoirs immolés dans les pupilles de Rhaenys. Toutes les pires prévisions que la demoiselle avait pu faire étaient en train de se réaliser, les cauchemars maintes fois ressassés prenaient vie et elle en restait paralysée. Tous les arguments de bonne foi venaient d'être balayés en un instant sous le poids de la faute commise. Le temps n'avait guère eu le temps de faire son œuvre, mais au delà de la froideur affichée par sa souveraine, Daena pouvait sentir la terrible douleur de son ancienne sœur de cœur. La solitude était désormais son quotidien en tant que dirigeante et politicienne accomplie, la guerrière devait alors trouver cet insecte se plaignant à ses pieds bien arrogante. Daena n'avait en rien voulu se plaindre inutilement ou manquer de respect en une quelconque façon à celle qu'elle chérissait plus que tout. Malheureusement les belles intentions suffisent rarement et chaque parole de la demoiselle semblait attiser les flammes de la colères royales. La jeune fille n'osait plus bouger, à peine respirer, et mettre sa souveraine dans un tel état lui brisait le cœur. Les regrets et la culpabilité s'emparèrent de nouveau de sa personne et elle ne sut plus du tout quoi répondre à tous les reproches qui lui étaient adressés.

Certes Daena n'aurait jamais pensé désobéir aussi franchement à un ordre directe de la reine sans avoir une bonne raison à objecter. Cependant en l'absence de renseignements elle ne pouvait absolument pas deviner que ce qu'elle prenait pour une nécessaire transgression n'était en réalité qu'une action valablement autorisée au préalable. Mais alors pourquoi accorder sa clémence si c'était pour la retirer une fois le voyage accomplit ? Nul doute qu'il y avait une raison évidente à toute cette situation, mais elle n'apparaissait pas clairement à la jeune noble qui ne pouvait que se contenter d'écouter sans rien dire les commandements de la reine dragon. Les paroles sortant de sa bouche étaient si froides et cruelles que Daena avait du mal à croire que c'était réellement la Rhaenys qu'elle connaissait qui les prononçaient. Toute illusion quant à un possible pardon s'envolait, disparaissant en fumée sans avoir eu le loisir de s'épanouir assez pour créer une réelle déconfiture. En effet Daena savait à quoi s'attendre, la réaction de Rhaenys était légitime et prévisible, face à celle qui l'avait lâchement trahie et presque trop facilement.

« Ainsi sa majesté a parlé et il sera fait selon ses sages ordres. Mon cœur ne désire que rédemption et c'est emplie de honte que j'exécuterais mon devoir sans jamais je le crains égaler l'éblouissante grandeur avec laquelle vous accomplissez le votre.  »

Le silence fut long avant que Daena ne trouve la force de fournir cette réponse. Sa voix s'est quelque peu brisée, mais est restée suffisamment audible pour être entendue de la souveraine. Le regard baissé mais sa personne maintenant totalement redressée la demoiselle ne peut retenir plus longtemps les larmes qui doucement coulent sur les joues de porcelaine de son visage. L'émotion est trop forte, la douleur trop grande, car elle a compris maintenant que jamais elle ne retrouverait cette relation si particulière qu'elle entretenait avec sa cousine. Il n'existait désormais plus personne avec qui elle pourrait parler aussi légèrement et les instants de liesse où elle pouvait profiter de sa joyeuse compagnie étaient révolus. Elle osa un instant s'attarder sur le petit éclat bleu qui s'agitait quelque peu à la périphérie de sa vision. Le bébé dragon était merveilleux en beauté et en promesses. Daena exécuta une parfaite révérence à nouveau, se fustigeant d'avoir pu être aussi sotte. Jamais Rhaenys n'avait eu besoin d'elle, jamais elle ne s'était sentie seule car même en l'absence de sa fratrie elle était protégée par des êtres bien plus puissants et importants que de stupides humains. Prenant conscience de toute sa futilité Daena regrettait amèrement d'avoir quémandé cette audience qui finalement n'aurait mené à rien. Malgré tout il lui restait une dernière action qu'elle désirait accomplir, elle pourrait ensuite s'en retourner à une vie bien fade. S'avançant vers sa reine, elle déposa sur une petite table non loin d'elle un large coquillage de nacre veiné d'ébène, il provenait de Larmack et était une des plus belles pièces d'une rare collection personnelle de Daena.

« Avant de disparaître à jamais de votre vue, et de vous libérer ainsi du fardeau de ma présence pour toujours, il est un présent que je ne peux que vous remettre. Il est de nos anciens rites de sceller toute promesse par un présent. Ce réceptacle contient un pigment que j'ai moi-même confectionné. Je laisse à son altesse la discrétion de savoir ce qu'elle fera de mon âme que j'attache à ce cadeau. »

La formule rituelle en Haut Valyrien retenti dans les airs alors que la jeune femme dévoile le cœur battant le trésor renfermé dans le coffret. Il s'agit d'une couleur toute à fait exceptionnelle car très difficile à obtenir, elle rappelle sans conteste les variations de nuances pouvant garnir les écailles de la dragonne royale. Cependant ce présent se rattache surtout à un temps révolu, à une passion commune qui autrefois liaient les deux femmes. Ce mécanisme que Daena venait de mettre en œuvre questionnait tout simplement la capacité de pardon de la reine. Si jamais elle n'acceptait pas le cadeau, elle n'aurait qu'à le jeter dans un brasero, consumant par la même tout ce qui pouvait lier les deux êtres et rejetant toute éventualité d'une possible réconciliation. Les larmes coulaient toujours dans les yeux de la demoiselle, et elle hésita longuement à suivre son instinct qui lui disait de tout simplement fuir la haine et les remords emplissant la pièce.

Code by Sleepy
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Mer 8 Mar - 21:48






Paege

An 0 Mois 10.


Décidément ! Je suis désolée. Je vais essayer d’être plus régulière >.<

Je pouvais comprendre la démarche de la jeune lady de Lamarck. Mais pour l’heure je n’en avais pas envie. Je n’en avais pas envie parce qu’elle avait profondément meurtrie mon cœur. Elle m’avait montré que j’avais eu tellement tort de placer autant de confiance en elle. Elle avait été une petite sœur pour moi, une sœur que j’aimais énormément, une sœur qui m’avait trahi. Sa langue avait fourché. Cela pouvait arriver oui. Mais cela n’aurait jamais dû arriver à elle. Nous avions tant partagé. J’avais toujours été là, à ses côtés, à l’aider, à veiller sur elle. Je l’avais toujours protégé, et toujours aimé comme une sœur. J’avais toujours pensé à son bonheur et à sa sécurité. Et elle m’avait trahi en dévoilant à celui qui n’était pas encore un allié l’un des secrets les plus précieux de Peyredragon. Qu’avait-elle alors dévoilé de plus ? Et à qui ? Je lui avais tant confié… Je regrettais ma stupidité, oui je la regrettais tant. je lui avais donné ma confiance, mais elle l’avait complètement perdu. Et je n’étais pas certaine qu’elle puisse un jour la récupérer, ne serait-ce qu’un peu.

Plus rien ne serait pareil entre nous. Même si je décidais de lui pardonner sa faute, sa trahison, notre relation appartenait au passé. Elle ne pouvait pas regagner la place qu’elle avait jadis. C’était impossible. Aucun retour en arrière ne pouvait être effectué. Cela nous avait séparé, et les vies que nous allions désormais mener renforcé cela. Elle allait prendre époux, et j’en ferais de même. Elle retournera à Lamarck, puis à la Treille quand j’aurais mis face à ses choix Jayden pour sa trahison, et l’aurait exécuté de ma propre main en faisait de Aylan le nouveau Lord dirigeant de sa maison. Et moi, moi je règnerais sur tous, en pensant au bien commun. Il est en effet tant pour vous de laisser votre futile enfance derrière vous et devenir, non seulement femme mais aussi Lady. Vous le devez non seulement à votre Reine, mais également à votre père, qui doit vivre chaque jour avec le poids des déceptions que vous lui inspirez. Car je n’avais pas été la seule à qui elle avait fait du tort. Elle avait nui à la réputation de la maison Velaryon, à ma maison maternelle, à la maison de son père. Elle nous avait tous fait honte. Il était grand temps qu’elle grandisse désormais et se comporte comme la femme qu’elle devait être. Les saisons de l’insouciante étaient belles et bien finies.

Je récupérais Ebrion qui était de plus en plus tenté d’aller la mordiller. Je lui refaisais prendre place autour de mon cou. Il aurait pu être semblable à un collier, si ce n’était sa queue qui se levait pour venir frapper légèrement ma peau avant de se relever aussitôt. Il était agacé, mais il m’obéissait. J’allais congédier la jeune femme mais elle me prit de vitesse, m’étonnant une fois de plus. Elle s’avança et déposa devant moi un coffre ; puis l’un de ses rares coquillages que l’on peut trouver sur ses terres natales, ainsi que sur les miennes. J’avais passé bien trop de temps à les dessiner pour les reconnaitre. Si Mère ne s’y était pas opposée avec virulence, j’aurais eu des étagères pleines de coquillages. Elle m’indiqua que c’était là des présents qu’elle tenait à m’offrir en gage de promesse. Elle prononça même une formule rituelle en haut valyrien pour appuyer ses dires. Ce n’était pas là quelque chose d’anodin, et j’espérais qu’elle se rendrait compte de l’importance que revêtait cela. Puis, cela fait, elle ouvrit le coffre, révélant à l’intérieur un récipient en verre de taille modeste, contenant une couleur que, juste là, je n’avais jamais possédé. Elle était étrange… Sublime. Elle semblait à la fois verte, et bleue. Cette couleur était inédite, me rappelant l’un de mes précieux œufs de dragon, une femelle dont la coquille était, selon l’éclairage, ou bleue ou verte. Comment est-ce… murmurais-je plus pour moi-même que pour être entendu. Je me levais et récupérais le flacon. Je le levais et fis tourner légèrement le mélange. Puis je le regardais à la lueur de la torche, puis de la lumière, et enfin dos à elles deux. C’était prodigieux, tout simplement prodigieux. Je récupérais l’une de mes plumes, et essuyais l’encre sur un parchemin. Quand elle fut propre, je la trempais dans le flacon, et dessina sur un coin de la feuille l’œuf de dragon en question. Quelques esquisses, et le dessin prenait déjà forme. J’en oubliais tout, comme à chaque fois que je dessinais. Je détaillais la texture de la coquille, jusqu’à ce que l’encre vienne à manquer sur ma plume. Je ne la retrempais pas dans le flacon, pour ne pas la gâcher. Prodigieux… Prodigieux et magnifique. Je relevais avec la tête vers la jeune femme. Comment ? lui dis-je Comment as-tu obtenu cette couleur ? Mon mestre avait été incapable de la reproduire. Ni même moi. J’avais essayé pendant de nombreux mois comme elle le savait très bien, mais en vain. J’avais fini par me faire une raison et abandonner. Mais elle, elle y était arrivée…





Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1895
Membre du mois : 40
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Mar 21 Mar - 23:30



"Si seulement je pouvais me faire pardonner..."

Sans pardon, la vie est gouvernée par un parcours sans fin de ressentiment et de vengeance - Roberto Assagioli


L'entrevue ne durait pas depuis bien longtemps, mais elle risquait d'être la dernière pour la jeune demoiselle. La honte, l'angoisse et la tristesse formaient une enveloppe épaisse et persistante entourant avec lenteur mais efficacité l'esprit bien trop peu armé de Daena. Jamais sa vie n'avait été difficile, nulle épreuve n'avait réellement jonché son existence dorée avant sa mission officielle comme émissaire de la reine. La noble nymphe avait alors naïvement été heureuse de cette occasion de voyager et de pouvoir contribuer à son niveau au succès du projet royal. Quelle stupidité cela avait pu être de croire aveuglément que tout ne pouvait que bien se passer. Le massacre de la ville de Sombreval par Rhaenys et son dragon avait entraîné de virulentes réactions auprès des châtelains et seigneurs environnant, leur colère s'était alors légitimement retournée vers l'envoyée de la reine. Cela fut une expérience traumatisante, bien trop vive et brutale pour la fragile créature qu'était alors Daena. Pourtant à présent elle voulait croire à un changement, elle voulait se persuader d'être un peu plus résistante, endurcie ne serait-ce que partiellement par toutes les souffrances découlant de ces évènements. Si feu Argillac Durrandon avait su trouver les mots pour la rassurer et la mettre en confiance, s'il avait su lui soutirer une précieuse information elle n'avait pas pour autant tout dévoilé au défunt roi de l'Orage. Il ne souhaitait d'ailleurs pas en savoir plus une fois l'existence d'autres dragons confirmée.

C'est difficilement que Daena encaissait les mots de sa souveraine et ancienne amie. Cette conversation était l'une des plus compliquées qu'elle avait eu à mener, mais personne ne pouvait douter de la pureté de ses sentiments de regret et de son envie de rédemption. Malheureusement tout ne pouvait pas toujours se dérouler selon les souhaits formulés. Le coup le plus dur fut malgré tout celui porté par les paroles souveraines qui confirmait un destin bien peu excitant. Le rôle de femme de Lord et de maîtresse de maison était certes enviable dans cette société comportant tant de pauvres âmes esseulées et enfermées dans une effrayante pauvreté, néanmoins la demoiselle avait dans ses folles pensées espérés mieux, déstabiliser quelque peu un destin morne qui la cloitrerait dans un château, aussi imposant et riche soit-il. L'amour de la nature et des découvertes avait forgé chez Daena des fantasmes bien trop doux comparés à la réalité des voyages et celle encore plus déroutante des dangers cachés dans ceux-ci. Aylan Redwyne était un homme charmant, un chevalier des plus serviables et doté d'un physique appréciable, il méritait certainement un sacrifice, tout comme la pérennité de sa lignée. La folie aurait pu guetter la demoiselle à l'annonce si terrible qu'elle ne pourrait plus bien longtemps rester dans l'entourage, même lointain, de la reine, mais elle encaissa le choc avec courage, bien que les larmes ne purent se tarir.

« C'est une transformation qui je vous l'assure votre Altesse s'est déjà produit. J'ai conscience de tout ce que je dois à votre bienveillance à mon égard et aux bons soins de mon père. »

Elle n'était quasiment plus la même personne depuis la dernière rencontre qu'elle avait eu avec Rhaenys et qui avait signé le début de son exil et sa disgrâce. Son caractère autrefois enjoué et trop prononcé avait disparu. Sa langue si bien pendue et prompte à une conversation aisée et fournie ne délivrait plus que les messages strictement nécessaires. Un terrible manque de confiance l'affligeait dans l'accomplissement de quasiment tous ses actes. C'est avec peine qu'elle avait déposé son présent sur la table sans trembler, elle ne voulait surtout pas risquer de renverser le contenu si précieux du coffret. Nul doute que Rhaenys comprendrait tout de suite de quoi il s'agissait, les souvenirs de tels instants et des nombreux efforts effectués ne pouvaient s'effacer d'un claquement de doigts. Très souvent Daena avait pu observer la jeune princesse œuvrer de toutes ses capacités et de sa fertile imagination pour créer cette couleur si spéciale qu'elle connaissait pour avoir vu un des œufs de dragon l'arborer. Jamais ni elle ni personne n'avait réussi l'exploit, jusqu'à ce que Daena y arrive d'elle-même presque par hasard. Le silence qu'avait créé la formule rituelle suspendait le temps, Rhaenys tenait la vie de Daena au bout de ses lèvres car il n'existait que deux possibilités de réponse. Soit le rejet serait complet et la noble serait alors dans l'absolue nécessité de se donner la mort car la honte serait alors insurmontable, la destituant de toute place au sein de la société peyredragonienne ne lui laissant que l'échappatoire de la mort. Ou à la place la souveraine pouvait accepter le présent, renouvelant un contrat implicite forgé à la naissance de Daena par lequel la famille royale reconnaissait la légitimité de l'ascendance de l'enfant et lui accordait sa protection, en échange d'une indéfectible loyauté et d'une confiance aveugle dans les choix des détenteurs du pouvoir. C'était une procédure extrême mais le désespoir n'avait pas laissé d'alternatives à la demoiselle qui ne se voyait pas vivre en ayant perdu à jamais le seul lien qui comptait le plus à ses yeux.

Le malaise s'emparait petit à petit de la jeune femme, l'appréhension lui vrillant le crâne et lui donnait des vertiges. Finalement les mots de Rhaenys ne furent pas ceux qui auraient été mortels, mais ils ne constituaient pas non plus la seconde réponse officielle. Cela troublait énormément celle dont la vie se jouait concrètement. Malgré tout l'étonnement de la souveraine ne se fit pas attendre. Lorsque des mouvements se firent entendre de la part de sa royale interlocutrice Daena risqua un regard, pour apprécier la stupeur avec laquelle Rhaenys découvrait son présent. La situation aurait presque pu la faire sourire de tendresse et de nostalgie si le moment n'était pas si grave. Prenant garde à ne surtout pas bouger d'un pouce elle attendit sagement que la reine se souvienne de sa présence, elle ne savait que trop bien comme le monde pouvait disparaître lorsque cette dernière se penchait sur un dessin ou sur un sujet qui la passionnait. La question retentit alors dans l'air et Daena avait parfaitement pu la prévoir, après tout il était logique que Rhaenys tienne à savoir comment l'exploit avait pu être possible. L'histoire en elle-même était en effet digne d'un récit intéressant. Retrouvant un peu d'encouragement par le comportement de la reine Daena retrouva une voix un peu plus assurée, débarrassée des tremblements du chagrin.

« Tout ceci n'a été possible que grâce à un marchant d'Essos. Il a fait escale au port de Larmack avec d'étranges articles provenant de lointaines contrées. Parmi elles, il y avait une pierre diamantée proprement fascinante et je n'ai pas pu m'empêcher de l'étudier de plus près. Il affirmait avec véhémence qu'il s'agissait de fragments d'anciennes flammes crachées par les dragons vivants avant le Fléau. J'ai donc acheté cette substance et il s'est avéré qu'en la broyant et en la mélangeant avec de l'eau et une infusion de Rhaenarysis cela donne le mélange que vous avez sous les yeux.  »

La fleur évoquée par Daena était bien connue de la souveraine, c'était la plante qui avait été créé à sa naissance, par des jardiniers créatifs du château. La fleur avait été planté avec celle destiné à Visenya dans plusieurs parterres dans tous le royaume de Peyredragon. Le végétal vigoureux s'était très bien accoutumé de différents climats insulaires et se trouvait à présent souvent à l'état sauvage dans les royaumes que gouvernait Rhaenys. Humble Daena ne vantait nullement les heures de recherches et les nombreuses tentatives qu'elle avait dû effectuer avant de trouver la parfaite combinaison pour reproduire le pigment. Il était impossible à la demoiselle de préciser davantage l'origine du minéral que lui avait vendu le commerçant d'Essos, il était d'ailleurs inutile d'essayer de différencier ce qui était vrai des mensonges que l'homme avait raconté en nombre pour mieux vendre ses marchandises, faussant donc les informations au sujet du matériel.

Code by Sleepy


Dernière édition par Daena Velaryon le Mer 17 Mai - 13:39, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Dim 23 Avr - 15:42






Paege

An 0 Mois 10.


Je n’étais pas certaine de pouvoir faire confiance en Daena. Elle m’avait prouvé qu’elle n’en était pas digne il n’y a pas si longtemps que cela. Ce qu’elle avait fait aurait pu couter très cher à peyredragon, vraiment très cher. Et, je ne pouvais pas lui pardonner aussi facilement et rapidement qu’avait pu le faire Orys. Il était de mon devoir de préserver les héritages de mes ancêtres. J’avais fait la bétise de partager leur secret avec une autre personne. On ne m’y reprendrait plus jamais. Cela m’avait bien servi de leçon.Vous prendrez époux le plus rapidement possible et vous respecterez vos engagements pris. Je ne surveillerais pas vos faits et vos gestes, mais je resterais attentive à vos comportements. Si l’on vient à me faire un rapport vous concernant, soyez assuré que vous signerez votre emprisonnement, fille ou non de Larmarck. Elle était prévenue. La moindre mise en péril de notre royaume ne serait pas pardonnée. Pis, elle serait condamnée pour cela, peu importe ses ascendants. Je lui avais passé la première fois par respect et affection pour son père. Je ne le referais plus. Je ne pouvais pas me permettre de faire deux poids deux mesures dans un royaume que je voulais équitable et injuste pour tous. Elle ne serait pas une exception.

Avant de s’en aller, elle m’offre un présent, en gage de preuve de sa bonne volonté. Je la dévisageais un instant avant de le regarder de plus près. Je l’avoue, j’étais intriguée et ma curiosité fut récompensée. Je ne m’attendais pas à trouver ce pigment de peinture, un pigment que je n’arrivais à reproduire malgré tous mes essais et ceux de mes mestres. J’aimais ce bleu qui, lorsqu’on le regardait sous un autre angle, se confonde avec du vert. Il était un subtil mélange des deux, dans lequel ni l’un ni l’autre ne prenait le pas. Il était harmonieux, ensembles, mais différent. C’était… Difficile à décrire. Je dévisage de nouveau la jeune femme et lui demande comment. Comment est-elle arrivée à obtenir cette couleur si spéciale, là où de nombreux peyredragonniens ont échoué. J’écoute son explication, tout en empêchant mon Dragon Nuit d’aller renifler le présent, et risquer de se retrouver coloré… ou de me le faire perdre. Je suis étonnée, je ne peux le cacher. J’avais pensé à bien des choses mais pas à cela. J’avais essayé d’extraire l’essence de cette fleur bleu marine dont m’avait fait le présent par Mère par l’intermédiaire des jardins. J’avais obtenu un merveilleux parfum légèrement bleuté. Mais je n’aurais pas pensé à l’utiliser d’une telle manière. Pourriez-vous envoyer votre recette au Mestre de Peyredragon afin qu’il puisse le reproduire ? Bien évidemment, vous serez rémunéré en conséquence..






Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1895
Membre du mois : 40
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   Mer 17 Mai - 14:13



"Si seulement je pouvais me faire pardonner..."

Sans pardon, la vie est gouvernée par un parcours sans fin de ressentiment et de vengeance - Roberto Assagioli


Finalement l'audience avait pris une tournure inattendue. Jamais Daena n'aurait pensé pouvoir apaiser le dragon fulminant avec un présent même s'il s'avérait assez inestimable. Cependant à y repenser l'enchaînement qui avait donné ce résultat était plutôt logique, de plus tout n'était pas gagner et il ne fallait pas créer victoire tout de suite. Rhaenys semblait fascinée par le cadeau offert pour ses fiançailles, elle occultait tout autour d'elle et laissait même le silence perdurer un petit moment. Le ton qu'elle avait employé pour lui rappeler ses devoirs était implacable certes, mais plus aussi froid ou haineux qu'auparavant. On notait donc une petite amélioration dans le comportement de la souveraine envers la Lady. Cela eut pour effet de rassurer légèrement la demoiselle, qui pris malgré tout bien garde à ne pas sourire de soulagement car cela pourrait être mal perçu et au pire interprété comme un affront. Doucement Daena s'était relevée de sa révérence et elle profitait que l'attention de Rhaenys soit accaparée par le présent pour détailler le bébé dragon qui siégeait toujours sur son épaule, lové dans son coup.

La créature était encore très fragile du fait de son jeune âge, mais on pouvait parfois apercevoir les rangées de crocs déjà présentes lorsqu'il baillait d'ennui. Ses écailles étaient le parfait miroir miniature de celles de Méraxès et le bleu profond dont elles étaient ornées captivait à merveille l'attention. Presque éblouie par tant de beauté brute Daena aurait pu oublier jusqu'au lieu où elle se tenait si la voix de Rhaenys lui demandant comment elle avait pu obtenir un tel mélange n'avait pas brisé sa contemplation. Une envie irrésistible de marcher vers la jeune créature sommeillait dans les tréfonds de son être, mais elle n'esquissa pas le moindre pas, consciente de sa place en ce monde et de son indignité à côtoyer pareil joyau de la nature. Des impressions ataviques naviguaient dans son esprit par l'intermédiaire du sang ancien qu'elle possédait. Elle ressentait presque une frontière, un précipice qui séparait mentalement des anciennes connaissances précieuses conservées dans son inconscient de la partie pleinement consciente de son être. Ces trésors ne lui étaient néanmoins pas destinés, car jamais elle ne devait se lier à telle créature, elle ne pourrait jamais rien être d'autre qu'une observatrice lointaine et passionnée. Cet état de fait était source de tristesse pour la demoiselle, mais elle savait très bien s'y résigner. Elle décidait donc de ne pas plus longtemps importer sa reine par des regards trop appuyés sur son nouveau frère draconique.

Ce fut Rhaenys qui reprit la parole après que la jeune noble ait exposé les modalités de création du pigment. Elle se sentit quelque peu déboussolée par la demande de sa souveraine mais une fois la surprise passée elle la compris parfaitement. Malheureusement elle ne savait pas si elle serait en mesure de fournir une description minutieuse du métal qui entrait dans la composition du mélange. Pourtant elle décida de ne pas importuner plus avant Rhaenys avec ce genre de détails et qu'elle prendrait elle-même soin de retrouver le nom exacte du minéral avec l'aide du mestre. Daena était fière d'avoir réussi à impressionner quelque peu son ancienne sœur de cœur, mais surtout d'avoir pu retrouver une certaine forme d'intérêt à ses yeux. Elle avait parfaitement conscience que cela n'effacerait rien, et qu'il lui faudrait prouver encore et encore qu'elle était enfin parvenu à maturité et qu'elle était à présent digne de confiance.

« Avec plaisir votre altesse. Je n'ai guère besoin de la moindre rémunération. Voir que cela vous plaît est la plus belle des récompenses à mes yeux. De plus les liquidités vous serons précieuses pour mener à biens vos projets. Mon soutien est la moindre des choses que je puisse vous apporter. »

Daena accompagna ces paroles d'un très léger sourire doux et rassurant. Tout ceci n'était pas une manœuvre fausse pour retrouver le prestige de son ancienne position sociale, mais au contraire un véritable appel du cœur pour apaiser les blessures et racheter ses fautes. L'essentiel des choses avait été abordé, et il était plus que temps que Daena laisse à Rhaenys son temps pour des ouvrages bien plus cruciaux et urgents. Même si elle trouvait que le temps passé en la compagnie de sa souveraine était bien trop court, elle avait maintenant conscience des responsabilités énormes de cette dernière et de son impossibilité à pouvoir se détendre ou à folâtrer naïvement. C'est donc avec humilité que Daena exécuta de nouveau une révérence pour signifier son congé.

« Votre majesté je vous remercie de ce temps que vous avez bien voulu me consacrer. Je ne gaspillerais pas plus cette ressource qui vous est précieuse. Je sais à présent que la voie de rédemption que j'ai choisie est la bonne. Si vous me le permettez je vais donc vous laissez aux affaires bien plus importantes qui requièrent votre attention. »

Elle n'avait plus qu'à attendre la royale autorisation de s'en aller, elle retournerait ainsi à ses tâches d'assistante du mestre, mais avec le cœur plus léger et la détermination de celle qui sait qu'elle peut y trouver une rédemption.

Code by Sleepy
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROSE-IVY ◊ Coming back as we are
» I'm coming back...To a man [Joseph]
» 'Cause this is my coming back ~ LIBRE
» Flash Back: un au revoir ou un adieu? Pv: Shaolan Li [terminé]
» R.M.S TITANIC IS BACK!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans
-
Sauter vers: