AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le Conflans n'a pas eu raison de nous.
MessageSujet: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Lun 21 Nov - 21:15

Jon soupira, passant une main dans ses cheveux. Il s'était arrêté avec son armée aux portes du campement militaire de son père. Cela faisait déjà deux mois que le prince loup avait quitté la forteresse de Moat Coalin. Il ne savait pas ce qui allait l'attendre sur le terrain mais il n'avait pas eu vraiment le choix. Le Val avait fermé ses portes aux troupes du prince, où n'avait visiblement pas trouvé nécessaire de les faire ouvrir, un acte qu'il n'était pas prêt d'oublier ni de pardonner. Il avait toujours été d'une méfiance certaine quand il s'agissait des alliances politiques entre les différents royaumes. Jon avait bien compris depuis longtemps qu'il n'était plus possible pour le Nord de combattre seul, les Sauvageons étaient descendus et ils avaient cherché à mettre à mal la domination des hommes et des Stark sur leur royaume. Cependant, même s'ils représentaient une menace importante, c'était plus au Sud qu'il fallait garder l'œil ouvert. Le Conflans cherchait à acquérir tout Westeros, que ce soit par des actes de diplomatie ou par la force, ils cherchaient à asseoir leur domination sur l'ensemble des royaumes. Le Nord devait se trouver des alliés, forts et qui accepteraient de le suivre contre Harren le Noir. Par un jeu de mariage, et c'était peut-être là qu'était le départ du problème, c'était Peyredragon qui avait été préféré au Val pour lier les forces entre les deux souverains actuels. Jon ne cherchait pas à savoir jusqu'où les liens entre la reine régente Sharra Arryn, et son père avaient été poussés, mais cela avait sans aucun doute joué dans le fait que le prince n'avait pas pu avancer vers le Conflans comme il était normalement prévu. Et ce n'était pas un prétendu mariage avec la sœur cadette d'une conseillère du roi Ronnel que cela allait appuyer en sa faveur. Pourtant, quand les deux jeunes hommes s'étaient croisés à de nombreuses reprises aux festivités de Göeville, il avait semblé à Jon que l'entente avait été plus que cordial et qu'il y avait la volonté autant du roi que du prince héritier d'un rapprochement amical, qui pourrait servir les deux royaumes dans le futur.

Jon avait reçu une missive de la part du roi, alors qu'il était stationné aux portes des Jumeaux, l'avertissant qu'une forte troupe, supérieure à la sienne était en train de marcher en sa direction, et qui serait capable de le submerger en peu de temps. Jon avait trouvé l'information précieuse, mais ce n'était sans doute pour Ronnel qu'un faible moyen de se dédouaner d'avoir pousser le prince du Nord à fouler les terres du Conflans car l'accès par le Val lui avait été refusé. Jon avait très mal accepté tout cela, et même si un geste avait été fait, le Nord se souviendrait et le prince était bien moins enclin à faire quoique ce soit qui puisse les rapprocher du Val, surtout si cela l'impliquait personnellement en épousant une noble dame de là-bas. Il serait inacceptable d'accorder une telle place à un royaume qui aurait pu le mener à sa perte. Jon n'avait eu que de solution alors soit rebroussé chemin, soit tenté de rejoindre son père sans connaître sa position exacte. Il avait opté pour la seconde et alors il avait mis en mouvement l'ensemble des hommes qu'il disposait pendant un mois durant sans s'arrêter dans l'espoir de parvenir à les retrouver sans perdre ses hommes. Et il avait réussi, il était arrivé certes après la bataille de Paege, de Darry à Herpivoie la distance n'était pas si grande que cela et bien vite dès son arrivé à Herpivoie il avait su ce qu'il s'était passé. Les divisions dont il disposait, qui n'avaient ni connu la faim, ni connu le combat en deux mois de marche, seraient un renfort non négligeable pour les troupes de son père et de Peyredragon.

Il se remit alors en marche, avançant parmi les guerriers rescapés à cheval. Il fut rapidement mis au courant de la situation précise des hommes et notamment des nobles présents. Son oncle, Lord Karstark était dans un état sérieux, quant à son père il avait été également touché par l'ennemi et il devait encore garder le lit le temps que les principales blessures guérissent. Il étaient passé prêt de la mort, mais heureusement les Anciens Dieux avaient veillés sur lui et il était encore en vie. C'est tout ce qui comptait pour le jeune prince. Jon demande immédiatement à ce qu'on le conduise à la tente qu'occupait le Vieux Loup. Il se fit rapidement présenter avant d'entrer dans celle-ci, la chaleur était agréable, un foyer était en train de brûler et il ne doutait pas que les mestres avaient leur nécessaire pour s'occuper de leur roi. Son père était allongé , recouvert jusqu'à la poitrine, il avait le visage fatigué. Jon s'avança près de la couche, inclinant légèrement la tête devant le roi. « Je viens vous rendre mes hommages Père, et vous dire également combien je suis heureux que vous soyez en vie. Je ne doute pas que la santé vous retrouvera vite. » Il affichait un léger sourire sur ses lèvres.


Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Mar 22 Nov - 20:11

Je restais allongé comme on me le prescrivait. L’horreur absolue. Ce n’était pas tant le fait de se reposer que d’être forcé de rester ici quand il y avait tant à faire dehors. D’ordinaire, j’aimais bien parfois pouvoir me lever tard si je le désirais, ou me délasser en plaisante compagnie. Il y avait ces fois au bordel de Winterfell où je faisais venir plusieurs filles dans la chambre que je réservais, juste pour m’amuser, pour me faire masser, pour manger, boire, dormir entouré. Mais là c’était le côté forcé du repos qui me contraignait. J’étais en pleine campagne. J’avais quantité de choses à faire, à organiser. J’avais des ordres à donner, une avancée à poursuivre. Je devais négocier avec les villes du secteur, m’assurer que je pourrais toujours être ravitaillé. J’avais envie de Rhaenys aussi, mais bien peu de temps nous était laissé, et il y avait aussi sa retenue vis-à-vis de mon état. Je ne pouvais pas chevaucher à la tête de mes troupes, ni festoyer car tout le monde était occupé. Je tournais en rond comme un lion en cage. Comme un loup dans son lit. Eh merde.


J’étais impatient, en plus. Impatient de mener les troupes du front, impatient d’avoir des nouvelles de ma fille. Et surtout, impatient de revoir Jon. Je m’étais tellement inquiété pendant si longtemps que j’avais fini par apprendre à vivre avec cette angoisse permanente, que je refoulais sous une sacrée épaisseur d’impatience et de combativité. Mais maintenant que je le savais si proche… Je me sentais soulagé, je me sentais bien mieux. On me prévint que l’avant-garde de l’armée de mon fils approchait. L’armée de mon fils. Je savais que Rhaenys était partie soigner et voler avec Meraxès, pendant que mes généraux se préparaient à gérer les blessés, la réorganisation des divisions. J’attendais encore, me servant une pinte de brune. Parce que je suis le Roi et que je me fiche de l’avis de ce blanc-bec du mestre. Je commence à la siroter alors que j’entends le bruit d’une cavalcade. Mon cœur bat plus vite et je pose la corne un peu précipitemment sur son socle. J’avais encore mon fichu bandage qui m’enserrait le crâne. Le jeune homme arrive, et il est beau, fringuant. Il m’expose des platitudes et j’éclate d’un rire rocailleux.



| Viens-là, petit, approche. Que je te vois un peu mieux transformé en général. |


Je me ressers de la bière et je lui en sers à son tour, l’invitant à se rapprochant sur l’un des sièges disposés près du lit.


| Moi aussi je suis heureux d’être en vie, mais je suis surtout content de te revoir. Racontes moi tout ! Comment va ton armée ? Des mauvaises rencontres ? Comment as-tu eu l’idée de venir tenter ce coup de poker au sud ? je t’ai informé de ce que j’avais appris, mais je pensais surtout que tu ferais marche arrière progressivement, pas que tu te jetterais dans la gueule du loup. C’était bien vu, comme l’ennemi n’a pas protégé Herpivoie. Mais tu as pris de sacrés risques ; si la route eut été barrée à Herpivoie, tu aurais été encerclée…. |




"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Sam 26 Nov - 10:19

Il s'était figé juste devant l'entrée de la tente de son père. Il n'avait eu que quelques précisions sur le fait qu'il avait été blessé au cours du combat, mais que les mestres semblaient plutôt optimistes et que tout homme qui se trouvait dans les rangs de l'armée du Nord ou de Peyredragon priaient les Anciens Dieux pour sauver ce roi invaincu, ce brillant guerrier de toute complication qui pourrait le conduire jusqu'à la mort. Jon ne désirait pas cela, en aucune façon. Ce n'était pas parce qu'il était le prince héritier que de ce fait, il était pressé de voir son père passer de vie à trépas pour pouvoir monter sur le trône du royaume du Nord. Il n'avait aucune prétention pour cela, il voulait servir correctement son royaume, son peuple et son roi, et pour cela il n'était pas question forcément d'être assis sur un trône. Il y avait tellement de choses qui lui passaient à l'esprit maintenant qu'il avait réussi à rejoindre le reste de l'armée du Nord et son père. Il avait suivis son instinct pendant les deux derniers mois, il avait crains à chaque instant quand il avait pris la décision de continuer sa route pour le sud, de se retrouver face à une armée bien plus nombreuse et qui connaissait bien mieux le terrain que lui. Il avait encore bien du mal à croire à la chance qu'il avait eu d'arriver à rejoindre son père sans n'avoir subis aucun revers de la part de l'ennemi. Il avait appris de la part du Val, quand il lui semblait encore que celui-ci était prêt à être l'allié du Nord, qu'une force armée faisait route jusqu'aux Jumeaux et il avait alors fallu qu'il prenne une décision. Il était aujourd'hui encore en vie, l'ensemble de ses hommes également et il en était particulièrement fier. Il n'avait peut-être pas démontré sa bravoure sur un champ de bataille dans une campagne militaire qui n'avait rien à voir avec la bataille du Bois-aux-Loups contre les Sauvageons mais au moins il avait su guider ses hommes jusqu'ici.

Jon finit par rentrer dans la tente, et il marqua un temps d'arrêt en observant son père. Il avait été visiblement bien touché à la tête, en tout cas, le bandage qui l'enserrait était assez impressionnant. Il n'avait pas envie de voir tout de suite ce qui se cachait là dessous. Jon ne savait pas complètement comment aborder les choses auprès de son père, les contacts avaient toujours été complexes entre eux et il lui avait semblé qu'il était mieux de commencer par des banalités. Il se présentait avant tout comme un soldat face à son roi avant de s'afficher comme un fils auprès de son père. Pourtant bien vite, un sourire s'imposa sur son visage et il avança jusqu'à lui, prenant place dans un fauteuil tout prêt du lit. « Un véritable général est un général qui a combattu et payer le prix du sang avec ses hommes. Je crains malheureusement ou je dirais forte heureusement à mon goût de ne pas avoir eu à le faire avant de vous rejoindre. » Il prit la bière que son père lui proposa et il sourit un peu plus encore à celui-ci. « Je dois dire que si la menace a été plus d'une fois réelle quand aux risques de rencontrer des hommes du Noir, il n'en a jamais été question finalement. Le roi Ronnel Arryn m'avait averti d'un mouvement de troupes se dirigeant vers les Jumeaux. Il me restait alors deux solutions, repartir vers Moat où alors tenter de percer vers le Sud en espérant pouvoir vous rejoindre sans subir trop de dommages. J'ai longé la rive opposée de celle où se trouvait les troupes ennemis et j'ai gagné Herpivoie. En arrivant j'ai alors appris votre victoire et j'ai continué jusqu'ici. Le risque était énorme mais le bénéfice en valait le coup. Après tout, mon armée est au complet, même si la marche a été longue, nous avons su subvenir à nos besoins. De plus, c'est une armée d'expérience. Cela ne pourra que nous avantager dans le futur. »


Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Sam 26 Nov - 13:55

Je médite un instant sur les paroles de mon fils. Comme il vient de le dire, il a su préserver ses effectifs et c’est tout ce qui compte. De mon côté j’ai subi un bon tiers de pertes. Il va falloir prendre le temps de soigner ceux qui peuvent l’être, et de laisser les autres se reposer pour qu’on puisse reprendre la marche. Moi-même je ne suis pas ce qu’on peut appeler de plus frais. On a quand même failli laisser plus que quelques plumes dans toute cette affaire ; les choses auraient pu bien plus mal tourner. Pour lui comme pour moi. Si l’ennemi avait moins mis le paquet sur le sud, il y a des chances pour que Jon se soit fait encercler et moi-même submergé sous le nombre. Cela ne s’est pas produit, mais cela ne veut aucunement dire qu’on ne devra pas être vigilant pour la suite de la campagne. Trop de choses sont en jeu et cette histoire n’est pas encore près de se résoudre, loin de là. Jon a l’air inquiet mais vient s’asseoir près de moi, et remplace sa petite mine austère par un sourire, qui lui donne l’air plus jeune, avec plus d’entrain et d’allant. Il se dénigre, peu intéressé par le titre que je lui donne.


| Tu as fait preuve d’une grande acuité stratégique et tactique et ton armée est intacte, bien placée et prête à en découdre. Tu n’as pas encore commandé au combat mais peu importe ; tes forces vont compter et c’est tout ce qui m’intéresse. L’humilité n’est pas une qualité attendue chez un prince, Jon. Il va falloir que tu saches lire les faits et que tu saches aussi les analyser. Les choses vont évoluer très vite, maintenant. Apportes moi la carte de Westeros, veux-tu ? La grande. |


Je le laisse s’exécuter et reprends un peu à boire dans la corne à bière qui trône sur la petite table non loin. J’avais mal au crâne et je frottais la base du bandage qui m’enserrait la tête ; la chaleur rendait le tissu moite sur ses rebords et j’avais horreur de cette sensation, j’avais l’impression de baigner dans la crasse alors que l’on passait des journées entières à me laver, comme si cela ne suffisait jamais tout à fait.


| Plus de soixante mille hommes envahissent l’Orage. Tous ceux que nous n’avons pas trouvé pour défendre le Conflans sont là bas, sans aucun doute. Le Bief veut engloutir d’un énorme effort Dorne et l’Orage pour les faire sortir de la guerre au plus vite. Nous allons poursuivre notre avance ici ; aucune armée d’envergure ni garnison puissante ne tient la région, en dehors d’Harrenhal. Le plan sera de miner l’armée de Joren Hoare en poussant le Conflans à la sédition, ou au chaos. L’armée de Joren Hoare va se déliter au fur et à mesure que nous pousseront les seigneurs riverains à la sédition et que nous prendrons leurs villes. Hoare a oublié que la guerre n’est pas qu’un échange de territoire ; Pour le soldat qui vient de Pierremoutiers, la parole de son seigneur comme la sécurité de sa famille lui semblent plus importants que les belles paroles d’un prince qui ne défend pas son foyer ni sa famille. Ce plan te semble-t-il correct ? |



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Dim 11 Déc - 10:27

Pour la première fois de sa vie, alors que c'était sans doute tout ce qu'il avait toujours attendu et espéré de la part de son père, c'est-à-dire de la reconnaissance, il ne semblait pas en être touché outre mesure. Il n'y avait que le soulagement qui occupait son esprit et son cœur, le soulagement d'avoir survécu pendant deux mois à avancer dans l'inconnu total sur les terres du Conflans alors qu'il n'avait jamais eu d'armée sous son commandement ; le soulagement d'avoir réussi à être entier pour rejoindre Darry et de n'avoir connu aucune perte d'hommes ni de matériels ; le soulagement de voir son père en vie. Il n'était pas prêt à être roi, il n'avait pas envie de connaître la perte de son père aujourd'hui. Cela faisait sans doute enfantin, mais pour la première fois de sa vie, il lui semblait que son père et lui avaient su créer une certaine connexion qu'il n'était pas prêt de mettre à mal, une chose qu'il n'avait jamais perçu comme possible avant aujourd'hui. Dès qu'il avait mis le pied à terre, il lui avait semblé important que la première chose qu'il fasse soit de venir prendre des nouvelles de son père, la famille lui avait manqué, et il s'était inquiété de savoir si la bataille l'avait sévèrement touché ou non. Certes le gros bandage qui enserrait sa tête ne permettait pas de créer un sentiment de confiance sur ce que l'avenir pourrait bien lui réserver mais il buvait encore, cela devait alors le rassurer sur sa lucidité, se dit-il avec malice. Il but une gorgée de sa propre boisson c'était un plaisir de pouvoir se poser un peu après ce voyage. Cependant, il ne semblait pas prévu de parler de la pluie et du beau temps. « J'ai fait ce qui me semblait être le mieux tout simplement. Ce n'est nullement de l'humilité, j'avoue avoir de la chance car Harren a mal distribué son jeu et j'ai ainsi pu me faufiler dans la brèche. Comme tu viens de le dire, sans cela nous aurions eu du mal à nous sortir de tout cela. »

Il se leva pour aller chercher la carte et il la déposa sur une table au plus proche de son père. L'heure du bilan était venu, les Stark n'étaient pas des hommes à s'étendre plus longuement sur les détails personnels. Il observait la carte avec attention, prenant mentalement en note chaque parole de son père. Il hocha la tête, avant de prendre une nouvelle gorgée. « Le plan me semble tout à fait correct … Nous sommes bien conscients que le peuple peut facilement détourner sa loyauté pour l'offrir à un autre seigneur, tant que le seigneur en question tient ses promesses et assure la protection de ce peuple. La parole d'un Stark est alors honorable, surtout si nous la comparons à la parole d'un Hoare. Cependant, il faudra agir vite … Si toutes les forces sont envoyés contre l'Orage et Dorne, je ne suis pas certain qu'ils puissent tenir longtemps seul surtout si le Bief ajoute ses forces à celle du Conflans. Et puis vu les murmures qui proviennent de l'Ouest, ils n'interviendront pas, pour nous, ni pour personne d'autres d'ailleurs. Ils se complaisent encore dans l'idée de plus en plus maigre qu'ils n'auront pas à participer à la guerre que nous menons et ça les arrangent pour le moment de ne pas avoir à choisir de camp. Je doute que le mariage de Jeyne soit suffisant pour les décider de ne pas s'engager auprès du Noir. » Jon se permit de sourire légèrement. « Je sais que tu vas encore me dire que je vois tout négativement mais … Jeyne est là-bas et je m'inquièterais toujours pour ma petite sœur. »


Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Mar 27 Déc - 19:40

)
Je confiais à Jon ce que j’imaginais pour la suite des opérations. Rien n’était figé bien sûr, et il fallait encore faire en sorte d’emporter l’adhésion des futures parties prenantes… Mais au moins avions-nous encore de larges forces ; Jon n’avait subi aucune perte malgré la longueur de son périple, et il n’avait pas non plus perdu d’équipements ou de matériel pour son armée. La nôtre avait subi finalement des pertes minimes, avec Rhaenys, et la proximité de la Néra faisait pour beaucoup, tout comme la présence du Train Royal, pour la poursuite de la campagne. Je ne pouvais toutefois qu’acquiescer aux paroles de Jon. Il avait raison sur l’aspect chanceux de la campagne, mais je n’étais pas d’accord sur le fait que cela n’était qu’accidentel, que l’ennemi pouvait agir différemment. Cette dernière chose était évidente, bien sûr, mais cela ne voulait pas dire que nous devions avoir peur ; les nordiens avaient démontré par le passé leur résilience, et de nos jours leur propre audace. Il n’y avait tout simplement pas mieux pour mener une guerre, surtout maintenant que l’équilibre entre nombre et qualité était poussé à son maximum ; la prochaine bataille ferait inévitablement entamer un certain déclin de l’armée, même si elle était remportée. Nous ne serons jamais aussi nombreux ni aussi expérimentés, dans une parfaite alchimie des corps comme des unités.


| Les Jumeaux forment encore et toujours la plus grande menace pour nous. La route de l’est nous est encore ouverte, mais pas forcément celle du Nord. Nous devons faire sauter ce verrou, qui constitue le plus sûr moyen de traverser le fleuve en cas de retraite ou de nécessité au Nord, tout en égtant un des bastions les plus fidèles du Noir. |


Jon se lève pour aller chercher les données cartographiques qui nous aideront à prendre une décision. J’expliquais l’ensemble à mon garçon, et écoutais ensuite son avis. Je suis satisfait que les mots serments et honneur aient du sens pour lui, qu’il m’explique qu’il croyait en la force de la loyauté. J’espérais que cela ne le poussa pas trop à de la candeur politique, mais j’espérais que l’enseignement de Brandon et le miens soient plus forts que son tempérament parfois quelque peu idéaliste. Je hochais la tête devant ses inquiétudes.


| La sécurité de ta sœur m’inquiète aussi. Si les ouestriens ne sont pas capables de mettre leur monde en sécurité, je m’en occuperais à leur place. |


Je laisse planer la menace, la laissant en suspend.


| Au besoin, tu coucheras avec le Conflans pour nous l’assurer. Est-ce que cela te poserait problème ? | La question était rhétorique, mais sa réponse m’intéressait malgré tout.



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Lun 2 Jan - 11:46

Jon savait parfaitement les troupes qui se trouvaient sur la route entre les Jumeaux et Herpivoie, ils venaient de passer deux mois à les observer évoluer puis à leur échapper tout simplement. Il avait suivis la chemin le long d'une des deux rives du fleuve et il avait toujours su que la menace n'était pas très loin de l'autre côté. Arrivé à Darry sans aucun soucis relevait pour lui du miracle mais il ne doutait pas que les garnisons aient fait demi-tour.  Il fallait être prévoyant, les hommes de Harren le Noir qui venait des Jumeaux avaient du être mis au courant de leur défaite à la bataille de Paege. Grâce à la population, la nouvelle s'était sans doute diffusée encore plus rapidement qu'une quelconque annonce officielle. Cela avait dû ralentir leur progression, et si certains seraient d'avis de se mettre à stationner entre Herpivoie et les Jumeaux, à attendre les ordres venant du roi du Conflans, d'autres ne manqueraient pas d'avoir l'esprit de vengeance. Ils détestaient le Nord, ils détestaient Peyredragon et les deux venaient tout simplement de les humilier. Si on prenait en compte l'ensemble des hommes entre la garnison des Jumeaux, et ceux qui les avaient suivis, il y avait en tout et pour tout presque trente milles hommes  prêts à en découdre avec eux, ce n'était quand même pas rien. « Je suis certain que ce n'est sans doute pas le sujet que tu souhaites aborder le plus mais … As-tu eu des nouvelles, des perspectives de soutien de la part de Ronnel ou Sharra Arryn ? Je ne sais où en est la situation depuis que je suis parti … C'est grâce au Roi du Val que j'ai su qu'une menace pesait sur mes troupes et que j'ai pris la décision de descendre plus au Sud et de te rejoindre. Mais au vu de la missive que tu m'avais adressé, j'ai cru comprendre que la situation était plus tendue en réalité ... »

Et il en serait extrêmement déçu. Jon avait eu un bon contact avec le Roi Ronnel Arryn. Il avait même envisagé avec leur dernière rencontre à Goëville que les deux jeunes hommes puissent se lier d'une certaine amitié, et pouvoir, en étant la jeune génération, développer plus encore les liens entre le royaume du Nord et celui du Val. La route du Val lui avait été bloqué, il n'en savait pas plus que cela mais il ne doutait pas que son père possède plus d'information là-dessus et cela l'intéressait réellement. Bien moins cependant que la situation dans laquelle pouvait se trouver sa sœur. Le Val devint alors un sujet bien insignifiant pour lui alors que les problèmes que rencontraient les Terres de l'Ouest en leur cœur pouvaient directement toucher Jeyne, et ça il ne pouvait le supporter. Jon secoua la tête. « Nous ne pourrons être sur tous les fronts malheureusement. L'Ouest, le Conflans, le Bief, Dorne et l'Orage … Pas un seul royaume de Westeros ne rencontre pas des difficultés en ce moment même. Aider nos alliés, combattre nos ennemis, défendre Jeyne … Nous n'aurons pas les forces humaines et matérielles nécessaires pour être partout à la fois. » Il but une gorgée de sa bière, regardant toujours la carte avec un intérêt tout particulier. Il se mit cependant à tousser en entendant la dernière phrase de son père. Il leva les yeux vers lui et soupira fortement, lui demander ses sentiments à l'égard du projet ne servait à rien. « Que cela me pose problème ou non, là n'est pas la question. »

Jon se releva, l'idée lui déplaisait fortement, mais il savait parfaitement qu'il n'avait pas son mot à dire contre ou pour valider cette idée. Son père avait déjà décidé pour lui. « Je coucherais avec le Conflans s'il le faut ou avec tout autre pays que tu auras décidé. Je n'ai jamais pensé à vivre une quelconque histoire d'amour qui me conduirait jusqu'au mariage, nous sommes en temps de guerre ce que je désire ou non ne compte pas. Au moins, Jeyne aura eu cette chance, c'est tout ce qui compte. » Il continuait à faire les cent pas sous la tente. « Cependant, comment crois-tu que le Nord me verra ? Je ne serais jamais totalement respecté en tant que roi. Ma bravoure sur un champ de bataille, ne fera pas oublier que j'ai trahis mon peuple en couchant avec l'ennemi, que je me suis vendu pour une paix qui n'est qu'hypothétique encore. Une Reine du Nord venue du Conflans … Quelle disgrâce ! » Il reprit un masque impassible sur son visage, et reprit la parole avec un ton neutre. « Mais tu es mon Roi, avant d'être mon Père. Si c'est ce que tu veux et si tu penses que cela peut nous assurer le soutien du royaume alors c'est ce que je ferais. Et le Nord nous pardonnera peut-être si c'est un moyen d'assurer durablement notre victoire sur les différents territoires des Hoare. »


Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Lun 2 Jan - 21:17


Je me sentais fatigué. Je l’étais depuis la bataille, et avais du mal, malgré l’inaction physique, à remontrer la barre, à avancer sans me sentir constamment empêtré dans mes problèmes, dans mes difficultés. J’écoutais mon fils, parce que malgré sa jeunesse et son inexpérience, il n’était pas de mauvais conseil, et il voyait les choses avec un regard neuf. Nous n’avions plus bougé depuis Paege, sinon sur la trentaine de kilomètres qui nous séparaient d’Herpivoie. Nous y avions transporté nos blessés, nos prisonniers. Il y avait là, la possibilité d’aller plus loin, mais je ne tenais pas à mettre la charrue avant les bœufs. Nous y avions quantité de blessés, nous y recomplétions nos effectifs et nous y entassions aussi nos fournitures. Je ne m’étais pas encore prononcé sur un abandon pur et simple de la place une fois consolidée. Je ne voulais pas non plus la confier à une hypothétique milice riveraine ; je me doutais bien que les choses ne seraient pas idéales, mais il y avait des risques que je ne me sentais pas prêt à prendre, quand bien même avais-je risqué ma vie et la perpétuité de ma lignée en descendant ainsi vers le sud. Je me rends compte, alors, qu’il n’est pas au courant de tout ce qu’il s’est passé au Val.


| Je suis surpris que le Roi du Val t’ait prévenu. Ce sont des notables, dans ce royaume. Pas des conquérants, pas des courtisans, pas des marchands. Ils ont cru nous avoir dans la poche, suffisamment pour les préférer à Peyredragon. Les Valois ont eu le front, publiquement, de réclamer à Rhaenys qu’elle abandonne ses titres. Je n’ai jamais connu pareille embuscade diplomatique. Je l’aurais tolérée de la part de Sharra ou de ROnnel, en privé. Pas devant tous nos généraux et la moitié de leur noblesse. Pas sous la forme que ça a pris. Ca et leur couardise. Prêts à nous suivre… Seulement avec le minimum d’avancée en territoire ennemi et le minimum d’implication. J’ai eu tord de me reposer autant sur eux. Ils n’ont pas bougé le plus petit doigt depuis que nous avons été envahis il y a cinq mois. Cinq mois ! Alors que leur armée est prête depuis quatre. Ils n’ont honoré aucune de leurs promesses. A aucun moment. Et ils t’ont sciemment mis en danger, réfutant un plan qui avait été apprêté dans ses moindres détails avec Sharra des semaines auparavant. D’avoir mis en danger mon fils et 10 000 nordiens en pensant me manipuler, je ne saurais le pardonner. Et le Val ne semble de toute manière pas vouloir faire amende honorable. |


Je savais que Jon avait pensé épouser une valoise, ce petit tendron de femme qu’était Lyra Royce. Aucune raison que j’avais désormais de lier la chair de ma chair, le futur des Stark, avec une lignée corrompue par la faiblesse et la lâcheté, les intrigues politiciennes. J’avais déjà été forcé de négocier à la baisse ; les valois ne mettaient à Jon aucun autre prix que l’alliance. Je ne pouvais qu’amèrement le tolérer, mais leur défection diplomatique m’avait ensuite permis de refuser leurs termes. Depuis, les échanges étaient simplement morts. Je tiquais quand mon fils doutait de notre force, et me répondait avec une certaine insolence. Je le laissais faire. Conscient que nous repartions sur nos désaccords d’avant La-Mort-Aux-Loups, cette période où il se considérait déjà comme un adulte, comme quelqu’un qui pouvait tout me dire. Ce n’était pas le cas, et ça ne le serait jamais. Tant que je vivrais, je ne serais pas seulement son père, mais aussi son Roi. Je fronçais les sourcils, serrais les dents et contractais les muscles de ma mâchoire en l’écoutant se plaindre.


| Tu as fini ? Bien. Je me fiche de la tradition que le Roi du Nord épouse une nordienne. C’était une tradition de dépit ; personne ne voulait de nous autrefois. Nous ne rencontrions jamais les sudiens si ce n’était sur le champ de bataille. Quelques épousailles avec le Val, entre deux guerres avec eux. Je vais changer le Nord a tout jamais, fils. Je note que la perspective, il y a peu, d’épouser une valoise dont possiblement la plus belle femme de Westeros, ou encore la Princesse Durrandon t’échaudait moins… Et je me rappelle que la perspective d’une union avec le dragon ne t’échaudait pas plus. Qu’à cela ne tienne, ne t’en fais donc pas. Je t’en trouverais une douce et docile, une beauté que tu seras tout autant ravi de foutre que les putains qui suivent l’armée. Je te connais ; il ne tardera guère à ce que tu sois sous le charme de celle qui partagera ta couche. Je ne suis pas le bourreau de ma propre famille, même si tu en doutes. Je ne te donnerais pas une laideur écervelée. Je ferais le mieux pour toi. Et surtout, le mieux pour le Nord. Sois un peu ouvert, bon sang. Nous avons besoin d’amis et d’alliés. Le Nord mourra, s’il reste seul. N’as-tu pas compris que plus rien ne serait jamais pareil, depuis qu’Harren et Aegon se sont proclamés souverains du continent ? Je suis le rouage d’une nouvelle politique. Tu en es un également. Le Conflans est notre ennemi, le Conflans m’a pris un frère. Mais nos véritables ennemis, ceux qui n’auront guère de compassion de ma part, sont les fer-nés. Les riverains sont las de la politique belliqueuse induise par leurs précédents conquérants. Tu vas régner sur le Nord et sur le septentrion du Conflans, et tu n’as d’autres choix que de t’y appréter au plus vite ; cette bataille a comme la précédente, la force de prouver à tous que je peux y passer à tous moments. |




"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Mar 3 Jan - 12:32

Plus son père parlait et plus il s'étonnait de la déconvenue que le Nord avait rencontré à cause du Val. Il avait toujours cru aux bonnes relations que les deux royaumes entretenaient l'un avec l'autre. En tout cas, c'était dans ce sens-là que la politique du Nord avait été mené ses derniers temps, ses derniers mois. Si personne n'avouait réellement ce qu'on murmurait autour de la relation entre le Vieux Loup et la belle Arryn, Jon avait tout fait pour qu'un contact puisse se créer entre le jeune roi et lui. Le fait que Jon n'avait pas pu se poser durablement à un endroit pendant les deux derniers mois l'avait coupé de nombreuses informations qui étaient essentielles. Sa position dans le nord du Conflans n'étant nullement légitime et il ne pouvait se permettre de stagner à un endroit, cela aurait montré son manque de stratégie militaire mais aurait aussi mis en danger ses troupes. Même s'il avait cherché à causer le moins de dégats au sein de la population, il n'avait pas manqué de piller les terres de ses ennemis, tout comme eux l'avaient fait à de nombreuses reprises contre son peuple. Esprit de vengeance, mais surtout il devait pouvoir nourrir ses troupes au mieux, étant seuls dans cette partie de Westeros, il lui était presque impossible de se déplacer avec un convoi spécifique au ravitaillement. Il ne doutait pas que la population devait lui en vouloir de ses agissements, il espérait que cette colère pourrait cependant servir leur cause, retournant le peuple contre un souverain qui n'avait que faire d'eux privilégiant plus que de raisons ses intérêts dans le Sud de ses terres plutôt que le Nord qui montrait une certaine fragilité qui avait permis à Jon de gagner Herpivoie. Cependant, c'était grâce à Ronnel qu'il avait pu prendre la décision de lever le camp des Jumeaux pour aller toujours plus au Sud. Sans lui, il n'aurait sans doute jamais su que vingt milles hommes étaient en marche dans sa direction. Et pour Jon, il lui aurait semblé bien bête de ne pas tenter de rejoindre les forces de son père. S'il avait préféré la retraite, retournant se poser à Moat Callin, ils auraient alors trouvé toutes les portes pour le Conflans fermé.

« Nous avions longuement échangé le roi Ronnel et moi-même lors des festivités de Goëville. Avec ce que nous avions prévus pour aller affronter le Conflans, je pensais qu'il pourrait être cette fois un allié de choix. L'information qu'il m'avait transmise m'avait persuadé qu'il avait la volonté d'aller dans notre sens. Ta missive me laissait certes penser que les choses n'étaient pas aussi simples mais jamais je n'aurais cru qu'il puisse à ce point remettre tout en cause comme ça. Et d'aller en plus ainsi attaquer la reine Rhaenys. Je peux comprendre que sa volonté d'être portée comme souverain légitime des Sept Royaumes peut être la cause de certains réticences, de questionnements … Cependant, quand les discussions ont été engagées autour de la stratégie qui allait être menée, et que le Val avait semblé s'engager, ils acceptaient de fait qu'elle puisse prendre la tête de Westeros. Ils sont plus pitoyables encore que peut sans doute l'être le Conflans. Ils n'ont aucune parole, ils se cachent derrière les hautes forteresses de leur château et peuvent se défendre plus facilement grâce à une barrière naturelle qu'a permis la roche. Mais ils sont seuls, terriblement seuls. Menons cette guerre a bien, et ne manquons pas de leur rappeler à chaque instant à présent que le Nord se souvient. L'Hiver vient et saura toucher Westeros dans son entièreté. » Il fallait faire une croix sur le Val, et si après plusieurs rappels à l'ordre ils avaient continué à ignorer le Nord, il fallait tout simplement les enterrer. La rancune était quelque chose de tenace chez Jon, il y avait une part de lui qui aurait voulu croire que le fait que le Roi Ronnel n'avait que quatorze ans, avec une mère castratrice comme la sienne, il n'avait pas eu la liberté pleine et entière de prendre la décision de venir en aide aux Stark, mais il n'était pas seulement un gamin il était également un souverain. Et pour cela, il avait perdu la confiance de Jon. Il ne serait pas chose aisé de la récupérer, s'il cherchait à le faire. Il serait entièrement fermé à tout cela.

Cependant, la conversation ne pouvait pas porter simplement sur les liens avec le Val, il fallait faire le bilan du reste et il était sans doute plus que normal que son père vienne à nouveau à parler de le marier. Cette fois avec une femme du Conflans. Plus cette idée lui semblait inacceptable, et plus il pouvait observer que son père était en désaccord avec sa réaction. Pourquoi avait-il cherché à lui demander ce qu'il en pensait, il devait bien se douter que la réponse n'allait pas être pour lui plaire. Jon serra les poings à son tour, arrêtant de marcher, il s'était fixé au sol, fixant son père tout simplement. « Je ne vous parle pas Majesté de la tradition d'épouser une nordienne. Quant à épouser une valoise … Tout ce qu'on me proposait s'était une jeune femme d'une maison de second rang, la cadette de la conseillère du roi … J'avais bien précisé que cela ne nous assurerait pas le soutien du Val, et en effet je ne m'étais pas trompé sur cela. Concernant la princesse Durrandon, le contact n'avait certes pas dépassé la bienséance et l'éthique, mais je l'avais trouvé agréable. Pour Peyredragon je n'ai même pas eu à intervenir, les termes de cette union n'étaient pas compatible avec mon statut d'héritier. C'est pourquoi aujourd'hui, c'est vous qui allez épouser Rhaenys. Ni le Val, ni l'Orage, ni Peyredragon ne sont nos ennemis, cela marque une différence notable avec ce que vous me proposez là … Pensez vous vraiment qu'une femme douce et docile soit ce qui m'attire ? Qu'elle soit belle, sera certes une préférence non négligeable à mon humble avis, cela ne pourra que faciliter le contact. Je ne cherche pas à avoir une simple potiche comme Reine du Nord ! Une Reine doit être là pour conseiller son époux, pour le soutenir dans les épreuves, comme Mère a pu le faire, comme Rhaenys le fait à présent pour vous. Je n'ai pas envie d'une femme que j'aurais juste à engrosser dans l'espoir d'avoir un héritier mâle. Je ne parle pas d'amour, mais d'un lien qui se veut quand même particulier. » Il soupira doucement. « Père, vous m'avez demandé mon avis et je vous l'ai donné. Maintenant, si votre décision est définitive, alors il faudra que cela se fasse au plus vite, où nous manquerons encore le coche. Nous avons déjà perdu l'alliance avec le Val, nous n'avons pas pu approfondir l'alliance avec l'Orage. Les Princesses de l'Ouest sont placées et les autres royaumes n'ont plus de princesses à nous offrir. Il ne faut plus tarder. »


Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Mer 4 Jan - 21:58

Je n’avais pas envie de repartir dans la description des détails de notre aventure au Val ; les choses s’y étaient bien trop mal passées. Jon avait sans doute besoin de savoir. Mais il était jeune. Il considérait encore les choses sans le plus petit recul. Il les considérait avec toute la candeur de sa jeunesse, toute la passion qui s’y rattachait. Il n’était pas un jeune chiot stupide comme on en trouvait plein les maisonnées nobles de Westeros, mais il n’avait pas encore l’expérience qui allait avec la stature de monarque. Bien sûr, cela ne voulait pas dire qu’il n’était pas promis à de grandes choses. Mais qu’il devait d’abord apprendre à se taire et à écouter avant de savoir parler. Il savait, maintenant aussi bien que moi, qu’il avait failli se faire détruire avec son armée dans le Nord du Conflans. Nous avions frôlé la catastrophe à cause de l’aventure Valoise. On ne m’y reprendrait pas de sitôt. Et la victoire de Paege avait au moins un avantage ; elle me donnait l’assise et la légitimité pour négocier les autres traités dans l’idée que je m’en faisais. Mon aptitude au compromis était inversement corrélée à la force militaire du Nord. Et il fallait bien dire que nous n’étions pas en manque d’hommes pour se faire tuer, des hommes de valeur. Qui m’étaient fidèles. Fidèles parce que la puissance économique du Nord s’était accrue. Parce que notre emprise sur notre royaume dévasté et sauvage s’était accru également. Parce que je les défendais en personne contre nos ennemis. Tant que je combattrais, tant que je gagnerais, les choses continueront d’être ainsi. Jon me parle de son amitié avec le jeune roi du Val.


Je ne sais à quel jeu s’adonne le Val, sans doute celui du troisième homme, le providentiel. Celui qui aide et temporise, qui se prépare d’un côté pour se retourner de l’autre. Je détrompais mon fils, d’un regard net.



| Elle ne l’a pas réclamé. Elle a hérité de ce titre. Tout comme toi tu hériteras du tiens. Qu’ils soit légitime ou non n’a aucune importance ; la légitimité n’est que subjective. Certains Rysck ou Bolton ne nous considèrent pas plus légitimes qu’eux-mêmes à diriger le Nord ; ils ont aussi du sang royal. La légitimité s’impose. Mais même si tu serais remis en question à ton accession au trône, tu te battrais pour celui-ci. Il ne peut en être autrement quand l’honneur d’un peuple est en jeu. Pour le reste, je suis d’accord avec toi. Le Val se cache derrière ses montagnes, et essaie maintenant de négocier avec l’Ouest, pour ce que j’en sais, probablement pour faire contrepoids au Bief et au Conflans, au Nord et à Peyredragon. C’est sans doute ce que je ferais à leur place… Si je manquais de la même volonté de me battre. |


Le jeune homme se défend maintenant de ce qu’il venait d’asséner comme une volonté crue. Là encore, je le stoppais dans son élan.


| Nulle princesse, nulle riche héritière pour Torrhen Stark. Une cousine Karstark, pas sans qualité, c’est certain, mais je n’ai pas repoussé l’idée de cette union parce que j’aspirais à mieux, ou pensais mériter mieux. Tu épouseras celle qui garantira le mieux les intérêts du Nord. A mon époque, c’était une noble du pays, pour consolider un royaume sans allié contre un terrible péril. A la tienne, c’est un mariage avec une maison d’un autre royaume pour nous y acheter ce qu’il faut de loyauté pour que les alliances fonctionne. D’autant plus que si les choses vont à leur terme, une Tully ou une Bracken, sera aussi sûrement une princesse qu’Argella Durrandon l’était. Sachant cela, bien sûr que je te trouverais le meilleur choix parmi les différentes options. Pour le Nord, bien sûr, mais aussi pour toi. Quoi que tu en penses, ton futur personnel m’intéresse autant que l’avenir du royaume. Et tu as raison, cela devra se faire rapidement. Tu seras le premier informé, bien sûr. |



"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Dim 15 Jan - 10:42

Toutes les informations qui lui étaient donnés par son père revenait sans cesse dans son esprit. Il essaie de comprendre ce qu'il se passait dans son intégralité et également de comprendre ce qui allait se passer dans le futur. Après tout, ils ne s'étaient pas vus pendant deux mois et des choses importantes, Torrhen n'avait jamais vraiment cherché à en informer son fils. Il y avait eu la bataille de la Mort-aux-Loups, il y avait eu le mariage de Jeyne et peu de temps après ils étaient partis en campagne militaire, séparant le commandement et les troupes et empruntant deux chemins si éloignés qu'ils n'avaient pas pu échangé avant de se retrouver ici. Il parlait de la guerre, des fronts sur lesquels ils avaient devoir combattre leurs ennemis, là où ils espéraient gagner leurs prochaines batailles. Une fois que tout cela serait terminé, une fois qu'ils auront finis de fêter la victoire, qu'est ce qui allait se passer. Très bien, Rhaenys retrouverait ses titres qui devaient lui revenir par héritage, et elle règnerait avec son père sur les terres de Westeros … Lui qu'est-ce qu'il ferait dans l'équation ? Les choses changeaient, d'une façon qui lui déplaisait fortement. « Pouvons nous revenir sur un point ? … Hoare veut gouverner Westerosn, il a pris ce droit aux Targaryen, je ne reviendrais pas là-dessus mais nous avons gardé notre indépendance … Nous formons la famille royale à la tête du Nord. Mais une fois que tu seras marier, nous perdrons cette indépendance … Que va-t-il se passer concrètement ? Vous m'avez éloigné de tout cela, je me suis engagé auprès de vous, auprès de votre fiancée dans le combat contre Harren le Noir, sans chercher à savoir pour le moment ce qui allait se passer. Après tout, je n'étais pas certain de pouvoir traverser le nord du Conflans et m'en sortir aussi facilement. Je vous ai fais confiance aveuglément, et je vous fais confiance aujourd'hui encore. Cependant, j'ai besoin de savoir. Que va devenir le Nord ? Que vais-je devenir dans ce futur qui aujourd'hui est plus qu'envisageable que jamais ? Est-ce que je dois comprendre que je ne serais qu'un simple gouverneur du Nord ? Un gouverneur qui peut aussi facilement être changé suivant la confiance qu'on lui accorde, ne pouvant intervenir que sur l'ordre de la Reine ou de vos héritiers ? » Il fronça les sourcils. « Est-ce que je serais sous les ordres de l'enfant qui naitra de cette union ? » Il se mit à rire, mais d'un rire sans joie. « Je crains que même s'il ne porte pas le nom Stark, et qu'il n'aura pas de droit sur le Nord, le Nord tel qu'il est aujourd'hui, n'existera plus, de ce fait, c'est lui qui aura tout pouvoir sur le royaume et sur moi. »

Jon avait du mal à tenir en place. Il n'avait pas voulu y réfléchir, il n'avait pas agis comme un véritable chef, il avait fait confiance en ce père, cela lui paraissait tout à fait normal, il avait une expérience et une sagesse que le jeune prince ne pouvait posséder encore, mais il se rendait compte qu'il lui manquait encore de nombreux réflexes pour analyser la situation politique. « Je sais que je suis jeune, fougueux et que je fais encore des erreurs. Ce n'est pas un acte de rébellion contre vous, ni le caprice d'un gamin mais juste quelqu'un qui cherche à savoir quelle place il va occuper dans la perspective de votre nouveau statut. Je reconnais le combat contre Harren le Noir, je ne veux tout simplement pas que notre sacrifice humain devienne aussi un sacrifice politique et que le Nord que nos ancêtres ont forgé, que vous vous avez su développé, ne soit définitivement engloutis par votre future épouse. N'y voyez rien de désobligeant là-dedans, je respecte Rhaenys, je respecte ses titres. Cependant, même si nous lions des alliances avec Peyredragon ou tout autre royaume, je serais à jamais un nordien et le bien de mon peuple est tout ce qui compte. Je ne cherche pas à me mettre en avant, je dis juste que le Nord c'est battu, et c'est battu longtemps seul, je n'ai pas envie que nous nous vendions pour une femme aussi belle soit elle. » Il passa une main dans ses cheveux. « Mon ignorance quant à vos projets futurs me causent beaucoup de questionnements … Quant à la femme que je serais obligé d'épouser, il n'a jamais été question que ce soit obligatoirement une princesse. Surtout, que j'aurais sans doute préféré une cousine du Nord qu'une inconnue d'un autre royaume. Le plus important reste les intérêts du royaume. Je reste à votre disposition, dès que vous aurez plus d'informations à me donner ... »


Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Sam 21 Jan - 14:35

L’entretien me fatiguait. J’avais plaisir à revoir mon fils, cela me rassurait, également, mais j’avais espéré que la discussion tourne autour d’autre chose que de la confrontation pure et dure, et pourtant, les choses étaient bel et bien en train de tourner ainsi. Je savais que rien ne réparerait sans doute jamais la relation que j’aurais pu avoir avec mon fils ; il y avait toutes ces choses qui nous contraignaient sans cesse ; campagnes, politique, événements divers. Le jeune homme était, je le savais, assez ambitieux. Il avait grandi bercé des récits des « exploits » de son père et de ses oncles. Cela forgeait sans nul doute le caractère, et l’orientait vers une posture d’avenir bien particulière. Il allait vouloir se tailler une place sinon enviable, au moins glorieuse. Le plus grand mensonge de l’Histoire est que l’on ne répète jamais les erreurs du passé. Je ne pouvais pas avoir conscience de cela, auparavant, car je n’avais pas vraiment vécu dans ma jeunesse ; je m’étais contenté de suivre les traces de mon père, posant mes pattes de louveteau dans les empreintes plus larges de mon père. Et le voilà qui reprend frontalement la direction d’erreurs que j’avais faites vingt ans plus tôt, quand je pensais que mon propre père était l’ennemi, trop fort pour l’affronter, trop présent pour l’éviter. Je fronce à nouveau les sourcils, et reste de marbre malgré la terrible tempête hivernale qui couve dans mon cœur.


Il va vite en besogne, mais au moins a-t-il retenu les leçons de Mestre Rorshar et de son oncle Brandon. Il connaît les règles d’hérédité et de lignage. Je note toutefois que le fils se targue de la confiance que nous lui avons inspiré, mais il la détourne à son avantage. Trop direct, trop frontal. Il n’est pas encore prêt, mais ça devrait venir plus vite que prévu. Nous n’avons plus le choix, aujourd’hui. Il connaît les lois de Westeros et les lois du Nord. Mais il ne me connaît pas, moi.le jeune homme se dédouane de toute vélléité de rebéllion.



| Me connaitrais-tu donc si mal ? C’est sans doute ma faute, oui, mais aucune femme ne vaut un royaume, et aucune ne vaudra jamais le Nord. |


Oui, sans doute pourrais-je m’enticher de Rhaenys. C’était une femme dotée d’un caractère fort rare, d’idées puissantes. Et c’était la seule que j’eus jamais rencontré qui m’appréciait pour ce que j’étais vraiment, avec mes défauts, avec le Loup que j’étais. Les autres avaient toutes fini par me trahir, m’espionner ou me tromper. Je savais que ce serait différent avec elle, même si je n’avais aucune idée de comment les choses tourneront. Mais malgré cela, si elle menacerait le Nord de quelque manière que ce soit, je n’hésiterais pas à lui faire rendre gorge. J’inspire profondément.


| Je ne suis pas homme à me faire manipuler pour un con. Rhaenys est une partenaire, c’est vrai. Mais elle n’est pas de notre sang. Ma loyauté va et ira toujours au Nord. A vous. Je me bats pour vos intérêts. |


Ne le voyait-il pas ? Ne le voyaient-ils pas, tous ? Ma propre fille, Jeyne, qui me connaissait mieux que les autres, doutait également.


| Je ne traiterais jamais le Nord comme une possession. Je vais épouser Rhaenys, oui. Et j’engendrerais des héritiers avec elle. Mais je ne vous spolierais jamais de vos prérogatives, de vos titres. Tu seras Roi du Nord. Et plus tôt que tu ne le crois. Je vais te dire comment j’en suis venu à cette décision. |


Je nous reverse une corne de bière brune, forte et amère. Ce que je vais dire va me demander du souffle.





"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Dim 22 Jan - 19:31



Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Dim 22 Jan - 20:17




"Il est le Roi-Loup de Winterfell, un souverain qui a passé plus de jours à la guerre que chez lui. Un homme déterminé, vétéran de nombreuses campagnes. On le dit décidé à combattre Harren le Noir jusqu'au bout, modernisant son royaume, développant son armée. Le Loup chemine vers le sud à la tête de ses troupes, laissant dans son sillon des torrents de sang. Et pour ceux qu'il y aura sur sa route, l'Hiver vient."



Spoiler:
 

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Winter is Coming.
Messages : 8865
Membre du mois : 97
Célébrité : Christian Bale
Maison : Stark
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Dépassionné.
Winter is Coming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fall-of-man.forums-actifs.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   Dim 29 Jan - 22:08



Jon Stark - Prince Loup

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile
.

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince Héritier du Nord
Âge du Personnage: 18 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
∇ Prince Loup ∇
Messages : 579
Membre du mois : 33
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ Prince Loup ∇
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Conflans n'a pas eu raison de nous.   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Conflans n'a pas eu raison de nous.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débat: Et si Marx avait raison?
» Vraie Raison du Départ de Batista
» l'âge de raison
» Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}
» Critique de la raison pure [essai]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans
-
Sauter vers: