AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Comme deux petites souris grises | Jeyne
MessageSujet: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Dim 6 Nov - 16:25

J'aidais Jeyne a enfiler les bras dans les manches d'un arachnéen peignoir de soie, couvrant ainsi la légère décadence de sa chemise de nuit avec un léger sourire.

« N'oublie pas, discrétion absolue. Je ne suis pas sûr que nous échapperons aux rumeurs si les gardes nous voit errer dans le palais en catimini. Ils ne diraient, certes rien, mais je n'ose imaginer ce qu'ils pourraient laisser courir. »

Puis, je la fis tourner sur elle même, pour qu'elle me fasse face et je fini de lier les liens de son peignoir avec dextérité avant de piquer un baiser sur le bout de son né. Bien, ce n'était pas l'idée du siècle, mais j'avouais aisément que retrouver un peu de légerté dans notre quotidien rendu sombre par les rumeurs de Westeros n'était pas pour me déplaire. Et puis, il était temps que je lui offre ce précieux cadeau qui avait bien grandit dorénavant. Moi même, je fourrais les pans de ma chemise dans mes chausses, passant une main dans mes boucles avant de lui prendre la main et de l’entraîner vers la porte, un index sur mes lèvres.

« Passe devant. Heureusement que j'ai pensé a demander, innocemment, les tours de garde cette nuit... »

Le visage orné d'un sourire amusé, nous nous glissâmes dans les ombres du couloir, aussi silencieux que possible. Prions pour ne pas tomber sur une patrouille, une servante en quête de son amant ou pire, mon père quittant une chambre qui n'était pas celle de ma mère. Nous n'étions revenu que depuis une semaine et je dois dire que les derniers événements avait un peu secoué le Roc. Ce n'était pas un mal mais ni un bien, j'avais sans doute besoin d'un instant sans conséquences, hormis celle de se faire prendre à une activité indigne d'un prince dirait certain. Cela n'avait pas vraiment d'importance, le soleil se lèverait bien assé tôt et avec lui, son cortège d'obligations et de choix. Il me faudrait voir Mère plus tard, ainsi que Gareth, je n'avais passé que peu de temps avec lui depuis notre retour et je savais qu'il s'était entretenu avec ma sœur. Je me demandais comment il se sentait maintenant et, autant le dire, je m'inquiétais un peu de l'issue de cette entrevue. J'étais empli de sentiments mitigés mais pas pour autant négatifs concernant tout cela.

Tournant a un angle du couloir, je repoussais ses pensées là de mes songes. Cette nuit, il n'était pas temps de penser a tout ceci, pas encore du moins. Jetant un coup d'oeil par dessus mon épaule, j’entraînais mon épouse sur mes pas en direction des tréfonds du château. Empruntant le même chemin que j'avais pris auparavant avec sa cousine, complice de mon crime d'ailleurs.

« Oups ! »

Sifflais je doucement en ouvrant soudainement une porte, poussant ma femme dans la chambre ainsi ouverte, priant les Sept pour que celle ci ne soit pas occupée. Posant mon oreille sur le bois de la porte, j'écoutais donc le couloir, la patrouille passa sans s'arrêter et je soupirai de soulagement. Bien, quelqu'un s'était trompé dans mes renseignements apparemment. Ouvrant de nouveau la porte, je sondai le couloir :

« C'est bon, continuons. »

Quelque minute plus tard, nous nous enfoncions dans les bas fond du château en direction de l'animalerie. Le Maitre avait laissé la clé de l'enclos à disposition et avait séparé la petite du reste de sa famille, c'était parfait.

« Prête ? »

Amusé, je fis tourner la clé dans la serrure avant d'ouvrir plus grand la porte, dévoilant un petit abri de terre et de pierre mêlé. En son creux, venait de se redresser un museau frémissant surmonté d'une paire d'yeux d'or foncé au milieu d'un gris tacheté de toute beauté. La louveteau était encore jeune, encore sans défense, mais assez grande pour ne plus dépendre de sa mère et puis, demain, elle aurait retrouvé la chaleur des siens.

« Elle est pour toi, c'est mon cadeau de bienvenue, Jeyne. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Mer 9 Nov - 13:51

Je ressentais une excitation toute naturelle alors que Lyman me faisait miroiter une surprise mais refusait de me dire ce qu'il avait derrière la tête. Cette petite escapade au milieu de la nuit avait un petit relent de nostalgie et j'adorais ça. Il était capable de me surprendre, d'adopter une attitude légère et malicieuse, malgré le poids de ses responsabilités. Alors je lui décochais un grand sourire alors qu'il m'aidait à enfiler mon peignoir, refrénant à grand peine mon impatience. Je savais qu'il me faisait languir exprès !

« Et quelles rumeurs crains-tu au juste ? Je suis ta femme, tu es mon époux. »

Que le couple princier puisse errer dans les couloirs du château en pleine nuit ne manquerait pas de faire parler, bien entendu, mais nous ne faisions rien d'interdit ou de répréhensible après tout. Juste un grain de folie dans un cour compassée.

« Oh... Il serait regrettable qu'on aille dire que ton épouse barbare te dévergonde, c'est ça ? S'ils savaient ce que tu as pu faire avec Gareth ! »

Je me retrouvais face à lui, levant les bras pour le laisser nouer la ceinture. Je frémis sous son baiser, léger et tendre. Il n'était pas obligé de m'embrasser ainsi après tout. Mais notre relation allait au delà du devoir. Il avait des gestes affectueux pour moi alors même que cela ne menait pas toujours à notre couche. Et il en allait de même pour moi. Ce que j'aimais par dessus tout, c'était glisser mes doigts dans ses boucles blondes. Et les désordonner. Je me retins de pouffer quand il m'informa s'être renseigné au sujet des tours de garde.

« Innocemment, bien entendu. Comment se fait-il que personne ne puisse se douter de ta fourberie ? »

Mais je me pris au jeu de me déplacer en silence dans les couloirs qui commençaient à me devenir familiers. Je prenais mes marques au sein du Roc. J'avais quelques alliés en ces murs, dont, ma belle-sœur, Megara, qui m'avait fort judicieusement et gentiment proposé son aide pour évoluer au sein de cette Cour bien différente de celle que j'avais connue. Il avait bien fallu que je me débrouille quand Lyman était parti. Et cela n'avait pas été si mal. Même avec ma belle-mère. J'avais pu lui montrer un peu de quoi j'étais capable lors du procès des Clegane même si toute cette affaire n'était pas close. Il me fallait gagner son respect.

Je serrais la main de Lyman, davantage par une pression subite. Une semaine qu'il était rentré et j'avais bien eu l'intention de profiter de chaque moment qui nous était offert et surtout de chaque nuit. Il m'avait beaucoup trop manqué. Il n'avait pas eu à supplier pour que je lui ouvre les draps, bien au contraire. Le baiser fougueux dont je l'avais gratifié à son retour était assez éloquent quant à mes sentiments le concernant... Et à ce qui l'attendait une fois dans l'intimité de notre chambre. Et je lui avais tout autant manqué. J'avais trouvé du réconfort dans ses bras et lui dans les miens. Nous avions discuté aussi, de ce que j'avais vécu en son absence, de l'affaire qui l'avait éloigné de moi. Et qui ne serait pas sans conséquences. Mais aussi du mariage de sa sœur et de son meilleur ami...

Et finalement, nous arrivâmes. Je ne connaissais pas vraiment cette partie de Castral Roc. Ce n'était pas la plus fréquentée. De plus en plus curieuse, je pénétrais dans une pièce, le regardant tandis qu'il s'assurait que nous étions bien seuls. Ah. Ce n'était pas la destination. Nous avions failli être pris surtout.

« Il va falloir revoir tes compétences d'espionnage mon cher, il y a des failles. »

Je le regardais avec malice, avant de reprendre notre progression. Je fronçais les sourcils en me rendant compte de l'endroit dont on approchait, de plus en plus perplexe.

« Euh... oui, je crois. »

J'entrais alors, avisant la petite boule de poil qui semblait très intéressée par notre arrivée. Et je me sentis totalement fondre alors que je demeurais sans voix, réalisant difficilement que c'était là un présent de la part de mon époux. Je regardais Lyman, incapable de parler, avant d'approcher de l'adorable petite louve, m'accroupissant et tendant doucement la main vers elle, pour l'habituer à mon odeur et ma présence. Elle était magnifique.

« Je... »

Les mots se coincèrent dans ma gorge. Je me redressais alors, pour venir me pendre au cou de Lyman et l'embrasser avec passion, des larmes humidifiant mon regard.

« Oh, merci, elle est magnifique ! Je t'adore ! Et je l'adore ! »

Au delà du geste de me faire un cadeau, que ce cadeau soit terriblement mignon, il y avait une symbolique. J'étais devenue une lionne par mon nom, mais il ne cherchait pas à me faire oublier que j'étais une louve. Cette adorable petite boule de poil me le rappelait.

« Cela me touche. Au delà des mots. »

Je le relâchais, trépignant presque de joie, avant de m'emparer de son bras et de le forcer à s'asseoir au sol avec moi, alors que je tentais d'attirer la louve jusqu'à moi, avec douceur. Je savais élever un rapace. Pas un loup.

« Elle a un nom ? Tu connais quelqu'un de compétent pour la dresser et m'apprendre à le faire ? »



   
Lannistark
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah, I'm that girl, that's just like you. (by anaëlle)

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1553
Membre du mois : 34
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Ven 11 Nov - 18:18

Un sourire vint danser sur mes traits alors que ma femme relevait un détail d'importance. Effectivement, il valait sans doute mieux que l'on nous surprenne tous les deux plutôt que l'un ou l'autre tout seul.

« Ne sous-estime pas l'imagination débordante des gardes. Et des servantes. Et des pages. Enfin bref, de toutes âmes parcourant les couloirs à la nuit tombée. »

répliquais je avec une étincelle malicieuse dans les yeux avant de l’entraîner à ma suite. Évidemment, moi qui pensait avoir songer à tout, il fallut que nous évitions de nous faire prendre pour que je me rende compte que rien n'était jamais acquis dans ce genre d'entreprise.

« Parce que je suis doué, ma chère. »

Ce qui était vrai, en même temps, je hantais les couloirs du Roc depuis ma naissance. Il y avait quelque chose d'amusant à le faire avec Jeyne comme nous avions pu le faire avant notre mariage. Il est vrai que les derniers événements ne prêtait pas à la légèreté et donc, il était plus qu'approprié de lui faire mon présent maintenant. Certain aurait pu me dire d'attendre que le soleil se lève, oui, certes, mais alors tout ceci aurait été bien moins amusant. Même lorsque nous faillîmes nous faire prendre, m'attirant une remarque moqueuse de ma nordienne de femme.

« Oh c'est tout mon réseau de renseignements qu'il va me falloir reprendre, je le crains. Tu es moqueuse ma douce, c'est très vilain de ta part. »

un sourire en coin accompagnait mes paroles avant que je ne lui ravisse ses lèvres rapidement puis que nous poursuivions notre périple. Je souris devant son regard perplexe avant de lui dévoiler mon présent sous la forme d'une petite boule de poil. Dans tous les cas, cela lui coupa la chique et mon sourire s'agrandit au rythme de sa surprise, de son plaisir qui se lisait sur son visage. Lady Lynara avait raison.

Je ris avec elle lorsqu'elle se jeta à mon cou, serrant sa taille fine entre mes bras, heureux parce qu'elle l'était. Du pouce j'essuyais une larme de joie sur sa joue rebondie avant de me perdre sur sa lèvre charnue.

« Je tenais a ce que ce plaisir te revienne. A toi de la baptiser du nom qu'il te conviendra de lui donner. »

Accroupit a ses côtés, je passais ma paume sur ses reins en une caresse lente et tendre.

« Oui, le Maitre des Animaux te prêtera son concours. Ce n'est pas un chien et cela sera sans doute difficile mais après tout, si ma petite louve n'y arrive pas, personne ne le pourra n'est ce pas ? »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Mar 29 Nov - 21:00

Je haussais une épaule, répondant avec un sourire amusé :

« Et bien, qu'ils aillent donc s'imaginer que ta petite nordienne d'épouse ne sait pas se tenir et aime profiter de son mari n'importe où. J'aime beaucoup cette idée. Que tu sois à ce point fou de moi... »

J'avais encore baissé la voix, ne laissant qu'un filet s'échapper de ma bouche alors que je jouais les séductrices. Un rôle avec lequel je n'étais pas encore très à l'aise d'ailleurs, mais j'apprenais. Je ne m'étais jamais trouvée laide, mais j'avais encore des difficultés à penser que je puisse rivaliser de beauté avec une Megara Lannister par exemple. Jusqu'à maintenant, je pensais tous ces compliments à mon égards issus de la plus élémentaire des politesses de la part de mes sujets et des nobles que j'avais pu croiser mais... A la cour du Roc, outre les flatteurs, il y avait des gens sincères. Comme Gareth. Ou encore Lyman. S'il se montrait si passionné dans mes bras, si tendre parfois, c'était bien parce qu'il me trouvait jolie, n'est-ce pas ? Et je découvrais le pouvoir de séduction que je pouvais exercer sur lui, lui faisant perdre parfois cette raison qui ne le quittait presque jamais. C'était grisant.

Notre petite escapade faillit tourner court cependant. Bien qu'il m'ait informé s'être renseigné sur les heures de ronde, non sans me rétorquer qu'il était doué pour passer pour un innocent qui obéissait bien à toutes les règles, nous manquâmes nous faire intercepter, mettant ainsi son beau plan en péril, ce qui amena naturellement une petite pique à son encontre, concernant ses talents d'espion. Je réprimais un rire quand il abonda dans mon sens, non sans déplorer que je me montre ainsi critique à son encontre.

« Tu sais que je suis vilaine pourtant... »

Il m'embrassa et je souris, reprenant :

« J'aime voir que tu as des défauts et que tu ne peux pas tout contrôler. »

Parce qu'il avait l'air si parfait parfois. Le parfait petit prince, l'héritier que tout le monde attendait. Il cachait bien son jeu et avait, comme les autres, besoin de liberté parfois et d'évasion. Ce que lui avait accordé Gareth jusqu'à maintenant. Mais je ne m'étais certes pas attendue à... une petite louve. Une adorable et craquante boule de poil pour qui je me sentis fondre dés que je posais les yeux sur elle. Petite louve encore craintive, mais je saurais l'apprivoiser. Elle était magnifique. Et je remerciais Lyman pour son présent comme il se devait, bien entendu ! Un nom, il me fallait trouver un nom... Je m'assis sur le sol, entraînant mon époux avec moi, délicieusement apaisée par sa lente caresse dans mon dos. C'était un geste anodin, mais il n'y était absolument pas obligé. Il y avait des époux qui ne se touchaient presque pas en dehors des relations conjugales.

« J'espère que tu as raison. »

Je me tapotais la lèvre inférieure de l'index.

« Elle a la couleur de la cendre... Cendre ? »

La petite louve grogna alors, se manifestant, encore craintive, naturellement.

« Comment l'idée t'est-elle venue ? »



   
Lannistark
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah, I'm that girl, that's just like you. (by anaëlle)

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1553
Membre du mois : 34
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Mar 20 Déc - 18:30

« Ne me tente pas ! Ou nous n'arriverons jamais là où je veux que l'on aille. »

Et bien. Je puis affirmer que ma femme était innocente a notre mariage mais je pouvais aussi confirmer qu'elle apprenait très vite. Comment résister a sa petite moue arrogante et complice ? Je ne le sais pas, mais je réussis a ne pas la renverser de nouveau sur notre couche. Il faut dire que ma tête n'était pas tellement à la gaudriole mais plus à ma surprise que j'espérais prête.

Évidemment, le chemin pour y parvenir ne fut pas sans embûche et je dus supporter les moqueries de mon épouse à ce sujet. Lui tournant un regard amusé, je haussais un sourcil :

« Vilaine ? A bon ? Diantre...je n'avais point remarqué. »

Et pourtant ma femme était bien la première lorsqu'il fallait se moquer du Prince ou autres nobles qui lui déplaisait. Cela dit, me concernant du moins, cela restait bon enfant et je ne me vexais pas de ses tours pendables, après tout, n'avais pas loué son sens de la répartie ? De fait, Jeyne était spirituelle et si il était plaisant de faire l'amour avec elle, il l'était tout autant de converser.

« Si l'on suit ton raisonnement, mon seul défaut est ma femme. »

Répliquais je avec un sourire taquin, tempérant mes mots par un baiser aussi délicat que fougueux. Et puis finalement je l’entraînais à ma suite, a la découverte de son présent. Je dois dire que je fis mouche au regard de sa joie lorsqu'elle découvrit le petit louveteau femelle. Elle était encore jeune mais assez âgée pour s'habituer a ma femme. Et elle avait toute latitude pour en décider du destin.

« Cendre ? »

Je posais de nouveau les yeux sur la louve, pensif.

« Oui, cela lui va bien. Cendre. Cela est parfait. »

Finis je par dire trouvant le nom très adapté à la fourrure de la louve, celle ci encore craintive, n'osait s'approcher de sa nouvelle maîtresse. Mais elle était encore sauvage.

« Et bien, la saillie a été effective peu de temps après notre mariage, j'ai songé que cela te plairait. Les parents ont fait six petits et j'ai entraîné ta cousine dans la confidence pour choisir celle qui te plairait, les autres seront vendu mais celle ci est à toi. »

Je posais les yeux sur son visage resplendissant et souris :

« Je suis heureux qu'elle te convienne. Bien évidemment, le Maitre des Animaux te portera assistance pour l'élever, elle reste un animal sauvage. »

Puis je posais un coude sur mon genoux plié, en une position qui ne sied guère à un Prince de l'Ouest d'ailleurs, mais que je pouvais me permettre avec ma femme et demandai :

« Es tu heureuse Jeyne ? »

Combien d'époux avaient posés cette question à leur femme ? Je me le demandais. Mon père l'avait il demandé à ma mère ? Je n'en savais rien. Moi pourtant, je le fis, peut être par ce que la question me semblait d'importance. Mais que ferais je si elle me répondait par la négative ? Aucune brillante idée.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Sam 7 Jan - 16:15

Mon sourire se fit plus coquin, assurément ravi, alors que Lyman me répondait qu'il risquait fort de succomber à mon charme si jamais je continuais à lui mettre ce genre d'idée en tête. Cela m'étonnait encore et m'émerveillait aussi, de constater que je pouvais faire tourner la tête d'un homme. C'était... naturel quelque part. Bien plus facile que je ne l'aurais pensé quand j'ignorais encore ces choses là. Lyman n'avait jamais caché qu'il me trouvait à son goût, jolie ou désirable, mais entre le dire et le montrer... Et puis, qu'il était grisant de voir un homme si fanatique du contrôle, le perdre quand nous étions seuls, dans l'intimité de notre chambre à coucher. Il était capable d'une fougue qui me laissait pantelante, quand il renvoyait l'image de quelqu'un de froid et détaché, assez timoré, trop réfléchi. Dans un lit, il ne réfléchissait plus. Et j'adorais.

Comme j'appréciais nos petites piques, lancées avec bonhomie. Lyman avait de l'esprit et ça, c'était primordial pour que notre union fonctionne. J'aurais été terriblement malheureuse avec un homme frustre qui prenait tout au 1er degrés. J'avais besoin de ces stimulations intellectuelles. Et heureusement Lyman ne se vexait point que je me moque de lui, dégonflant peut-être un peu sa tête, comme pouvait le faire Gareth des fois. Il n'acceptait pas cela de n'importe qui. Ni que ce soit fait n'importe quand et n'importe comment. J'avais trouvé le bon ton avec lui, il me semblait, même si les disputes arrivaient et arriveraient encore, tant nos caractères étaient différents.

Et à sa réplique suivante, j'ouvris la bouche, surprise par sa conclusion. J'allais répondre, outrée, faussement, cependant, mais il me fit taire d'un baiser. Bon... Ce n'était que partie remise. Mon regard était assez éloquent à ce sujet, mais je ne dis plus rien, le suivant dans le dédale de couloirs, de plus en plus curieuse et impatiente. Et quand enfin, je découvris sa surprise... Je me sentis totalement fondre d'amour. Face à cette adorable petite boule de poil encore craintive, mais aussi vis à vis de mon époux qui avait trouvé cette idée pour me faire plaisir. Je me retrouvais au sol, à choisir un nom pour la petite louve, le partageant alors avec Lyman, qui sembla y réfléchir quelques secondes avant d'approuver mon choix. Et une fois cela fait, je demandais quelques précisions et explications la concernant.

« Oh, alors comme ça, Lynara était de connivence. Petits cachottiers ! »

Évidemment qu'elle me plaisait, comme j'étais rassurée d'apprendre qu'il y avait un expert dans le dressage qui saurait m'apporter quelques conseils. J'étais ravie. Et soudain, il y eut la question de Lyman, qui était bien plus profonde qu'on ne pouvait le penser. Etais-je heureuse à cet instant ? Oui. L'étais-je tout simplement ici, dans l'Ouest, à ses côtés ? Je ne dis rien, l'observant gravement, me posant réellement la question. Et si ma famille me manquait, naturellement, si j'étais inquiète pour eux, qui risquaient leur vie... et bien, j'étais plutôt bien ici et...

« Oui. Surtout maintenant que tu es revenu, pour être sincère. Alors oui, Lyman, je suis heureuse, ici, à tes côtés. »

Je m'étais glissée devant lui, assise sur mes genoux, alors que j'encadrai son visage entre mes mains et que je l'attirais à moi pour l'embrasser. Un sourire joua sur mes lèvres, après le baiser, et je soufflais :

« Et qu'aurais-tu fais si je t'avais répondu que non ? »



   
Lannistark
I'm scared and I'm brave, or somewhere between the two. I'm beautifully strong, and tragically confused. Yeah, I'm that girl, that's just like you. (by anaëlle)

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Née Princesse du Nord, devenue Princesse de l'Ouest
Âge du Personnage: 16 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Wolf Princess
Messages : 1553
Membre du mois : 34
Célébrité : Adelaïde Kane
Maison : Stark
Caractère : Sincère – Indépendante - Loyale - Aimante - Obstinée - Maternante - Patiente
Wolf Princess
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme deux petites souris grises | Jeyne   Aujourd'hui à 19:12

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Comme deux petites souris grises | Jeyne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de mes deux petites minettes
» URGENT Deux petites croisées bichonnes 9 ans Val Marly (59)
» Deux petites mignonnes pour la journée....
» Gollum.
» deux petites questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: