AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
The Sun And The Wolf
MessageSujet: The Sun And The Wolf   Dim 30 Oct - 0:55

Winterfell, la glaciale forteresse des rois du Nord. La demeure de sa sœur Sigyn, voilà qu'elle foulait à nouveau le sol de ce lieu. La brune n'en revenait pas elle-même. Pourtant tout avait été assez vite. Le mariage de son cousin à Blancport, son retour à Karhold, son séjour chez sa cousine Alysane Manderly et maintenant Winterfell. La dernière fois qu'elle y avait séjourné, cela s'était finit sur une note mi figue mi-raison. Si sa conversation avec le Torrhen et puis Lady Corbois avaient toutes les deux des fiasco sans nom, cela n'avait pas été le cas de sa rencontre avec la reine régente de la Montagne et du Val, Sharra Arryn. Cette dernière avait fait forte impression à celle qui était alors encore la belle-sœur du roi. Parce que dorénavant, Théa Karstark n'avait plus réellement ce titre. Évidemment, elle resterait toujours la sœur de la défunt reine Sigyn Stark, mais cela ne serait plus comme avant. Elle serait aussi toujours la tante de l'héritier du Nord, de son jeune frère Walton et de la princesse Jeyne, mais cela ne sera plus comme avant. Maintenant, une nouvelle reine était sur le point de faire son entrée en scène et elle n'était point du Nord. D'ailleurs, elle ne serait que reine consort du Nord et cela convenait parfaitement à Théa. La jeune femme n'avait rien de particulier contre la sudienne, mis à part qu'elle n'était pas Nordienne. C'était principalement le seul reproche qu'elle pouvait décemment lui faire. Comme à son habitude, la nordienne avait pris les devants allant jusqu’à envoyer une lettre à celle qui serait reine incessamment sous peu. Elle ne pouvait point dire que ce fut une réussite. Elle nota d'ailleurs que la jeune femme devait un caractère de feu et prompte à se vexer. Sans doute avait elle une haute opignon d'elle. Sans doute, parce qu'en réalité, Théa ne parla pas à Rhaenys Targaryen lors du mariage. Elle prit grand soin d'esquiver le regard de la Dragonne, préférant rejoindre son frère aîné et l'une de leurs amies qui s'avérait être commune. Quoi qu'il en fut, Théa ne gardait pas de souvenirs impérissable de ses multiples noces. Elle préférait et de loin le calme de Karhold et sa forêt qu'elle avait retrouvé avec la même joie les deux fois.

Mais cette fois c'était différent. Alors que la famille attendait des nouvelles trop tardives du front, une missive arriva de Winterfell. Lord Karstark resté au Nord après autorisation de sa majesté, réceptionna le plis et s'empressa de le lire. Elle était écrite de la main du jeune prince Walton. Ce dernier désirait la venu du Lord et l'homme ne pouvait y répondre que favorablement. Mais ce qui étonna le plus Karhold toute entière, ce fut qu'il demanda à sa fille de l'accompagner. Théa Karstark ouvrit des yeux ronds et sa mère, Menora en fit tout autant. Il n'y eu que la femme d'Arnault qui trouva l'idée excellente. Et voilà comment l' «Ombre de Karhold» s'était retrouvée à fouler à nouveau le sol froid de Winterfell. Elle était arrivée il y a de cela quelques jours et pour le moment, elle devait avouer que c'était sans aucun la première fois qu'elle se sentait aussi bien en ces lieux.

Alors ce soir là, elle avait pris la décision de vagabonder au grès de ses pas. Elle avait l'impression qu'on la guidait à travers le dédale de couloirs. Une force mystérieuse qui la poussait à toujours aller de l'avant, continuer à marché, à parcourir les nombreux couloirs de Winterfell. C'était comme si on l'amenait inexorablement vers quelque chose. Et puis soudain, « Sigyn, attend... » souffla-t-elle doucement. Sa voix se perdit et mourut contre la pierre froide de la demeure des Stark. Sa sœur, elle en était certaine, elle l'avait vue. Pourtant cela était parfaitement impossible. Sigyn était morte et enterrée. Perdait-elle réellement la raison ? Après toutes ces années à écrire à sa sœur, comme si elle était toujours en vie. À agir toujours comme si elle allait réapparaître un beau matin, son inconscient lui jouait peut-être de curieux tour. Quoi qu'il en fut, elle arrêta sa cours effrénée en arrivant près d'un balcon. Elle franchit la petite marche après avoir poussé la fenêtre et laissa l'air frais caressé ses joues et rafraîchir sa peau. Elle se retourna que lorsqu'elle sentit une présence dans son dos. « Walton ? » fit-elle surprise. « Que faites-vous à une heure si tardive mon prince ? » demanda-t-elle après avoir réalisé elle-même qu'il était bien tard. Elle était d'ailleurs dans une tenue peu présentable, une simple robe sur le corps et les cheveux emmêlés.



Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Karkstark
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
the Sun in the shadow of the Wolf
Messages : 673
Membre du mois : 1
Célébrité : Janet Montgomery
Maison : Karstark
Caractère : Loyale - Froide - Aimante - Franche - Douce - Mélancolique - Protectrice - Maladroite - Élégante - Rancunière - Généreuse - Imprudente - Réservée - Trop méfiante
the Sun in the shadow of the Wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Dim 6 Nov - 22:00


Voilà maintenant plusieurs jours que nous sommes revenus à Winterfell. Enfin, que je suis revenu, devrais-je dire… Seul… Certes, techniquement la forteresse grouille encore de monde, et j’étais évidemment accompagné lors de mon retour de Blancport… Mais c’est comme-ci j’étais seul. Je dois avouer que ça m’a fait bizarre, surtout au début, de n’avoir ni Jeyne ni Jon, ni Père… Mais maintenant, la situation me semble presque normale. Et puis il faut dire que je n’ai pas vraiment le temps de m’apitoyer sur mon sort ou de ressasser mon regret de ne pas être parti. Je suis Gouverneur du Nord, le Stark de Winterfell, et Mestre Rorshar ne me laisse pas vraiment l’occasion de l’oublier. Entre réunions avec ce qu’il reste du conseil de Père, audiences avec les gens de la ville, et rendez-vous avec les dames et les quelques lords qui n’ont pas quitté le Nord, mon emploi du temps est plutôt chargé.

Heureusement, je peux compter sur Mestre Rorshar et Lord Karstark pour me conseiller et m’aider. Après avoir discuté avec Père, j’ai envoyé une lettre à Lord Aymon pour lui proposer de venir me prêter main forte à Winterfell. Il n’y a presque plus d’hommes à la cour de Père, et encore moins de lords. Même si Mestre Rorshar est un homme instruit et d’excellents conseils, la présence d’un des seigneurs du Nord me semblait nécessaire à mes côtés. Je ne vais pas mentir en disant que les premiers jours, tout ce programme m’a paru bien laborieux. J’ai toujours été quelqu’un de studieux, mais quand même… J’avais besoin d’action, et le poste de gouverneur était TOUT sauf un poste d’action. J’en arrivai même à espérer que les sauvageons attaquent juste pour avoir l’obligation de quitter la salle… Espoir que je refrénais immédiatement, bien entendu. Lord Kartstark a bien compris que la situation n’allait pas. Le premier soir, il est venu me voir. Nous avons discuté longuement, surtout lui. Il a insisté sur l’importance de mon rôle, sur le fait que Père et Jon avaient besoin de moi à l’arrière. Rien de plus que ce que m’a dit Père en sommes, mais le recadrage ne m’a pas fait de mal. Après quoi, j’ai décidé de m’intéresser un peu plus, voire proposer des idées, plutôt qu’écouter de choisir entre plusieurs solutions. Sans aller jusqu’à dire que je prends du plaisir à ces tâches, je dois avouer que d’avoir cette liberté et ce pouvoir de décision me plait énormément…

Cet après-midi, un corbeau est arrivé, avec un nouveau décret de Père. Mobilisation générale… Ce n’était pas très bon pour nous. Bien que la mesure soit nécessaire, elle ne sera pas populaire, loin de là. Aussi nous avons réfléchi à la meilleure façon de la mettre en place sans déclencher d’émeutes. Il va falloir être diplomate, très diplomate… Heureusement, la présence du Père et de son héritier sur le front est une bonne chose, car on ne pourra pas nous objecter que la famille royale reste à l’abri pendant que le petit peuple souffre. L’aura du Roi Invaincu joue beaucoup en autre faveur. Aussi, nous allons baser notre discours là-dessus, ainsi que sur la gloire que cette guerre apportera au Nord. Nous allons envoyer des émissaires dans chaque fief, pour avertir en premiers lieux les bannerets et les rallier à notre cause. Ensuite seulement, ces émissaires les accompagneront pour lancer les actes de mobilisation générale. Cette stratégie a plusieurs objectifs : garder le soutien des bannerets en les rendant acteurs de la mesure, et diminuer le mécontentement du peuple en passant par l’intermédiaire de leur suzerain direct. Toutefois, nous allons devoir faire pattes blanches, surtout avec certains fiefs… Aussi, c’est après une interminable réunion que j’ai décidé de me retirer dans mes appartements, en passant d’abord par le Bois Sacré. Alors que je me dirige vers ce sanctuaire, j’aperçois une silhouette féminine dans les couloirs. Je reconnais tout de suite Tante Théa. Elle est arrivée en même temps que Lord Aymon, son père. Je n’avais pas osé demander sa présence à Winterfell, de peur de soulever trop de mauvais souvenirs, surtout avec le départ de Jeyne encore tout récent. Mais j’étais ravi de voir qu’elle avait accompagné Lord Karstark. Ce qui m’étonne plus, c’est qu’elle ne soit pas apprêtée. Elle semble concentrée, comme si elle suivait quelque chose, ou quelqu’un… je lui fais signe, et prend la parole :

« Ma Tante, tout va bien ? »

Pas de réponse. J’ignore ce qui la met en émois de la sorte, mais visiblement quelque chose ne va pas. Je décide de la suivre, sans la perturber, mais sans cacher ma présence. Cherche-t-elle quelque chose ? Je la suis dans les couloirs, à la fois intrigué et inquiété par ce comportement singulier. Finalement, elle s’arrête à un balcon. Je reste en retrait, en espérant ne pas être trop indiscret. Après avoir ouvert la fenêtre et laissé entrer l’air frais de l’automne, elle prend soudain conscience de ma présence et me demande ce que je fais là à une heure si tardive. Bien que ce soit plutôt à moi de lui retourner la question, je réponds :

« J’ai dû travailler tard… Les dernières directives de Père sont arrivées. Il nous a fallu régler cette affaire rapidement. Je me rendais vers mes appartements quand je vous ai vu. Je vous ai fait signe, mais vous ne m’avez pas remarqué. Je me suis inquiété, et je vous ai suivi. »

Je marque ensuite une pause, et m’approche d’elle, visiblement inquiet. Pas inquiet comme un hôte vis-à-vis de son invitée, mais bien comme un neveu inquiet pour sa tante.

« Tout va bien ? Vous m’avez l’air anxieuse. Quelque chose ne va pas ? »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 296
Membre du mois : 59
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Sam 12 Nov - 12:43

La jeune femme fixait le prince de Winterfell. Elle ne savait que dire de plus et attentait l'explication de son neveu avec impatience. Elle n'avait pas suivi et que de très loin les tâches que pouvait accomplir Walton. Lord Aymon Karstak le lui avait demandé expressément. Théa Karstark avait suivi les recommandations de son père et s'était contentée de veiller sur son neveu à distance. Après tout, c'était une chose qu'elle maîtrisait à la perfection.

Pour occuper ses journées, et ses soirées, elle aimait se promener dans les couloirs de la forteresse. Mais elle ne se serait jamais doutée qu'elle y retrouverait un jour le fantôme de sa sœur et encore moins son neveu. Il avait l'air si... inquiet. Théa ne comprenait pas vraiment pourquoi. L'avait-il suivi depuis le début de sa course ou presque ? Qu'avait-il vu ou entendu ? Ce pouvait-il qu'il l'ai entendu murmurer le nom de sa sœur qui n'était autre que sa mère ? Si c'était le cas, sa réputation de folle ne ferait que s'accroître. Un frisson parcourut son corps. Était-ce dû au froid qui s''engouffrait par la fenêtre du balcon ouverte ou tout simplement l'idée que son neveu pense qu'elle perdait la raison. De tous les enfants Stark, c'était sûrement de Walton dont elle était la plus proche. Il n'avait pas les traits de sa mère mais plus de son père. Ce qui le rendait moins distant contrairement à Jeyne qui avait tout pris de la beauté de Sigyn. Mais pour ce qui était du caractère, la jeune femme retrouvait bien en son neveu celui de sa sœur ce qui n'était pas le cas de son aîné Jon. Jon, incompréhension mutuelle, distance, à dire vrai elle ne lui avait donné presque aucune chance d'être proche d'elle. L’héritier ressemblait bien trop à son père.

Au bout d'un petit temps, le jeune loup finit par répondre. Lady Karstark le regarda fixement. Il l'avait appelée ? Elle ne s'en souvenait pas. Une sueur froide coula dans son dos. Non vraiment, elle ne tournait pas rond ce soir. Normalement, bien qu'elle ne répondait pas aux appels et commentaires des autres, jamais elle ne les entendait point, bien au contraire, ils restaient à chaque fois gravé dans sa mémoire. Mais cette fois, elle n'avait rien entendu, bien trop occupée à courir après un fantôme. Mais elle ne pouvait le dire ainsi à Walton. Mais ceci n'était pas le plus important. Ce qui avait intéressé au plus haut point la jeune femme avait été le début de la réponse de son neveu. Encore une réunion qui se finissait bien tard. Le loup avait marqué une pause après cela et s'était approché de sa tante. Par simple réflexe, Théa fit quelques pas en arrière franchissant ainsi le seuil du balcon. L'air frais fit volter ses cheveux noirs. Elle ne savait point quoi lui répondre. Mais elle devait le rassurer et vite. Elle replaça une de ses mèches derrière son oreille et quitta le balcon avant de refermer la fenêtre derrière elle. « Il fait bien trop froid dehors pour qu'elle reste ainsi ouverte, vous ne trouvez pas, mon prince ? » commença-t-elle. Puis Théa poursuivit. « Ne vous inquiétez pas mon prince. J'avais juste cru voir quelqu'un. Je voulais m'assurer que tout allait bien. Vous n'avez pas à vous inquiéter à mon sujet, vraiment j'insiste. » Peut-être un peu trop d'ailleurs. Cela pouvait en devenir presque suspect.

« Dites-moi franchement. Sauf votre respect mon prince, de mémoire, ce n'est point tout à fait le chemin de vos appartements, je me trompe ? Où donc alliez-vous ainsi,Walton ? » continua-t-elle intriguée et surpris à son tour. La tante se rapprocha finalement de son neveu et sa main vint se poser sur sa joue.

« Une directive de votre père, vous dites. Cela ne pouvait attendre demain ? Je vois régulièrement mon père quitter la salle du conseil tard. Ce n'est point la première fois. Vous devriez vous reposer plutôt que de vous balader dans les couloirs de Winterfell, mon prince. Comment voulez-vous assurer la gouvernance du Nord si vous êtes fatigué ? » A la lueur du jour qui déclinait, un maigre sourire attristé se dessina sur ses lèvres. « Vous devez prendre soin de vous, Walton. S'il devait arriver malheur à votre père et votre frère, vous serez roi. » conclut-elle en lui offrant une marque d'affection qui ne lui ressemblait pas. Les doigts fins de la Nordienne venait de se mêler aux cheveux de son neveu comme l'aurait normalement toute tante digne de ce nom. Seulement voilà, ce n'était pas le cas de lady Théa Karstark et ce geste était bien la preuve d'un changement timide mais récent en échos à la missive qu'elle avait envoyé au roi.



Spoiler:
 




Dernière édition par Théa Karstark le Lun 21 Nov - 0:31, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Karkstark
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
the Sun in the shadow of the Wolf
Messages : 673
Membre du mois : 1
Célébrité : Janet Montgomery
Maison : Karstark
Caractère : Loyale - Froide - Aimante - Franche - Douce - Mélancolique - Protectrice - Maladroite - Élégante - Rancunière - Généreuse - Imprudente - Réservée - Trop méfiante
the Sun in the shadow of the Wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Mer 16 Nov - 0:26


Bon, apparemment elle va bien, elle aurait vu quelqu’un. Cela m’étonne un peu, qui aurait-elle pu voir qui la pousse à sortir sans être apprêtée… c’est étrange, mais je décide de ne pas insister, malgré son comportement singulier. Il y a quelque chose, c’est sûr, mais elle a fait le choix de ne pas m’en informer. Alors je fais ce qu’on aimerait qu’on fasse pour moi : je la laisse tranquille. Si elle a besoin d’aide, je sais que je serai probablement l’un des premiers qu’elle avertira. Je lui fais d’ailleurs comprendre :

« Bien, vous savez que vous pouvez compter sur moi, peu importe ce qui vous trouble. Vous n’êtes pas une simple invitée de Winterfell. Vous êtes ma famille. »

Après quoi, elle me fait la remarque que nous ne sommes pas sur la route de mes appartements. Elle n’a pas tort. Je ne sais pas pourquoi je ne lui ai pas dit que j’allais au Bois Sacré. Probablement car c’est quelque chose de très intime pour moi. Mes moments auprès de l’Arbre Cœur ne sont qu’à moi, je ne les ai jamais partagés avec qui que ce soit. C’est les moments où je parle à Mère, où je sens qu’elle est près de moi. La seule personne avec qui j’ai eu un semblant de contact, c’est Lynara, qui venait souvent auprès de l’Arbre Cœur. Mais c’était toujours fortuit. D’ailleurs, au début, j’essayais de les éviter. Oui, ces moments n’appartiennent qu’à moi, et je ne suis pas prêt à en faire part, même à ma tante. Mais bon, je ne peux pas lui mentir plus, même si je n’ai techniquement aucun compte à lui rendre. Je la regarde avec un sourire taquin, et reprends la parole.

« Je suis démasqué on dirait ! Vous avez raison, je me rendais au Bois Sacré. J’ai besoin de me recueillir, et demander conseil à nos Dieux »

Mais rapidement, la discussion tourne sur ma présence dans les couloirs, ainsi que sur le fait que je devrais me ménager. C’est la meilleure, c’est à moi de me justifier maintenant. Je ne peux m’empêcher de pousser un soupir exaspéré. Moi qui pensais que Jon parti, j’aurais un peu la paix, et qu’on arrêterait de me prendre pour un gamin. Mais visiblement, ce n’est pas le cas. Elle va même jusqu’à passer ses mains dans mes cheveux. Je me demande si elle aurait seulement osé le faire avec Jon. J’en doute sérieusement. Mais je ne la repousse pas, et malgré mon exaspération, je ne dis rien de plus. Quelque part, elle s’inquiète aussi pour moi, elle ne veut pas que je m’épuise à la tâche. Même si je l’ai un peu mal pris au début, je ne peux pas lui en vouloir complètement. J’inspire un grand coup pour essayer de me détendre. Je souris et la redresse la tête en lui lançant un regard taquin.

« Mais ne vous inquiétez pas, Mestres Rorshar et le Seigneur votre Père veille à ce que je ne me surmène pas. Je pense même que personne à part Jeyne ne s’est autant préoccupé de ma santé. »

Et immédiatement, je reprends, moins taquin, mais toujours souriant.

« Quant à Père et à Jon, il ne leur arrivera rien. Je le sais. Je le sens. »

Oui, il ne leur arrivera rien, j’en suis persuadé. Et pourtant, j’ai dit les derniers mots sur un ton presque mélancolique. Père m’a promis qu’ils rentreraient, et que nous fêterions leur retour tous ensemble. Mais pour ça, je dois jouer mon rôle du mieux que je peux, pour assurer leurs arrières. Mais évidemment, je ne suis pas naïf, je sais bien que cette promesse ne vaut rien sur un champ de bataille, et Théa le sait aussi. Mais si je commence à imaginer les scénarios où ils ne pas, je vais craquer, c’est sûr. Alors je préfère rester dans cette idée qu’ils reviendront sains et saufs. Je secoue la tête, puis reprends la parole avec un sourire, pour ne pas montrer mon inquiétude et ces pensées sombres.

« Peut-être souhaiteriez-vous que nous fassions quelques pas ensemble ? Nous pourrions discuter un peu »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 296
Membre du mois : 59
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Lun 21 Nov - 0:31

La jeune femme avait sourit lorsque son neveu avait affirmé qu'elle était sa famille. Malgré la distance qu'elle s'était acharnée à mettre entre elle et les siens, Walton la voyait toujours comme un membre de sa famille. Cette seule phrase avait touché le cœur de la Nordienne. Théa ne savait plus quoi dire et elle préféra ne rien dire. Elle continua sur un autre sujet bien plus intéressant. Son neveu était démasqué et Lady Karstark sourit. Elle était un peu heureuse d'avoir su lire dans les pensées de son neveu. Il fallait croire que parfois, les liens du sang étaient plus forts que tout. Walton allait vers le Bois Sacré. Théa n'eut pas lui demandé pourquoi. Elle s'en doutait bien. Le Bois Sacré et l'Arbre Cœur, cela ne voulait dire qu'une chose. Son neveu allait se recueillir auprès de sa mère. Théa le comprenait. Elle n'allait voir l'Arbre Cœur, elle, mais elle faisait autrement et cela lui allait tout aussi bien. Elle parlait à sa sœur en écrivant des lettres.

La Brune n'ajouta rien à ce sujet. Si son  neveu ne voulait pas lui dire exactement ce qu'il allait faire aux Bois Sacrés, elle ne l'y obligerait pas. Elle ne voulait pas le forcer. Walton était libre d'agir comme bon lui semblait. En revanche, elle s'inquiétait pour lui. Elle lui fit d'ailleurs part. Elle avait passé une de ses mains dans ses cheveux et le garçon avait semblé réticent au départ. Et puis il s'était détendue. Le jeune tenta de rassurer sa tante et cette dernière lui en fut très reconnaissante. Oui son père faisait tout pour qu'il ne se surmène pas. Mais Théa Karstark craignait tout de même pour la santé de son neveu. « Cela est parfaitement normal. Lord Aymon est votre grand-père, mon prince. Le fils de sa fille, vous êtes le prolongement de sa lignée. Quand au Mestre, je veillerai tout de même à ce qu'il vous laisse un peu respirer ou vaquer à des occupations qui vous tiennent à cœur. » ajouta la jeune femme avec une affection qui s'entendait dans sa voix.

Combien de temps l'avait-elle ainsi cachée aux yeux de tous ? Malgré la distance qu'elle avait instaurée, elle n'avait jamais cessé d'avoir de l'affection pour chacun des membres de sa famille, même Jon, même Jeyne et avec le temps, elle pouvait le dire, même pour Torrhen. Elle n'aimait pas se l'avouer mais le roi du Nord avait su donner de merveilleux moments à sa sœur. Elle le savait, Sigyn le lui avait dit. Et pourtant, elle s'était bornée à n'en faire qu'à sa tête. Peut-être qu'à partir d'un certain temps, cela était bien plus facile pour elle que de reconnaître qu'elle lui en avait voulu pour rien. Il était plus facile de rester dans un monde connu même fabriqué de toutes pièces plutôt que d'affronter un monde qui lui échappait si facilement. Elle en avait peur de ce monde, de cette vie qui était devenue la sienne, de ce corps qui avait grandi en total désaccord avec son esprit. Elle s'était un temps détestée pour cela, pour ce qu'elle était devenue. Elle avait haï la jeune femme qu'elle était devenue et pourtant, elle la rassurait. Cette ombre qui errait dans Karhold, elle la rassurait parce qu'elle était le cocon protecteur d'une âme en perdition. Et finalement, il lui avait fallu tout ce temps pour enfin oser regarder le monde et le spectacle qui se jouait et dont elle tenait malgré elle un rôle. Il avait fallu l’affection sans faille de Joris, les conseils d'une valoise et les morts durs du roi et de Lady Corbois pour qu'elle osa enfin. Mais après tout ce temps, redevenir la fille qu'elle avait laissée temps d'année derrière elle n'était point une des choses des plus aisée.

Walton ne voulait pas entendre la possibilité que son père ne revienne pas de la guerre. Théa fut tirée de ses pensées par sa phrase. Elle pouvait comprendre. Elle se refusait elle-même à croire que son frère Arnaut pouvait ne pas rentrer. Elle y pensait et bien trop souvent elle chassait cette pensée. Et pourtant elle savait combien la vie es hommes était fragile en temps de guerre. Elle n’avait qu'à citer la maison Glover de ses cousins pour en avoir un magnifique exemple. Mais elle ne le fit pas. Bien au contraire, elle le laissa cacher ses émotions et l'inviter à faire quelques pas avec lui dans les couloirs de la forteresse. « Cela sera avec plaisir mon prince. Je vous préfère d'ailleurs en ma compagnie plutôt que seul dans ces couloirs. » fit Théa Karstark en reprenant sa marche. « Alors où allons-nous mon prince ? Voulez-vous que je vous accompagne jusqu'aux Bois Sacré et l'Arbre Cœur ? » demanda la tante à son neveu. Théa fit quelques pas et puis ses paroles traversèrent les barrières de ses lèvres.

« Votre mère hante toujours ces lieux. Je le sens, mon prince. » Aurait-elle dû se taire ? Sûrement, mais elle n'avait su les retenir. Elle avait cru la voir et ce n'était certes pas une total vue de son esprit.



Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Karkstark
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
the Sun in the shadow of the Wolf
Messages : 673
Membre du mois : 1
Célébrité : Janet Montgomery
Maison : Karstark
Caractère : Loyale - Froide - Aimante - Franche - Douce - Mélancolique - Protectrice - Maladroite - Élégante - Rancunière - Généreuse - Imprudente - Réservée - Trop méfiante
the Sun in the shadow of the Wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Dim 11 Déc - 17:07


Théa accepte quasi immédiatement de venir avec moi, ce qui me rassure. Enfin, ça ne me rassure pas pour moi. Après toutes ces années, je connais le château comme ma poche. Je pourrais retrouver mon chemin même les yeux fermés. Quand à ma sécurité, je doute que la présence d’une Dame suffirait à dissuader un assassin infiltré ou je ne sais quel plan que nos ennemis pourraient avoir en tête. Non, c’est plus pour Théa que je m’inquiète. Je la trouve perturbée ce soir, et j’ignore pourquoi. Aussi ça m’embête de la laisser seule dans les couloirs du château. Mais visiblement, ce soir, elle a l’air de vraiment se préoccuper pour moi, allant même jusqu’à dire qu’elle parlera à Mestres Rorshar. Je dois avouer que cette idée m’amuse, je me demande bien comment il réagirait, et comment Théa réagirait elle-même. Cette simple projection m’arrache un sourire.

« Oui, allons au Bois Sacré. Je crois qu’en ce moment, nous avons besoin des prières de chacun. »

Après quoi j’ajoute, d’un temps un peu moqueur.

« Merci de m’accompagner, il ne faudrait pas que je me perde et que je ne puisse pas revenir à mes appartements à temps pour avoir une nuit de sommeil complète. »

Après avoir fait signe à ma tante de passer devant, je m’engouffre dans les couloirs en direction du Bois. Nous marchons d’abord en silence. Comme d’habitude, je ne dis rien. Dans les couloirs de Winterfell, le moindre silence prend des dimensions surnaturelles. Seul le bruit de mes bottes sur les dalles de pierre résonne. La nuit qui commence à tomber renforce cette ambiance presque irréelle. Est-ce cette atmosphère si particulière qui invite Théa à évoquer mère ? Je l’ignore. Quand elle me dit que Mère hante toujours les lieux, je m’arrête soudain. Mon visage se referme et s’obscurcit. Ils ne sont pas nombreux, ceux qui évoquent Mère devant moi. La plupart de mes proches n’osent pas le faire, et à raison. Ils doivent se douter que la blessure n’a jamais guéri… Je pensais que Tante Théa s’en douterait, et qu’elle ne retournerait pas le couteau dans la plaie, mais visiblement j’avais tort. Après quelques secondes d’immobilisme, à regarder mes bottes, je reprends le chemin du bois sacré. Pendant tout le trajet, je ne dis mot, et me contente de serrer les dents et regarder droit devant moi, admirant le vide.

Après quelques minutes, nous arrivons à destination. Baigné dans la pénombre, le Bois semble hors du temps. D’aussi loin que je me souvienne, il n’a jamais changé. Les arbres, les plantes, la source chaude. Comme si le temps n’avait aucune prise sur ce lieu. Et au centre, le grand barral continue de protéger la forteresse, des larmes de sang coulant de ses yeux. C’est lui le véritable maitre de Winterfell. Il a vu les premiers Rois du Nord, et verra surement les derniers. Je m’approche de l’Arbre Cœur, et m’agenouille devant. Je sens le vent sur mon visage, et ça m’aide à me calmer. Après avoir fait une prière silencieuse, je m’assois en tailleur et invite Théa à s’assoir à côté de moi. Je ferme les yeux…

Après quelques minutes, une voix résonne à nouveau, comme guidée par sa volonté propre. Une voix triste. Ma propre voix.

« Au début aussi… J’avais l’impression qu’elle était toujours là… Qu’en parlant à l’Arbre Cœur, elle m’entendrait. »

Une fois lancé, je ne m’arrête pas. Sans lui laisser le temps de répondre, et sans ouvrir les yeux, je continue.

« Mais elle n’a jamais répondu… N’a jamais envoyé aucun signe. Alors je me suis fait une raison. Elle a rejoint nos Dieux, et elle doit être heureuse. »

Après un soupire et quelques seconde qui m’ont semblé une éternité, j’ouvre les yeux. J’essuie du revers de la manche une larme qui a coulé sur ma joue. Je baisse les yeux, incapable de regarder Théa dans les yeux après ce que je viens de dire.

« Quelque part, c’est peut-être mieux qu’elle ne soit plus là… Elle n’aurait pas aimé voir sa famille se séparer… »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 296
Membre du mois : 59
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Dim 25 Déc - 20:13

La remarque de la Dame de karhold arracha un sourire à son neveu. Théa en fut particulièrement heureuse et le prince du Nord acquiesça à l’idée de se rendre avec elle aux bois sacré. Alors les deux nordiens se mirent en route. Puis Walton ajouta d’un ton moqueur qu’il ne faudrait pas qu’il se perdre et ne puisse revenir à ses appartements. Théa s’arrêta un moment. Elle prenait soudainement conscience de son erreur. Evidemment, Walton connaissait mieux Winterfell qu’elle. Après tout, c’était sûrement elle qui aurait besoin d’un petit coup de main peut-être pour retrouver le chemin de ses propres appartements.

Alors qu’ils marchaient dans les couloirs, le bruit des bottes du jeune prince brisait le silence de la nuit qui tombait. Théa, elle avait été silencieuse, tel un fantôme errant dans un château froid et sans âme. Mais elle avait brisé ce moment de calme en évoquant sa sœur et mère du Stark de Wintefell. Walton s’arrêta un instant. Avait-elle commis une erreur ? Aurait-elle dû ne point en parler ? Personne ne lui parlait-il donc jamais de la belle Sigyn Stark ? Quelle tristesse, la tante le regrettait amèrement. Le souvenir était-il trop dur à supporter. Mais le silence est parfois pire que les mots. Alors la femme n’ajouta rien. Elle préféra le prince digérer cet imper et un peu plus tard, il reprit la route du Bois Sacré.

Après quelques temps, ils arrivèrent tous les deux au Bois Sacré. Walton s’arrêta et Théa en fit de même. Elle regarda le grand Barral et son cœur manqua un battement. Depuis quand ne s’était-elle pas recueillie près du Barral, trop longtemps. Le vent soufflait et ses cheveux s’agitaient porté par son souffle. La tante ne prononça pas un mot et ses yeux fixaient l’Arbre Cœur. Et puis finalement, Walton l’invita à s’asseoir à ses côtés ce que la nordienne refusa tout d’abord.

La voix du garçon finit par s’élever dans les airs. Lui aussi, il avait parlé à sa mère un temps, espérant que Sigyn lui réponde. Théa n’osa pas parler. Théa avait toujours su que son dernier neveu lui ressemblait, mais elle n’aurait jamais pensé qu’il avait agit tout comme elle. Et si la brune  ne pouvait lui parler à travers l’Arbre Cœur, elle n’avait jamais cessé de lui écrire des lettres qui s’entassaient dans un de ses tiroirs.

Théa l’écoutait et s’approcha finalement près de son neveu. Elle avait sous les yeux toute la détresse d’un enfant qu’elle aurait aimé protéger davantage. Elle avait commis une erreur en s’éloignant de Winterfell. Elle pensait pouvoir veiller sur les siens et elle avait eu tort. Maladroitement, elle posa une main sur l’épaule de son neveu.  Elle ouvrit la bouche une fraction de seconde mais rien ne sortit. Alors elle soupira et son souffle laissa une marque de fumé dans l’air froid. « Ne pas voir les signes ne signifie pas qu’ils n’existent pas, Walton. » confie-t-elle d’une voix anormalement douce et presque chaleureuse. « Walton, ses réponses ne sont peut-être pas sous la forme à laquelle nous nous attendons. Je suis persuadée qu’elle vous entend. Et qu’elle est heureuse de voir le jeune homme que vous devenez. » ajouta-t-elle en prenant finalement place à ses côtés.

Théa Karstark inspira profondément. Elle comprenait parfaitement la souffrance de son neveu. Et elle commençait à entrevoir le désespoir que sa famille avait du ressentir face à son propre désarroi. Il lui ressemblait tellement. Et les derniers mots du prince du Nord achevèrent de briser la barrière de glace qui protégeait le cœur de la fille de Lord Karstark. « Elle en serait très attristée, cela est certain. Mais notre famille n’est pas si séparer qu’elle y parait. Mon prince, votre sœur s’est éloignée de vous, mais elle reste une fille du Nord tout comme votre cousine. Quant à votre père et votre frère, vous l’avez dit vous-même ils reviendront. » poursuivit Lady karstark.

Elle marqua une pose et pus reprit. « Walton, voulez-vous que je vous parle de votre mère ? Je ne suis pas d’avis qu’il faut taire tous propos à son sujet. Le silence n’est pas la solution. Le temps fera son affaire. Mais je ne peux vous assurer que vous guérirez un jour de cette blessure. Vous apprendrez à vivre avec. Je voulais aussi vous dire que j’ai écris à votre sœur, à votre frère et votre père. »



Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Karkstark
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
the Sun in the shadow of the Wolf
Messages : 673
Membre du mois : 1
Célébrité : Janet Montgomery
Maison : Karstark
Caractère : Loyale - Froide - Aimante - Franche - Douce - Mélancolique - Protectrice - Maladroite - Élégante - Rancunière - Généreuse - Imprudente - Réservée - Trop méfiante
the Sun in the shadow of the Wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Dim 1 Jan - 17:16


J’entends Théa me répondre, toujours dans cette idée que Mère est là. Qu’elle nous envoie des messages, des signes, mais que je ne les vois pas. Et au fond de moi, je sens mon sang bouillir. Je sais qu’elle ne cherche qu’à me réconforter, pourtant son entêtement m’énerve. Pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi maintenant ? Comme si la situation n’était pas assez compliquée. Comme si je n’avais pas d’autres choses à gérer. Je n’ai pas le luxe de me montrer faible et sensible aujourd’hui. Père et Jon comptent sur moi, et Jeyne aussi. Le Noir ne s’arrêtera pas ni aujourd’hui ni demain. Et si on ne le stoppe pas, après le Conflan, c’est l’Orage qui tombera, puis Dornes, puis le Val, et viendra le tour de l’Ouest et de même du Bief. Sans dire que l’avenir de Westeros tient sur mes épaules, je suis bien conscient de la menace, et je sais qu’elle ne doit pas être prise à la légère. Je me contente de répondre à Théa par le silence, à défaut de trouver une opportunité de changer de sujet. Sujet que j’ai quelque part alimenté. J’aurais dû me taire.

Je me lève quand Théa me dit que Mère serait attristée de nous voir. Oui, Mère serait attristée, c’est sûr. Après, je suis moins convaincu quand elle dit que la famille n’est pas si séparée qu’elle n’y parait. Concrètement, elle me semble très séparée. Jeyne et Lynara dans l’Ouest, Père, Jon et les cousins dans le Conflan, et moi, Théa et Lyana ici, dans le Nord. C’est difficile d’être plus éloignés… et nous sommes partis sans vraiment mettre fin à nos années de silences. Nous avons commencé, mais sans doute trop tard. En attendant, tout ce qu’il nous reste, c’est d’attendre. Attendre que Père et Jon reviennent sains et sauf. Qu’ils soient victorieux, et que la guerre avec le noir cesse. Il restera les sauvageons, certes, et probablement que les barbares des îles de fer continueront leurs incessantes incursions sur nos côtes, mais ça sera plus facile à gérer, et alors nous aurons du temps. Du temps pour tenter de réparer ce qui a été brisé. C’est ça que Mère voudrait, si elle était encore là sous une forme ou une autre. Théa marque une pause. Je commence déjà à me calmer en me disant qu’elle va en profiter pour changer de sujet. Je me dis que la conversation est close. Mais non, la voilà qui recommence… Et je sens la colère monter encore plus en moi à ce moment-là. Et elle monte à chaque mot qu’elle dit. Que je guérirais ? Que j’apprendrais à vivre avec ? Je ne le crois pas, j’en suis même presque sûr. La cacher oui, c’est déjà le cas depuis des années. Cette douleur, cette blessure, elle fait partie de moi. Et elle ne s’atténuera pas, comme elle ne s’est pas atténuée depuis ces années. Finalement, sans même écouter la fin de la phrase de Théa, je serre les poings et laisse éclater ce mécontentement.

« NON ! Je ne veux pas que l’on me parle de Mère ! Non ! Je ne veux pas que la blessure guérisse. Cette Blessure, c’est tout ce qui me reste d’elle. Sans ça, je n’ai plus rien d’elle, plus aucun souvenir, RIEN ! Elle est partie, point final. Elle nous a laissés seuls ! Jon, Jeyne, Père, moi, vous. Elle m’a laissé seul ! Elle est partie et ne reviendra pas ! Non ! Je ne veux pas parler d’elle, ni maintenant ni plus tard ! JAMAIS ! »

C’est rare que je hausse la voix, et encore plus à ce point. Même quand j’avais discuté avec Père, j’avais certes élevé un peu la voix, mais pas à ce niveau, et c’était plus de la frustration que de la colère. Là, c’est vraiment un éclat de colère, mes poings sont serrés à me blesser les paumes, ma mâchoire serrée, mes yeux rougis et en larmes. Je marque une pause, laissant revenir le silence dans ce lieu sacré. Seule ma respiration haletante se fait encore entendre. J’en profite pour reprendre un minimum de contenance. J’essuie les larmes qui ont commencé à couler sur les joues, puis me retourne. Je reprends ensuite la parole d’un ton beaucoup plus calme, même si ma voix tremble encore beaucoup.

« Je vous présente mes excuses ma tante. Je ne voulais pas vous effrayer. C’est un comportement indigne d’un prince Stark. Je pris pour que vous puissiez me pardonner. »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 296
Membre du mois : 59
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Jeu 12 Jan - 23:01

Théa tressaillit. Elle ne s’était pas attendue à la réaction de son neveu. Ses mots avaient fusé sans prévenir. La nordienne s’était tournée vers lui et n’avait pas osé ajouter quoi que ce soit. Et si la Brune restait sans voix, l’envie de lui refroidir l’esprit la démangeait furieusement. Théa ne comprenait pas. Elle ne pouvait pas comprendre. Sigyn, sa sœur, sa mère, comment pouvait-il refuser d’avoir plus de souvenir. Il disait qu’il ne lui restait rien, justement, elle cherchait à lui en donner plus. Elle voulait l’aider, juste l’aider. Juste essayer, mais il ne voulait rien savoir. Théa Karstark se leva et s’éloigna de son neveu avant qu’elle ne regrette un geste malheureux.

La jeune femme faisait quelques pas lorsque son neveu reprit la parole. Il s’excusait, il espérait qu’elle lui pardonna. Théa soupira. Elle marcha d’un pas décidé et se planta devant le jeune loup. « Vous êtes stupide, Walton. Stupide et aussi borné que je peux l’être. Vos colères sont aussi violente que les nôtres, mon cher neveu. » fit la fille Karstark. Elle regarda un instant l’arbre et puis reprit. « Vous ne m’avez point effrayée. Je dois dire qu’il n’y a que peu d’hommes qui peuvent me faire réellement peur, votre père et votre oncle Arnault. »

La fille de Lord Karstark s’interrompit un court instant et vint prendre dans ses bras le jeune loup. Ultime moment de tendresse, mais la jeune femme n’avait pu que succomber à cet élan. Combien de fois avait-elle su résister ? Combien de fois avait-elle enfoui cet instinct protecteur ? Elle aurait sûrement dû les laisser s’exprimer bien plus tôt. Mais elle avait toujours voulu au fond d’elle pouvoir montrer à quel point elle les aimait, tous. « Mais vous avez raison, cela n’est point digne d’un prince Stark. Mais vous êtes aussi encore un enfant, vous grandissez, mais vous en restez un, Walton. J’aurai juste aimé vous aider. Mais vous n’êtes peut-être tout simplement pas encore prêt pour cela. Je pensais que parler de votre mère vous ferait du bien. J’avais tort. »

Sa voix se brisa dans le silence du lieu. Elle avait eu tort, oui. Mais elle savait que maintenant, si son neveu voulait parler, il saurait vers qui se tourner. Elle était prête à lui dire tout ce qu’elle savait sur Sigyn. Walton était encore bien trop jeune lorsqu’elle était morte. « Walton, croyez bien qu’elle n’a jamais voulu vous laisser seul, ni vous, ni votre frère et votre sœur, ni votre père. »

Avait-elle encore trop parlé ? Peut-être, elle ne savait pas trop. Seul son neveu pourrait le lui dire. Mais pour le moment, elle pensait réellement que c’était la bonne la solution. En parler un peu mais sans en dire davantage. Théa Karstark voulait juste inciter Walton à venir à elle, à confier sa peine. Elle était tout à fait prête à l’écouter. Théa s’écarta finalement du jeune loup. Elle le laissa enfin respirer et retourna s’asseoir à ses côtés. « De quoi voulez-vous parler, Walton. Puisque mon sujet ne vous convient guère, vous pourriez peut-être m’aiguiller vers un autre ? » ajouta la jeune femme.



Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Karkstark
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
the Sun in the shadow of the Wolf
Messages : 673
Membre du mois : 1
Célébrité : Janet Montgomery
Maison : Karstark
Caractère : Loyale - Froide - Aimante - Franche - Douce - Mélancolique - Protectrice - Maladroite - Élégante - Rancunière - Généreuse - Imprudente - Réservée - Trop méfiante
the Sun in the shadow of the Wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Jeu 26 Jan - 0:25


Que dire après ça… visiblement que j’aie trop parlé… quelque part, la réaction de Théa ne me surprend pas. Elle aurait pu se contenter de partir en ruminant l’affront, mais ça n’aurait pas été Théa Karstark. Elle n’a jamais fléchi devant Père, pourquoi le ferait-elle pour moi ? J’irais même plus loin. Autant avec Père, ses reproches sont plus ou moins injustifiés, autant là, elle a raison de me traiter d’idiot. Oui, c’est un comportement idiot que j’ai eu. Idiot et indigne. J’ai perdu mon sang froid, et un homme ne devrait jamais perdre son sang-froid, surtout face à une femme. Alors je ne dis rien, je me contente de baisser la tête, dans une attitude résignée, et silencieuse.

Jusqu’à ce que… Tante Théa me prenne dans ses bras ? Voilà un retournement de situation que je n’aurais pas pu prévoir, loin de là. Connaissant la froideur de ma tante, je ne me serais jamais attendu à une telle réaction de sa part. Pris de surprise, je la laisse faire. Mais en même temps, même si je n’avais pas été surpris, je ne l’aurais pas repoussée. Je l’écoute me dire que je suis encore un enfant. Je serre les poings une fois de plus, mais ne dit rien. Après le coup d’éclat de tout à l’heure, j’aurais du mal à la démentir… et puis je n’ai pas envie de tendre encore plus l’atmosphère, j’en ai déjà assez fait…

Finalement, Théa retourne s’assoir, et me demande de quoi je veux parler. De quoi je veux parler ? De rien. D’absolument rien… si ça ne tenait qu’à moi, je ne parlerais pas. Je n’ai jamais été très loquace, pourquoi ça changerait aujourd’hui ? Surtout après ce que nous venons de dire… j’aurais plus envie de me reposer… mais ça ne serait pas acceptable…

« Ce n’est pas que je ne veux pas parler d’elle…  C’est juste que…. »

Je soupire. C’est juste quoi au fait ? Je n’ai pas envie d’en parler, je n’ai pas envie de me justifier. Mais si j’ai appris quelque chose des dernières semaines, c’est que les non-dits n’apportent rien de bon. Et j’ai bien l’impression que même si elle propose de changer de sujet, Théa ne me laissera pas tranquille tant que je n’aurais pas expliqué le malaise. Je croise les bras, et tourne le dos à Théa avant de reprendre la parole.

« Père compte sur moi, et tous ceux qui sont sur le front. Je ne peux pas me permettre de craquer… Pas en ce moment… Et je sais que si je commence à me laisser aller à la nostalgie, je vais craquer… »

Oui, se montrer faible maintenant… c’est totalement exclut. J’ai quelqu’un à prouver. À leur prouver. À me prouver. Je dois montrer que je peux être fort, que je suis digne de confiance, que je peux gérer cette situation. Certes, avec l’aide de Mestre Rorshar et de Lord Karstark, mais quand même. Je dois prouver que je suis à la hauteur de ce qu’on attend de moi. Je dois prouver que je suis un homme.

Mais… est-ce que c’est vraiment la raison pour laquelle je ne veux pas parler de Mère ? Quand j’ai parlé avec Jeyne, j’ai moi-même admis que je pourrais tout à fait devenir un homme sans oublier Mère, sans l’effacer de ma mémoire. Alors pourquoi ? Pourquoi ait je encore autant de mal à accepter qu’on me parle d’elle ? Pourquoi le simple fait de l’évoquer me fait perdre tous mes moyens, comme quand Père a annoncé son union avec Rhaenys Targaryen ? Je laisse tomber mes bras de chaque côté de mon torse et regarde l’Arbre cœur.

« Et puis… C’est déjà assez dur de ne plus se souvenir d’elle… Alors, savoir qui elle était… Savoir tout ce que j’ai raté… tout ce que je n’ai pas eu… J’ai peur que ça me fasse encore plus mal… »

J’essuie du coin de l’œil une larme, puis reporte mon attention vers Théa. Je m’assois à nouveau à côté d’elle, sans vraiment attendre une réaction à ce que je viens de dire. Je reprends sur un élément que j’avais ignoré tout à l’heure.

« Mais je vous ai interrompu tout à l’heure. Vous disiez avoir écrit à mon père. »
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 296
Membre du mois : 59
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Dim 19 Fév - 17:44

C’était jusque quoi ? Théa attendait la réponse avec impatience. Elle voulait comprendre, elle voulait le comprendre. Et même s’il ne lui disait pas tout aujourd’hui, la brune savait qu’il venait de faire un pas vers elle. Il était libre de poursuivre ou non, elle ne l’y obligerait jamais. Mais en ces temps troubles, il était plus que tant que les murs ne tombent. Et Théa en avait justement brisé quelques-uns. Elle espérait juste que les autres en fassent autant. Walton soupira et se tourna pour finalement donner quelques explications que la fille de Lord Karstark écouta avec attention. La crainte, la peur et l’envie de son montrer à la hauteur, voilà ce qui animaient le jeune prince du Nord. Sentiment louable mais au combien destructeur si on s’y perdait. Théa Karstark le savait mieux que personne. Elle s’y était perdue, empêtrer dans ce qu’elle avait jugé nécessaire de faire pour ne pas souffrir, pour ne pas LES faire souffrir. Et voilà où elle en était. Presque dix ans de solitude qu’elle s’était imposée. Mais elle ne parla pas tout de suite. Elle préféra le laisser continuer.

Théa Karstark le regarda droit dans les yeux. Devait-elle parler ou bien se taire. Elle ne savait quoi faire. Elle laissa passer un silence. Elle fixa de nouveau l’Arbre Cœur et inspira. « Walton, votre père compte sur vous, c’est un fait et je ne peux le nier. Vous êtes maintenant le seul loup gardien du Nord. Je ne peux non plus vous dire mon prince que la nostalgie n’est pas dangereuse. Mais je peux vous assurez d’une chose, elle ne l’est que si vous refusez de vous confier à d’autres… » sa voix se brisa. C’était comme si elle venait d’avouer sa propre erreur. Elle ramena ses jambes près d’elle et reprit. « Vous savez, tout un homme peut craquer et cette faiblesse est bien plus saine que d’enfouir toute tristesse. Croyez-moi, je sais hélas de quoi je parle. Et croyez-vous que votre père est un homme sans faiblesse ? Si vous l’imaginiez ainsi, je suis aux regrets de vous affirmer que ce n’est point le cas. J’ai vu votre père à genoux devant une statue de votre mère. J’ai vu la faiblesse de cet homme que je croyais insensible face à la perte de sa femme. Je le pensais sans émotion, je pensais qu’il avait tourné la page et je lui en voulais. Je me suis trompée. Et je dois vous avouez mon prince, qu’au fond de moi, je suis ravie de m’être ainsi fourvoyez. » Théa se tut un instant et puis reprit. « Vous apprendrez à gérer tout ceci Walton, parce que vous êtes le digne fils de vos parents. » Elle voulait le rassurer. Elle voulait qu’il comprenne qu’il pouvait se montrer et fort et sensible lorsqu’il était avec les bonnes personnes. Là était la force des grands hommes.

Théa Karstark laissa s’échapper un soupir et laissa son corps s’étendre sur le sol. Ses yeux se perdaient dans l’immensité du ciel. Elle tourna légèrement la tête lorsque son neveu reprit la parole. Il revenait sur le fait qu’elle avait mentionné plus tôt qu’elle avait écrit au roi. « C’est tout à fait exact, je lui ai écrit. » répondit lady Karstark. « J’avais des choses à lui dire, il était tant d’écrire à votre père. » continua Théa d’une voix douce et calme. Oui le temps était venu.

« A dire vrai, j’ai ressenti le besoin de lui parler et je dois vous dire que je suis prête à enterrer la hache de guerre que j’ai moi-même brandit fièrement depuis tant d’années contre votre père. » poursuivit-elle.



Spoiler:
 


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Karkstark
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
the Sun in the shadow of the Wolf
Messages : 673
Membre du mois : 1
Célébrité : Janet Montgomery
Maison : Karstark
Caractère : Loyale - Froide - Aimante - Franche - Douce - Mélancolique - Protectrice - Maladroite - Élégante - Rancunière - Généreuse - Imprudente - Réservée - Trop méfiante
the Sun in the shadow of the Wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   Jeu 23 Fév - 21:00


J’écoute attentivement Théa alors qu’elle m’explique que Père n’est pas sans failles. Comme si je ne le savais pas. Mais justement, le fait que les événements dont elle parle me sont inconnus, c’est justement parce que Père les gardes pour lui. Il a une responsabilité envers le royaume, et sait qu’il ne peut pas flancher devant les autres. Et c’est pareil pour moi. J’ai un devoir envers mon Père, envers Winterfell, envers le Nord, envers mon roi. Je ne dois pas flancher, je ne dois pas me montrer faible. Mon rôle est de maintenir la confiance du Peuple et des seigneuries du Nord en l’absence du Roi. S’ils ont le moindre doute sur ma capacité à tenir les rênes du Nord, ils pourraient être tentés d’en profiter. C’est pour ça que j’ai fait venir Lord Aymon, parce qu’il est le seul lord en qui je peux avoir confiance. Pour l’instant, les lords nous soutiennent, de même que le peuple. Mais si un jour Père devait ne plus l’emporter, alors ils pourraient être tentés de nous retirer leur soutien. Si j’ai fait preuve ne serait-ce qu’à un moment de faiblesse, alors la tentation sera d’autant plus grande. Il est facile pour Jeyne et Théa de parler de leurs faiblesses et de se laisser aller à leurs sentiments. Ce sont des femmes, c’est une des choses qu’on attend d’elles, quitte à brimer les plus fortes, comme ma sœur ou ma tante. Un homme lui doit se montrer fort, et d’autant plus en temps de guerre.

Mais je ne m’étends pas sur la question, à vrai dire, cette discussion m’épuise un peu. J’ai l’impression de me répéter, et que quelque part chacun cherche à mettre son grain de sel dans ma conduite. Est-ce si mal que j’essaye de progresser ? De m’accomplir en tant qu’Homme ? De faire de mon mieux ? J’ai l’impression que chacun à quelque chose à redire sur ma façon de faire, alors qu’il n’y a pas si longtemps, ça ne dérangeait personne que je me débrouille tout seul, sauf Jeyne, mais pour d’autres raisons. J’imagine que c’est normal, en tant que Cadet. Mais je n’ai pas l’intention de rester le cadet de la famille Stark bien longtemps. Je veux plus, et j’aurais plus. Mais en attendant, je préfère changer de sujet plutôt que d’avoir à me justifier inutilement une fois de plus. J’interroge Théa sur le fait qu’elle ait écrit à Père. Ce à quoi elle le répond qu’elle est prête à enterrer la hache de guerre. Même si je doute qu’on puisse réellement parler de guerre entre Père et Théa tant le rapport de force est déséquilibré, je suis très surpris de la nouvelle. Surpris, mais en même temps étrangement satisfait. C’est plutôt une bonne nouvelle, d’une part parce que ça ne m’amusait pas particulièrement d’avoir ce conflit latent entre deux membres de ma famille, et d’autre part parce que cela veut dire que Théa est enfin prête à tourner la page de la mort de Mère… Si elle en est capable, peut-être qu’un jour j’arriverais a parlé d’elle sans perdre tous mes moyens. Sans tarder, j’enchaine.

« C’est une bonne chose… J’ai moi-même mis au clair plusieurs choses avec Père et Jon. Sur mon attitude, sur la leur… »

Je baisse les yeux, puis reprends.

« Il était plus que temps… »

J’agite ensuite la tête, comme pour chasser une idée sombre, puis regarde Théa dans les yeux. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres, malgré mes yeux encore rougis par les larmes.

« Je suis heureux que vous soyez prête à vous rapprocher de Père. J’ai toujours trouvé triste cette querelle entre vous. J’en comprends bien sûr les causes, mais je l’ai toujours regrettée, d’aussi loin que je m’en souvienne… Nous vivons une nouvelle époque… Avec la guerre, les cartes sont redistribuées… L’hiver vient, et seuls les dieux savent ce qu’il nous apportera… Nous devons mettre de côté nos querelles et agir là où est notre place, pour le bien du Nord. »

Un sourire joueur illumine alors mon visage après avoir dit cette phrase, suivi d’un petit rire. J’ai l’impression d’avoir déjà entendu ce genre de sermon dans la bouche de quelqu’un d’autre. Évidemment, je fais référence à Père. Difficile à dire si c’est à force de l’entendre qu’il m’a influencé, ou si c’est notre lien du sang qui parle. Probablement un peu des deux.

« Je me mets à parler comme Père… Bien que non, il aurait probablement rajouté une un deux piques bien senties sur nos ennemis. »

Du genre « Les Sudiens comprendront qu’il n’y a pas 7 enfers » ou une autre remarque désobligeante, mais méritée, sur les hérétiques fers nés. Malheureusement, je suis moins doué que lui pour ce genre de phrasé. Ça viendra peut-être avec le temps et l’expérience. Je me calme un peu avant de reprendre, le regard confiant.

« Il n’a pas évoqué votre lettre dans son dernier corbeau. Peut-être ne l’avait-il pas encore reçu, ou peut-être jugeait-il que cette affaire ne vous concerne que tous les deux ? Mais je suis certain d’une chose, il répondra favorablement à votre requête. Malgré tous ses défauts, Père est un homme intelligent, et je doute que ce conflit entre vous lui plaise… Sous ses airs de vieux loup sauvage, Père peut se montrer… Bien plus compréhensif qu’il n’en a l’air… »

Je fais évidemment référence à la dernière discussion que j’ai eue avec lui, cette même discussion qui m’a amené ici aujourd’hui. J’avais un peu déballé mon sac ce jour-là, plus ou moins sur le coup de la colère. J’avais alors été surpris par la compréhension dont père avait fait preuve. J’avais toujours vu Père comme un homme exigeant, autant pour les autres que pour lui, mais totalement déconnecté de la vie de la famille depuis la mort de Mère. J’avais tort… complètement tors… Je baisse à nouveau la tête.

« Je m’en suis rendu compte que très récemment… »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince du Nord
Âge du Personnage: 12 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Pour le Nord !
Messages : 296
Membre du mois : 59
Célébrité : Chandler Riggs
Maison : Stark
Caractère : Débrouillard - Solitaire - Indépendant - Discret - Inventif - Blessé
Pour le Nord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pierreduhamelpaysage.jimdo.com/
MessageSujet: Re: The Sun And The Wolf   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The Sun And The Wolf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]
» Punk Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Nord :: Winterfell
-
Sauter vers: