AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|
MessageSujet: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Dim 28 Aoû - 15:27

Un vent fort vint faire claquer les étendards noir et blanc des Cygnes Swann. Les capes des cavaliers volaient elles aussi dans le vent, et Beric sentait la sienne qui claquait à chaque rafale de ce vent annonciateur de la tempête. Le temps était à l'orage, et il fallait bien admettre que le grondement lointain de l'orage ne cessait de se rapprocher. Beric et ses cavaliers filaient droit vers Accalmie dont les hautes murailles de pierre grises se dressaient déjà à l'horizon, formant l'immense silhouette terrible et sombre de la capitale de l'Orage. Revêtu d'un pourpoint noir, dont seul les armoiries marquaient l'appartenance du sire à sa maison, Beric avait une allure sombre et mystérieuse malgré qu'aucune capuche ne vienne recouvrit sa tête. Il sentait son épée battre sa jambe à chacun des mouvements de son cheval, et ce simple contact avait de quoi le réconforter un peu. Au fur et à mesure de leurs périples, le seigneur, et son escorte d'une cinquantaine de cavaliers, avaient pu constater les ravages de la guerre sur toute cette partie du royaume. Si ils avaient pu constater les effets néfastes de la guerre dans le sud du royaume, Beric avait mis un point d'honneur à défendre de nombreux hameaux et à poursuivre et massacrer les bandes de pilleurs qui avaient voulu sévir dans ses terres et celles de ses voisins, ce qui avait eu pour effet de limiter un peu les dégâts, mais ici, les armées de l'Orage vaincus, aucun seigneur n'avait pu empêcher le massacre de certains villages et le pillage de ces terres qui, aujourd'hui, étaient dans un état pitoyable. Les gens étaient prostrés, et c'est à peine si les gens voulaient continuer de vivre. Comment leur en vouloir? Ils avaient vécus des moments plus difficiles que jamais. A présent qu'ils arrivaient en vu d'Accalmie, on pouvait même constater que certaines traces du siège restaient encore. Quelques épieux éparpillés ça et là, parfois quelques armes brisés traînaient dans la boue, un éclat d'acier attirait votre regard comme pour vous rappeler qu'ici étaient tombés plusieurs hommes et que la ville avait vécu des moments difficiles.

Les portes étaient ouvertes, et la petite troupe s'engouffra dans les murailles de la forteresse. Beric fit stopper son cheval dans la cour principale alors que sa compagnie venait prendre place autour de lui. Un homme s'approcha, revêtu d'une armure et se présenta comme étant capitaine. Il salua respectueusement le Lord qui lui demanda de veiller à ce que les chevaux soient nourris, leurs cavaliers assureraient le décrassage de leurs montures. L'homme accéda à sa demande sans trop de difficultés alors que Beric notait que plusieurs soldats étaient postés sur les murs de la ville, en alerte. Il fallait dire qu'il y avait quelques semaines, ils luttaient pour garder le contrôle de ces murs. Aujourd'hui, si la situation avait changé, le souvenir était encore vif dans les esprits. Beric mit pied à terre et se laissa conduire par le capitaine. Il entrait désormais dans l'antre du Cerf. A mesure qu'il marchait vers la grande salle du trône, il ne pouvait s'empêcher de penser à celle qu'il était venu voir. Il ne l'avait jamais vraiment rencontré, et il ne savait pas vraiment ce qu'il devait penser de Argella Durrandon. Il l'avait certes vu à quelques réceptions lorsqu'il avait été à Accalmie, mais ne l'avait jamais vraiment côtoyé, c'était plutôt son fils, Gawen, qui connaissait mieux la reine et qui ouvrait se vanter de la connaître bien mieux que son père. Les couloirs sombres de la citadelle, leurs simplicité montraient aussi un aspect dur, guerrier, brutal, de l'orage. Lorsqu'il arriva dans la grande salle, le capitaine demanda à Beric de l'attendre ici, et c'est ce qu'il fît. Il se laissa aller à regarder le trône où autrefois siégeait Argillac, et qui aujourd'hui était vide. Le Lord profita du silence qui risquait de ne pas durer. Avec toutes ces émotions, il n'avait guère eut le temps de se décrotter, mais peu importe, il devait voire la Reine. Non pas dans l'urgence, mais parce que les Swann était resté un peu à l'écart de la cour ces-derniers temps, et il fallait bien montrer qu'ils restaient fidèles.

Des bruits de pas ne tardèrent guère à se faire entendre. Le capitaine en question revenait, et... Il n'était pas accompagné. Il s'arrêta devant le Lord et finit par dire:
- Son altesse la Reine vous demande de bien vouloir patienter, elle ne peut vous recevoir pour l'instant.
Beric ne s'en offusqua pas ou ne s'emporta pas. Il ne voulait pas que les choses s’enveniment dés sa première rencontre avec sa souveraine, aussi répondit-il:
- Très bien, et vous a-t-elle informé du temps que je devrais attendre?
- Je l'ignore mon seigneur, elle ne m'en a guère toucher mot.
- Soit, alors j'attendrais le temps qu'il faudra.
- Bien messire.

Le capitaine s'inclina légèrement et fila alors que Beric commença à attendre. Finalement, il trouva un coin sombre et frais dans un angle et il attendit là. La lumière qui pénétrait dans la salle par de petites fenêtres n'étaient pas vraiment utile au vu du temps dehors, et les torches qui brûlaient sur les murs n'éclairaient pas vraiment les angles. Deux soldats passèrent par là sans prêter cas au Lord qui en fût heureux. Il n'avait guère la force de répondre aux courbettes et aux politesses des hommes, d'une part parce qu'il était un peu fatigué du voyage, d'autres part parce que cela l'agaçaient. Un mouvement de tête à la limite, des courbettes en public, encore, mais lorsqu'ils étaient seuls, le Lord préférait de loin un bref signe de tête. Ses soldats avaient pris l'habitude de cela. Inutile qu'ils aillent lécher le sol à ses pieds simplement pour montrer qu'ils connaissaient la hiérarchie, non, autant qu'il se comporte en hommes et autant éviter ce gaspillage de temps et d'énergie. Bien sûr, chacun avait son point de vue sur la question. L'attente devenait un peu longue, mais pour une fois, le Lord prit son mal en patience, il ne pourrait pas accélérer les choses de toutes façons, autant s'en satisfaire donc.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Mer 7 Sep - 21:32

Argella est épuisée, physiquement et moralement. 3 semaines qu'Accalmie est libéré du siège, 2 semaines qu'elle a été couronnée Reine. S'y fera-t-elle un jour ? A cette avalanche de responsabilités qui ne cessent de lui tomber dessus. Elle a beau avoir été élevée pour devenir reine et pris une part de responsabilité en tant que princesse, force est de constater qu'entre la théorie et la pratique il y a un gouffre.

L'ennemi s'est retiré de ses terres, mais la guerre est toujours aussi proche de l'envahir à nouveau. Elle ne peut pas le permettre, ils ont déjà trop détruit. A commencer par ces femmes qui l'entoure, certaines restent imperturbables, d'autres n'ont pas cette même force, mais toutes ont été les victimes de cette guerre. Argella a tenu à les rencontrer, leur prêter une oreille attentive, qu'elles sachent qu'elles n'étaient pas oubliées.

Assise sur une marche, la reine les écoute lui confier leurs craintes, notamment la peur d'avoir des bâtards dans leurs ventres. Des bâtards riverains. Elle n'a pas de solution miracle à leur donner, tout ce qu'elle est en mesure de faire est de les rassurer sur le fait qu'elles ne deviendront pas des parias. Sur ces entrefaites, un garde vient lui annoncer que Lord Swann souhaite un entretien avec elle. Le regard résigné que lui lancent les femmes qui l'entourent en dit long sur ce qu'elles pensent, mais si Argella n'en a pas fait la promesse publiquement, mais elle ne compte pas déroger à son emploi du temps fixé au profit d'un Lord.

Ces femmes sont sa priorité pour l’après-midi, pour les distraire elle a prévu quelques activités en compagnie des enfants. Il est important de leur faire savoir qu'elles comptent après tout ce qu'elles ont subi, une journée ce n'est pas cher payé pour leur apporter un peu de baume au cœur. Comme l'après-midi est déjà bien avancé, Lord Swann n'aurait probablement pas trop longtemps à attendre, au pire, elle ne doute pas qu'il sera bien accueilli par les employés de maison.

Le soleil a disparu depuis longtemps derrière les nuages lorsque la Reine quitte le dispensaire, la pluie est diluvienne et ses cheveux claquent abruptement sur son visage à cause du vent, tandis qu'elle retourne à sa demeure. L'orage n'est pas loin. Elle est trempée et s'essore les cheveux lorsqu'elle pénètre la grande salle, pour n'y trouver personne.

« Jouez-vous à cache cache Lord Swann ? » Un bruit la fait se retourner et une ombre surgit d'un coin, suivi par un homme de haute stature.  Un guerrier sans nul doute, elle le reconnaît seulement parce que son fils lui ressemble et le gratifie d'un signe de tête. « Vous voilà. Me ferez-vous l'honneur de dîner en ma compagnie pour me faire pardonner de cette longue attente ? » Le fait est qu'elle ignorait que cela prendrait plus de temps que prévu. La raison de sa venue lui est inconnue, il en a probablement une bonne pour avoir fait le voyage jusqu'ici.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Ven 9 Sep - 16:06

Beric attendait toujours la reine, tapi dans un coin tel un prédateur entre les rochers attendant qu'une proie passe pour lui sauter à la gorge. Le Lord n'est pas vraiment un prédateur en cet instant, mais cela lui permets au moins de voir les passages de certaines personnes, pour la plupart des soldats ou des servantes du château qui passent là pour aller plus vite, ou pour accéder à certaines salles. Ils passent là, comme si de rien n'était, sans un regard pour ce trône qu'ils ont tant l'habitude de voir, sans même un regard pour l'architecture si particulière et si sombre de la forteresse des Cerfs. Non, pour eux c'est tout à fait normal, ils connaissent cette ambiance là, c'est leur quotidien. De plus, Beric aime être discret, si parfois il faut savoir se montrer, il doit admettre que ce ne sont pas des moments dont ils raffolent le plus, même si il peut lui arriver d'y prendre plaisir. Il reste donc là, à contempler l'architecture très militaire du château qui ne laisse que très peu de place à la décoration et au somptueux. Finalement, ELLE finit par arriver. La Reine. Vêtue comme... Pas comme une Reine. Elle est trempée, et ses cheveux noirs laissent couler l'eau qu'elle essore. Elle finit lors par demander si il joue à cache-cache et il ne peut empêcher un sourire de se former sur ses lèvres alors qu'il sort à la lumière.

- C'est un jeu fort sympathique en tout cas, et il a je crois, le mérite de nous permettre d'observer plusieurs choses que nous ne pourrions pas observer si les gens savaient que nous étions là. Mais passons.
Lord Swann a un peu d'humour, il doit bien l'admettre. Mais derrière chaque petite chose que la vie leur permets de vivre se cache un enseignement qu'il peut être bon de retenir, parfois. Mais le Lord n'est pas venu pour parler d'un jeu enfantin, même si le jeu en question est aussi très utilisé par les adultes. Elle semble d'ailleurs se douter qu'il n'est pas venue pour cela. Elle propose alors, pour se faire pardonner, qu'il dîne en sa compagnie. Elle devait sans doute avoir mieux à faire que parler au Lord, et Beric sait combien les responsabilités sont lourdes lorsque l'on occupe ce genre de postes, aussi il ne la blâme pas pour l'attente. Non, il n'a d'ailleurs pas à le faire. Il s'incline légèrement en répondant finalement:

- Il n'y a rien à pardonner Votre Majesté. Ce serait néanmoins pour moi un honneur de pouvoir dîner avec vous.
Il se redresse en notant qu'elle est toujours aussi trempée. Il est vrai qu'elle n'a pas vraiment l'allure d'une reine, il le reconnait. Pas dans cet Etat. Mais il sait aussi que l'on ne juge pas une personne par rapport à son état physique, du moins, pas seulement. Ce qui compte, ce sont ses capacités. De quoi est-elle capable? Beric doit néanmoins reconnaître qu'elle ressemble à son père, les cheveux noirs, quelques traits du visage ne sont pas sans rappeler le valeureux Argillac Durrandon. Le Lord finit alors par déclarer, un peu hésitant malgré tout car, qu'il le veuille ou non, il fait face à sa Reine, c'est à dire pas à n'importe qui. Il finit donc par déclarer:

- Et je vous propose aussi... Sans vouloir vous commander, d'aller vous changer avant d’attraper froid. Car vu les temps qui courent, je pense qu'éviter la maladie ne sera que bon, et pour vous, et pour votre royaume.
Elle est libre après tout, mais bientôt l'eau pénétrera complètement ses habits, et elle risque d'avoir froid, même si il ne doute pas de la détermination dont elle est capable de faire preuve pour montrer qu'elle ne craint pas le froid. Et il a assez d'expérience pour voir en elle quelqu'un de déterminée, têtu aussi, sans doute, mais tellement déterminée qu'elle pourrait sans nul doute affronter vents et marées sans broncher. Et puis, si ce qu'on raconte est vrai, elle a affronter l'ennemi devant les portes de sa capitale, elle a tenu à l'armée riveraine, et mieux encore, elle l'a chassée, en étant en plus de cela, à la tête de ses troupes. Une combattante, Une reine, et une femme qui semblait s'intéresser à son peuple. L'orage avait sans doute une bonne Reine, mais il ne restait plus qu'a espérer qu'elle soit aussi sage, et... Plus sage que son père pourrait être une bonne chose. Mais Beric gardait cela pour lui pour le moment. il voulait éviter d'être en froid avec elle dés le départ. Mais, il s'en doutait, ils auraient le loisir de discuter de tout ce qu'ils voulaient devant un bon repas. Et il n'allait pas aborder tout de suite le sujet maintenant, ça non, mieux valait attendre encore un peu.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Ven 9 Sep - 21:10

Maintenant qu'elle le voit mieux elle sait de qui tient le fils. Argella a déjà eu l'occasion de croiser Lord Swann, mais jamais d'échanger avec lui ou elle ne s'en souvient pas. Il faut dire que leurs priorités étaient ailleurs à ce moment-là. Argella côtoyait d'avantage le fils héritier que le Lord et côtoie toujours d'ailleurs. Il est soutien inestimable pour la nouvelle reine. « Et vous étiez si bien caché que personne n'a dû se douter qu'ils fussent observé. J'espère qu'ils vous ont distraits. »

Depuis le temps qu'il patiente, c'est tout de même la moindre des choses de ressentir un minimum de gêne et de le faire comprendre. Elle se doit d'entretenir de bonnes relations avec ses vassaux qui font régner l'ordre et faire respecter les lois édictées par leur souverain, c'est à dire elle désormais. Elle n'aurait pas été étonnée si elle ne l'avait pas trouvé ici, mais il semble qu'il soit patient et pas fâché ou il le cache bien sous un masque de bienséance.

« Délicate attention Messire, j'en avais bien l'intention. » Annonce-t-elle sourire aux lèvres tout en retirant ses gants. « Je souhaitais tout de même vous inviter de vive voix, par moi-même. » Elle ne compte pas dîner en compagnie d'un Lord dans ses habits de roturiers, qu'ils soient trempés ou non. Si ce n'est un secret pour aucun des orageois qu'elle se vêtit rarement, voir jamais, comme une lady et d'avantage avec des vêtements confortables pour la chevauchée, elle sait être présentable quand il le faut. Comme quoi, Rowenna n'a pas tout perdu dans l'éducation de sa fille, certaines choses ne sont pas sorties de sa mémoire aussitôt dite.

« Il me semble que votre fils s'est chargé de vous faire préparer une chambre dès qu'il a su votre venu, mais si vous préférez vous installer dans la salle de banquet et sirotez un bon verre de vin, ou de ce que vous souhaitez, tandis que je me change, faites comme il vous sied Lord Swann. Je ne prendrais pas ombrage que vous commenciez avant mon retour. »

Un bref hochement de tête et elle prend congé du Lord pour rejoindre ses quartiers. Non sans quérir auprès d'une servante qu'elle subvienne à tous ses désirs jusqu'à son retour. Manque de chance, le Mestre n'est pas loin et demande à vérifier la blessure de sa hanche, la plus longue à cicatriser puisqu'elle ne fait pas particulièrement d'effort pour se ménager. Un bref coup d’œil et il lui annonce que c'est en bonne voie de guérison, après quoi, elle enjoint à sa servante de lui trouver une tenue pendant qu'elle se sèche et se réchauffe.

Bien évidemment, sa servante lui rapporte l'une de ses tenues habituelles et masculines. Argella commence à perdre patience, ce n'est pourtant pas la faute de cette femme si sa maîtresse ne lui a pas précisé qu'elle porterait une robe. De fait, la Reine perd encore du temps qu'elle pourrait investir autrement. Enfin apprêté d'une robe noire aux ornements fins et dorés, rappelant les éclairs des orages qui définissent si bien son royaume, la Reine rejoint la salle des banquets pour y retrouver le Lord. Ils seront seuls, sans compter les quelques employés.

Elle meurt d'envie de connaître la raison du long voyage qu'il a entrepris, de sa venue, mais elle ne souhaite pas non plus le brusquer avec une attitude franche et directe. Déjà qu'il a pris son mal en patience...''Chaque chose en son temps'' comme dirait sa charmante mère. « Puis-je vous remercier d'avoir mis un homme tel que votre fils sur mon chemin ? » Engage-t-elle tandis qu'une employée remplit son gobelet de son vin favoris. « Il m'est d'une grande aide dans tout ce que j’entreprends, et votre fille, Myrcella, a été d'un grand secours auprès de nous tous durant le siège que nous avons subi. Je suis heureuse d'avoir vos enfants si proches de moi. » Et sans doute sait-il déjà que son fils est devenu son plus proche conseiller en plus d'être commandant de sa garde.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Mer 14 Sep - 23:03

Beric sourit lorsqu'elle usa d'un peu d'humour en répondant qu'elle espérait que ces gens l'ait amusé. Hélas, a part quelques servantes vagabondes et soldats en patrouille... L'attente avait été d'un ennui mortel, il devait bien l'admettre. Cela dit, il ne reprochait nullement à la Reine de l'avoir fait patienter. Elle avait sans doute eu plus urgent à faire, et, même si il devait admettre que la patience n'était pas son fort, il pouvait attendre parfois. Elle le remercia ensuite pour son attention. Il préféra ne pas en rajouter, elle n'était plus une enfant à qui l'on commande d'aller s'habiller de tel ou tel manière lorsque l'on sait l'arrivée imminente des invités, mais il préférait tout de même éviter qu'elle prenne froid parce qu'elle avait perdu quelques minutes à parler avec lui alors que l'eau s'était infiltrée dans ses vêtements. Si elle n'avait pas l'allure d'une Lady, au moins en avait-elle le langage, de cela, on ne pouvait rien en dire. Elle savait ce qu'elle avait à faire, mais, comme elle le soulignait, elle avait préférée l'inviter de vive voix, et il en appréciait honnêtement la démarche. Elle ne se défilait pas et faisait face, une démarche dont certains hommes même pouvaient prendre exemple, mais le Lord préféra tenir ses langues, l'heure n'était pas aux compliments. Pas encore du moins. Il répondit tout de même:

- Et bien, vous m'en voyez flatté, je suis, une fois de plus, honoré que ce soit en personne que vous m'invitiez madame. Elle continua quand à elle en lui annonça que son fils lui avait fait préparer une chambre. Charmante attention que Beric remercia en silence. Une chambre serait en effet la bienvenue, au moins pour se changer un peu. Elle lui propose sinon de rallier directement la salle du banquet où il aura tout le loisir, s'il le désire, de siroter un bon verre de vin. Le Lord préfère néanmoins l'option de la chambre. Ces habits sont sales, poussiéreux et boueux à cause du voyage, et il aurait bien pris un bain, même s'il remettra ce luxe à plus tard. Une fois de plus, il ne tarde pas à remercier la dame:
- Je vous remercie pour les dispositions prises à mon égard, et je vous revois ce soir alors.
Elle s'éclipse alors dans un hochement de tête, Royale malgré tout. Il la regarde partir, la détaillant dans ces mouvements, et dans son allure. La tête haute, fière, elle est bel et bien une fille de l'orage. Le Lord finit par se détourner pour rejoindre sa chambre.

La chambre n'est pas immense, mais Beric s'en fiche, elle a le mérite d'avoir un lit, une petite table de chevet et une table de travail. Quelques ornements rappellent qu'ici, on se trouve dans la demeure des Cerfs d'Accalmie, et Beric reste impressionné par les bois d'un cerf accroché sur le mur, juste au-dessus de bureau, ils sont d'une taille... Impressionnante. Il est bien connu que les rois et l'Orage ont toujours aimé la chasse, et Gawen a bien choisi la chambre pour son père, elle est largement suffisante. L'un de ses hommes ne tarde guère à lui ramener ses affaires propres. Sachant le voyage qu'il allait faire, Beric avait pris soin d'emmener quelques vêtements propre avec lui. Une fois que son homme lui a posé ses affaires sur le lit, le Lord ne tarde guère à enlever son pourpoint et son pantalon au profit d'un pantalon de cuir souple et léger et d'un pourpoint blanc tout simple. Enfin prêt, il hésite encore si oui ou non, il portera son épée. Il préfère la laisser, après tout, il est en sécurité, et il ne voudrait pas fâchait la maîtresse des lieux en lui faisant croire qu'ils ne sont pas en sécurité. Il rejoins donc la salle de banquet avant elle.

Il s'installe finalement, alors qu'un homme s'enquiert rapidement de ce qu'il aimerait boire. Beric passe rapidement commande: Un bon vin rouge pour lui. Les chandeliers illumine la salle du banquet sans pour autant la rendre éblouissante... La salle reste en effet très austère malgré la large cheminée décorée au fond, et ne cesse de rappeler l'aspect très militaire de la capitale de l'Orage. Le Lord finit par être servi et a le temps de goûter au vin. Le goût n'est pas mauvais, mais il a connu mieux. Il ne fera pas son difficile de toute manière, alors autant apprécier le vin qui est sur cette table. Il faut quand même ajouter qu'il a connu pire, et la deuxième gorgée et bien meilleure lorsqu'il se remémore cela. Finalement, la Reine surgit. Elle est... Éblouissante. Beric a l'impression d'avoir à faire à une jumelle, si ce n'est qu'il sait qu'elle n'a pas de jumelle. Le changement est... Impressionnant. De ses habits un peu "masculins", elle est passée à une robe bien féminine qui met en valeur sa beauté. Car il faut le dire, l'Orage à une belle Reine. Le Lord, respectueux, se lève et vient lui déposer un baise-main. Un peu protocolaire certes, mais nécessaire pour bien montrer que l'on oublie pas sa place, et aussi pour une certaine galanterie bien qu'il sait qu'elle pourrait s'en passer.

Il la laisse se faire servir alors qu'elle lui demande si elle doit le remercier pour lui avoir donné Gawen. Il sourit légèrement. Elle pourrait après tout, mais le seul mérite qu'il peut tirer, c'est d'avoir bien éduqué son fils. Il sait que Gawen a gagné en influence auprès de la Reine, et certaines rumeurs lui laissaient entendre qu'il était l'un de ses plus proches conseillers. Si il est prêt à accorder du crédit à ces rumeurs, il doit admettre qu'il aimerait bien le voir de ses yeux bien qu'il ne doute pas que son fils soit assez débrouillard et charmeur pour se hisser près d'une telle personne. La Reine continue en déclarant que son fils lui est d'une aide précieuse, tout comme Myrcella qu'elle s'empresse aussi de complimenter pour l'aide qu'elle a apportée durant le siège. Beric est un peu gênée de tout ces compliments qui à la vérité ne lui reviennent pas vraiment, malgré tout, il parvient à répondre:

- Et bien, Je suis heureux que mes enfants vous aient aidés votre altesse, et j’espère qu'ils continueront même si je ne me fais pas trop de soucis sur ce sujet. Il s'arrête un instant pour boire une gorgée de ce vin qu'il commence à apprécier. Quand aux remerciements... C'est la mère de Myrcella qu'il faudra remercier pour l'éducation qu'elle lui a donnée, mais je pense qu'en ce qui concerne Gawen... Les remerciements sont à lui adresser à lui, pas à moi. La seule chose que j'ai faîte a été d'éduquer convenablement mes enfants, ils se sont tracés leurs chemins ensuite. Mais vos compliments me vont droit au cœur ma Reine. Beric s'arrêta. Oui, il en était heureux. Ses enfants étaient sa fierté. Gawen est son fils unique, et il est comme lui, il a toujours apprécié son fils. Savoir qu'il fait honneur à la famille Swann aujourd'hui, mais aussi qu'il est un homme droit et de bon conseil remplit de fierté le cœur de Beric qui ne peut s'empêcher, au fond de lui, d'être heureux de l'éducation qu'il lui a apporté avec sa mère. Finalement, le Lord sort de ses pensées pour reprendre. - Peut-être le savez-vous, mais je pense que vous n'imaginez pas la fierté d'un père quand il voit que ses enfants sont d'une grande aide au royaume, et mieux encore à sa Reine.

Il s'arrête finalement. Elle semble curieuse. Beric n'est pas idiot, et il sait qu'au fond elle meure d'envie de connaître la raison de sa venue. Mais en vérité, Le Lord n'est pas venue pour parler d'un sujet précis. De nombreuses choses méritent d'être éclaircies ou discutés. Il y a un millier de sujet que l'on voudrait traité, et Beric sait qu'il n'en aura pas le temps. Il aura d'autres occasions pour cela. Finalement, il reprend:
- La nouvelle de votre victoire sur les forces du Conflans nous a fait grand plaisir ma Reine. A vrai dire, nous étions sans nouvelle d'Accalmie depuis un certain temps, malgré que nous savions que les forces du prince Hoare étaient dans les parages. Il marqua un petite pause pour reprendre son souffle et laisser planer un peu le suspens. On m'a raconté que vous vous étiez battu à la tête de vos hommes lors de la bataille. C'est la vérité?
Il connaissait la vérité, mais il voulait l'entendre de sa bouche. Qu'allait-elle lui répondre? Allait-elle en tirer profit pour se vanter et se glorifier? Resterait-elle humble? Ou finirait-elle par éviter la question en disant au lors qu'il connaissait très bien la vérité? Tous ces choix mais une seule réponse. Et cette réponse pourrait déjà donner ne idée à Béric de la Reine qui lui faisait face. Il n'avait qu'une envie, mieux connaître celle qui demain lui donnerait des ordres et lui ferait appliquer la loi.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Lun 19 Sep - 14:32

Lord Swann semble être un homme humble, il ne se vante nullement d'avoir donné une excellente éducation à ses enfants, ne s'accorde pas tout le mérite et accepte ses compliments. Gawen lui a parlé plus d'une fois de sa sœur jumelle, dans une mauvaise posture aux mains des riverains, mais elle n'aborde pas le sujet avec Lord Swann. C'est une affaire délicate et le fait est qu'elle n'y peut pas grand chose à l'heure actuelle et Gawen s'assure qu'elle n'oublie pas sa sœur, elle n'a nullement besoin d'avoir le père sur le dos.

Elle acquiesce, elle sait ce qu'est la fierté d'un père à l'encontre de ses enfants. Son père n'a eu de cesse de lui faire savoir qu'il était fier d'elle. Mais non, elle ne peut le savoir avec certitude tant qu'elle n'aura pas elle-même des enfants dont elle puisse être fière. S'il est fier de voir ses enfants proches d'elle, tant mieux. Finalement, il aborde le sujet de sa venue, peut-être pas l'unique, mais pas moins anodine.

« Je vois...Vous êtes venus jauger la princesse belliqueuse proclamée reine... » Il ne l'a pas dit explicitement, mais elle n'est pas stupide. Il est le premier à le faire ouvertement et probablement pas le dernier. Elle est habituée, désormais, à devoir faire ses preuves auprès des hommes. C'est pas nouveau, depuis 7 ans qu'elle y travaille, il semblerait que ce soit un travail de tous les jours, jusqu'à sa mort certainement. Elle n'a donc pas le droit à l'erreur ou elle pourrait se retrouver face à une mutinerie pour la simple raison qu'elle est femme.

« En effet, ils prenaient un malin plaisir à nous isoler en massacrant nos corbeaux, j'ai dû rouvrir les herses du port souterrain pour avoir un minimum de contact avec l'extérieur et ainsi faire passer les troupes de Dorne. » Elle prend un peu de temps tout en buvant son vin avant de répondre. Elle n'est pas reconnue pour tourner autour du pot bien au contraire, elle est franche et directe, un trait de caractère que sa mère n'a jamais su  changer.

« J'étais blessée, nullement en tête des soldats, mais à l'arrière avec les hallebardiers. Vous le savez fort bien puisque votre fils était à mes côtés, je ne doute nullement qu'il vous en ait parlé dans une de vos correspondances que vous échangez régulièrement. De la même façon, que nous avons tenté d'intercepter l'ennemi avant qu'il ne tombe sur nos troupes du Nord... » Un échec puisqu'ils avaient dû battre en retraite et l'ennemi avait ensuite assiégé Accalmie, mais l'intention était là, dès qu'elle avait su qu'ils étaient en danger, elle avait ordonné qu'on vienne à leur aide. Argella n'abandonnera jamais ses hommes, les premiers défenseurs du royaume. « Nous avons levé le siège qui nous menaçait. »  Elle ne devrait pas avoir à se justifier, un homme sur le trône n'aurait pas à le faire.

« Je ne vais pas vous dire ce que vous souhaiteriez entendre, j'ignore ce que vous attendez de moi, mais je vais vous dire ce que je ne ferais jamais, abandonner mon pays. Tant que je le pourrais, ou que mes obligations ne me retiennent pas ailleurs, je serais auprès des soldats en temps de guerre. Seulement, je ne peux me permettre de combattre en première ligne dans la mesure ou nous sommes en crise dynastique, mais je serais toujours en réserve. Moi, comme mon époux. Je ne permettrais pas que l'un de nous reste sagement cloîtrer dans une forteresse. »

Le Prince, son fiancé, ou quiconque d'autre deviendra son époux, l'apprendra bientôt à ses dépens. L'Orage n'aura pas de Roi comme Le Noir, fourbe et peureux toujours cloîtré entre les murs d'Harrenhall à y fomenter sa stratégie abjecte. Les orageois sont de fiers guerriers, toujours prêts à se battre, des années de guerres l'ont prouvé. De toute sa courte vie, Argella a connu la guerre plus que la paix. Elle a été éduquée selon les valeurs de son père et ses enfants seront éduqués de la même façon, aucun Durrandon ne reculera face à l'adversité.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Mar 4 Oct - 19:33

Le Lord avait attendu la réponse de la Nouvelle Reine de l'Orage, et le moins que l'on puisse dire, c'était qu'elle n'était pas femme à tourner autour du pot. Elle avait compris les intentions du Lord, et ne semblait pas vraiment offusquée. Si elle l'était, elle le cachait plutôt bien. Le Lord écoute la Reine qui a bien compris une chose, il est là pour la jauger. Pas seulement certes, mais en partie pour ça. Cette jeune femme qu'autrefois personne, ou du moins pas grand monde, ne voyait au pouvoir a été propulsé rapidement à la plus haute marche du royaume avec la mort de feu Argillac le Roi, son père. Il la laisse néanmoins continuer. Elle lui explique que les troupes ennemis prenaient un malin plaisir à abattre les corbeaux qui tentaient de partir d'Accalmie pour aller demander de l'aide. Le Lord aurait fait de même si il avait été à la place des assiégeants, et ce n'est guère surprenant que Accalmie ait été coupé du reste du royaume. Elle explique ensuite qu'elle avait dû abaisser les herses pour pouvoir contacter l'extérieur. Dorne, en l’occurrence, avait répondu à l'appel, et leur aide avait sans aucun doute contribué à repousser l'envahisseur. A présent, si les hommes du Conflans étaient partis, ils avaient tout de même laisser la mort derrière eux, et l'Orage avait été secoué, il fallait bien l'admettre. Il fallait admettre que sans Dorne, les choses ne se seraient sans doute pas passer de la même manière.

Elle continua en suite en déclarant que, blessée, elle n'avait pas directement participé au combat et était rester en retrait avec une partie de ses hommes tandis que le reste de l'armée Orageoise, soutenue par les Dorniens, avaient brisés les défense du prince Hoare et avaient ainsi permis la levée du siège. Mais elle ne tarda guère à ajouter qu'il le savait puisque son fils et lui avait entretenue une correspondance plus ou moins régulière... Et en cela, elle avait raison, même si Gawen avait omis certains détails, il n'avait pas manqué de signaler que la Reine était restée en retrait bien que cette nuit là, elle n'avait eu qu'une envie: Prendre la tête de ses hommes, et, flanqué sans doute de Gawen, marcher en première signe sur l'adversaire. Dans tous les cas, elle avait des qualités militaires non négligeables, et il ne fallait surtout pas la sous-estimer. Elle osa ajouter, comme une conclusion rapide, que le siège qui les menacer avait été levé. Certes, et c'était vrai, le siège n'était plus, l'Orage pouvait souffler. Mais tout n'était pas encore joué.

Par la suite, La reine, sur un ton farouche, alla droit au but. Les paroles qu'elle prononcèrent étaient fortes, pleine de sens, et Beric ne douta nullement qu'elle disait la vérité. Il savait qu'il avait en face de lui la digne fille d'Argillac, et elle avait hérité de ce même caractère, franc et bagarreur qui faisait d'elle une Orageoise à part entière. Elle ne comptait pas rester en dehors des combats, mais elle ne s'afficherait pas en première ligne, consciente de la crise dynastique que rencontrait sa famille et tout le royaume. Si elle venait à mourir, la succession serait pour le moins... Compliquée. Beric n'osait même pas imaginer ce qu'il adviendrait si la Durrandon s'éteignait et avec elle, la famille ancestrale qui avaient toujours gouverné ces terres. On aurait à faire face à une véritable guerre civile, et pire encore, le royaume pourrait disparaître. Le Lord préféra taire ses sombres pensées alors qu'elle affirmait que son époux, quel qu'il soit, prendrait lui aussi part au combat. Oui... Encore fallait-il qu'elle en ait un, et si elle avait le même caractère que son père, elle l'avait, alors la chose serait sans doute compliqué. Elle s'arrêta finalement. Quelle force de caractère cette femme! Bon sang. Finalement, Beric enchaîna à son tour:

- Vous avez raison... Je suis venu jauger la Princesse belliqueuse... Il s'arrêta là. De tel parole pouvait coûter la vie lorsque on ignorait encore les relations que l'on entretenaient avec une telle souveraine, mais Beric n'avait pas l'intention de s'arrêter là. Mais je pense que Princesse n'est plus vraiment au goût du jour et que... "Reine" serait plus adapté. Il s'arrêta une fois de plus, pesant ses paroles tout de même avant de les étaler là, devant elle, la nouvelle Reine de ce royaume. Il finit par reprendre néanmoins. Et vous avez aussi raison sur le fait que je sais ce que vous avez fait durant ce siège, et je ne suis guère le seul. Il la regarda droit dans les yeux. Votre action Majesté, se répand dans tout le royaume. On raconte beaucoup de chose sur vous. Et votre peuple a déjà tissé un récit héroïque fabuleux sur votre personne. On parle de "La Princesse qui sauva Accalmie", ou encore, de "celle dont l'épée fût plus forte et plus rapide que celle du prince Hoare". On raconte des tas de choses sur vous. Les rumeurs se répandent plus vite qu'une armée dans une vallée, et à chaque fois, l'histoire qui vous entoure vous rend soit aimé, soit détesté. Mais voyez-vous, sur tout ce que l'on raconte, peu de gens savent la vérité, et moi, je veux la vérité. Elle avait répondu avec vérité, certes, mais Beric voulait voir aussi a qui il avait à faire, quelle genre de femme était-ce là? On racontait tant de choses sur elle, que bientôt, on ne saurait plus si elle était plus femme que déesse. Certains la comparaient à la Mère, venue sauver le peuple de l'Orage, et il fallait dire que cette Reine, en brisant le siège d'Accalmie, avait déjà signer son premier fait d'armes et que déjà, de nombreuses histoires et légendes naissaient de ce fait d'armes qui avait libéré l'Orage de l’oppresseur.

Beric apprécia le vin une fois de plus, cette fois, il termina son verre qu'il reposa sur la table avant de reprendre. Quand à vos déclarations... Elles sont louables. Et je sais que vous dîtes la vérité. Mais vous savez, parfois, on est obligé de faire ce que l'on ne voudrait pas faire. Je pense que vous connaissez déjà cela, mais avec votre ascension en tant que Reine... Vous ferez d'autant plus face à cette réalité. Beric laissa son conseil planait dans l'air, comme un avertissement, mais il reprit tout de même avant qu'elle n'ait le temps d'ouvrir la bouche. La question maintenant votre altesse, c'est: Qu'allez-vous faire? Je ne vous cache pas ma surprise lorsque je vous ai vu arriver, toute trempée par la pluie, et avec des habits loin d'être féminin sur votre corps. Ne le prenez pas mal, mais en vérité, la plupart des Lords de cette terre, s'ils vous voyaient ainsi accoutrés, ne vous accorderait aucun crédit, et n'hésiterait pas à mettre à mal votre règne. Il s'arrêta sachant qu'il touchait un sujet sensible, son fils l'en avait averti. Mais peu importait, à présent qu'elle était Reine, elle ne serait pas seulement la première femme du royaume, mais aussi celle qui devrait montrer l'exemple. Je ne vous encourage pas à abandonner ce peuple que vous soutenez tant et qui est sans doute la raison d'un tel accoutrement, ça non, mais je vous encourage fortement à faire plus attention. Le Lord s'arrêta là, attendant la réaction de la souveraine. Il jouait désormais une autre carte, et il voulait voir comment elle allait agir. Elle était Reine, mais comprenait-elle vraiment ce que cela signifiait? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir...
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Sam 8 Oct - 17:16

Ces rumeurs sont insensées, dans la mesure où elle n'a pas eu Joren Hoare comme adversaire en personne, elle a eu affaire à ses troupes oui, pas lui. La défaite de sa première bataille est encore cuisante dans sa chair et son esprit. Les rumeurs...Sont le plus souvent infondées ou exagérées. Argella ne cautionne pas vraiment ce genre d'informations qui se murmurent entre les royaumes, mais il faut toujours vérifier de l'authenticité, on ne sait jamais, des fois qu'une partie soit véridique. Lord Swann veut la vérité, ce qu'elle a dit, mais il semblerait qu'il souhaite y voir plus clair.

Elle se redresse, le dos bien droit à la limite de devenir hautaine, les yeux légèrement plissé, tandis qu'il continue son monologue. On croirait entendre sa mère, c'est d'autant plus perturbant de l'entendre de la bouche d'un quasi-inconnu. Elle pense que la tenue ne définit pas les valeurs d'une tête couronnée, mais les traditions ont la dent dure. Argella n'en aura jamais fini de devoir faire ses preuves.

Elle a déjà conscience qu'elle devra faire des choses qui ne lui plairont pas, elle n'a pas été élevée dans le but de répondre que tous répondent à ses caprices, bien au contraire. Elle n'arrive pas vraiment à déterminer s'il se juge de bons conseils ou s'il remet en cause son autorité. Quoi qu'il en soit, elle doit apprendre aux autres à la respecter. Mais ce n'est pas par le déni ou la tyrannie qu'elle y parviendra.

Que va-t-elle faire maintenant ? Faire plus attention ? Conseil ou menace ?

« M'interrogeriez-vous si j'étais un homme ? Le fils de mon père plutôt que sa fille ? J'ai reçu la même éducation qu'un prince, parce que je me suis battue pour cela, un combat plus que nécessaire sans héritier et qui ne m'a pas été inutile jusqu'ici, au lieu de ça, vous persistez à me juger inapte parce que je n'ai pas la même chose que vous entre les jambes ...» Et plus de pectoraux, si on peut penser les choses ainsi. « et qu'en plus, je me permets de porter des vêtements masculins, ce qui ne me rend pas service d'après ce que vous dites. 

Je vais prendre tout ceci pour de l'inquiétude Lord Swann, pour vous, pour le royaume. La vérité ? J'étais terrifiée lors des 2 batailles que j'ai menées, j'ai beau y avoir été entraînée par mon père, il m'a toujours refusé les champs de bataille et quand bien même m'y aurait-il autorisé, rien ne prépare à combattre pour la survie. J'étais terrifiée de perdre, terrifiée de tomber au combat, terrifiée à l'idée que mon royaume tombe entre de mauvaises mains.

Je veux pouvoir vous offrir ce qu'il y a de mieux pour nous tous. J'ai peur en permanence Lord Swann, peur de commettre une erreur et que le royaume entier en patisse, mais la peur ne m'empêchera pas d'agir selon ce qui me semble le mieux et croyez moi, j'y travaille en permanence. Bien sûr que je commettrais des erreurs, mais j'écouterai toujours mes conseillers et la Reine-Mère qui a d'avantage d'expérience que moi, avant de prendre une décision. »


Quelques servants leur apportent leur dîner et remplissent à nouveau leur gobelet de vin, avant de disparaître à nouveau. Argella meurt de faim, elle avait déjeuné en compagnie des orphelins, avant de rejoindre les femmes victimes du siège, et avait dû constater que les denrées étaient bien maigres malgré les efforts qu'ils avaient fournis pour lui présenter un repas digne de ce nom.

C'est ainsi que l'on apprend à régner, en partageant le quotidien du peuple, pour essayer de leur rendre la vie plus confortable. De même qu'elle ne souhaite et n'accepterait pas de voir son armée partir au combat pendant qu'elle resterait bien planquée à Accalmie. Tant pis si cela choque les orageois, d'autres sont ragaillardie par la présence d'une tête couronnée. « Mangeons voulez-vous. »




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Jeu 13 Oct - 12:39

Beric ne fût pas vraiment surpris par la réponse de cette femme au caractère tempétueux qui s'était levée, droite, comme si elle recevait un jugement. Il ne la jugeait pas vraiment, mais il admettait que dans de tel circonstances, il n'y avait pas vraiment de différences entre un conseiller et... un juge. Il écouta attentivement sa réponse, bien conscient que ce qui se jouait là n'était pas anodin. Il ne remettait pas en cause la souveraineté de la Reine, ni même sa légitimité, bien au contraire, mais en ces temps troublés, le mieux était encore de faire attention, et si Argillac avait préparé sa fille, tout comme sa mère, elle allait apprendre, à ses dépens, que les Lords sont pour certains fort honorable, d'autres au contraire, sans scrupules malgré leurs belles paroles et leurs promesses de fidélité. D'après elle, il la jugeait parce qu'elle n'avait pas "la même chose entre les jambes", finement observé, mais pas totalement juste, bien qu'il devait admettre que le fait qu'elle soit femme et non homme laissait toujours croire que d'un côté, on pouvait se permettre plus de choses. Pour Beric ce n'était pas le cas. Qu'elle soit homme ou femme, elle représentait l'Orage et la dernière Durrandon, sa mère exceptée. Il la laissa pourtant continuer alors qu'elle osait dire ce qu'elle avait vraiment ressentie durant ces deux batailles.

La peur. Voilà ce qu'elle avait le plus ressentie. Elle avait eu peur de beaucoup de chose. Peur que le Royaume tombe entre de mauvaises mains, peur de tomber sur le champ de bataille, peur d'une erreur de sa part. Mais malgré cela, elle s'était battue, vaillante. C'est à ce moment là que Lord Swann réalisa autre chose: Elle était jeune. Elle avait vécue des choses que la plupart des femmes des sept royaumes n'avaient encore jamais vécues, elle s'était battue, et malgré son jeune âge, elle avait déjà saisie l'ampleur de la tâche. Peut-être n'en avait-elle pas encore saisi les subtilités, mais les années et l'expérience s'en chargerait. A mesure qu'elle continuait, le Lord ressentait une certaine satisfaction. La satisfaction d'avoir devant lui une femme capable et qui ne prenait pas de décisions à la légère, une femme qui avait compris ce que son nouveau rôle importait pour le royaume, non plus une femme, mais une Reine.

Elle voulait offrir le meilleur pour l'Orage. Elle voulait ce qu'il y avait de mieux pour son peuple et ses vassaux, elle voulait rendre à l'Orage toute sa force et toute sa gloire. Malgré la peur qui la rongeait, en permanence si l'on pouvait dire, elle travaillait en permanence pour ce qu'il y avait de mieux pour l'Orage, et elle restait à l'écoute de ses conseillers et de la Reine-mère. Elle avait conscience des erreurs qu'elle pouvait potentiellement commettre, mais le Lord ne pût s'empêcher de penser que les erreurs forgaient le caractère et la personnalité, une vie sans erreur était une vie de laquelle on n'apprenait rien, non? Finalement, elle s'arrêta alors que des serviteurs arrivaient pour servir le dîner. Ils remplirent de vin les gobelets, et posèrent plusieurs mets sur la table de la Reine. Le Lord laissa la Reine se rasseoir qui proposa de manger. Il hocha la tête en signe d'accord et laissa le silence se prolonger alors qu'on lui servait un gigot accompagné de quelques légumes cuisinés qui trônait autour de la viande. Sans un mot, il attendit que la Reine mange la première pour attaquer à son tour son assiette. Finalement, il osa reprendre:

- Si cela peut vous rassurer, ces questions je vous les aurais posé quand bien même vous auriez été un homme. Il s'arrêta, prit le temps de mâcher un morceau de viande avant de reprendre, A la vérité, ces questions s'imposent. Je ne vous juge pas inapte votre altesse. Loin de là. Libre à vous de penser ce qu'il vous plaire à mon sujet, cela m'importe moins que vos motivations et comment vous compter régir ce royaume. Ah, le coeur du problème. La régence. Nombreux Lords enviaient les titres d'Accalmie, mais bien peu pouvaient prétendre s'y hisser. Et Beric n'avait pas cette envie, ni le pouvoir, d'y prétendre. Il ne le comptait pas. Ce qu'il voulait, c'était un royaume stable, gouverné par quelqu'un de sage et consciencieuse. Il continua donc. Je dois admettre que je ne suis pas là pour parler des derniers événements votre majesté, mais plutôt pour savoir à quel personne j'ai à faire. Quelqu'un qui réfléchit avant d'agir? Ou alors quelqu'un qui agit sur un coup de tête, sans réfléchir aux conséquences que cela impliquera dans un futur proche ou lointain? C'était à vous de me le dire. Car laissez-moi vous dire une chose, une tête vide est comme une place forte sans garnison.

Il s'arrêta, laissant tout le loisir à la Reine de réfléchir à ses paroles. Il en profita pour manger encore quelques légumes dont la chaleur lui réchauffait l'estomac. Il reprit finalement sans la regarder.
- En ce qui vous concerne... Il s'arrêta, prenant le temps d'apprécier la viande tendre et délicieuse dans son palais, puis avala et reprit, vous m'avez convaincu. Et je dois admettre que je suis agréablement surpris quand à vos motivations. Vous voulez vous battre pour l'orage, et je n'en demande pas moins tout comme de nombreux Lords. Cette fois, il la regarda droit dans les yeux, et annonça. Vous pourrez compter sur mon soutient droit et entier ainsi que sur toute ma maison, Ma Reine. Les termes avaient changés, il savait désormais qu'elle était apte à gouverner, et qu'elle deviendrait meilleure avec le temps. Finalement, il reprit comme pour conclure. Il y aura bien d'autres batailles à mener j'en ai peur. Il crut voir un voile de tristesse se poser sur son regard, mais il n'en fût pas sûr. Mais toutes les batailles ne sont pas remportés avec des épées et des armées votre majesté, et je gage que si vous vous appuyez sur vos conseillers et sur la Reine-mère, alors le royaume saura s'en sortir... Et vous aussi. Puis il se tût pour de bon, préférant se concentrer de nouveau sur son assiette. Il savait ce qu'il voulait savoir, et il avait dit ce qu'il pensait. Le Royaume de l'Orage avait finalement un espoir avec cette nouvelle Reine qui semblait prête à tout pour sauvegarder les intérêts de son peuple. Et si la victoire semblait encore loin, elle semblait désormais beaucoup plus accessible aux yeux de Beric.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Sam 29 Oct - 14:36

HRP:
 

Argella entame le repas sitôt son invitation lancée, aussi contrariée soit-elle par cette conversation, cela ne coupe en rien son appétit. Elle a besoin de reprendre des forces, elle en avait déjà perdu trop lorsqu'elle avait appris la mort de son père. Hors, elle a de lourdes responsabilités sur les épaules qu'elle doit assumer et elle ne pourra le faire si la maladie s'empare d'elle.

Elle l'a convaincu, cela ne devrait-il pas lui faire plaisir ? Le regard du Lord planté dans le sien, il assure son soutien, elle se contente de hocher la tête. En réalité, elle aurait mille fois préférée avoir son père à ses côtés, que d'être ravie d'avoir rallié un Lord à sa régence. Il lui fait part de son avis sur d'autres guerres à venir, il est bien prêt de la vérité puisque l'Ost ne tardera pas à partir pour la frontière bieffoise.

Elle n'est pas encore décidée, mais elle ne peut non plus laisser l'affront que le Bief leur a fait en laissant passer l'ennemi sans même envisager de revenir sur les accords passés. Pire, ils se sont désormais alliés à eux. Donc, si elle ne le fait pas, ils le feront. Il est tout bonnement hors de question de ployer le genou face aux Hoare, pas même face aux Gardener, la guerre est donc inévitable.

« Je peux comprendre que vous ayez à cœur le bien du royaume, que vous vous inquiétez de voir la façon dont je vais régner, mais me tomber dessus sans me laisser une chance de faire mes preuves... » D'un geste de la main, elle passe à autre chose.  « Il y a encore quelques jours, j'aurais été de ceux qui agissent avant de réfléchir, on m'a toujours décrite comme belliqueuse, ma réputation me précède, mais la guerre sur nos terres m'a changé Lord Swann. J'ai compris ce qu'impliquaient réellement les responsabilités et les risques pendant l'absence de notre Roi. »

Une guerre qui lui aura coûté la vie. Une guerre a laquelle elle n'avait jamais eu a faire face auparavant, surprotégée par son père qui se refusait à la voir sur un champ de bataille. Mais elle comprend, aujourd'hui, mieux qu'hier, que s'il l'avait autorisée et qu'elle avait péri l'Orage aurait été perdu. Elle ne peut qu'avancer désormais, se battre sur un autre terrain et soutenir son armée.

« Puisque vous semblez si prompt à donner votre avis, que pensez-vous de cette alliance avec Dorne ? » Elle est véritablement curieuse de connaître l'avis d'un Lord à ce sujet. Un Lord qui les a combattu durant des années et doit probablement garder rancune de ces attaques répétées. « Vous n'êtes pas sans savoir qu'ils nous ont rejoints et aider à libérer Accalmie. Ils se joindront à l'Ost qui se prépare à faire route pour la frontière et assurer la défense contre le Bief qui s'assemble à Grassy Vale. Serez-vous de ces hommes là Lord Swann ? »




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Mer 9 Nov - 12:20

Beric été rassuré. Convaincu aussi. La Reine qui avait pris la tête de ce royaume n'était plus la petite princesse rebelle qui parcourait les murs de ce château sans trop se soucier du futur. Certains disaient que la guerre laissait des traces que l'on ne pouvait pas effacer si ce n'était avec le temps... Et visiblement, elle en gardait des traces. Le siège d'Accalmie avait dû la changer, sans nul doute. Elle avait vu la guerre de prés. Très prés même. Et la perte de son père n'avait pas arrangé les choses, ou plutôt, si, elle avait arrangé les choses, malheureusement. La jeune femme, jeune reine désormais, que Béric découvrait là était quelqu'un de mature qui connaissait ses responsabilités et savaient quel était son rôle. Le siège d'Accalmie, puis la bataille pour libérer la ville avait sans doute affecté la jeune femme, mais rien ne l'avait plus affecté que la mort de son père, il le savait. Et rien ne remplaçait un père.

Elle reprit la parole en lui reprochant de lui être tombé dessus sans qu'elle ait pu avoir la moindre chance de faire ses preuves. Il sourit légèrement, mais ne répondit rien. Parfois, le destin ne laissait guère le temps aux personnes de faire leurs preuves, certaines devraient déjà répondre de leurs actes, d'autres de leurs actions avant même qu'elles aient pu faire quoi que ce soit, et c'était ainsi. La Reine préféra passer à un autre sujet, et ce fût d'ailleurs une bonne chose. Elle ne nia pas qu'elle avait été belliqueuse et qu'elle aurait sans doute agi sur un coup de tête autrefois. Mais comme il l'avait pensé, la guerre l'avait changé et elle avait pleinement saisis les responsabilités d'un Roi. Surtout depuis que ce même roi était mort. Pendant in instant, elle sembla se perdre dans ses pensées avant de soudainement posé une question à laquelle il ne s'attendait pas vraiment. Admirablement posé, la question avait en plus le mérite d'être posé à un homme qui connaissait plutôt bien le sujet.

Lord Swann se tint bien droit sur le dossier de sa chaise. La nourriture qui passa dans son gosier eut soudainement un goût un peu amer. Il ne pouvait pas le nier, les Dorniens, il ne les aimait pas vraiment. Pour ne pas dire pas du tout en fait. Il avait perdu un membre de sa famille à cause d'eux. Son frère. Et il devait admettre qu'à chaque fois qu'il avait planté son épée ou sa lance dans le corps d'un Dornien, il n'avait pu qu'éprouver une satisfaction impressionnante, un plaisir immense de venger sa famille et l'orage. Mais il fallait aussi se dire que ces mêmes Dorniens avaient aidés à la libération d'Accalmie, ils s'étaient battus avec l'orage. Le Lord ne voulait pas se contenter d'une vision simpliste qui lui ferait voir cette alliance comme mauvaise parce que Dorniens et Orageois avaient toujours été ennemi. Non. Au contraire. Et la jeune Reine lui rappela d'ailleurs l'aide qu'ils avaient apportés et qu'ils continuaient d'apporter puisque ils se joindraient à l'ost qui partait pour la frontière. Elle termina ensuite sur cet ultime question: Ferait-il parti de ces hommes là?

Difficile décision. Il devait l'admettre. Mais en regardant une nouvelle fois la Reine qui lui faisait face, il ne vit pas seulement la courageuse reine défendant ses terres, mais aussi une actrice du changement. Un changement qui pouvait être sans doute difficile, sans doute même impossible à visualiser pour certains, mais elle savait voir plus loin que sa rancune, elle savait voir plus loin que sa fierté personnelle. Son but premier n'était-il pas l'anéantissement de Harren le Noir? Finalement, il osa répondre:
- Je vais vous répondre avec franchise votre Altesse, cette alliance n'est pas pour me plaire. Les Dorniens sont les ennemis héréditaires de l'Orage, et je pense que bons nombres de Lords se rallieront à cette opinion.
Il laissa planer le silence et prit sa coupe dans laquelle il but deux longues gorgés avant de reprendre:
- Néanmoins, on m'a toujours appris qu'un Lord ne devait pas regarder à sa personne, mais à l'ensemble de ses sujets. Et je serais stupide si je ne changeais pas. Vous faîtes de nos ennemis d'hier, nos amis d'aujourd'hui. Cette alliance n'est pas pour me plaire en effet, mais je pense que c'est une bonne chose. A l'heure actuelle, nous avons besoins de toutes les forces possibles pour nous aider et vous avez surmonté cet aversion héréditaire que nos deux royaumes avaient l'un envers l'autre pour en faire des alliés. Il s'arrêta une nouvelle fois, cette fois pour reprendre un peu son souffle avant de conclure. Pour moi cette alliance est nécessaire, et même si elle ne me plaît pas du fait des relations assez tendus que j'ai entretenus avec eux par le passé, je suis prêt à me battre à leurs côtés. Et puis je pense qu'il faut laisser le passé derrière nous. Seul compte l'avenir désormais. Vous avez fait le bon choix ma reine, et je me conformerais à ce choix.

Il la laissa méditer sur ces quelques paroles, et termina son assiette. Le repas n'était pas mauvais du tout, et la discussion avait pris une tournure qui plaisait à Béric. Finalement, il reprit pour reprendre à la dernière question de la Reine:
- Pour répondre à votre question quand à ma participation ou non dans l'ost qui se rassemble... Vous pourrez compter sur moi et sur mes hommes sans le moindre doute.
Il s'arrêta là, la laissant réfléchir à tout ce qui avait été dit et à ce qui se dirait peut-être encore.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Mar 22 Nov - 18:03

L’alliance avec Dorne n’est pas pour lui plaire, bien, au moins ne sera-t-elle pas la seule. N’est-ce pas un certain réconfort? Mais il semble “subir” mieux qu’elle en tout cas, il voit les choses avec optimisme quand Argella ne s’est pas séparée de ses préjugés à l’encontre de Dorne. Probablement parce qu’elle y sera personnellement impliquée, c’est elle qui devra épouser le Prince et s’assurer que l’alliance ne tombe pas à l’eau.

Oui, ils ont besoin de Dorne, mais la guerre ne serait pas à leur porte, les riverains et le bief n’auraient pas fait preuve de fourberie, l’Orage n’aurait guère besoin du Soleil. Argella aurait préféré d’autres alliés. Le choix a été fait sans demander son avis, s’y pliera-t-elle? Elle l’ignore encore. Peut-être parviendra-t-elle à annuler ce mariage et non l’alliance. C'est en partie pour cela qu'elle s'y rend, mais surtout pour se mettre d'accord sur la marche à suivre dans cette lutte commune.

Les paroles du Lord Swann la font réfléchir, il est sage et expérimenté. Elle reconnaît bien son fils en lui. Elle reconnaît son propre père, chaque fois qu'elle était là lorsqu'il devait prendre une décision importante. Il pouvait être aussi réfléchi qu'emporté, surtout lorsque l'honneur était touché. Pourquoi cette alliance avec Dorne ? Si seulement il était encore en vie pour lui répondre, il pourrait calmer ses inquiétudes. Elle n'a guère eu le temps de lui poser la question par missive. Sa mère saura lui répondre, mais elle n'y voit aucune objectivité de sa part.

Elle se trouve donc sans réponses. C'est à elle de prendre la décision, sans prendre en compte ses intérêts personnels. Chose qui est loin d'être évidente, quand bien même elle a toujours su qu'elle devra épouser un homme qui deviendra alors Roi. Parler de ces choses-là lui coupe légèrement l'appétit, ces derniers temps son appétit vient aussi vite qu'il repart. Contrariée, frustrée, bouleversée, elle doute de revoir à nouveau les sourire fleurir sur ses lèvres dans un avenir proche.

« L'avenir nous réserve bien des surprises, aussi agréables que désagréables. Voilà des années que notre royaume est en guerre, nous perdons, nous gagnons, mais à chaque fois des femmes perdent leurs maris, et des enfants leurs pères... » Quand est-ce que cela cessera ? Certes, ils sont bons dans ce domaine, mais à vouloir agrandir leur territoire, il n'y a qu'a voir la façon dont les Hoare leur ont volé le Conflans, et plus récemment la Néra. Ils s'attirent bien trop d'ennemis qui jettent leur dévolu sur l'Orage. « Je souhaite épargner un maximum de personnes. »

Est-il possible d'avoir la paix tout en restant redoutable ? Craint ? Suffisamment pour que personne ne désire agrandir son royaume au détriment du sien ? Notamment le Conflans, ils ont déjà des difficultés à garder la Néra, qu'ils envisagent déjà d'envahir l'Orage. C'est ridicule, et surtout, elle ne les laissera jamais faire. Quand bien même elle arriverait à les repousser, ils n'abandonneront pas plus l'espoir d'avoir la main mise sur l'Orage.

Argella souhaite se tourner vers Peyredragon, mais s'allier à eux signifie trop de concessions. Elle a néanmoins demandé un entretien avec la Reine dragon, elle ne pourra pas compter uniquement sur Dorne. Ils sont autant en difficulté qu'eux. Et puis, le dragon a le même ennemi que l'orage, peut-être cela sera-t-il suffisant pour s'en faire un allié supplémentaire.

« Pour l'heure, je pense que tous ont bien compris que Dorne représente notre seul espoir, c'est sans doute pour cela qu'aucun débordement n'a été commis. Par la suite.... Je ne laisserai quiconque mettre en péril cette alliance, dans un sens comme de l'autre. » Qu'elle devienne l'épouse ou non du Prince. Mais qu'elle le devienne sera une raison supplémentaire pour s'y tenir. Elle ne laissera pas une alliance filer sous son nez sans réagir, comme précédemment entre son père et sa mère.

« Je vous suis reconnaissante de rejoindre l'Ost. Autant que d'avoir réussie à vous convaincre et pouvoir vous compter parmi mes fidèles vassaux, je n'oublierais pas que vous faites partie des premiers et tâcherai de ne pas décevoir mon peuple. Je dois me rendre à Dorne, rencontrer la Princesse et mettre tout en œuvre pour éliminer l'ennemi qui nous menace, Bief et Conflans confondus. J'ignore donc quand nous passerons à l'attaque, mais j'ai laissé des ordres au Général Buckler, il saura vous renseigner. Vous partirez dans une semaine et aurez 500 hommes sous votre commandement, voyez avec votre Général les troupes que vous souhaitez diriger. Souhaitez-vous aborder un autre sujet ou étiez-vous simplement venu jauger la personne que je suis devenue ? »




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Mer 30 Nov - 14:00

Le Lord avait répondu avec franchise. Il savait que l'alliance avec Dorne n'était pas pour plaire à de nombreux Lords, mais aujourd'hui, Dorne était la seule force sur qui pouvait compter l'orage. Le Nord et Peyredragon étaient occupés, en bons alliés, plus au nord, et c'est Dorne qui avait envoyé des renforts lorsque Accalmie avait été assiégée. On ne pouvait pas nier l'aide qu'ils avaient apportés. Et Beric ne la niait pas. La jeune reine annonça ensuite que l'avenir leur réservait des surprises. Mauvaises pour certaines, plus heureuse pour d'autres. Le Lord l'écouta avec attention. Il la voyait attristé. Elle avait vue la souffrance de son royaume. ces hommes qui partaient, et qui ne reviendraient pas pour beaucoup, et elle n'avait qu'une volonté, que cela cesse. Elle se posait la questions quand est-ce que cela s'arrêterait. Quand est-ce que la guerre s'arrêterait? Quand est-ce que les combats cesseraient enfin? Quand est-ce que la paix serait de retour dans l'Orage et dans les sept royaumes? Il l'ignorait lui-même. Il n'avait pas vraiment de réponses, aussi il la laissa continuer bien conscient que cette guerre épuisait les consciences autant que les corps.

Par la suite, elle reprit en annonçant qu'elle pensait que tous avaient bien compris l'importance d'une telle alliance avec Dorne. En effet. Ils l'avaient compris. Et c'est pourquoi la plupart des Lord ne bougeaient pas. C'est pourquoi beaucoup se plier à cela. Mais en allant plus loin, cette alliance pourrait être bénéfique aux générations futures. Si Dorne devenait une alliée en qui l'on pouvait avoir confiance, cela signifiait que le sud de l'orage n'aurait plus trop à craindre les razzias des Dorniens et inversement. Lorsqu'elle annonça qu'elle ne laisserait personne mettre en péril cette alliance, le Lord ne put que s'incliner devant sa force et sa détermination. Elle avait le mérite, tout comme son père, de se battre jusqu'au bout. De se battre jusqu'au dernier instant. Et il suffisait que cette envie soit insuffler à leurs soldats pour qu'ils deviennent de véritables lions aux combats. Parfois, la simple motivation pouvait aider bien des hommes.

Par la suite, elle annonça qu'elle était heureuse qu'il rejoigne l'ost, tout comme elle l'était de pouvoir compter sur lui. Ce qu'elle voulait, c'était voir son peuple heureux. Et Beric n'avait aucun doute sur ses paroles, il savait que c'était ce qu'elle recherchait premièrement. Elle partait bientôt pour Dorne. Il le fallait. Il était nécessaire qu'elle rencontre leurs alliés pour discuter des futurs combats, et mettre en place une bonne diplomatie qui permettrait la bonne entente entre les deux royaumes. Elle lui annonça ensuite qu'il aurait cinq cents hommes sous son commandement et qu'il fallait qu'il voit les détails avec son commandant, Lord Buckler. Lord Swann inclina légèrement la tête pour faire signe qu'il avait bien compris tandis qu'elle lui demandait s'il était venu pour autre chose ou simplement pour la jauger. Il sourit. Sans doute, elle ferait une grande reine. Finalement, il osa répondre:

- Il y a en vérité de nombreux sujets que j'aimerais aborder. Mais le temps risque de nous manquer, et de toute manière, ils peuvent attendre. Pour l'heure, nous devons nous concentrer sur nos tâches respectives. Je dois rassembler mes hommes, et vous devez aller à Dorne. Le reste attendra que les événements se tassent un peu. Finalement, il marqua une pause. Il en profita pour terminer son verre et reprit finalement d'un ton doux. Je n'ai pas de réponses à vous offrir... Il laissa planer le silence un court instant avant de reprendre pour clarifier son idée. Je n'ai pas de réponses quand à la fin de cette guerre. Il fût un temps où je vous aurais dit que cette guerre prendrait fin lorsque Harren le noir chuterait et que nous serions victorieux. Aujourd'hui, je ne puis vous répondre cela. Mais j'ose croire qu'un jour, les hommes pourront rentrer chez eux, j'ose croire qu'un jour ils pourront quitter leurs armes et leurs armures pour retourner à leur champs ou à leurs navires. Mais la seule chose que je peux vous dire, c'est qu'il nous faut espérer. Et il faut nous dire que nous avons tous notre rôle à jouer pour cela. C'est pourquoi je me battrais... Et vous aussi... A votre manière, pour l'orage. Il s'arrêta là avant de reprendre. Votre père n'a peut-être laissé qu'une héritière, mais il a laissé la bonne. Je ne voudrais pas plus abuser de votre temps altesse, aussi, si vous le désirez, après ces délicieux mets, je me retirerais.
Il ne la lâcha pas du regard. Ils s'étaient dit l'essentiel, et Beric avait, au final, eu ce qu'il voulait: L'assurance que l'orage restait fort en dépit des événements. Il était rassuré et satisfait même. Très satisfait...
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   Dim 15 Jan - 19:37

Il a de nombreux sujets à aborder... par les Dieux ! Elle est fatiguée, lassée, tendue, elle n'espère qu'une chose, pouvoir se reposer dans sa chambre. Dormir jusqu'à plus d'heures, voir même ne jamais se réveiller ? Elle se doit néanmoins d'apporter toute son attention à ceux qui le souhaitent, c'est son devoir, ses obligations en tant que Reine. La jeune femme lâche un soupir discret lorsqu'il l'épargne de ces sujets pour ce soir, arguant qu'ils n'auraient guère le temps de tous les aborder. Le temps qu'elle gagne ce soir, sera perdu pour une prochaine fois.

« Vous êtes doté d'un optimisme que je ne vous connaissais pas, ni même ne l'imaginais. » Ses propos ensuite, la touche profondément. Une unique héritière, la bonne. Argella sourit tristement, elle souhaite plus que tout être la bonne et est bien décidée à aller en ce sens. Prouver à tous qu'elle sera une bonne reine, les mener à la victoire, assurer la sécurité de son peuple et faire prospérer son royaume. Elle se battra oui. Sur de nombreux fronts, oh elle doit énormément travailler sur elle-même, elle est capable de tout pour son royaume.

« Je suis honorée de vous compter parmi mes vassaux Lord Swann, puisse les Sept veillez sur vous et vos hommes en ces temps difficile. Je vous autorise à vous retirer, reposez-vous et profitez de votre séjour à Accalmie. » Elle se lève tandis qu'il en fait de même. Ce n'est pas grand chose, mais sa manière de faire savoir le respect qu'elle éprouve pour cet homme. Le respect ne doit pas être à sens unique, le royaume ne serait rien sans ceux qui le peuplent, tout rang confondu. Tandis qu'il lui retourne son respect, elle l'observe ensuite quitter la salle et la jeune femme se rassoit, pensive. Aussitôt, les servants viennent voir si elle souhaite quelque chose, elle part plutôt s'isoler dans ses appartements.

Elle a réussi en quelques mots sincères à convaincre un Lord que l'avenir serait assuré entre ses mains, combien d'autres va-t-il falloir convaincre ? Elle va encore devoir jouer ce petit jeu de pouvoir avec les nobles orageois, ce n'est pas nouveau pour elle, mais c'est usant. Si seulement elle n'avait que de cela à se préoccuper... C'est loin d'être le cas, la guerre est toujours aux portes du royaume.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne. Reine fédérée de l'Empire. Conseillère du Collège Impérial.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 3070
Membre du mois : 39
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: [Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Une visite à Accalmie |Tour III - Terminé|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback] Une visite médicale en prison [Hayley & Ardwyk]
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» [Tour III - Terminé] Les blessures de guerre ne sont pas toujours physiques. [Flashback]
» Visite touristique de la Tanière [Terminé] (lecteurs avertis)
» [Flashback] J'aimerai tant un bon feu ! [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie
-
Sauter vers: