AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I Walk The Line |Tour III - Terminé|
MessageSujet: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mer 3 Aoû - 16:37






Lancehélion

An 0 Mois 8.


J’entrais dans la salle, passant les portes que les gardes avaient ouvertes à mon arrivée. J’étais arasée par mon voyage mais je me cachais de le montrer. Ma posture était droite et royale, comme le voulait mon statut. Je fis signe à l’escorte Peyredragonnienne qu’elle pouvait nous laisser, avant de les remercier pour leur présence. Je leur avais fait parvenir un corbeau leur demandant de me rejoindre dans les dunes nord de Lancéhélion, afin d’assurer ma protection, concession que j’avais accepté de faire à mon conseil sanglant. Mes soldats étant habitués à la présence de ma dragonne, et surtout ayant conscience de ce qu’ils pouvaient ou non faire, cela avait été le choix le plus judicieux. Comme elle me l’avait indiqué dans sa missive, la Princesse Deria Martell avait demandé à Anders d’être également présents. Je l’avais salué poliment avant de m’occuper de Meraxès, lui proposant le bétail que Dorne avait mis à sa disposition. Elle avait bien entendu rechigner à s’en nourrir, préférant de loin chasser ces proies que de les avoir si simplement, mais elle avait obéi, non sans me faire savoir qu’elle était contrariée. Je lui avais ensuite demandé de s’en aller plus loin dans les dunes et de voler à l’approche de la moindre âme inconnue. Je l’avoue, je craignais pour elle, même en ses terres dites alliées. Elle était ma Sœur et je ne pourrais accepter qu’il puisse lui arriver malheur.  

Après avoir récupérer mon balluchon de voyage contenant mon plus précieux trésor et désormais dénué de toutes denrées liquides ou solides, je montais à cheval et pris la direction du château. Je discutais de choses futiles avec le frère de la Princesse pendant mon trajet, me forçant à faire la conversation alors que je ne rêvais que de me reposer. Cela faisait plusieurs jours que j’étais partie des Epois et si le voyage avait été rapide, il n’en restait pas moins arasant. Nous avions passés plus de temps dans les airs que sur le plancher des chevaux et ma dragonne comme moi n’avions que peu dormi. Cependant ce luxe ne nous était pas permis. Nous devions repartir juste après le coucher du soleil, ne pouvant rester plus longtemps sur ses terres. Je l’avais indiqué à la Princesse, ma présence n’était pas ici mais  à la Baie de la Néra. Si Orys n’avait pas été aussi stupide et cette Majesté si manipulatrice, je ne me serais pas déplacée.  

La Princesse vint à ma rencontre à l’entrée de sa demeure, relayant son frère que je saluais une dernière fois. Nous échangeâmes quelques formules de politesses, avant de gagner une pièce plus privée. Mes gardes me saluèrent bien bas à mon ordre, avant de s’éclipser rapidement. Je restais debout et dès qu’ils furent sortis j’entamais tout de suite la conversation. Je vous remercie de me recevoir chez vous Princesse. Cependant vous vous doutez bien que ce n’est pas là une visite de courtoisie. Je suis venue avec bien des questions, des questions auxquelles j’entends bien avoir des réponses. Nous avons toutes deux conscientes qu’il nous ait impossible de nous entendre, cependant pour le bien de nos deux royaumes, nous devons mettre de côté cette rancœur qui peut nous animer. Nous sommes alliées et nous nous devons d’agir ainsi. Si je suis venue avec des questions, et des demandes de mon conseil restreint, mais également des réponses et des propositions. Je laissais passer quelques secondes de silence. Mon ton avait été neutre, souverain, calme. Je traitais avec Deria d’égal à égal même si l’envie d’empoigner Noire-Sœur était très présente. Je ne lui faisais nullement confiance, et je n’avais d’ailleurs pas pris la peine de poser mon baluchon de voyage à terre, continuant à le porter sur mes épaules aussi lourd pouvait-il être. Je continuais sur un ton bien moins royal et on ne peut plus inquiet. Mais avant de parler politique, j’ai besoin de m’enquérir de l’état de santé de mon frère. Je n’aurais pu imaginer qu’il ne prête pas renfort aux vôtres… Après tout cela est dans sa nature et il est bien trop fougueux et emporter pour résister à l’appel du combat… Cependant il est aussi courageux qu’imprudent… Et je l’ai découvert menteur pour mon plus grand étonnement. Puisses-vous semblez bien plus honnête que lui sur ce sujet, je me tourne vers vous pour avoir ces informations.  Que lui est-il arriver exactement, comment, et qu’en est-il maintenant ?


HS : j'ai pas casé dans le rp mais Rhae est du coup habillée avec sa tenue de voyage de ce genre mais en cuir pour toutes les pièces. Et elle a les cheveux attachés comme sur le gif (et non Deria elle est propre, elle s'est lavée dans la mer *pan*)





Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Jeu 4 Aoû - 0:49

Dire que la venue de Meraxès inquiétait les miens était un euphémisme. Mais si les pertes se limitaient à quelques têtes de troupeaux, je m’estimerais heureuse. Pour ma part, c’était sa maîtresse, sa sœur comme elle disait elle-même, qui me préoccupait.

Qu’elle ait réclamé la présence d’Orys, à si peu de temps du mariage était déjà quelque peu dérangeant. Quoiqu’elle en dise et pense, j’avais fait de nombreux compromis malgré tout, et je ne pouvais me permettre d’avancer le mariage. Je n’étais pas une de ses nobles, qui lui devais obéissance, et il était hors de question que je me plie à ses caprices divers et variés. Sans parler que sur un plan plus terre à terre, nombres de mes nobles n’étaient pas encore arrivés à Lancehélion et que je ne célébrerais cette union qu’en leur présence. C’était le mariage de leur Princesse, le couronnement de leur Prince, et je ne pouvais leur ôter cela. Quant à le reculer, je l’avais proposé malgré tout. Si cela ne lui convenait pas, ne lui convenait plus… Eh bien, ma foi, elle n’aurait qu’à me le dire en face.

J’avais chargé Anders d’accompagner les peyredragoniens et d’aller accueillir la reine Targaryen. Et j’avais plus ou moins forcé Orys à rester dans ses appartements en attendant sa venue, ce qu’il n’avait pas apprécié, pour changer, même si j’avais su argumenter et le convaincre. Pas plus qu’il n’avait apprécié que je dise à sa sœur qu’il avait été blessé au combat. Mais encore aurait-il fallu que je sache qu’il lui avait dit n’avoir que quelques estafilades superficielles. Qu’il n’est pas voulu l’inquiéter ou la préoccuper était une chose que je comprenais, qu’il se mette en tête de faire un tel trajet dans son état actuel était par contre tout bonnement stupide et inconscient. Au final, c’est sa sœur, la reine qui avait été la plus raisonnable des deux. Quoique j’attendais de la rencontrer pour en être certaine, mais au moins n’était-elle pas restée dans l’optique de le faire venir de suite.

Je vais à sa rencontre alors qu’elle arrive, la saluant, avant de sourire à Anders, et d’emmener la reine dans un des bureaux non loin. Et si ces gardes sortent rapidement, Elios ne peut s’empêcher de jeter un coup d’œil à la reine et à son épée avant de s’éclipser. Mais elle est reine et quelle que soit la situation, je ne me permettrais pas de l’offenser en lui demandant de laisser son arme.
Je me tourne vers elle et lui fait face alors qu’elle lance les hostilités, sans même faire mine de s’installer ou de poser ses affaires. Bien.

« Je suis heureuse de vous recevoir Majesté, bien que j’aurais préféré que ce fut dans d’autres circonstances. Je serais ravie de pouvoir répondre aux questions que vous pouvez vous poser, vous et les vôtres. Lorsque nous nous étions rencontrées la première fois en face à face, il m’avait pourtant semblé que nous pourrions fort bien nous entendre et avancer ensemble. Mais il est vrai que de n‘échanger que par missives n’est guère propice à la compréhension et à l’entente lorsque tant de choses peuvent être interprétées différemment.
Je suis toute ouïe concernant vos demandes et propositions, mais peut-être souhaitez-vous vous désaltérer ou manger quelque chose avant ? Ou vous reposer ? »


Je désigne le petit salon à proximité. Rester debout ne me dérange absolument pas, mais le trajet a dû être plus qu’épuisant non ? Et je m’efforce de conserver un ton aussi calme et neutre que le sien, bien que j’ai l’impression qu’elle est quelque peu nerveuse. Ou peut-être est-ce le reflet de ma propre agitation. Il y a pourtant un certain temps que je suis parvenue à passer outre les divers échanges que nous avons eu, et je suis on ne peut plus d’accord avec elle et son frère, il faut dépasser tout cela, sinon cette alliance ne mènera jamais nulle part. Et si tel est le cas, j’aimerais autant le savoir de suite…
Je la fixe quand elle reprend, bien moins protocolaire. J’esquisse un sourire alors qu’elle parle d’Orys, avant de légèrement froncer les sourcils.

« Votre frère menait la cavalerie, aux côtés des miens, lors de l’attaque menée par les fer-nés. Ils sont parvenus à les repousser, mais n’ont guère eu le temps de mettre pied à terre, ce qui les a fortement pénalisés par la suite. Orys a reçu une profonde blessure à la cuisse, qui l’a affaiblit de nombreux jours.
Il va bien comme je vous l’ai indiqué, sa blessure cicatrise bien et il n’aura pas de séquelle… même si cela irait plus rapidement s’il ne cherchait pas à tout prix à se déplacer seul. Nous avons eu bien du mal avec Anders à le convaincre de rester ici et de laisser mon frère aller à votre rencontre.
Je ne sais exactement ce qu’il vous a dit, mais je crains qu’il n’ait tendance à mésestimer son état, d’autant plus pour vous en parler à vous je suppose, qu’il ne voulait sans doute pas effrayer à tort. Peut-être parviendrez-vous à le convaincre d’éviter de trop solliciter sa jambe, j’ai beau essayé de lui faire entendre raison, il aussi têtu que mes propres frères. »

J’esquisse un sourire. « Pardonnez-moi. Votre frère a de nombreuses qualités, et je l’apprécie, mais…. Il n’est guère raisonnable. Et il ne tient absolument pas compte des recommandations que nous pouvons lui donner. Il vous écoutera certainement bien davantage. »

Enfin, je l'espérais. Même s’il allait mieux maintenant et parvenait à se déplacer sur de courtes distances sans risquer de rouvrir la plaie…


HS : Elle va avoir la peau toute sèèèche *pan*
Et Deria, elle, est super trop jolie et bien habillée, comme ça *meurt*



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Jeu 4 Aoû - 16:57






Lancehélion

An 0 Mois 8.


Je regardais le salon que me désignait la Princesse. Je lui fis un léger signe de tête et pris place sur l’un des fauteuils, sans m’y adosser, ni même me débarrasser de mes affaires. Suspicieuses ? Non, je dirais prudente. Je ne touchais ni aux aliments devant moi, ni même aux boissons. Je n’avais nullement confiance en elle et je ne comptais pas prendre le risque d’être empoisonnée, ou que sais-je d’autre. Je ne laisserais aucunement l’opportunité à quiconque de me nuire. Je pouvais aisément me passer de tout cela jusqu’à la nuit tomber. Je ne prenais qu’un repas par jour depuis que j’étais partie après tout, me nourrissant de racines, de baie et d’eau que pouvait m’offrir la nature.Je n’ai nul besoin de me reposer. Lorsque mon peuple sera en sécurité, alors j’aurais tout le loisir de le faire, mais pas avant. lui répondis-je simplement avant de lui demander ce qu’il en était de l’état de santé de mon frère. Je ne quittais pas son regard du mien, et restais bien droite dans ma posture assises. Elle esquisse un sourire, et je me retiens de lui ôter tout de suite en lui envoyant quelque chose à la figure, lui rappelant qu’elle ne pouvait se moquer ou s’amuser de la sorte de la situation. Je garde cependant mes mains posées sur mes cuisses recouvertes par mes habits en cuir que je portais pour voyager.

J’écoute sa réponse, puis prend une nouvelle fois sur moi à ce qu’elle veut être une boutade ou je ne sais guère quoi. Je lui ai pourtant indiqué que je n’étais pas en visite de courtoisie. Je n’étais pas là non plus pour favoriser une relation amicale ou je ne sais quoi d’autre. Et je n’appréciais pas qu’elle puisse se permettre de parler ainsi d’Orys, même si elle n’avait pas totalement tord dans ses propos. Je vois. Pardonnez-moi mais n’avez-vous donc point pensé qu’au vu de la gravité de sa blessure, Peyredragon devait être prévenu ? S’il était arrivé pareille chose à votre frère Anders lorsqu’il était à nos côtés aux Epoix je n’aurais guère attendu qu’il soit quasiment rétabli pour en informer son royaume. . J’étais en colère, en colère que Dorne ait pensé… ou plutôt n’ait pas pensé à nous informer au plus tôt. Orys était Prince de Peyredragon et il était de leur devoir de nous communiquer cette information, même s’il ne le désirait pas. C’était quelque chose que j’aurais fait pour son frère. Mais il fallait dire que Dorne n’avait jamais fait preuve du même égard que nous avions fait preuve envers eux. Cela ne devrait plus m’étonner. Vous sembliez oublier qu’Orys est Dragon et que nul ne peut comprendre un Dragon qu’un autre. Il m’écoutera bien entendu. Et il obéira si telle est ma volonté. J’étais tranchante dans mon ton. Aussi têtu puisse-t-il être, il ferait ce que je lui demanderais et n’aurais nul autre choix. Je ne lui en donnerais point et il exécutera ma volonté. Je n’usais jamais de ce pouvoir que j’avais sur lui – un pouvoir qu’il possédait lui-même sur ma personne - , mais j’étais forcée de reconnaitre que je le devais. Passons voulez-vous. Je m’entretiendrais plus tard avec le Prince de mon royaume et mon frère. Pour l’heure, je suis ici pour traiter des affaires de nos deux royaumes

Je laissais filer quelques secondes avant de continuer, ne la laissant pas parler ou répondre.

HJ : mais nooooon. Touches si tu veux Very Happy Quoi que ça va donner des idées à Orys.... Ou à Rhae... Ou aux deux  What a Face Pufff catin va Very Happy
HJ 2: j'ai mis du hide dans le doute. Orys je te l'envoie pour lecture, même si tu n'en as pas besoin encore vu que tu n'es pas encore là ;)





Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Ven 5 Aoû - 21:09

Je l’observe, tout en gardant un air neutre. Si elle consent à s’assoir, elle n’en fait pas davantage, refusant le reste, ne délaissant point ses affaires. Devrais-je m’en vexer ? Non, qu’importe, si elle a décidé d’être pressée à ce point-là, si elle choisit de ne pas en profiter, ce n’est nullement mon problème. Je m’assois face à elle, me contentant donc d’incliner la tête alors qu’elle me répond. Je peux comprendre, mais si sa reine finit par être épuisée, ce n’est pas cela qui aidera son peuple. Surtout que les combats sont loin d’être terminés, mais soit.

Et si elle semble se relâcher quelque peu en parlant d’Orys, cela ne dure point. Je la fixe, me retenant de soupirer, fronçant légèrement les sourcils.

« Si, bien évidemment que son royaume devait être prévenu. Mais le prince m’a informé qu’il vous avait averti de son état, qu’il vous tenait directement au courant. Je pensais que vous étiez par ce fait déjà informée. Par votre frère. Aurais-je dû remettre sa parole en doute ? »

A posteriori oui. Qu’y pouvais-je s’il était finalement aussi sot que mes propres frères ? Devrais-je à chaque fois contrôler les informations transmises à sa propre sœur ? Même si cela ne l’enchantait guère, n’avait-il pas également été assigné comme intermédiaire entre nous deux ? Pour éviter ce genre de désagrément ? Par les Sept, je lui faisais confiance, et elle osait me le reprocher ?
Qu’elle s’emporte donc aisément à ce sujet… Et Dragon ou pas, je commençais à fort bien comprendre comment son frère raisonnait et agissait. Mais je me contente de secouer la tête, visiblement je m’améliore tout de même.

« Je ne l’oublie nullement. Et vous me voyez fort aise de savoir que vous, il vous entend. »

Même si j’en doutais tout de même. J’étais bien en dessous de la vérité lorsque je le disais têtu, et rester cloîtrer sagement dans son lit n’était aucunement dans son tempérament. Tant mieux si elle y parvenait.

« Bien, je vous écoute, je vous en prie. »



HS : Deria trouverait ça bizarre, les deux en même temps
Jalouse



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Ven 5 Aoû - 22:18






Lancehélion

An 0 Mois 8.


Je dus me retenir de lever les yeux au ciel et de me pincer l’arrête du nez lorsqu’elle m’indiqua qu’elle avait eu foi en les paroles d’Orys lorsqu’il lui avait indiqué qu’il nous tiendrait au courant. Je concluais cependant en lui répondant Ne m’avez-vous point indiqué qu’à bien des égards, nos frères se ressemblaient ? Votre frère ne vous aurait point rapporté son état de santé. Il aurait agi comme Orys l’a fait. Ou du moins est-ce que je pense même si je ne puis connaitre Anders comme vous le connaissez. Cependant les miens s’en seraient chargés. Non… je secouais légèrement la tête. Non. Je m’en serais personnellement chargée puisqu’il était sous ma protection. Je ne puis qu’espérer que, si cela venait à se reproduire, ce que je ne souhaite guère, vous agirez différemment. Et soyez assurés qu’Orys ne réitèrera pas une seconde fois ce genre d’action. De cela je m’en assurerais. Il n’avait pas à me mentir et s’il le refaisait, je ne lui pardonnerais point. Nous nous étions promis de jamais plus rien nous cacher et quelques mois à Dorne avait eu raison de son serment. S’il avait redouté ma réaction lorsque je viendrais à l’apprendre, il était bien au-dessous de l’ouragan qui allait s’abattre sur lui. Il était évident qu’en apprenant son état j’aurais volé jusqu’à Dorne. N’en aurait-il pas fait de même si cela avait été mon cas ? Un idiot et un menteur. Voilà ce qu’il était.

La princesse allait s’emporter. Ou du moins contester. C’était là quelque chose de si prévisible. Elle écouterait oui, mais pas totalement et je ne puis retenir un soupir de lassitude lorsqu’elle eut finit de parler. Pas cette fois ci. J’en avais assez. Assez de tout cela. Et ce qu’elle m’avait dit au sujet d’Orys… Cela écho à mes propres démons.



HJ : Pufff. Elle fait pas ce qui est bon :O




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Sam 6 Aoû - 12:33

Je secoue la tête. J’avais beau aimer mes frères, ils restaient jusqu’à présent des enfants inconséquents la plupart du temps.

« Ils se ressemblent, mais Orys est… s’était tout de même montré plus sage jusque-là que mes propres frères, plus responsable. Je me suis trompée, et j’en suis navrée. En espérant malgré tout que cela ne se reproduise pas, vous serez évidemment la première informée. »

Je lui écrirais, il lui écrirait… Si nous en venions à devoir l’informer chacun de notre côté, ce serait plus que fastidieux. Mais sur cela, je pouvais la comprendre. J’aurais aimé être au courant également évidemment si c’était arrivé à Roward ou Anders.

Je me fige sensiblement alors qu’elle soupire. Si je me le permettais avec les miens, ou même avec Orys je l’avoue, soupirer ainsi devant un autre souverain était sensiblement différent.



HS : Bah, ce serait un peu tordu le frère et la soeur, c'est un peu...



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 


Dernière édition par Deria Martell le Mar 9 Aoû - 14:42, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Sam 6 Aoû - 16:09






Lancehélion

An 0 Mois 8.






HJ : tss... Et pourquoi pas?




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mar 9 Aoû - 20:50



HS : c'est contre natuuuuure



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mer 10 Aoû - 22:49






Lancehélion

An 0 Mois 8.




Je balayais la chambre du regard et m’aperçut que mon frère était endormi dans sa couche. Je n’hésitais pas un seul instant. Je récupérais la première cruche qui fut à portée de main, sans me soucier de savoir si elle contenait de l’eau, ou du vin. Je me dirigeais vers le Peyredragon et vins lui renverser au visage sans même me soucier de la présence de la Princesse. Cela lui rappellerait des souvenirs. Je crois bien avoir été la seule à avoir pu le réveiller de la sorte par le passé. Je l’avais fait deux fois : la première fois le lendemain de la première fois où j’avais vu une servante le rejoindre un soir alors que j’allais le trouver. Je ne lui avais pas expliqué la raison de mon geste, mais il avait compris que j’étais en colère et c’était l’essentiel. La seconde fois avait été lorsqu’il s’était disputé pour des broutilles avec Aegon. D’ailleurs je lui avais réservé le même traitement. Bref. Le liquide carmin – du vin donc – lui coula sur le visage se répandant partout dans ses cheveux, mais également sur ses oreillers et ses draps. Je m’excuserais plus tard auprès des domestiques pour ce travail supplémentaire que je venais de leur donner par mon geste. Avant qu’il n’ouvre la bouche je lui indiquais de se taire d’un regard qui voulait tout dire. Je posais mon sac de voyage contenant deux précieux présents sur son lit avant de lui dire sèchement. Ça c’est pour m’avoir menti sur ton état de santé.. Je m’approchais de lui et lui fis claquer ma main sur son visage. Et ca c’est pour avoir été assez stupide pour envisager de voyager dans ton état. Je m’écartais de lui et me mis à faire les cents pas devant son lit. Mais quel dragon t’a donc mordu ? A quoi as-tu donc pensé ? Ah oui, je sais.. Je vais te le dire, tu n’as pensé à rien. Si tu n’étais pas mon frère… Si tu ne partageais pas mon sang, j’aurais fait couler le tiens avec Noire-Sœur. Stupide, tu es stupide ! Finis-je par lui crier dessus en me tournant vers lui.


HJ : t'es Dornienne ou tu l'es pas? :O




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Dim 14 Aoû - 19:01


Le réveil fut pour le moins brutal.
Je sursautai violemment et me redressai aussitôt, une grimace de douleur déformant mes traits alors que mes membres protestaient contre ce traitement. Je secouai la tête, à sentir un liquide carmin me dégouliner du visage... Je passai une main rapide sur mes yeux, quand l'odeur de vin me frappa. Je fronçai les sourcils, peinant à réunir mes idées, quand cette voix si familière me parvint. Rhaenys... Elle était là. Je n'eus pas le temps de formuler le moindre mot que la gifle me cueillit, achevant de chasser les dernières brumes du sommeil. Pour des retrouvailles, c'était pour le moins...

- Je t'ai dit avoir fait une mauvaise chute. Si tu voulais des détails, il te suffisait de me le demander.

Elle avait vraiment fait tout ce chemin simplement pour me le reprocher ? Comme si elle ne s'était pas attendue à ma réaction... Espérait-elle vraiment que je lui livre mon état de faiblesse en détail ? Sûrement pas. J'attrapai le linge sur ma table de chevet, pour me frotter le visage avec.

- Tu devrais le savoir. Rien ne pourrait m'empêcher de te rejoindre.

Oh, elle était en colère... Et mes paroles ne risquaient certainement pas de l'apaiser, ni ce souffle qui m'échappa dans un sourire. Elle avait souvent tendance à me menacer, ces derniers temps... Une nouveauté pour le moins désagréable à mon sens. Je n'avais pas oublié la morsure de Noire-Sœur à mon bras, fut-elle superficielle. Je la suivais du regard, alors qu'elle ressemblait à un fauve en cage. Elle était fourbue de son voyage sur Meraxès, et certainement à bout de nerfs. Elle n'avait certainement même pas pris la peine de se restaurer avant de venir... J'en aurais certainement fait de même, et le sommeil m'avait pris par surprise, à force de veiller en attendant son arrivée, depuis le jour où Deria m'avait annoncé que c'était inéluctable. Elle était là, elle aussi, dans un coin de la pièce. Je risquais un regard dans sa direction, pour le moins étonné de sa présence... Au moins ma sœur avait-elle pris la peine de se présenter à la Princesse, malgré ses griefs. Depuis quand exactement était-elle arrivée ? J'aurais bien aimé le savoir, et regrettais de l'avoir raté. On devait s'être gardé de me le dire avant qu'elle ne soit au Palais.

J'affichais une grimace contrite. Elle, ne se formalisait pas de crier sur les blessés, tiens...

- Ca ne servait à rien de t'inquiéter inutilement, Rhae'. Tu le sais bien.

Je ne sais si c'était la lassitude, ou la présence de Deria en ces lieux, qui m'incitaient à une certaine réserve, mais je ne cherchais pas à me lever. Et puis, j'avais largement eu le temps de me préparer à sa première réaction qui me paraissait pour le moins prévisible. Je me contentais de la couver du regard. Elle avait déjà tellement à penser, sans avoir à se préoccuper de mon état, qui n'allait qu'en s'améliorant par ailleurs. Je glissai, avec lassitude :

- Et si tu t'asseyais un peu ? Moi aussi, je suis content de te voir.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mer 17 Aoû - 11:27

Je comprenais bien mieux Orys à présent. Si j’avais déjà saisi auparavant la lourdeur de sa tâche, je ne pouvais aujourd’hui que le plaindre pour de bon. Si je ressassais nombre de choses et détails, j’avais semble-t-il trouvé pire que moi. Qui plus est, Rhaenys ne semblait entendre que ce qu’elle désirait et ignorait totalement le reste. J’avais la désagréable sensation qu’elle faisait comme bon lui semblait, quel que soit son interlocuteur. Comment pourrais-je alors ne pas comprendre ce qu’il avait ressenti alors que nous devions chacune le vilipender sur les mêmes sujets ?
J’avais bon nombres de défauts, mais je faisais avec. Nul n’était parfait, comme j’essayais de lui faire comprendre, et jamais les suzerains ne l’avaient été davantage que le peuple. Celui qui pensait pouvoir l’être grâce à ce statut était simplement idiot. Etre fort et juste, loyal et droit, faisant passer son royaume avec le reste était déjà une gageüre en soi. Si déjà je parvenais à être cela, que je sois susceptible ou trop fière parfois me semblait de moindre importance. Quant à elle, si elle ne le supportait point, elle avait, de mon point de vue, beaucoup de travail à effectuer sur elle-même.

Je me contentais de hocher la tête alors qu’elle repartait sur les missives échangées avec Orys, puis Ser Forel. Qu’elle ait lues les réponses était normal. Si elle ne désirait comprendre que je n’avais pas apprécié qu’elle délaisse cette correspondance uniquement car elle ne souhaitait point ne pas entendre des choses ne lui convenant pas, uniquement car elle était bien trop susceptible, eh bien tant pis. Comme pour le reste qu’elle dédaignait, car peu important, je ferais de même. Tout comme je ne relèverais pas que les torts étaient partagés sur certains points. Mais j’étais sans doute trop susceptible d’entendre par là que si certains torts étaient de notre faute à toutes deux, les autres torts eux m’étaient entièrement dus.

Malgré tout, nous étions parvenues à mettre les choses à plat, non ? Même si rien de tout cela n’était parfait, loin de là, ce n’était pas si important si nous apprenions de nos erreurs comme elle l’indiquait. J’esquisse un sourire et acquiesce.

« Là-dessus nous sommes d’accord. Nous devons apprendre et avancer. »

Sinon cela ne servait à rien. Mais il suffisait pour le moment d’aborder les sujets délicats qui… Tous les sujets en vérité… Autant la conduire auprès de son frère. Et les gardes ont à peine le temps de saluer que déjà elle entre dans la chambre. Je réprime un sourire amusé en constatant que je ne suis point la seule à agir ainsi, et fronce néanmoins les sourcils lorsque le garde m’indique que la suivante chargée de l’avertir de l’arrivée de sa sœur n’a osé le réveiller. Formidable. Et si je stoppe à l’entrée, m’apercevant qu’il dort bel et bien, Rhaenys poursuit sa route.

Je la fixe alors qu’elle s’empare de la cruche pour la renverser sur Orys. Orys qui évidemment se réveille en sursaut, juste à temps pour se prendre une gifle. Est-elle sérieuse ? Par les Sept, la susceptibilité est loin d’être son plus gros problème en vérité. A-t-elle réellement indiqué vouloir se comporter en reine ? Certes, il s’agit de son frère, mais famille ou non, elle n’est pas seule. Je tourne à peine la tête vers la porte que les gardes la ferme. Trop tard. Mais tant pis pour elle.

Je hausse un sourcil, hésitant un instant sur ce qu’il convient de faire. Peut-être devrais-je les laisser seuls. D’un autre côté, elle agit d’ores et déjà comme si je n’étais pas là. Je pourrais, une nouvelle fois, mal le prendre, mais à vrai dire, je suis pour le moins… abasourdie. Qu’elle soit en colère contre lui, je le conçois on ne peut mieux. Je l’ai été, et j’aurais tout aussi peu apprécié qu’elle que l’on me mente. Même si j’ai un léger sourire moqueur quand il répond. Une mauvaise chute, quelle mauvaise foi. J’incline légèrement la tête alors qu’il jette un regard vers moi. Et même si je m’efforce de rester impassible, durant quelques secondes, mes yeux doivent bien trop refléter à la fois un amusement et un étonnement certain.

Je ne sais au final ce qui m’étonne le plus. Qu’elle le menace, l’insulte et agisse ainsi avec lui devant moi ou qu’il soit si… passif, lui si prompt à s'emporter. Il était prince de Peyredragon, mais également Prince de Dorne. Une partie de moi se retenait d’intervenir pour le rappeler à la reine des dragons. Mais elle était tellement en colère… Et à dire vrai, il n’avait qu’à la gérer. Lui qui se contentait de lui répondre calmement, la dévorant du regard comme si… Je fronce un instant les sourcils, avant de secouer la tête, me déplaçant jusqu’à la table où elle avait saisi la carafe, pour remplir des verres avec celle qu’il restait.

J’esquisse un sourire, le dos tourné, alors qu’il essaye de la calmer en l’invitant à s’asseoir. Me demandant dans combien de temps elle va tenter de me chasser hors de sa chambre, dans mon château, je m’empare d’un verre et d’une grappe de raisins, avant de m’installer sur l’une des chaises situées près de la fenêtre. Durant une seconde, j’ai songé à la méridienne, mais ce n’est sans doute pas le moment de rappeler cela…



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mer 17 Aoû - 17:20






Lancehélion

An 0 Mois 8.


Je n’avais pas été douce avec Orys, estimant qu’il avait mérité que je me comporte ainsi. Pire même. Il aurait mérité un châtiment bien plus important… Ou du moins si j’avais été capable de lui faire du mal intentionnellement et durablement. Il avait déjà gouté à la lame de Noire-sœur, mais lui comme moi avions conscience que j’avais retenu mes coups. Il est mon frère, mon sang, ma chair, l’homme que j’aime. Je ne me gênerais jamais de le punir, ni même de le secouer. Mais jamais, ô grand jamais je ne pourrais lui faire réellement du mal. Nous étions un tout et le blesser reviendra à me blesser moi-même. Mon âme se retrouverait déchirée. Pour autant, je ne lui épargnerais jamais mes colères, des colères qu’ils méritaient amplement. Il y avait bien des points que je devais évoquer avec lui d’ailleurs, mais pour l’instant, je commençais par sa dernière erreur en date. Ou du moins ses deux dernières erreurs. Ma colère était à la mesure de cette affection que je lui portais et elle ne pouvait être calmée facilement.

Je lâchais un rire amer à sa réponse, me retenant de peu de lui envoyer de nouveau le contenu d’une carafe au visage. Je lui répondais sèchement en haut Valyrien, sans prendre conscience que j’avais repris ma langue natale Gardes donc tes mensonges et tes justifications pour ceux qui te croiront. Je ne connaissais bien des défauts, mais pas celui d’être un menteur. Une mauvaise chute dis-tu ? Ce n’est pas ce qui m’a été rapporté. Ta future épouse m’a rapporté que tu avais une cicatrice à la cuisse, qui bien qu’elle guérissait bien, requière que tu restes alité, ce que, bien entendu tu ne fais pas. Mais si ce n’est pas le cas, si elle ment, je t’en prie Orys, lèves-toi donc et montres moi cette blessure superficielle dont tu m’as fait part par courrier. Montres moi donc que tu es capable de supporter un voyage jusqu’à Peyredragon. Je ne le provoquais pas. Pas vraiment en tout cas. Je le mettais juste face à ses mensonges, en lui exposant ce que la Princesse Martell m’avait indiqué, à la fois dans ses parchemins, mais également de vive voix à mon arrivée lorsque je l’avais interrogé à ce sujet. Je savais pertinemment qui croire, mais je voulais l’entendre de me le dire, et reconnaitre cette malhonnêteté dont il avait fait preuve à mon égard. Il m’avait menti, et cela, je ne l’acceptais pas. Et tu devrais savoir que je préfère te savoir entre Ses mains qu’en mettant en péril ta vie pour me rejoindre. lui répondis-je sèchement, en m’interrompant dans mes allers et venues, pour le regarder dans les yeux. Je le laissais voir cette colère que je ressentais, et qui m’animait en cet instant, une colère qui éclipsait tout le reste. Jadis, j’aurais été plus modérée. Et sur un autre sujet, je l’aurais été. Mais pas lorsque cela le concernait. Pas lorsque cela concernait son état de santé. J’avais toujours défendu ses intérêts, mais jamais je n’avais eu à le faire en me battant contre lui.

Il grimace. Je le vois, mais n’en tiens pas compte. Il n’est pas content ? Tant mieux. Il méritait le traitement dont je faisais preuve à son égard. N’avait-il pas exigé à Sombreval que je ne sois jamais Reine avec lui, mais toujours Sœur ? En me mentant, il savait très bien ce qu’il l’attendait. J’étais Dragon. Et rien ne pourrait changé cela, rien ni personne d’ailleurs. Je serrais les poings lorsqu’il m’indiqua qu’il avait estimé inutile de m’inquiéter. Je me faisais violence pour ne pas le frapper une nouvelle fois. Ce que je sais, c’est que tu as décidé délibérément de me mentir. A moi. Alors que tu nous nous sommes promis de ne jamais le faire. lui rappelais-je une nouvelle fois sèchement. Que devais-je y voir dans cette action ? Le reflet d’une influence néfaste qu’avait Dorne et les habitants de ce château sur lui ?

Orys me demande de m’asseoir, m’indiquant au passage qu’il est heureux de me voir. Je lâche une nouvelle fois un rire mauvais. Pensait-il que j’accèderais à sa requête et que j’allais m’adoucir ? Si c’était le cas, alors il était réellement en train d’oublier qui j’étais. Mais bien sûr, quelle bonne idée ! Et tant que j’y suis, pourquoi viendrais-je donc pas t’embrasser et te câliner en tirant un trait sur les affronts dont tu as fait preuve à mon égard mais également à notre royaume sans exiger ni excuse ni explication ? Me prends-tu pour une idiote ? Car de nous deux, la personne stupide, c’est toi. lui dis-je en le pointant du doigt avant d’ajouter. Je ne suis pas venue ici en visite de courtoisie, mais pour régler ce qui doit être régler. En qualité de Reine Dragon mais également de Sœur. Que crois-tu donc Orys ? Que j’allais rester Aux Epois, aussi délicate soit la situation en te sachant bien plus blessé que tu ne me l’as indiqué ? Je brûlerais tout ce pays pour toi. Je pourrais engloutir toutes ses âmes pour t’avoir mis en danger. Et si Deria Martell m’avait également menti, son sang tacherait Noire-Sœur et sa tête roulerait sur le sol de son palais. Réjouis-toi donc qu’elle ait fait preuve de plus de discernement que toi Valonqar. Une fois de plus, je m’étais adressée à lui dans notre langue natale. Ce n’était pas par manque de respect envers Deria. Je ne m’en rendais pas réellement compte d’ailleurs. Cela était bien plus naturel pour moi de m’exprimer ainsi. Et cela faisait échos à notre passé. Notre père et ma mère s’adressaient toujours à leurs enfants dans cette langue lorsqu’ils étaient en colère. Ils l’étaient peu souvent, mais les rares où nous allions trop loin, nous étions remis dans le droit chemin très rapidement. Les colères de Père étaient redoutables et craintes de tous, y compris de ses enfants. Aegon était réellement à son image, et j’en empruntais également le chemin inconsciemment, alors que j’étais pourtant bien plus modérée qu’eux. Simplement, ma colère était alimentée par la fatigue du voyage que j’avais entrepris jusqu’ici, et mon inquiétude à son égard. J’en oubliais même la présence de la Princesse dans cette pièce, qui elle, ne devait pas loupé une miette de cette conversation.


Hj : les paroles en italique sont en valyrien. Désolée Deria, du coup, tu vas rien piger.




Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mer 17 Aoû - 21:47


Il était illusoire d'espérer que le Dragon se calme avec seulement quelques mots. Je le savais, pourtant, ça ne m'avait pas empêché d'essayer... Certainement à cause de la présence de Deria, juste derrière nous, qui s'était déplacée subtilement vers le balcon comme pour se rappeler à mon bon souvenir. La Princesse restait, dans l'immédiat, en dehors de nos histoires, et mieux valait qu'elle continue ainsi si elle ne voulait pas envenimer la situation. Je me surprenais à rester aussi stoïque malgré l'humiliation qu'elle venait de m'infliger, devant elle. Peut-être bien à cause de ce soulagement, de ce sentiment euphorique d'entendre à nouveau sa voix, même si c'était pour me crier dessus... Mais cette béatitude ne dira qu'un temps, avant que la colère ne finisse par se frayer un chemin, en juste représailles. Elle retint de justesse un nouveau mouvement dans sa fureur, et grand bien lui en fasse, parce que j'étais désormais suffisamment réveillé pour l'empêcher de lever à nouveau la main sans qu'elle le regrette.

Des mensonges ? Que croyait-elle, que je n'étais plus capable de me tenir ne serait-ce que debout ? Je n'étais pas amputé d'une jambe, à ce que je sache, et je n'avais que faire de leurs recommandations. J'étais capable de me déplacer, et rapidement de me battre. Personne ne m'en empêcherait, même pas elle. Je me redressais, à me camper sur mes deux appuis comme pour lui prouver, la saisissant par le bras pour qu'elle arrête de marcher comme un fauve en cage. Ce simplement mouvement parvint à me déséquilibrer, mais pas suffisamment pour que je la lâche, ou que ma jambe ne cède. Ma prise se referma, peut-être même à lui en faire mal, alors que je m'étais légèrement crispée.

- Je ne t'ai pas menti. J'ai fait une mauvaise chute. Un fer-né m'a jeté à bas de ma monture, d'une dague dans la jointure, mais ça ne m'aurait pas empêché de voyager s'il le fallait. Satisfaite, maintenant ? Alors arrête de tourner ainsi et assis-toi avec moi.

Je resterais debout, aussi longtemps qu'il lui faudrait pour lui prouver le contraire, et que j'allais bien. Qu'elle essaie seulement de me pousser et elle verrait que j'avais toujours le dessus quand il s'agissait de requérir à la force, blessé ou non. Je poussai un soupir retentissant alors qu'elle se fendait d'une pique envers notre hôte, lui rappelant amèrement ses propres paroles, la dernière fois que je lui avais demandé :

- Ce n'est pas à toi de décider ce que je fais de ma vie, Rhae' ! C'est moi seul qui ai décidé de me battre, et je recommencerais, autant de fois que l'occasion me sera laissée ! Tu ne pourras pas m'empêcher d'assouvir ma propre vengeance, d'avoir encore une dernière occasion de les voir, personne ne le pourrait.

Elle me rendait ce regard, de fureur. Elle ressemblait de plus en plus à Visenya. Etait-ce utile de lui rappeler encore une fois qu'elle n'avait pas besoin de s'inquiéter pour moi ? Je secouai négativement la tête. J'avais envie de la prendre dans mes bras, même si elle se débattrait, mais devant Deria Martell, je ne me laissais même pas l'occasion d'essayer. Oui, j'aurais bien voulu qu'on se contente de ces retrouvailles, mais visiblement ma sœur avait encore bien d'autres sujets de griefs contre moi. Sans doute à cause de cet Intendant que j'avais quelque peu malmené... La belle affaire. Elle continuait de me parler en Haut Valyrien, alors que je m'étais contenté de m'exprimer dans la langue commune jusqu'à maintenant, mais à effondrer progressivement chaque parcelle qui retenait ma propre fureur, je repris immédiatement dans notre langue natale, sur un ton plus vindicatif.

- Quel affront envers toi, Rhae' ? J'ai toujours défendu tes intérêts, quoi que tu en dises, ou que le Conseil pense. Baâl l'a bien compris. Alors, dis-moi, quel affront ? C'est toi qui est stupide, de venir ici à dos de dragon pour... Quoi, au juste ? Me menacer ? Et maintenant menacer la Princesse de Dorne ? Non mais entends-tu seulement ce que tu dis ?

Je sentais la douleur diminuer à mesure que l'adrénaline faisait battre mes tempes. Je la secouai par le bras, levant le ton.

- Je suis venu à Dorne uniquement pour toi, Rhae' ! Je l'ai fait pour que cette alliance perdure, pour que Dorne se retrouve dans l'obligation de s'engager dans le conflit à nos côtés, que nous puissions enfin compter les uns sur les autres ! Tu crois que j'aurais laissé cet intendant foutre en l'air tous mes efforts ? Tu crois que ça ne m'a pas coûté, de te laisser partir pour rejoindre ton Roi du Nord ? On avait pleinement conscience qu'on ne s'en sortirait pas seul, qu'il nous faudrait faire des sacrifices... J'en ai consenti assez pour notre royaume, assez pour que tu me traites de la sorte. Alors qui est stupide, dis-moi, alors que tu es venue là uniquement pour cracher ton fiel ? Est-ce le comportement qu'ils attendent d'une Reine ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Jeu 18 Aoû - 1:23






Lancehélion

An 0 Mois 8.


Je n’étais pas dupe. Si Orys s’était levé, c’était uniquement pour me provoquer un peu plus. Je n’avais pas manqué de voir l’instabilité dont il faisait preuve et avais même esquissé un geste pour le rattraper si cela était nécessaire. J’étais en colère contre lui, mais je ne lui voulais, ni ne lui souhaitais aucun mal. Quelques soient mes griefs à son égard, je ne lui ferais jamais de mal. Jamais. Il me saisit le bras et j’étais bien trop proche de lui pour me dérober. Pire, je craignais de le faire basculer si je le faisais. Ce mouvement lui valut une nouvelle fois de manquer de tomber, signe évident qu’il n’était pas en aussi bonne santé qu’il s’évertuait à le prétendre. Si j’avais voulu me dégager de sa prise, aussi ferme puisse-t-elle être, il aurait, dans le meilleure des cas basculé sur sa couche, ou dans le pire des cas, basculé au sol. Si j’arrêtais de bouger, ce n’était pas pour son plaisir, mais pour lui éviter une chute certaine, une chute qu’il méritait cependant de connaitre. Ses doigts s’étaient fortement resserrés autour de mon bras, et je ne doutais pas qu’ils allaient y laisser une empreinte. Mais peu importe. J’avais connu bien pire et surtout je ne ressentais pas la douleur, annihilée par cette colère qui faisait rage en moi.  Ta blessure est loin d’être minime alors si, tu m’as menti. Et ta place n’est pas sur un cheval mais dans un lit tant que tu ne seras pas totalement guéri. lui répondis-je sèchement. Je combattais son regard furieux par le mien tout autant, et attendais qu’il s’assoie pour se soulager… Ce qu’il ne ferait pas bien entendu, bien décidé à n’en faire qu’à sa tête. Soit.

Ma résolution fut mise à rude épreuve lorsqu’il évoqua Visenya et Aegon. J’explosais complètement en lui répondant Alors c’est ça que tu en veux en faire ? Tu veux la risquer jusqu’à la perdre ? Que crois-tu Orys ? Qu’ils ne me manquent pas ? Que je ne rêve pas chaque nuit de les rejoindre ? Mais tu vois, contrairement à toi, je ne suis pas égoïste au point de vouloir laisser ma mort m’emporter. Notre peuple mérite mieux. Et je ne te laisserais jamais seul aussi stupide puisses-tu être. Menteur et suicidaire devrais-je même ajouté désormais ! . Je lui avais craché cela au visage. Je me faisais réellement violence pour ne pas l’obliger à me lâcher. Je ne voulais pas qu’il me touche, pas alors qu’il venait de sous-entendre qu’il mettait sa vie en danger uniquement pour Les revoir, qu’il était prêt à me laisser seule juste pour ne plus avoir à souffrir de leur perte. Il ne se passait pas une seule journée sans qu’Aegon et Visenya ne me manque. Je ne me rappelais désormais plus du son de leur voix et cela me tiraillait au plus profond de mon être. Il m’arrivait bien souvent, lorsque j’étais seule, de ne pas vouloir me lever le matin et de rester allongée dans mon lit, à les pleurer encore et encore. On m’avait arraché une partie de mon âme, une partie que rien ne pourrait apaiser. Mais je n’avais pas le droit de me laisser aller. Je n’avais pas le droit de baisser les armes et aussi difficile que cela pouvait être, je me forçais à me lever et marcher dans ce monde où mes ainés n’étaient plus.

Je laissais ma fureur m’emporter totalement désormais et je ne la retenais plus. Mon frère en faisait de même à son tour, et à l’image de la princesse Deria, refusait d’admettre les tords qui étaient les siens. Je l’écoutais débité un flot de parole avant de lui répondre Quel affront ? Tu oses me le demander ? Tu oses sous entendre qu’il n’y en a pas eu ? Tu m’as mentis Orys ! Quoi que tu en dises, quoi que tu puisses t’imaginer tu m’as menti. A moi. Je me dégageais de sa main pour le repousser ensuite vers le lit sur lequel, il me manquerait pas de tomber vu l’équilibre incertain de ses jambes. Est-ce que j’entends ce que je dis ? Crois-tu que je n’en pense pas un mot ? Tu as changé Orys, mais moi non. Et TES intérêts passeront toujours avant le reste. Je suis venue ici uniquement pour toi ! Pour m’assurer que TU allais bien. Parce que j’avais peur qu’une nouvelle fois ton état de santé soit minimisé et que tu sois bien plus souffrant. Parce que je ne supportais pas l’idée que tu es pu être blessé sans que je ne puisse rien y faire ! Stupide stupide stupide. Que croyait-il ? Que j’aurais pu continuer à administrer Peyredragon et cette guerre alors que je le savais blessé ? Jadis, il n’aurait pas hésité lui non plus une seule seconde à venir me rejoindre s’il avait appris qu’il m’était arrivé malheur. Mais j’étais forcée de constater que cela ne l’importait plus vraiment et qu’il avait changé comme je venais de lui indiquer. Il s’était détourné de notre royaume et de nous. Et c’était là un grand coup de poignard qu’il venait de m’enfoncer dans le cœur, coup qu’il enfonça un peu plus  en me reprochant de ne pas agir comme une Reine, lui qui pourtant m’avait demandé de ne jamais l’être avec lui. Mon visage se changea à la seconde où il prononça cela, pour devenir un véritable marbre, inexpressif au possible. Avec une froideur sans précédent, je m’éloignais de lui et lui dis, sans lui laisser le temps, ni l’occasion de répondre. Soit. Si votre désir est de vous adresser à votre Reine désormais, soyez assurés que nous ne vous ferons plus l’affront de ne plus l’être en votre présence… Pour avoir manqué de respect à Ser Verdragon, intendant de Peyredragon nommé à ce poste par notre personne, nous Rhaenys Targaryen, Reine de Peyredragon, et de la baie de la Néra, future reine du Nord, reine libératrice et unificatrice, chevaucheuse de dragon, héritière d’Aerion, Valaena, Aegon et Visenya Targaryen, exigeons que vous présentiez vos excuses par courrier sous la quinzaine. Nous avons pris notes de vos explications à Ser Forel, cependant, nous ne pouvons tolérer tel comportement, aussi justifié a-t-il pu être à vos yeux. Que vous voyez ou non d’accord avec sa démarche Prince Orys Baratheon n’excuse en rien les mots que vous avez employé envers lui, mandaté par ma personne, via le conseil restreint. Si, désormais vous avez quelques requêtes ou réclamation à formuler, je vous prierais de les adresser au conseil restreint ou à ma personne. Nous sommes seuls décisionnaires et Lord Verdragon notre exécutant. Je me détournais ensuite de lui, pour m’adresser à la Princesse Deria Martell. Elle s’était écartée vers le balcon de la chambre. Je m’approchais de la table et lui demandais en haut valyrien Voulez-vous bien prendre place à nos côtés à cette table afin que nous puissions parler de la situation actuelle et aviser en conséquence ? puis me rendant compte que je m’adressais à elle dans un dialecte qu’elle ne connaissait pas, je lui dis aussitôt Pardonnez-moi voulez-vous. Nous vous demandions s’il vous serait grès de bien vouloir prendre place à nos côtés à cette table afin que nous puissions parler de la situation actuelle et aviser en conséquence. Le prince Orys Baratheon étant concerné, il est important qu’il soit présent ; cependant il n’est nullement prudent qu’il quitte ses quartiers au vu de son état de santé. Je pris une inspiration avant de continuer, sur un ton neutre, et royal.






Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Ven 19 Aoû - 13:56

C’était à la fois fascinant et étonnant, de les voir se hurler dessus ainsi, la reine tournant en rond comme un fauve dans sa cage. Par certains côtés, ils me faisaient penser à moi parfois, même s’il ne me semblait pas m’être autant emportée, surtout en présence de tiers. Et jamais je n’avais levé la main sur l’un de mes frères, même si l’envie ne m’avait pas manqué à de multiples reprises. Au moins Orys lui répondait-il maintenant, c’était d’autant plus… divertissant. Autant que vexant et offensant en vérité. Sitôt entrée, la reine avait semble-t-il oublié totalement ma présence. Et l’entendre parler une autre langue, dont je ne saisissais que quelques mots épars ici et là, était plus qu’irritant.

Je les observe, un verre à la main, comme si cela allait m’aider à comprendre davantage. Je me retiens d’intervenir, levant les yeux au ciel d’un air exaspéré, alors qu’Orys se lève, sans doute pour répondre à une quelconque provocation de sa sœur. Je comprenais fort bien qu’elle soit énervée de son mensonge. Tout comme je comprenais sa colère quand il mentionna leur frère et sœur.
Et s’il a commencé à répondre en langue commune, il me désespère un peu davantage en reprenant à son tour le Haut Valyrien. Fantastique. J’inspire profondément, avant de me figer en entendant mon nom. Voilà que je suis mêlée à la conversation sans même avoir le droit de savoir de quoi il s’agit. Je repose mon verre. Et le nom de mon royaume sort à présent de la bouche du prince. Je plisse les yeux, la mâchoire serrée, alors que je le regarde.
Que leur querelle soit personnelle, familiale ou autre ne m’importe aucunement. Qu’aucun d’eux ne trouve cela choquant de continuer ainsi, m’excluant volontairement, alors même que je suis face à eux est par contre plus qu’offensant. Se rendent-ils compte au moins ? Ont-ils conscience de l’affront ? Mais si j’ose le faire remarquer, sans doute aurais-je le droit au refrain qui devient habituel quant à ma susceptibilité et mon arrogance.

Et puis, soudain, alors que j’ai rejoint le balcon afin d’essayer de ne pas m’emporter outre mesure inutilement, j’entends le changement de ton de Rhaenys. Et si je ne comprends pas davantage, je ne peux m’empêcher de me retourner vers eux. Je hausse un sourcil, et suis du regard Rhaenys qui s’éloigne d’Orys, plus froide que jamais. Et si je suis toujours plus que mécontente, je suis à nouveau dépassée par ce changement de comportement soudain et farfelu. Je lance un regard interrogateur vers Orys, qui ne me porte pas davantage attention, avant de revenir vers elle quand elle parle.
Je la dévisage avant qu’elle ne fasse l’effort de revenir à une langue qui m’est davantage compréhensible, la fixant encore quelques secondes supplémentaires. Je ne sais si je dois être rassurée, inquiétée ou amusée en me rendant compte du pouvoir que semble avoir Orys sur elle. Et inversement…
J’esquisse un sourire froid, notant qu’elle est repassée au nous royal. Par les Sept…

« S’il vous est gré de vous exprimer en ma présence en langue commune, sans doute puis-je prendre place à vos côtés et vous écouter. Le prince Baratheon n’a aucunement quitté ses quartiers jusque-là, évitons effectivement de lui fournir l’occasion de trop se surmener. »

Voix douce et royale, et si mon sourire n’atteint point mon regard, je me montre on ne peut plus aimable je trouve. Je m’installe face à elle pour l’écouter. Et Meria Martell serait fière de moi, je parviens à rester impassible tout du long de son discours.



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Jeu 25 Aoû - 1:35


Nous étions au point de rupture, mais pas suffisamment pour que Rhaenys esquisse un geste malencontreux qui aurait pu suffire à me faire chuter. La douleur me cisaillait la cuisse, mais je parvenais sans trop de difficultés à l'ignorer. Elle me l'aurait demandé, que j'aurais pu marcher, mais je préférais me passer de lui montrer à quel point je pouvais boiter sous le coup de la fatigue. Qu'elle me traite de menteur ou croit que je présumais de mes forces m'importait peu. J'aurais pu faire ce voyage, quoi qu'elle en dise, et lui épargner cette chevauchée sans relâche sur Meraxès. Je poussai un soupir exaspéré, car il était parfois impossible de lui faire entendre raison, et je n'eus pas le temps d'en placer une que sa colère explosa, quand je mentionnais nos aînés.

- Je ne compte pas mourir, Rhae'. Je veux seulement ne pas oublier.

Oublier leur visage, le son de leur voix... Tout ce qui les rendait encore réels, tangibles. Je voulais les revoir encore, une dernière fois, comme au cœur de cette bataille. Je savais que leurs esprits m'accompagneraient, sur beaucoup d'autres, si on m'en laissait seulement l'occasion. J'avais foncé, sur les quais de Lancehélion, frustré de ne pas pouvoir livrer pleinement bataille plus tôt, à cause de manœuvres politiques, qui si elles n'étaient pas portées au Val, l'étaient à Dorne. Je voulais renouer, avec ce qui était la raison même de mon combat. Le comprendrait-elle seulement ? J'avais ouvert la bouche, dans l'espoir de lui expliquer plus en détails ma pensée, mais impossible. Pas avec cette inquiétude si vive qui l'animait encore, et ne cesserait de la tourmenter. Je me contentais de souffler, ce qui devait résonner comme une vérité immuable :

- Je ne compte pas t'abandonner. Jamais.

Même si elle, l'avait déjà fait, en octroyant une place que je pensais m'être à tout jamais réservée, à un autre. Oui, je lui avais certainement menti, mais pas là où elle le pensait. Je n'avais pas la moindre idée de si j'arriverais un jour à aimer Deria Martell. Nous étions des partenaires, mais il n'existait rien d'aussi profond entre nous que l'amour inconditionnel que je lui vouais. Si elle n'avait pas été présente, en fond, à nous détailler de son regard inquisiteur... Peut-être me serais-je allé à quelques confessions.

Je grimaçai, tandis qu'elle me repoussait vers ma couche sans autres formes de procès. Je tirais plus que nécessaire sur ma jambe invalide pour me maintenir, et cela ne suffit pas à m'empêcher de chuter en arrière. Mon expression s'était crispée, l'espace d'une seconde, avant que je fasse fi de cette pointe de douleur, pourtant prompte à réveiller un éclat de colère.

- Bon sang... Rhaenys ! J'ai toujours fait ce qui était le mieux pour toi, mensonge ou pas. Je continuerais à le faire, et c'est bien quelque chose qui ne changera pas. Que tu crois seulement l'inverse...

Je poussai un soupir retentissant. C'était blessant.

- Et tu n'aurais pas dû venir ! Tu te surmènes et te mets en danger inutilement... Surtout pour une raison aussi stupide !

J'en aurais certainement fait de même, si les rôles étaient échangés, mais je supportais plus difficilement de la voir se montrer si déraisonnable quand il s'agissait de moi. Ma colère avait vibré, avant de retomber aussi violemment tandis qu'elle arborait le visage de la Reine froide et protocolaire. Je poussai un nouveau soupir, désemparé par son comportement. Je lui rendis un regard sévère, en lâchant avec gravité :

- Songe seulement que nous ne sommes pas seuls dans cette pièce... Et reste une nuit pour te reposer.

Je l'écoutai ensuite énumérer ses titres, avec une vive impatience, et me réclamer ensuite des...

- Des excuses ? Tu n'es pas sérieuse !

J'exprimais soudainement mon indignation, avant de secouer négativement la tête, devant cette expression intransigeante qu'elle me renvoyait. Si elle croyait que cela suffirait pour que je m'aplatisse encore...

- Non. Je ne me suis pas montré insultant envers lui. J'ai rédigé un courrier d'excuse à ton Roi du Nord uniquement pour ne pas nuire à cette toute récente alliance, ne pense pas que cela va devenir une habitude. Je me fiche totalement de ce qu'ils peuvent penser, et ça ne risque pas de changer.

Elle semblait, finalement, s'être rappelée de la présence de la Princesse de Dorne dans cette pièce. Moi-même avait dû laisser filtrer bien davantage que je ne l'aurais voulu auprès d'elle, mais je ne comptais pas déroger à cette sincérité promise, et ne lui avais pas promis de me montrer galant et courtois en toutes occasions. Elle avait bien fini par comprendre par elle-même que je ne mâchais pas mes mots, et que je n'hésiterais pas à lui faire part de mon mécontentement. Elle s'était tenue en retrait, même si je me doutais qu'elle s'était sentie offusquée par nos soudains échanges, dont une partie qui plus est était en Haut Valyrien. Au moins, forcer ainsi Rhaenys à se rappeler qu'elle devait se montrer digne Reine, quitte à me prendre un blizzard, permettait d'aplanir la situation avec Deria Martell. Nous enchaînions sur des sujets d'importance, bien plus stratégiques, et j'écoutais d'une oreille attentive l'échange entre les deux femmes, sans les interrompre.


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Jeu 25 Aoû - 14:25






Lancehélion

An 0 Mois 8.


Je ne répondais pas à Orys. Que croyait-il ? Que j’avais envie d’oublier tous ces petits détails les concernant ? Je ne me souvenais plus le son de leurs voix et je détestais cela. Je me détestais de n’être pas capable de m’en souvenir. Je me rappelais encore de ce parfum qui leur correspondait et de leur visage. Mais plus du son de leurs voix que j’aimais tant. J’avais besoin d’Orys pour cela… Pour continuer à les évoquer et nous souvenir tout deux. Ne pas oublier à deux. Mais il avait fait un autre choix égoïste sans penser à moi. Il changeait… Il changeait et je détestais ça. Je détestais cet homme qu’il me montrait et devenait. Je voulais retrouver mon frère, mon frère prévenant, protecteur, qui ne n’aurait jamais tourné le dos. Jamais. Il me soufflait qu’il ne comptait pas m’abandonner, mais c’était faux. Il l’avait commencé dans ses lettres, et continuait à l’éloigner, chaque jour un peu plus. Je ne répondais pas. Mon regard le faisait mieux que n’importe quel mot.

Je lâchais un rire amère lorsqu’il affirme faire selon ce qu’il pensait être le mieux pour moi, avant de me reprocher d’être venir. Ma colère gronda de nouveau. Qui essayes-tu de convaincre au juste ? Si tu m’avais dit la vérité, je n’aurais pas eu besoin de me rendre personnellement à Dorne pour m’assurer de ton état de santé. lui répliquais-je sèchement. Je levais les yeux au ciel ensuite lorsqu’il m’indiqua que nous n’étions pas seul dans cette pièce, avant de me demander de rester cette nuit, pour me reposer. Que croyait-il ? . Justement, Orys, comme tu l’as si bien fait remarquer, je ne devrais pas être ici, mais avec mes hommes. Je ne m’attarderais pas plus longuement sans raison. lui répliquais-je sèchement. Lorsque mon royaume ne sera plus menacé, je pourrais me reposer. Pour l’heure, je dormais le strict minimum. Et j’avais eu le loisir de toute façon de reposer lorsque je m’étais rendue sur les terres de Torrhen. Ou du moins les nuits ou il ne se joignait pas à moi.

Je changeais aussitôt de ton lorsqu’il me demanda de me conduire comme une Reine. Soit. Si c’était ce qu’il désirait, il allait être servi. Lorsqu’il remit en question familièrement mon ordre, je le regardais froidement droit dans les yeux et lui répliquais d’un ton glacial. Vous ferez ce que je vous ordonne de faire Prince. Soyez heureux que je n’en demande pas une personnellement. Parce qu’en insultant l’intendant que J’AI nommé, vous avez insulté ma personne, et l’ensemble du conseil restreint qui lui avait donné ses ordres. Vous ferez une lettre d’excuse à l’intendant de Peyredragon. La discussion est close. Que croyait-il ? Qu’il n’avait de compte à rendre à personne lorsqu’il fautait parce qu’il était mon frère ? Il se trompait lourdement. D’ailleurs, il m’avait rappelé à mon statut, alors j’en avais fait de même. Il était désormais Prince de Peyredragon. Et avant cela il était Chevalier de Sa Majesté Aegon Targaryen. Il pouvait s’estimer heureux que je ne décide pas d’une réprimande plus lourde. J’étais généreuse. Qu’il ne me pousse pas plus à bout. La discussion close, je me tournais vers la princesse Deria Martell.

J’inclinais légèrement la tête de manière affirmative lorsque Deria Martell me demanda de m’exprimer en langue commune en sa présence. Je me gardais bien, pour une fois, de surenchérir en lui indiquant que ce n’était nullement contre elle mais simplement une habitude. Le Haut Valyrien était ma langue natale, bien plus que ne l’était la langue commune, mais peu importe. Cette précision ne servirait à rien et je n’avais pas envie de repartir dans un nouveau débat. Elle s’installa en face de moi et je lui communiquais alors les dernières informations, informations qu’elles ne possédaient pas. Elle m’écouta avec attention, avant de prendre à son tour la parole, un léger sourire aux lèvres. Si j’étais étonnée de ce dernier, je n’en montrais rien, restant parfaitement de glace. Au plus tôt nous en aurions fini, au plus tôt je pourrais retourner sur mes terres nouvellement acquise. Ma venue ici n’était pas une erreur, contrairement à ce que pouvait penser Orys. Elle serait lourde de conséquences, en effet, mais des conséquences, je l’espérais, bénéfiques. J’écoutais à mon tour la Majesté. Lorsqu’elle eut finit, je me levais pour récupérer un parchemin appartenant à mon frère. C’était une lettre écrite de la main de Bâal. J’en avais reconnu l’écriture, même de long. Je le retournais et récupérais de quoi écrire, ou plutôt de quoi dessiner. Je traçais les contours de Westeros, puis les frontières des royaumes. Je fis des croix sur les grands villes, et écrivais leur nom, avant d’entourer certaines de rond plus ou moins gros, et de tracer quelques flèches de direction. Je lui donnais ensuite la carte et repris la parole.





Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Lun 29 Aoû - 0:17

Je n'allais pas revenir dessus, même si je trouvais leur comportement tout autant désappointant qu'amusant... Et quelque peu déplaisant oui. Qu'ils se disputent alors que je suis là est déjà déplacé en soi, qu'ils s'expriment en haut valyrien n'en est que plus offensant. Et les quelques phrases et mots qui leur échappent en langue commune n'ont rien pour me plaire. Que ce soit mon nom ou Orys qui répète une énième fois qu'il serait à jamais fidèle à Rhaenys, leur conversation privée commence à me déplaire plus qu'un peu. Orys est Peyredragonnien, frère et Main de la reine, il est normal qu'il lui soit loyal. Toutefois, il est amené sous peu à devenir Prince Consort de Dorne. Il a déjà saigné pour mon royaume, mais il va bien falloir qu'il prenne à cœur l'avenir et le bien-être de son futur peuple, n'est-ce pas ? Je retiens un soupir quand il rappelle ma présence, sans aucun résultat... Quant à la lettre d'excuse... Etait-ce les missives que je n'avais pas souhaité lire ? Sans doute. Qu'importe, qu'ils se disputent entre eux, j'aviserais avec Orys plus tard.




UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mar 6 Sep - 0:43


J’aurais dû me douter qu’elle ne se rendrait pas à l’évidence. Je lâchai un souffle, teinté d’amertume, alors qu’elle m’assénait encore désirer une vérité pleine et entière. Que croyait-elle ? Que je lui décrirais en détail mon état de faiblesse passager ?

- As-tu déjà oublié ce que tu me clamais dans tes lettres, à venir séance tenante si j’étais blessé ? Je te croyais. C’était un mensonge, peut-être ? Je comptais t’épargner ce déplacement en le faisant moi-même, mais soit. Ne me reproche pas d’avoir voulu l’entreprendre si tu ne prends même pas la peine de passer une seule nuit au repos, ici même, avec moi. Tu vas encore te tuer à la tâche.

Elle était bien trop têtue. Je me sentais parfaitement incapable de la faire revenir à la raison, même quand il était question de sa propre santé. Elle était bien mal placée pour juger, alors qu’elle s’était retrouvée gravement malade, il n’y a pas si longtemps de cela. Nous aurions certainement pu continuer à nous disputer encore longtemps, si Deria Martell n’était pas présente, et elle avait choisi une voie qui me déplaisait fortement à revêtir sa couronne et exiger des réparations. Voulait-elle vraiment que nous nous engagions dans cette voie ?

Je grondai, bassement, à refuser de plier une nouvelle fois :

- Vous avez proféré plusieurs menaces à mon encontre, à celle de ma future épouse et son royaume. Vous avez remis en cause ma loyauté à plusieurs reprises, alors que tous mes actes ne visaient qu’à faire perdurer cette alliance, pour que nous fassions front commun contre un même ennemi. Je ne suis pas le seul qui devrait adresser des excuses pour son comportement.

J’en avais assez de cette mascarade, assez de voir ma fierté piétinée au nom d’une alliance dont j’étais encore bien le seul à me préoccuper. Plus de faux-semblants, si cela lui tenait tant à cœur. Si elle voulait crever l’abcès, c’était le moment idéal pour le faire. Qu’elle assume ses actes et ses paroles, et j’en ferais de même. Je ne comptais rien lui dissimuler, ni à Deria Martell d’ailleurs. Nous n’étions pas des serpents, comme ce parjure d’Harren Hoare, mais des dragons.

Je canalisais ma colère pour me focaliser sur ces quelques discussions stratégiques, même si je préférais rester en retrait pour leur donner enfin l’occasion d’opérer un rapprochement. L’heure des reproches semblait résolue, pour se préoccuper de la guerre à venir, et de la meilleure façon de la gagner. Cela me convenait bien davantage, mais ce n’était pas à moi de prendre les décisions en la présence de deux têtes couronnées, restant uniquement à titre de conseil. Au moins avais-je une bonne vue d’ensemble sur les avancées de nos deux royaumes, à tenir cette position insupportable.



Il fut rapidement question de mon propre cas, et de la demande émise pour que je rejoigne les forces vives de Peyredragon. Je sentais le regard, lourd, des deux têtes couronnées sur moi. Je n’avais pas un avis différent de la question, depuis que ces terres arides m’avaient accueillies. Bien entendu, je brûlais d’envie de rentrer, pour ne plus avoir à me battre aux côtés d’étrangers qui, même si j’apprenais doucement à les connaître et les apprécier, n’étaient pas mon peuple.

- Si vous désirez plutôt vous en remettre à lui, je ne doute pas que Ser Baâl Forel fera une excellente Main de la Reine, certainement plus posé que je ne le suis. Je comprends que vous ayez besoin de stabilité, et que ce rôle me sera compliqué à assumer en étant Prince de Peyredragon et futur Prince-Consort de Dorne. Mon avis sur la question n’est pas différent de quand nous avions ratifié ce contrat. Nous avions conclu que ce mariage sera célébré dans les trois mois, et donc incessamment sous peu. Cela me laissera le temps de me remettre de mes blessures avant de regagner la Baie de la Néra, pour mener les prochaines batailles aux côtés de Peyredragon, comme le contrat le stipulait en temps de guerre.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mer 14 Sep - 15:25






Lancehélion

An 0 Mois 8.


Je levais les yeux au ciel aux paroles de mon frère, et ne répondais pas autrement que par ce geste. Si j’avais su la vérité, et qu’il allait réellement bien, je ne serais pas venue. Là, il m’avait menti et n’ayant pas confiance en Deria, j’avais préféré venir voir par moi-même de quoi il en retournait. Il pouvait me reprocher ce qu’il voulait sur ce point, je m’en fichais éperdument. Et il n’avait d’ailleurs pas le droit de le faire puisqu’il aurait agi de la même manière si les situations avaient été inversées. Il n’avait aucune leçon à me donner aucune. Et moi au moins, j’avais tenu mes promesses, et je ne lui avais rien caché, pas comme lui.

Je lui imposais de présenter des excuses, d’une Reine à son Prince. Je ne m’attendais pas à ce qu’il bafoue d’une telle sorte mon autorité et mes ordres, pas alors qu’il avait fait de moi une reine, pas alors qu’il m’avait rappelé d’agir ainsi en ces lieux. Mon regard se fit furieux et mes poings se serrèrent au point où mes ongles vinrent écorcher mes paumes. Je bouillonnais littéralement. Il ne l’emporterait pas. Oh non, il ne l’emporterait pas sur ce point. Il outrepassait sa position et il était en train d’abimer ce lien que nous avions l’un avec l’autre. Êtes-vous devenu sourd ou sot ? Que ne comprenez-vous pas dans le mot ordre ? Vous obéirez Prince, ou vous en payerez les conséquences. Je ne vous accorderais pas plus de traitement de faveur que je ne l’ai déjà fait. Je ne vous laisserais pas remettre en cause mon autorité et ma légitimité à porter cette couronne. Vous êtes en train d’emprunter un chemin dangereux. Répondez-moi une nouvelle fois, défiez moi une nouvelle fois et je vous ferais exiler de toutes les terres de Peyredragon. Ne me poussez pas à bout Prince. Vous êtes le mieux placé pour savoir jusqu’où je suis prête à aller pour mon peuple. Vous avez prêté serment. Vous avez des responsabilités. Il est temps de respecter les premiers et d’assumer les seconds. Ce sera là mon dernier avertissement. J’étais on ne peut plus sérieuse. Il venait de me faire atteindre mes limites en me remettant en cause, qui plus est devant une Souveraine dont il s’était clairement emmouraché. Il était en train de me faire énormément de mal en agissant ainsi, et en me poussant à le menacer d’une telle manière. Avait-il donc tout oublié ? Avait-il donc oublié qui j’étais ? Avait-il donc oublié ce qui nous liait ? Je commençais réellement à le croire et cela m’arrachait le cœur. Tout cela c’était de sa faute à Elle. Et je ne la détestais que plus. Elle m’arrachait mon frère, et ce dernier se laissait faire sans résistance. Je la détestais. Oui, je la détestais.








Shall we begin?


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Messages : 1971
Membre du mois : 42
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impératrice Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
Shall we begin? Fire, Blood & Winter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Dim 9 Oct - 16:18

Si j'ai pensé durant quelques instants à les laisser se dépatouiller entre eux, ce que je laisse faire un temps assez long à mon avis, les laissant se disputer et s'emporter l'un contre l'autre, je ne peux m'empêcher de relever la tête et de les fixer alors qu'Orys mentionne quelques faits qui retiennent mon attention... Non, plus que cela, je sens mon visage se figer et mon regard s'assombrir. Et je prête à peine attention à Rhaenys qui semble tout autant prendre mal la réaction de son frère. Je n'en ai cure. Ma voix se fait glaciale quand je prends la parole presque malgré moi avant qu'Orys ne réponde à nouveau.

« Que votre frère vous doive sa loyauté, malgré notre mariage approchant à grand pas, qu'il fasse passer son royaume de naissance avant celui qui l'accueillera sous peu en prince, que vous n'appréciez nullement qu'il semble remettre votre autorité en question, tout ceci je peux encore le comprendre et l'accepter.
Toutefois, j'apprécierais grandement vous vous absteniez de menacer mon futur époux, mon royaume ou ma personne. Ou tout du moins pourriez-vous avoir l'obligeance de vous montrer assez courageuse pour le faire en langue commune. Comprenez qu'il est plus que déplaisant d'apprendre de telles choses de la sorte.
Et je vous prierais également de ne point oublier de votre côté que vous ne vous adressez point seulement au prince de Peyredragon, mais également au prince-consort de Dorne. S'il ne le fait pas, je vous demanderais quant à moi de faire preuve de davantage de respect à notre égard à tous deux. »


J'étais sans aucun doute en train d'envenimer les choses, et elle allait sans doute repartir de plus belle, mais je me trouvais pour autant fort calme et diplomate. D'autant plus qu'elle semblait en avoir dit assez pour qu'il... Non, soit, Orys s'emportait rapidement, mais c'était tout de même inadmissible. Et qu'importe que cela ne lui plaise point.


Et bien vite, à nouveau, nous revenons sur des sujets plus personnels, même s'ils semblent persister dans leur entêtement respectif. Qu'il retourne près d'elle durant les conflits est indiqué noir sur blanc dans le contrat de mariage, qu'elle... le menace en quelque sorte de lui retirer son titre de Main n'est en soi pas mon problème, que cela ne me plaise guère ma foi n'est pas plus important. J'ai, tout comme lui, j'ai accepté toutes les clauses. Mais une partie de moi s'entête à me souffler que ce n'est pas ainsi que j'aurais des enfants pour assurer ma descendance...
Et si la réponse d'Orys me semble plus que claire, ce n'est pas le cas pour Rhaenys, qui semble agacée. Je réprime un haussement de sourcils alors que la reine mentionne les entorses au contrat. Non, j'ai promis de faire des efforts concernant ma susceptibilité. Mais mon sourcil finit par se hausser alors qu'elle poursuit. Ne comprend-elle pas elle-même ce qu'il dit ? Ne vient-il pas de lui dire qu'il la rejoindrait dès que possible après le mariage ? Pourquoi tant insister alors qu'il est évident qu'il ne désire qu'être à ses côtés pour combattre pour son royaume ?

« Je sais que vous demandez cela à votre frère le prince, mais étant donné que je suis quelque peu concernée et que vous ne semblez guère satisfaite de sa réponse, permettez que je m'exprime. Il me semble évident que le prince Baratheon souhaite pouvoir vous rejoindre, vous et vos hommes, au plus vite. Il ne mentionne sans doute le contrat que pour ne pas froisser ma propre susceptibilité concernant son désir de rallier son peuple dès que possible. Ce que je comprends tout à fait, on ne peut décemment comparer l'amour qu'il éprouve à votre égard, pour son royaume, à l'attachement qu'il peut commencer à ressentir pour mon royaume. »

Mais si elle ne désire point comprendre, je ne parviendrais pas à la convaincre, et je finis même pas penser que cela risque de l'énerver plus qu'autre chose, mais c'est trop tard, et je ne vais pas cesser de m'exprimer pour espérer lui plaire n'est-ce pas ? Je n'en ai cure dans l'absolu.
Je la regarde alors qu'elle s'adresse à moi pour de bon.

« Je crois que nous avons abordé tous les sujets désirés. »

Je la dévisage une seconde, avant de reprendre.

« Mais comptez-vous réellement repartir de suite ? Êtes-vous certaine de ne point vouloir vous reposer un peu ? Ne serait-ce que quelques heures, je peux vous faire porter un repas ici si vous le désirez, vous pourriez profiter un peu de votre frère dans le même temps... »

Quand à moi, je les laisserais volontiers seuls, j'avais de nombreuses choses à voir, et cette entrevue m'avait aussi rapidement exaspérée qu'harassée à vrai dire...



UNBOWED - UNBENT- UNBROKEN


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse de Dorne
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Messages : 5801
Membre du mois : 20
Célébrité : Ashley Green
Maison : Martell
Caractère : Impétueuse - Naïve - Loyale – Indépendante - Farouche - Obstinée - Protectrice
Insoumise. Indépendante. Impétueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   Mar 27 Déc - 15:54


Rhaenys me servait encore de nouvelles menaces, comme pour confirmer mes dires. Je secouai lentement la tête, parfaitement dépité. J’aurais espéré mieux d’elle, après avoir consenti à pareil déplacement. N’était-elle venue que pour répandre son venin sur ses alliés et me rappeler à l’ordre, à serrer la bride comme on le ferait pour une monture récalcitrante ? J’avais des responsabilités, oui, que je peinais à assumer correctement à chacune de ses actions éclatantes. Elle ne comprenait décidément pas ce que je tentais de lui apporter, par mes propres moyens, depuis qu’elle m’avait chassé loin des batailles pour gagner Dorne. Il fallait croire qu’elle avait vite oublié que c’était elle qui avait exigé que je parte aussi rapidement pour les contrées arides, pas moi.

Je ne lui fis pas l’affront de répliquer à nouveau, en présence de la Princesse de Dorne, pour ne pas écorner davantage ce masque de Reine qu’elle brandissait comme un bouclier. Qu’elle se cache derrière, si cela lui convenait si bien. Qu’elle profère encore ses menaces, pour se rassurer. Cela finirait par ne plus me toucher, je l’espérais.
Par contre, je ne m’attendais pas à ce que Deria cherche à s’en mêler. Je fronçai les sourcils, quelque peu mitigé, ne sachant pas tellement si je devais la reprendre ou l’en remercier. Qu’importe, au fond… Le message était passé. Pouvait-on escompter que les relations soient aplanies maintenant, à défaut d’être cordiale ?

Je me passai une main sur le visage, las et irrité, et hochai lentement la tête quand Rhaenys mis en avant mes compétences pour appuyer leur réseau de contre-espionnage. Je pouvais effectivement les aider en la matière, et me pencher réellement sur la question, pas seulement sur les plans militaires.

- Nous en reparlerons en détail plus tard.

D’autant que ma sœur semblait pressée d’en finir avec cette discussion, déjà sur le départ, alors qu’elle demandait à Deria si nous en avions fini. Et encore… Toujours les mêmes interrogations qui revenaient, alors que je pensais avoir été clair.

- Je vous ai déjà apporté ma réponse, mais si vous voulez qu’elle soit écrite, je vous la renverrais par corbeau… Si cela peut vous tranquilliser à ce sujet. Le mariage aura lieu à la date dite, et je partirais deux semaines ensuite pour les Epois, afin de mener les batailles aux côtés de Peyredragon, jusqu’à ce que le Conflans soit défait.

Je posai un regard implacable sur la Princesse de Dorne.

- C’est mon choix, ma décision, en dehors de ce contrat qui nous lie. Sachez seulement que je vous reviendrais ensuite, s’il m’est permis de voir l’astre se lever à nouveau, et l’ombre grandir.

Toutes deux avaient décidées de clore la discussion, et il en était de même pour moi. Tout avait été dit, et la Princesse ne put retenir davantage ma sœur, même en lui proposant de lui servir un repas dans mes appartements. J’avais besoin de réfléchir un peu, et leur départ à toutes deux fut un véritablement soulagement… De courte durée, cependant. Il n’avait pas fallu plus de quelques heures pour que l’espion Dornien soit introduit dans mes appartements, et que ma réaction, vive et immédiate, ne me rappelle à mon allégeance envers ces terres qui m’avaient vu naître. Du feu s’étendra l’ombre… Feu du Soleil. Feu du Dragon.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I Walk The Line |Tour III - Terminé|   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I Walk The Line |Tour III - Terminé|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Dorne :: Lancehélion
-
Sauter vers: