AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là
MessageSujet: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Dim 31 Juil - 17:18


    Ils avaient vogué avec autant de célérité qu'il était possible sans pour autant ignorer les dangers des eaux. Yoren était un jeune capitaine, mais un capitaine avisé et prudent. Il n'avait rien d'une tête brûlée. Et Kyeran ne l'était pas davantage. Cet homme perdait rarement son calme ou son sang froid et savait toujours garder la tête froide. Il n'agissait jamais sous l'effet d'une impulsion. Il était suffisamment détaché pour ne jamais rien prendre pour lui et ne pas foncer tête baissée dans des pièges grossiers. Eren l'avait apprit à ses dépends. Elle pouvait bien le provoquer, tenter de remettre en doute ses compétences, cela n'ébranlait jamais le Harloi qui se contentait de sourire et de répliquer avec esprit. Eren... Il ne pouvait pas nier ressentir une pointe d'impatience maintenant qu'ils avaient accosté.Ils s'étaient donné rendez-vous dans une auberge du port. Pas un établissement crasseux pour marins avinés, comme c'était très souvent le cas, mais un établissement un peu plus huppé. Certaines personnes bien nées pouvaient se rendre ici, manger des plats corrects et dormir dans des lits propres. C'était bien mieux que ce à quoi Kyeran était habitué depuis qu'il était devenu marin. Il avait connu la richesse les vingt premières années de sa vie, avant d'embrasser une vie d'aventures et de rapines. Il n'avait guère eu du mal à s'y faire.Pour autant, il revêtit des atours propres, moins simples que d'ordinaire, sans pour autant être riches. Ces vêtements là, il les conservait pour les grandes occasions, même si cela n'arrivait pas souvent. Il était rarement invité à la Cour des puissants, mais il préférait parer à toute éventualité. Il était tout à fait en mesure de frayer avec les nobles bieffois à la Cour de Mern si la situation l'exigeait. Il mit donc pied à terre, pour s'aventurer jusqu'à l'auberge. Il fallut quelques instants pour que ses yeux s'habituent à l'obscurité des lieux. Son regard balaya la salle commune, y cherchant la silhouette familière d'Eren. En vain. Serait-il en avance ? Ou bien était-elle en retard ? Il n'ignorait pas qu'elle avait du jouer son rôle de princesse... Avec Myria. Ce qui la rendait totalement folle.A cette pensée, le marin se rembrunit. Un mariage avait été conclu... Eren, mariée à Kevan Gardener... Quelle blague. Mais cela ne l'empêchait pas de détester cette idée. C'était un mariage d'intérêt. Et ils avaient besoin d'alliance. Mais en attendant, elle allait perdre sa liberté au profit d'un chevalier guindé au sens de l'honneur trop élevé. Il avait eu vent de la réputation de Gardener. Un vaillant guerrier, tout le monde s'accordait là dessus. Et avec un code de l'honneur poussé. Eren n'allait en faire qu'une bouchée... Cet homme n'était tellement pas fait pour une femme comme elle.Une main sur sa nuque le figea brutalement. Voilà ce que c'était que rêvasser. Cela pouvait s'avérer fatal. Il ne broncha pas, avant qu'une voix ne vienne susurrer à son oreille.« Tu devrais être plus vigilant Harloi, on est en territoire ennemi, il paraît. »Cette voix... Un frisson de plaisir le parcourut alors qu'il se détendait.« D'après ce que j'en sais, nous sommes alliés désormais... m'aurait-on trompé ? »Sa main se posa sur celle qui enserrait sa nuque et il se retourna, sans lâcher cette main. Il savait qu'elles n'avaient rien de délicates. La paume en était calleuse, à cause du maniement de l'épée. Ses doigts étaient forts... Et prodiguaient des caresses exquises. Cela dit, le sourire qu'il affichait mourut dés qu'il posa les yeux sur la commandante de la flotte de fer... Qu'il n'aurait sans doute pas reconnu s'il l'avait croisé dans la rue. Ses cheveux indomptables et sauvages étaient soigneusement coiffés, dégageant son visage aux traits ciselés. De si près, il put voir qu'elle était légèrement maquillée. Elle n'était pas aussi pâle que les grandes dames, avec son teint hâlé acquis au fil des années au grand air, mais l'illusion était étonnante. Son regard descendit, s'attardant sur sa poitrine, mise en valeur par la coupe carrée de décolleté et pigeonnant à cause du corset qui enserrait sa taille fine.Une robe.Elle portait une robe !Sans lâcher sa main, il s'écarta légèrement pour la détailler de haut en bas. Et un sifflement jaillit de ses lèvres.« Ça alors, je ne pensais pas voir cela un jour. »Malgré son ton détaché et légèrement moqueur, il y avait de l'incrédulité et une pointe d'admiration dans ses yeux bleus. Il adorait Eren dans ses tenues habituelles, de cuir, pratiques... Mais la voir en princesse, en femme... Il ne pouvait nier trouver cela terriblement excitant. Il se reprit cependant bien vite, ajoutant avec malice :« Tu t'entraînes pour satisfaire ton futur et vertueux époux ? »Une pique pour l'agacer... Et un moyen de signaler que cela l'emmerdait clairement, même si la jalousie ne perçait pas dans sa voix. Il se contrôlait admirablement bien.



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 16 Aoû - 14:24

Installée à la table d'une auberge bien moins miteuse que celle à laquelle nous sommes habitués lorsque nous sommes en mer, je tente vaguement de contenir mon impatience, jouant distraitement avec un couteau et gravant des traits sur le bois. L'aubergiste a tenté de m'en dissuader mais un regard noir et une bourse pleine l'ont vite remis à sa place. Depuis, il me jette quelques regards un rien perplexe mais il a eu l'intelligence de ne pas faire le moindre commentaire. Et de remplir ma chope dès qu'elle a l'air de se vider. Il est vrai qu'une dame n'a pas grand-chose à faire ici. Je n'en suis pas une normalement, mais cette fichue tenue me fait passer pour telle. Oh Myria a plutôt bien réussi son affaire et les gens ont tendance à me croire bien moins dangereuse que je ne le suis vraiment, quand bien même ce corset entrave en grande partie mes mouvements. Ce qui m'agace, bien évidemment. Mais je sais que je n'en ai plus pour longtemps à souffrir de cette mascarade. Je sais qu'à chaque fois que je vais remettre les pieds dans le Bief, il faudra que je m'en accommode mais, maintenant que les négociations sont terminées et que nous avons obtenu ce que nous voulions, je n'ai pas l'obligation de rester là et d'y revenir avant le mariage proprement dit. Je suis même dispensée de participer à son organisation, ce qui me convient fort bien au demeurant.

Et maintenant, j'attends quelques unes des rares personnes, pour ne pas dire les seules, qui ont un tant soit peu d'importance pour moi. Les voir signifie que mon départ est proche et, autant être parfaitement honnête, je n'attends que ça. Et ils se font désirer les bougres. Au point que je commence à tapoter nerveusement du bout des ongles sur la table, délaissant même mon activité artistique.

Je vois alors enfin la silhouette du Harloi se dessiner dans l'embrasure de la porte et son regard sonder la salle. Il passe sur moi sans me voir et j'esquisse un sourire mauvais, partagée entre l'amusement de voir que j'arrive même à le leurrer et l'agacement qu'il n'ait pas réussi à me reconnaitre malgré tout. Mais soit, nous allons pouvoir jouer un peu. Je glisse mon couteau dans son étui le long de mon tibia, ignorant les regards torves des hommes à coté et je me lève en silence, contournant le Harloi pour me trouver juste derrière lui alors qu'il ne m'a toujours pas vue.

Je pose alors doucement une main sur sa nuque. J'aurais pu sortir à nouveau ma lame, j'avoue, mais je ne suis même pas sûre d'arriver à l'extraire encore de ces maudits jupons sans me faire remarquer. Et je souffle alors, tout contre son oreille, dans un murmure que lui seul pourra entendre.

"Tu devrais être plus vigilant Harloi, on est en territoire ennemi, il paraît."

Sa réponse m'arrache un sourire et je secoue la tête, mon regard posé sur cette main qu'il garde, dans un geste qui me ravit et m'exaspère tout à la fois. C'est probablement pour ça que je ne fais aucun geste brusque, pour le moment en tout cas, avant de souffler, d'un ton pensif.

"Alliés. Il parait oui. Mais, tu me connais, on n'est jamais aussi bien poignardé dans le dos par ses amis. Et encore, loin de moi l'envie de les appeler de la sorte. Nous verrons bien quand les circonstances ne seront plus en notre faveur."

J'ai une pensée pour le discours du Hightower dont la teneur ne m'apparait réellement que maintenant. Est-ce que je me sens réellement en terrain amical ? Pas le moins du monde. Et pourtant, je devrais, ne suis-je pas supposée, si la Gardener ne pond pas d'héritier avant d'être trop défraichie pour le faire, gouverner ces terres aux cotés de mon… époux ? Par le Dieu Noyé, j'espère bien que non. Je secoue la tête à cette pensée, avant de remarquer la façon dont Kyeran me regarde. Evidemment, le connaissant, ça ne peux que lui faire un drôle d'effet de me voir de la sorte.

Je plisse des yeux à ses propos et je retire brutalement ma main de la sienne, dans un claquement de langue agacé qu'il connait si bien.

"Moi non plus. Et plus tôt j'aurais arraché ce maudit corset, mieux je me porterais."

Je m'assois devant lui, croisant les bras sans même me rendre compte que c'est exactement le genre de posture à éviter dans une tenue pareille avant de tourner la tête vers l'aubergiste. Qui, sans mot dire, nous dépose deux chopes pleines et disparait tout aussi rapidement. Bien, au moins qui a compris de quoi il en retourne.

J'ai un soupir à sa répartie et je le fixe quelques instants avant de souffler, d'un ton peu amène.

"Et si c'était le cas, que ferais-tu Harloi ? Tu me jetterais sur ton épaule pour m'emmener au loin et me préserver de mon si vertueux et si… Gardener époux ?"

Une part de moi est curieuse de connaitre sa réponse, tout en sachant pertinemment que, s'il a quelque chose à y redire, il ne le fera pas vraiment. Enfin, pas que je sache. Et puis, ce n'est pas comme s'il y avait la moindre romance entre nous et que, mieux encore, cela risquerait de changer nos relations. Ca, c'est tout bonnement hors de question.

"Tiens, en parlant de vertueux. Tu sais où est ton capitaine ?"

Non pas que sa présence ne soit immédiatement requise, je saurais bien comment m'occuper avec Kyeran une fois que je lui aurais exposé la situation. Mais, tout de même, il aurait pu accourir auprès de son adorable sœur. Enfin, à la réflexion, s'il ne me voit pas dans cette tenue, ce n'est peut-être pas plus mal.


Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Sam 20 Aoû - 17:26






Le Harloi hocha la tête à la réponse d'Eren. La jeune femme était méfiante de nature. Et elle avait bien raison. Ils avaient grandi dans une contrée où seule comptait la loi du plus fort. Et où toutes ls trahisons étaient possibles. La loyauté n'en était que d'autant plus précieuse. Ce qui unissait Eren à Yoren était rare et aurait pu être tout autre. Ils auraient pu se haïr. Elle aurait pu mépriser son petit frère bâtard. Mais non. Les épreuves les avaient liés et chacun était prêt à mourir pour l'autre. Et Kyeran s'était greffé à ce duo, étant bien l'un des seuls hommes à se targuer d'avoir la confiance des deux autres.

« Je doute que l'on puisse les appeler amis un jour en effet... Et aucune alliance ne dure éternellement. »

De même, si jamais le Bief venait à n'être d'aucune utilité, les Fer-Nés en profiteraient pour le dévorer. D'ailleurs, le mariage entre Eren et Kevan était en ce but, il ne fallait pas se leurrer. La Gardener n'était pas fichue d'avoir un marmot et de donner un héritier au Bief, si bien que Kevan était pour le moment, le seul héritier... C'était lui l'avenir du Bief. Et ses enfants régneraient ensuite. Les enfants d'Eren et lui... Si toutefois, Eren pouvait lui donner des héritiers. Au cours de son mariage, elle ne s'était pas retrouvée enceinte. Et depuis le temps qu'il la fréquentait, elle n'était jamais tombée enceinte de lui. Il savait qu'il était fertile. Mais elle... Cela dit, Kyeran et Eren ne se voyaient pas si souvent que cela. Et peut-être que la femme avait toujours fait ce qu'il fallait pour ne pas être importunée par une grossesse ? Il n'en parlait pas avec elle.

Après ce petit préambule, il posa vraiment son regard sur elle, apercevant alors la princesse qu'elle était en réalité. La femme. Avec tous les accessoires qui allaient avec. Et si cela était étrange, ce n'était pas déplaisant pour autant. La poitrine d'Eren pigeonnait dans ce corset. Joli spectacle. Et bien voilà, il avait enfin vu Eren dans un robe. Comme une femme. Et il appréciait. Même s'il se contenta d'un petit commentaire moqueur qui agaça la jeune femme, comme prévu. Elle s'assit, croisant les bras et menaçant ainsi de dévoiler sa poitrine... Évidemment, elle n'était pas habituée à porter ce genre de vêtements.

« Je serais ravi de t'arracher ce corset, tu le sais bien. »

Hum, éviter d'avoir le regard trop braqué sur ses seins... Pas évident, mais il fit un effort, pour la regarder dans les yeux. Même s'il avait plaisanté, il n'avait pu s'empêcher de lâcher un commentaire désobligeant sur Kevan Gardener. Eren le reprit naturellement de volée. C'était son devoir, elle n'avait pas son mot à dire, malgré son indépendance. Et elle était suffisamment intelligente pour ne pas chercher à se dérober à ses devoirs, même si cela ne lui plaisait pas. Le bien du royaume avant tout le reste. Avant ses propres désirs. Et bon sang, qu'il était tentant de lui répliquer que l'idée de l'enlever pour lui permettre d'échapper à ce mariage était tentante.

« Ne me donne pas des idées. Mais non, je ne saboterais pas une alliance de cette façon. Je me dis juste que j'aurais du boulot une fois que tu seras unie à lui, pour te faire passer tes frustrations... Tu te languiras de moi, princesse et ça, ça me plaît. »

De quoi agacer Eren. Il avait parlé ainsi sciemment, évitant ainsi un sujet dangereux. La jalousie. La crainte de perdre cette relation privilégiée qu'il avait avec elle. Parce que ce mariage le contrariait. Comme le mariage de Kyeran contrarierait sans doute Eren, même si elle crèverait plutôt que de l'admettre. Il se saisit de la chope de bière et commença à boire, avant de sourire à la question d'Eren.

« Quelle étrange association d'idées. Il supervise la réparation du navire, rien de grave, mais puisque nous sommes à quai, autant en profiter. Et puis, si tu te dépêches de monter avec moi dans une chambre, je pourrais t'ôter ce corset et t'éviter les moqueries de ton petit frère. »

Il lui adressa un clin d'oeil.

« Hum, j'ai envie de prendre un bain. Nous pourrons discuter en même temps. »

Loin des oreilles indiscrètes qui traînaient souvent dans les tavernes. Il héla une serveuse, sans doute la fille du tenancier, lui demandant de préparer un baquet d'eau bien chaude dans une des chambres, bien résolu à profiter d'un peu de confort.
 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mer 24 Aoû - 19:08

Amusant, depuis le temps que je connais Kyeran, je pense que l'on peut dire qu'aucune de nos retrouvailles ne se faite de façon conventionnelle. Outre le fait que j'ai l'impression de l'avoir vu hier, je ne veux pas, je ne peux pas me perdre en effusions. Evidemment que je suis heureuse de le voir, de croiser une des rares personnes en qui j'ai une confiance aveugle et pour qui je serais prête à tout ou presque, mais je ne saurais de toute façon pas faire autrement. Et je n'en ai pas envie. Il m'accepte telle quelle ou il prend la porte.

J'arque un sourcil à sa réplique et je hausse une épaule avant de rétorquer, le fixant dans les yeux.

"Et puis, si nous ne brisions pas nos alliances, nous deviendrions des gens de confiance sur lesquels les autres peuples peuvent s'appuyer. Et nous ne voulons pas ça, n'est ce pas ?"

Je ne fais même pas mine de masquer mon ironie à ce propos. Tout le monde sait à quel point nous sommes pointés du doigt pour l'absence de confiance que les gens peuvent avoir en nous mais je n'en ai cure. Si nous avons vraiment ces hommes, ils pourront nous traiter de tous les noms, ce sera la dernière chose qu'ils feront avant que nous leur tranchions la gorge.

"Avec les dents au moins j'espère ? Mais il faudra faire attention, les tiges sont plutôt solides. Et mes yeux sont plus hauts Harloi, même s'ils sont visiblement nettement moins plaisant que le reste."

Je ne saurais dire si je suis flattée ou agacée de voir la façon dont il réagit à cet accoutrement. Il lui plait, c'est une évidence. Je le connais suffisamment pour déceler le désir dans ses yeux, aussi infime soit-il. Nous en jouons depuis toujours ou presque et je n'ai jamais échouer à l'attiser. Mais cette fois, c'est bien différent et, à la réflexion, je n'apprécie guère. Je penche la tête sur le coté à sa répartie et je laisse échapper un bref soupir.

"Je ne sais pas si je dois être satisfaite ou déçue. Va savoir. Mais qui te dit que le vertueux ne sera pas du genre à me satisfaire au lit ? Ou que ce n'est pas déjà fait d'ailleurs ? Et quant au fait de savoir où je pourrais passer une hypothétique frustration… préviens-moi si tu comptes me faire languir, je saurais tout autant me satisfaire sans toi."

Voilà, l'agacement a, on peut le dire, largement pris le pas sur tout le reste. Et pourtant, je lui adresse un sourire avant de lui prendre la chope des mains et de la vider d'une traite. Voilà qui devrait me calmer un peu les nerfs. Ou pas d'ailleurs mais ça n'a pas la moindre importance. Je suis de toute façon énervée depuis des jours, pour ne pas dire des semaines. Et pourtant, je sais que je fais face à l'une des rares personnes qui pourrait me calmer, mais son attitude, qui ne diffère pourtant guère de ce à quoi je suis habituée, ne m'aide en rien. A la réflexion, je ne sais de toute façon pas à quoi je m'attendais, surtout avec une tenue pareille.

"Et bien quoi ? Le mot vertueux ne te fait pas penser à ton capitaine ? Etonnant. Les artisans bieffois vont encore s'en donner à cœur joie et nous saigner à blanc à défaut de nous saigner tout court. C'est de bonne guerre d'une certaine façon. Et nous aurions fait largement pire."

Je grimace au reste de ses propos, baissant les yeux en direction de mon corset. Il est vrai que je n'ose même pas imaginer la réaction de Yoren en me voyant dans cette tenue. Et, une part de moi serait tout de même attristée de devoir lui mettre les tripes à l'air pour le calmer un peu. Une toute petite part que je me dois tout de même d'écouter. Je lâche pourtant, d'un ton cassant.

"Tu penses vraiment que je vais te laisser mettre tes doigts là-dessus ? Tu n'as rien faire pour gagner ce droit dans l'immédiat."

Je le toise quand il m'adresse un clin d'œil, me faisant encore plus revêche.

"Un bain ? Tu n'as pas vu assez d'eau ces derniers temps ? Et bien soit. Allons-y."

Je me relève, grimaçant alors que je secoue la multitude de jupons pour les remettre un tant soit peu en place et je lève un index en direction du Harloi, comme pour l'intimer de ne faire aucun commentaire. Comme si cela allait suffire. Il faut de toute façon que nous parlions, même si j'ai plutôt envie de gommer ce sourire d'un coup de poing pour le moment. Je croise à nouveau les bras alors que la jeune fille nous ouvre la porte d'une des chambres et me jette un regard mi-apeuré, mi-perplexe.

Et je ne dis pas un mot, me laissant tomber sur l'un des fauteuils pendant qu'elle va et vient, remplissant la bassine aussi vite que possible. Je vois la fumée s'élever de l'eau mais je desserre toujours pas les mâchoires, ruminant la noyade ou tout autre mauvais traitement que je pourrais lui infliger. Et la porte finit par claquer, nous laissons tous les deux seuls.  


Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 30 Aoû - 19:18






« Ce serait catastrophique pour notre réputation. »

Il acquiesça aux paroles de la princesse Hoare, avec une étincelle de malice dans le regard. Être les grands méchants de Westeros l'amusait vraiment. Parce que les autres royaumes étaient vraiment stupides de penser ainsi. Trop focalisés sur Harren pour voir les manigances des autres qui en profitaient pour se frayer un chemin et gagner leur place au soleil. Ils étaient tous avides de pouvoir. Tous ambitieux. Kyeran ne comprenait pas quel plaisir il pouvait y avoir à exercer ainsi le pouvoir et c'était bien la raison pour laquelle il avait tourné le dos à son propre héritage pour embrasser une vie d'aventures et libre de toute attache. Même si, comme c'était parti, il allait finir par se retrouver à la tête des Harloi et qu'il savait qu'il allait bientôt subir une certaine pression pour concevoir des héritiers, puisque son cousin n'était pas fichu de le faire. Puisque son seul fils était mort... Un fils qui n'était pas le sien, mais celui de Kyeran. D'après sa mère. Pouvait-il seulement lui faire confiance à ce sujet ? Il avait eu l’impression qu'elle n'avait plus tous ses esprits. Mais certaines coïncidences demeuraient troublantes. De cette affaire, il n'a touché mot à personne. Ni à Yoren, ni à Eren. Pour quoi faire au juste ? Il n'était rien qu'ils puissent faire et cela ne les intéressait pas. Chacun menait sa vie et chacun conservait ses secrets.

Après le choc de voir Eren habillée en fille passé, il l'écouta grommeler à ce sujet. Cela la rendait folle et elle n'était pas à l'aise engoncée ainsi dans ces couches de tissu et compressée dans ce corset qui serrait sa taille et faisait pigeonner son décolleté. Kyeran ne l'avait jamais vue avec autant de poitrine, c'était troublant. Il lui proposa alors son aide pour le lui enlever et ne retint pas son sourire quand elle rebondit sur ses paroles. Non sans noter qu'il avait le regard rivé sur ses seins.

« Si cela peut te faire plaisir... Si je ne te connaissais pas, je verrais là un moyen de me mettre en difficulté en me lançant un défi concernant mon habileté avec ma bouche. Et désolé, mais je n'ai pas l'habitude de te voir aussi bien pourvue, je profite de la vue. »

Son regard trouva celui d'Eren alors qu'il lui avouait le plus naturellement du monde se rincer l’œil effectivement. Eren n'avait pas une poitrine très généreuse en temps normal. Il le savait bien. Ce n'était pas pour autant qu'il n'adorait pas prendre ses seins en coupe. Ils tenaient parfaitement dans sa grande paume calleuse.

« Tu recherches les compliments princesse ? Tu veux m'entendre te rétorquer que j'aime tout autant ta poitrine que ton charmant visage ? Dommage que cette jolie bouche profère des paroles aussi acides. »

Il fit la moue et ajouta avec nonchalance :

« Pourtant, je dois concéder une chose : avec cette robe, impossible de mater ton adorable petit cul. Alors à bien y réfléchir, je te préfère en Commandante de la Flotte de Fer qu'en délicate petite princesse Hoare. »

Elle risquait bien de l'écorcher pour ces paroles. A moins qu'elle ne saisisse les compliments au vol, tout en lui lançant une pique bien sentie. Il ne se faisait pas de bile à ce sujet. Eren rentrait rarement les griffes. Elle n'était câline que quand elle jouissait. Il dut concéder qu'il n'irait pas jusqu'à l'enlever pour lui permettre d'échapper à son mariage. Etait-elle vraiment déçue qu'il ne se batte pas pour elle ? Mais pourquoi l'aurait-il fait alors qu'ils n'étaient rien l'un pour l'autre hormis des amants réguliers qui trouvaient leur compte ensemble hum ? Pourquoi aurait-il été saccager une alliance pour elle ? C'étaient les idiots amoureux qui faisaient ça. Et Eren, comme Kyeran, comme tous les sujets de Harren savaient où étaient leur devoir. Une ombre passa dans ses yeux bleus et d'ordinaire malicieux quand elle évoqua la possibilité d'avoir déjà couché avec Kevan. Pourtant, il rejeta aussitôt l'idée. Non, impossible.

« L'idée de te faire languir est forcément séduisante tu le sais. Mais je ne suis pas assez cruel pour te torturer de la sorte. Et tu me manquerais. Des amantes aussi indociles et sauvages, on n'en fait plus. »

Eren prit alors la chope qu'il tenait pour la vider, avant de la lui rendre. Il haussa un sourcil, mais ne dit rien. Elle était sur les nerfs. Elle n'était pas facile à vivre d'habitude, bien sûr, mais là... Elle était énervée et pas seulement à cause de lui. Toute cette situation devait lui mettre les nerfs en pelote. Elle s'enquit alors de l'absence de son frère et il la renseigna, hochant la tête quand elle fit remarquer qu'ils allaient payer chers certains matériaux. C'était de bonne guerre en effet.

« Mais Yoren est un marchand de chiens. Il négociera âprement. »

Il proposa alors à Eren de monter dans une chambre, afin de se délasser et de pouvoir discuter tranquillement du reste. Il s'esclaffa à sa rebuffade.

« Comme tu veux. Je pourrais te regarder te contorsionner pour essayer de le défaire. Je souhaitais juste te simplifier la vie. »

Il haussa les épaules. C'était difficile de défaire les lacets d'un corset seule. Ce n'était pas pour rien que les dames étaient aidées de caméristes. Mais grand bien lui fasse, il allait s'amuser à la regarder pester. Étonnant qu'il soit finalement plus au fait de ces choses qu'elle, mais il avait fréquenté nombre de femmes quand elle s'était souvent comportée en homme. Finalement, elle cessa de râler et l'accompagna. Un sourire joua sur ses lèvres en voyant Eren se débattre avec ses jupes, mais elle devança la moindre réaction de sa part. Il patienta le temps que le baquet soit rempli, jetant souvent des regards à Eren, renfrognée. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vue d'humeur aussi massacrante.

« Dessers les dents, tu vas finir par les casser. »

Il retira sa chemise, et fit de même avec ses bottes et ses chausses, avant de plonger avec délectation dans le bain presque brûlant dans un petit soupir de bien être.

« Franchement, tu devrais essayer, cela te détendrait. »

Mais vue sa tête, elle n'était pas prête de le rejoindre.

« Bien, alors dis-moi, que t'a apporté ce séjour dans le Bief, hormis un fiancé et l'assurance que tu détestes définitivement les robes ? »
 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 13 Sep - 19:38

Son étincelle de malice m'agace et pas qu'un peu. Et pourtant, je ne peux retenir une ombre de sourire quand je souffle, en écho à ses propos.

"Tu n'imagines pas à quel point. Nous serions obligés de faire dans la diplomatie, d'accueillir des gens, de faire des banquets ou pire encore. Je ne suis pas sure que je m'en remettrais."

J'ai déjà eu plus que ma dose ces dernières semaines. Et pourtant, je me suis tenue, bien plus que je ne l'aurais cru. Que tout le monde ne l'aurait cru soit-dit en passant. Tout le monde n'attendait qu'un dérapage de ma part pour pointer du doigt la furie que je suis. Malheureusement pour eux, mon esprit de contradiction est un rien plus élevé que mon envie de passer par le fil de l'épée ces crétins et c'est bien ce qui m'a permis de tenir bon. Plus que le reste. Je jette un regard au Harloi et je réprime un soupir. Il fait partie de ces rares personnes qui pourraient comprendre ma position et à qui je pourrais en parler des conséquences de cette nouvelle alliance, que ce soit au niveau politique ou autre. Mais le lieu n'est pas des plus propices et le regard qu'il me jette n'est pas pour me mettre dans de bonnes dispositions.

Oh bien d'autres minauderaient probablement à se faire dévorer des yeux de la sorte mais, venant de lui, j'ai plus tendance à trouver ça insultant qu'autre chose, surtout lorsque l'on sait comment je suis vêtue en temps normal. Et ce sourire… que j'aimerais gommer d'un bon coup de poing. Je secoue la tête, claquant comme toujours ma langue sur mon palais quand je suis agacée et je plisse des yeux en le fixant, avant de lâcher, toujours aussi peu amène.

"Je n'ai aucun doute quant à ton habileté avec ta bouche. Je ne perds pas encore totalement la mémoire même si cela remonte à… plusieurs semaines ? Mois ? Peu importe. Et profite donc de la vue, c'est tout ce que tu auras."

Je cille, réalisant que c'est probablement ce que je lui dis à chaque fois ou presque. Et nous savons tous les deux comment finissent les choses. Même si, cette fois, l'agacement que j'éprouve contre lui n'est pas feint. Et je n'arrive pas à vraiment saisir pourquoi ce qui n'est pas pour me calmer, bien évidemment. Je mets ça sur le compte des récents événements plutôt que sur l'attitude du fer-né et je secoue la tête.

"Les compliments venant de toi cachent toujours quelque chose. Je me méfie. Et tu sais que je n'aime pas ça de toute façon."

Je me fige un instant au reste de ses propos et je lui concède un sourire plus sincère avant de lâcher, d'un ton tout de même aussi sec que d'habitude.

"Et bien, au moins la mer et les longues soirées de solitude ne t'ont pas rendu aveugle. Enfin, il semblerait que de toute façon, ça rende sourd. Ca expliquerait parfois ton attitude lorsque tu n'écoutes pas quand je te menace."

Je ne sais même pas pourquoi je me fais aussi agressive avec lui. Enfin, je le suis toujours, que l'on soit bien d'accord mais là, il prend les coups que je n'ai pu envoyer à d'autres. Ma foi, il doit être habitué à force et n'a jamais cherché ma compagnie pour mon affabilité et ma bonne humeur légendaire. Mais je le provoque, plus que d'ordinaire, sans trouver cette satisfaction que je puise habituellement dans nos joutes verbales. Alors je me contente de plisser des yeux, soufflant, avec une lassitude que je ne me connais pas.

"Je dois peut-être te remercier de ta sollicitude ? Quant à ma sauvagerie et mon indocilité, voilà des semaines qu'elles sont contenues dans ce foutu corset, va savoir si elles existent encore."

Evidemment que oui. J'ai de plus en plus cette impression d'être un animal en cage prêt à mordre le premier qui osera la libérer. Pour un peu, cela risquerait d'être Kyeran. Et je m'en voudrais presque, s'il n'arborait cet air suffisant. Vider la chope me soulage un peu, mais beaucoup moins que je ne le souhaiterais. Et pourtant, j'arrive à laisser filer un rire à l'évocation de Yoren et je lâche, d'un ton amusé.

"J'aimerais presque être là pour voir ça en fait. A croire qu'il n'aime vraiment pas se défaire de la moindre piécette."

Je n'hésite pas vraiment quand il me propose d'aller à l'étage. Outre le fait que cela nous éloignera des oreilles indiscrètes et que j'ai beaucoup de choses à lui dire, j'ai envie d'être seule avec lui. Même si ne me l'avouerais pas, c'est hors de question. Je le suis des yeux pendant qu'il se déshabille, toujours sans un mot avant de reporter mon attention sur le baquet fumant juste à quelques mètres. Je le regarde entrer dans le bain et je laisse filer un silence, avant de me baisser pour délasser mes bottines avec un juron devant mes possibilités de mouvement plus que limitées.

Et je me relève, retrousse mes jupes pour enjamber le baquet, lui tournant le dos alors que je m'installe, adossée contre ses genoux. L'eau déborde mais à peine, à croire qu'il a parfaitement calculé son coup et qu'il savait que je viendrais. Mais visiblement sans ma robe.

"Vire moi tout ça."

Je laisse filer un instant de silence, me demandant s'il va s'exécuter ou s'amuser à me laisser comme ça. Avec lui, tout est possible.

En attendant qu'il se décide, je reprends, à mi-voix.

"Nous avons plus de 80 000 hommes avec le Bief. Et des navires. Et un accès aux ports pour nos réparations. Mern était plutôt frileux et je ne parle pas de son idiote de potiche qui lui sert d'épouse. Mais la trahison fraternelle a comme qui dirait joué en notre faveur."

Je tourne la tête vers lui et j'ai un sourire en coin.

"Le preux chevalier est allé rejoindre son amour… la Durrandon. Nous avons appris la nouvelle ce matin via le Hightower. Et autant te dire que ça risque de gronder."

Et je laisse filer un silence, guettant sa réaction. Et mesquinement satisfaite s'il le prend mal.


Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Ven 23 Sep - 15:03






« Le cauchemar. »

Il y avait quand même quelque chose d'étrange à parler ainsi après ces longs mois de séparation. Mais ils n'avaient jamais rien fait de façon conventionnelle. Lui sauter dessus et la prendre sur le champ comme le lui dictait son corps aurait été légitime, mais aurait aussi trahi un manque d'elle. Un attachement réciproque qu'ils évitaient toujours soigneusement d'analyser ou d'avouer. Quand ils le faisaient c'était par dérision, par défi, pour guetter la réaction de l'autre. Aucun des deux n'osait montrer une quelconque faiblesse à l'autre, être le premier à céder. Et surtout, Eren n'était pas femme à tolérer une quelconque vulnérabilité chez son amant. Il lui fallait un homme indépendant, fort, qui avait autant besoin d'elle qu'il pouvait se passer d'elle. Quelqu'un capable de lui tenir tête. Elle n'avait que mépris pour les autres.

Eren a prit sur elle au cours des dernières semaines chez les Gardener, à se comporter comme la parfaite princesse qu'elle aurait pu être si les coutumes chez les Fer-nés n'étaient pas si violentes et brutales. Si la loi du plus fort ne primait pas et que le royaume n'avait que faire d'une frêle et délicate princesse aux manières impeccables, d'une potiche comme la Gardener, qui n'était même pas fichue de faire la seule chose que son peuple attendait d'elle : faire un marmot. Et il semblait étrange à Kyeran qu'on ai promis Eren à Kevan. Parce qu'avec tout le respect qu'il devait à la princesse et l'affection qu'il avait pour elle, tout tendait à laisser penser qu'elle était dans le même cas que Tricia. Stérile. Et le royaume du Bief n'avait pas besoin de ça. Cela ne les alarmait donc pas ? Il comprenait l'ambition d'une alliance entre le Bief et les Îles de Fer. Mais si Mern et Kevan, les deux derniers Gardener n'étaient pas foutus de faire un marmot... Il y aurait changement de dynastie. Et qui prendrait la place ? Les Hoare n'avaient pas besoin d'un royaume en guerre civile comme allié.

Mais malgré les mois de séparation, Kyeran restait Kyeran et ne résistait pas à l'envie de l'asticoter. Sauf qu'il la trouvait singulièrement de bien plus mauvaise humeur que d'ordinaire. Elle était plus mordante. Cela le surprit naturellement. Même s'il n'en dit, ni n'en montra rien, cherchant la cause de tout cela. Il en profitait aussi pour se rincer l’œil, avec une Eren dans une tenue qu'il n'était pas prêt de lui revoir porter. Dommage, cela lui allait bien et faisait même d'elle une... dame. Ce qui ne plaisait pas le moins du monde à la fille Hoare. Il haussa un sourcil quand elle l'encouragea à bien regarder parce qu'il ne toucherait pas. Ah oui ? C'était ce qu'on verrait. Il avait toujours ce qu'il voulait. Et qu'elle voulait aussi, même si elle s'en défendait farouchement.

« Ils ne cachent rien. Sinon que tu me plais, qu'importe ce que tu portes et que j'ai envie de te baiser après tout ce temps passé en mer. C'est plus clair ainsi ? »

Pas très élégant. Mais c'était là un langage qu'elle connaissait. Il ne cachait rien. Il la trouvait à son goût et il avait envie de coucher avec elle, encore et encore. Et pas de se battre. Alors peut-être que la complimenter lui servait juste à l'adoucir et l'amadouer un peu pour faciliter leur combat suivant. Aucune malice ni duplicité là dedans. Ah et fallait-il ajouter qu'il avait envie de lui rappeler quel amant il était après qu'elle ai traîné trop longtemps dans le Bief afin de se fiancer au valeureux Ser Kevan ?

« Ouais, quand il n'y a pas de femme dans le coin, effectivement, il y a risque de surdité. »

Et bien, oui, en effet, il n'avait pas touché une femme depuis un bon bout de temps. Et s'il n'abordait pas le sujet avec Eren, il n'était pas non plus un séducteur invétéré qui mettait n'importe quelle femme facile dans son lit. Il ne déboursait pas davantage des sommes astronomiques pour quelques putes à l'hygiène douteuse. Il ignorait si, de son côté, Eren avait quelques amants pour passer sa frustration. Cela ne le regardait pas. En théorie. Mais demander aurait alors signifié qu'il y avait quelque chose de sérieux entre eux et qu'il avait quelques droits sur elle. Ce n'était pas le cas. Comme elle n'en avait pas sur lui.

« Et je t'écoute quand tu me menaces. Mais j'aime le danger, tu devrais le savoir. »

Une étincelle d'intelligence s'alluma dans les yeux bleus du Harloi quand Eren répondit d'un ton presque... résigné. Quelque chose n'allait pas. Clairement.

« Je n'ai aucun doute à ce sujet. Tu as prit tout le monde au dépourvu en te conduisant impeccablement... ou autant que tu le peux. Et même si cela doit te faire enrager de te montrer polie et civilisée, tu as été à la hauteur de ce qu'on attendait de toi. »

C'était peut-être une faible compensation. Il ne devait pas mesurer la frustration d'Eren, tigresse, obligée de se limer les griffes et les crocs pour apparaître aussi inoffensive qu'un chaton. Il doutait que cela soit possible cela dit. Il expliqua alors l'absence de Yoren, faisant rire Eren. L'affection entre eux était tellement évidente...

« Parait que c'est comme ça qu'on devient riche. »

Là dessus, il décida de leur prendre une chambre, pour continuer de discuter à l'abri des oreilles indiscrètes. Pour pouvoir se délasser aussi. Et prendre Eren comme il en rêve depuis qu'il l'a revue. Elle avait toujours sa mine renfrognée. Pas de quoi faire peur au Harloi qui ne fit plus attention à elle, se glissant dans l'eau chaude et l'observant du coin de l’œil alors qu'elle essayait de se déshabiller. Et comme il l'avait prédit, ce fut plus que difficile en étant seule. Finalement, elle le rejoignit, pas exactement de la façon dont il le pensait alors qu'elle entrait dans l'eau avec sa robe et lui ordonnait de la lui enlever. Heureusement qu'elle lui tournait le dos, cela lui évitait de voir le sourire victorieux du Harloi. Ses doigts s'affairèrent avec dextérité, délaçant le corsage et permettant à Eren de respirer de nouveau correctement.

« Je me demande quand même qui est le bourreau qui a inventé ça. Il ne devait pas aimer les femmes... »

Mais Eren le surprit encore en parlant de cette alliance et surtout en évoquant une... trahison ? Les doigts cessèrent de s'activer alors qu'il croisait son regard en coin. Kevan avait rejeté une alliance pour aller rejoindre la reine de l'Orage dont il était amoureux ? Kyeran observa Eren, cherchant à savoir si elle était sérieuse ou non.

« Tu te moques de moi... Il n'a pas pu être aussi con. On ne pense pas à l'amour quand on est l'héritier d'un royaume... Tu es sûre de la fiabilité de cette information ? »

Sa voix était mesurée, mais son regard inquisiteur.

« Et donc, tu t'es amusée à me laisser mijoter jusqu'à maintenant... Je devrais te laisser cette robe, tu ne mérites pas que je te libère, petite vipère. »
 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Sam 24 Sep - 16:27

J'ai un bref hochement de tête et je lève les yeux à ses propos, soufflant, d'un ton pensif.

"A qui le dis-tu…"

Je sais qu'il plaisante et moi aussi d'une certaine façon. Pourtant, ces derniers temps à passer à jouer au jeu de la diplomate m'a suffisamment refroidie pour que je sache à quel point ce pourrait être un réel cauchemar. Je fixe le Harloi, toujours indécise, avant de me convaincre que lui raconter ce qui m'a posé problème ne serait que faire preuve de faiblesse. Et même avec lui, surtout avec lui, c'est tout simplement hors de question. Je n'ai déjà guère envie de me pencher sur l'attachement que je peux avoir pour lui, ça ne ferait qu'en rajouter une couche si je me confiais vraiment à lui.

Qu'il se rince l'œil m'énerve évidemment et je ne me prive pas de lui dire. Voilà qui fait un bien fou, quand bien même je me trouve particulièrement peu virulente. J'ai déjà fait tellement pire mais des semaines à devoir me contenir ne m'ont pas vraiment aidée. Le fait qu'il m'asticote pourrait, d'une certaine façon, me remonter le moral. C'est comme si ces longues semaines n'avaient pas vraiment eu lieu. Mais ça ne marche pas réellement. Je lui jette un regard mauvais à sa répartie et pourtant, j'esquisse un sourire malgré moi, en espérant qu'il soit assez fugace pour qu'il ne le remarque pas. Je fronce les sourcils de plus belle et je secoue la tête en soufflant, d'un ton sec.

"Assez clair pour la plus stupide des fer-nées comprenne oui. A savoir si c'est moi que tu as envie de baiser ou la première qui écartera les cuisses vu que tu sembles assez en manque pour oser te faire aussi bravache, ça, c'est une autre histoire."

Et je lui accorde une ébauche de rire quand il confirme mes propos quant à la surdité.

"A croire que tu sais de quoi tu parles."

Je ne sais pas si j'ai envie d'en savoir plus. Non pas sur ses habitudes en solitaire, ça je m'en moque. Tout comme je me moque des femmes qu'il peut croiser lorsque je ne suis pas là. Tant qu'il est à ma disposition lorsque j'en ai envie, hors de question de songer à autre chose. De toute façon, ce n'est pas dans mes habitudes et je ne compte pas en changer. Je penche la tête sur le coté à sa répartie et je souffle, finissant par secouer la tête.

"Tu es d'une inconscience qui confine parfois à la stupidité. Mais il semblerait que je doive en être satisfaite. Je vais y réfléchir."

Je cille quand il reprend la parole, se faisant plus sérieux. Il fait mouche, bien évidemment et comme je le supposais, me cerne bien plus que je ne le souhaiterais. Que quelqu'un me connaisse autant peut être dangereux. C'est une vraie faiblesse que je ne tolère pas en général et surtout, que je ne montre jamais. Sauf avec lui. Et parfois Yoren. Et je ne sais pas à quel point cela doit me contrarier. De toute façon, je ne peux pas l'être d'avantage. Je me contente alors de lâcher, essayant de ne pas me montrer trop concernée par ce qu'il vient de dire.

"Je ne suis pas persuadée que quiconque soit à la hauteur de ce que peut attendre mon cher paternel. Mais on va dire qu'au vu des circonstances, j'aurais largement pu faire pire. Et que m'enfermer dans une cage est vraiment la pire des choses à me faire. A croire que je devais payer pour quelque chose mais je suis incapable de me rappeler quoi."

Parler de Yoren pourrait me détendre si la chose était réellement possible. J'arque un sourcil et je rétorque, avec un sourire mauvais, fantôme de mes mimiques habituelles.

"Oh, j'ai toujours pensé que c'était en passant nos proies par le fer et en prélevant leurs bourses, pas en chipotant sur la moindre pièce qu'on trouve au fond de nos poches. On m'aurait menti ?"

Et je le suis sans réellement protester, fait assez rare pour être signalé. De toute façon, j'aurais forcément fini dans sa chambre et je me sens trop lasse pour lutter dans l'immédiat. Ce sera pour plus tard. Quand j'aurais repris un peu de mon énergie habituelle. Je pousse déjà un profond soupir de satisfaction quand il me défait de se maudit corset, me sentant comme libérée d'une entrave contre laquelle je ne pouvais rien. Je note qu'il n'a pas fait de commentaires quant à mon entrée dans son bain alors je continue, comme si de rien était.

"Et le pire c'est qu'il n'y a pas une de ces idiotes qui s'en plaigne… bon sang Harloi, pourquoi tu t'arrêtes ?"

Je sais pertinemment pourquoi mais le soulagement de ne plus sentir ces foutues baleines s'est déjà envolé maintenant qu'il a cessé et que je les sens encore s'enfoncer dans ma peau au moindre de mes mouvements. Je fixe le fer-né sans ciller, partagée entre l'amusement face à sa réaction et l'agacement face à ce que tout cela va engendrer.

"J'ai l'air de me moquer ? J'ai reçu une missive ce matin du Hightower me détaillant un peu les faits. Elle traine je ne sais où dans ma chambre, je te la ferais lire si tu veux. Je suppose qu'elle a du siffler et qu'il s'est précipité pour la retrouver en frétillant de la queue, laissant honneur et je ne sais plus quels foutus adjectifs ils utilisaient à son propos pour son cul. J'espère qu'elle en vaut la peine."

Et je ferme les yeux un instant, tournant à  nouveau la tête et me reculant pour mieux me caler contre lui.

"Si tu comptes me baiser et tu as intérêt de le faire, tu devras de toute façon me débarrasser de cette robe."

Je laisse filer un sourire sans joie et je reprends, mon regard se perdant dans le vide l'espace d'un instant.

"Je te laisse deviner à quel point la vipère que je suis est ravie d'avoir eu l'impression de perdre son temps. Je déteste ça. Nous avons tellement mieux à faire que des foutus ronds-de-jambe. Tout ça pour une connerie pareille. J'ai du mal à croire qu'il s'agisse vraiment d'amour je t'avoue."

Mes doigts glissent le long de sa cuisse et mes ongles s'enfoncent un instant dans sa chair avant que je ne reprenne, l'air de rien.

"Il y a autre chose Harloi. Qui devrait t'amuser un peu plus. Si tu me débarrasses de cette foutue robe."


Brûle de t'élever



Dernière édition par Eren Hoare le Sam 29 Oct - 11:28, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Lun 24 Oct - 23:06






Seul un sourire vint répondre aux propos incisifs d'Eren. Qu'importait ce qu'elle pensait après tout. Il ne lui devait rien. Il lui était presque fidèle, c'était déjà énorme. Il ne s'était soulagé sur aucune Fer-Née autre qu'elle ces dernières semaines... Derniers mois. Ce n'était pas toujours le cas, mais là... Il l'évoqua. Et elle le railla. Bien. Elle était d'humeur charmante aujourd'hui. Elle n'était déjà pas d'excellente compagnie en temps normal, mais là... bravo, elle venait de battre son record. Elle était sur les nerfs, il devinait que c'était à cause de ce petit séjour en tant que parfaite princesse dans le Bief, mais tout de même... Il la pensait plus solide que ça. Il continua à la taquiner, prenant ses rebuffades avec bonne humeur malgré tout. A se demander pourquoi il revenait toujours... Le goût du risque sans doute. La réflexion qu'elle fit lui arracha un commentaire amusé.

« Ne te fais pas mal. »

Mais après le badinage... Vint un sujet sérieux. Eren avait du jouer la princesse, se comporter de façon civilisée et retenir ses envies meurtrières. C'était une petite sauvage qui n'hésitait pas à menacer quiconque l'emmerdait. De quoi créer un sacré incident diplomatique avec les bieffois et pourtant... Et bien, les choses ne s'étaient pas si mal passées et Eren s'était plutôt bien acquittée de sa tâche à la stupéfaction générale. Pourtant, les paroles de la Fer-Née n'étaient pas dénuées de sens. En effet, les desseins de Harren étaient plus qu'obscurs, de même que ses exigences. Eren était, normalement, son enfant préféré et il l'avait pourtant livrée aux appétits dégueulasses de marins malsains. Alors qu'il avait éduqué son fils comme le prince qu'il était. Quelle magnifique preuve d'amour... Alors quand elle se demandait ce qu'elle avait pu faire pour mériter ce genre de punition, il était bien en peine de lui répondre quoique ce soit, ne pouvant se targuer de comprendre ce qui se passait dans la caboche du roi du sel et du roc.

Parler de Yoren allégea un peu l'atmosphère. Kyeran aimait se moquer de son supérieur. Il ne le faisait cependant pas avec n'importe qui, ni devant n'importe qui, sachant conserver sa place et faire preuve du respect qui lui était du. Mais avec Eren... Et bien, c'était trop tentant et si il pouvait un peu la détendre au passage, c'était tout bénéfices. Alors ils plaisantèrent sur sa tendance à être économe. La réflexion d'Eren amusant son amant.

« J'aime ta subtilité. »

Et c'est sans aucune subtilité à son tour qu'il emmena Eren dans une des chambres, pour avoir les coudées franches et discuter sans craindre d'être épiés. Et aussi parce qu'il avait vraiment envie de prendre un bain, s'y plongeant avec délice sous le regard maussade de la commandante, qui finit tout de même par le rejoindre et lui ordonner de retirer le corset. Comme il l'avait suggéré un peu plus tôt, mais passons. Eren restait Eren. Pourtant, son petit triomphe prit l'eau en l'écoutant parler et il fut tenté de la laisser se débrouiller avec son foutu corset alors qu'elle le provoquait sciemment. Il était bonne pâte à ce niveau, on ne pouvait pas dire le contraire et il en fallait énormément pour le vexer ou le mettre en colère. Eren flirtait dangereusement avec ses limites. Elle battait le chaud et le froid, le provoquant au sujet de sa relation avec le Gardener avant de lâcher finalement qu'il s'était enfui par... amour. Le Harloi était cillé par la nouvelle.

« Et tu es certaine des informations données par Hightower ? »

Après tout, il était facile de travestir la vérité. De salir une réputation. De faire capoter un mariage. Il ne connaissait pas suffisamment les nobles bieffois pour deviner leurs intentions et ce qu'ils pensaient de cette union. Mais quand même. Il était étonné par ce revirement soudain. Et en plus, elle s'était foutue de lui. Elle se cala pourtant contre son torse, non sans lui faire entrevoir ce qui pourrait arriver dans un avenir très très proche.

« L'intérêt des robes, c'est que ça se retrousse. Je sais que tu n'es pas habituée. »

Ses mains continuèrent pourtant de s'affairer, lentement, tandis que la princesse reprenait la parole, blasée. Puis aguicheuse. Alors tout ça n'avait servi à rien. Un instant, Kyeran fut heureux que Kevan fuit le mariage. Mais cela ne dura pas. Un autre serait conclu de toutes façons.

« Je suppose qu'ils vont trouver un remplaçant pour maintenir l'alliance. »

Sans aucun doute. Mais la curiosité l'emporta.

« Et quoi donc ? »

Il sourit, avant de souffler doucement sur sa nuque, puis d'en effleurer la peau du bout des lèvres.

« Je te l'arrache même si ça vaut le coup. »
 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Sam 29 Oct - 13:15

Décidément, la bonne humeur de Kyeran aurait vraiment le don de me porter sur les nerfs, aujourd'hui encore plus qu'en temps normal. Et pourtant, cette attitude est d'une certaine façon rassurante, si j'avais besoin de ce genre de choses bien évidemment. Mais au moins, je n'ai plus l'impression de jouer ce rôle qui a été le mien pendant ces derniers temps. Alors je suis partagée entre un soulagement auquel je ne suis pas habituée et l'envie de lui faire ravaler ce foutu sourire. Et ses dents avec. Mais ça ne risquerait même pas de me défouler alors j'enfouis ce mélange de sentiments inhabituels qui ne me plaisent pas pour me contenter de lever les yeux au ciel à sa réplique.

"Ta sollicitude me touche. Tu as peur que je sois d'encore plus mauvaise humeur si cela arrive ? Ce serait difficile."

Je me fais un peu plus sérieuse alors que j'évoque vaguement mon séjour dans le Bief. Je n'ai pas particulièrement envie d'y songer plus que nécessaire, surtout maintenant que nous allons pouvoir passer à autre chose et que je vais enfin pouvoir faire ce que je fais de mieux. Au reste de nos échanges qui se font plus légers, probablement grâce à l'évocation de Yoren, j'arrive à esquisser une ombre de sourire, quand bien même je ne suis toujours pas détendue le moins du monde.

"La subtilité ? Rappelle-moi ce que c'est déjà ?"

Et je le suis, bien évidemment, sans même qu'il ait à faire mine d'insister pour que je l'accompagne et sans cacher mon humeur massacrante. Au moins, il est au courant et je ne me cache pas. Mais je finis quand même par le rejoindre dans le bain. Parce que j'en ai envie bien évidemment, il le sait tout comme moi et je n'essaie pas de le duper. Et j'ai tout de même un soupir de contentement quand je sens l'eau chaude et surtout, quand ses mains commencent à s'affairer à ma demande. Quand il cesse, au vu des informations que je viens de lui balancer, je souris, plutôt satisfaite qu'il ne voit pas mon visage en cet instant. Avant de tourner la tête et de le fixer, me faisant un rien plus sérieuse.

"Il n'aurait rien à gagner à me mentir à ce propos. Cette histoire les dessert et pas qu'un peu. Certes, il pourrait arguer que ma réputation l'a fait fuir mais, au fond, ce qui compte le plus c'est qu'ils ont failli à leur part de l'accord. Et, connaissant le sens de l'honneur bieffois, autant te dire qu'ils doivent tous être furieux de la défection de leur cher héritier. C'est ça qu'il faut surtout retenir Kyeran. Aujourd'hui, si Mern tombe, sa couronne n'ira à personne."

Et je me rends compte que je peux enfin respirer plus librement, qu'il a suffisamment délacé le corset pour ça. J'en profite pour prendre une profonde inspiration et pour attraper sa main que je glisse entre le tissu et ma peau, continuant comme si de rien était.

"Dis-moi l'intérêt que tu aurais à retrousser ma robe. Où serait le défi dans tout ça ?"

Au reste de ses propos, je laisse filer un silence pensif et répond, comme si cela ne m'intéressait guère ce qui, dans le fond, c'est pas totalement faux.

"Probablement. Surement même. Leur honneur est en jeu. Et le Dieu Noyé sait à quel point ces foutus sudiens ont un honneur développé."

Et le sourire que je lui accorde est plus franc alors que je murmure, me plaquant un peu plus contre lui.


Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 8 Nov - 17:19






Elle était vraiment d'humeur massacrante. Heureusement que Kyeran savait à peu prêt comment gérer Eren, quel que soit son état. Mais le mode hérisson n'était tout de même pas très agréable, même pour lui. Elle avait déployé ses piques et ne se laissait pas amadouer, pas même par le comportement cabotin de son amant. Il ignorait que de devoir jouer à la grande dame la mettrait dans un tel état. Colérique Eren... Il sourit, décidé à parler sérieusement à l'abri des oreilles indiscrètes alors qu'il l'emmenait à l'étage. Il avait besoin de se délasser et elle aussi. Peut-être que l'exercice aurait raison de son humeur de chien ? Il la laissa donc bouder dans son coin alors qu'il se plongeait avec délice dans l'eau chaude. Le Harloi était habitué à la vie dure, à la vermine. C'était son quotidien depuis qu'il avait décidé d'embrasser la mer. Mais il avait aussi connu le confort. Et il ne crachait pas dessus parfois, quand il pouvait se le permettre. Comme aujourd'hui.

Finalement, Eren le rejoignit. Parfait. Il entreprit de la soulager de son corset, déjà excité à l'idée de la suite, mais cela retomba quand elle se joua de lui au sujet du Gardener qui avait fui l'alliance. Elle qui lui avait fait croire qu'elle avait même pu coucher avec un peu plus tôt, voilà qu'elle lui avouait qu'il s'était enfui, manquant à tous ses devoirs, pour rejoindre la reine de l'Orage... Mais qu'est-ce que c'était que ce merdier ? Et cette attitude stupide ? Trop pour être vraie, non ? Kyeran cessa de soulager la Fer-Née, suspicieux et demandant même jusqu'à que point elle pouvait faire confiance à Hightower à ce sujet. Il fronça les sourcils à la réponse d'Eren. Mern n'avait plus d'héritier avec la défection de Kevan. Vraiment ? Peut-être avait-il des partisans qui étaient contre une alliance avec les Hoare.

« A moins que Kevan n'ai des adeptes qui le soutiennent et refusent la moindre accointance avec les Hoare, Eren. Le Bief pourrait-il entrer dans une sanglante guerre civile ? »

Il réfléchissait à haute voix.

« Et si Mern tombe, qui gérera le Bief ? Son fidèle beau-frère ? »

Il avait bien insisté sur le fidèle, avec une réelle ironie. Mais une guerre civile n'arrangeait pas du tout les Fer-Nés, ils n'avaient aucune raison de l'encourager. Et effectivement, Manfred Hoghtower n'avait pas davantage d'intérêt de manigancer tout ça. Ou s'il y en avait un, il échappait au Harloi qui s'était détourner de la politique depuis belle lurette. Et Eren ne l'aidait pas à réfléchir en s'emparant de sa main pour la poser sur sa peau, en continuant de bavarder comme si de rien n'était.

« L'intérêt d'innover un peu, ça ne compte pas ? Parce que je ne suis pas prêt de pouvoir recommencer avec toi. »

Mais Kyeran ne lâchait pas l'affaire. Eren serait mariée. A un Bieffois. Si ce n'était Kevan, ce serait un autre, non ? Cela semblait lui être totalement indifférent alors qu'elle était la première concernée. Bizarrement, Kyeran semblait davantage s'en préoccuper.


 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Sam 12 Nov - 14:24

Je devrais être de meilleure humeur, voire soulagée en étant en compagnie de Kyeran. Après tout, il fait partie des rares personnes auprès de qui je n'ai pas à me sentir sur mes gardes constamment, autant qu'il est possible en tout cas. Mais sa bonhommie, feinte ou non, ne m'aide pas vraiment. Certains diraient que je n'ai de toute façon pas besoin de ça pour être d'une humeur exécrable et ils n'auraient probablement pas tout  fait tort. Enfin, passons. Je prends tout de même sur moi, si l'on peut dire comme ça, et je le suis dans sa chambre, avant de le suivre dans son bain sans même qu'il ait à faire mine de tenter de réellement m'en convaincre. Sentir ses mains s'occuper de ce fichu corset a, autant être honnête, quelque chose de particulièrement plaisant, même si j'aimerais qu'il se fasse moins délicat et que j'en sois débarrassée pour de bon. Je me soucierai plus tard de la façon dont je sortirais d'ici même si, dans le fond, cela m'importe peu.

Sa réaction quand je lui annonce la défection de Kevan a le don de m'amuser. Il est vrai que lorsque j'ai appris la nouvelle, j'étais furieuse. Mais, dans le fond, cela peut servir nos intérêts, plus que si j'avais été obligée de passer dans son lit. Je guette ses réactions qui sont à la hauteur de ce que je pouvais espérer et je continue de sourire même si mon regard se fait plus sérieux quand il reprend la parole.

"Oh il en a surement. Le contraire m'étonnerait, surtout quand j'ai vu les regards qu'on pouvait me jeter lorsque j'avais la mauvaise idée de me promener dans les couloirs du château. J'ai même souvenir d'une petite rencontre pour le moins enrichissante avec l'héritier Redwyne. Dire qu'il ne nous porte pas dans son cœur est un doux euphémisme."

Je laisse filer un instant de silence, fronçant les sourcils au reste de ses propos.

"C'est une possibilité. Je ne sais pas à quel point Mern a la main mise sur ses bannerets. Mais s'ils sont dirigés dans la bonne direction, leur attention pourrait être détournée de nous. Et du fait qu'ils ne nous apprécient guère. Il y a des gens qu'ils aiment encore moins, il serait utile de le leur rappeler."

Je hausse une épaule à sa question, tournant la tête pour le fixer un instant avec un amusement certain. Kyeran a probablement plus poussé sa réflexion en quelques échanges que bien des fer-nés voire des bieffois. Parfois, je me demande quel intérêt peut-il bien trouver à seconder Yoren, si l'on omet les joies de la piraterie et le fait de pouvoir passer au fil de l'épée ceux qui peuvent lui déplaire.

"Tu marques un point. Profite avant que je jette moi-même cette robe au feu et toi avec si tu n'arrives pas à me trouver une raison de ne pas regretter cette idée saugrenue."



Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 29 Nov - 16:47






Le Harloi haussa simplement les épaules quand Eren lui évoqua sa rencontre avec un Redwyne qui, comme beaucoup, n'appréciait guère les Fer-Nés. Cela n'était pas étonnant. Ils étaient beaucoup dans Westeros à penser ainsi. Peut-être que Harren aurait du être plus mielleux et paraître moins dangereux. Il était certain que son guet-apens aux deux Targaryen avaient méchamment entamer l'image, déjà pas très glorieuse, des Fer-Nés. Ils avaient ainsi la réputation d'être indignes de confiances et des barbares avides de conquête. La réalité était un peu plus nuancée que cela, mais soit. Kyeran ne comprenait pourtant pas que les souverains de Westeros s'allient à la Targaryen qui désirait tant régner sur eux elle aussi, afin de lutter contre l'expansion des Hoare. Étaient-ils donc stupides pour désirer ainsi se plier devant une souveraine qui avait les mêmes désirs de conquête que leur grand ennemi ?

« Est-il reparti en un seul morceau ? »

Le ton était amusé, naturellement. Il connaissait suffisamment bien Eren pour deviner que l'entretien avait du être mouvementé. Avait-elle réussi à brider ses instincts belliqueux et guerriers pour se comporter comme un dame jusqu'au bout ? Il en doutait. Sans qu'elle ne saute à la gorge du Redwyne, il devait tout de même conserver un souvenir mémorable de cette rencontre avec la princesse Hoare. Kyeran continua de soulever des questions et hypothèses, réfléchissant à voix haute, sans aucune retenue devant la femme qui était avec lui. Il il appréciait sincèrement de pouvoir discuter ainsi avec Eren. D'avoir sa confiance et son écoute. De la pousser dans certaines réflexions, lui rappelant que derrière cette petite bonne femme au caractère emporté et sauvage, se cachait tout de même un esprit aiguisé qui lui plaisait autant que le reste. Les gens avaient tort de sous estimer la Commandante de la Flotte de Fer et de penser que c'était son frère qui avait tout l'intellect. Elle cachait bien son jeu, mais c'était aussi bien ainsi. Elle pouvait ainsi prendre les autres par surprise.

Et en même temps qu'ils discutaient d'affaires sérieuses, ils badinaient également. Cette robe allait effectivement disparaître et Kyeran réclamer son dû après des mois en mer, loin de toute présence féminine intéressante. Eren lui manquait, leurs ébats lui manquaient. Et s'il pouvait garder son sérieux et sa concentration pour discuter, son corps lui rappelait également une certaine urgence alors même qu'il prenait pourtant son temps et qu'elle s'impatientait en le provoquant.

« C'est un défi ? »


 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 6 Déc - 8:57

Il est toujours aussi étonnant de voir que, malgré mon énervement, malgré le don que le Harloi a toujours pour faire croire qu’il se moque de tout et de tout le monde, j’arrive encore et toujours à lui parler. Oh, évidemment, une part de moi donnerait cher pour l’étriper, ne serait-ce que pour lui apprendre la vie, quand bien même il n’en a pas besoin, et pourtant, je suis satisfaite d’avoir quelqu’un à qui parler. Que ce soit de mes mésaventures à Hautjardins ou du reste. Cela n’améliore en rien mon humeur, il en faudrait bien plus au vu de tout ce que j’ai eu à supporter ces derniers mois, mais au moins, l’on peut dire que je vide un peu mon sac auprès d’une oreille qui n’ira pas rapporter cette faiblesse à qui que ce soit.

J’ai un bref haussement d’épaules à sa question et je m’autorise tout de même une ombre de sourire alors que je rétorque, non sans lui jeter un regard.

"Il m’a insultée sans même savoir qui j’étais et provoquée en duel quand il a compris. Après lui avoir rappelé que j’étais tout de même une invitée de ses chers souverains et qu’il remettait donc leur jugement en question, je lui ai précisé qu’il était face à un dilemme. Soit il battait une femme de mon gabarit en robe et n’y gagnerait que le mépris des hommes qui l’accompagnaient, toute Hoare que je sois, soit je le battais et là, ce serait encore pire. Bizarrement, il n’a pas insisté. Je suis presque déçue pour être honnête, j’aurais adoré voir son sang couler et j’ai dû me défouler en terrorisant les servantes qu’ils avaient eu le malheur de mettre à mon service."

Les réflexions de Kyeran ont cela de positif qu’elles m’obligent également à ne pas me contenter d’effleurer la surface, sans creuser et chercher tout ce qui pourrait être bon ou mauvais pour nos ambitions. Celles de père tout du moins, une part de moi refusant d’admettre que j’ai de plus en plus de mal à réellement cerner les miennes. La présence du second de mon frère, outre le fait qu’il sait me satisfaire comme jamais personne n’a réussi à le faire jusqu’à présent, est donc des plus constructives, alors que mon regard se fait un rien pensif au reste de ses propos.

Et pourtant, mon corps se tend déjà vers lui, sans même que je puisse y faire quelque chose. Il faut dire que ces mois ont été passablement frustrants, à ce niveau également, n’étant pas vraiment du genre à écarter les cuisses et à me faire baiser par le premier qui passe uniquement pour assouvir mes envies. C’est probablement aussi pour ça que je suis encore moins patient que d’ordinaire alors qu’il continue de jouer avec cette foutue robe.

"Tu n’as pas besoin de ce genre de défis. Mais soit, c’en est un. Montre-moi alors."



Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Sam 7 Jan - 18:35






Le regard du Harloi s'écarquilla d'étonnement quand Eren lui raconta ce que le bieffois avait fait. Avant qu'il n'éclate d'un rire sonore et grave ? Mais quel fou ! Mais surtout, même si on pouvait facilement penser qu'Eren était une brute qui ne savait qu'agiter une épée ou casser des nez, elle était assez fine pour jouer de sa position et de sa qualité d'invitée et de princesse pour mettre les autres dans une position délicate alors même qu'elle avait sans doute du le provoquer et le mettre dans une situation inconfortable. Kyeran aurait adoré pouvoir assister à ça. Et son se demandait pourquoi il était dingue de cette femme ? Alors qu'elle avait mouché ce noble bieffois ? Elle pouvait avoir énormément d'esprit. Elle était loin d'être une brute idiote.

« Le pauvre, il a du avoir une sacrée surprise en constant que la Hoare avait une cervelle et savait s'en servir, aussi bien que ses poings... »

C'était un compliment, évidemment. Et une lueur de fierté dansait dans les yeux bleus du Harloi alors qu'il faisait part de ses réflexions à Eren. D'approbation également. Et la discussion continua ainsi, entre désir, frustration et... stratégie. Aussi improbable que cela puisse sembler, ils mêlaient politique et plaisir. Il la faisait languir, tout en réfléchissant à la situation. Il la défiait, son corps tendu vers elle, son esprit fonctionnant à plein régime. Cela ne durerait probablement pas, mais en attendant... Bon sang, elle l'excitait aussi bien intellectuellement que physiquement. Comme aucune autre femme ne l'avais jamais fait... Même quand il était amoureux de la femme de son cousin, il n'avait pas ressenti cette alchimie bien particulière. Elle lui semblait tellement fade désormais et il se demandait ce qui lui était arrivé pour se fourvoyer à ce point avec cette femme qui ne lui était pas destinée. S'il avait tiré un trait sur elle, elle ne l'avait pas oublié lui. Voilà bien pourquoi il était si bien en mer. Et entre les cuisses d'Eren.


 

     
© Crédit Dyxie



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Lun 16 Jan - 20:21

Discuter avec Kyeran me permet, d'une certaine façon, de dédramatiser une situation qui m'a donné pendant des mois la sensation d'avoir fait tout ça en vain, d'avoir perdu mon temps alors qu'il aurait pu être tellement mieux employé ailleurs. Il cette acuité dans le regard, cette façon de voir certaines choses que tout le monde n'a pas et, même s'il n'aime pas le mettre en avant, cela fait partie des raisons pour lesquelles j'apprécie de passer du temps avec lui. J'ai le sentiment de parler à un égal, sans avoir à vider des chopes pour montrer que si je n'ai pas d'attributs virils, je suis tout de même capable de beaucoup de choses.

A sa répartie concernant ma rencontre avec le Redwye, j'ai une ébauche de sourire. Il faut dire que la scène a fait partie des rares moments où je me suis amusée à Hautjardins. Et j'ajoute alors, d'un ton plus léger.

"Le plus drôle a quand même été le moment où je lui ai demandé de renvoyer ses hommes et qu'il l'a fait sans sourciller. Autant te dire que même si je n'ai pas pu tirer mon épée, voir sa mine déconfite quand il a su qui j'étais avait quelque chose de jouissif. Enfin, ça ne m'a pas pour autant rendue plus populaire mais ça, je vais visiblement devoir m'en accommoder. Cette alliance n'a pas fait beaucoup d'heureux."

Difficile de ne pas voir la lueur dans le regard du Harloi et ne pas en tirer une certaine excitation. Il faut dire que ce mélange d'air canaille et de sérieux qui lui est propre ne m'a jamais laissée indifférente. Mais là, après des mois à me languir d'un peu d'action, autant dire qu'il me fait plus d'effet qu'à l'accoutumée. Et pourtant, nous continuons d'échanger des réflexions qui me poussent à m'interroger réellement sur la situation et à remettre certaines choses en question.



Brûle de t'élever

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Commandante de la Flotte de Fer
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Je vous brûle pour m'élever.
Messages : 1985
Membre du mois : 12
Célébrité : Nathalie Portman
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieuse - Belliqueuse- Déterminée - Rancunière- Loyale - Dominatrice- Courageuse - Menteuse
Je vous brûle pour m'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    Mar 14 Fév - 22:35






Ah... Il ressentit un violent élan de fierté et d'admiration pour cette femme alors qu'elle lui racontait comment elle avait mis un homme au pied du mur, face à deux choix qui étaient désavantageux pour lui, quoiqu'il fasse, se servant de sa condition de femme pour le piéger. Oui... il était fier de cette princesse guerrière et farouche qui faisait plier les hommes devant elle et malgré sa petite taille ou sa condition de femme. Il n'osait pas reconnaître que c'était de l'amour même qu'il éprouvait pour elle. Parce qu'aucun des deux n'était sensible à ce sentiment n'est-ce pas ? Parce qu'il ne pouvait pas y avoir de sentiment de ce genre entre eux. C'était bon pour les chiffe-molles du continent ça. Et pourtant... L'attachement était bel et bien là, et son cœur s'emballait quand il la voyait, quand elle le défiait, quand elle lui résistait et quand elle gémissait sous ses caresses.

« Voilà qui a pimenté cet ennuyeux séjour. »

Et nul doute qu'elle en avait eu besoin, la pauvre. Il l'imaginait sans peine dans cette Cour de délicates fleurs et polis damoiseaux. Comme une plante carnivore au milieu de délicates marguerites. Elle n'en était que plus remarquable. Il aurait adoré être là, vraiment. Parce qu'il ne craignait pas ce genre de Cour, qu'il pouvait se montrer charmant, courtois et qu'il aurait pu égayer un peu le quotidien d'Eren. Et se moquer allègrement de ses robes.



Il s'empara de ses lèvres, momentanément rassasié, heureux, apaisé. Il n'avait aucune obligation urgente. Et Eren non plus... Elle serait encore à lui quelques heures. Ils l'avaient mérité après ces longs mois séparés.


 

     
© Crédit Dyxie


RP TERMINE[



   
I follow my own path
Le monde est à ceux qui ne se retournent pas. + ms.palmer
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Second sur le Requin Noir
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 222
Membre du mois : 1
Célébrité : Alexander Dreymon
Maison : Harloi
Caractère : Egoiste, indiscipliné, rusé, patient, consciencieux, cynique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé - Livre III] Tu nous as appelé, nous sommes là
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort ! " Ouais bah à ce stade là, j'suis hulk ! - ALIX
» Nouvelles de chez nous
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]
» Nuit 1 : Protègeras ? Protègeras pas ?
» Freya ― Je crois que tout ce qui ne nous tue pas nous rend simplement plus...bizarre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Le Bief :: Hautjardin
-
Sauter vers: