AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]
MessageSujet: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 27 Juil - 19:08

Ce voyage a été une horreur tout du long, ce n'est pourtant pas la première fois qu'elle vogue en mer. Certes, elle n'a pas particulièrement le pied marin, mais elle n'a jamais était aussi malade que ces quelques jours à bord de sa galère. L'équipage, soucieux de son état, avait plus d'une fois suggéré de faire des arrêt à quelconque port de son royaume pour la soulager. La reine s'y était refusé, elle pouvait bien supporter quelques jours supplémentaires. Elle avait supporté deux batailles, remportée l'une d'elle, sa forteresse bravait les pires tempêtes de Westeros depuis plus longtemps que sa propre naissance, la mer n'aurait pas raison d'elle.

C'est un véritablement soulagement d'apprendre qu'ils approchent de Spectremont, elle a attendu avec impatience qu'ils accostent et qu'elle pose enfin les pieds à terre. La Reine est immédiatement accueillie par les Toland et menée à leur demeure dont les remparts sont blancs, elle ne peut en détacher les yeux jusqu'à les dépasser. Blanc, ce n'est pas commun et force est d'admettre que ça apporte tout son charme à la cité.

Argella avait beaucoup d'appréhension quant à l'accueil qu'elle recevrait, mais ils se montrent aux petits soins et sympathique. Même sa garde est bien reçue. Lord Toland lui annonce qu'une escorte, envoyé par la Princesse, n'arriverait que le lendemain, le jour où elle-même aurait dû arrivé, le vent s'était montré favorable et lui avait épargné une nuit supplémentaire sur cette maudite galère qui lui retournait l'estomac.

Le soir venu, après un véritable festin, elle s'est endormie dès que sa tête a touché les oreillers, trop fatiguée pour se soucier qu'elle puisse être en danger dans un royaume qui n'est pas le sien, entourée de Dorniens. Sa garde veillerait sur elle tout au long de ce voyage. Le lendemain, à l'aube, elle a convaincu le Lord de lui faire visiter les environs. Elle a beau être un peu paranoïaque, elle est curieuse de découvrir Dorne.

Argella ne s'attendait pas à avoir aussi chaud, sa mère l'avait pourtant prévenu. Le climat du Bief est doux, appréciable, celui de Dorne est sec. Elle préfère de loin le climat de l'orage, frais, même humide et pluvieux, ni chaud, ni froid. Ses vêtements trop chauds et cette chaleur l'accablent. Ils sont sur le retour lorsqu'un cavalier vient leur annoncer que le Prince est arrivé. Roward ? Ou le prince bâtard ? Il ne serait pas étonnant que la Princesse lui ait envoyé son fiancé, ce doit donc être Roward. Elle croise le regard de Gawen, qui le lui rend, impassible.

Son cheval avance au trot, à la rencontre de son fiancé, nerveuse. Elle n'est pas intimidée loin de là, elle ne veut simplement pas de cette union. Pas quand son cœur bat pour quelqu'un d'autre. Karnal lui a ouvert son cœur et l'a demandé en mariage, peu importe qu'il l'ait fait en couchant ses mots sur papier, la demande n'en est pas moins importante pour Argella. Elle méprise le fait d'être Reine, d'avoir le choix, de devoir tout de même refuser la demande parce qu'une parole a été donnée. Une parole qui n'est même pas la sienne.

La reine, le lord Toland et leurs gardes rejoignent les murs blancs jusqu'à la cour, où se trouvent déjà d'autres cavaliers. Du point de vue d'Argella, un guide pour les mener jusqu'à Lancehélion aurait suffit, elle se garde bien de l'énoncer. Sans attendre qu'on l'aide, elle saute à bas de son cheval, remet les plis de sa robe qui lui colle à la peau en place et s'avance, suivi de près par sa garde, Gawen à son côté gauche. N'est-ce pas à son fiancé de se présenter le premier ?




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Jeu 28 Juil - 13:52

Les choses m'avaient semblé tellement détaché ce matin là. Je savais pour quoi je me levais, je m'habillais. Je connaissais la raison de telles préparations. J'allais en quelques jours devoir faire face aux nouvelles réalité de mon monde, face au fait que je n'étais définitivement plus un enfant, plus à protéger. J'avais clairement été épargné bien trop longtemps, mais aujourd'hui, lorsque je mmettrais le pied à l'étrier, ça ne serait pas pour une promenade de santé. J'allais prendre la route jusque'à Spectremont afin d'accueillir la jeune reine de l'Orage qui s'avérait être aussi promise au prince de Dorne, moi. Je détestais cette idée, mais je ne reculerais devant rien pour Dorne, même si cela signifiait de quitter mon royaume pour une autre. Sortant du palais, j'avais éviter de croiser mes soeurs et mon frère, et ce même si je savais pertinemment que Deria aurait souhaité m'exposer pour une dixième fois le plan des prochains jours. J'avais comprit, et je n'avais guère le coeur à croiser leur regard. Peur de reculer ? Ou simplement peur de les affronter ? Je  n'en savais rien, mais je sus quitter Lancehélion avec mes hommes sans encombre. Le trajet ne se voulait pas si long, mais plusieurs jours nous attendaient. Nous n'avions pas réellement forcé le pas, nous devions arriver pour le débarquement de l'Orage, pourtant à mi-chemin, l'un des hommes que nous avions envoyé en éclaireur nous informa que les navires étaient arrivés prématurément. Faisant changer nos plans, nous sollicitèrent davantage nos montures, ce qui ne nous fin gagner qu'une demi journée tous au plus. L'avantage des chevaux Doriens, c'est qu'il sont sans doute moins fragile et plus endurant, sans doute moins impressionnant, mais tout aussi vif, ce qui ne nous faisait guère craindre pour eux. Mais nos montures n'étant point le sujet, il était temps pour moi de savoir exactement à qui j'allais avoir à faire. Menant mes hommes et moi-même jusqu'aux portes protégeant la reine, je finis par la voir, pied à terre, accompagné de sa garde. Soufflant un bon coup, je quitte ma selle avant d'arrêter ma monture une fois à terre. Honnêtement la tension était palpable, comme si il était clair pour nous deux que rien ne serait réellement voulu, mais uniquement consenti pour les nôtres. M'avançant donc vers elle, je m'arrêtais à quelques pas de la reine avant de courber la tête, puis le dos. Je n'aimais pas ça, mais l'on m'avait suffisamment reproché de n'avoir jamais communiqué avec elle et motivé mes attentions pour ne pas  faire l'effort aujourd'hui.

« Veuillez pardonner notre retard Majesté, nous n'avions guère anticipé que les éléments vous soit favorable. »

Me redressant, je réajustais l'armure de cuir qui couvrait mes vêtements en lin avant de porter le regard sur la femme qui me faisait face. Je ne cherchais guère à fuir son regard, ni même à le baisser. Je la savais reine et moi prince, mais je ne lui ferais certainement pas l'affront d'un couard n'assumant guère sa position.

« Je me voie toutefois soulagé de vous savoir arrivée sur nos terres en bonne santé. »

Il était temps de baisser le masque, même si je savais qu'elle ne se faisait que très peu d'illusion sur ma personne. Bien que je ne sois pas enfermé dans la luxure nordique, le cuir qui ornait mes épaules et mon torse n'était guère fragile et était ornés de toute part, comme le lin couvrant ma peau du soleil. Sur ce point elle n'avait sans doute guère du l'anticiper, car je devinais à la lourdeur du tissu des vêtements sans doute trop chaud pour une traversée du désert.

« Mais laissez moi me présenter Majesté, je suis Roward Martell, j'ai demandé à pouvoir vous accueillir et vous conduire à Lancehélion, j'espère que cela ne vous dérangera point ? »

Je la savais quelque peu différente et capable de s'en sortir seule, mais ne devais-je pas faire preuve d'intérêt ? Pour la rassurer comme me l'avait si souvent rappelé Deria ? Cette femme pouvait être ce qu'elle voulait et nous pouvions sans doute nous entendre, mais nous étions pour le moment deux inconnus ayant choisi nos pays avant nous et devant feindre l'acceptation de cette histoire, ce qui n'était clairement pas facile pour nous deux. Du moins de ce que j'avais compris. Une raison aussi pour laquelle je n'avais pas jugée utile de me présenter sous une avalanche de titre, elle savait parfaitement qui j'étais, tout comme moi, mais je ne me voyais guère l'interpeler sous le nom d'Argella pour notre première rencontre. J'avais tendance à être réfractaire à beaucoup de chose, mais je n'étais pas encore fou.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Ven 29 Juil - 16:19

Argella étudie, sans se cacher et sans honte, l'homme qui s'avance. Sans aucun doute, le Prince, reconnaissable par sa posture et ses ornements. Il se courbe devant elle et elle ne fait pas mine de le saluer à l'identique, la jeune femme reste droite comme un i. Il n'a pas l'air de souffrir de la chaleur, pas plus que tous les dorniens qui l'entoure. Ce qui la rend d'avantage de mauvaise humeur, surtout parce que sa mère avait raison et qu'elle ne l'avait pas écouté, n'en faisant qu'a sa tête, juste pour le plaisir de la contredire. Qui se paie la tête de l'autre désormais ? Sa mère, depuis Accalmie.

« Vous vous excusez des caprices de la nature... » Il veut probablement être poli, quant à Argella, elle tient à lui faire comprendre que ses propos sont ridicules. Elle n'a qu'une demi-journée d'avance, une nuit plus précisément, pas des jours. Il sera déçu quand il se rendra compte qu'elle n'a pas l'intention de faire preuve d'autant d'attention à son égard. Son regard ne le quitte pas, impassible.

« Vous étiez donc si impatient de me rencontrer ? Il ne fallait pas vous donner cette peine, nous aurions inévitablement fini par avoir le déplaisir de nous tomber dessus à Lancehélion. » Arrogante, suffisante. Stratégie engagée. Jusqu’à quand le Prince supportera-t-il une fiancée méprisable ? Qui ne tente rien n'a rien et ça ne l'ennuie pas plus que ça d'être détesté, si ça permet de foutre en l'air leurs fiançailles. L'alliance ne l'ennuie pas outre mesure, mais ce mariage est une autre histoire, qui l'implique beaucoup trop personnellement.

A côté d'elle, Gawen s'agite imperceptiblement. Il n'a pas besoin de dire ou faire quoique ce soit pour qu'elle le sache. Le fait est que ses paroles ne plairont guère à son conseiller. Argella ne s'est jamais comporté ainsi face à quiconque qu'elle rencontrait pour la première fois. Le prince a le droit à un traitement de faveur.

« Et maintenant... Vous avez l'intention d'attendre que vos cheveux soient plus longs que les miens ou pouvons-nous y aller ? » Non pas qu'elle soit pressée, mais il faut bien trouver des incivilités à balancer. C'est injuste pour lui, il se trouve probablement dans le même cas qu'elle, à ne pas souhaiter cette union. Tant pis, elle n'est simplement pas faite pour attendre que le jour où elle devra écarter les cuisses pour cet homme lui tombe dessus sans réagir. Elle a deux ou trois jours pour faire de cette expédition un enfer dont il se souviendra toute sa vie.

Plus vite, ils partiront et plus vite, elle pourra s'entretenir avec la Princesse. Se montrera-t-elle aussi exécrable avec elle qu'avec son frère ? Peut-être bien, il ne faudrait pas non plus que cela mette en péril leur coopération face à l'ennemi. La survie de ses soldats passe avant tout. Elle se détourne du prince et attend qu'on l'aide à monter sur son cheval.

Elle n'aurait pas besoin d'aide si elle ne portait pas cette maudite robe, mais en dehors de son royaume, elle doit faire attention à son apparence. 3 semaines tout au plus, jusqu'à l'union de la princesse et elle pourra retrouver ses tenues confortables, en attendant, le temps va lui paraître bien long.

« Votre sœur vous a-t-elle dit que vous partirez pour Accalmie après son union avec le prince Baratheon ? » Elle n'attend pas sa réponse avant d’enchaîner. « Je préfère vous prévenir, vos bâtards ne sont pas les bienvenus, sans aucun doute vous avez dû charmer beaucoup de jeunes filles avec une gueule comme la vôtre. »




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Ven 29 Juil - 17:30

Les hostilités étaient visiblement lancées. Je savais d'après ce qu'on m'avait dit qu'elle avait son caractère, mais elle me surprit à ne faire aucun effort. Le seule problème était peut-être que je pouvais faire preuve de plus d'obstination que quiconque. Elle semblait donc me prendre pour le premier des idiots, sans doute avait-elle raison, mais la politesse de ma démarche semblait lui échapper. Ne préférant rien répondre. Je baissais un instant les yeux pour cacher un agacement qui finit par comprendre ce qu'elle voulait. Je n'étais absolument pas impatient de la rencontrer, loin de là, mais le fait qu'elle m'expose clairement son dégoût me fit comprendre que si l'un devait craquer, cela serait elle et non moi. Après tout Dorne passait avant moi et surtout avant elle.

« A vrai dire, il me tardait de faire votre connaissance et il me semblait que le voyage jusqu'à Lancehélion soit une façon de me présenter à vous. »

J'aurais clairement préféré rester chez moi, mais Deria voulait bien faire les choses et moi, je savais à présent à qui j'avais à faire et ce n'était pas plus mal. Elle s'impatientait et moi, je la regardais sans me défaire de son regard couvrant l'hystérie. Sa remarque m'arracha un sourire, je l'avoue, car il était vrai qu'avec Anders, et même Lohan, nous avions tendance à laisser nos cheveux pousser, mais de là à les tenir comme référence, c'était risible. Elle cherchait par tous les moyens à me faire sortir de mes gonds ? C'était une bonne idée, mais je ne romprais ces fiançailles en aucun cas. Si elle le voulait, elle serait la seule à devoir quelque chose à l'autre.

« Je crains de ne pas savoir les porter aussi bien que vous, mais vous avez raison. »

Elle voulait se montrer supérieure, c'était clair, car personne ne pouvait user d'autant de dédain sans raison. Elle se détourna donc de moi afin de s'approcher de sa monture avant de me demander si Deria m'avait informé de mon départ avec elle suite à son mariage. Qu'elle se rassure, je n'étais pas prêt d'oublier. Mais la suite me fit arquer un sourcil. Elle souhaitait clairement en parler maintenant ? Parler de bâtards ici ? Mon frère et ma soeur pouvait l'être aux yeux de certains, mais ce n'était clairement pas un sujet à aborder ici. Mais ne rentrons pas dans le conflit, elle voulait me pousser à bout.

« Mes erreurs de jeunesse ne s'inviteront point dans votre vie Majesté. Je n'entacherais en rien votre nom, je peux vous le promettre. »

Mais si elle continuait, je ne promettais rien. M'avançant près de sa monture, je repris.

« Je ne voudrais pas me montrer trop envahissant, mais je souhaitais vous faire cadeau de ceci pour célébrer votre arrivée et faciliter, je l'espère, votre voyage. »

Invitant un de mes hommes à  me rejoindre, ce dernier posa genoux à terre en lui tendant un présent qui s'avérait être une robe. Une que Deria aurait pu être amenée à porter, légère de par la texture, mais plus habillée que pour ma soeur. J'avais cru comprendre que la Reine n'était pas aussi sensuelle que ma soeur. Quoi qu'il en soit la robe était travaillée dans les meilleurs tissus du pays.

« Veuillez me pardonner si ce présent vous semble trop cavalier. »

Ajoutais-je en me courbant légèrement comme pour accuser ces réflexions. J'étais trop optimiste, j'acceptais un peu trop ces jugements pour que cela soit honnête, mais Deria m'aurait tué si j'étais rentré sans la Reine simplement car j'avais envie de lui en mettre une pour lui faire passer l'envie de se pavaner. Nous en étions au même stade elle et moi, et je me demandais si elle était un minimum consciente de la dépendance de son pays au mien. Je ne voulais pas faire d'excès d'arrogance, mais me forcer à jouer à l'imbécile juste pour temporiser sa crise de fille gâtée allait rapidement me taper sur le système. Le seule point positif était peut-être que l'optique de la faire s'énerver en demeurant calme et avenant avait de quoi me séduire. J'aimais bien pousser les gens à bout, alors le faire en gardant ma gueule d'ange, c'était parfait.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 17 Aoû - 17:00

HRP:
 

Il lui tardait de faire sa connaissance, qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre. Le Prince ne se laisse pas démonter par son manque total de convenances et de politesses, bien au contraire, il persiste à se montrer courtois. Deria lui avait pourtant écrit qu'il n'était pas des plus diplomate. Il sourit, elle l'insulte sur la longueur de ses cheveux et il sourit. Soit il est idiot, soit il a compris son petit manège. Elle espère qu'il est juste idiot, ça lui faciliterait la tâche.

De plus, il ne nie pas avoir des bâtards. De la part d'un Dornien cela ne l'étonne guère, ce qui ne la rassure pas quant à l'avenir si elle ne parvient pas à annuler ces fiançailles. Argella ne s'attend pas à ce que le Prince lui reste fidèle, pas plus qu'elle ne le sera, mais jamais elle n'accepterait un bâtard dornien à Accalmie. Dans le fond, elle n'a rien contre les bâtards, ils n'y sont pour rien s'ils sont nés, seulement, elle ne les accepte pas dans sa famille.

Toujours sur le ton de la courtoisie, il lui offre un présent et hausse les sourcils, que peut-il bien lui offrir ? La Reine le rejoint, se penche légèrement vers l'homme agenouillé et hausse les sourcils en découvrant l'étoffe. Une robe. Rien qu'à la voir, elle n'a qu'une envie, l'enfiler, se dévêtir de la lourdeur et chaleur de sa propre robe pour enfiler quelque chose qui, en apparence, est bien plus léger. Qu'elle soit damné si elle l'admet à haute voix ! C'est déjà bien assez dur de le penser.

« Vous envisagez déjà de me déguiser en Dornienne ? Que suis-je censé en faire, me dévêtir et la vêtir devant vos gens ? » Une perspective alléchante si l'acte ne la ridiculiserait pas plus qu'elle ne lui rendrait service. « C'est ce que vous souhaitez ? Me voir nue ? » Elle balaie ses propos d'un geste de la main. « Peu importe. Gardez vos présents Prince Martell, je n'en ai que faire. Prenez conscience que c'est une orageoise que vous épouserez et non une dornienne, vous en déplaise. » Il aurait de plus eu d'avantage de chance de l'amadouer en lui offrant une tenue de cavalière plutôt que Dornienne. Une tenue dans laquelle la jeune femme serait bien plus à l'aise que dans une maudite robe.

Dire qu'elle est à moitié dornienne, un fait qui ne lui a jamais plu, mais toujours défendu quand on osait la provoquer sur l'origine de son lignage. En épousant un dornien, ses enfants n'auront plus qu'un quart de sang orageois, une perspective qui ne l'enchante pas du tout. Raison supplémentaire de faire capoter ce mariage. Ce qui ne résoudrait de toute façon pas le problème de son lignage ou celui de ses enfants puisque l'Orage a besoin d'alliances. Aurait-elle dû se montrer raisonnable et ne pas se montrer si méprisante ? C'est plus fort qu'elle, malgré sa conversation avec sa mère avant son départ.

Trop fière. Son plus grand défaut aux yeux de sa génitrice. Amoureuse aussi, à un Lord qui ferait un Roi formidable. Si elle n'était pas si fière, elle aurait déjà enfilé cette robe dornienne. Elle doute d'ailleurs que cette idée vienne de lui, mais plutôt de sa sœur. Elle l'essaiera peut-être, dans la nuit, quand tout le monde dormira, juste pour connaître l'effet des étoffes sur elle. Pour l'heure, hors de question d'accepter ce présent. Elle devra supporter ses maudites robe trop lourdes et trop chaudes pendant plusieurs semaines ce sera toujours mieux qu'admettre qu'il avait raison.

« Pouvons-nous y aller désormais ? Il me tarde de rencontrer votre sœur. » Elle plutôt que lui, elle ne l'énonce pas, mais il peut aisément le comprendre. Elle ne dira pas non plus qu'elle a envie d'être témoin des paysages de Dorne même s'il y fait trop chaud. Pas plus qu'elle meurt d'envie d'enfiler une robe plus légère à défaut de pouvoir enfiler une tenue de cavalière mieux adaptée à sa condition.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 17 Aoû - 23:15

Je l'avoue, il m'était difficile de réellement sourire comme je le voulais, il me fallait garder ce regard crédule et cet air ahuri alors que c'était un tout autre sentiment qui me secouait à présent. Je n'étais pas dupe, son regard avait parlé pour elle avant qu'elle ne se reprenne en dédaignant le présent que l'on venait de lui faire. Affirmant haut et fort que je voulais faire d'elle une Dornienne et que je souhait la faire se dévêtir ici devant ses hommes et les miens. L'idée était en effet tentante, et dans d'autre circonstance, si je ne savais pas quel jeu elle jouait, je me serais donné un réel plaisir à la remettre à sa place, mais ce n'était pas si sujet. La voir nue ? Je n'étais pas réellement certain de le vouloir à cet instant. L'on notait dès lors une différence avec une certaine Tagaryenne a qui je n'aurais sans doute pas refusé grand chose. La différence était sans doute qu'elle n'avait pas décidé de me prendre pour un abruti la ou la femme qui me faisait face l'avait fait. Alors, sans grand étonnement, je la vis refuser la robe, me rappelant qu'il s'agissait là d'une Orageoise et non d'une Dorienne. Baissant un instant la tête, je repris avec une maitrise qui m'étonnait toujours autant.

« Veuillez pardonner ma maladresse ma Reine, je ne voulais guère vous offenser, ni même faire de vous une autre. »

Pour être exacte, je venais même de mettre genoux à terre, tête baisser comme pour accepter ces mots et m'en habiller.

« J'avais cru pouvoir soulager votre peine lors de notre long voyage dans le désert par ce présent et ainsi profiter d'être encore entouré d'une multitude de bâtisse pour protéger votre pudeur de ces murs. »

Il y avait quoi ? Cinq ou six mètres entre ici et le premier bâtiment pouvant la priver de nos regards. Mais n'appuyons pas davantage sur son manque d'observation. Me relevant alors, je plongeais mon regard dans le sien.

« Soyez certaine que je ne veux pas vous transformer en quoi que ce soit, il s'agit davantage de moi, il me tarde d'en apprendre plus sur vos gens, sur votre pays. Ainsi que sur vous. »

Après tout ne serais-je pas celui qui devrait abandonner sa vie pour une autre ? Laissant mes hommes reprendre la robe, je remis le pied à l'étrier lorsqu'elle fit part de son empressement. Lançant un regard à Lohan, je savais qu'il s'attendait à tout moment à ce que je craque, tout comme il savait aussi dans quelle histoire la reine venait de s'engager. Elle avait parié sur le mauvais cheval, nul doute la dessus.

« Bien évidemment. »

Lohan donna quelques ordres avant que je me tourne vers sa monture.

« Je m'excuse par avance du temps que nous mettrons à atteindre Lancéhelion, mais je crains que vos montures ne soient guère habituées à nos températures, et il va nous falloir les ménager. »

Déjà que nous étions partie pour deux jours, je me demandais bien comment notre reine finirait avec une robe si épaisse trois jours durant sous un soleil de plomb ? Après tout elle était arrivée plutôt, nous n'aurions qu'un léger retard, sauf si elle finit par s'évanouir sous la chaleur. Ne cessant d'afficher un sourire béat sur le visage, je me tenais au même niveau que la jeune femme. A une certaine distance de sécurité certes, mais je ne la laissais pas derrière et surtout, je lui signifiais par ma position que je comptais échanger durant notre voyage. La culture de l'Orage me semblait soudainement un sujet de discussion parfaitement adapter. Toute longue discussion en réalité, surtout quand l'eau devait-être ménagé. L'on ne pourrait pas me reprocher d'être avenant et intéressé à sa personne.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Ven 19 Aoû - 22:07

Une maladresse, et un genou à terre. En d'autre circonstance la nouvelle Reine le féliciterait presque de garder un tel tact. Il n'obtient comme réponse qu'un pli sévère de ses lèvres. Il faut au moins lui reconnaître, que contrairement à elle, il essaie. Elle ne porterait pas si peu d'estime pour Dorne, elle apprécierait peut-être l'approche ? Difficile d'affirmer quelque chose que l'on a jamais connu.

Des excuses à nouveau pour quelque chose dont il n'y ait pour rien. La nature est telle qu'elle est, point. 2 jours c'est plutôt raisonnable pour atteindre la capitale de Dorne et ce sera toujours mieux que les 10 jours qu'elle a passé sur un navire qui la rendait malade. Argella se tourne vers le Lord et sa famille qui n'ont pas rater une miette de la rencontre, mais envers qui elle doit tout de même des remerciements, comme quoi elle n'est pas mauvaise avec tout le monde, uniquement envers le Prince et elle ne s'en cache pas.

Gawen l'aide ensuite à mettre le pied à l'étrier, pas évident avec une robe pareille, et Argella s'installe sur la selle de son destrier. Elle regrette ses pantalons, elle regrette d'avoir refusé le présent, elle regrette d'être venue jusqu'ici. Finalement, elle regrette beaucoup de choses, mais comme l'a si bien dit sa mère, ''Dirige''. Aujourd'hui, elle doit supporter et diriger. En compagnie de ce prince dont elle ignore tout.

Ménager ses bêtes, prévoyant de surcroît. Ou habitué à recevoir les montures des invités venus de tout Westeros. Argella caresse tendrement l'encolure de son cheval, effectivement, ils ne sont guère habitués à de telles températures, eux c'est plutôt l'humidité et la fraîcheur des forêts et des cols montagneux. « S'il faut que nous ajoutions 1 jour à notre voyage pour les chevaux, qu'il en soit ainsi. » C'est peut-être pour cela que les serviteurs du Lord Toland leur a fourni une quantité astronomique d'eau. Dorne doit probablement posséder très peu de coins d'eau.

Tandis qu'il place son canasson à côté du sien, elle l'observe à la dérobée. Il semble tout à fait à l'aise, chez lui et prêt à engager la conversation avec elle. Comment se comportera-t-il dans son royaume ? Elle ne se fait pas d'illusions ce n'est pas dans les jours à venir qu'elle parviendra à annuler leurs fiançailles, ce sera un travail de dur labeur et à long terme, mais au final, il finira par craquer.

« Mettrez-vous autant d'ardeur à défendre mon royaume que le vôtre ? » Restera-t-il planqué à Accalmie comme il reste planqué à Lancehélion pendant que Dorne se bat pour eux ? Argella ne sait rien de lui, tout comme elle n'a entendu aucune rumeur selon laquelle les Princes se trouvaient à la frontière Bieffoise durant leurs escarmouches. Contrairement à Kevan qui s'y trouve bel et bien. Quel genre d'hommes peut ne pas réagir face à cela ? C'est en grande majorité pour cette raison qu'elle exècre la Principauté. A ses yeux, ils n'ont pas fait leurs preuves.

« Cela vous attriste de quitter votre pays ? » Cela par contre, elle le comprendrait. Comme elle aurait été attristé de quitter l'Orage. Si elle n'avait pas été fille unique c'est ce qui aurait dû se passer pour elle, mais les rôles ont été inversés grâce à l'intervention de sa mère.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Ven 19 Aoû - 23:24

C'est stupide, mais si elle n'avait pas cherché à autant me pousser à bout, je ne lui aurais sans doute pas rendu la tache aussi compliqué. Elle pensait sincèrement que cela m'engouait, que j'étais jouasse ? J'avais l'impression qu'elle avait un sérieux problème d'arrogance qui de toute évidence me poussait à regretter certains arrangement. Mais passons, elle semblait accepter le fait que nous mettrions sans doute un jour de plus pour ces chevaux, et pour la faire mourir dans sa robe. Un peu d'éducation lui aurait sans doute permit de passer un voyage plus confortable, mais passons. Commençant donc notre route vers la capitale, je fus surpris de l'entendre me parler. J'aurais été près à parier que malgré ma proximité, elle n'aurait pas dit un mot. Et pourtant, elle me posa une question qui me fit sourire. Je connaissais ses craintes et il semblait évident à présent qu'elle voulait baser la suite de sa manoeuvre sur mon manque de connaissance, sur mon jeune âge et surtout tous ce qui pourrait m'être incriminé.

« Votre Royaume, ma Reine, sera celui où je vivrais d'ici peu. Quelque soit mes origines, c'est l'Orage qui tiendra ma fidélité, soyez en sure. »

Je n'aimais clairement pas me jouer de quiconque, mais elle voulait me pousser à la faute et moi ? J'avais une brutale envie de découvrir ces terres.

« Dorne m'a vu naitre, ma famille y demeurera, mais je vais être amené à créer ma propre famille loin d'ici. Je mentirais en vous disant que ce pays ne manquera pas à mon coeur, mais l'avenir ne se construit pas dans le passé, et je ne souhaite pas rester figer face à une quelconque nostalgie. »

Dorne passait avait tous, mais si je devais m'arracher le coeur pour mon pays, je le ferais, j'allais le faire en réalité. C'était sans doute la phrase la plus proche de ce que je pensais réellement depuis le début de la journée, du moins depuis que je n'avais plus eu uniquement Lohan en compagnons de voyage. Tournant la tête vers elle, je repris.

« Parlez-moi de votre pays ma Reine. »

Je ne cesserais de lui demander que lorsqu'elle aura finit par faire l'effort. Je ne comptais pas être celui qui abandonné le navire, Dorne avait besoin d'une alliance, d'un encrage solide, et l'on ne pouvait plus passer pour le pays défaillant.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Sam 20 Aoû - 2:03

Il ne lui dit pas ce qu'elle souhaiterait par-dessus tout entendre. Il ne lui dit pas qu'il se battrait pour l'orage qui deviendra peut-être son royaume, son avenir. Leur avenir. La jeune reine qu'elle est devenue trop tôt détourne son regard vers le paysage qui défile désormais sous ses yeux aux pas des chevaux, de la cavalerie qui les suit. Il ne lui dit pas qu'il se sacrifierait pour l'Orage, c'est pourtant ce qu'elle aurait bien besoin d'entendre, à défaut d'y croire tant qu'il n'aurait pas fait ses preuves.

Elle ne devrait pas lui poser de questions, elle devrait même l'ignorer totalement, mais le fait est qu'elle est curieuse de cette nouvelle situation. Quand bien même elle lui déplaît fortement, elle s'adresse à son fiancé jusqu'à nouvel ordre. Sa mère voudrait qu'elle unifie le Sud, plus facile à dire qu'à faire. Merde, si son royaume n'avait pas tant besoin d'alliances, ça fait longtemps qu'elle aurait fait le choix de son époux. C'est rageant.

Elle se crispe lorsqu'il énonce qu'il construira sa famille, loin de Dorne. Une famille avec elle, c'est elle qui sera censé porter leurs enfants. Devenir mère, voilà une idée sur laquelle la jeune femme n'aime pas trop s'épancher. Elle doute sérieusement de faire une bonne mère le moment venu. Tout comme elle ne peut s'empêcher de se demander si elle est fertile, étant donné que sa mère n'a donné qu'une fille à son père, qu'en sera-t-il d'Argella ? Si elle était incapable d'offrir à son royaume un héritier ? C'est une angoisse permanente qui plane sur elle.

« Je n'ai aucune intention de vous obliger à rester en permanence sur les terres de l'Orage. » Bien au contraire. Elle n'a aucune envie de ressentir la présence étouffante d'un étranger dans sa demeure, dans son lit, entre ses cuisses, en permanence. Elle envie bien trop son indépendance pour sacrifier autant.

Il lui demande de parler de son royaume. C'est bien la première fois qu'on lui demande une chose pareille, de fait elle se retrouve temporairement incapable d'énoncer quoi que ce soit. Que dire en fait ? Pour elle, c'est une évidence. Mais comment expliquer l'amour qu'elle porte à ses terres à un interlocuteur étranger ? Argella ne sait pas quoi lui relater de l'Orage.

« Nous avons des montagnes, des forêts denses et profondes, des plaines, le paysage change en permanence, rien ne se ressemble. Il pleut beaucoup, ce qui rend nos terres fertiles. Vous aurez probablement des difficultés à vous habituer à nos tempêtes, surtout celles qui frappent Accalmie. C'est assez impressionnant, mais nos murs ne sont jamais tombés. »

« Quand j'étais petite, j'étais certaine que les tempêtes m'emporteraient jusqu'au Dieu de la Mer et sa femme, Déesse du Vent. Les Dieux que mes ancêtres vénéraient avant l'arrivée des Andals et leur religion. Le Premier Roi Durran avait gagné le cœur de la fille de ces divinités, Elenei, en cédant à son amour la jeune déesse s'est condamnée à la mortalité, furieux, ses parents ont envoyé des tempêtes et des pluies violentes jusqu'à détruire tous les châteaux que mon ancêtre construisaient. Jusqu'à la construction d'Accalmie, qu'ils n'ont jamais réussi à détruire. Petite, je me disais donc que si les tempêtes m'emportaient, les Dieux seraient plus cléments envers ma forteresse et les tempêtes cesseraient en échange de ma vie. »
L'imagination enfantine. En y repensant, la jeune femme ne peut s'empêcher d'en sourire tout en secouant la tête, une imagination débordante. Déjà prête à se sacrifier pour qu'Accalmie prospère encore des Siècles sans subir ces tempêtes terrifiantes.

« Nous avons un Baral dans la cour d'Accalmie. Nous ne prions pas les Anciens Dieux, mais il est là et nous ne l'avons jamais détruit. » Il dégage beaucoup de mystères, surtout parce qu'elle connaît les légendes de son pays. « Nos forêts sont humides, l'île de Torth possède les plus belles cascades du royaume et des pics immenses. Au Nord nous avons le Bois-la-Pluie... » Argella déglutit, c'est douloureux d'énoncer ces bois dans lesquels sont père a trouvé la mort, mais ne s'arrête pas là dans son récit. Elle combat son élan de tristesse en rejetant ses cheveux en arrière, comme si cela l'aidait à reprendre contenance et empêcherait sa voix de trembler.

« Il représente plus de la moitié du territoire au nord. Nous avons la Croix du Roi, notre seconde plus importantes forêts du pays, vous pourrez voir la cime des arbres depuis Accalmie. Au Sud, nous avons des plaines, beaucoup de pêcheurs se sont installés sur le littoral. Je n'ai pas besoin de vous décrire la Mer de Dorne, par contre je vous déconseillerai de nager dans la Baie des Naufrageurs, les eaux y sont sauvages et les récifs perfides. Il faut être un excellent nageur pour en ressortir vivant. Toujours au Sud-Ouest nos collines avant qu'elles ne rejoignent les Montagnes Rouges. Notre frontière naturelle. »

Argella se tait abruptement, consciente d'avoir parlé avec trop de passion quand elle devrait se montrer froide et distante. « Nous partageons les Montagnes Rouges, vous aurez tout loisir d'y passer le plus clair de votre temps si vous ne vous acclimatez pas à notre climat. » Elle emploie de nouveau un ton plus protocolaire, plus sec et cassant et n'en dit pas plus. Elle a déjà dit plus qu'elle n'escomptait, étonnée par la facilité avec laquelle elle avait dépeint brièvement les paysages de son pays.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Ven 2 Sep - 9:01

Je savais parfaitement que moins je serais là, mieux elle se porterait. Elle n'aurait pas à faire semblant comme… En fait étant donné qu'elle ne faisait déjà pas semblant, je ne pouvais qu'être emplie de sollicitude pour pareil affirmation. Dans tous les cas, Dorne resterait la seule destination pouvant me recevoir sans que cela ne me dérange. Lui répondant donc par un sourire, me me retenait d'argumenter quoi que ce soit. Il fallait mieux la laisser mariner plutôt que de lui donner raison, ou le moindre espoir que je puisse être moi aussi de son côté à ce niveau là. Mais soyons honnête, bien que je sois motivé à l'idée de la rendre folle, je finirais par tomber moi-même dans mon piège si je ne fais rien. Je lui demandais dès lors de me parler de son pays, de me laisser l'entrevoir à travers ses mots. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle y tenait un tant soit peu pour en parler avec passion. Le pays était régulièrement secoué par des tempête, élément qui ne la faisait pas douter quand à mon aptitude à les supporter. Il pleuvait, il y avait des montagnes et des forêts, l'inverse de Dorne non ? Dorne était sec, secouée par des tempête de sable, par des canicules, Drone n'était que sable. Et puis, elle se laissa aller à quelques explications plus personnelles. Sur son enfance, ce qu'elle pensait, ses peur à l'époque. Elle s'adoucissait, ce n'était pas flagrant, mais sa voix était moins tendu, plus douce à l'évocation de son pays. Même les quelques étrangeté qu'il pouvait refermer lui arrachait une nostalgie presque reposante. Et puis il y avait les mauvais souvenirs, ceux qui l'attirèrent de nouveau dans une bulle acide. Elle finit par conclure de façon un peu brutale, comme prenant conscience que durant quelques secondes elle avait laissé place à une autre. Ça ne pouvait me démontrer qu'une chose, elle n'était pas profondément stupide, elle avait simplement un système de défenses des plus bancale. En fait, elle se comportait comme un enfant. Un enfant à qui on avait donné une couronne. Pas comme une adulte, ni même comme une reine, mais comme un enfant.

Elle finit par reprendre en m'invitant à rejoindre les Montagnes Rouges si le climat ne m'était pas agréable. Toujours cette envie de m'envoyer balader, de m'envoyer loin. Elle avait reprit son attitude supérieur, comme si nous n'étions ni du même rang, ni du même statut. Si Deria n'avait pas existé, je serais à la même place qu'elle, et Dorne serait déjà en train de bruler, mais c'est un détail.

« Je ne compte pas aller me réfugier dans des montagnes. Comment pourrais-je découvrir vos gens si je ne suis pas capable de fournir le moindre effort sur votre climat ? »

Demandais-je comme pour lui rappeler qu'elle n'avait fourni aucun effort au point qu'elle préférait mettre sa vie en danger plutôt que d'accepter le moindre présent venant d'ici.

« Et puis c'est à moi de m'acclimater, rassurez-vous donc, je resterais à vos côtés pour mener avec vous les batailles de ce pays. »

Ne m'avait-elle pas jugé plus d'une fois couard ? Je ne savais plus, une chose m'était assuré toutefois. Elle ne voulait pas de moi et moi, je voulais brusquement me battre pour ce pays, ou du moins lui laisser penser que je serais là, tout le temps. Pour l'aider ou l'handicaper à elle de voir à présent.

« Il me tarde de voir cela des mes yeux ma Reine. Votre pays me semble si fascinant. »

Ajoutais-je en la regardant droit dans les yeux. Dorne était fascinant, son pays avait l'air aussi borné et indomptable qu'elle.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 7 Sep - 20:31

Elle le trouve bien accommodant -trop- ce qui le rend légèrement -foutrement- énervant. Elle l'a voulu, mais elle aurait préféré que cela fonctionne dans le sens inverse. Elle ne doute pas de l’énerver, le fait est qu'il est doté de bien plus de patience qu'elle, Argella serait presque jalouse de ne pas posséder cette qualité s'il ne s'agissait pas de son promis. Si elle pouvait, elle lui ferait ravaler ce sourire affable, mais ce serait sans doute mal avisé. Plus qu'actuellement bien évidemment.

Argella croise le regard de Gawen, constater qu'il est mécontent est un euphémisme, et détourne son attention vers la route qu'ils poursuivent. Son conseiller ne ferait jamais l'erreur de la remettre à sa place devant témoins, il n'en pense pas moins. A un moment, quand ils auraient un minimum d'intimité, il lui fera comprendre sa position concernant sa mascarade. Qu'elle commet une grave erreur et tout ça, vous voyez le genre...Est-ce qu'elle en tiendra compte c'est une autre histoire.

Il s'acclimatera, il n'emmènera pas ses bâtards, il combattra pour le royaume qui deviendra le sien...Par les Sept, trop accommodant. Il la prend pour une imbécile, prend un malin plaisir à lui dire ce qu'elle veut entendre. Il n'en pense pas un mot bien évidemment, comme si elle allait croire tous ces boniments. Argella fait un terrible effort pour ne pas fustiger une telle hypocrisie. Autant ne lui pas accorder ce plaisir.

« Ne vous donnez pas cette peine Prince Martell, vous n'en ressentez nullement l'envie, mais vous n'aurez pas le choix. Je suis certaine que la nuance ne vous échappe pas. » Calme, distante, elle se féliciterait de garder un tel calme. « Si vous souhaitez en savoir d'avantage interrogez mes gens, ils se feront un plaisir de répondre. Je suis fatiguée. » Elle se fera un plaisir de ne pas jouer la comédie de cette conversation. Il ne faudrait pas croire qu'elle s'intéresse un tant soit peu à ce Prince ou son royaume. Un léger coup de pied dans le flanc de son destrier et elle prend un peu d'avance pour clairement faire comprendre au Prince que ce n'est pas avec elle qu'il passera le temps.

Toute la journée, Argella se contente de suivre, non sans jeter quelques coup d’œils vers le Prince, histoire de voir ce qu'il fait ou dit. Elle ne se plaint pas, même si elle est fatiguée par le voyage en mer qui l'a lessivée malgré sa nuit de sommeil. Elle donne régulièrement à boire à son cheval et font quelques pauses pour les laisser se reposer un peu avant de reprendre la route. A aucun moment, elle ne prononce la parole aux dorniens et les ignore totalement, dans le genre méprisante, elle ne pouvait faire mieux sans ouvrir la bouche.

On annonce qu'ils ne sont plus loin d'une zone où ils pourront passer la nuit, Argella soupir de soulagement. La chaleur étouffante la fatigue d'avantage qu'une journée de chevauchée dans ses terres. Elle ne cracherait pas sur de l'eau pour faire une toilette, mais qu'elle soit damnée si elle en demande a un dornien, encore moins au prince. Au fur et à mesure que le soleil disparaît à l'horizon le climat se rafraîchit, une bénédiction pour l'orageoise, elle en profite pleinement, en vient même à sourire et se détendre entourée de ses hommes, elle plaisante avec eux tandis qu'ils montent un petit campement de fortune qui se résume surtout à une tente afin de préserver un minimum l'intimité d'Argella.

La nuit tombée et la majorité des hommes endormis, Argella ne parvient pas à s'endormir malgré sa fatigue. Tourmentée, angoissée, le sommeil peine à l'emporter. Finalement, elle décide de ne plus essayer, autant se promener un peu. Sans un bruit, elle quitte sa tente et savoure l'air frais sur son visage, elle aurait froid si elle n'avait pas quitté sa robe. Un contraste plutôt saisissant par rapport à la journée.

Elle constate qu'elle n'est pas la seule à ne pas dormir, bien que l'obscurité l'empêche de déterminer avec exactitude de qui il s'agit, elle se doute que ce n'est pas un des siens. Elle avait l'intention de faire demi-tour pour s'éloigner quand elle se fige. Quelque chose est en train de remonter le long de sa jambe, tout ce qu'elle est en mesure de lâcher est un gémissement, avec ce terrible pressentiment que si elle bouge, la chose qui grimpe sous sa robe va la mordre. Que faire ?




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 7 Sep - 21:24

Elle savait faire preuve de stupidité et d'intelligence. Bien que dans le fond, je la suspectais de vouloir surtout se rassurer sur on état d'esprit, comme pour trouver une faille, quelque chose pour me repousser. Pour briser l'engagement de son père. Mais rien. Je préférais ne pas lui répondre, la laissant prendre quelques foulées d'avance par arrogance. Je ne pensais pas trouver quelqu'un de plus déterminé dans cet axe que moi. Alors, pour la faire enrager surement, je me retiens de rejoindre Lohan, sachant qu'il serait plus intéressant de commencer le travail le plus difficile, convaincre ces gens. À commencer par le plus crédule de tous, un jeune qui dans un premier temps n'osa pas me répondre, mais qui finit par s'y plier, d'abords de façon très cordiale, puis avec plus d'intérêt. Je l'interrogeais sur son pays, sans lui demander de prise de position, j'avais dans le fond juste fini par trouver quelqu'un de plus apte à communiquer. Finalement nous trouvâmes un lieu pour nous arrêter la nuit et sans tarder elle s'isola avec les siens. Je ne relevais pas, préférant aider mes hommes et Lohan à s'occuper de nos montures et des leurs au passage en donnant à boire à toutes les bêtes sans exception. Nous ne partions jamais à beaucoup et après ce genre de journée, il était hors de question de ne pas aider. La nuit s'abattit bien rapidement et après avoir mit les animaux à l'abris des prédateurs nocturne, je m'étais isolé des autres. La reine me demandait beaucoup plus de self control que prévu, et je ne pouvais clairement pas tenir la face si je ne prenais pas le temps de souffler. Un calme de courte durée car perturbé par un gémissement de terreur me poussa à regarder derrière moi. Je crus un instant à une blague, mais c'était loin d'être le cas. La reine était là, figée. Baissant les yeux, je vis la queue d'un serpent commencer à disparaitre sous sa robe. J'aurais été tenté d'ignorer, mais je ne pouvais pas le faire, ça reviendrait à ruiner mes efforts. Soupirant donc, je m'approchais à pas de velours de la souveraine, la laissant m'identifier pour ne pas la faire paniquer davantage.

« Il va falloir me faire confiance. »

Soufflais-je une fois que j'étais bien sur que mon visage soit reconnu.

« Je vais devoir soulever votre robe pour saisir la tête, si jamais je tire sur la queue, il va vous mordre. »

Et la tuer étant donné que Dorne avait cette fâcheuse réputation d'avoir dans son désert quelques reptiles venimeux qui avaient la capacité de vous tuer en quelques minutes.

« Respirez calmement d'accord ? »

Finis-je par lui demander en m'agenouillant devant elle pour soulever doucement sa robe. Robe bien épaisse qui me rappelait que sauver une Dornienne était réellement plus aisé. Remontant lentement cette dernière, je bloquais les plis de sa robe entre mon avant bras et sa hanche pour me dégager l'autre main. Le moins que l'on puisse dire, c'est que de toute l'espèce animal, elle avait choisi de se faire visiter par le plus dangereux. Approchant donc ma main sans le moindre tremblement. Je saisis la nuque de l'animal pour le retirer d'un coup sec. Il s'enroula presque aussitôt autour de mon bras, me forçant saisir une dague pour l'exécuter à même mon bras. J'étais heureux d'avoir une frappe précise, car c'était un coup à se poignarder. Jetant alors le cadavre assez loin, je me retournais vers la reine. C'est con comme une mauvaise éducation aurait pu lui couter la vie si je n'avais pas un minimum de courage ou d'envie de la maintenir en vie. L'arrogance aurait pu lui couter la vie. Et si elle avait accepté de me parler, je l'aurais sans doute mise en garde contre ce genre de danger.

« Même si ma présence, ou celle de mes hommes vous insupporte, préférez tous de même la présence d'un Dornien la nuit, nous sommes davantage aux faits des dangers qui rodent. »

Nettoyant la dague qui m'avait servie, je lui tendis avant de reprendre.

« Tout du moins, sortez armée et avec une torche. »

C'était un cadeau sans doute plus ponctuel que la robe, plus près du personnage et même si elle restait relativement typé, c'était une arme excellente qui ne me quittait jamais. Elle pouvait bien me détester, mais pour le coup, il s'agissait de sa vie. Même si la robe aussi aurait pu lui éviter quelques désagrément.

« Je sais que vous ne m'aimez pas, je n'ai pas à vous forcer, mais vous ne me connaissez pas, évitez de me juger couard, ou indigne et donnez moi la possibilité de vous démontrer que je ne suis pas qu'un homme avec un titre. »

Lui dis-je d'un ton lasse. Je n'avais pas envie de me battre.

« Je ne suis sans doute pas celui que vous espériez et je peux le comprendre. Je peux aussi comprendre que vous ne vouliez pas me connaitre, mais croyez moi, les choses seraient plus simple si vous acceptiez de ne pas me voir comme votre ennemi. Car je ne le suis pas. »

Cette alliance était bénéfique à Dorne, du moins elle le serait, je n'irais pas contre elle. Tous comme je ne rapporterais pas ce qui venait de se produire à ma soeur. Je refusais d'agir comme un imbécile, mais il n'y avait aucun intérêt  faire gonfler la colère des deux camps. J'espérais simplement qu'elle baisse les armes, qu'elle accepte de m'écouter, de me voir autrement que comme un homme à abattre, car je finirais par rentrer dans son jeu et qu'il était hors de question que Dorne paye pour mes imprudences.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 7 Sep - 22:15

Une chose immonde est en train de lui grimper dessus et elle regrette de ne pas simplement porter sa tenue masculine que sa mère déteste tant, mais pourtant si confortable. Avec un pantalon, elle pourrait plus aisément reconnaître la chose qui s'accroche à son mollet, la sensation de ce corps froid sur sa peau est tout bonnement insupportable, pire encore elle se doute bien de ce que c'est. L'animal est trop long pour ne pas le reconnaître. Un perfide serpent. Son cœur bat la chamade, un foutu serpent. C'est ainsi qu'elle va mourir ?

Des bruits de pas se font entendre derrière, elle aime pas ça, y a pas mieux comme situation pour se faire poignarder dans le dos. Ou de cette façon qu'elle mourra cette nuit. Argella commence à perdre son calme quand le visage du prince apparaît suivi de quelques paroles, très calme, bien plus calme qu'elle, qui respire trop rapidement. Il peut bien la foutre à poil pourvu qu'il la débarrasse de cette chose grimpante et mortelle. Qu'elle respire lentement ? Là c'est trop lui demander.

Le temps semble tourner au ralenti tandis qu'elle attend qu'il soulève sa robe. Qu'est-ce qu'il va faire au juste ? Pas bouger. Argella sert des dents et s'oblige à ne pas bouger d'un pouce tandis qu'il la débarrasse du serpent. Après quoi, elle bondit d'un pas en arrière et secoue le bas de sa robe comme pour s'assurer que rien ne s'y cache de plus. Elle le voit ensuite se poignarder le bras, oubliant tout ce qu'elle n'est pas censée oublier, elle se précipite vers lui pour l'en empêcher...Avant de s'admonester d'être aussi bête en le voyant poignarder le serpent. Pour sa défense, avec cette obscurité, ce n'était pas évident à déterminer de prime abord. Ce n'est pas comme si elle en avait quelque chose à faire qu'il se poignarde le bras, après l'avoir sûrement sauvé d'une mort subite, si ?

« Vous me suggérez de passer la nuit avec vous ? » Elle observe le dit poignard tendu vers elle, pommeau vers elle. Un rictus aux lèvres, elle relève les yeux vers lui. « Pourquoi sortirais-je armé quand vous semblez si prompt à me sauver des bêtes sauvages ? » Qu'il en crève après tout. Elle se gifle mentalement, ce n'est pas elle. Argella sait se montrer reconnaissante quand il le faut, pourtant, elle n'arrive pas à sortir un merci de ses lèvres. Juste parce qu'il est Dornien ou juste parce qu'il est son fiancé et qu'elle n'en a jamais voulu. Les deux probablement.

Elle se sent soudain mal à l'aise, parce qu'il y va de ses petites confidences. Enfin pas vraiment, mais le ton y est. Lasse, déjà ? Ce serait donc si simple que ça ? Argella grimace. Elle devrait se taire, ferait mieux de retourner à sa tente. Au lieu de quoi, elle fait tout l'inverse. « Je ne vous déteste pas...Pas vraiment...J'aimerais plutôt que vous me détestiez en retour, ça me rendrait la tâche plus aisée. Je n'ai pas voulu tout ça, les accords ont été signés avant que j'ai eu mon mot à dire, ça me rend furieuse. » Et cela retombe sur lui, forcément, puisque c'est avec lui qu'elle est censé régner et fonder une famille.

« Je ne peux simplement pas faire comme si tout cela ne m'affecte pas, c'est viscéral et je n'ai jamais eu pour tempérament de fermer ma gueule en attendant que ça passe. »




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Jeu 8 Sep - 1:01

Je l'avoue, mes sourcils se froncèrent d'eux même lorsqu'elle laissait entendre que mes désirs avaient été de la conduire à passer la nuit avec moi. Non. Absolument pas. J'avais suffisamment envie de lui faire passer son éducation par une baffe pour la vouloir en plus dans mon lit. Non, j'étais encore libre pour quelques jours, après il me faudrait faire semblant, habiter et occuper une couche qui ne m'inspirait nullement. Elle reprit bien assez vite, refusant une nouvelle fois tout présent en affirmant qu'elle  m'avait pour la protéger. Un merci lui aurait fait mal ? Je n'attendais pas qu'elle s'épanche sur moi, mais elle aurait pu simplement me remercier. Elle avait bien manqué d'accourir vers moi quelques minutes plutôt sur ce qu'il me semble être un malentendu. Préférant ne pas lui répondre, j'essayais de lui faire comprendre que je n'étais pas son ennemie, et contre toute attente, elle écouta, me répondant presque avec sens. Elle ne me détestait pas, elle aimerait que je la déteste pour rendre les choses plus aisée. Plus simple. Je ne voyais pas en quoi c'était simple. Mais je pouvais comprendre la frustration, le fait que l'on ait décidé pour elle. On l'avait fait aussi pour moi, mais Deria avait tout de même préféré me demander mon avis, me laisser choisir. C'était sans doute pour cela que la séparation serait moins douloureuse. Mais c'était plus fort qu'elle, elle devait se battre. Ce qui m'arracha un sourire, non pas moqueur, mais de compassion.

« Deria m'a demandé mon avis, même si je n'avais sans doute pas réellement le choix, elle m'a demandé si j'acceptais cet accord. J'ai accepté. »

Même si j'avais dit non, les choses n'auraient sans doute pas changé, les dès avaient été lancé.

« Je n'ai jamais été spécialement enjoué à l'idée d'être un support politique, j'ai d'ailleurs toujours préféré être à nos frontières, dans l'action, là ou j'avais l'impression de changer les choses. Mais oui, un mariage pour moi, ce n'était pas concret. Pourtant, j'ai accepté, en me disant que la personne que je finirais par rencontrer serait comme moi. Et qu'avec un peu de chance, on pourrait s'apprécier et accepter les choses plus facilement. »

Mais cela nécessité visiblement un minimum de réflexion. Si elle acceptait l'idée que les choses seraient plus simple si nous nous acceptions, peut-être qu'elle trouverait un réel soutien. Comme je pouvais soutenir Rhaenys. Je n'étais pas un politicien, je comprenais ce qui était viscéral, ce qui nous poussait à l'erreur. Il fallait simplement me donner l'occasion d'être cette personne.

« Quand je vous dis que je veux connaitre votre pays, votre peuple, c'est simplement car je veux me battre avec autant de rage et d'énergie pour l'Orage que je ne le ferais pour Dorne. Car que je le veuille ou non, c'est vos couleurs que je porterais le reste de ma vie, pas celle de Dorne. »

Elle était frustré, je le comprenais, je ne pouvais pas être plus avenant que ça.

« Je n'attends pas de vous que vous soyez sage, soumise, inexistante ou invisible. Je n'attends pas que vous ne soyez que silence. Au contraire. Je veux simplement arrêter de mener un tel combat alors que nous somme dans le même camps. »

Elle pouvait avoir son caractère, je m'en fichais, j'avais bien composé avec Rhaenys sans que cela ne soit jamais un soucis. Mais avec elle, c'était plus compliqué. En effet Dorne restait mon pays, mais je n'aurais pas le choix, je ne pourrais défendre Dorne qu'en défendant l'Orage, qu'en maintenant la pays ou en gagnant des batailles. Protéger Dorne passait par la réussite de l'Orage.

« Dorne ne s'offusque pas d'avoir un Prince ou une Princesse à sa tête. Je sais que l'Orage voit les choses autrement, mais jusqu'à présent, ce que je vois moi, c'est une Reine, une Reine de l'Orage voulant défendre les siens. Et cette reine ne va pas disparaitre après un mariage. »

Rassurant ? J'essayais de lui faire comprendre sans la juger. J'essayais de lui faire saisir que j'étais dans le même bateau, que je ne savais moi même pas de quoi demain serait fait. J'étais dans la même galère. Dans la même prison. Je voyais simplement plus loin. J'essayais d'être un Prince de Dorne, de correspondre à mon rang, d'accepter mon destin car je ne pourrais pas le changer. Je ne voulais pas non plus la changer, juste la laisser s'apaiser. Je ne voulais pas quitter ma famille pour entrer dans un pays en guerre, en guerre de l'intérieur.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Jeu 8 Sep - 15:10

Comment de simples mots peuvent la rendre aussi furieuse ? A lui, on demande son avis, mais elle, non. Si son père n'était pas si loin à ce moment-là, elle l'aurait volontiers confronté, au lieu de quoi il avait laissé le soin à sa femme de lui annoncer la nouvelle. C'est toujours à Rowenna que revient la tâche ingrate d'énoncer les mauvaises nouvelles à sa fille, ainsi Argilac gardait le beau rôle auprès d'Argella. Sauf qu'il n'aura plus aucun rôle à jouer auprès d'elle.

Ce n'est pourtant pas si compliqué de demander, certes, elle n'aurait pas abdiqué facilement, mais au moins aurait-elle eu son mot à dire, même si elle aurait fini par se plier à leur volonté. Ce serait illusoire de rester une femme libre plus longtemps, d'autant plus à son âge, elle a toujours su que sa responsabilité sera d'épouser un homme et donner des héritiers. Par contre, elle ne s'attendait pas à devenir reine si tôt.

Elle n'est pas ce qu'il aurait attendu d'une espèce de partenariat entre un mari et sa femme logé sur le même navire. Dire qu'elle n'accepte pas est un euphémisme. Il continue en assurant qu'il perd autant qu'elle dans cette histoire, que des choses qu'elle sait déjà. « Et ensuite ? Je suis censé vous croire sur parole ? » Son ton est acerbe, son corps raidit à nouveau, sur la défensive. Il ne l'adoucira certainement pas avec de belles paroles, on peut la qualifier de beaucoup de choses, certainement pas d'être naïve.

« Il est facile de prononcer les mots et de n'en rien penser, prononcer des promesses qu'on ne saurait tenir. » Coucher sur papier des mots qu'elle n'a nullement l'intention de respecter aussi, mais quand elle a décidé de donner sa parole, elle ne revient plus jamais dessus et ses actes parlent pour elle.

« Je ne vous connais pas, votre histoire, votre caractère, j'ignore tout des actes que vous avez entrepris pour vos gens, de vos actions pour la défense de votre pays et on me demande de faire de vous un Roi de l'Orage avant d'avoir eu l'opportunité de vous connaître en tant que Prince. Pour la simple et bonne raison que mes parents ont jugés que vous seriez le parti idéal, c'est faux, ils n'ont vu que l'opportunité d'avoir des accords avantageux pour leur fille. Ce dont je me fiche royalement en partie, tout ce que je demande, c'est un bon Roi. Le reste n'est qu'accessoire, pour qui j'écarterai les cuisses pour procréer, ou que l'on s'entende bien ou non, je m'en moque tant que mon royaume prospère, que mes gens soient en sécurité, que la guerre cesse de menacer mon territoire. Vos mots ne me convainquent pas, vos actes le feront...Peut-être. »

Elle-même doute beaucoup de faire les bons choix, elle ne saurait régner seule même avec l'aide de la Reine mère. Régner avec un inconnu venant d'un royaume qu'elle ne porte pas dans son cœur l'angoisse, à moins qu'elle trouve le moyen d'annuler ce mariage. Tout dépendra de sa rencontre avec la Princesse Martell et si elle prendra le risque d'annuler l'alliance si elle refuse.




COME WHAT MAY
I AM WAR. THOU SHALT MAKE WAR, TO LOSE REASON.
COME WHAT MAY,
I AM HELL. HELL THOU SHALT LIVE
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage & Dame d'Accalmie. Epouse de Roward Martell, Princesse de Dorne.
Âge du Personnage: 24 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING. A BODY DEVOURED BY HATED, MOTIVATED BY REVENGE.
Messages : 2668
Membre du mois : 20
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : Impétueuse, Passionnée, Bagarreuse, Indépendante, Fière, Téméraire, Intransigeante, Aventurière
I AM ONLY ANGER AND SUFFERING.  A BODY DEVOURED BY HATED,  MOTIVATED BY REVENGE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   Mer 28 Sep - 18:15

« Non. » déclarais-je simplement pour lui répondre. Non elle n'était pas censé me croire, elle pouvait faire ce qu'elle voulait de l'information, je n'avais pas à me battre éternellement pour elle. Je ne pourrais pas le faire. Elle était sur la défensive, et elle allait finir par me pousser tellement à bout que je n'étais pas certain de pouvoir m'épargner moi-même. J'avais joué la carte de la connerie, elle m'avait épuisé. Elle avait raison de se méfier, mais elle ne me laissait en aucun cas le bénéfice du doute. C'était ça que je ne cautionnais pas. J'étais un bon prince, pas le meilleur, mais je faisais tous pour mon peuple, pour les protéger, les sauver. Je ne sais pas ce que je serais en tant que Roi, mais j'allais faire ce qu'il fallait pour ne pas se perdre dans une guerre, pour ne pas briser Dorne à travers l'Orage. Souriant finalement, elle venait de m'épuiser au plus au point. Je n'avais pas envie d'en faire plus pour ce soir, réellement. Elle m'avait prit toute volonté.

« Je vous prouverais donc ma valeur si cela demeure la seule façon de vous convaincre. »

Tournant alors la tête, je sifflais un de mes hommes qui ne tarda pas à arriver au petit trot.

« Va chercher un des hommes de sa majesté. »

Déclarais-je avant qu'il ne disparaisse. Elle n'avait pas confiance en Dorne, je n'allais pas lui sauver la vie, ni la risquer une fois de plus ce soir.

« Une fois votre homme arrivé, je prendrais congés. »

Étant donné qu'elle n'avait de toute évidence pas assez d'éducation pour saisir le moindre intérêt à tout cela. Elle ne ferait jamais tenir son pays. J'allais droit dans le mur pour Dorne. Un de ses soldats finit par arriver, me laissant alors partir sans regret. Sans regard en arrière. J'avais saisi qu'elle n'accepterait pas qu'on la pousse, j'avais saisi qu'elle ne chercherait pas à rendre les choses plus douce. Rejoignant Lohan et quelques hommes, je pris place autour d'un feu, profitant de la jovialité de ce beau monde pour me sortir de la tête le fait que j'allais épouser une personne dénuée de tact.


"because you know we'll make it through"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prince
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 210
Membre du mois : 21
Célébrité : Ben Barnes
Maison : Martell
Caractère : Brave - Téméraire - Passionné - Fier - Bagarreur – Protecteur - Impulsif - Possessif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie [Tour 3 - Terminé]
» Amber S. Hope ☇ La vie, ce n'est pas d'attendre que les orages passent. C'est d'apprendre comment danser sous la pluie.
» La vie c'est pas d'attendre que le mauvais temps passe, c'est d'apprendre à chasser sous la pluie (Aileen)
» Une balade sous la pluie
» Que peut-on attendre des dirigeants haitiens?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Dorne
-
Sauter vers: