AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mar 12 Juil - 18:07

Il n'était pas si aisé que ça de se départir des troubles qui pouvaient vous saisir. C'était un peu comme marcher avec un gravillon dans la chaussure : une sensation très désagréable, et qui continuerait de vous lancer tant que vous ne prendriez pas votre courage à deux mains pour vous déchausser et pour vous débarrasser du petit importun. Elle espérait si ardemment que de fermer les yeux et de se tenir éloignée de celui qui était désormais son fiancé puisse en quoi que ce soit solutionner ses réflexions tourmentées et faire disparaître toutes ces inquiétudes qui l'empêchaient parfois de dormir lorsque cela ne la réveillait pas en pleine nuit. Les choses ne s'arrangeaient donc pas, pour elle, sans que cela ne change quoi que ce soit à la situation. Les fiançailles tenaient, malgré tout, et le mariage était plus que jamais à l'ordre du jour jusqu'à ce que les troubles de Falwell ne viennent repousser la date des noces. On ne pouvait se marier si l'époux était absent, et la précipitation n'était pas de mise, pas lorsque la future épouse se trouvait être de rang princier. C'était en tout cas ce que lui avaient dit ses parents. Megara en avait en quelque sorte éprouvée un grand soulagement, comme si, soudainement, ne lui importait plus que le fait que l'on est repoussé le moment fatidique.

Inutile de dire qu'elle s'en était voulue, très rapidement, de penser si égoïstement. Il était question de troubles, tout de même, alors même que Lyman et Gareth étaient visiblement sur le point d'être envoyés sur place pour régler la situation. Mais loin de pousser la Princesse à se rapprocher de son promis avant son départ, cela l'amenait à continuer sur sa lancée, c'est à dire à continuer d'esquiver toute entrevue avec le jeune homme. Ainsi, présentement, elle était aux jardins, occupée à contempler les bosquets et les fleurs, non sans en cueillir quelques unes parmi ces dernières. Pas forcément pour leur beauté, ou leur parfum, mais parce qu'elle souhaitait se consacrer à la réalisation de quelques onguents ainsi que de baumes parfumés. Elle sectionnait les tiges, à l'aide d'un petit couteau en argent, avant de déposer les fleurs dans le panier tenu par l'une de ses dames de compagnie, le tout sous l’œil attentif du garde dépêché pour sa protection. Pas qu'elle risque d'être agressée de quelque façon que ce soit au sein de cette forteresse qui était sienne. Non, l'agresseur, à tout instant, cela risquait surtout d'être elle. Et, en un instant tel que celui-ci, si ses pensées allaient et venaient, tourbillonnant de sujet en sujet, jamais elles ne venaient s'enquérir de sa situation de fiancée. Megara fuyait comme la léprose ce genre de pensée. Elle se concentrait sur ce qu'elle faisait, non sans profiter de cet instant en plein air pour discuter de divers sujets avec sa dame de compagnie. Elle essayait bien, à intervalles réguliers, d'insérer leur compagnon dans la discussion, pour le dérider quelque peu, mais cela ne fonctionnait que très peu.

    ❧ Du laurier rose ! Maestre Aethon en utilisait souvent pour Lyman après ses entraînements aux armes, quand il était plus jeune. Maintenant, mon frère donne plus de coups qu'il n'en reçoit il me semble ! ❧ La Princesse du Roc laissa alors fuser d'entre ses lèvres un léger éclat de rire, musical et teintant, un sourire épanoui aux lèvres. Oui, il n'y avait pas à dire, elle se sentait le cœur un peu plus léger dès lors qu'elle s'affairait pour ne pas laisser le cours de ses pensées divaguer vers les sujets lui étant sensibles. Et ce ne fut qu'en apercevant le garde se guinder quelque peu qu'elle perdit son sourire. De quoi lui faire tourner la tête dans la même direction que lui, pour alors apercevoir qu'ils avaient de la visite. D'étonnement autant que de surprise, et de crainte aussi, quelque peu, elle en oublia d'être suffisamment à son affaire, occupée à couper une branche du dît laurier rose, s’entaillant quelque peu l'un des doigts. ❧ ... Gareth ! ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mar 12 Juil - 20:28

Je tourne en rond dans mes appartements depuis le lever du jour, sans bien arriver à trouver une tache qui m'occupe suffisamment longtemps pour que j'arrive à me vider l'esprit. J'ai bien moins mal à l'épaule et le Mestre m'a sommé d'arrêter les entrainements pour quelques jours tout du moins. Alors j'essaie de l'écouter, autant que possible, même si je me sens bien trop inactif à mon goût. Et le départ imminent pour Falewell n'est pas pour rendre serein. J'essaie d'éviter de penser autant que possible à Lynara, que j'évite avec une adresse toute particulière depuis notre tête à tête dans la volière. Je ne suis pas fier de moi, bien au contraire et je ne veux pas prendre le risque que les choses dérapent de nouveau, ne serait-ce que pour sa réputation. Et parce que je ne suis pas sûr de la réaction de ma promise à ce sujet.

Promise qui m'évite tout aussi bien que je le fais avec la majorité des habitants de Castral Roc. Mais, si je me plais à l'exercice, en être la victime est bien moins agréable. Pour être parfaitement honnête, je m'en suis très bien accommodé les premiers jours. Mais, à mesure que le temps passe, j'avoue que la situation ne me convient pas du tout. Alors, comme je ne peux pas rester entre ces murs sans avoir l'impression de perdre la tête, je me décide à la chercher, une fois de plus, en espérant que cette fois, ce sera couronné de succès.

Je tourne longtemps dans les couloirs du château avant de l'apercevoir dans les jardins. De loin. Elle a l'air de rire et je me fige un instant, me remémorant les propos de Jeyne qui m'avait rappelé à quel point ma promise était belle. Je n'y avais jamais vraiment fait attention jusqu'alors mais je réalise qu'elle a raison. Et que, malgré sa maladie, je peux m'estimer chanceux. Même si… je secoue la tête, essayant de ne pas laisser divaguer mes pensées et je m'avance, d'un pas que je veux décidé. Mon arrivée la surprend, plus que je ne l'aurais cru. J'en viens à regretter ma décision mais je la fixe pourtant, sans la quitter des yeux.

"Bonjour Megara."

J'ai un bref hochement en tête en direction du garde et un sourire complice vers la dame de compagnie dont je vois les joues rosir avant de reporter mon attention sur la Princesse.

"Je suis désolé, je ne voulais pas te surprendre. J'espère que tu ne t'es pas fait mal. Mais il est vrai que Lyman donne bien plus de coups qu'il n'en reçoit, heureusement pour lui. Même si je n'ai aucun doute quant à l'utilité des décoctions que le Mestre pourra faire avec ces plantes, ne serait-ce que pour compenser ma maladresse actuelle."

Je désigne ses doigts d'un mouvement de tête avant lui tendre un mouchoir, laissant filer un silence, un peu hésitant. Mais, maintenant que je suis là, je ne vais pas faire marche arrière non ? Alors, je jette un regard à son garde et à sa dame de compagnie avant de souffler, d'un ton doux mais qui ne souffre pas vraiment de réplique.

"J'aimerais discuter avec son Altesse en privé. Merci."

J'attend quelques instants, les laissant s'éloigner et esquissant un sourire en voyant que le garde se poste non loin. Sans être à portée de voix mais prêt à intervenir si nécessaire. C'est une bonne chose, même si, après ma conversation avec la Reine, je sais également quelle autre utilité a ce garde. Et j'avoue avoir un peu de mal à être totalement serein vis-à-vis de la position qu'il a face à Megara.

Je toussote alors, me massant la nuque avant de reprendre, d'une voix toujours aussi calme.

"Dire que tu es difficile à voir est un doux euphémisme Megara. Pour un peu, je croirais que tu m'évites. Ce que je pourrais tout à fait comprendre, ayant eu envie d'éviter le monde entier lors de mon retour à Castral Roc. Mais je me suis dit qu'il serait peut-être … judicieux que nous discutions un peu avant mon départ. Tu ne penses pas ?"

J'essaie de rester léger, de guetter ses réactions, me demandant si je dois la laisser en paix ou pas. Mais l'idée de ne la recroiser que le jour de nos noces a quelque chose de particulièrement dérangeant. Nous n'avons certes jamais été vraiment proches mais de là à ne pas nous adresser la parole, ce serait tout de même fort dommage. Et bien loin de mon engagement à faire en sorte que les choses se passent au mieux, pour moi comme pour elle.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Jeu 14 Juil - 23:00

Naïve ... Ingénue ... Virginale ... C'était là trois termes que certains utilisaient pour la caractériser, à plus ou moins bon escient d'ailleurs. Naïve et ingénue, elle l'était, sans aucun doute. Parce qu'elle pensait sans doute vainement que les choses pouvaient s'arranger d'elles-même si on y mettait du sien et si on priait fort, très fort, régulièrement, ardemment, et avec dévotion. Malheureusement pour elle, cela n'était pas le cas, n'est-ce pas ? La question de cette virginité perdue, ou plutôt le contexte de son dépucelage, était le parfait exemple de ces causes que l'on espère désespérément et inutilement voir se résoudre un beau jour, à force de prières et de dévotion. De la même façon, présentement, elle pourrait fermer les yeux autant qu'elle le voudrait, cela ne ferait en rien disparaître la silhouette de son fiancé qui s'avançait déjà vers elle. Au contraire, cela lui donnerait un air bien trop enfantin et puéril à son goût. De toute façon, la surprise prenait le pas sur la moindre autre réaction de sa part, dans un premier temps. Si elle resta muette et interdite durant les premiers mots de Gareth, elle choisit de se rattraper au plus vite en reprenant pied avec la réalité. Elle était loin d'avoir un retard mentale, ou d'être bègue, et bien que Gareth la connaissait suffisamment pour savoir cela, inutile de lui donner le moindre doute sorti d'on ne sait trop où, n'est-ce pas ?
    ❧ Ce n'est rien. Inutile de t'excuser. ❧ Sans être la plus pointilleuse et hautaine des nobles dames, ce qui pourrait pourtant être légitime aux yeux de certains de par son rang princier, en règle générale, Megara tenait à ce qu'on la vouvoie et qu'on ne fasse jamais trop usage de familiarité avec elle, parce qu'il s'agissait de respect, non ? Mais Gareth n'était pas un parfait étranger, et, pour ainsi dire, il faisait partie de sa vie, en périphérie, certes, mais tout de même, depuis suffisamment longtemps pour qu'elle ne s'arque pas sur ses grands chevaux et les remette tous deux en situation hiérarchique. ❧ Pourtant, parfois, mon cher frère mériterait des coups d'épée en bois sur la tête ... ❧
Elle rougit quelque peu, d'amusement, et parce qu'elle se sentait soudainement si peu sûre d'elle, en sa présence, avant d'analyser en partie ce qu'il venait de lui dire. Se faire mal ? ... Oh, oui, maintenant qu'il le disait, et maintenant que l'effet de surprise disparaissait, elle sentait poindre les élancements de cette coupure sur son doigt. Ce qui la poussait à froncer le nez, face à cette douleur qui arrivait soudainement, avant de tendre délicatement la main vers ce mouchoir qu'il lui tendait. Posant un rapide regard sur la plaie, elle constata que celle-ci n'était pas très large, mais tout de même suffisamment profonde pour que perle du sang. Déjà, il demande à ce qu'on les laisse seuls, et Megara sentit bien malgré elle toute sa silhouette réagir à ces paroles. Des paroles que, d'un regard, son garde du corps attitré cherche à lui voir confirmer, alors qu'elle dépose dans le panier de sa dame de compagnie le dît couteau, objet de sa blessure. Elle est Princesse, après tout, et rien ne la surprend jamais quand un domestique, un serviteur ou même un garde ou l'une de ses dames de compagnie s'attende à ce qu'elle est le dernier mot décisionnel face à une demande émanant d'un être moins haut placé dans la hiérarchie. Elle acquiesce alors de la tête, confirmant l'ordre donné par Gareth, non sans donner ses instructions personnelles à sa dame de compagnie.
    ❧ Déposes le panier dans ma chambre. Je m'en occuperais plus tard. ❧ Et déjà, la voilà seule, ou presque, en compagnie de son promis, et ce même si son garde personnel va se poster à une distante raisonnable, tout en restant dans le périmètre. Et face aux nouvelles paroles de Gareth, Megara se sent encore plus rougir, alors que, d'une main gracieuse mais légèrement hésitante, elle vient replacer le pendentif qu'elle porte en permanence autour du coup, cette tête de lion, signe de son appartenance à la lignée royale des Lannister. Un instant, elle n'ose le regard dans les yeux, préférant presque observer les parcelles du mouchoir qui se teinte de sang, doucement, et par capillarité, sans nul doute. Finalement, elle releva les yeux vers lui, avant de lui répondre, suite à une profonde inspiration respiratoire. ❧ Je suis désolée Gareth. Désolée de ne pouvoir te détromper, mais je n'ai effectivement rien fait pour favoriser la moindre rencontre entre nous. ❧ En d'autres termes, elle l'avait fuis, oui. ❧ Je pense aussi qu'il est nécessaire que nous discutions, compte tenu des circonstances actuelles. ❧ Même si, d'elle-même, elle n'aurait pas initié la moindre rencontre ... ❧ Je suis en tord, je le sais, et cela ne me ressemble pas de fuir telle une souris. Ce n'est en tout cas pas l'être que je veux devenir. Et ... Et je te pris d'accepter mes condoléances, même si celles-ci viennent un peu tard. T'envoyer la moindre missive m'aurait semblé froid et détaché, et ... ❧ Et elle hésitait, était quelque peu fébrile, aussi. ❧ Peut-être serions-nous plus à l'aise une fois installés sur l'un des bancs ? Cela aurait d'ailleurs dû être la première de mes politesses que de te proposer de t'asseoir. Je manque à tous les préceptes que l'on m'a inculquée. ❧ Elle lui adresse un sourire le plus doux possible, quoi que loin d'être des plus assurés. Sa sincérité n'était en tout cas pas à remettre en question, alors que Megara s'attendait à ce qu'il acquiesce ou non à sa proposition, non sans être prête à se saisir de son bras s'il le lui proposait.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Ven 22 Juil - 14:59

J'aimerais dire que d'apercevoir la silhouette de Megara me permet de saisir une évidence qui m'aurait échappé jusque là, d'avoir enfin des certitudes et de me faire plus serein quant à l'avenir qui  nous est réservé. Mais, bien évidemment, il n'en est rien. Malgré le secret qui est le sien, j'arrive tout de même à la trouver charmante, attachante, me rendant compte que la distance qu'elle a instauré entre nous n'était peut-être pas simplement due à notre différence de statut ou à mon caractère qui aurait pu lui déplaire. Ou peut-être pas. Je ne saurais dire si j'ai réellement envie de connaitre la réponse à cette question ou si, plutôt, je préfère passer outre le passif que nous avons pu avoir ou non, afin de me focaliser sur cet avenir qui est sensé être le notre à court terme.

Je réprime un soupir à grand peine alors qu'elle sursaute et qu'elle semble tout sauf à son aise, sans bien savoir par où commencer. Mais, paradoxalement, je me dis que sa gêne fait probablement écho à la mienne et qu'il serait idiot d'en rajouter si je veux que les choses se passent aussi bien que possible. Je chasse les pensées qui pourraient parasiter cet instant et je me focalise sur Megara alors que j'esquisse un sourire à ses propos.

"J'ai essayé à plusieurs reprises les coups d'épée mais il faut croire qu'il a la tête aussi dure que la dite arme. Mais tu pourrais t'y essayer, sait-on jamais, tu aurais au moins l'effet de surprise pour toi et tu pourrais arriver à tes fins."

Je ne sais si j'aurais vraiment du prendre les devants en demandant à ceux qui lui tiennent compagnie de nous laisser mais le mal étant fait, je guette sa réaction, essayant de garder un calme sommes toutes de façade alors que je vois qu'elle se crispe légèrement. Là encore, je sens une inquiétude me gagner, me demandant vaguement si elle ne va pas me renvoyer à une place supposément être la mienne, quand bien même nous sommes fiancés, et que je n'ai jamais vraiment tenue auprès des enfants Lannister. Sauf avec elle, surtout depuis qu'elle a instauré cette distance entre nous. Mais elle finit par les congédier et, même si je sens le regard du garde peser sur moi, je ne m'en soucie guère, tout occupé que je suis à écouter la Princesse avec une attention non feinte, réprimant de justesse un soupir de soulagement.

"Tu n'as pas besoin de t'excuser. Comme je te l'ai dis, je n'ai guère fait d'efforts de mon coté. Nous pouvons dire que nous sommes quittes pour cette fois non ?"

Je la fixe longuement dans les yeux avant de reprendre, d'une voix toujours aussi tranquille.

"Je suis heureux de voir que tu es prête à discuter en tout cas. Je t'avoue que je n'aurais pas trop su comment réagir si tu avais tenté de m'éviter une fois de plus. Certes, je ne t'ai pas vraiment laissé le choix et j'en suis désolé, ce n'est pas mon genre d'agir de la sorte mais le contexte est peu habituel également."

Je me fige un peu quand elle me présente ses condoléances et je fixe le sol quelques instants, essayant de reprendre une contenance. Je devrais être habitué à ce genre de mots, surtout qu'ils ont été prononcés à maintes reprises ces derniers jours et pourtant, quand je les sens sincères comme c'est le cas en cet instant, j'ai toujours du mal à les accepter.

"Je… merci. Cela ne vient pas trop tard et je préfère te l'entendre dire qu'une missive effectivement. Même si écrire semble plus simple ces derniers temps. Probablement parce que cela m'évite d'avoir à affronter les gens. Ce qui n'est guère courageux n'est ce pas ?"

Impossible de ne pas sentir son hésitation, de ne pas voir qu'elle autant de mal que moi à trouver les bons mots qui sonneront les plus justes et j'essaie de lui rendre son sourire, comme si, de cette façon, elle pouvait comprendre que je ne cherche pas à la mettre en défaut, que c'est aussi difficile pour moi que pour elle.

"L'on peut dire que les préceptes qui nous ont été indiqués sont quelque peu difficiles à suivre, tu ne trouves pas ? Il faut dire que je ne m'attendais pas vraiment à ce que les choses évoluent de la sorte. Et j'imagine qu'il en est de même pour toi. Mais voilà que moi aussi j'en oublie les bases."

Je lui présente alors mon bras avec un semblant de courbette, arrivant à me faire malicieux l'espace d'un instant avant de souffler, d'un ton léger.

"Si son Altesse veut bien me faire l'honneur de m'accompagner jusqu'à ce banc, nous pourrons y discuter plus à l'aise de ce qui nous attend, sans qu'aucun de nous n'ait le sentiment d'avoir les genoux qui tremblent ou quelque chose du même acabit."

Autant essayer de ne pas trop dramatiser une situation déjà pour le moins délicate non ? Et Megara semble y mettre beaucoup de bonne volonté. Si je veux garder cette idée d'avoir une relation aussi saine que possible malgré les circonstances, il faudra que je fasse de même et qu'essaie d'être le plus franc possible sans la heurter. Voilà qui va être autrement plus délicat.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Dim 31 Juil - 0:23

Tout ceci était assez étrange et déstabilisant. Bien que des trois enfants princiers, c'était d'elle que Gareth était le moins proche, cela n'empêchait en rien pour elle de savoir qu'elle pouvait lui faire confiance, et qu'elle n'avait nulle crainte à avoir, nulle peur à nourrir venant de lui. Megara savait que bien qu'une grande amitié et complicité liait son fiancé à son frère, Lyman n'hésiterait sûrement jamais à prendre sa défense à elle si quelque querelle sérieuse venait à opposer Megara et Gareth. Cela ne serait que son devoir de prince, après tout, que de veiller à sa sécurité et à sa protection, d'autant plus qu'elle était Princesse du Roc, et d'autant plus encore parce qu'elle était sa sœur. Heureusement, de tels horizons ne pointeraient sûrement jamais leur nez dans leur ciel à tous trois. Alors, oui, auprès de lui, et bien qu'en tête à tête et donc dans une certaine intimité partagée à deux, Megara devrait se sentir pleinement en sécurité, en mesure d'être elle-même sans fard ni masque diplomatique et poli à adopter. Il la connaissait tout de même suffisamment, malgré leur proximité moindre comparée à celle qu'il partageait avec l'aîné et la benjamine de la fratrie Lannister, pour savoir celle qu'elle était et celle qu'elle n'était pas. Elle savait qu'il n'était pas le premier à vous juger, ni même le dernier à prendre pour argent comptant tout ce qui pouvait bien se dire et se raconter. Cependant ... Cependant, malgré tous ces éléments qui pourraient normalement la pousser à ne pas craindre d'être en sa présence et à se sentir parfaitement à l'aise, parfaitement elle-même, là, maintenant, ici, avec lui, il y avait tout ce pan d'elle-même qui l'empêchait de se sentir détendue. L'avait-on informé du cadeau empoisonné qu'on lui faisait, en lui ayant promis sa main ? Il ne s'agissait nullement d'un présent, sans doute, de toute façon ...

Savait-il, pour elle, pour le mal qui la rongeait, pour cette malédiction qui s'était abattue sur elle sans qu'elle n'en saisisse les causes et les raisons profondes ? Jordane la préservait telle une lionne acharnée de toute atteinte, de toute trop grande tentation, aussi. D'une certaine façon, elle lui dissimulait bien des vérités, mais c'était pou son bien, n'est-ce pas ? En attendant, si nombreux étaient ceux qui pensaient que Megara vivait dans une tour dorée où aucune information venant de l'extérieur ne pouvait pénétrer, sa relative naïveté avait tout de même ses limites, fort heureusement. Il serait tellement plus simple et apaisant pour elle de pouvoir parler de tout ceci avec les siens, de se confier à sa cadette, Nymeria possédant cette franchise sans borne, qui allait droit au but et droit à la logique pure et dure, naturelle. Plus simple aussi de pouvoir parler de tout ceci avec Gareth afin de connaître le fond de sa pensée, et le degré de tolérance dont il disposait. Mais ces choses là n'étaient pas exactement de celles dont on pouvait si aisément discuter, n'est-ce pas ? Surtout en de tels lieux, sans préambule, et alors qu'il y avait cette union maritale si prochaine, à peine retarder par cette mission qui incombait à Lyman en tant que futur roi, et par ricochets, également à Gareth, en tant que proche du prince et responsable de sa garde. Alors, d'une certaine façon, sans doute serait-il plus simple et moins problématique pour elle de continuer à taquiner légèrement son frère, pourtant grand absent, et ce parce qu'en tant que princesse et sœur du principal intéressé, elle pouvait se le permettre, mais cela ne durerait toujours qu'un temps et ne ferait que retarder l'échéance, noyer le poisson dans l'eau, rester en surface et fuir perpétuellement en avant. Ce qui n'était sans doute bon pour aucun d'eux. Ni pour lui, ni même pour elle. Pour eux qui, visiblement, s'étaient délibérément et respectivement esquivé depuis l'annonce de ces fameuses fiançailles. Cependant, un tel aveu de sa part à lui la surprit quelque peu. Sans doute parce qu'elle ne s'était jamais imaginée qu'il puisse faire de même la concernant. Après tout, elle se savait agréable à regarder ainsi qu'agréable à vivre, et puisqu'il ignorait tout de ce ver dans la pomme ... Mais peut-être avait-il eu ses propres projets pour le futur, que ceux-ci s'étaient retrouvés bouleversés, et qu'il l'en tenait, elle, pour responsable ? Un instant, elle redressa son regard noisette vers lui, penchant quelque peu la tête de côté, une moue douce et songeuse sur le visage, avant de se reprendre et de perdre de son audace visuel.

    ❧ Nous sommes quittes alors, oui. Mais tu aurais été et tu es d'ailleurs dans ton droit de m'adresser tes reproches. Mon attitude doit sans doute soulever des interrogations dans ton esprit, et même si nos destinées ne sont pas encore officiellement liées, mes parents n'ont semble-t-il nulle intention d'annuler nos noces, et ils attendent sans doute également de moi que je tiennes mon rang, non pas unique de princesse, mais également de future épouse ... Si tu n'étais pas venu aujourd'hui vers moi, il y a de fortes probabilités que nous ne nous soyons revus que face au Septon. ❧ Lorsqu'elle lui présente ses condoléances, elle se veut sincère. Car mentir n'est pas dans ses habitudes. On ne lui a pas appris à mentir, mais plutôt à dissimuler la vérité, ce qui est tout à fait autre chose. Mais elle n'a aucun raison, présentement, de jouer sur un autre tableau concernant ces récentes et tragiques disparitions. On ne dissimule la vérité, semble-t-il, que par intérêt, et Megara n'a rien à gagner ni même à perdre concernant ce sujet là. ❧ ... Si tu n'est pas courageux, alors je suis la plus lâche des âmes vivant en ce royaume. ❧

Cette confession a franchi le seuil de ses lèvres sans qu'elle n'y pense, sans qu'elle ne pèse ses mots ou les choisisse délibérément. Elle a réagit en toute franchise, soulignant à mots couverts, sans réellement le dire ni même le reconnaître, qu'elle est la moins bien placée pour lui faire le moindre reproche ou lui prodiguer le moindre conseil concernant le fait d'éviter les gens, de se tenir à l'écart, de quelque peu s'isoler. Elle réalise rapidement qu'elle n'a sans doute jamais été aussi franche en sa présence depuis longtemps, et cela ne lui donne pas l'impression de se sentir pousser des ailes. Cependant, cela ne lui donne pas non plus l'impression de brusquement sentir le sol s'entrouvrir sous ses pieds en menaçant de l'avaler toute entière. Malgré tout, non, elle ne sent pas une nouvelle pointe de rougeur empourprer ses joues. Sans trop savoir pourquoi d'ailleurs. Sans doute parce qu'elle n'a nulle honte de savoir se montrer franche, et que cela dépasse pour une fois sa honte d'être cette princesse fuyarde, qui se dérobe, s'isole, se réfugie dans la prière et se coupe quelque peu de la jeune fille qu'elle était autrefois pour donner une image d'elle qui ne reflète pas celle qu'elle est réellement, celle qu'elle est profondément. A moins qu'elle ne puisse guère pouvoir être encore plus rougissante et hésitante qu'elle l'est actuellement. Peut-être cela explique-t-il, alors, pourquoi, un instant, elle accepte de se prêter au jeu, d'accepter ce bras qu'il lui tend, à moins qu'on ne l'ait trop bien élevée pour se montrer impolie et bêcheuse. Elle n'effectue aucune révérence devant lui, bien qu'elle incline positivement la tête face à lui : elle n'en oublie pas leur rang respectif, celui qui demeure, pour l'instant, et s'il veut réellement se montrer quelque peu malicieux, rien ne lui en coûte, à elle, d'entrer dans son jeu. Alors, elle se saisit de son bras, et le laisse l'entraîner jusqu'au banc le plus proche. Non sans pouvoir s'empêcher de sentir quelques bourdonnements et pétillements en elle, lorsqu'elle ressent sa chaleur corporelle contre le tissu de ses atours et de par leur proximité corporelle, le tout sans pouvoir non plus s'empêcher de respirer le même air que lui, de sentir ce bouquet tout masculin qui est le sien, composé de milles senteurs bien à lui, récoltées de par ses habitudes de vie, les lieux de ses fréquentations, ça, et tout le reste, alors que l'odeur des fleurs doit bien embaumer ses propres mains à elle. Un instant, son emprise sur son bras se raffermit, comme par réflexe, ou par peur qu'il ne se dérobe et ne la laisse seule, ou bien parce qu'elle craint de chanceler, ou qu'elle a juste terriblement envie de ne pas le lâcher. Enfin, elle relâche son bras, une fois arrivée face au banc qui accueillera le contact de son fessier, alors qu'elle s'assoit non sans faire le moindre faux pli à sa robe, et ce sans même y prêter attention. Elle a juste appris à s'asseoir convenablement, et telle une princesse.

    ❧ Je te prie de bien vouloir me pardonner si je te semble inconstante et versatile, mais tout ceci m'a prise par surprise. Cela ne vient pas de toi, du moins, pas directement ... ❧ Elle croise les mains sur ses genoux, les joignant et les tordant quelque peu, incertaine et peu assurée d'elle-même, le tout sans réellement le regarder droit dans les yeux, même si son regard se porte bien sur lui, au niveau de son torse.


Dernière édition par Megara Lannister le Mar 2 Aoû - 18:32, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Lun 1 Aoû - 13:00

J'essaie d'agir comme à mon habitude avec Megara, à faire quelques tentatives d'humour, surtout concernant Lyman mais, outre le fait que je ne suis moi-même pas convaincu par ce que je raconte, j'ai conscience que la situation ne s'y prête guère. Je note cependant que la Princesse s'y essaie également, comme si elle savait qu'il nous fallait bien commencer quelque part et je suis soulagé qu'elle ne cherche pas à m'éviter ou qu'elle ne se soit pas déjà enfuie. Peut-être qu'elle le fera quand nous commencerons à parler, mais je ne peux guère m'avancer à ce propos et je n'ai pas envie d'ignorer les difficultés que nous allons forcément rencontrer.

Je sais pertinemment que nous n'aurons probablement pas l'occasion de passer du temps seuls à seuls avant notre mariage, à moins de vraiment le rechercher, ce qui ne semble pas être le cas de Megara et à peine le mien, alors autant essayer de profiter de cet instant autant que possible. D'autant que nous sommes vraiment tranquilles, il n'y a vraisemblablement aucune oreille indiscrète prête à nous interrompre ou à colporter quelque rumeur qui pourrait sortir de notre discussion.

J'ai un bref sourire à ses propos, assimilant ce qu'elle me dit et l'analysant d'un œil neuf, auquel je ne me serais pas attendu. C'est ainsi, un peu perdu dans ces pensées qui se bousculent un peu, que je lâche, d'un ton un peu hésitant.

"Je… je t'avoue que j'ai encore du mal à t'imaginer dans ton rôle de future épouse… et de ma future épouse qui plus est. Alors je ne risque pas de t'adresser le moindre reproche. Je peux comprendre tes réticences à vouloir passer du temps seule à seul avec moi mais j'avoue que je n'aurais probablement pas apprécié ne te voir que face au Septon. Et pire encore, je n'aurais pas vraiment aimé que notre seul tête à tête se fasse après le mariage, sans que nous ayons eu le temps de discuter avant."

Et là je réalise à quel point notre situation va être délicate. Nous aussi peu à l'aise l'un que l'autre. Pour des raisons différentes certes mais qui ne vont pas nous aider. Je lui adresse un sourire qui se veut aussi doux que possible quand elle me présente ses condoléances et surtout, au reste de ses propos. Ce serait Nymeria, elle aurait eu droit à une bourrade amicale ou quelque chose du même acabit. Là, je ne sais pas vraiment quoi faire. Alors je me frotte la nuque un instant avant de répondre, à mi-voix.

"Je te garantis que je suis tout sauf courageux. Mais je fais bonne figure. Voilà bien quelque chose que nous avons appris à faire depuis longtemps toi et moi. Et je suis persuadé que tu es tout autant courageuse que moi. Cela se traduit juste différemment. En tout cas, j'ai décidé que ma future femme était comme ça, ne m'oblige pas déjà à démentir mes propres propos."

Je la fixe un instant, comprenant qu'elle fait preuve d'une franchise peu habituelle chez une femme de son rang. Je ne sais si c'est du à la proximité que nous avons, enfin plutôt que j'ai avec sa fratrie ou s'il y a autre chose. Toujours est-il que cela me conforte dans mon ambition première, même si je ne sais pas vraiment comment aborder la chose avec elle. Surtout quand elle décide de prendre mon bras et que je l'amène un peu à l'écart sur un de ces nombreux que nous devons connaitre aussi bien l'un que l'autre. Je laisse filer un instant de silence, remarquant des détails qui ne m'avaient jamais effleurés auparavant, comme sa taille, sa façon de se tenir. Depuis toujours ou presque Megara n'a été qu'une ombre dans mon existence. Elle ne voulait pas s'en mêler et je n'ai guère insisté, comprenant que nous n'étions pas du même monde. Mais maintenant que nos existences vont être inextricablement liées, il va nous falloir agir autrement.

Quand je sens son étreinte se raffermir sur mon bras, je ne peux m'empêcher de poser ma main sur la sienne, brièvement, avant qu'elle ne me relâche et que nous nous installons sur le banc. Et le silence s'installe entre nous à nouveau alors que je médite sur ses propos. Je finis par prendre une inspiration et attraper son menton pour relever son regard à ma hauteur. Et je la fixe un instant avant de poser à nouveau une main sur la sienne.

"J'ai l'impression que nous sommes aussi nerveux l'un que l'autre. Pourtant, il n'y a pas de raisons que les choses se passent mal non ?"

Je laisse de nouveau le silence s'installer, cherchant mes mots, avant de reprendre, d'un ton aussi tranquille que possible, essayant de me faire plus assuré que je ne le suis réellement.

"J'imagine que cela ne vient effectivement pas directement de moi. Mais j'aimerais savoir dans quelle mesure j'y prends part. Et…je ne sais pas vraiment comment tu envisages notre… relation, mais en ce qui me concerne j'aimerais que nous soyons aussi honnêtes que possible l'un envers l'autre. Que nous soyons prêts à affronter ensemble les problèmes que nous pourrons rencontrer."

Difficile d'être plus clair sur ce que je peux savoir de son état sans le lui dire directement. Je la fixe un instant, sans bien savoir comment me comporter, fait étonnant quand je sais en général toujours quoi faire et quoi dire pour me sortir sans difficulté du moindre problème, avant de souffler, d'un ton plus léger.

"Et je suis désolé, je devrais probablement te parler avec la déférence due à ton rang. Mais tu me connais, j'ai toujours du mal avec vous trois, enfin en privé en tout cas. Et ne me vois guère changer d'attitude, surtout maintenant que nous sommes fiancés."

Bon, moins avec elle qu'avec les deux autres lionceaux et nous le savons tous les deux. Je m'arrête alors, guettant sa réaction et essayant de ne pas songer à ce que je vais devoir dire ou faire si elle préfère garder cette distance qu'elle nous a imposés.  


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mar 2 Aoû - 19:43

Une simple parole, un simple mot, et votre monde pouvait basculer, se renverser, pour toujours et à jamais. Megara avait bien saisi le concept, ou peut-être pas, justement. Cela faisait parfois partie de ces romans et autres nouvelles qu'elle avait pu lire des centaines de fois, parfois même en allant piocher ces ouvrages dans des coins plus poussiéreux que d'autres au sein de la bibliothèque de Castral Roc. Sans doute cela avait-il été dans ces moments là qu'elle avait pris le plus de risque dans sa vie, en montant sur les barreaux d'échelle, à plusieurs mètres de hauteur, poussée par la curiosité, et sans vraiment toujours s'assurer que la dite échelle était encore en bon état et que ses barreaux ne risquaient pas de céder sous son poids plume. En tout cas, si elle avait pu lire des écrits mettant en avant le fait qu'un simple petit élément, un détail, même infime, pouvait tout changer, qu'une seconde était suffisante pour que plus rien ne soit comme avant, elle n'avait pas réellement effectuer la transition vers la réalité, contrairement à toutes ces choses concernant l'amour, la chevalerie, les prestigieux mariages, tout ça ... Et maintenant ... Maintenant qu'elle était au pied du mur, elle réalisait à quel point elle avait pu être sotte et naïve. Bien sûr qu'une simple seconde pouvait tout changer, où avait-elle eu la tête ?! Certainement pas à la réalité, ni même à la rationalité. La tête dans les nuages, hors perchée en haut de cette gigantesque forteresse qui était sa demeure. Le cœur partit par monts et par vaux, vers ces océans qui s'étendaient à perte de vue, quand elle les observait de son balcon, ou par delà ces ares et ces ares de terre, hors du Royaume des Terres de l'Ouest, loin du Roc, vers ces contrées lointaines peuplées d'êtres aux coutumes et à l'histoire différentes des siennes. C'était bien, en quelque sorte, que de pouvoir ouvrir les yeux avant de se retrouver de l'autre côté de ce fameux mur s'en s'être rendue compte de l'avoir traversé. Mais d'une certaine façon ... D'une certaine façon, elle se retrouvait tout de même acculée, et cela ne faisait que nourrir un peu plus les critiques et les reproches qu'elle nourrissait à son propre égard. Cela ne lui facilitait pas la tâche, et n'adoucissait en rien la situation, donc ...
    ❧ Pourtant ... Pourtant, j'ai principalement été élevée pour ça, pour me marier, pour devenir une épouse, là où Lyman a été éduqué pour devenir le futur Roi. On m'a appris la musique, la comptabilité, la lecture, l'écriture, la sociabilité, le tact, aussi, ainsi que la couture, et la patience, aussi. Surtout la patience, d'ailleurs. Sans doute parce qu'il ne s'agissait pas forcément là d'une qualité première chez mon frère et chez ma sœur, et que, donc, on en a bien profité avec moi ! ... A moins que je ne sois patiente par nature ... ❧
Tentait-elle de lui vanter ses talents, de se vendre, en quelque sorte, en tant que damoiselle capable de ne pas se piquer le doigt dès qu'elle manipulait une aiguille, ou bien en mesure de ne pas causer la banqueroute dans les comptes de son époux, ou bien encore en pleine capacité d'être à la hauteur de leur étiquette et de leur rang ? Encore une fois, elle se disait que Gareth se retrouvait piégé, désormais. Et qu'elle devait bien, encore et encore, tentée d'être la plus parfaite possible dans tous ces domaines au sein desquels ses troubles ne risquaient pas forcément de directement causer risques et ravages. La jeune femme faisait en tout cas un réel effort pour ne pas s'enfuir en courant, ouvrir de trop grands yeux, ou se mettre à trop trembler, et elle osait même ponctuer ses dires, de ci de là, de quelques traits d'humour. Mais parvenait-elle réellement à mener à bien son entreprise ? Encore une fois, maintenant qu'elle était face à lui, ses bonnes résolutions s'étiolaient comme neige au soleil, si l'on pouvait dire. Elle était obligée de faire face, obligée, aussi, de reconnaître qu'elle avait été froide et distante avec lui, depuis si longtemps, et qu'elle n'avait absolument rien changer à son attitude alors qu'elle aurait dû le faire dès leurs fiançailles annoncées. Enfin, sans doute. En tout cas, elle, elle le trouvait tout de même courageux. Et cela ne tenait pas uniquement à ses faits d'armes, ou au lot qu'avait pu être son quotidien, alors même qu'il s'apprêtait à participer à une mission visant à rétablir l'ordre. Elle, elle aurait déjà eu les jambes tremblantes depuis longtemps à la perspective de devoir affronter la révolte d'un peuple et d'une région qui en appelaient sûrement à la vengeance et au prix du sang ... Elle le lui aurait bien dit, ce qu'elle pensait de lui, puisqu'il l'invitait visiblement à l'honnêteté et à la franchise, mais tout autant qu'elle ne put s'ériger contre le fait qu'il la prétende courageuse, elle ne put lui expliquer le fond de sa pensée, puisqu'il décidait visiblement de camper sur ses positions concernant ces points là. Cela aurait pu la refroidir ou l'effrayer si elle pensait qu'il imposait d'ores et déjà là sa volonté et son autorité toutes masculines. Mais au contraire, cela lui fit esquisser un sourire. Et c'était tout à fait étrange combien les choses pouvaient lui sembler un instant plus légères, et la seconde d'après bien plus pesantes. Trop pesantes, d'ailleurs. Son rythme cardiaque s'envolait et s'étiolait, encore et encore, et cela la laissait tout autant perplexe qu'incertaine quant à l'attitude à adopter. Et alors qu'il soulevait son menton pour que leurs regards se croisent, elle résistait autant à la folle tentation de fermer les paupières pour ne plus le voir et ainsi ne pas le sentir tenter de sonder son âme, qu'à la pulsion de se jeter sur lui et de ... Elle ne pouvait sans doute guère oser le moindre regard ailleurs que sur lui, au risque qu'il prenne ça pour de la défiance, ou de la répulsion. Et puis, s'esquiver et se tenir à l'écart était une chose, fuir à toutes jambes en face à face en était tout à fait une autre.
    ❧ Crois-moi, ton jugement serait tout autre si ... Oh, Gareth ... ❧ Elle secouait doucement la tête de droite à gauche, avant d'abaisser son regard. Dans le même temps, cette main, sous la sienne, ne chercha pas à fuir le contact peau contre peau, tout en prenant cependant la position du dessus. Cherchait-elle ainsi à l'empêcher de la fuir, bien qu'elle était la fuyarde, à moins qu'elle ne cherche à ainsi guetter la moindre de ses réactions épidermiques ? ❧ Tu serais surpris de savoir à quel point tout serait bien plus évident pour nous deux si la question de mon rang était tout à fait hors de l'équation. ... Je ne suis en rien comme Nymeria : moi, j'ai toujours aimé me sentir princesse, parée de ces atours là, et de l'obligation pour chacun, à de rares exceptions près, de me parler avec respect et déférence, comme tu dis. Mais aujourd'hui, moi aussi je me vois mal t'imposer un tel respect de l'étiquette, d'autant plus parce que j'ose espérer que tu n'épouseras pas qu'un titre. Quant à ce que j'envisage ... ❧ Un instant, elle aurait aimé être face à son père, ou même face à son frère, pour pouvoir espérer quérir de l'affection sans sentir la moindre tentation poindre en elle, et sans se voir opposer quelques questions visant à comprendre pourquoi elle agissait ainsi. Elle avait toujours été affectueuse, avant que cette malédiction ne s'abatte sur elle, et maintenant ... Maintenant, elle ne se laissait plus jamais vraiment aller à de tels penchants, afin de ne pas jouer avec le feu. ❧ Je crains que les problèmes soient déjà là Gareth. Et qu'il n'y ait rien que tu puisses faire pour les chasser du paysage ... Et cela va tout à fait à l'encontre de ce que j'ai toujours espéré pouvoir partager avec mon époux : le fait de pouvoir pleinement être moi-même, d'être respectée et de ne pas devenir une ombre, un trophée, ou une simple valeur ajoutée. ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mer 10 Aoû - 13:28

Jusqu'à aujourd'hui, jamais je n'avais songé à ce que Megara pouvait attendre, que ce soit de son mariage ou de son existence en général. Sa maladie la condamne à épouser un Ouestrien pour rester dans le giron familial et éviter le scandale mais, y avait-elle vraiment songé avant qu'on ne lui annonce nos fiançailles ? Certains diraient qu'elle aurait pu tomber plus mal, que je ne suis pas le pire des partis. Mais, dans le fond, cela importe peu, surtout vis-à-vis de ce qu'elle pouvait attendre de son mariage. Et je me rends compte que ce raisonnement fonctionne tout aussi bien pour moi. L'honneur qui va rejaillir sur moi lors de cette union dépasse de loin ce que j'aurais pu espérer. Tout en n'étant pas du tout ce que j'aurais voulu. La pensée de Lynara ne peut que me traverser, même si je la chasse aussi rapidement que possible, lâchement soulagé de ne pas l'avoir recroisée depuis notre tête à tête dans la volière et je me focalise sur la jeune femme qui me fait face, dont la liste des qualités qu'elle énumère dépasse de loin ce que je pourrais espérer avoir, en toute objectivité.

Je ne suis pourtant pas des plus objectifs, malheureusement pour moi, mais je ne peux m'empêcher de sourire quand elle parle de patience.

"Voilà une chose que nous avons en commun. Non pas la couture, je serais capable de me blesser tout seul si je m'y essayais, à n'en pas douter. Mais la patience. Surtout avec Lyman et Nymeria. Il en faut pour se faire entendre d'eux et, surtout, pour leur faire croire qu'ils arrivent à leurs fins sans la moindre intervention extérieure."

Je lui adresse une œillade complice avant de reprendre, un rien plus sérieux.

"Tu sais effectivement faire bien des choses et tu as bien des qualités qui font de toi une épouse que bien des hommes rêveront d'avoir. Mais comme je te l'ai dit, jusqu'à présent je n'y avais jamais songé. Et cela vaut pour moi aussi, je ne me vois pas vraiment en homme marié, mes parents n'ayant jamais évoqué le sujet en ma présence."

Lorsque je parle d'eux, je me crispe un peu et je baisse les yeux, sentant mes mâchoires se contracter brusquement. Il me faut quelques instants et une inspiration pour reprendre une contenance alors que nos échanges se parent d'une certaine solennité. Je laisse alors échapper, d'une voix aussi douce que possible, en écho à ses propos.

"… si je quoi Megara ? Si je savais de quoi il en retourne à ton propos exactement ? Si je savais ce qui a pu amener la Reine et Lyman à songer à cette union plutôt que te proposer d'épouser l'homme que tu mériterais d'avoir ?"

Je suis presque soulagé qu'elle ne fuit pas le simple contact de ma main, bien au contraire. Et, tandis que je l'écoute, mes doigts s'entremêlent doucement aux siens, comme pour chercher à lui assurer ma présence à ses cotés, sans bien savoir ce qu'elle pourra en penser.

"Tu es une Princesse, ça, impossible de le nier. Et je ne chercherais même pas à te comparer à Nymeria qui n'a vu ce rôle que comme un fardeau dont elle devait s'accommoder jusqu'à très récemment, quand elle a compris que cela lui permettrait d'obtenir ce qu'elle voulait. Mais pour toi, c'est différent, j'en ai parfaitement conscience. Cette place a toujours été faite pour toi et tu aurais fait une Reine parfaite."

Mais nous savons tous les deux que son union avec moi l'empêchera d'accéder à cela. Je réprime un bref soupir, cherchant mes mots alors qu'elle continue de parler, avec une tristesse voire une résignation qui serrerait le cœur de n'importe qui.

"Et bien soit. Je ne peux changer le paysage mais nous pouvons faire en sorte de faire avec. Tu ne crois pas la chose possible ? Je sais qu'il est loin d'être idyllique et qu'il y aura probablement nombres d'éléments qui nous dérangeront tous les deux mais je me dis qu'avec un peu de bonne volonté de mon coté comme du tien, nous pourrions nous en sortir."

Peut-être finirais-je par parler différemment dans quelques mois, quand nous serons vraiment mariés et que je devrais gérer sa maladie de façon bien plus concrète. A dire vrai, je n'en ai pas la moindre idée. Mais si je me montre défaitiste dès le départ, il est assuré que nous allons droit dans le mur. Et que les dégâts seront encore plus nombreux que  nous pourrions l'imaginer. Je prends alors une profonde inspiration avant de reprendre, d'un ton plus sérieux.

"Si tu le souhaites vraiment tu pourrais être toi-même en ma compagnie, peu importe ton rang ou le mien. Si tu m'autorises à faire de même. Je suis loin d'être parfait, je ne chercherais même pas à te leurrer à ce sujet mais je n'ai pas songé un seul instant que tu pourrais être un trophée ou quoi que ce soit du même acabit. J'ai toujours eu un profond respect pour toi et une affection sincère. Et je pensais que ce serait une bonne base pour ce qui nous attend."

Je laisse filer un instant avant de secouer la tête et d'esquisser un sourire en coin.

"Et comment peux-tu imaginer un instant n'être qu'une valeur ajoutée ? Surtout après la liste de tes qualités que je viens d'entendre. J'aurais plutôt le sentiment de n'être qu'un piètre mari en devenir si j'osais nous comparer."

Je ne sais même pas quelle vision elle peut bien avoir de moi, son opinion à mon sujet. Après tout, j'ai été dans l'ombre de son frère durant toute sa vie ou presque et jamais elle n'a réellement eu à se soucier de moi. Et maintenant, tout est à refaire, pour elle comme pour moi. Sans compter tout ce qui gravite autour de nous. Mais, que nous le voulions ou non, nous allons nous marier. Et très bientôt. Alors, autant essayer de trouver un terrain d'entente pour donner l'impression d'une union, sinon heureuse, au moins harmonieuse.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mar 16 Aoû - 23:05

Chaque être était différent. C'était en tout cas ainsi que raisonnait Megara, et ce depuis toujours, sans nul doute. C'était peut-être simple, peut-être facile, peut-être réducteur comme jugement et comme perception des choses, mais elle était de ces êtres qui ne cherchaient pas vraiment la complication lorsqu'il n'y avait pas lieu de l'insérer où que ce soit. Le calcul politique, la machination, la manipulation, ce n'était pas pour elle. Ce n'était pas pour elle parce que ce n'était pas elle, ce qui expliquait en partie pourquoi le fardeau qu'elle portait sur ses épaules n'en devenait que plus considérable à partir du moment où l'on comprenait que tout ceci, ce n'était pas elle. Mentir, dissimuler la vérité, multiplier les tactiques pour que rien ne se sache, pour que tout soit tu, pour que personne ne s'interroge sur quoi que ce soit de façon trop conséquente et inquisitrice, cela n'était pas naturel pour elle. Mais elle s'efforçait de ne pas lâcher prise et de continuer d'aller à l'encontre de sa nature profonde, parce que c'était ce que l'on attendait d'elle. Au delà de sa réputation, c'était celle de sa famille, et donc de son royaume qui était en jeu, par extrapolation. Et prendre sur elle pour le bien commun, ça, c'était elle. Elle avait tant pris sur elle, lors des disputes au sein de la fratrie Lannister, pour ne pas alimenter le feu, pour ne pas prendre parti, pour ne pas envenimer les choses. Elle avait aussi pris sur elle lorsqu'on lui faisait des reproches, ou qu'on souriait face à sa naïveté. Parce que c'était la chose à faire, parce qu'il n'y avait rien à tirer si elle était montée au créneau pour se défendre. Apaiser les choses, faire que tout se passe au mieux était dans son quotidien habituel. Ne pas chercher la petite bête, ne pas juger sans savoir, toujours accorder une première chance, puis une seconde, et encore une troisième ... On ne peut se mettre à la place de tout le monde sans se mettre, au final, à la place de personne. On ne peut juger les autres que d'après sa propre expérience, et celle-ci sera toujours limitée, partielle. Ne reste plus alors qu'à essayer de les comprendre et à faire la part des choses. A se montrer patient. Et, que les Sept en soient témoin, elle excellait en ce domaine !
    ❧ Je crois que ... Je crois que ma technique à moi, avec eux, cela a toujours été de rester silencieuse. Jusqu'à ce que j'ouvre la bouche. Cela les décontenance, les oblige à m'entendre. Après, quant à savoir s'ils m'écoutent vraiment, c'est tout autre chose ! ❧
Les choses ne sont peut-être pas des plus aisées et naturelles avec lui, mais au moins ne sont-elles pas d'une maladresse et d'un malaise considérables. Cependant, elle ne sait présentement pas trouver les mots pour lui témoigner sa compassion quant au décès de ses parents. Elle n'a jamais eu à vivre une telle épreuve, et ne peut donc savoir ce que c'est. Et lorsqu'elle ne sait pas, son attitude a toujours été de ne pas s'avancer à prétendre comprendre. Cependant ... Cependant, elle aussi possède des instincts naturels, comme celui qui, un instant, la pousse à se sentir une pointe au coeur lorsqu'elle est confrontée à la réalité par Gareth lui-même : se marier n'était visiblement pas dans ses projets. On lui force la main, on l'oblige donc à se retrouver dans une position qu'il ne convoitait pas, et, malgré tout, malgré le fait qu'il n'a pas dit cela pour la blesser, Megara se sent coupable, et affreuse. Et lorsqu'il trouve les mots pour parfaitement résumer ce qu'elle avait voulu dire ... Le poids des choses lui tombe sur les épaules, alors qu'elle sent plus que jamais la proximité entre eux, ce qui, en soit, est à la fort réconfortant car il ne la fuit pas, et éprouvant de par le fait qu'elle se doit d'être sur la retenue et dans le contrôle constant de ses gestes, de ses paroles, de ses envies. Et il semble la connaître bien mieux qu'elle ne l'aurait pensé, du moins suffisamment pour saisir ce qu'elle ne saurait dire, ou pour percevoir ce qu'elle pourrait ressentir.

Il est parfait. Du moins, c'est un homme suffisamment bon et respectueux pour qu'elle n'entretienne d'ores et déjà nulle crainte concernant tout mauvais traitement qu'il pourrait lui réserver. Peut-être qu'il n'est pas roi, ni même prince, qu'il n'a normalement pas le statut suffisant pour épouser une princesse, mais, évoluant au sein des plus hautes sphères, Megara sait bien que le titre ne fait pas l'homme, et que derrière les plus grands noms peuvent se dissimuler de bien viles créatures. N'était-ce pas le cas, à Falwell ? Elle ne connaissait pas suffisamment la situation pour se positionner, et elle ne recevait que certaines bribes et échos. Mais à ses yeux, cela voulait tout dire : si la masse d'informations était maigre, il y avait de grands risques que l'on vous cache des choses, pour votre bien. Et si Megara était naïve et un brin crédule concernant bien des choses, elle avait suffisamment de jugeote pour savoir quels types de renseignements on dissimulait toujours aux jeunes femmes comme elle, et la vérité n'était jamais belle à voir. Alors, oui, certes, Gareth avait un titre nobiliaire et aristocratique inférieur au sien, et ce sans doute de plusieurs strates, mais ce qui était le plus important, à ses yeux, ainsi qu'aux yeux des siens, preuve en était le fait qu'on l'ait choisi lui pour l'épouser, c'était qu'il était bon, généreux, et bien attentionné. Ce qu'elle ne méritait pas. Car elle n'en doutait pas, il allait tombé de haut, et réaliser à quel point le verre était dans la pomme le jour où il apprendrait la vérité. Alors, elle fuit son regard, faute de pouvoir retirer ses mains des siennes au risque de paraître impolie et grossière. Elle fuit son regard car elle se sent tout autant perdue qu'éprouvée, soulagée et rassurée. Elle fuit son regard et elle ne lui répond pas. Parce qu'elle est fébrile, parce qu'il y a cette boule qui se forme dans sa gorge, parce qu'elle a tant à lui dire et que tout se bouscule dans son esprit. Mais aussi parce qu'elle sent les émotions la submerger et prendre le pas sur son maintien, sur ce contrôle tout princier qui est sensé être le mien, sur cette façade polie et courtoise, sensée toujours être enjouée et souriante. Mais le fuir éternellement n'est pas la solution, et elle est encore plus consciente que jamais de ses mains dans les siennes, des mains qu'il a lui-même quelque peu entrelacées.
    ❧ Tu ne comprends pas ... ❧ Elle secoue légèrement la tête, tout en fermant les yeux, tête toujours baissée. ❧ J'ai beau prié, prié, encore et encore, me prosterner devant les Sept et les supplier de m'épargner, cela ne suffit pas. Pas plus que d'avoir toujours acceptée mon rang et ses obligations contrairement à Nymeria. On ne peut pas nous comparer, c'est cruel, mais ... Les Dieux l'ont bénie, et m'ont maudite ... ❧ Elle ne veut pas qu'il la voit pleurer, alors elle détourne la tête, vers ailleurs. Vers ailleurs, sauf en sa direction. ❧ Tu ne voulais pas te marier, et voilà qu'on m'impose à toi ... Tu devrais fuir ... ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Jeu 18 Aoû - 18:57

Paradoxalement, je me rends compte que c'est probablement la plus longue discussion que j'ai avec Megara depuis des années. Pour ne pas dire tout court. En tout cas, je ne me souviens pas qu'elle soit restée aussi longtemps à mes cotés, seule à seule, sans fuir. Peut-être parce que je la retiens prisonnière du bout des doigts, même si je sais très bien qu'elle pourrait se lever et partir sans que j'ai mon mot à dire. Je décide de penser que le fait de l'avoir toujours face à moi est rassurant, surtout qu'elle ne mure pas dans un silence hostile. J'ai même un sourire quand elle parle de sa méthode face au reste de la fratrie et je souffle, d'un ton complice.

"Je suis persuadé qu'ils t'écoutent. J'ai plutôt tendance à les pousser dans leurs retranchements, voilà qui faire de nous une équipe complémentaire et particulièrement redoutable. Ils ne sauraient plus sur quel pied danser."

Qu'elle soit patiente ne m'étonne pas, il le faut pour tenir bon et garder la tête haute avec tout ce qu'elle doit endurer. Le respect ne fait qu'augmenter à mesure que nous discutons et qu'elle se fait un peu plus… et bien je dirais abordable. Jamais je n'aurais cru un jour lui prendre la main de cette façon, sans hésiter, sans avoir peur d'une rebuffade. De toute façon, c'était tout simplement hors de propos, elle restait la Princesse intouchable, inaccessible.

En tout cas, si nous sommes tous les deux peu à notre aise, je me rends compte que les choses pourraient être bien pires. Alors je continue à lui parler, même si je sens que, à mesure que passent les minutes, je me rends compte de cette fragilité qu'elle cache derrière son rôle de princesse depuis des années et je n'ai que plus envie encore de respecter la promesse faite à la Reine de veiller sur elle de mon mieux. Je ne m'offusque pas quand elle détourne les yeux, la situation n'est pas simple et je ne veux pas non plus la pousser à bout.

Alors, je laisse filer un long silence avant d'esquisser un sourire et de souffler, sur le ton de la confidence.

"Tu sais quelle a été ma première réaction quand Lyman m'a parlé de la possibilité de ce mariage ? J'ai ri. Je pensais qu'il faisait de l'humour, sans compter le fait que je venais de passer une soirée passablement arrosée avec des valois heureux de fêter le mariage du lionceau. Je ne voyais pas où il voulait en venir du tout et surtout, l'intérêt de proposer la main de la ravissante Princesse à un obscur cadet d'une famille mineure de l'Ouest. Et il m'a expliqué. J'ai appris tout ce qu'il y a d'important à savoir à propos de cette… malédiction dont tu parles. J'ai aussi longuement discuté avec la Reine à ce propos et je lui ai dit que je ferais tout mon possible pour que notre union soit aussi heureuse que possible."

Je lève une main dans sa direction et j'effleure son menton, comme pour l'inciter à me regarder sans la forcer.

"Et ensuite, je me suis demandé ce que tu penserais de ça. A quel point tu serais déçue de m'épouser, de ne pas devenir Reine, d'avoir à supporter l'éternel compagnon de ton frère. Ce genre de choses. J'avais peur de te croiser car je ne voulais pas voir la déception briller dans ton regard. Et j'avoue, j'ai encore une appréhension certaine à ce propos ce qui, comme tu peux t'en douter, n'est guère compatible avec mon image de sot arrogant. Ce n'est qu'après que je me suis dit que je n'avais jamais vraiment pensé à me marier. Enfin si, je me doutais que cela arriverait bien un jour, mais c'était bien trop théorique à mon goût."

Et j'étais encore assez stupide pour croire que je pourrais n'en faire qu'à ma guise. Mais ça, je me garde bien de lui dire, tout comme je me garde bien d'avoir la moindre pensée pour Lynara. En abordant Megara de la sorte, en lui parlant comme ça, je n'ai pas le droit d'y songer, ce serait les trahir toutes les deux et cela ne donnerait rien de bon.

"Je ne te ferais pas l'affront de dire que je comprends ce que tu ressens, ce que tu vis. Surtout que je risquerais d'être un bien piètre menteur pour l'occasion. Tout comme je n'essaierais pas de te faire croire que nous avons tant de points communs qu'il parait évident de nous marier ou de songer à parler des Sept et de leurs voies impénétrables."

Je prends une petite inspiration et je continue, après un bref silence.

"Je ne fuirais pas Meg. Quel que soit le respect dû à ton rang, tu ne te débarrasseras pas de moi. Mais il falloir que tu me dises ce que je peux faire pour t'aider, pour que tu puisses enfin être toi-même sans te croire constamment maudite par les Dieux."

J'ai utilisé un diminutif qui pourrait la heurter, j'en ai tout à fait conscience, mais je n'ai pas réussi à m'en empêcher. Voilà qui m'étonne un peu mais je préfère ne pas trop m'appesantir là-dessus alors que la situation est déjà des plus complexe. Et je penche la tête sur le coté, la fixant et guettant une réaction qui, autant le dire tout de suite, m'inquiète, et pas qu'un peu.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Sam 20 Aoû - 0:19

On attendait sans nul doute d'elle qu'elle sache se montrer prudente et avisée quant à sa future union. Que son futur époux ne soit nul autre que Gareth devait, en soin, simplifier bien des choses et atténuer bien des inquiétudes pour les siens, mais cela ne faisait pas tout. Qu'elle se jette à son cou et soit folle de joie n'était pas la réaction qu'on voulait voir d'elle, et puis, ce n'était pas forcément ce qu'elle ressentait, sans parler du fait que, comptes tenus de son passif et de cette charge qu'elle se traînait depuis des années, cela compliquerait bien plus les choses qu'elles ne les résoudraient. Cependant, le fait qu'il semble déjà lui tendre la main et abonder dans son sens, ne serait-ce que par politesse et volonté de détendre la situation entre eux, bien entendu, cela provoquait un certain soulagement en elle. Elle ne l'avait jamais entendu la critiquer, ou se montrer misogyne, et, dès lors, elle se sentait d'ores et déjà presque assurée de ne pas avoir à restreindre ses champs d'intérêts. Certains hommes vous préfèrent juste belles, d'autres n'ont rien contre une certaine once d'intelligence et d'érudition en vous, et Gareth semblait être de ces derniers. De la même façon, elle ne l'a jamais perçu comme étant fourbe ou trop enjôleur. Certes, il y avait le fait qu'il ne pouvait pas forcément être libre de toutes ses paroles de par son rang, mais Megara savait bien que, d'une certaine façon, la relation entre Lyman et son futur fiancé ne s'étaient jamais en priorité établie sur ce rapport hiérarchique et sur cette différence sociale entre eux. Gareth avait bien dû dire au Prince, et ce, plus d'une fois, ce qu'il pensait de lui, réellement. Et même si, entre lui et elle, les choses avaient toujours été différentes, elle faisait suffisamment confiance à son frère pour s'entourer d'êtres francs et loyaux. Si certains des traits de caractère de son aîné pouvaient parfois la faire discrètement froncer le nez, elle savait qu'il avait été élevé dans la même perspective qu'elle concernant un flot de choses, et le fait de ne pas s'entourer de courtisans dont on n'était jamais assuré de la franchise et du fond de la pensée, cela en était une.

Alors, un instant, elle sentit un peu de poids quitter ses épaules en l'entendant jouer franc jeu et lui expliquer clairement ce qu'il avait ressenti à l'annonce de leurs fiançailles. Mais dans la seconde suivante, Megara réalisait avec effroi que son futur époux avait été informé de sa ... condition. Cela n'avait sans doute rien de surprenant, et dans le fond, cela ne devait être qu'une preuve supplémentaire de la confiance que Lyman plaçait en Gareth, ainsi que de l'estime qu'il avait de la loyauté de son ami. Sa propre mère avait aussi pu discuter de tout cela avec lui, et d'une certaine façon, Megara s'en sentait plus à l'aise. Disons qu'elle n'avait jamais parlé de tout ceci à son frère, par honte, et par pudeur, aussi. Lyman était son frère, et c'était un homme, alors, évidemment, le sujet n'était pas le plus aisé à aborder, surtout parce que cette malédiction la mettait à bien des égards au même niveau que ces filles de joie qui peuplent les tavernes et font fit de tout respect de leur propre vertu et de leur corps. Mais le fait de savoir que son fiancé, lui aussi, était à présent en mesure de la percer à jour, de comprendre à quel point elle n'avait plus aucune pureté ni virginité et qu'elle était incapable de garder la main sur ses plus bas instincts, cela la tétanisait.

Écarquillant grand les yeux, son propre corps ne répondait plus, permettant aisément à Gareth de réorienter son visage vers lui. Elle entend tout, mais quand à savoir si elle parvient à tout assimiler ... Le fait qu'il la qualifie de ravissante ne lui échappa pas, et évidemment, cela faisait toujours plaisir à entendre, même si Megara n'était pas de ces femmes superficielles et vaines qui ne mettaient jamais en avant que leur beauté pour mieux s'en parer et se rouler dans les compliments qu'on leur en faisait. Le fait qu'il se soucie de ce qu'elle pensait, de ce qu'elle pouvait bien ressentir, c'était ... Bouleversant, vraiment. Car nombreux étaient sans nul doute les hommes n'ayant que faire des sentiments de leur vis à vis, que celui-ci soit homme ou femme, lorsqu'ils étaient amenés à l'emporter sur lui et à asseoir leur force et leur suprématie. Sa mère avait beau lui assurer que trop de sentiments n'était jamais bon, qu'elle devait s'endurcir et cesser un peu d'être si généreuse et sentimentale, Megara ne pouvait s'empêcher d'avoir bon cœur et une propension certaine à vouloir voir le meilleur en chacun et à ne jamais se mettre éternellement en avant sans se soucier de quoi que ce soit d'autre mis à part elle-même. Le fait qu'il ne se lance pas dans des allégations fumeuses et présomptueuses, qu'il n'affirme pas, vainement, comprendre et réaliser ce que c'était, juste par politesse et réflexe, c'était aussi bouleversant pour elle. Mais cela était-il surprenant, aux vues de son caractère, de celle qu'elle était, et de tout ce passif qui était le sien ? A côté des conseils sur le ton de l'impératif de sa mère, il y avait eu les conseils de son père, qui n'étaient pas forcément allés dans le même sens que ceux de son épouse. Loren, lui, lui avait toujours dit que tout état dans la mesure, l'équilibre, que point trop n'en fallait, et que tant qu'elle n'était pas une éternelle pleureuse s'apitoyant sur son sort ou ouvrant grand ses émotions à tout et n'importe quoi sans jamais rien réguler et rationaliser, il n'y avait rien de mal à avoir du coeur et à avoir le côté sentimental bien ancré au corps.
    ❧ Gareth ... ❧
L'une de ses mains était toujours entrelacée avec celle du jeune homme, sans qu'elle ne cherche à les séparer. D'une certaine façon, elles étaient très bien ainsi. Un instant, elle ferma les yeux, non sans se mordiller anxieusement la lèvre inférieure, consciente de ne trop savoir comment réguler flot d'émotions et expression verbale. Elle sentit le goût iodé d'une larme perlé sur la pulpe de ses lèvres et s'infiltrer sur sa langue, faisant exploser la sensation salée dans son palais. Mais elle sentit aussi qu'elle reprenait un peu le contrôle sur ses larmes. Cela lui fit rouvrir les yeux, pour le fixer, lui, regard dans le sien.
    ❧ Chaque jour est pour moi un combat permanent, douloureux, et si ... Si le prix à payer pour pouvoir espérer être heureuse se résume à renoncer à toute ambition de mariage princier, voire royal ... Ce n'est rien ! ... Le pouvoir ne m'intéresse pas s'il s'accompagne d'un époux humiliant et irrespectueux, qui aura tôt fait de ... De m'accuser de tous les maux, de me traiter comme je le mérite sans doute. De s'en prendre à la probité et à la réputation des miens. ❧ Sa main libre se posa, un brin hésitante, sur l'une des joues de son fiancé, alors qu'elle esquissait un léger sourire. ❧ Peut-être que ... Peut-être que les Sept me prendront en pitié pour t'épargner toi. Peut-être que ... Peut-être que ma rédemption passe par là, par notre mariage, et qu'une fois que je t'appartiendrais, les Sept décideront d'apaiser leur courroux ... Je n'en sais rien, Gareth. Tout comme je ne saurais te dire ce que tu peux faire pour m'aider, si ce n'est m'être un mari respectueux et compréhensif. ... Et revenir de Falwell en parfaite santé, en veillant à ce qu'il en soit de même pour mon frère. ... C'est ma première demande en tant que ta fiancée, en tant que moi, Meg'. Juste Meg'. ❧ En se taisant, toute cette proximité physique et ce contact corporel entre eux lui apparut pleinement, projetant en elle une bouffée de chaleur, et faisait naître au creux de son ventre ces tiraillements qu'elle connaissait si bien, et qu'elle redoutait tant, l'amenant alors à se figer une nouvelle fois et à détacher ses mains de l'épiderme de Gareth.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Dim 21 Aoû - 13:48

D'aussi loin que je me souvienne, jamais je n'ai pensé à ma future union. Outre le fait que c'était bien trop théorique pour que je m'en soucie, ma vie me convenait telle qu'elle était et je n'avais guère envie de songer à la façon dont je voudrais que se comporte mon épouse. Si elle se devait d'être avisée, de bon conseil, si je devais partager mon quotidien avec elle, comme avaient pu le faire mes parents , ou si, au contraire, je préférais vivre dans deux mondes séparés. J'oserais, je dirais que rien ne m'avait préparé à ce moment mais, dans le fond, je me rends qu'il s'agissait plutôt là d'une fuite en avant. Ce moment aurait forcément fini par arriver, que je le veuille ou non.

Je n'avais certes pas songé à de telles circonstances, autant être honnête. Etre marié à une princesse, quelles qu'en soient les raisons, était encore moins concevable que le reste. Et pourtant, nous sommes là, à discuter de cet avenir commun, à essayer en tout cas, alors que je cherche comme lui annoncer que je sais. Je suis au courant du mal qui la ronge, même si je n'ai encore aucune idée de ce que cela impliquera, pour elle comme pour moi. Qu'elle ne soit plus pure ne m'importe guère, contrairement à bien d'autres hommes je suppose. Au vu de la vie que je peux mener, ce serait probablement hypocrite de lui demander d'être ce que je ne suis pas, même si, pour une princesse, si cela venait à s'apprendre, il est évident que ce serait particulièrement mal vu.

Mais ça ne veut pas dire pour autant que je sais comment m'y prendre avec elle. Que je sais comment aborder ou dire les choses. A défaut de trouver la solution idéale, je décide d'être franc. Autant que possible et surtout, que nécessaire. Elle n'a pas besoin de savoir ce que je peux ressentir pour d'autres ou ce que j'ai pu faire de mon coté, tant que cela ne risque pas de la heurter, je vois pas l'intérêt de lui en parler. J'ai l'impression que cette méthode fonctionne plutôt bien. Elle ne fait pas mine de vouloir s'en aller, c'est déjà une bonne chose et, même si je vois les larmes poindre au bout de ses cils, elle continue de me parler, de m'écouter. Pour un peu, j'aurais envie de la prendre dans mes bras pour la rassurer, lui dire que les choses se passeront aussi bien que possible. Mais, outre le fait que je n'ai aucune idée de sa réaction et que je ne me sens pas encore le droit d'agir de la sorte, je ne sais même pas si je ne lui mentirais pas en disant cela. Alors je me contente de serrer ses doigts, de raffermir cette étreinte à travers laquelle j'espère lui faire passer ce sentiment de sécurité qui lui manque tant.

Je prends la parole, longtemps avant de guetter sa réaction. J'essaie d'être aussi patient que possible, de ne pas la pousser. J'ai dit beaucoup de choses qu'il va lui falloir probablement assimiler et je ne suis pas sûr qu'elle ait vraiment apprécié ce que j'ai pu dire. Je suis plus inquiet que je ne devrais probablement l'être alors qu'elle reprend visiblement une contenance petit à petit.

Je réprime un sursaut quand elle pose sa main sur ma joue, ne m'attendant guère à une telle réaction et c'est probablement la principale raison qui m'empêche de lui répondre tout de suite. Je m'oblige à l'écouter sans l'interrompre, songeant vaguement que ses doigts sont étonnamment doux et que je ne pensais pas que leur contact pourrait m'être agréable Cette pensée me perturbe un peu mais je garde mon regard rivé dans le sien quand elle rouvre les yeux et qu'elle prend la parole. J'essaie d'être aussi imperturbable que possible, quand bien même ce qu'elle dit soulève mille questions.

"Et tu ne crois pas qu'un jour, tu nous en voudras de cette union ? Certes, c'est un soulagement pour toi aujourd'hui parce que tu sais que je ne serais pas ce mari que tu crains. Mais tu as passé ta vie entière à te préparer à être Reine. Là, au mieux, tu seconderas ta mère, puis Jeyne. Je ne suis même pas l'ainé de la famille, je n'hériterais de rien."

Penser à ma famille n'est pas une bonne idée. Je me crispe légèrement avant de reprendre, d'un ton bien plus sérieux que d'ordinaire.

"Tu n'auras en revanche pas à craindre pour la probité ou la réputation des tiens. J'y veille depuis toujours, ça ne risque pas de changer. Et je ne vois pas pourquoi je t'accuserais de maux dont tu n'es pas responsable. Si d'autres ne le comprennent pas, ce n'est pas notre problème, il suffira de ne pas les en informer. Ton secret est bien gardé avec nous, personne n'en saura rien et tu n'auras jamais à être humiliée pour ça."

De ma main libre, j'effleure un instant celle qu'elle a posée sur ma joue mais je tique quand elle parle du fait de m'appartenir. Voilà encore une des choses à laquelle je n'ai jamais songé. Evidemment Megara est ravissante, je n'ai pas menti quand je l'ai dit à haute voix, mais l'avoir dans mon lit ne m'a jamais effleuré. Je déglutis, gardant le silence quelques instants avant de mettre cette pensée de coté et tout ce qu'elle implique. Chaque problème en son temps et celui-là se présentera bien assez tôt j'imagine. Je reprends alors la parole, d'une voix aussi douce que possible.

"Loi de moins l'idée de parler au nom des Sept, je n'ai pas cette prétention. Mais je ne veux pas que… enfin que si notre mariage n'arrange pas vraiment les choses pour toi, tu continues de le voir comme une punition. Ou que tu imagines que tout est gâché. Je ne sais pas comment les choses vont évoluer ou si tu dois réellement chercher une rédemption quelque part, mais peut-être devrais-tu essayer de ne pas te focaliser que là-dessus. Je sais, c'est probablement plus facile à dire qu'à faire."

Et, au reste de ses propos, je ne peux m'empêcher de lui sourire en lui lançant un regard en coin. Meg. Non seulement elle ne m'a pas repris de volée mais en plus, elle semble l'accepter. Voilà qui est… surprenant. Et ma foi plutôt agréable. A quel point, je ne saurais le dire, alors je me contente de souffler, d'un ton léger.

"Il est exclu que je ne revienne pas en pleine forme de Falewell, il semblerait que je doive me marier bientôt. Ce serait dommage de rater ça, tu ne crois pas ? Et si Lyman est blessé pour le mariage, il va m'en faire voir de toutes les couleurs dans les mois à venir. J'ai intérêt à bien m'occuper de lui."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Lun 29 Aoû - 2:14

Lorsque ce trouble s'était brusquement immiscé dans sa vie, lorsque cette malédiction avait commencé à faire son œuvre en elle et dans sa vie de tous les jours, Megara avait comme senti son monde s'effondrer et la terre s'ouvrir sous ses pieds. Il y avait un avant et un après, pour elle comme pour les siens. Et tout ceci l'avait contrainte et obligée à changer, à s'adapter, à faire profil bas et à développer une attitude adaptée, du moins, adaptée à éviter de faire des vagues et à couper court à toute approche trop personnelle et trop intime de sa personne en provenance d'êtres étrangers à sa famille proche. Elle n'avait jamais été snob, ou élitiste, bien qu'elle ait évidemment grandi entourée de ce vaste, de ce prestige et de ces facilités qui allaient de pair avec son titre de noblesse. Elle pouvait sans doute compatir autant qu'elle le voulait et le pouvait avec les plus démunis, cela ne ferait jamais d'elle un être semblable à eux, mais cela ne l'avait jamais empêchée de continuer à se montrer aussi humble que possible, et ce bien qu'elle n'ait jamais conçu un seul instant abandonner son rang et sa vie. Mais avec cette malédiction, ce coup du sort des Dieux, elle n'avait pas persévéré dans cette voie autant qu'elle aurait pu le faire si tout ceci n'était pas arrivé.

Elle était si brusquement passée de l'âge de l'enfance à l'âge adulte, sans douce transition possible et permise, qu'elle avait dû s'adapter et apprendre à adopter un total contre-pied, ou presque, dans bien des domaines. Elle aurait pu être cette princesse compatissante qui profitait des jours de fêtes pour distribuer vivres et piécettes sur les places de marché ou dans les villes du Royaume. Mais elle ne l'avait jamais fait, du moins, pas directement, car se retrouver cerner au milieu d'une foule se révélait déjà si dangereux et compliqué en tant que princesse, mais alors, ajouté à son trouble ... Et ceci n'était qu'un exemple parmi tant d'autres ... Choisir, c'est renoncer. Et Megara s'était naïvement toujours dit qu'elle, un jour, elle parviendrait à choisir sans jamais renoncer à quoi que ce soit, et elle portait encore en elle ces espoirs là. Elle se disait aussi, depuis sa plus tendre enfance, que, parfois, peut-être, si l'on priait fort pour que demain ne vienne pas aussi vite qu'il ne le devrait, peut-être que les Dieux vous entendraient, pour que vous puissiez continuer à vivre et profiter du moment présent et laisser les inquiétudes et les lendemains qui risquent de déchanter pour plus tard. Mais Gareth ne connaissait pas forcément cette facette là d'elle-même, car elle avait été bien plus distante avec lui que ne l'avaient été son frère et sa sœur à son égard. Rien que de personnel, cependant, Megara avait agis de la sorte, par obligation, avec un peu tout le monde, mais son fiancé l'avait sans doute saisi depuis longtemps, d'autant plus aujourd'hui qu'il en comprenait sans doute les raisons. Ses interrogations étaient donc naturelles, quoi qu'il en était. Et il était naturel pour elle, et même poli et respectueux, que de ne pas lui répondre précipitamment en lui disant ce qu'il voulait entendre. Ce qui expliqua ce petit temps d'arrêt et ce silence qu'elle laissa planer avant de lui exprimer ce qu'elle avait sur le cœur au sujet des regrets qui pourraient venir quant au prestige de leur union, ou plutôt quant au manque de prestige de leur union.
    ❧ J'ignore ce que l'avenir me réserve, et ce que les évènements futurs pourraient bien venir à changer dans mon attitude comme dans ma perception des choses ... Ce que je sais ... Ce que je sais, en revanche, c'est que j'ai tout autant passé ma vie entière à être formée à devenir Reine qu'à espérer secrètement pouvoir vivre l'une de ces unions des romans de chevalerie et d'amour courtois, où la jolie princesse épouse le preux chevalier qui la hissera sur sa monture blanche et fougueuse pour chevaucher vers des horizons illuminés des splendides couleurs rougeoyantes d'un coucher de soleil. ❧ C'était une confession comme une autre, quelque chose qui ne lui était sans pas entièrement étranger, car il était connu, ici, à Castral Roc, que l'aînée des princesses était aussi celle qui avait le plus la tête dans les étoiles. Elle assumait parfaitement, et ne s'était pas sentie contrainte et forcée de lui offrir une telle confession, ce qui ne l'empêcha tout de même pas de piquer un petit fard, malgré tout. ❧ Je ne suis pas forcément tenue des plus informés quant au contenu de notre contrat de mariage. J'ignore si quelque possession foncière nous sera accordée, mais ce que je sais, en revanche, c'est que Lyman ne me laissera jamais être reléguée à une place de faire-valoir et de sous-fifre. Lorsque je serais amenée à seconder son épouse, il veillera à ce que je le fasse vraiment, et à ce que nulle autre ne me ravise ma place. Du moins, je l'espère. Et je crois que c'est ça, dans le fond, qui m'importe le plus : ne pas devenir une simple ombre, une jolie princesse qui n'est là qu'en décoration, une épouse qui n'en a que le nom et vit dans une solitude lancinante ... Et peut-être qu'en fin de compte, je l'aurais tout de même, mon union maritale avec un preux chevalier ... ❧
Le sourire qu'elle lui adressait se voulait le plus doux possible, mais sans doute ce dernier se trouvait-il tout de même quelque peu teinté d'incertitude et de peur. Oui, elle ne s'en cachait pas, l'avenir était synonyme de craintes pour elle, d'autant plus cet avenir proche, auquel elle n'avait jamais réellement eu le temps de songer, auquel elle n'aurait jamais le temps de vraiment s'habituer avant qu'il ne devienne réalité. Chaque chose en son temps, sans doute, mais il lui avait demandé de la franchise et de l'honnêteté, et elle tentait d'ores et déjà, tant bien que mal, de satisfaire à sa demande. Elle ne voulait pas qu'il doute de la force de caractère qu'elle pourrait malgré tout avoir si elle désirait quelque chose : maintenir un privilège, conserver un certain respect de sa personne, aussi. Megara pouvait être douce, calme et assez avisée, mais elle n'en demeurait pas moins avoir quelques ambitions et désirs bien personnels. Et, oui, elle espérait de tout son cœur que si Jeyne se révélait être une future souveraine qui lui rappellerait son rang et ce qu'elle avait manqué par sa propre faute, Lyman saurait s'interposer et prendre sa défense. Mais les quelques bribes de connaissance qu'elle avait concernant sa belle-sœur ne l'amenait pas forcément à penser qu'une telle situation surviendrait un jour. Mais Jordane lui ayant inculqué qu'il ne fallait jamais dire jamais ... De la même façon, sans doute devait-elle veiller à ne pas entièrement se réjouir trop tôt de son union avec Gareth. Ils ne se connaissaient vraiment que très peu, et même si, visiblement, tous deux étaient prêt à œuvrer ensembles pour que tout aille pour le mieux, ils ne s'étaient ni l'un ni l'autre déjà retrouvés dans une telle situation, celle que d'être mariés, et ensembles, qui plus est. Ils ignoraient tout de ce dont serait fait leur quotidien, comme ils ignoraient s'ils étaient compatibles pour vivre ensembles à la longue, ou des choses de ce type là ...
    ❧ Je suppose que le plus simple et aisé serait d'enfin comprendre pourquoi tout ceci m'est arrivé. Cela m'éviterait de continuer de me torturer, et peut-être trouverais-je alors un moyen de ... Ce n'est pas moi qui devra passer en première, dans notre mariage. Je ne veux pas que tu me regardes avec compassion, ou que tu hésites dans chacun de tes gestes de peur de me blesser. Je reste une Lanniser, malgré tout. Une lioncelle, pas une lionne, peut-être, mais une Lannister quand même, avec mon égo, et mon amour propre ... ❧ Il n'était sans doute pas temps de s'aventurer sur le terrain de ces dérapages extra-conjugales qui arrivaient dans bien des couples, mais la Princesse savait déjà quelle était son opinion là-dessus. ❧ Effectivement, Mère souhaite nous voir marier dès que tu reviendras ... Et il est hors de question de voir le moindre estropié à ma noce, qu'il s'agisse de Lyman ou de toi. Comment pourrions-nous ouvrir le bal, si tu es tout brinquebalant ? ... Et s'il vient à l'idée du moindre artiste d'immortaliser notre union, Lyman nous en fera une jaunisse s'il est représenté assis sur une chaise à cause de la moindre de ses blessures. Je crois qu'il craindrait alors qu'il soit immortalisé comme un prince nain, ou faible, ou maladif ! ❧ Un léger éclat de rire fusa d'entre ses lèvres avant que la sensation de leur proximité physique ne lui monte à la tête, lui donnant quelque peu le tournis, alors que, finalement, une sorte de plainte, entre le râle et le gémissement, naissait en sa poitrine, chose qu'elle contint avec peine, alors qu'elle coupait tout contact physique entre eux, non sans se reculer avec brusquerie, toujours assise, manquant de tomber du banc et de se retrouver les deux fesses par terre. Cela serait un tableau bien pitoyable, sans doute ... Elle finit par se lever, hyperventilant quelque peu, et tournant le regard son garde attitré. Un seul mot d'elle, sans doute, et ...
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Dim 4 Sep - 22:47

Jusqu'à ce que je me retrouve face à face avec Megara, j'avoue que je ne savais pas du tout comment les choses allaient se passer. Si elle allait m'éviter, m'en vouloir ouvertement ou que sais-je encore. Et maintenant, alors que tout semble se passer bien mieux que je ne l'aurais espéré, j'admets ne pas encore réussir à deviner comment les choses vont évoluer. Au moins, nous nous entendons plutôt bien, autant se raccrocher à ce qui semble évident et facile à accepter. La distance qu'elle a imposé entre nous, que ce soit à cause de sa maladie ou d'autre chose qu'elle ne souhaite pas aborder, semble quelque peu s'effriter et la femme que je découvre derrière la princesse et loin de me déplaire. Même si ça n'efface pas le reste, bien évidemment, même si je tente tant bien que mal de l'occulter pour  ne me focaliser que sur la jeune lionne.

Le silence qu'elle laisse filer tout de même après mes propos m'inquiète, et pas qu'un peu. Si je me suis montré franc, je crains brusquement qu'elle ne fasse de même et que les mots qui sortent de sa bouche ne me déplaise. Mais je l'écoute pourtant sans l'interrompre, fronçant tout de même légèrement les sourcils quand elle parle de cet amour courtois dont elle rêve visiblement depuis toujours. Je ne peux manquer de voir qu'elle rougit et, par réflexe, j'effleure ses joues sans rien dire, continuant de l'écouter avec une attention non feinte. Et, quand elle me sourit, je ne peux m'empêcher de lui sourire en retour avant de prendre une légère inspiration, cherchant les mots les plus appropriés pour lui répondre.

"Je serais malavisé de croire que je suis capable de savoir de quoi l'avenir sera fait. Si l'on m'avait demandé de deviner ma situation actuelle il y a quelques mois à peine, quand nous étions à Goeville, je pense que je n'aurais jamais pu deviner quoi que ce soit de ce qui a pu nous arriver. Mais ça n'a pas vraiment d'importance à dire vrai. C'est ce qui se passe maintenant qui compte."

Je toussote légèrement, me focalisant sur le reste de ses propos et non pas sur ce preux chevalier qu'elle attend, sans bien savoir pourquoi. Enfin si, je sais parfaitement, mais je ne veux pas y songer. Pas dans l'immédiat en tout cas.

"J'ai discuté un peu avec la Reine des termes du mariage. Nos… enfants auront des terres et pourront prétendre à la couronne si Lyman n'a pas d'héritiers. Mais ils auront les possessions qui vont avec leur rang. Quant à moi, ma place actuelle me convient parfaitement, même si j'aurais probablement encore plus à cœur de veiller sur les enfants royaux en m'unissant à l'une d'entre eux. Il y a quelques dispositions te concernant, si tu veux les connaitre."

J'esquisse un sourire, serrant sa main un peu plus fort avant de me lancer et de continuer, d'une voix aussi douce que possible.

"Tu ne seras pas une ombre. Tu es une lionne, personne ne peut laisser un Lannister se contenter de décorer le paysage, n'aies pas d'inquiétudes à ce sujet. Quant au preux chevalier… je ne saurais dire si je remplirais tes attentes ou pas Meg' mais je m'efforçais de faire en sorte de t'aider à réaliser l'un de tes souhaits… à défaut de pouvoir t'aider pour l'autre."

Je ne sais pas si je saurais être celui qu'elle attend mais une part de moi me souffle qu'il serait idiot de tenter de tenir un rôle autre que le mien avec elle. Surtout après lui avoir parlé de franchise et d'honnêteté. Et, si la discussion était déjà quelque peu compliquée, elle ne s'arrange pas alors que nous parlons plus franchement de sa maladie. Sa gêne, ou plutôt son désarroi est palpable et je ne sais guère quoi dire ou quoi faire pour tenter de l'aider. Je hoche doucement la tête alors qu'elle reprend et, à ses propos, je ne peux m'empêcher de me sentir gêné, sans réellement être sûr qu'elle évoque bien ce à quoi je songe. Je laisse alors filer, d'un ton que j'essaie de rendre léger.

"Je… voilà une demande un peu singulière. D'ordinaire, les gens ne préfèrent-ils pas passer en premier ? Je ferais en sorte de ne pas te regarder comme tu le crains alors. Quant à mes gestes… je dirais que je serais plutôt hésitant parce que je ne sais guère comment me comporter en tant que fiancé. J'avais déjà peur que tu n'apprécies pas que je te prenne la main…"

J'ai une grimace qui se transforme en sourire quand elle reprend et évoque le mariage. Pour la première fois, l'idée se fait un peu plus tangible et j'essaie de ne pas prendre garde à cette vague de panique qui s'insinue peu à peu. Non pas à l'idée de l'épouser elle, enfin je ne pense pas, n'étant pas réellement conscient des conséquences de sa maladie sur notre quotidien, mais de m'unir sans avoir eu le choix, sans être réellement prêt. Alors qu'il y a quelques mois à peine, je me surprenais à imaginer un rapprochement avec Lynara. Je ne suis qu'un idiot. Et je n'ai pas le droit de penser à ça. Je sursaute alors qu'elle laisse filer un rire et je me joins à elle l'espace d'un instant avant de hausser les épaules.

"Il va donc falloir que je fasse vraiment attention aux endroits où je vais mettre les pieds pour satisfaire tes envies de danse. Et je t'avoue que cette vision de Lyman a quelque chose d'honteusement amusant. Surtout s'il est dessiné comme un nain malade."

Je suis sur le point d'ajouter quelque chose quand elle retire brusquement ses doigts de ma main et qu'elle se relève tout aussi brutalement. Je fronce les sourcils, la fixant sans bien comprendre ce qui lui arrive et je me relève, hésitant.

"Meg… je… j'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Il y a un souci ?"

Et là, impossible de ne pas voir le regard qu'elle jette en direction de son garde. Je me fige, toute trace de sourire disparue de mon visage.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Lun 26 Sep - 2:03

L'avenir était aussi incertain que pouvaient l'être le mouvement des marées qui venaient faire se fracasser les vagues au pied de l'immense rocher sur lequel avait été bâtie la forteresse qu'était Castral Roc. Si elle n'avait pas plus le pied marin que cela, bien qu'elle n'ait jamais été saisie du moindre mal de mer ces fois où elle avait pu embarqué à bord d'un navire ou d'une frégate bien plus légère, voire même lorsqu'elle avait pris place sur une barque, Megara se sentait tout de même emplie d'une certaine connivence avec les flots, avec ces Mers du Crépuscule. Elle les voyait et les connaissait depuis sa naissance, et, pour ainsi dire, ce panorama était le sien depuis toujours. D'une certaine façon, elle estimait que cette vue, qu'elle pouvait voir du balcon de ses appartements, ne pourrait jamais lui être dérobée, qu'elle se montrerait toujours en mesure de se la remémorer rien qu'en fermant les yeux et ce même si elle ne pouvait plus la contempler de visu, pour une raison ou pour une autre. Pendant quelques jours, plus jeune, il avait été question de la changer d'appartements suite à des travaux de rénovation. Elle avait rechigné et renâclé, faisant pour l'une des premières fois de sa vie preuve de son audace et de son affiliation avec cette lignée des Lannister, ces lions bien dotés en ce qui concernait les griffes et les crocs. Sa mère s'en était tout à la fois montrée fort ravie puis critique, en la voyant quelque peu s'entêter et aller à contre-courant du sens commun et de la raison. S'emporter ainsi, pour une broutille de ce genre, vraiment ? Jordane n'avait pas compris. Ces flots, cette vue, ce panorama, ils la rassuraient autant qu'ils constituaient les contours du monde connu jusqu'alors, pour elle. Elle avait craint, au plus profond d'elle-même, qu'on la punisse, qu'on la sanctionne, idée toute à fait saugrenue et infondée. Une peur panique d'être éloignée de ce qu'elle connaissait, de ce petit monde qui était le sien. Même si, à l'époque, sa tête ne dépassait pas réellement de la rambarde du balcon, elle se sentait forte, comme s'il lui poussait des ailes. Elle était tout en haut, et ces flots tout en bas. Elle les dominait, les contemplait de toute sa hauteur, et elle se sentait bien, si bien ... Finalement, son père avait veillé à ce que les rénovations se fassent le plus rapidement possible, quitte à faire travailler les artisans même la nuit, pendant que Megara avait trouvé refuge dans les appartements de Nymeria, sa cadette. Bien sûr, Megara avait mûri depuis, et était plus ou moins parvenue à mettre des mots, des explications et des sensations sur tout ceci. Elle était moins effrayée, et plus rassurée, ayant compris qu'elle devrait quitter ce panorama, lui tourner le dos, où qu'elle aille, Castral Roc étant la capitale la plus à l'Ouest. Son rôle, elle l'avait compris, serait de se marier, de quitter les siens pour intégrer une nouvelle famille.

Mais aujourd'hui, si les faits demeuraient, la forme prendrait une toute autre mesure, de par sa propre faute, en plus ... Qui aurait pu le deviner ? Depuis son plus jeune âge, tous la concevaient et la percevaient comme la plus parfaite des princesses, comme un modèle de droiture et de vertu. A n'en pas douter, si l'on demandait à ceux qui la connaissaient et à ceux qui se targuaient d'être des références en matière de bonnes manières et de règles de bienséance, de personnifier le modèle de la princesse par excellence, à n'en point douter, elle serait la lauréate ! Ses vertus et ses qualités étaient, parait-il, vanter par delà les royaumes, jusqu'aux plus lointaines contrées du continent, et jusqu'aux oreilles de toutes les familles royales de Westeros. Nul n'avait alors douté du fait, qu'un jour, elle épouse l'un des princes, et particulièrement l'un des héritiers princiers. C'était presque une chose convenue, une voie tracée pour elle depuis longtemps déjà. Elle n'avait bien sûr jamais eu son mot à dire là-dessus, car tout ceci coulait sous le sens et constituait une tradition bien ancrée dans les mœurs et les sociabilités. Bien sûr, tous les princes et toutes les princesses ne s'épousaient pas les uns les autres, car les royaumes n'étaient finalement pas si nombreux que cela, et la consanguinité était vite arrivée entre cousins. Et puis, parfois, les mariages princiers étaient tout autant destinés à nouer des alliances avec l'étranger qu'à apaiser les tensions internes au sein du royaume. On donnait ainsi parfois des princesses en mariage à des fils de grandes familles ... Mais qui, exactement, aurait pu concevoir que Megara se retrouve finalement promise à un noble d'une extraction bien moins haute ? Personne, sans nul doute. Car, visiblement, la concernant, nul ne pouvait se targuer de se douter de quoi que ce soit se rapprochant réellement de la vérité. Peut-être devrait-elle percevoir tout ceci comme une preuve de ses qualités de dissimulatrice et de manipulatrice, mais, honnêtement, de tels atours n'avaient jamais été dans ses ambitions. Et si elle savait qu'elle agissait pour le bien des siens, et pour sa propre réputation, cela ne l'empêchait jamais d'en sentir le goût amer et quelque peu ensanglanté dans sa bouche, tout contre son palais, en une saveur quelque peu lancinantes sur ses papilles. Gareth lui-même, qui était si proche de Lyman, n'avait rien vu, ou plutôt rien compris du drame réel qui se tramait en secret ... Tout comme elle, de son côté, en savait bien moins que lui au sujet de leur union si prochaine ...

    ❧ Je suppose que tu ignores ce qu'en pense mon père ? Mère ne le laisse sans doute pas s'occuper de tout ceci. Comme tu le sais, Père a toujours éprouvé une affection toute particulière avec moi, et il a toujours plus été un père qu'un roi dans toutes les affaires me concernant. Même s'il doit être ravi de ne pas me laisser le quitter, a contrario de Nymeria ... ❧ Son regard se perdit quelque peu dans le vide, ou plutôt dans un point non déterminé, là où un doux sourire s'épanouissait sur ses lèvres. Finalement, Megara reprenait pied à la réalité. ❧ Je ne souhaite pour rien au monde le malheur de mon frère, mais si jamais telle chose devait survenir, il m'est agréable de savoir que sa succession sera tout de même assurée via le sang d'une Lannister. Tout comme il m'est agréable d'apprendre que nos enfants seront titrés et dotés. Tu n'as donc rien négocié te concernant ? C'est noble de ta part. ... Me concernant ... Ne vas pas croire que je suis vénale ou superficielle, mais je n'aurais en effet rien contre le fait d'apprendre ce qui est prévu me concernant. ❧
Et puis, l'entendant proférer ces paroles destinées à la rassurer, elle ne put s'empêcher de sourire, sans doute encore plus que depuis le début de leur entrevue, alors qu'une chaleur agréable naissait au sein de sa poitrine. Douce, agréable, et non menaçante. De cette chaleur qu'elle connaissait bien pour la ressentir lors de ses anniversaires, ou bien lorsqu'elle était au creux des bras de son père, plus jeune, ou que Lyman lui offrait une fleur en s'excusant des pétales qui commençaient déjà à faire triste figure tout ça parce qu'il avait serré si fort la tige qu'il avait abimé le végétal. Elle espérait grandement que ce sourire soit suffisant à Gareth pour qu'il estime avoir obtenu réponse à ses paroles car, honnêtement, elle ne savait trop comment bien lui présenter les choses sans avoir la sensation d'avoir régressée d'au moins plusieurs années. Sans doute était-elle devenue femme trop tôt, dans un contexte trop peu glorifiant et si brusque. Sans doute aussi cela avait-il été au prix de sacrifices et de pertes conséquentes, notamment concernant son innocence. Alors Megara conservait peut-être quelques penchants qu'on aurait estimé ne plus être de son âge s'ils étaient révélés au grand jour. Sans doute tenait-elle à conserver ces choses qui la rendaient si attachantes depuis toute petite ... Ainsi, certes, elle était princesse, mais elle estimait que cela ne devait jamais lui permettre d'être vexante, offensante, blessante et violente dans ses propos et dans ses actes, et ce en toute impunité. Elle était la bonté incarnée, selon bien des êtres estimant la connaître, et elle était aussi perçue par les siens comme sachant allier comme personne des choses qui, en temps normal, n'étaient pas faîtes pour se lier et se mélanger. Elle agissait tout autant de la sorte en termes d'arts que dans sa façon de vouloir gérer et appréhender les choses. Elle était née Lannister, parée d'atours léonins, mais elle estimait tout autant que les lions se devaient d'être féroces que majestueux, et la majesté devait peut-être, à ses yeux, passée par une capacité à obtenir ce que l'on désirait sans jamais avoir honte et sans jamais non plus tout décimer autour de soi. N'est-ce pas dans la frustration, la vexation et la vengeance que naissent les germes de la révolte et de la menace ? Finalement, voyant qu'elle déstabilisait un peu Gareth après avoir quelque peu expliqué ce qu'elle avait sur le cœur, Megara reprenait la parole.
    ❧ Je ne suis pas les gens Gareth, je suis moi, seulement moi, avec mes défauts et mes qualités. J'ai ma fierté, et l'orgueil des Lannister, l'amour-propre d'une princesse, aussi. Il serait blessant et offensant pour moi d'être observée avec pitié, d'être perçue comme faible, devant sans cesse être gérer avec prudence et délicatesse de peur de me heurter et de me blesser ... Je sais que je ne suis pas aussi forte que Nymeria sous le regard des gens, mais ... Je suis encore debout, malgré ce poids sur mes épaules, et ... Et je l'espère, cela prouve que je ne m'envole pas dès les premières brises. Et puis ... Même si j'avais épousé un prince héritier, de par son rang et les futures responsabilités qui lui incomberaient, j'aurais dû tout faire pour le seconder : cela n'aurait-il pas été être quelque peu reléguée à sa suite ? ... Tu ne m'apparais pas menaçant, et je sais que tu tiens trop à mon frère pour t'aventurer à profiter d'une quelconque faiblesse de ma part. Le danger vient de moi, pas de toi. Je suppose que les choses deviendront bien plus aisées une fois notre mariage survenu. Le regard des gens deviendra moins périlleux, je suppose, oui ... ❧
Peut-être Megara semblait-elle si craintive du regard des gens, là où, en tant que princesse, de par son rang et son titre, elle leur était supérieure, à toutes et à tous. Les seuls êtres pouvant être au-dessus d'elle hiérarchiquement étaient ses parents et son frère. Or, il ne viendrait à l'esprit d'aucun d'entre eux de l'humilier, de la critiquer vertement ou de s'effarer devant cette malédiction qui était la sienne. Ce n'était ni dans leur intérêt ni dans leur cœur que de s'en prendre à elle. Ils l'aimaient trop pour ça, elle en était sûre et certaine. Et cet amour, elle le leur rendait bien. Elle le leur rendait même plus que bien, à s'auto-flageller comme elle le faisait en priant toujours si fort les Sept qu'Ils les épargnent en l'épargnant elle. Elle aimait ses parents tout autant qu'elle aimait son frère et sa sœur, même si, avec les années, quelques distances avaient pu naître entre eux. Mais il n'en demeurait pas moins qu'elle tenait à Lyman avec ardeur et passion. Il était son frère tout autant qu'il était le futur roi du Royaume du Roc. Oh, bien sûr, il avait ses défauts, qu'elle ne manquait pas de remarquer et de souligner, quand il le fallait, mais il restait son frère.
    ❧ Tu sais donc ce qu'il te reste à faire. Reviens moi de Falwell en un seul morceau, et en plein état physique, et veilles à ce qu'il en aille de même pour mon frère. ... Reviens-moi ... ❧ Ce torrent irradiant en elle s'était-il réveillé à la suite de la portée de ses paroles, ou tout ceci était-il allé crescendo sans qu'elle ne le remarque entièrement ? Le fait était qu'elle se retrouvait prise de ce malaise si profond, qui l'entravait et la contraignait à devoir prendre de la distance, et à voir tout autour d'elle commencer à vaciller. Bien sûr, cela inquiète et perturbe Gareth, et elle ne peut s'empêcher de fermer les yeux un instant en sentant le poids de la culpabilité s'affaisser sur ses épaules. Il s'inquiète à cause d'elle, il s'interroge à cause d'elle, il se sent dans la position du fautif à cause d'elle ... Tout ce qu'elle ne voulait pas ... Mais elle ne veut pas non plus le laisser dans une telle situation sans lui offrir la moindre des réponses, ne serait-ce parce qu'il lui a réclamé de l'honnêteté, et qu'il est son futur époux, principalement, aussi ... Cependant, elle ne peut le regarder, tout comme elle sait qu'elle révèle bien plus qu'elle ne le voudrait si elle continue de tourner les yeux en direction de son garde attitré. Je ... Je ne sais pas. Je ne comprends pas, je ... Je suis désolée ! Elle ne bouge pas, reste figée, ne tente pas le moindre pas en direction de son échappatoire habituel. Elle sent sa gorge se nouer et ses émotions se mêler les unes aux autres avec force et fureur. Ils n'ont jamais encore expérimenté une telle chose, à deux, et pourtant, la Princesse craint que cela ne soit que le début. Or, il ne sera pas attendu d'eux qu'ils continuent d'employer la même technique utilisée jusqu'alors par Megara, n'est-ce pas ? Ils devront trouver une solution, et ensembles, sans nul doute. Mais pourquoi dès maintenant, dès aujourd'hui ? Tant qu'elle ne dit rien, tant qu'elle ne fait rien, le garde ne bouge pas, mais qu'en sera-t-il de Gareth ?


Dernière édition par Megara Lannister le Dim 2 Oct - 0:51, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Lun 26 Sep - 22:29

Je ne me rappelais pas que Megara pouvait être à la fois aussi forte fragile. A dire vrai, en plus de 15 ans passés à Castral Roc, les souvenirs que je peux avoir de la jeune lionne doivent se compter sur les doigts d'une main. Pour autant, je ne lui en ai jamais voulu. Elle était dans un monde totalement étranger au mien et qui ne m'intéressait guère. Et je ne me voyais guère de sujet de conversation qui aurait pu nous intéresser tous les deux. Je me rends compte cependant qu'il va falloir nous en trouver si nous voulons éviter de nous regarder en chiens de faïence une fois que nous serons mariés. Et je me demande, en cet instant précis, ce qu'elle peut réellement penser de tout cela. Elle qui a été élevée pour devenir Reine, ou au moins pour être la femme d'un grand homme, elle qui a toujours vécu dans un univers si différent du mien et qui se retrouve confrontée à celui que les circonstances lui ont choisi. Et, d'une certaine façon, je me retrouve tout autant qu'elle au pied du mur. A devoir accepter un mariage de convenance, pour sauvegarder l'honneur des Lannister, pour qui j'ai juré de toujours tout faire, même au prix de mon propre bonheur. Oh, évidemment, je ne pensais pas vraiment à ce que ça pouvait impliquer mais j'avais commencé à en avoir un bref aperçu lorsque j'ai suivi Lyman face aux sauvageons. Et maintenant, je crois que j'en ai pleinement conscience.

Mais le pire, c'est qu'objectivement parlant, je ne peux guère me plaindre. J'ai de la chance. J'aurais pu tomber bien plus mal et m'accommoder d'une future épouse acariâtre, refusant de me parler ou pire encore. Là, il semblerait que je pourrais être en mesure de réaliser la promesse faite à sa royale mère, faire tout ce que je peux pour que notre mariage soit aussi heureux que possible au vu des circonstances. Je laisse filer un silence pensive à nos échanges et, quand elle parle de son père, j'avoue ne pas savoir quoi lui répondre sans la blesser.

"Je… je ne pense pas qu'il soit au courant. Hormis ta mère, Lyman et moi, personne ne sait. C'est probablement pour ça qu'il ne s'occupe guère de ton mariage ou du reste. Je suppose que ta mère l'a laissé volontairement à l'écart. Mais je gage que oui, il doit être heureux de te voir rester ici. Quoiqu'un peu déçu du choix fait par ta mère."

Notre discussion se fait un rien plus pragmatique, alors que nous parlons des conditions de notre union. J'ai un sourire amusé à sa réponse et je souffle, d'un ton tranquille.

"N'y vois nulle noblesse de ma part. Il serait malavisé de réclamer quoi que ce soit au vu de l'honneur qui m'est fait. Les gens parlent et me voient déjà probablement assez comme un parvenu qui abuse de sa position auprès des vôtres. Après tout, les gens sont persuadés que je saurais convaincre Lyman de ce dont j'ai envie ou que je saurais trouver le meilleur mari pour Alys. Si en plus, je réclamais des terres ou un titre particulier, il est fort probable que je ne ferais pas une semaine sans me faire poignarder, verbalement ou non. Quant à toi…"

Je la fixe un instant, la tête penchée sur le coté avant de reprendre, toujours sur le même ton.

"Tu continueras d'apprendre auprès de ta Mère et tu seconderas Jeyne. Et… s'il leur arrive quoi que ce soit, tu seras la régente, le temps que de possibles héritiers soient en âge de régner. Tu resteras une Lannister Megara, quoi qu'il arrive. Et tu auras un vrai rôle à jouer."

Je laisse filer un instant, guettant sa réaction, avant de continuer à échanger avec elle. Son inquiétude quant à notre départ prochain est plus que compréhensible. Pourtant, elle nous a déjà vus partir bien plus longtemps et les circonstances étaient autrement plus dramatiques. Je souffle un rire à sa réplique et je la fixe, le regard pétillant.

"Aaaah… l'orgueil des Lannister. Couplé à celui d'une Princesse. Au moins, je ne pourrais pas dire que je suis pas au courant. Enfin, j'ai déjà eu à gérer celui de ton frère et de ta sœur. Je suis curieux de voir ce que ça donne avec toi. Et tu es forte Meg. Ce n'est pas parce que tu ne le portes pas sur ton visage comme pourrait le faire ta sœur que ça ne se voit pas. En tout cas, je suis… heureux que tu ne me vois pas comme une menace. Et j'espère aussi que les choses seront plus simples quand nous serons mariés."

Voilà qui sonne toujours aussi étrangement à mes oreilles, même si je commence à m'y faire. Et, au reste de ses propos, je laisse filer un silence et je souffle, dans un murmure.

"Je te reviendrais Meg. C'est promis."

La façon dont elle m'a demandé ça ne me laisse vraiment pas indifférent, je ne vais pas me mentir, quand bien même j'aurais, au fond de moi, préféré prononcer ces paroles à une autre. Mais je n'ai pas le temps de m'appesantir là-dessus que d'un coup, quelque chose semble se briser. Et elle me fixe, figée, alors que j'essaie de comprendre ce que j'ai pu dire ou faire de travers. Avant de finir par réaliser ce que ça peut être, surtout en voyant son regard paniqué et à la façon dont elle répond à mes interrogations.

Je me relève alors doucement et je prends une inspiration, non sans un regard en direction du garde. Il est évident qu'il n'attend qu'un signe de sa part pour agir mais, dans l'immédiat, elle ne fait rien. Il faut donc que je compose avec, sans avoir la moindre idée de ce dans quoi je mets les pieds et encore moins ce qu'il faudrait vraiment faire. La laisser ? Lui dire d'appeler son garde et de… de quoi au juste ? De filer avec lui ? L'idée me déplait, et pas qu'un peu. Pas pour ce qu'elle pourrait faire avec lui, j'en ai une idée des plus claires mais, je ne sais pas. Pas en ma présence. Je ne veux pas l'abandonner comme ça, bras croisés, songeant à ma future place d'époux princier.

"Meg…"

J'attrape sa main et je me rapproche d'elle, pour être sûr qu'elle sera la seule à m'entendre. Et je souffle, d'un ton incertain, alors que mon regard accroche le sien.

"… est-ce que… par tous les Sept, je me sens totalement ridicule en cet instant précis, autant te le dire tout de suite. Est-ce que tu veux que nous… enfin… aller dans un endroit plus… tranquille ? Tous les deux ? Je t'avouerais que je n'ai pas particulièrement envie de te laisser entre les mains de ton garde, quoi qu'il se passe. Pas du tout même. Mais si… enfin si c'est ce que tu souhaites. Je ne veux pas que tu te sentes mal à cause de ça… alors que nous pouvons… enfin…"

Bien. Je n'arriverais de toute façon pas à être plus explicite et au moins, à parler de la sorte, elle pourra s'esquiver si c'est ce qu'elle veut. Et, si elle n'est pas en train de subir une de ses fameuses… crises, je vais me sentir particulièrement idiot, autant le dire tout de suite. Je me rapproche tout de même encore un peu et j'effleure sa joue, guettant sa réaction avec une inquiétude que j'essaie tout de même de masquer.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Dim 2 Oct - 1:56

Megara avait toujours senti poindre une certaine fierté en son cœur que de savoir qu'elle était parvenue à détourner son père de son rôle de monarque pour qu'il passe du temps en sa compagnie et aille parfois jusqu'à jouer avec elle à la poupée. Cela avait eu lieu à bien des reprises, quand elle était encore enfant, et ce sans qu'elle ne cherche délibérément à le faire manquer à ses devoirs de souverain : elle avait alors effectivement été bien trop jeune pour comprendre tous les enjeux ainsi que tous les tenants et les aboutissants. Mais cela ne l'empêchait pas de s'en souvenir, et d'avoir continué à garder, par delà les années, une affection immense pour son paternel. Tout ce qu'il faisait, ou presque, trouvait grâce à ses yeux, et cela continuait encore aujourd'hui. Même si cela la peinait que de le savoir tenu à distance de certaines choses la concernant. Il s'en rendait compte, mais il n'en laissait rien paraître, du moins, elle, elle n'avait jamais rien vu ni rien entendu allant en sens inverse. Mais c'était pour son bien, ou plutôt pour leur bien à tous deux, n'est-ce pas ? De la même façon, son père et elle n'avaient jamais réellement discuté de sa future union à elle depuis que celle-ci était connue. Il fallait dire que les temps ne s'y prêtaient guère, et qu'il ne devait pas forcément être si aisé que ça pour lui de se confier à cœur ouvert sur ce qu'il pouvait bien ressentir. Car Megara n'était plus une enfant, et Loren ne pouvait plus exactement jouer sur la corde sensible de la petite fille devant encore être protégée ...
    Il doit sans nul doute s'agir d'une bonne chose. Je reste sa fille, et il va devoir laisser un autre que lui me tenir la main ... Cela doit être compliqué, j'imagine, que d'accepter de voir ses enfants grandir, et encore plus dur d'en avoir une preuve formelle ... Et puis, je crains fort que certains aspects techniques et matériels de notre mariage le laissent de marbre. La façon dont mes cheveux seront coiffés, ou le modèle de ma robe. Voire même la couleur de tes chaussures et la longueur et la taille de ta barbe ...
Elle ne le lui disait pas, parce que c'était ainsi, mais elle préférait de loin son visage lorsqu'il avait de la barbe, pourvu que celle-ci soit bien taillée, plutôt que de le voir imberbe. Pour l'avoir déjà vu sans barbe, elle savait que cela le rajeunissait, mais cela n'avait pas sa préférence. Ils n'avaient que 5 ans d'écart, autant dire rien du tout. Elle le savait très bien, mais nombre d'unions s'effectuaient, pour des jeunes femmes, avec des hommes bien plus âgés qu'elle, parfois même plus que leur propre père. Elle se savait donc chanceuse de ce côté là ainsi que pour bien d'autres côtés. Elle ne faisait pas exactement de liste, cependant : cela serait malvenu, déplacé, et cela la mettrait elle-même terriblement mal à l'aise. De toute façon, c'était comme les goûts et les couleurs, cela ne s'expliquait point. Il se trouvait peut-être simplement qu'elle faisait une projection de ce qu'elle connaissait depuis petite, c'est à dire d'avoir un père barbu, sur l'homme qu'elle devrait bientôt épouser. Et puis ... Et puis, malgré tout, et malgré le flot de bêtises qu'elle estimait entendre dire Lyman, la voix de son frère, bien des années plus tôt, trottait dans sa tête quant au fait qu'une barbe était signe de virilité et de masculinité. Lyman avait tant trépigné de pouvoir en voir une apparaître sur son visage, adolescent ...

Pour en revenir aux temps présents, malheureusement, Megara savait très bien que les gens avaient tendance à parler, surtout quand la cible de leur venin se trouvait haute dans l'échelle sociale, par assimilation ou appartenance directe. Quoi qu'on évitait de trop jaser sur les princesses, sur leur frère, sur leur père, et encore moins sur leur mère. Jordane avait des yeux et des oreilles partout, et elle ne tolérait absolument pas l'irrespect, et ça, tout le monde le savait. Cependant, Megara se garda bien de révéler à Gareth le contenu de certains des bruits de couloirs qui avaient pu remontés jusqu'à elle. Elle avait deux servantes très promptes à lui raconter les dernières rumeurs, et qui estimaient depuis l'annonce de ses fiançailles qu'il était de leur devoir de la tenir informée de toute attaque ou toute parole prononcée sur le dos de Gareth. Pas que cela ravise Megara plus que cela, alors qu'elle savait très bien que si de telles inclinaisons des deux jeunes femmes remontaient aux oreilles de sa mère ... Quoi qu'il en était, ce qu'elle avait pu apprendre n'était guère reluisant et respectueux, et elle se disait que cela blesserait Gareth que de les lui rapporter, frontalement. De toute façon, il ne s'agissait pas d'un bon sujet de discussion, et encore moins entre eux. Elle préférait garder le silence et écouter ce qu'il avait à lui dire, non sans lui sourire quelque peu, avant d'être un peu surprise de ce qu'elle apprenait. C'était que ... Cela ne la surprenait finalement pas forcément, du moins moins qu'elle ne le pensait, mais, disons que l'évocation d'un potentiel destin funeste qui pourrait l'amener à tenir de hautes responsabilités, et bien cela la ...
    Prions ardemment les Sept que jamais rien de dramatique n'arrive à mon frère, à ma mère ou à Jeyne ... Car mon orgueil a malgré tout ses limites et ... Espérer le pire pour gagner en puissance, c'est tout bonnement contre ma nature profonde. Profonde et moins profonde d'ailleurs. ... Toi, tu possèdes certains ... éléments qui te permettent de mieux comprendre la situation, et de savoir lire entre les lignes, mais cela n'est certainement pas le cas des grands du royaume, et ... Je n'ose même pas penser ce qu'il adviendrait du royaume si je devais devenir régente : un certain nombre d'entre eux y verrait sans doute une brèche, une opportunité de tout renverser et ... Et ... Merci de croire en moi. Cela signifie sans doute que j'aurais au moins un allié de mon côté.
Elle le réalise encore plus maintenant, même si elle l'a sans doute compris depuis quelques temps déjà, mais elle a besoin de lui. Besoin qu'il reste en vie. Besoin qu'il revienne de Falwell. Besoin qu'il lui revienne. Le rapport de force attendu est, dans leur cas, inversé. Car elle a bien plus besoin de lui qu'il n'a besoin d'elle, sans nul doute. Mais elle exerce cette requête tout autant égoïstement que sincèrement, car souhaiter son prompt retour en bonne santé est la moindre des choses : cela a à voir avec ses devoirs de princesse autant qu'avec ce rapport d'amitié qui s'est instauré entre Lyman et lui. Mais, bien évidemment, une part d'égoïsme et de narcissisme se glisse dans tout ceci ... Et peut-être que cela fait partie des raisons qui enclenchent cette nouvelle crise. Parce qu'elle est face à la réalité des choses, face au fait qu'il est désormais l'un de ses remparts, tout autant qu'une protection, une épaule sur laquelle se reposer, des bras auxquels faire confiance pour ne pas chuter et pour se relever en cas d'affaissement. Et tout tourne alors terriblement dans sa tête, s'entrechoquant dans son crâne, lui donnant tout à la fois le tournis que le vertige, enflammant tout son être de part en part et faisant renaître en elle ce désir si puissant, si ardant, comme la force de la marée montante et indomptable les jours de grande tempête ... Elle entend son cœur battre furieusement dans ses tempes, et pratiquement même jusqu'au bout de ses doigts. Il faut qu'elle respire, mais, pendant un instant, c'est comme si elle avait oublié comment faire. Comment mettre un pas devant l'autre, aussi. Et ce alors que Gareth ne tire pas sa révérence, qu'il ne se défile pas. Cela complique les choses, sans nul doute, mais une pointe de soulagement étreint son corps : il ne l'abandonne pas.

Pendant un instant, alors qu'il accroche de force son regard au sien, la contraignant à ne pas lâcher prise, elle feint de croire qu'il ne pense à personne d'autre qu'à elle, à rien d'autre qu'à la situation présente, en faisant fis de tout le reste. Des conséquences, des rumeurs potentielles, de la bienséance, de tout ça et de tout le reste. Et tout ceci lui donne envie de pleurer, de lâcher totalement prise, parce qu'il ignore la masse colossale et non-dite que tout cela peut signifier pour elle. Pour elle et pour la façon dont elle appréhende leur future union, aussi. Il est doux mais ferme à la fois, patient mais volontaire, autant force de décision que de proposition. Là, tout de suite, maintenant, tout son être princier est scindé en deux, sensation d'autant plus étrange que nouvelle pour elle. Peut-être parce que si le mal est identique, les circonstances sont différentes. Tous ceux qui sont venus avant lui ne signifiaient rien pour elle, et elle ne les avait plus jamais revus. Sans parler du fait qu'ils n'y comprenaient rien, qu'ils ne la connaissaient pas, qu'ils en profitaient allégrement et pour de mauvaises raisons ...
    Gareth ... Ce fut si soudain, si brutal, aussi, que peut-être le déstabilisa-t-elle tout autant psychologiquement que physiquement. Mais elle fit la première chose qui lui passa par la tête, cédant à son impulsion du moment. Attraper cette main qui effleurait sa joue pour la poser sur son fessier alors qu'elle se jetait littéralement sur sa bouche, comme si on y avait déposé le remède à ses maux. Mais il ne fallait pas, n'est-ce pas ? Céder à toutes ces pulsions, laisser la moindre chance à de malveillantes pensées prendre le pas sur tout ceci ? Débuter leur future union sous des hospices semblables à ... Semblables à la façon dont elle avait pu se comporter avec tous les autres. Cela lui demanda un effort surhumain, épuisant, même que de se battre contre elle-même, contre son propre corps, contre ses propres pensées. Et que de finalement nicher ses lèvres contre son cou, de se serrer si puissamment contre lui, et que de murmurer ses mots désespérés, au bord du précipice. Sers moi fort, et ne me lâche pas, je t'en prie. Empêches moi de bouger, je t'en supplie. Ne me lâche pas ... Ne me lâche pas ... Ne m'abandonnes pas ...
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mar 4 Oct - 12:34

Malgré les circonstances, il est agréable de voir que j’arrive tout de même à converser avec la jeune lionne. Pour être tout à fait franc avec moi-même, je m’attendais au pire et à me retrouver face à un mur qui ne voudrait pas discuter avec moi. Je suis bien plus soulagé que je ne voudrais l’admettre de sa façon d’appréhender les choses, même si je me doute bien que ça n’effacera en rien les obstacles qui se dressent devant nous. Peut-être arriverons-nous cependant à les rendre moins complexes à surmonter. J’esquisse un sourire à sa réponse et aux propos qu’elle tient concernant son père, avant de souffler, d’un ton léger.

"Je suppose que, dans le fond, personne ne trouverait réellement grâce à ses yeux pour te tenir la main. Mais je gage qu’il m’apprécie tout de même suffisamment pour ne pas le vivre trop mal. Je t’avoue en revanche être un peu dépassé par les considérations matérielles concernant notre union. Pour ne pas dire totalement. J’essaierais tout de même de me rendre suffisamment présentable vu que tu seras éblouissante. Un marié mal apprêté ne conviendrait pas du tout. Et de quelle longueur doit être ma barbe pour vous plaire ma dame ?"

Je ne peux m’empêcher de lui décocher un clin d’œil malicieux, quand bien même le fait d’y songer me rend nerveux et pas qu’un peu. Je me demande ce qui changera vraiment pour nous deux mais je préfère ne pas vraiment y songer, de peur de finir par avoir mal au crâne sans avoir de réelle réponse. Après tout, nous allons très rapidement être mis devant le fait accompli et j’ai bien d’autres préoccupations à gérer avant cela.

J’ai un bref hochement de tête à ses paroles. Il est vrai que l’idée d’imaginer le Roc sans Lyman, et Jeyne maintenant, est difficilement concevable, pour ne pas dire impossible. Je fronce un peu les sourcils à ses propos, me demandant ce qu’elle entend quand elle parle de ma capacité à lire entre les lignes mais je préfère me focaliser sur ses propres inquiétudes que les miennes. Il faut avouer que c’est nettement plus facile à gérer pour moi.

"Inutile de songer à ce que deviendrait le royaume si ce genre de choses arrive. Parce que tu ne seras jamais seule pour affronter tout cela. Sans compter le fait que oui, je crois en toi et en tes capacités à te relever de tout. Tu le prouves tous les jours non ? Si un malheur de ce genre doit arriver, et tout comme toi je prie ardemment que cela ne se passe jamais, tu auras les épaules pour rappeler qu’il y a toujours des Lannister ici."

Les choses auraient pu en rester là, sur ce ton encourageant, sa voix qui m’intime de revenir de Falwell pour elle. J’aurais probablement été ravi de notre discussion, probablement un peu troublé de voir à quel point elle peut me toucher alors que je ne m’y attendais guère. Mais les choses prennent une toute autre ampleur quand il apparait évident qu’elle souffre d’une crise ou de quelque chose y ressemblant fortement. Je pourrais fuir. Après tout, j’ai dans ma ligne de mire son garde, prêt à intervenir. Mais je ne peux m’y résoudre et je lui adresse un mouvement du menton de loin, comme pour me persuader que je maitrise la situation. Avant de me focaliser sur la jeune femme. Et de me rendre compte de la portée de mes propos. Visiblement, j’ai bien oublié le fait que m’adressais à ma princesse pour parler à celle qui va partager ma vie. Et, en cet instant, rien d’autre n’a d’importance. Si je ne suis pas capable de gérer la situation, nous ne nous en sortirons pas.

Alors je guette sa réaction, inquiet, la fixant quand elle prononce mon nom. Avant de me figer totalement quand elle se saisit de ma main et qu’elle m’embrasse sans la moindre retenue. J’avoue, je ne sais pas vraiment quoi faire quand bien même, pour être parfaitement honnête, la sentir contre moi n’est pas des plus désagréables et ma main se crispe sur elle alors que je lui rends son baiser. Mais je n’ai guère le temps de réagir qu’elle change diamétralement d’attitude et se serre contre moi, en murmurant quelques mots avec un désespoir que je ne peux ignorer.

"Je ne te laisserais pas Meg, je te le promets. Je ne te lâche pas, d’accord ?"

Et je passe mes bras autour de sa taille pour la serrer contre moi, la berçant légèrement, comme pour essayer de la calmer. Je ne saurais dire si c’est réellement efficace ou pas mais, au bout de quelques instants, je desserre quelque peu mon étreinte et j’attrape son menton pour relever son visage dans ma direction. Je l’embrasse alors doucement, mes lèvres s’attardant longuement sur les siennes, avant de souffler, avec un sourire aussi rassurant que possible.

"Voilà le premier baiser dont nous nous souviendrons. Tu pourras dire que je te l’ai volé au détour d’une conversation dans les jardins comme le chenapan que je suis."

Je laisse filer un silence, la serrant de nouveau contre moi avant de reprendre, sur un ton toujours aussi calme, qui ne trahit pas le moins du monde l’inquiétude que je peux ressentir quant à ma capacité à gérer la situation.

"Je sais que tu aurais préféré que les choses se passent autrement. Et moi aussi. J’aurais préféré que tu viennes vers moi par envie, pas par… besoin. Mais au fond, ça n’a pas grande importance, les couples qui se forment se font rarement par envie, n’est-ce pas ? Je veux que nous fassions les choses ensemble dès maintenant et que tu n’aies pas besoin de te mettre dans des états pareils pour résister à ce mal qui t’étreint. Et je veux aussi être là parce que tu seras bientôt ma femme et que tu es incroyablement belle Meg. Pas parce que j’y suis obligé. Ou que je peux abuser de la situation."

Et j'effleure ses joues du bout du pouce, bien décidé à ne pas la lâcher et ignorant totalement ce qui peut se passer autour de nous.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mer 5 Oct - 23:02

Tous les pères ne se valaient pas. Et tous les monarques ne se valaient pas non plus. Il n'y avait rien de supérieur, ici, à Westeros, que le rang de roi. En-dessous, les rangs aristocratiques se multipliaient, mais l'essentiel restait le même : le pouvoir et l'autorité. Le pouvoir et l'autorité sur ceux qui dépendaient de vous, le pouvoir et l'autorité sur votre propre famille. Et Megara se savait tellement chanceuse d'avoir le père qu'elle avait. Certes, il avait ses défauts, et il était inutile de dire qu'avec la mère qu'elle avait, la jolie blonde était parfaitement aux faits de ce que l'on pouvait reprocher à son père. Mais il valait tout de même convenir, et cela se faisait aisément, que Loren Lannister n'était pas le plus tyrannique et dictatorial des monarques. Et il agissait avec sa famille comme avec ses sujets. Megara n'avait donc jamais grandi dans la crainte d'être un jour livrée en pâture pour des motifs d'ambition ou de puissance. Elle savait très bien qu'elle se marierait par intérêt, ou plutôt qu'elle serait mariée par intérêt, mais elle avait toujours su et compris que ses parents, ou son père, au moins, prendraient la peine de s'assurer d'une certaine respectabilité et d'un bon nombre d'autres qualités devant impérativement être présentes en son futur époux. Bien sûr, au jour d'aujourd'hui, bien des choses se trouvaient bouleverser. Mais Megara ne sentait pas d'énormes craintes d'ores et déjà poindre en elle en pensant à son futur époux, et en l'observant.
    ❧ Mère a toujours dit que les hommes souffraient de trop d'impatience pour savoir gérer ces choses là ... ❧ Quant à savoir si la parole de Jordane Lannister était d'or, telle cet attribut que l'on accolait si facilement à leur patronyme ... ❧ Je dirais un peu plus courte que maintenant, mais pas trop. Je crains que de te voir sans barbe me rappellerait trop ton adolescence et ses pics dans les aigus et les graves ... ❧ Sa main s'était logée sur l'une de ses joues, avant qu'elle ne se mette à piquer un fard. Venait-elle d'avouer qu'elle avait jeté ne serait-ce qu'un œil sur lui lorsqu'il était encore adolescent ? A l'époque, ces questions de troubles étaient loin d'être à l'ordre du jour.
Il était si souvent malaisé pour elle de savoir ce qu'elle valait réellement. Elle n'avait encore jamais pu faire ses preuves, ni même se laisser aller à exprimer publiquement et sans fard ce qu'elle pensait, ce à quoi elle songeait, ou encore quelles idées étaient les siennes. Elle avait dû s'isoler de tant de choses pour se protéger et protéger les siens ... Sentir qu'elle avait d'ores et déjà Gareth de son côté était une sorte de soulagement. Pas comme un poids en moins, car ce poids là n'avait pas encore eu le temps de se former. Megara n'avait jamais pensé à ces choses là, parce qu'il n'était pas dans son caractère d'être pessimiste, et que, jusqu'à maintenant, pas un seul instant elle n'avait pu imaginé qu'un rôle de régence pourrait un jour lui échoir ... Tout ceci aurait de toute façon été d'une inconvenance folle, que de songer à la mort de son frère et aîné, ainsi qu'aux conséquences qui pourraient en découler pour elle. Et il était bien connu que l'aînée des princesses du Roc ne faisait jamais un pas de travers : pas plus au milieu d'une danse qu'en public. Jamais un propos déplacé, jamais un acte infamant, et jamais aucune inconvenance, c'est bien ça, n'est-ce pas ? Pourtant, présentement, elle ne faisait pas montre de quelque superbe dans ce domaine là. Voilà qu'elle se jetait au cou de son promis, sans vergogne, en plus ! Le mal était peut-être un peu amoindri par le fait que, justement, Gareth était son promis, mais, tout de même, ces choses là ne se faisaient pas. Ou simplement en privé, et une fois seulement que vos destins avaient été liés entre eux par le Haut-Septon.

Ce baiser était ... Ce baiser était sans nul doute inconvenant, mais pas forcément déplacé. Après tout, une fois encore, Gareth était son fiancé. Elle n'embrassait donc pas le premier venu, pour une fois, et le jeune homme ne disparaitrait donc pas mystérieusement. Mais il n'en demeurait pas moins que tout ceci n'avait rien de conventionnel, et rien de recommandé, non plus. Certes, il n'y avait d'autre témoin que Jinxs. Et Gareth n'irait sûrement pas crier sur tous les toits ce qui venait de survenir entre eux. Mais bien plus de précautions valaient mieux que pas du tout, n'est-ce pas ? Le mariage n'avait pas encore été célébré, et Gareth s'apprêtait à partir pour une mission périlleuse, de ce qu'en savait Megara. Ce baiser n'était donc l'action la plus fine qu'elle ait entreprise. Mais cela lui faisait du bien, apaisant ne serait-ce qu'un instant ce feu qui brûlait en elle, l'irradiant de la tête aux pieds après avoir pris corps au plus profond de son ventre. Et il y répondait. Ce qui la laissait un peu tout chose, pour ne pas dire plus que toute chose. Il lui promettait d'être là, de ne pas la lâcher, et elle espérait ardemment qu'il saisisse qu'elle n'attendait pas de lui que de vagues promesses, inconsistantes et éphémères. Il devrait être là pour elle maintenant autant que demain. Pour ces troubles comme ceux à venir. Et cela sonnait terriblement tranchant et condamnant, à ses oreilles ... Elle avait peur, terriblement peur. Plus que jamais, peut-être. Comme si toutes ses craintes d'hier ressurgissaient aujourd'hui, combinées aux nouvelles, et aux futures. Lorsqu'il initie ce nouveau baiser, elle le suit, désespérément, parce que c'est si bon, et si rassurant, aussi. Parce que ce baiser là est doux, contrôlé, dans la mesure. Si différent de tous ceux qu'elle a connu, et initié, aussi. Il s'agit même du tout premier baiser qu'on lui vole, bien qu'il ne soit pas certain que l'on puisse parler de vol dans de telles circonstances. Et elle rougit plus que de raison face à sa petite prétention. Non sans laisser fuser un petit éclat de rire.
    ❧ Mère a toujours dit que les hommes souffraient de trop d'impatience pour savoir gérer ces choses là ... ❧ Quant à savoir si la parole de Jordane Lannister était d'or, telle cet attribut que l'on accolait si facilement à leur patronyme ... ❧ Mon tout premier vrai baiser ... Est-ce vraiment du vol lorsque ... ❧ Et elle rougit de plus bel, refusant de continuer sa phrase, et nichant à nouveau son visage dans le cou de Gareth, comme pour se dissimuler à son écart.
Mais son cœur se serre, à ses paroles. Parce qu'il est déçu, n'est-ce pas ? Parce que, c'est vrai, face à lui, elle n'a pas su se contrôler, et que le résultat aurait été si semblable si elle avait eu un autre que lui face à elle, n'est-ce pas ? Ce qu'il ne comprenait pas, parce qu'il lui était impossible de comprendre ce qui n'était pas dit, c'était qu'elle en avait eu autant besoin qu'envie. Et c'était pour ça qu'elle n'avait pas procédé avec lui comme elle avait procédé avec les autres. Et c'était aussi pour ça que, présentement, elle avait encore en partie le sens commun de la réalité, alors que toutes ces autres fois, elle s'était laissée aller à corps perdu, c'était le moins que l'on pouvait dire, et qu'en plus de ça, elle avait entièrement lâché prise pour cesser de réfléchir et se laisser aller, pleinement et entièrement. Est-ce à cause de cette déception qui la prend au cœur, ou bien parce qu'ils n'étaient pas lui et qu'il n'est pas eux, mais elle se sent reprendre pleinement possession de ses moyens, là, dans ses bras. Et peut-être aussi est-ce parce qu'elle le sent honnête, l'une de ses mains posée sur sa poitrine, en sentant presque les battements de son cœur à l'intérieur de sa paume. Ces quelques larmes qui, après avoir perlées au coin de ses yeux, sont descendues le long de la courbe de son visage, ne sont pas destinées à l'effrayer, ou à le faire culpabiliser, et elle espère ardemment qu'il n'en viendra pas à songer à de telles choses. Doucement, elle relève les yeux vers lui, les plongeant dans son regard, en essayant qu'il lise dans son propre regard à elle autant de détermination que de franchise possible.

    ❧ Père. Forgeron. Guerrier. Mère. Jouvencelle. Aïeule. Étranger. Je suis tienne, et tu es mien, en ce jour et jusqu'à la fin de mes jours. ... J'en avais envie, au moins un peu, tu sais ... Je suis la dépravation incarnée, n'est-ce pas ? Si Mère m'entendait ... Et Lyman ... Mon frère te taperait sur les doigts de n'avoir su attendre ... ❧ Un léger petit sourire naquit sur ses lèvres, quelque peu mutin, mais l'air de rien.


Dernière édition par Megara Lannister le Mer 12 Oct - 21:28, édité 2 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mer 12 Oct - 19:02

Je ne saurais pas vraiment dire ce que Megara pense de ses parents. Réellement j'entends. Elle a toujours été élevée, tout comme moi, dans le respect de ses ainés. Et si moi j'ai souvent eu tendance à jouer avec les limites, je sais pertinemment que ça n'a jamais été son cas. Elle sait bien mieux se tenir que moi, mais cela vaut bien évidemment pour bien des gens à la cour. Je me demande si elle ne risque pas de prendre ombrage de mon irrévérence même, dans le fond, elle la connait plus que bien. Mais nous n'avions pas vocation à être aussi proches que maintenant alors je m'attends, d'une certaine façon, à ce qu'elle finisse par me demander de faire des efforts. J'espère que non, qu'elle m'acceptera comme je suis, tout comme je vais tâcher de faire de même en ce qui la concerne. D'autant que les choses semblent plutôt bien s'agencer non ?

Je fixe la jeune femme, amusé, alors qu'elle reprend la parole, évoquant l'absence notoire de patience des hommes. Difficile de ne pas lâcher un rire alors que je hausse une épaule, me faisant malicieux.

"Il semblerait que ta mère soit dans le vrai, en ce qui me concerne en tout cas. Je n'ai guère de patience pour ce genre de choses et j'avoue sans scrupule laisser tous ces préparatifs à ceux et celles qui semblent s'en intéresser. Tant que tout est à ton goût le jour de la noce, moi y compris, j'en serais heureux. Parce que je sais pertinemment que tu seras magnifique. Il faudra que je sois donc à la hauteur."

Je lui jette alors un regard curieux au reste de ses propos avant de lâcher, en secouant la tête.

"J'aurais préféré que tu gardes un souvenir un peu plus flatteur de moi lors de cette période. Pourtant, nous ne passions guère de temps ensemble, je suis étonné que tu t'en souviennes. C'était si affreux que cela ?"

J'effleure la main qu'elle a posé sur ma joue du bout des doigts et je continue, d'un ton toujours aussi léger.

"Bien, ma barbe sera donc à votre goût ma dame. Je l'espère en tout cas."

Si notre discussion me donne bon espoir quant à notre façon d'appréhender notre union à venir, le reste est un peu plus inquiétant. J'ai peur de ne pas savoir gérer cette crise, à dire vrai, une part de moi aimerait s'enfuir lâchement et la laisser là, sans me soucier de ce que ça peut impliquer. Mais, après tout ce que je lui ai dit, je ne peux pas faire ça, c'est tout simplement inconcevable, quand bien même je suis incapable de savoir ce qui va se passer et comment je vais pouvoir l'aider. Si je le peux vraiment. Je ne réfléchis même pas à ce que je lui dis et j'ai l'impression d'être le dernier des imbéciles alors que je lui parle et je n'ai même pas le sentiment que cela serve à quoi que ce soit. Jusqu'à ce qu'elle m'embrasse. Et autant que ce baiser, s'il est des plus surprenant, n'est pas désagréable, quand bien même je me dis qu'elle ne contrôle pas réellement ce qu'elle fait. Mais je ne vais pas me leurrer, difficile de repousser une aussi belle femme, surtout lorsqu'elle se jette sur vous et qu'elle est votre promise, quand bien même il y a des éléments à ne pas oublier.

Pourtant, la peur dans sa voix me fait oublier toute envie d'abuser de la situation, quand bien même l'idée n'a fait que m'effleurer. J'ai envie de la protéger, de veiller sur elle et je me rends compte que j'en suis tout bonnement incapable. Que je ne vois pas comment endiguer ce mal. Et pourtant, je lui promets de ne pas la laisser, sachant que je ferais tout de même tout ce que je peux pour m'y tenir. Alors je l'embrasse de nouveau, comme pour effacer ce geste qu'elle a pu avoir, comme pour essayer de lui démontrer que l'on peut passer outre ses crises, ou pour me le prouver à moi-même, je ne saurais trop le dire. Et, quand elle me rend mon baiser, je resserre mon étreinte, ma conscience se faisant bien moins présente que lorsqu'elle s'est est venue à moi. Ce baiser-là est bien plus sincère, je me sens moins profiteur et, d'une certaine façon, j'ose espérer qu'elle se rend compte de la différence.

Et à sa répartie, je me dis que oui, alors que je ne peux m'empêcher de rire à mon tour, non sans noter la rougeur de ses joues.

"Décidément… il y a donc bien des choses que les hommes ne savent pas gérer si l'on croit ta mère. Heureusement que les femmes sont là pour compenser alors."

Je me fige un peu au reste de ses paroles, réalisant ce qu'elle veut dire. Que tout ce qu'elle a pu vivre avant n'était pas réel, ou plutôt n'avait été dicté que par les besoins créés par ce mal qui l'étreint. J'ai un sourire quand elle se réfugie contre moi et je la serre dans mes bras, sans avoir autant ce besoin de la réconforter, juste parce que ce qu'elle vient de dire sonne agréablement à mes oreilles.

"… lorsque quoi Meg ?"

Quant au reste, je ne sais si je devrais vraiment m'y attarder. Nous sommes destinés à être ensemble par la force des choses, non pas réel choix, de son coté ou du mien. Mais au final, nous ne nous en sortons pas si mal que ça non ? Et, quand elle reprend la paroles, j'esquisse un sourire alors que j'effleure ses lèvres du bout du pouce, mon regard ne quittant pas le sien.

"Pour un peu, je croirais que tu viens de prononcer nos vœux… cela donnerait-il plus de légitimité à de potentiels vols de baisers ma dame ? Je te dirais que je préfèrerais que ta mère comme Lyman ignorent notre petit tête à tête mais pas parce que j'ai peur de me faire raccourcir les oreilles avant le mariage… mais plutôt parce que c'était notre moment à nous."

Mes doigts glissent sur sa joue pour attraper son menton alors que je suis sur le point de l'embrasser à nouveau. Mais je m'arrête à quelques centimètres de ses lèvres avant de murmurer, mon souffle se mêlant au sien.

"Tu en avais vraiment envie ? Même un peu, ce serait effectivement déjà… une chose des plus agréables à entendre."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mer 19 Oct - 23:06

Au sein d'un certain contexte, propice, et via certaines circonstances, il n'y a pas à douter qu'un enfant puisse grandir en croyant à chaque parole prononcée par ses parents, ou tout du moins en acceptant de les recevoir sans émettre d'objection directe. Megara avait toujours écouté avec une grande attention ce qu'avaient pu lui dire et lui expliquer ses parents. De sa fratrie, d'ailleurs, elle avait sans doute toujours été la plus attentive. Nymeria n'était pas des plus patientes, quant à Lyman ... Lyman, passé à certain âge, avait toujours préféré se faire sa propre opinion des choses. Si son père avait pu lui raconter de belles histoires, enjoliver quelque peu les choses et voulu la préserver de toute dure réalité, de la bouche de Jordane, les choses avaient quelque peu été toutes autres. Sans doute parce que sa mère était d'une férocité sans borne, jamais à l'encontre de ses enfants, mais toujours via leur défense et leur protection. Sa mère voulait, depuis toujours, la préparer au monde qui l'entourait. Depuis toujours ou presque, Megara était destinée à contracter un mariage de prestige, ce qui aurait alors eu bien des chances de la conduire à quitter son royaume natal pour un autre des royaumes du continent. Là où on ne lui aurait pas forcément réservé une farandole de compréhension et de compassion, là aussi où le contexte géo-politique n'aurait pas forcément été aussi vivable qu'ici. Et même si, justement, ici, ces derniers temps, l'orage commençait à gronder et les nuages à progressivement s'amonceler, la guerre n'avait cependant pas encore internement éclaté. Dans le même temps ... Dans le même temps, sans doute Jordane avait-elle voulu faire d'elle une jeune femme aussi forte que possible face à ce torrent de dangerosité et d'impétuosité qui la menaçait à chaque instant de par cette pesante malédiction qui était la sienne. Quant à l'impétuosité des hommes ... Megara avait bien des exemples sous la main et dans son entourage pour lui permettre de vérifier ce jugement de valeur, mais elle connaissait aussi certains cas qui faisaient exception à la règle.
    ❧ Peut-être souhaitez vous simplement nous laisser la main dans certains domaines ... Ou peut-être que ça vous arrange bien, à partir du moment où l'échec ne retombe pas sur vos épaules ! ❧
Magnifique ? Elle le sera sûrement, oui, parce que sa mère s'en assurera, tout comme son père, de façon plus distancée. Sa mère s'en assurera, et toutes les couturières et les femmes de chambre s'affaireraient alors comme des abeilles pour ne pas s'attirer foudres ou reproches de la part de la monarque. Et, à n'en pas douter, Megara verrait le même affairement chez ses dames de compagnie. Mais cela ne l'empêchait pas de se sentir rougir de la tête aux pieds en continuant d'entendre son fiancé la flatter. Pourtant, elle recouvra ses esprits face à l'interrogation de Gareth.
    ❧ Bien sûr que je m'en souviens ... Lyman et moi n'avons après tout qu'un été de différence. Nous n'avons jamais été des plus proches, surtout depuis que ... Nous n'avons jamais été des plus proches, mais cela ne m'a jamais empêchée de m'intéresser à sa vie, à ses fréquentations, ne serait-ce qu'un peu. ... Et oui, les premiers temps, c'était quelque peu affreux. Mais Lyman était logé à la même enseigne, si tu ne t'en souviens pas ! .. On a tous eu nos tares, à l'adolescence. La vôtre s'est vite estompée, fort heureusement ... ❧
La prise de recul n'a pas toujours été son fort. Du moins, pas dans certains domaines. Sans doute parce que Megara s'investit, qu'elle se préoccupe des choses, qu'elle souhaite s'appliquer et s'impliquer pour que tout soit le plus parfait possible. Maestre Aethon lui avait toujours dit que la perfection n'existait pas, mais elle s'était toujours obstinée à s'appliquer à œuvrer en son sens. D'où le fait que ce trouble qui était le sien soit tombé comme un coup d'arrêt sur ses épaules, parce que cela entachait tout, bousculait tout, bouleversait tout. Prendre du recul, là, tout de suite, maintenant, cela lui était impossible. Elle n'était pas en mesure d'observer la situation. Elle n'était alors sans doute capable que de la vivre pleinement, sans essayer de l'analyser sous toutes les coutures. D'essayer de comprendre si tout tenait uniquement à une autre manifestation de ce mal qui la rongeait, ou s'il y avait une part de responsabilité bénéfique de la part de Gareth. Il est dès lors compliqué pour elle de répondre clairement, frontalement et directement à cette question qu'il lui pose, à cette précision qu'il lui demande d'apporter. Elle préférait dès lors, et de loin, se concentrer sur cette petite initiative qu'il lui proposait. Ce ne serait certes pas le premier secret au sein duquel elle serait impliquée et qu'elle devrait préserver, mais celui-ci était bien plus doux et agréable !
    ❧ Que nenni Messire. Des mots ne restent que des mots tant qu'ils ne sont pas prononcés avec force, conviction, vérité, et franchise, et ce sous le contrôle de qui de droit. Or, je ne vois nul Septon auprès de nous ... ❧ Une leçon de l'un de Maestre Aethon, rien de moins que lui ! ❧ Tu placerais donc cet instant de connivence au-dessus de tes craintes concernant les réactions de ma mère et de Lyman ? C'est plutôt ... Ce sera sans nul doute la première fois de ma vie que j'aurais un secret rien qu'à moi ...  ❧ Une princesse n'a jamais de secret, du moins, pas réellement. Une princesse vit toujours entourée d'une armée de domestiques, et c'est parce que ceux-ci savent garder leur langue que les familles royales peuvent compter sur la discrétion et la dissimulation. A Castral Roc, jamais le personnel de maison n'avait failli à ses devoirs et à ses taches, et la sanction encourue serait des plus finales si tel ne s'avérait plus être le cas. Des palefreniers avaient ainsi disparu, après qu'avec Megara, ils aient ... Le souffle de l'aînée des princesses se coupa net, ou presque, en sentant de nouveau Gareth se rapprocher. C'était fou à quel point la tête lui tournait sans qu'elle ne ressente le moindre réel malaise, contrairement à toutes ces autres fois. Elle se prit même à fermer les yeux, quelques secondes, par anticipation, sans doute. Et lorsqu'elle les rouvrit, suite à l'arrêt et à la question de son promis ... ❧ ... Oui ... ❧ Elle lâchait cela dans un souffle, comme si elle n'avait eu d'autre choix que de révéler la vérité sans s'en sentir contrainte et forcée. Cela avait été comme s'il n'y avait eu d'autre chemin que celui de la vérité. ❧ C'est si différent de ... De tout ce que j'ai connu. ... Si différent de tout ce que je connais ... Si différent de tout ce que j'aurais pu penser. ❧


Dernière édition par Megara Lannister le Jeu 20 Oct - 18:33, édité 1 fois
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Jeu 20 Oct - 15:35

Je n’ai pas particulièrement envie de réfléchir à quoi demain sera fait et pourtant, en cet instant précis, je me surprends à me dire qu’il faudra que je remercie Lyman pour sa décision. Quand bien même je sais que les choses seront loin d’être aussi simples que je pourrais l’imaginer, la jeune femme que je découvre en cet instant est bien différente de l’image distante que j’avais pu me faire de Megara. Et autant être honnête avec moi-même, c’est plutôt une bonne chose, quand bien même il y a bien des aspects qu’elle que j’ignore totalement. Dans la mesure où la réciproque est vraie, je ne vais pas m’en faire pour le moment.

Je me contente donc de me focaliser sur les propos de la princesse et de laisser filer un rire alors que je hausse brièvement les épaules.

"Tu fais preuve d’une perspicacité que je suis loin de posséder j’avoue. Mais dans ce cas précis, j’aurais plutôt tendance à dire que je préfère vous laisser savourer la pleine reconnaissance de tout ce que vous allez faire. Car ce sera une réussite, à n’en pas douter. Je me tiendrais aussi bien que possible et tu n’auras même pas à me faire les gros yeux pour que je sois sage… enfin, j’avoue que l’idée peut être tentante néanmoins."

Je lui accorde un clin d’œil avant de lui assurer qu’elle sera magnifique. C’est une évidence mais il me semble pertinent de le lui rappeler. Comme de lui glisser par la même occasion que je la trouve vraiment belle, quand bien même je n’y ai jamais songé avant cet instant. La voir rougir m’arrache un sourire que je ne cherche même pas à cacher alors que nous continuons de deviser. Et je laisse filer un rire au reste de ses propos.

"Je confirme, j’aurais préféré que tu te souviennes d’autre chose. Mais tu aurais été capable de parler de ma première chute de cheval ou des glissades dans la boue que j’ai pu faire pendant mes entrainements. De tous les maux, je préfère encore celui-là, au moins, je sais qu’il est passé pour de bon."

Si les choses semblent empirer, au final, j’ai l’impression que nous arrivons plus ou moins à contrôler la situation. Bon, elle y arrive, moi je me contente de tenter tant bien que mal de la rassurer, de l’assurer de ma présence, tout comme je suis troublé de sa réaction et des baisers échangés, même si j’essaie de le montrer le moins possible. Elle semble aller mieux, suffisamment pour rire à mes propos et me rendre cet autre baiser qui a une saveur bien différente. Je lui jette un regard amusé avant de rétorquer, d’un ton léger, même si je ne la quitte pas des yeux et que je la fixe avec intensité.

"Serais-tu en train de me dire que tu n’as pas prononcé ces mots avec force, conviction, véracité et j’en passe ? Pour moi les mots ont leur importance, Septon ou pas. Ils auront de la valeur parce qu’ils seront prononcés devant toi, pas devant un Septon qui a menacé maintes et maintes fois de m’arracher les oreilles parce que je n’écoutais pas ses leçons."

Et je laisse échapper un rire au reste de ses propos, hochant la tête, la mine malicieuse avant de souffler, complice.

"Et bien à dire vrai oui. Je sais, c’est vivre dangereusement mais je me dis que de voir un tel sourire en vaut largement la peine. Et ça ne te dérange pas de partager ce secret avec moi alors ?"

La crise semble passée et, surtout, j’ai, l’espace d’un instant, l’impression de me retrouver dans la peau d’un jouvenceau qui s’amuse avec la première jeune femme qu’il courtise. Voilà qui est pour le moins surprenant, surtout connaissant nos situations respectives. Et pourtant, c’est loin d’être désagréable, au point même que je m’enhardis à m’imaginer l’embrasser une nouvelle fois. Non pas pour la calmer ou parce que je ne sais pas vraiment quoi faire d’autre mais par envie. C’est une idée qui devrait probablement me déranger mais, en fait, j’apprécie ce moment, surtout maintenant qu’elle est de nouveau en pleine possession de ses moyens. Et, ce « oui » soufflé alors que je suis tout près d’elle me plait grandement.

"Différent ? Dans quelle mesure ? En tout cas, j’ose espérer que c’est en bien. Je ne saurais me targuer de savoir ce à quoi tu pouvais bien penser jusque-là, mais j’espère que tu n’es pas trop déçue…"

Et mes lèvres finissent par effleurer à nouveau les siennes… bon j’admets, à faire un peu plus que les effleurer. Je la serre contre moi un instant avant de souffler, à mi-voix, ma main caressant doucement sa joue.

"Prête à affronter ce qui va nous arriver alors ma dame ? Ensemble ?"



"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Mer 26 Oct - 22:41

Lorsque l'on nait princesse, dès le berceau, une foule de gens se met à tourbillonner autour de vous. Parfois, c'est grisant. D'autres fois, cela vous prend à la gorge et vous laisse la désagréable sensation d'étouffée de l'intérieur, de voir les murs se rapprocher de vous, et le plafond s'effondrer juste au dessus de votre tête, comme pour restreindre encore plus l'espace autour de vous, et donc l'air disponible pour que vous puissiez aisément respirer. Megara avait pu recevoir une foule de conseils, mais des lèvres de seulement quelques personnes. Le restant du temps, elle n'avait entendu, n'entendait et ne continuerait à entendre que des paroles mielleuses, flatteuses, parfois creuses, parfois hypocrites, et rarement fiables, encore plus depuis qu'elle doutait de tout et de tout le monde. C'était une technique de défense comme une autre, sans doute, et cela allait dans le sens des préceptes que sa mère s'évertuait tant bien que mal à lui inculquer depuis toute petite. Ce n'était pas tant qu'elle devait considérée comme ennemie ou menaçante toute personne qui se trouvait ne pas être de sa famille, mais elle devait tout de même rester sur ses gardes, s'en méfier, ne pas accorder sa confiance en toute naïveté, candeur et crédulité. Cela n'était pas dans son caractère, alors, évidemment, cela lui coûtait. Mais il y a un prix à tout, non, et puis, n'est-ce pas pour son bien ? Cependant, Megara savait faire la part des choses, dans une moindre mesure comparée à ses parents ou encore à son frère ou à sa sœur, mais elle en était tout de même capable. Elle savait, depuis toujours, scinder et compartimenter les choses. Être Megara, ou, encore mieux, juste Meg', en privé, et être la Princesse du Roc Megara Lannister en public. C'était naturel, pour elle, un ensemble, un tout, qui ne la faisait fort heureusement pas virer folle. Accepter les compliments de courtisans n'était jamais compliqué, lorsqu'on se tenait sur la réserve et que l'on partait du principe qu'ils ne les pensaient pas forcément entièrement, et qu'ils espéraient vous flatter, obtenir quelque chose de vous, ou bien alors se faire bien voir. Mais lorsque les compliments émanaient d'êtres comme Gareth ...
    ❧ Te faire les gros yeux serait si peu princier ! Devant tous nos convives, et la foule des courtisans ? Il en est hors de question. Il te faudra attendre d'être en comité plus que restreint pour subir mes foudres. Je n'en ai pas l'air comme ça, mais je suis la digne descendante des Lions. ❧ Elle feignait d'être sérieuse, un air qui ne lui allait pas forcément si mal que ça. D'autant plus que Megara était connue, depuis quelques années, pour être la reine des masques. Mais dans le fond, bien évidemment qu'il y avait du vrai, mais il y avait également une volonté de sa part de prendre Gareth à contre-pied, avec une touche d'amusement. Et prenant son courage à demain, voilà qu'elle persévérait sur sa lancée. ❧ Je ne sais pas si tu t'en souviens, mais Lyman a toujours refusé que j'assiste à vos séances d'entraînement. Il a toujours considéré l'art des armes comme son domaine réservé, alors hors de question que l'une de ses cadettes ne marche sur ses plates bandes ! Et puis ... Il n'y a rien de mal à tomber de sa monture. On est tous déjà au moins tombés une fois ... Je ne sais pas si tu te souviens de ma fameuse chute l'année de mes 8 ans. Mon poney, qui se fait piquer par un taon et me désarçonne, puis qui s'enfuit au triple galop avant de finir dévorer par les Lions de l'Ouest. Moi, et ma cheville cassée, qui doit attendre 3 heures avant que Père et ses hommes parviennent à me retrouver ... Ce n'était pas très royal, mais en privé, il me portait sur son dos, ou au creux de ses bras. J'ai essayé de faire les yeux doux à Lyman, mais il a refusé de faire de même. Peut-être parce que lorsqu'il s'était proposé de lui-même, je lui avais répliqué qu'il n'était pas assez fort, encore, du haut de ses 9 ans ... ❧
Cela lui faisait du bien de parler de sa prime jeunesse, surtout avec quelqu'un qui l'avait connue à cette époque, même si, à l'époque justement, tous les deux n'étaient pas plus proches que cela. Mais au moins Gareth faisait-il déjà parti du cercle d'amis et de proches de confiance de Lyman. En ces temps là, Megara était encore plus jeune et insouciante qu'aujourd'hui. Les Dieux ne s'étaient pas encore penchés sur elle pour la maudire et faire peser un poids considérable sur ses épaules. Elle était encore pleinement maîtresse d'elle-même, quoi qu'en tant qu'enfant, elle avait tout de même eu sa part d'impulsivité. Même si, elle, contrairement à Lyman ou à Nymeria, cela ne l'avait jamais poussée vers de trop grands extrêmes. Au pire s'était-elle relevée la nuit pour lire jusqu'aux aurores à la lueur des bougies, ou bien encore avait-elle décidé de confectionner une nouvelle étoffe pour sa mère, ou une nouvelle robe pour sa petite sœur, voire même des mouchoirs pour son père et son frère, quitte à tout recommencer jusqu'à la perfection. Il lui arrivait encore d'avoir des phases telles que celles-ci. Et elle redoutait d'ores et déjà fortement des nuits sans sommeil lorsque son frère et son fiancé s'en seraient allés régler les choses à Falwell.
    ❧ J'ai simplement souligné que nous n'étions en présence d'aucun Septon ...Quant à vivre dangereusement ... Je suppose que tu vas devoir t'y habituer, encore plus que d'ordinaire. En m'épousant ... En m'épousant, tes responsabilités vont s'accroitre, me concernant, et concernant tout le reste. Espérons donc que mes sourires seront suffisants pour ... te dédommager ? Mes sourires et mes paroles. Je ne sais pas mentir, juste dissimuler la vérité, domaine où je dois bien exceller, puisque tu ignorais tout de ... Tout de ma "maladie", alors tu vis si proche de mon frère. Mais il ne doit rien avoir de tout cela entre nous, n'est-ce pas ? ❧
Megara se sent un peu chancelante, malgré tout. Parce qu'elle oscille entre ton léger et paroles sérieuses. Parce que tout ceci est aussi très nouveau pour elle. Le fait d'être fiancée. D'être sa fiancée, à lui, à Gareth. A Gareth qu'elle connait depuis si longtemps sans réellement le connaître plus que cela, jusqu'à maintenant. Les responsabilités commencent à frapper à la porte, tout comme les changements, et elle doit l'avouer, cela la perd et la déboussole quelque peu. Mais elle doit garder le cap, y voir aussi clair que possible, se reprendre, aussi, pour ne pas se laisser éternellement débordée par ses pulsions mal placées et déplacées. Mais si tout ceci est si nouveau pour elle, sans doute l'est-ce autant pour Gareth ? Et sans doute cela leur laisse-t-il aussi l'opportunité de partir sur de bonnes bases, d'établir la relation la plus pure et claire qui soit ? ...
    ❧ Non, ça ne me dérange pas. Ça m'effraie sans doute quelque peu, parce que j'ai toujours eu la sensation que Mère savait toujours tout sur tout, comme une sorte de don ... Ce sera la première fois que je lui cache quelque chose ... J'ai un peu l'impression d'avoir à nouveau 6 ans et de lui avoir empruntée sa brosse à cheveux parce que je pensais qu'elle me permettrait d'avoir d'aussi jolis cheveux qu'elle ... ❧ Et puis, dans un souffle ... ❧ C'est différent parce qu'une partie de moi, au moins, est restée consciente ... Différent, aussi, parce que tu as été doux, sans arrières pensées. Que tu m'as laissée le choix, aussi, et que ... Que je n'ai aucun regret, que je ne suis pas en train de me morfondre, ou de me maudire ... Je ne suis pas déçue, non, juste ... Juste un peu virginale et jouvencelle, pour le coup ... En ce domaine là, tout du moins, débarrassé de toute pulsion, de tout caractère malsain, profiteur, abusif ... ❧ Et lorsque cet autre baiser se dépose sur ses lèvres ... Megara se dit qu'elle y prend goût, et qu'à défaut d'amour, elle pourra sans doute être assurée d'une certaine affection de Gareth à son égard. ❧ Prête si tu es prêt ... Et si tu restes tel que tu es, et que le mariage ne te change pas. ... Ensembles. ❧
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Ven 28 Oct - 21:21

L'espace d'un instant, je me demande ce qui se dirait, ce qui se passerait, si l'on nous surprenait tous les deux. Les rumeurs iraient bon train, enfin encore plus qu'elles ne le font déjà, et je n'ose même pas imaginer les intentions qu'on pourrait me prêter à son égard. Si je m'en moque totalement en temps normal, je n'ai pas particulièrement envie que Meg ait ce poids supplémentaire à porter sur ses épaules. Pour autant, j'imagine son "garde" suffisamment aviser pour surveiller les allées et venues et nous assurer une tranquillité sommes toutes relative. Je n'en apprécie pas pour autant son existence, nécessaire certes, mais qui me rappelle bien plus que le reste le mal qui ronge de ma promise. Et je suppose que le voir tous les jours n'est pas pour l'aider également mais je ne vois guère quelle autre solution lui proposer, ne sachant pas vraiment comment se manifeste son problème.

J'arrive pourtant à sourire à ses propos et même à lâcher un rire qui résonne dans le jardin si calme, bien plus calme qu'en temps normal. Je me surprends même à la complimenter, sans avoir à me forcer, sans entrer dans un jeu hypocrite de flatteries que je ne supporte guère mais auquel nous sommes tous les deux habitués depuis toujours ou presque. Elle de par son statut et moi parce que s'approcher de moi équivaut à s'approcher du Prince. Et maintenant que je vais être marié à la Princesse du Roc ? Et que les gens commencent à voir que je m'entends bien avec la future Reine ? A n'en pas douter la situation ne va faire qu'empirer.

"Me faire les gros ne serait probablement pas princier ma dame, mais ce serait follement amusant. Quels que soient les regards qui seront posés sur nous. Il n'y a que le tien qui comptera. Et je verrais donc si j'aurais à subir tes foudres après alors, je suis plus que tenté. Surtout que j'imagine aisément que tu es sans nulle doute la digne descendante des Lions."

Je lui décoche alors mon plus beau sourire, me faisant plus que malicieux alors qu'elle reprend, contant une anecdote que j'avais complètement oubliée. Je la fixe, curieux alors qu'elle semble si naturelle et si à son aise, contrairement à toutes les fois où j'ai pu la croiser ces derniers mois, voire ces dernières années. Alors, impossible de ne pas continuer à sourire alors que je lui réponds, d'un ton léger.

"Maintenant que tu en parles je me rappelle de cette histoire. Enfin, je n'étais pas là, sinon j'aurais bien ri en voyant Lyman proposer de te porter du haut de ses neuf années. Mais je me souviens que tu as été alitée quelques temps et que tu as du mal à marcher après cela. Nous avions même fini par t'emmener en promenade en te fabriquant un charriot improvisé, je me souviens de ça. Et ton Père nous avait même envoyé des hommes pour nous aider à le construire. Probablement parce qu'il savait que tu aurais besoin de changer d'air durant ta convalescence. Et, royal ou pas, l'amour qu'il a pour ses enfants est plus que flagrant."

Sans compter l'affection toute paternelle qu'il lui est arrivé d'avoir à mon égard. Surtout ces derniers temps, depuis qu'il a appris pour mes parents. S'il garde cette distance nécessaire à son rôle de souverain, il a su montrer qu'il avait été touché par l'événement. Sans pour autant faire preuve d'une prévenance trop poussée ou qui m'aurait faire me sentir mal à l'aise. A dire vrai, comme tous les autres membres de la famille royale. Je n'aurais pas pu trouver meilleur endroit où faire mon deuil, dans cet endroit qui a bien plus été chez moi que Kayce.

Je la serre brièvement contre moi quand elle continue, se faisant plus sérieuse alors que nous venant d'échanger un baiser et que surtout, elle vient visiblement d'échapper à une de ses crises, si je peux appeler ça de la sorte. J'effleure ses cheveux du bout des doigts, laissant filer tout de même un sourire alors que je la regarde, hésitant un instant.

"Je vois ma dame."

Et je me penche vers son oreille, soufflant, dans un murmure qu'elle seule pourra entendre.

"Père. Forgeron. Guerrier. Mère. Jouvencelle. Aïeule. Étranger. Je suis tien, et tu es mienne, en ce jour et jusqu'à la fin de mes jours... Ton sourire et le reste suffiront à compenser les responsabilités Meg. Je sais très bien ce qui m'attend. Après tout, je vis dans l'ombre de Lyman depuis toujours et il n'y a pas une journée sans que je ne sois sollicité pour cela. Je n'ai pas envie que tu me mentes, surtout par rapport à ce mal qui te touche, encore moins que tu dissimules quoi que ce soit. Car il est vrai que tu es particulièrement douée dans cet exercice. Je ne sais pas ce que tu as envie de dire à ce propos mais, je suis là, ne l'oublie pas."

Je retrouve alors mon sourire alors que je hausse les sourcils.

"Mais oui, je ne sais pas si Lyman serait ravi de savoir que je t'ai volé un baiser de la sorte. Ou alors serait-il heureux de voir que nous semblons nous entendre ma foi plutôt bien. C'est un bon début non ?"

Je me fais un peu plus curieux, quand elle me confie quelque peu son ressenti sur ce qu'il vient de se passer. Sur nous deux. Et j'avoue, sa réponse me plait. Elle me déstabilise aussi, à n'en pas douter, même si je m'étais déjà promis de faire ce qu'il faut pour la rendre heureuse, pour que ce mariage fonctionne aussi bien que possible, quand bien même je n'ai pas encore de sentiment romantique à son égard. Mais maintenant, je suis conforté dans mon idée alors que je cherche les mots pour lui répondre.

"Il ne faut pas t'effrayer pour ça. Il est temps pour toi d'avoir tes propres secrets, tes propres souvenirs, tes propres émotions sans songer à ce que ta Mère pourra penser. Quand bien même tu n'avais pas besoin de sa brosse pour que tes cheveux soient magnifiques."

Je laisse alors filer un silence au reste de ses propos, fronçant un peu les sourcils alors que j'essaie de bien comprendre tout ce qu'elle me dit.

"C'est… une bonne chose alors. Je te laisserais toujours le choix, quand bien même ça ne sera peut-être pas particulièrement agréable pour moi, je ne veux pas que tu te sentes obligée de quoi que ce soit. Je ne sais pas si ça pourra marcher à chaque fois que tu as une… une crise, mais, quand bien même il doit se passer quelque chose parce que tu… enfin… que tu ne peux pas faire autrement, je ne veux pas que tu te morfondes ou quoi que ce soit du même acabit. D'accord ?"

Quant au reste, je ne peux que lui sourire, heureux de voir qu'elle vit bien la chose. Mieux que je ne l'aurais cru. C'est pour ça que je me sens encore le droit de l'embrasser, réalisant que j'y prends goût, plus que prévu, bien plus et que, dans le fond, ce n'est pas un mal. Alors, à sa réponse, je lâche, d'un ton assuré.

"Le mariage ne me changera pas. Je serais toujours aussi insolent et prompt à jouer avec les limites de la bienséance. Je serais toujours ravi de te voler des baisers aux moments les moins convenables et à essayer de te faire sourire comme tu viens de le faire."

Ensemble donc.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 954
Membre du mois : 0
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   Jeu 3 Nov - 1:09

Les courtisans sont sans pitié entre eux, et encore plus quand, de part et d'autre des invectives de dos et à voix basse, vous trouvez deux représentantes de la gente féminine. Entre elles, les femmes sont pire que tout. C'était en tout cas là l'une des leçons que lui avait inculquée sa mère, et loin de Megara l'idée de s'en départir et de n'y prêter nulle attention. De la même façon, elle ne prenait jamais pour argent comptant la moindre petite histoire que pouvaient venir lui raconter ses dames de chambre, à sa demande. Elle savait comment fonctionnaient les choses, et à quel point la grandeur de Castral Roc et la multiplication de ses longs couloirs et de ses nombreuses pièces penchaient en faveur d'une déformation progressive et exponentielle de la vérité et des faits basiques, jusqu'à ce que le résultat final n'est plus rien à voir avec la source, quand on n'assistait pas à un retournement complet des choses, de la situation et de la vérité ! Jusqu'à maintenant, bien sûr qu'on avait pu raconter des choses sur le dos de Gareth, mais le réel attrait de Megara pour ces sujets là n'était que très récent. Pour ainsi dire, cela ne datait que de ses fiançailles, et encore ... Elle s'était bien plus intéressée à son fiancé durant ces minutes réellement passées en sa présence que depuis l'arrivée de ce dernier à Castral Roc, ce qui n'était pas une mince chose. Et un instant, elle se demandait s'il avait cette capacité là à faire sourire tout le monde, à vous flatter pour vous faire succomber à son charme, et à vous amener à le trouver sympathique et agréable.

Pour ainsi dire, sans que sa perception de leur future union ne soit passée de la nuit au jour, en quelques minutes seulement, Megara devait tout de même reconnaître s'être laissée prendre au jeu. Depuis plusieurs années, elle s'était endurcie, renfermée et éloignée, par obligation et nécessité, en même temps qu'elle avait mûri et réellement commencé à s'imposer, et voilà maintenant qu'elle se faisait assez aisément déshabiller de ses remparts et de ses réticences instinctives ... Si bien des rumeurs couraient sur son compte, et elle en était consciente, nul ne s'aventurait à la critiquer ouvertement, et l'on se cessait de murmurer à voix basse quand elle croisait votre regard, tout comme on se s'abstenait de plus en plus à la regarder avec un sourire moqueur en coin lorsqu'elle s'éloignait. Sans doute gagnait-elle en respect avec les années ? Du respect, ainsi que de la défiance et une pointe d'autorité, il leur faudrait sans doute à tous deux en inspirer, dans les années à venir. Peut-être que si ... Peut-être que si son union avec Gareth lui permettait quelque peu de se défaire de cette malédiction qui lui incombait, Megara parviendrait-elle à se révéler telle qu'elle aurait dû devenir si tout ceci n'était pas survenu ? De bien bons songes, alors même qu'elle ne se sentait pas vraiment cesser de rougir aux paroles de son fiancé, paroles chargées de délicieuses promesses, avant qu'elles ne versent dans la nostalgie et le souvenir partagé d'une enfance bien plus légère et pétillante de vie et de libertés désinhibées.
    ❧ Le chariot ! Comment ai-je pu l'oublier pendant quelques instants ?! J'ignore où il est maintenant, mais je me souviens du fait que mon frère avait insisté pour qu'y soit flanqué, sur chaque côté, le lion des Lannister, bien qu'il ait dû renoncer à l'y représenter lui-même. Vous n'étiez pas très doués en dessin ... ❧ Alors que elle, si ! Et elle en faisait encore usage aujourd'hui, lorsqu'elle brodait des tissus de milles et uns symboles, ou lorsqu'elle se prenait à dérober quelque peu le travail des couturières royales en se confectionnant quelques ouvrages vestimentaires, après les avoir représentés sur parchemin. ❧ J'ai gardé une vilaine petite cicatrice de cette mésaventure en forêt, tu sais. L'un des disciples d'alors de Mestre Aethon avait voulu tester un étrange système pour immobiliser ma cheville. Je ne l'ai gardé qu'une journée, et le disciple a dû vertement être réprimandé : il y avait des sortes de broches très serrées et aiguisées, et cela m'a quelque peu meurtri la chair, y laissant leur marque. Les délicats baisers de Père n'ont en rien fait disparaître la cicatrice ... J'aime à prétendre, dans mes songes, qu'il s'agit d'une morsure de lionceau, mais la vérité est malheureusement bien moins trépidante ... ❧
Il y avait des choses qui ne devaient se dire, par respect, par orgueil, ou par volonté de ne pas blesser, de ne pas heurter, et de plutôt protéger. Mais dans le même temps, n'est-ce pas si souvent ce que l'on ignore qui finit par nous causer pertes et tords ? Megara n'était bien sûr pas au fait de tous les secrets de ses parents, mais elle savait qu'entre eux, si la passion du début avait pu s'estomper, jamais l'irrespect et le mensonge n'avaient pris place entre eux, et ce qu'elle souhaitait, c'est qu'il en soit de même, même si la situation et le contexte étaient quelque peu différents. Elle n'avait bien sûr pas passer ces dernières années à fuir toutes pensées de mariage et d'union matrimoniale, mais cela n'avait pas occupé la première place, car son trouble était si destructeur pour elle mentalement et physiquement que cela avait phagocyté bien des choses alentour. Cependant, cela avait toujours été l'un de ses critères enfantins que le fait de vivre une union avec un époux qui s'éviterait au mieux de lui mentir, de chercher à la duper ou à délibérément la faire souffrir. Et elle espérait que Gareth serait ainsi, raison pour laquelle, bien que pas encore tout à fait assurée et à l'aise dans la situation présente, elle commençait déjà à édifier un pont entre eux, dans cette direction. Baissant un instant la tête, et fermant les yeux, comme pour s'isoler et s'enfermer dans son monde intérieur, loin de tout bruit, de toute vision, de toute sensation, Megara finit par relever les yeux vers son fiancé, avec cette lueur qu'on n'y avait sans doute plus vu depuis longtemps.
    ❧ Alors je te jure de ne jamais te mentir, et de toujours partager mes maux et mes inquiétudes avec toi, et que les Sept soient les témoins de cette promesse. ❧ Et puis, finalement, Lyman n'étant nullement un terrain glissant en tout occasion, le ton et le sérieux de Megara changèrent. ❧ A dire vrai, en ce domaine, j'ignore si je connais aussi bien mon frère que toi ! ... Sans doute ne saurait-il pas forcément quelle attitude majoritairement adoptée, puisque après tout, oui, tout ceci est un bon début, mais dans le même temps ... Dans le même temps, je ne pense pas qu'il t'ait autorisé à embrasser ainsi sa petite sœur, et agir sans son autorisation, c'est très mal ! ... C'est du moins ce qu'il dit ! ❧
S'éloigner quelque peu de ce qui forme son roc, sans mauvais jeux de mots, depuis sa plus tendre enfance, c'était tellement effrayant lorsque Megara y songeait ! Ce n'était pas qu'elle était incapable d'aligner un pied devant l'autre sans se demander ce qu'en penserait sa Mère, ou qu'elle ne soit pas en mesure de raisonner par elle-même, mais elle convenait tout de même que sa Mère était son pilier et son socle bien ancré au sol, depuis si longtemps. Le mariage serait une chose toute nouvelle pour elle, mais jusque là, elle n'avait absolument pas songé à tout ceci, ou si peu ... Et la foule des changements et des bouleversements qui surviendraient se bousculait déjà dans son esprit, bien qu'elle essaie de chasser tout ceci de ses pensées pour ne pas se sentir submerger. Et dans le fond, sans doute les choses auraient-elles pu être encore plus conséquentes et effrayantes s'il lui avait fallu quitter son royaume natal pour aller vivre dans l'une des cours étrangères ... Au moins, ici, elle conserverait la majorité de ses repères, c'était déjà ça.
    ❧ Vous êtes un homme bon et généreux, Lord Kenning ... ❧ Elle lui sourit et pose une main sur son torse, au-dessus de son coeur, tout en ayant la sensation d'emprunter des paroles qu'aurait très bien pu prononcer la Reine Douairière du Roc, à savoir sa grand-mère paternelle. ❧ Je ferais au mieux, je te le promets. Qui sait ce que l'avenir nous réserve, et si les Sept se montreront enfin repus de tout ceci ? ... Espérons cependant que nous n'aurons pas à trop ruser de stratagèmes si une telle crise survient en public. La Cour t'invectiverait sûrement de milles blâmes, puisqu'il lui sera toujours plus aisé de s'en prendre à toi qu'à moi. Lord Gareth Kenning, pourvoyeur de débauche et de luxure ... ❧
Oui, sincèrement, les nuages s'amoncelaient encore au-dessus de sa tête, et sans doute cela serait-il encore le cas pendant quelques temps, car tout ne disparait pas en un jour. Mais c'était un bon début, et une bonne inclinaison pour tous les deux. L'avenir était encore incertain, d'autant plus avec ces troubles internes et le fait qu'ils n'étaient, après tout, pas encore mariés, mais les horizons s'éclaircissaient pour elle. Il resterait du chemin à faire, des habitudes à prendre, des rêves à enterrer et d'autres à voir se réaliser. Leur vie commune n'était pas encore commencée et celle-ci serait sans nul doute mise à l'épreuve du temps et des complications. Mais au moins avaient-ils encore le temps de voir venir, n'est-ce pas ?
    ❧ Lord Gareth Kenning, pourvoyeur de débauche, de luxure et d'extorsions maritales ... S'il en va ainsi, je suis au regret de vous informer, Lord Kenning, que sur injonction princière, je vous retire la propriété de ce mouchoir ! ❧ Un mouchoir dont elle se souvient subitement de l'existence, alors qu'elle doit se pencher le plus gracieusement possible pour le ramasser au sol, là où il a dû choir à un instant ou à un autre de leur rapprochement physique. ❧ Cependant, qu'il ne soit pas dit que la royauté détrousse sans nulle compensation ... ❧ Écartant un peu ses cheveux, Megara finit par détacher l'un des colliers qu'elle portait autour du cou. Il s'agissait d'une fine chaîne en or, des plus délicates, à laquelle était suspendu un médaillon assez simple, constitué de deux initiales entrecroisées, eux aussi frappés dans l'or pur : ML. Elle se saisit délicatement de l'une des mains fortes et puissantes de Gareth, avant de faire lentement glisser l'objet d'orfèvrerie dans le creux de sa main. ❧ Lyman me l'a offert pour mes 14 ans ... Évitons tout de même qu'il te le subtilise. Cela fera aussi partie de notre secret ... ❧ Elle lui sourit, avant de lui déposer un baiser sur la joue, sans arrière pensée ni rien d'autre de la sorte.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse du Roc
Âge du Personnage: 17 printemps
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 1530
Membre du mois : 10
Célébrité : Tamsin Egerton
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque ❧ Gareth [Tour III - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Confession au père Joseph ou père Mara
» Confession pour confession [rp unique]
» Confession sur canapé [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc
-
Sauter vers: