AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
[Terminé - Livre II] New Rules
MessageSujet: [Terminé - Livre II] New Rules   Lun 28 Mar - 18:18

Je fulmine. Plus les jours passent et plus les nouvelles sont mauvaises. Au sud, nos troupes s'assemblent avec celles de la maison Cuy, comme prévu initialement par le Roi, mais cette armée n'a plus de but depuis la victoire quelque peu prématurée contre les pirates, et l'abandon de notre frontière au bon vouloir de Dorne. J'ai reçu ce matin encore une missive de notre capitaine sur place, Ser Talbon, qui s'étonne de ne plus recevoir de directive, ni pour rentrer avec nos troupes, ni pour rejoindre les forces de Corcolline. Quelle réponse avais-je )à lui offrir ? Simplement celle de poursuivre ses préparatifs, de se tenir aussi prêt que possible. Un jour ou l'autre, ces hommes devront bien faire mouvement et il leur faudra dès lors avoir déjà été armés et équipés comme il se devait. Je ne savais tout de même pas trop ce que comptaient réellement faire ma sœur et son époux, mais en adoptant cette posture alambiquée, entre bélligérance et non-intervention, nous allions tout droit dans le mur. Au nord, les ouestriens restaient menaçants malgré toutes leurs belles paroles, l'Orage nous en voulait forcément pour avoir laissé passer des troupes Hoare sur son territoire. Quand je pensais qu'on n'avait même pas profité de l'opportunité pour nous mêler à la partie, pour être sûr de faire tomber cet ancien ami... Je ne comprenais pas l'intérêt de laisser passer sans agir. Et quant à Dorne... Je n'étais guère croyant, encore que la malédiction dont j'étais le sujet depuis des années aurait pu me pousser à croire. Mais aujourd'hui, je ne pouvais qu'être d'accord avec le Grand Septon. Il y avait quelque chose qui n'allait pas, dans le Bief. Nos dirigeants étaient sous influence, sans stratégie clairement définie. A ce petit jeu du ni-ni, nous allions finir par perdre toute crédibilité auprès des autres royaumes.


J'étais donc énervé. Agacé, même. Il y avait tant d'opportunités à saisir de part et d'autres et nos souverains ne réussissaient pour le moment qu'à monter le peuple contre eux. Je n'étais pas né pour régner, je n'avais jamais été éduqué pour être un souverain de quelque chose de plus vaste que ma cité, mais je pensais tout de même qu'il était de mon devoir d'aller apporter mes conseils à ma sœur. J'appris d'ailleurs qu'elle avait récupéré notre demie-soeur de son maître chanteur. Pas de pitié pour ce dernier, j'étais un homme qui ne s'abandonnait que trop facilement à sa frustration. Je me rendais donc d'un pas vif, suivi de deux chevaliers de la maison Hightower, jusqu'aux appartements de Solvej. Cela faisait longtemps que je ne l'avais vue et plus encore, la dertnière fois nous n'étions pas restés en bons termes. Deux gardes de la maison de ma sœur me barrent la lourde porte, mes hommes mettant la main à leur garde. J'ai un petit geste de la main à leur endroit. Les bieffois sont fiers, prompts à se provoquer en duel. Inutile de prendre n'importe quel risque. Je leur souffle simplement que je sais qui est à l'intérieur, que je suis le frère de la Reine, et que j'ai le droit de venir rendre visite à la personne qui se trouve derrière l'huis. On me laisse finalement passer.


J'entre. Personne de prime abord. Je fronce les sourcils.



| Solvej ? Il y a quelqu'un? |


Je me rapproche de la terrasse, dans l'espoir de voir celle qui semble captive.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Nous Eclairons la Voie
Messages : 347
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Mer 30 Mar - 19:45





Icon100x100Icon100x100
Hautjardin,

An 0, Mois 6.


Depuis combien de jours étais-je là ? Combien de jours resterais-je encore dans cette pièce ? J’avais arrêté de compter depuis bien longtemps déjà. Ou alors peut-être pas tant que cela. Je ne savais pas, et je m’en fichais de toute manière. Plus rien n’avait aucune saveur. Plus rien n’avait le moindre intérêt. J’étais un oiseau enfermé dans une cage dorée dont je ne voulais pas. Je détestais que des servantes viennent s’occuper de moi, changer mes draps, m’apporter de la nourriture, me montrer plusieurs tenues et m’obligeant à les changer. Je détestais ce tissu luxueux qu’on me forçait à porter. Je détestais qu’on m’habille ou me coiffe comme si je n’étais qu’une poupée entre les mains de la Reine Tricia. Je détestais ça. Je la détestais elle. Tout était de sa faute, tout. Elle m’enchainait à une existence que je ne voulais pas, et pour quelle raison ? Parce que nous aurions soit-disant le même père ? Peu importe. J’étais et je resterais Solvej, simplement Solvej. Je ne voulais pas être la bâtarde Hightower. J’étais une danseuse, rien de plus rien de moins.

Assise dans un coin du balcon, je laissais la pluie tremper mes vêtements et mes cheveux. Je me fichais de me mettre à l’abri. Cette eau tombait du ciel, aussi glaçante et violente soit-elle, me faisait du bien. Je me sentais comme revivre alors qu’elle s’abattait sur moi. Ma mère m’avait souvent répété qu’une averse annonçait toujours une belle journée ensoleillée. Elle avait comme un pouvoir purificateur dont la nature avait besoin. Les plantes ne sauraient grandir et s’épanouir sans cette eau offerte par les dieux. Tout comme elles mourraient si elles n’avaient pas accès au soleil. C’est étrange, mais repenser à cela, à ce simple fait me redouter un peu de courage, un courage que je pensais avoir perdu depuis qu’on m’avait enfermé là. La pluie annonçait un renouveau. Pourquoi ce renouveau ne pourrait-il pas me concerner ? Je devais prendre ma vie en main. Je devais me battre ou alors… Mourir. Cette demi-vie dans laquelle je m’étais plongée ne pouvait plus continuer. Je quittais le balcon alors que le soleil revenait dans le ciel, chassant ce qui venait de me réveiller. Je récupérais sur la table un couteau, et en entendant des pas, je courrais me cacher, trempée, contre le mur du balcon. Mon cœur battait fortement dans ma poitrine à mesure que des pas avançaient jusqu’à moi. Si c’était encore la Reine, je la menacerais pour qu’elle me libère. Si c’était un garde, j’en ferais de même. Je n’avais plus peur de mourir, plus maintenant. Le combat ou la liberté. Le combat pour la liberté. Je refermais plus solidement mes doigts autour de l’arme. Je n’en avais jamais manié, et je doutais d’y arriver. Mais au moins, j’aurais essayé, j’aurais essayé de forcer pour une fois le destin.

Une voix d’homme s’éleva, une voix que je connaissais sans pour autant la resituer. Peu importe. Il s’approcha sur la terrasse et je sautais sur lui, l’attaquant. Hightower. Encore un Hightower. Mais pas n’importe lequel, l’héritier de la maison bieffoise, le guerrier, le chevalier. Je n’avais aucune chance et d’ailleurs il arrêta sans aucune difficulté mon geste. J’avais laissé mon corps faiblir, ne me nourrissant à peine, si ce n’était pas du tout. Je délaissais toute nourriture cuisinée ou luxueuse, me contentant de grignoter du pain de temps à temps. Je refusais tout autre produit, quand bien même je savais que mon corps en avait besoin. Je ne voulais pas. Je ne voulais rien venant d’eux. Je ne voulais pas de leur pitié, ou de leur compassion. L’homme prit le dessus sur moi, mais cela ne m’empêcha pas de me débattre. Je lui hurlais de me lâcher, tapant mes poings contre son torse, le couteau étant retombé bien trop loin. Je lui criais combien je les détestais tous, eux qui m’avaient tout enlevé, eux qui pensait que je n’étais qu’une marionnette entre leurs mains dont ils pouvaient jouir comme ils l’entendaient. Je laissais toute ma haine éclater, toute ma colère exploser, sachant au loin toute cette passivité dans laquelle je l’étais morfondu tant de jours. Je n’avais plus aucune larme à verser, plus aucune. Et j’en avais assez de me taire. C’était ma vie, pas la leur.



J'avais le soleil nuit et jour dans les jours de l'amour, et la mélancolie.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
« Every day we must dance »
Messages : 212
Membre du mois : 5
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Aucune. Avant j'étais danseuse sur les routes. Mais depuis quelques mois, je suis servante pour la maison hightower, métier qu'on m'a imposé.
Caractère : Pessimiste - Discrète - Amère - Adroite - Douce - Observatrice - Réaliste - Conscience de sa place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Sam 9 Avr - 11:22

Il y avait de ces sujets importants dans la vie qui forcément, accaparaient l'attention. Un temps, ce fut la guerre. Un autre, plus ancien, mon mariage et ma descendance, mais le premier ne dura pas assez longtemps pour me permettre de connaître la seconde. Qu'importe. Tout change toujours en Westeros. Malgré les distances, malgré les temps de latence qu'elles induisent, les événements bougent à toute vitesse dans notre monde. Il y a quelques mois de ça, je succombais à mes doux plaisirs dans les bas-fonds de Hautjardin sans me soucier beaucoup de ce qu'il risquait d'arriver, me complaisant avec mes outils, mes lames et mes fioles, tournant autour des plus belles et douces putains du royaume. Aujourd'hui, j'étais un chef de guerre reconnu, j'avais une influence renforcée à la cour, et je me demandais si je n'allais pas devoir prendre un rôle encore plus important dans la suite des événements, prendre de véritables décisions de chef, là où mon beau-frère était selon la rumeur miné par la fièvre et ma sœur elle-même, manipulée par les catins de Dorne. Tout allait si vite, un monde d'opportunités s'ouvrait devant nous mais la volonté politique de les saisir restait limitée, engoncée dans des principes d'un autre âge dont nos ennemis n'avaient visiblement aucune raison de s'y attacher, et ne se privaient pour justement ne pas le faire. Nous prenions du retard, par manque de force et de volonté. Une chose à la fois. Dans ce tourbillon d'événements de plus en plus obscurs, on ne pouvait pas nier qu'il y avait des impératifs au dessus des nations. Il y avait la famille et ses représentants. Même ceux issus du caniveau.


A peine arrivais je vais la danseuse que celle ci se défendit bec et ongles, martelant mon torse de coups bien mal assurés alors que je lâchais une exclamation de surprise. Les choses allaient de mal en pis de ce côté là aussi, ma sœur avait elle rempli mes demandes et ses obligations envers son sang ? Je n'en savais rien mais les choses semblaient bien mal engagées. Je levais les avant bras pour me protéger, me plaçais face à mon agresseur, une jeune femme bien trop mince, plus encore amaigrie par tout ce qui allait suivre. Je la saisis par les avant bras alors qu'elle hurle, déchaînée. Je la repousse violemment, la jetant en arrière, en direction du bas, du sol. Je fronce les sourcils, haletant du fait de la surprise de l'agression et de la colère qui couvait déjà.



| Du calme Solvej du calme! |


J'inspire profondément, calmant comme je le pouvais mon rythme cardiaque, alors que je m'essuyais la bouche d'un revers de la main. Ma main libre quant à elle, ne fit pas un mouvement pour libérer mon épée ; je ne me sentais pas assez menacé pour ça. J'adoptais alors une autre technique que la violence brute.


| Je vois que notre sœur la Reine a su te mettre en sécurité, Solvej. Tu dois comprendre que ce qui a été décidé l'a été pour ta sécurité. Ta vie était menacée par ton ancien employeur. Nous devions te mettre à l'abri. Car tu es de notre sang. Ta place ici... Ne dépend que de toi. Mais tu ne pourras plus danser, plus comme avant. Tu es trop précieuse pour te laisser te mettre toute seule en danger. Tu pourras commencer une nouvelle vie, loin des regards lubriques des hommes et de leurs désirs qui un jour ou l'autre, auraient été exaucés. |
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Nous Eclairons la Voie
Messages : 347
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Dim 24 Avr - 16:23





Icon100x100Icon100x100
Hautjardin,

An 0, Mois 6.


Je m’acharne contre l’homme qui vient d’arriver sur le balcon, même si je sais que ma lutte est vaine. Je ne pourrais prendre le dessus sur lui mais j’essaye malgré tout. Je ne peux pas me résoudre à mourir, alors il me faut me résoudre à combattre, à lutter pour cette liberté qu’ils m’ont arraché et dont ils me privent chaque jour. Je ne veux plus être un oiseau en cage, je ne peux pas m’en satisfaire. Je suis sotte de penser ainsi, je le sais, cependant je ne puis me résoudre à penser autrement. J’en ai assez, tellement assez de laisser les autres décider pour moi. Je ne suis pas un objet, ni une poupée entre mes mains. Ils sont souverains et peuvent prendre les décisions qu’ils désirent, mais ce n’est pas pour autant que je suis obligée de les accepter. Je devais me relever, et les combattre, ou mourir en essayant. Il n’y avait que ces deux chemins.

Il prit le dessus. Bien entendu, il prit le dessus sur mon frêle corps et mes maigres forces. Je ne m’alimentais guère et mes muscles commençaient doucement à disparaitre. Je ne les entrainais plus, et ils manquaient d’énergie. Peu importe. A quoi bon continuer de les entretenir puisqu’on m’avait volé ma vie  et tout ce qui la constitué. Rien de ce qui se trouvait dans cette pièce ne m’appartenait, pas même les habits que je portais désormais.

Il crie et m’ordonne de me calmer, mais je ne le fais pas. Ou du moins pas avant qu’il ne me force à lui obéir à lui aussi. Il me repousse sans mal, non sans agressivité et colère, une colère que je partageais avec lui en cet instant. Je m’effondre sur le sol, la respiration haletante, les poings toujours serrés. Je frappe sur le sol, m’écorche le côté de la main. Cette douleur me fait du bien, me rappelle que je suis encore vivante même si ma vie ne présente plus aucun attrait ni n’a le moindre goût. J’attends que les coups s’abattent sur moi, qu’il s’empare de son épée pour me faire payer mon affront mais cela n’arrive pas. Il se met à parler, alors que je ne veux pas de ces mots. Ils ne sont que le miroir de la Reine du Bief. Il me parle de sécurité, de menace à mon encontre, d’un sang que nous sommes censés partager et de cette valeur qu’ils imaginent que je représente. Je lâche un rire amer lorsqu’il m’indique que je pourrais commencer une nouvelle vie. Je ne veux pas de nouvelle vie, je veux celle qui m’ont arraché. Je ne le regarde pas dans les yeux, et reste au sol, alors que je lui souffle Ne comprenez-vous pas? Ne comprenez-vous pas que ce confort,  cette sécurité à vos yeux est une prison pour moi ? Ma vie n’était pas menacée, pas plus qu’elle ne l’était depuis ma naissance. Je secouais la tête.  Je ne saurais être autre chose qu’une danseuse et une fille du peuple. Je n’ai nul intérêt à vos yeux, nulle importance, si ce n’est celui d’avoir pu vous distraire. Je ne suis pas de votre sang Messire. Vous êtes frère de la Reine du Bief et héritier du fief de Hightower. Nous n’appartenons pas aux mêmes mondes. Je ne le supplierais pas de me laisser partir. Je ne les supplierais plus parce qu’ils n’en avaient que faire. Si par malheur, il devait m’arriver quelque chose, cela ne changera rien pour vous et les vôtres. Je ne serais jamais une monnaie d’échange intéressante. Si je viens à finir morte au bord du route, cela ne changerait rien pour vous, et cette mort vous laisserez des plus indifférents. Alors… Pourquoi me garder enfermée ici ? Oui pourquoi ? Parce que je n’avais aucune valeur à leurs yeux. Je ne les croyais pas lorsqu’ils m’indiquant que ma sécurité leur importait. Nous étions des étrangers les uns pour les autres et nous n’avions d’ailleurs aucune certitude que je sois de leur sang. Je ne comprenais pas.




J'avais le soleil nuit et jour dans les jours de l'amour, et la mélancolie.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
« Every day we must dance »
Messages : 212
Membre du mois : 5
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Aucune. Avant j'étais danseuse sur les routes. Mais depuis quelques mois, je suis servante pour la maison hightower, métier qu'on m'a imposé.
Caractère : Pessimiste - Discrète - Amère - Adroite - Douce - Observatrice - Réaliste - Conscience de sa place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Ven 13 Mai - 17:04

J'essayais de convaincre celle qui était ma demie-soeur. Une femme que j'avais désiré violemment, aussi bien pour mes expériences scientifiques que pour son corps si étrange et si parfait, formé pour la danse, pour l'expérience de quelque chose qui serait unique dans mon existence comme de la sienne. Maintenant que je connaissais notre lien de parenté, je n'avais plus le droit de faire quoi que ce soit contre elle, même au regard de la science. Par contre j'avais de nouveaux devoirs. Elle était faible, sans ressources aucune. Pas d'argent, pas de pouvoir, aucune influence. La seule dont elle pouvait sans aucun doute se targuer était celle qu'elle devait bien avoir sur son mari. Je ne pensais pas qu'une femme comme elle puisse se laisser mener à la baguette par qui que ce soit, mais je ne pouvais pas en être sûr. Encore que ses coups et ses ruades étaient brutales, sans concession. Je me disais bien que cela devait faire beaucoup tout de même, pour une seule personne, de manifester autant de rage et même de haine. La laisser mijoter n'avait apparemment pas été l'idée du siècle, cela je peux vous le confirmer. La jeune femme tombe au sol et s'écorche les poings mais tant pis. Je ne pouvais pas la laisser continuer à agir comme une furie, c'était impossible. Il y avait des règles dans ce palais et en dehors de celui-ci, des règles et des conventions sociales qu'il fallait à tout prix respecter pour éviter que l'anarchie ne règne dans notre monde. La jeune femme ne croit aucun de mes mots et je soupire, las et fatigué. Combien de temps vais-je devoir me battre avec elle ? Probablement encore un round ou deux de plus.


Et voilà qu'elle reprend la parole, vindicative et irrévérencieuse. Je vais devoir lui apprendre qu'être du même sang ne la dispense pas du respect qu'elle doit à une personne de ma qualité, loin de là. Et voilà qu'elle s'en prend au cadre de vie que nous lui avons imposé avec la Reine ma sœur pour la calmer, lui donner de nouveaux repères en attendant la suite des événements. Solvej anticipe également sur comment nous la considérons, Tricia et moi. Je ne sais d'abord quoi lui répondre, alors que je comprends tout à fait sa position. Elle a raison, au fond. Un fossé énorme nous sépare. Mais ça ne veut pas dire que nous devons nous ignorer mutuellement.



| Ta vie était menacée, même si tu n'en avais pas conscience. Ton précédent employeur avait flairé le bon filon et t'aurais fait du mal si nous n'accédions pas à son chantage. Et je sais d'expérience que les maîtres chanteurs sont des individus retors, qui une fois l'or à portée de main, en réclament encore et encore et au moindre problème, tu aurais été molestée ou pire encore. Vendue aux ennemis de notre famille, aux ennemis de notre sang. Je suis sincérement désolé de cette situation, mais on n'est pas toujours maître de son propre destin. |


Bon, elle avait raison sur le fond. Mais je n'allais pas abandonner ni baisser les bras pour autant, ce serait bien mal me connaître. Je méditais un instant ma réponse suivante, me demandant si je devais me contenter d'une vérité pleine et entière ou d'une demie-vérité.


| N'as-tu donc rien compris ? Si tu es ici c'est parce que tu as forcément une valeur à nos yeux. Et aussi parce que tu as fait des difficultés. Pourquoi ne pas simplement nous laisser t'aider? |
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Nous Eclairons la Voie
Messages : 347
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Mer 18 Mai - 14:37





Icon100x100Icon100x100
Hautjardin,

An 0, Mois 6.


Je ne supportais plus rester dans cette pièce, prisonnière d’une famille que je ne connaissais pas et que je ne voulais pas connaitre. Nous n’appartiendrons jamais à un même monde. Nous ne serons jamais liés ensembles. Nous étions différents, par notre naissance, notre éducation et notre existence. Je n’avais pas grandi dans le luxe, le pouvoir et les richesses, mais dans la boue, la difficulté et quelques fois dans la faim. Je m’étais toujours battue pour m’en sortir et je n’avais toujours pu compter que sur moi et uniquement sur moi. Je n’avais jamais eu personne pour me rattraper ou m’aider si les choses tournaient mal. Je n’avais jamais eu de secondes chances… Contrairement à eux. Je n’aspirais pas à ce qu’ils aspiraient. Je ne désirais pas me vautrer dans des draps soyeux et doux, et essayais de plaire au plus grand nombre. Je préférais m’allonger à même le sol, et torturer mon corps pour mon travail. Tout ce que j’avais acquis, je l’avais fait à la sueur de mon front. Rien ne m’avait été offert, rien. A la mort de ma mère, j’avais dû racheter tous ses biens à Jehän, qui les aurait sinon vendu, m’en dépossédant. J’avais cousu mes tenus moi-même, saignant souvent des doigts à cause des aiguilles. Je confectionnais mes propres chaussures et les reprisaient lorsqu’il le fallait. Je devais travailler dur pour pouvoir acheter du pain et quelques fois de la viande ou du poisson. J’avais connu la faim, les blessures, la dureté de la vie. Je n’avais pas été épargnée, pas comme eux. Non. Nous n’appartenions pas à deux mêmes mondes. Il faisait partie de ses grands, et moi des petits. Rien ne pourrait changer cet état de fait.

J’arrêtais de frapper au sol, et de le tacher de mon sang. Je gardais les mains contre la pierre froide, et l’échine courbée. Parce que là était ma place. Aucune aide n’est gratuite en ce monde. Encore moins lorsqu’elle vient de personnes de votre rang. Parce qu’un jour, vous finirez par réclamer votre dû, un dû que je serais incapable de rembourser, m’enchaînant à vous jusqu’à ce que la mort ne vienne me libérer. Je ne veux pas de cette vie de servitude. Je préfère vivre libre et pauvre qu’enfermée dans un luxe qui n’est pas mien. Je ne veux rien de vos richesses, de votre nourriture, de vos belles toilettes. Je ne veux rien que je n’aurais gagné moi-même. Je n’étais pas de ces profiteurs, ou de ceux essayant de grappiller la moindre monnaie. Je n’étais pas avide et je n’aspirais pas à voir ma vie changer et s’améliorer. Je me fichais des biens matériels que l’on pouvait m’offrir car je ne pouvais en tirer aucune fierté. Je n’aimais pas les présents, et je ne voulais de la pitié de personne, ou générosité comme certains peuvent l’appeler. J’avais toujours lutté pour acheter ce dont j’avais besoin. Je ne savais fonctionner qu’ainsi. Ma mère m’avait ainsi forgé ainsi et c’était elle qui m’avait fait prendre conscience qu’en effet, rien n’était jamais gratuit, encore moins les mains tendues. La gentillesse n’existait pas en ce monde car elle appelait toujours une contrepartie. Si les Rois étaient « bons » avec le peuple, c’est uniquement pour obtenir leur fidélité, et pour qu’ils partent sans poser de questions, ni même envisager de le faire, à la guerre. Rien n’était gratuit rien. Je n’ai aucune valeur à vos yeux et rien ne vous pousse à croire les mots d’un homme avide d’argent. Vous l’avez dit vous-même, il est retors. Et même s’il avait dit la vérité, cela ne change rien… Je suis une fille du peuple, la fille d’une danseuse. Et vous êtes un seigneur et le Frère de la Reine du Bief. Cela ne vous rapporte rien de me garder prisonnière ici. Et quand bien même un de vos ennemis essaye de vous faire chanter, je niais toute appartenance à votre lignée dont vous sembliez réellement croire que je fais partie, et il vous suffirait d’en faire de même. Si je n’ai pas été assez maligne, j’en payerais le prix et non vous. Alors je vous le redemande : Pourquoi me garder enfermée ici ? Je relevais la tête et osais croiser quelques instants ses yeux, avant de regarder de nouveau le sol. J’étais à bout de force, à bout de force. Je luttais, mais cela était vain, tellement vain. Ne venait-il pas de l’affirmer, que désormais, mon destin leur appartenait à eux, eux et non à moi ?




J'avais le soleil nuit et jour dans les jours de l'amour, et la mélancolie.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
« Every day we must dance »
Messages : 212
Membre du mois : 5
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Aucune. Avant j'étais danseuse sur les routes. Mais depuis quelques mois, je suis servante pour la maison hightower, métier qu'on m'a imposé.
Caractère : Pessimiste - Discrète - Amère - Adroite - Douce - Observatrice - Réaliste - Conscience de sa place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Mar 24 Mai - 18:42

J'essayais de calmer les choses mais c'était compliqué. Comme si elle n'était absolument pas capable de voir objectivement la situation. C'était sans aucun doute ça le problème, avec le petit peuple. L'objectivité n'était pas leur truc. Ils vivaient tellement dans l'instant qu'ils étaient incapables de se sortir de cette perspective de court terme perpétuel, de problème permanent de nourriture, de chaleur, de protection. Je pouvais le comprendre. Quand on n'a rien, le peu que l'on a, on essaie de se tenir prêt à le protéger et si on ne peut le faire fructifier, à au moins le faire durer le plus longtemps possible. Ces gens étaient dépourvus de vue d'ensemble. C'était pour cela que la noblesse existait ; elle était là pour nous permettre de nous en tirer à peu de frais afin de leur assurer cette protection si nécessaire pour leur permettre par ailleurs d'assumer leur subsistance en propre, selon les aléas d'un monde où l'hiver peut rester installé à moyen terme. Bref. Tout ça pour dire que juguler un peu la colère de cette véritable envoyée des Autres, ce n'était pas de la tarte et si je ne voulais user de violence que je considérais comme superflue dans ce genre de cas, il n'en restait pas moins que je me trouvais être à court de solutions. La jeune femme se calmait dirait-on, mais c'était tout juste. Elle ne transpirait ni la vie ni la joie, vous pouvez me croire.


Et voilà qu'elle se la joue sainte patronne du cynisme ambiant. Je dois avouer qu'elle a plutôt raison, au fond. Rien n'est jamais gratuit. Est-ce qu'elle se rend compte à cet instant précis qu'elle a justement ce qu'il faut pour avancer dans ce même monde ? Ok, elle n'aime visiblement pas l'incertitude et c'est ce flou pas tout à fait artistique qui semble la chagriner au plus haut point. Et voilà qu'elle refuse tout. Si elle ne l'a pas gagné elle-même. Je lui offre un sourire franc. Pas vraiment avenant, mais assez satisfait malgré tout.



| Bien, nous nous comprenons donc. Entendons-nous bien, Solvej. Je ne te protège pas par amour ; je ne te connais pas et il ne faut pas avoir fait Villevieille pendant dix ans pour comprendre que tu ne te sentiras jamais concernée par ton sang ou par ton nom. Toutefois, notre petite mésaventure avec ton précédent employeur nous montre néanmoins quelque chose. Que quoiqu'il arrive, si toi tu oublies qui tu es, si moi je le nie. Les autres y croiront toujours. C'est ça qui est important, maintenant. |


Elle se trompait toujours sur mon point de vue à son endroit. Elle me ressert toujours le même discours ; la pauvre petite danseuse, jeune fille qui n'a jamais rien fait de mal et qui n'a jamais rien demandé à personne. C'est comme ça, sans doute, mais je sais aussi qu'il faut évoluer pour survivre. Je soupire et soutient un regard particulièrement intense avec celle qui, sans nul doute vu le niveau qu'elle atteint dans la génération de frustration,


| Pour me protéger. Pour protéger mon nom du scandale. Pour protéger ma sœur tant qu'elle le mérite, avec son pitoyable époux. Tu es ma sauvegarde, et aussi une assurance contre notre père. Maintenant comme il est de plus en plus évident que nous sommes du même sang, que veux-tu en échange de ma protection ? Si tu veux travailler, nous pouvons négocier ça. Même si la fille, même illégitime, d'un descendant de Rois, ne peut en aucun cas se trémousser à portée des mains immondes de ceux qui voudraient la prendre. Je sais que tu pourrais prendre goût à tout ça, et ce n'est pas un problème si tu veux te convaincre de le gagner à la sueur de ton front. Que voudrais-tu faire en contrepartie de ce luxe et de ce confort de vie que je t'offre? |
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Nous Eclairons la Voie
Messages : 347
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Mer 8 Juin - 19:31





Icon100x100Icon100x100
Hautjardin,

An 0, Mois 6.


Ma vie ne m’appartenait plus. Elle n’avait d’ailleurs désormais qu’une valeur politique comme le seigneur venait de me l’indiquer. Je restais de nombreuses minutes sans mot, toujours assise par terre, pour ne pas dire effondrée. Des larmes silencieuses s’écoulaient de mes joues, pour s’effondrer sur ce sol si froid. J’étais condamnée et je n’avais aucune voie de secours, aucun chemin à emprunter pour m’enfuir au loin. Je maudissais ma mère dans sa tombe. Tout cela était de sa faute. Si elle m’avait dit la vérité, je ne serais pas là. Peut-être Jehän avait-il raison quant à l’identité de mon père… Ou peut-être n’avait-il justement pas raison. Je n’en aurais jamais la moindre certitude parce que celle qui détenait ce secret est morte voilà bien des années. Et à cause de ses silences si pesants, je perdais cette vie si imparfaite que j’avais toujours eus. Pourquoi ? Pourquoi les dieux avaient-ils décidé de s’acharner ainsi sur moi ? J’avais toujours mené une vie juste. Je n’avais jamais nui à personne. Je n’avais jamais conspiré non plus et n’avais jamais souhaité du mal à personne. Pourquoi ?

Je frappais de nouveau sur le sol, pour faire sortir toute cette frustration, tout ce dégoût, toute cette haine que je ressentais en cet instant. Je m’abimais un peu plus les mains mais cela importait peu. Je ne repartirais jamais de cette cage qu’ils me voulaient dorées. Ils se fichaient totalement de ma personne, le Seigneur Hightower me l’avait bien indiqué plus tôt. Il ne voulait que protéger cette sœur avec qui il avait grandi… Et se servir de moi contre ce père qu’il était persuadé que nous partagions. Plus jeune je m’étais imaginée retrouver mon géniteur et pourquoi pas quelques frères et sœurs, mais cela m’était bien vite passé. Chaque membre de la troupe était un frère et une sœur envers qui nous n’avions jamais eu aucun devoir. Nous veillons de loin les uns sur les autres, sans envahir la vie d’autrui. C’était un équilibre qui m’avait toujours plu, parce que j’étais seule, mais entourée tout de même. Désormais, il ne me restait plus rien. Colyn était parti lui aussi et je le regrettais à mes heures perdues. J’étais seule… Toute seule.

J’avalais une bouffée d’air, calmant ma respiration et mes larmes. Tout cela ne servait à rien. Tout cela était inutile. J’essuyais mes phalanges maculées de sang sur ma robe si luxueuse dont je me fichais bien. Danser... Et non pas me trémousser… soufflais-je, avant de continuer, en relevant la tête Je n’ai aucune beauté, ni aucune sensualité. Aucune main immonde n’a jamais voulu me prendre. Et si vous pensez le contraire, alors faites en sorte que cela n’arrive jamais. Mon… Colyn à lui seul arrivait à tenir à distance tout homme ayant des intentions graveleuses envers l’une de mes danseuses… Je ferais tout ce que vous désirez. Je vous obéirais, et je ne vous défierais jamais. Je n’essayerais pas de m’enfuir. Je me vêtirais tout ce que vous voulez me voir vêtir. Je porterais le prénom et le nom que vous désirez me voir porter. Je ne poserais jamais aucune question, et n’emmétrez aucune objection si tel est votre désir. Je serais un objet entre vos mains tant que je puis danser. Vous m’avez tout pris. Je ne possède plus rien et tout ce qui m’était précieux m’a été arraché. Il ne me reste que ma danse… Et si cela n’était plus possible alors je préférais mourir. L’homme en face de moi était assez intelligent pour le comprendre sans que je n’aie besoin de le dire à voix haute. Je ne l’avais pas quitté du regard, non pas par défi, mais par détermination.




J'avais le soleil nuit et jour dans les jours de l'amour, et la mélancolie.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
« Every day we must dance »
Messages : 212
Membre du mois : 5
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Aucune. Avant j'étais danseuse sur les routes. Mais depuis quelques mois, je suis servante pour la maison hightower, métier qu'on m'a imposé.
Caractère : Pessimiste - Discrète - Amère - Adroite - Douce - Observatrice - Réaliste - Conscience de sa place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Ven 10 Juin - 23:08

Je ne pouvais pas comprendre la jeune femme. Quel était son problème ? Je lui offrais une vie de palace. Cent fois mieux que ce qu'elle trouverait jamais dehors. Elle me l'avait dit elle même, dans dix ans maximum, ses os et ses articulations seront tellement usés qu'elle ne parviendra plus à danser et donc, plus à gagner sa croûte. Elle devra alors se reconvertir, et dans quoi une femme assez jolie pouvait travailler ? Se mettre sur le dos, faire à manger ou la couture pour les autres. Ici, elle pouvait travailler tout aussi honnêtement mais avec un toit, un bon feu, jamais à court de nourriture et même, avec quelque salaire ou pourboire qu'elle pourrait dépenser dans ce qui lui semblerait bon. Nous avions tant de serviteurs, tous plus spécialisés les uns que les autres, que la durée de son travail ne sera pas aussi pénible que tous ses entraînements de danse. Alors pourquoi faisait elle cela, me résister et tenir tête à sa souveraine ? Je ne la comprenais pas. Pour quelqu'un comme moi qui passait son temps à tout calculer, c'était totalement irrationnel de commencer de la sorte à se torpiller soi même. Impossible à circonscrire, ce besoin de liberté qu'avaient certains gueux... Je me demandais tout de même quelle chance y avait-il encore qu'elle ne soit pas réellement ma sœur. Avec ce caractère et cette obstination, le sang ne saurait mentir. Elle frappe le sol de frustration et de colère, je porte alors sur elle un regard des plus sévères.


La jeune femme essaie de calmer, de maîtriser sa respiration. Elle n'y parvient qu'à moitié. La panique est totale, alors qu'elle se rend compte que jusque là je ne lui laissais pas le choix. Mais elle commençait à m'agacer. Son ancien commanditaire étant mort, le secret devait rester relativement en sécurité sans que je n'ai à faire quoi que ce soit, du moins c'était ce que je pensais. J'eus un sourire dénué de joie.



| Certes, danser. C'est pour cela que tu avais initialement capté mon attention. Il n'en reste pas moins que je connais le cœur des hommes et la lubricité de leur âme. Tôt ou tard, il t'arrivera malheur, comme à toutes celles qui se donnent en spectacle par beauté du geste, là où d'autres ne voient que désirs et tentation. |


Dans son désespoir et son obstination, la jeune femme rendait enfin les armes. Je souris, plus franchement. Je m'approchais. Compatissant. Je savais que c'était dur de voir un monde brûler. Mon propre père avait incendié le mien il y a bien longtemps, et à plusieurs reprises qui plus est.


| Je ne désire vraiment que ta sécurité. Mais vois les choses comme elles sont ; tu as une chance formidable de ne pas mourir en vrac, sans soi et oubliée par un mari qui se trouvera une autre beauté. Je ne compte pas te laisser errer aux quatre vents. Je m'occuperais de toi. Je suis un homme dans la force de l'âge et feue ta belle-soeur est morte il y a plusieurs années. Je ne tarderais pas à me remarier, et dame ma future épouse aura besoin de caméristes. Ton emploi sera aisé et ta rétribution, agréable. Tu jouiras d'une totale liberté en dehors de tes tâches. Et si tu souhaites continuer à danser... Alors, tu le pourras. Danser et danser encore si tel est ton désir. Mais sous la sécurité que j'apporte aux gens de ma maisonnée. Est-ce que cet accord te conviens ? Si même cela ne t'agrée pas, tu es libre de partir. Mais si tu pars, tu devras le faire loin. Pour ta sécurité comme pour la nôtre. |


J'étais honnête et sincère, et je ne pourrais rien faire de plus.




We Light the Way


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Nous Eclairons la Voie
Messages : 347
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Lun 4 Juil - 22:10





Icon100x100Icon100x100
Hautjardin,

An 0, Mois 6.


Je secouais négativement la tête. J’ai appris à danser avant même de savoir marcher. Et il ne m’ait jamais rien arrivé malheur. Ma Mère y a toujours veillé de son vivant, ne voulant sans doute pas que je subisse ce qu’elle a vécu alors qu’elle n’avait que quinze ans… Et à sa mort, les Hommes de la troupe se sont chargés de notre protection. Aucune de mes danseuses n’a jamais été importunée comme vous le sous-entendez. Je ne remets nullement en doute votre jugement. Simplement je vous expose les faits tels qu’ils sont Je ne faisais aucune preuve d’insolence, je ne me le serais pas permise. Je connaissais ma place et l’homme dont j’étais aux pieds était un Seigneur et un être bien supérieur à moi. Je n’étais pas sotte au point d’oublier cela. Je rejetais ce lien familial qu’il pensait nous unir puisqu’à mes yeux il n’existait pas. Je n’étais pas liée à lui et il ne l’était pas à moi. Je n’avais toujours eu que ma Mère et elle était morte il y a de cela plusieurs années. Je ne croyais nullement les mots de Jehän, et quand bien même ils étaient vrais, cela ne changerait pas la situation. Il était lord et j’étais fille du peuple. Nous naviguons dans deux eaux bien différentes, que rien ne pouvait relier entre elles.

Le lord s’approche de ma frêle silhouette, mais je ne relève pas la tête. La lutte était vaine et je rendais les armes consciente que ma vie ne se trouvait plus entre mes mains, mais encore les siennes. Je secouais cependant doucement la tête lorsqu’il insistait sur le fait qu’il désirait ma sécurité. C’était faux et nous le savions tous deux. Il ne cherchait qu’à défendre ce qu’il pensait être les intérêts de sa famille, une famille dont il était fier d’appartenir. Comment lui reprocher ? Sa maison était grande et puissance et sa sœur avait pris pour époux le Roi du Bief. Il me proposait un marché, alors même que je n’avais nullement le choix. Je ne voulais pas devenir une servante de compagnie, m’occupant de femmes, changeant leurs draps, reprisant leur robes, leur apportant souper et eau chaude et répondant aux moindres de leur caprice. Ne comprenait-il pas que je ne désirais pas une cage aussi dorée soit-elle mais bel et bien la liberté de voler ? Parler ne servirait à rien et mon avis ne comptait pas alors répondis-je Il sera fait selon vos désirs. Je n’étais pas sotte. Si je ne voulais nullement de cette vie, je comprenais que j’avais, quelque part, de la chance qu’il s’enquière de ma sécurité et la recherche. Je ne comprenais pas pourquoi il agissait ainsi,  malgré tout. Je n’étais rien pour rien. Rien ne plus qu’une poupée de chiffon entre ses mains avec laquelle il voulait s’amuser et à qui on avait tout ôté. Il ne me restait rien, vraiment plus rien. Colyn était parti rejoindre sans doute sa famille ouestrienne. Mes effets m’avaient été enlevés, restés dans cette caravane qui m’avait toujours servi de demeure et dans laquelle j’étais d’ailleurs née. A ces pensées des larmes voulurent couler de mes yeux, mais je les retenais avec une force que je ne pensais ne plus posséder. Je me refusais de pleurer de nouveau. A l’instar du fait de prier des dieux qui n’existaient pas,  cela ne servait à rien.



J'avais le soleil nuit et jour dans les jours de l'amour, et la mélancolie.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
« Every day we must dance »
Messages : 212
Membre du mois : 5
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Aucune. Avant j'étais danseuse sur les routes. Mais depuis quelques mois, je suis servante pour la maison hightower, métier qu'on m'a imposé.
Caractère : Pessimiste - Discrète - Amère - Adroite - Douce - Observatrice - Réaliste - Conscience de sa place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Sam 9 Juil - 22:26

La jeune femme me parle de la danse, ce qui semble être son seul véritable univers. Je l'avais bien compris. J'avais peut être adopté la mauvaise stratégie à son sujet. Je ne savais pas trop. Parfois, je parvenais à lire dans les gens comme dans un livre ouvert. A d'autres moments, je me rendais bien compte que mon pragmatisme, ma rigueur, mon aptitude à toujours tout calculer, n'étaient pas partagés par tout le monde, loin de là. Je devais donc prendre les choses plus à cœur, avec moins de discernement, pour me mettre dans l'état d'esprit de la jeune femme. Elle était seule, avec le sentiment d'être abandonnée. Elle ne comprenait pas vraiment ce que je lui voulais, ni ce que j'attendais d'elle. Elle était donc effrayée, même si elle convertissait cette peur en colère, cela induisait forcément des conséquences au niveau du reste de son comportement et de son attitude. Elle se fait beaucoup plus respectueuse en tous cas, dans ce qu'elle évoque.


| Bien. Je suis ravi que tu aies été ainsi protégée. Mais le fait que nous ayons le même sang, toi et moi, implique que tu seras en danger. Aucun secret ne le reste à tout jamais, malheureusement... |


Pour le coup, je ressentais une pointe de compassion pour la jeune femme. Par la découverte de qui elle était vraiment, sa vie ne pourrait plus jamais être la même. Bien qu'elle ne soit même pas à cent pour cent de sang noble, bien qu'elle ne connaîtrait jamais la grande vie et le faste de la cour en tant que partie intégrante de celle ci. Finalement, elle accepte le marché. Je sens bien que son acceptation n'est pas volontaire, pas plus qu'elle n'est sincère une seule seconde. J'eus un sourire compatissant.


| Je sais que ce n'est pas la place dont tu rêvais. Je ne me défends pas qu'en te gardant près de moi, je sauvegarde les intérêts d'une famille qui ne t'avais encore jamais intégrée en son sein. Mais je ne veux pas que nous soyons ennemis, Solvej. Prenons le temps de nous faire à cette nouvelle situation, d'accord ? Ensuite, nous verrons ce qu'il est possible de faire. Quand je te disais qu'un nouveau monde s'ouvrait à toi, j'étais sincère. Et ce n'est pas un univers dans lequel tu seras jetée sitôt tes os trop fragiles. |




We Light the Way


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Nous Eclairons la Voie
Messages : 347
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   Mar 12 Juil - 14:23





Icon100x100Icon100x100
Hautjardin,

An 0, Mois 6.


Je ne savais pas quoi penser du Lord. Etait-il sincère ? Devais-je me méfier de lui ? Ma raison me poussait à ne pas me fier à lui. Il m’a porté une fois secours, mais avant il m’avait terrifié et obligé à danser pour lui si je voulais partir sauve de ses quartiers. Il était emporté, et si déterminé à me soumettre à sa volonté. Non. Je ne pouvais pas me fier à lui. Je ne devais pas avoir la faiblesse de le croire, et d’imaginer qu’il avait réellement à cœur mes intérêts, que je pourrais avoir un peu d’importance à ses yeux. Non. Je ne suis qu’un objet désormais. Penser le contraire serait une erreur, une grosse erreur. Je ne réponds alors que par un signe de tête soumis. C’est là le rôle qu’il veut que je prenne, un rôle que je n’ai pas le choix de jouer. Et je déteste cela. Je n’ai jamais voulu être danseuse, mais j’avais choisi de continuer à l’être à la mort de ma mère. J’étais douée dans cet art et mon corps était fait pour danser. D’ailleurs quand je le faisais, je me sentais libre, loin de toute préoccupation, de tout problème. J’oubliais tout et j’avais besoin de ce lâcher prise pour continuer. Mais désormais cela ne m’était plus permis. Le lors ne voulait pas m’accorder cette simple requête et contrairement à lui, je n’avais aucun pouvoir. Alors j’accepte, puisque je ne peux faire autrement. Je ne peux renoncer à vivre, je n’en ai pas le droit. Ma mère est partie bien trop jeune, bien trop tôt. Elle a décidé de me donner la vie alors qu’elle aurait pu faire de moi un ange. Quelque part, je comprenais mieux cette distance qu’il y avait entre nous : j’étais le fruit d’un viol, et je devais lui rappeler à chaque fois qu’elle posait ses yeux sur moi cet instant. Et pourtant, elle m’avait élevé, pris soin de moi et protégé.

Le lord reprend la parole, un léger sourire compatissant sur les lèvres. Il pense savoir ce que je peux ressentir, me précisant que certes il faisait cela par intérêt mais qu’il ne voulait pas que je vienne à le détester et vouloir le nuire. Etonnement, il me demande de laisser du temps au temps, et de voir ce que cela donnerait, ou cela me mènerait. Je me pince la lèvre, ne sachant quoi répondre, tiraillée une nouvelle fois. J’ose le regarder dans les yeux quelques instants, avant de lui faire un signe affirmatif de la tête, sincère cette fois. Je n’ai pas le choix de rester ici, mais peut-être pouvais-je essayer de rendre la situation plus simple et plus agréable ? Peut-être. Le temps nous le dira.




J'avais le soleil nuit et jour dans les jours de l'amour, et la mélancolie.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
« Every day we must dance »
Messages : 212
Membre du mois : 5
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Aucune. Avant j'étais danseuse sur les routes. Mais depuis quelques mois, je suis servante pour la maison hightower, métier qu'on m'a imposé.
Caractère : Pessimiste - Discrète - Amère - Adroite - Douce - Observatrice - Réaliste - Conscience de sa place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Terminé - Livre II] New Rules   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé - Livre II] New Rules
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé - Livre I]"Je veux juste rentrer chez moi..."
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Le Bief :: Hautjardin
-
Sauter vers: