AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]
MessageSujet: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Dim 24 Jan - 21:35


Je prends une profonde inspiration alors que je me focalise sur la cible plantée à plusieurs mètres de moi. Il commence à faire nuit et il devient difficile de la distinguer correctement malgré les nombreuses torches allumées ça et là mais j'ai découvert que c'était le seul moment de la journée où il m'était permis de m'entrainer convenablement sans croiser une douzaine de donzelles prêtes à glousser au premier sourire que je leur adresse. Non pas que l'exercice ne m'amuse pas en temps normal, bien au contraire, j'avoue même avoir sans honte profité de leur compagnie durant la journée, m'amusant de la façon dont elles essaient avec une subtilité toute relative de m'approcher pour se rapprocher du Prince.
Il est particulièrement divertissant de voir de quoi elles peuvent être capables, surtout lorsqu'elles sont en groupe et sans chaperon. Entre l'effronterie et la provocation, j'en connais plus d'une qui finirait avec la marque des doigts de leur propre mère sur leurs joues si l'on entendait ce qu'elle disent et ce qu'elles peuvent promettre pour parvenir à leurs fins.

Mais ce soir, j'ai surtout envie de m'exercer sérieusement pour ne pas perdre la main. Cela fait plusieurs semaines que nous sommes à Goeville et je passe surtout mon temps à boire, à festoyer et à finir jusqu'à point d'heure dans les bordels du coin. Rien de très reluisant mais, ma foi, on ne peut pas dire que ce ne soit pas divertissant. Je ne manque pas les diners officiels cependant, tant pour sauver Lyman d'un ennui probablement mortel que pour éviter de déshonorer le nom des Kenning. Ma mère serait capable de me ramener à Kayce en me tirant par l'oreille si je faisais quoi que ce soit qui pourrait la mettre dans l'embarras, même après toutes ces années. Je m'esquive aussi souvent que je le peux, entrainant quand c'est possible le lionceau avec moi. Exception faite de ce soir.

Pas de diner prévu, pas d'alcool qui coule à flot ou de nouvelle taverne à découvrir avec nos compagnons ouestriens. Rien que cet arc, ces flèches et cette cible qui me fait face depuis un moment déjà.

Je n'ai d'ailleurs même pas prêté attention aux serviteurs qui sont venus allumer les torches sans faire le moindre commentaire. Je ne sais s'ils ont l'habitude de voir les gens s'entrainer ou de les voir s'acoquiner dans les coins sombres mais, au fond, peu m'importe.
Tant que je peux voir la cible encore un peu et ne pas rentrer tout de suite, cela m'arrange fortement. Si j'apprécie plus que de raison ces festivités, j'ai tout de même besoin de me rappeler que je ne suis pas qu'un simple blanc-bec de la cour de Castral Roc incapable de faire autre chose que de fanfaronner dans ses plus beaux atours et de savoir comment assortir ses tenues. Voilà bien quelque chose dont je suis incapable soit dit en passant. Non pas fanfaronner, ça, c'est un exercice que je maitrise particulièrement bien. Mais assortir mes tenues j'entends. Je laisse cela aux charmantes servantes qu'on nous a affublé à notre arrivée, leur gloussement retentissant quotidiennement dans mes appartements pour mon plus grand plaisir.

Je finis par me décider et par tirer. Et par rater le mille de peu. Je laisse échapper un claquement de langue agacé et je bande l'arc à nouveau avant d'entendre un léger raclement de gorge juste derrière moi. Je me retourne, un rien surpris, m'attendant à tomber sur Lyman qui aurait réussi à échapper à sa corvée du jour et prêt à se moquer en m'ayant vu rater mon coup, mais il n'en est rien.

Il s'agit de Ronnel Arryn.

Je reste figé quelques instants, mon arc en main, sans masquer ma surprise. Je finis par reprendre mes esprits et par m'incliner devant lui avant de souffler, retrouvant mon sourire habituel.

"Majesté, bonsoir. C'est une surprise de vous croiser par ici. Surtout à cette heure de la journée."

Je jette un bref regards aux gardes qui le suivent et don la mine peu amène ne fait que me soulager quant à mon propre statut et quant à la liberté que je peux avoir. Je suis curieux de savoir comment il a atterri là. Non pas que je ne l'imagine pas s'entrainer mais il doit avoir des lieux plus privés et plus propices pour le faire je suppose.

"Il y a bien longtemps que nous n'avons eu l'occasion de nous croiser. Comment vous portez-vous ?"

Je sais, mes propos ne sont pas des plus protocolaires. Mais j'ai un peu de mal à imaginer le jeune garçon qui me fait face comme le Roi de la Montagne, d'autant que, d'un coup, j'ai fugacement le souvenir de lui bien plus jeune en compagnie de Nymeria quand nous étions dans le Val.

"Dites-moi, vous tirez à l'arc ? J'espère que vous n'êtes pas venu apprécier le spectacle, je suis particulièrement mauvais ce soir."

Guère plus que ces derniers temps me soufflerait Lyman. Heureusement qu'il n'est pas là en fait.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Dim 14 Fév - 16:04


Un trait, presque parfait.
Le "presque" avait toute son importance. Je plissai les lèvres, et restai les bras croisés à observer le jeune noble s'entraîner. Une partie de moi compatissait face à cet échec tout relatif, celle-là même qui s'évertuait constamment à rechercher la perfection, comme Gareth Kenning le faisait en cette heure tardive... Mais une autre partie de moi était satisfaite qu'il ne soit pas aussi formidable que Nyméria pouvait le décrire dans ses correspondances.

Je voulais réellement étouffer cet élan de jalousie qui naissait en moi à la simple vue de Gareth, mais c'était pour le moins fastidieux. Il était constamment à ses côtés à lui tenir compagnie et la regarder grandir. Je devais me contenter, la plupart du temps, de griffonner quelques mots sur un parchemin en un lointain écho. J'avais pris soin de l'éviter durant toutes les festivités, ce qui n'avait pas été bien difficile. Il était quasiment impossible de se libérer du temps. A n'importe quel moment de la journée, des nobles se pressaient à mes côtés pour réclamer quelques attentions du prochain Roi du Val et de la Montagne ou pour obtenir les grâces de ma mère, considérée comme la plus belle femme marchant sur ces terres. Ma mère avait réussi ce tour de force de placer notre royaume comme médiateur des conflits, et ainsi s'attirer les faveurs de tous pour nous enrichir, à montrer un vœu de paix pour mieux se préparer à la guerre. Je ne savais qui croyait encore à ces nobles idéaux, alors qu'il ne manquait plus qu'une étincelle pour que tout le continent s'embrase. Je me contentais de jouer le jeu, à servir des sourires, des politesses et des phrases toutes faites. Je rentrais le soir avec un sentiment de profonde lassitude, et me demandait bien comment ma mère pouvait supporter autant de facéties en permanence.
Ce soir-là, j'avais prétexté la fatigue pour me retrancher, ce qui n'était pas totalement faux. J'aurais voulu en profiter pour voir Nyméria, mais il était difficile de se retrouver, comme si nos parents respectifs mettaient un point d'honneur à ce que de pareilles rencontres restent anecdotiques. Elle n'était jamais disponible quand je parvenais à l'être. Et je me retrouvais à rebrousser chemin, quittant l'aile du château de Lord Grafton attribuée à la délégation de l'Ouest, avant de m'arrêter dans cette cour devant cet autre visage connu. Ce n'était pas les boucles dorées de son frère, mais seulement leur ombre, bien plus foncées.

J'adressai un sourire de circonstances à Gareth, quand il se retourna pour me faire face. Ma présence en ces lieux avait l'air de fortement le surprendre... A moins qu'il ne s'agisse de l'intérêt que j'éprouvais subitement pour lui ? Il est vrai que je n'en avais pas fait beaucoup preuve jusqu'à maintenant. Il était temps de changer la donne, parce qu'il m'importait de savoir à qui j'avais affaire après des années à en entendre parler.

- Bonsoir, Gareth.

Sobre, efficace. J'évitais les fioritures, parce que nous n'étions pas non plus de parfaits inconnus, et que tout titre marquait une certaine distance. Enfin, si Gareth possédait des titres en dehors de son nom de Kenning... Je ravalai ma rancœur et cherchait à me montrer avenant. Ma voix, basse et posée, donnait le ton de nos échanges. Je ne comptais pas lui dissimuler mes intentions, ni la raison de ma présence en ces lieux. C'était bien ce dont je souhaitais parler avec lui, finalement, non ?

- Je passais uniquement à l'improviste, ne sachant pas quand il m'était possible de me libérer... J'aurais voulu m'entretenir avec Nyméria, mais elle n'est pas ici. Et vous-même ? Je vous aurais pensé en bonne compagnie, et non à vous entraîner en solitaire dans la cour à cette heure tardive.

J'avais certainement fait le meilleur choix, à lui parler sans ambages... Parce qu'il paraissait étonnement mal à l'aise, à priori aussi conscient que les autres que je n'étais plus seulement l'héritier du Val et de la Montagne, mais maintenant le Roi. A mes yeux, tout était arrivé bien trop vite pour que j'ai réellement le temps de m'habituer à cet état de fait. Seulement, il était plaisant de voir l'effet que cela pouvait avoir sur quelqu'un comme Gareth Kenning.

- A merveille, et vous ? Avez-vous pu profiter pleinement des festivités ? Je ne vous ai vu ni à la mêlée, ni aux joutes pour illustrer votre nom et votre royaume. Je suis certain que vous aurez pu briller durant ces jeux.

Non, évidemment, puisqu'il était occupé à préparer Nyméria pour cette même mêlée... Je me demandais s'il était capable de percevoir toute l'ironie de mes propos, surtout après avoir justement raté sa cible. J'étais néanmoins étonné qu'il fasse preuve d'autant de dérisions sur ses propres exploits à l'arc. Gareth était plutôt peu conventionnel, contrairement à Lyman Lannister. Je comprenais que Nyméria se soit rapprochée davantage de lui que de son propre frère. J'avais aussi tendance à oublier les formalités avec elle, mais ça m'était moins naturel avec son homologue.

- Bien sûr. Vous permettez ?

Je tendis la main, pour m'emparer de son arc. J'encochai une flèche et pris mon temps pour viser ma cible. Je me souvenais de mes leçons de tir à l'arc, toutes celles qui m'avaient été dispensées chaque matin de ces dernières années. Je ne devais pas me mettre la pression pour éviter de me précipiter. Je respirai posément, étudiant le sens du vent pour mieux ajuster mon tir. Je relâchai la corde, et le trait partit se ficher plus près que lui du cœur de la cible. C'est le soulagement qui me vint en premier, peu après un élan de suffisance tandis que je lui rendais son arme... Parce que je venais de prouver que j'étais meilleur que lui.

- Peut-être manquez-vous simplement de concentration ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Mer 24 Fév - 14:41

Il est plus difficile que je ne le pensais d'être totalement concentré sur ma cible. Mes pensées ont tendance à s'égarer assez facilement, surtout avec les journées pour le moins chargées que je peux passer. Je ne m'en plains pas au contraire mais j'avoue que, même si ce soir je ne me débrouille pas particulièrement bien, je suis heureux de me focaliser sur quelque chose de concret.

Mais l'arrivée du Roi du Val change quelque peu la donne. Outre le fait que je suis passablement surpris de le voir à cet endroit, je le suis encore plus de voir qu'il n'a pas l'air de vouloir s'éloigner rapidement pour vaquer à ses réelles occupations. J'arque un sourcil, un rien perplexe, le fixant avec un peu plus d'attention alors que je me demande s'il pourrait que ce soit moi qu'il soit réellement venu voir. Mais je n'arrive pas à voir quels pourraient être ses desseins alors, pour l'instant, je me content d'agir comme à mon habitude, d'un ton léger, sans donner l'impression qu'il y ait quoi que ce soit qui puisse avoir de l'importance.

"Nymeria a été effectivement retenue à diner avec … et bien à dire vrai j'ai oublié où la famille royale avait été conviée ce soir. J'ai eu la chance de pouvoir m'esquiver, je n'ai rien contre ce genre de réjouissances en temps normal mais j'ai eu mon content pour la journée avec ce repas interminable que la grand-tante maternelle m'a fait subir en se rappelant brusquement de mon existence et de ma présence ici."

Je lève les yeux au ciel avant de reprendre, avec un franc sourire.

"Là est tout l'intérêt Majesté. Personne ne viendra me chercher ici et j'avais besoin d'un peu de calme pour pouvoir m'entrainer, même si je me retrouve tout de même en excellente compagnie."

Je sais qu'il ne pensait pas à ce genre de compagnie là, c'est une évidence, mais il m'est difficile de réfléchir à chacune des paroles que je peux prononcer devant lui, ne sachant pas réellement quel caractère il peut présenter lorsqu'il est en public et, surtout, si nous sommes en public ou pas. Je secoue brièvement la tête, reportant mon attention sur le jeune Roi et lui adressant un sourire qui se veut poli.

"Les festivités dépassent largement ce qu'on pouvait en attendre. Je me suis rarement autant diverti et je n'avais encore jamais vu autant de monde regroupé en un même endroit. Difficile de ne pas être impressionné par tout ce que vous avez pu faire. Quant à m'illustrer à la mêlée ou aux joutes…"

Mon sourire se fait plus large et bien plus sincère. Soit je m'égare, soit je dois y voir là une pique qui peut concerner Nymeria. Mais je serais étonné qu'elle en ait discuté avec lui. Je me contente alors de répondre, le plus naturellement du monde.

"Mon nom n'a guère besoin de moi pour briller, je laisse cela à mes ainés ou à d'autres plus doués que moi. Je ne suis guère porté sur ce genre de combats et j'avais mieux à faire que d'y participer moi-même."

A voir comment il va réagir à mes propos et s'il est au courant du petit stratagème mis au point avec la jeune lionne. Il attrape alors l'arc sans se faire prier et vise dans le mille sans la moindre hésitation. Voilà qui est intéressant.

Je lâche alors, bien plus sobrement que ce que je pourrais dire en temps normal.

"Joli coup Majesté."

L'espace d'une seconde, je me demande s'il cherche à me donner une leçon, sans bien arriver à saisir ce qui pourrait me vouloir un tel comportement. Au reste de ses propos, j'ai un sourire malicieux et je réplique, le regard pétillant.

"J'ai du sentir votre présence et d'un coup je n'ai pas été capable de supporter la pression, que voulez-vous. Voilà pourquoi il vaut mieux que j'assiste plutôt que je ne participe à de grands affrontements en public. Je serais capable de m'éborgner moi-même avec une épée émoussée."

Tout en parlant, je récupère mon arme que je repose sagement à coté du carquois, me permettant de fixer alors le jeune souverain avec une curiosité non dissimulée. Je ne me retiens que quelques instants avant de lâcher, d'un ton très calme mais sans me départir de mon sourire.

"En quoi puis-je vous être utile Majesté ?"

Bien, je ne dépasse pas les limites non ? Et je suis tout de même curieux qu'il soit resté là. Après tout c'est Nym' qu'il cherche, pas moi.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Dim 6 Mar - 17:59


J'adressai un sourire clément en retour à Gareth. La famille royale devait être conviée à tellement de différents événements le temps des festivités de Goeville que je comprenais qu'il en oublie le nom des concernés. Moi-même peinait parfois à me souvenir de ceux qui requéraient ma présence, alors même que je m'étais penché des jours entiers à retenir autant de noms et de blasons pour m'assurer de ne commettre aucun impair. Je plaignais Nyméria aussi, parce qu'elle n'appréciait guère ses frivolités, et si elle avait su qu'elle aurait pu se trouver ici...

- Alors inutile de lui dire que je suis passé à son retour.

Je me contentai d'hausser un sourcil quand il me décocha un franc sourire, se fendant d'une légère boutade quant à sa grande-tante maternelle. Et bien pour ainsi dire, le nom des Kenning ne m'était déjà connu que parce qu'ils étaient dans les grâces des Lannister. Ils n'étaient pas une Maison importante dans l'Ouest et j'aurais été bien en mal de me remémorer si j'avais déjà croisé la dite grande-tante... Par contre, je notais que le caractère enjoué de Gareth. Etait-ce qu'il me manquait, par rapport à lui, et qui mettait autant en joie Nyméria ? Sa note d'humour n'avait certainement pas pour objectif de me déprimer, mais c'aurait été malhonnête de lâcher un rire forcé alors que j'étais tout à mes réflexions. Je craignais subitement que mes responsabilités ne me donnent un air bien trop sérieux et la fasse fuir.

Et j'avais déjà l'impression d'avoir perdu le fil, en l'espace de quelques secondes à peine. Je lâchai un peu trop rapidement, sans prendre le temps de réfléchir posément à ce que je voulais dire :

- Et bien, je ne voudrais pas abuser de votre... Merci.

Ne se taisait-il donc jamais ? J'étais déjà plongé dans la plus grande confusion, moi qui avais pour habitude de mesurer chacune de mes paroles pour ne pas commettre d'impairs... Gareth piétinait allègrement du pied tous les discours tout faits que je pouvais lui servir. Peut-être serait-il plus prudent d'attendre qu'il ait fini avant de prendre la parole.

- C'est une première pour moi aussi. Ces festivités sont une franche réussite... Je ne pensais pas que tous les royaumes confondus répondraient favorablement à cette invitation. Un événement d'aussi grande ampleur ne se représentera pas d'aussi tôt.

J'haussai un sourcil. Mieux à faire que de participer ? Tiens donc... Le nom des Kenning avait, bien au contraire, beaucoup d'intérêts à briller durant les Joutes pour s'illustrer davantage auprès de son Royaume. Mais je savais pertinemment ce que voulait dire Gareth par là, et la réflexion m'échappa bien trop vite :

- Comme aider Nyméria à sangler son armure, par exemple ?

Je me maudissais déjà d'en avoir fait référence devant lui. Pour autant, je n'avais pas pris un ton de reproche, mais plutôt laissé filtrer un certain amusement devant cette attitude quelque peu cavalière et peu conventionnel. Ce n'était pas quelque chose qui me dérangeait venant de Nyméria, et il valait mieux que ce soit une personne de confiance qui s'en charge.

Je lui avais rendu son arc, me fendant d'un bref sourire quand il me félicita pour avoir atteint le cœur de la cible du premier coup. A vrai dire, je préférais qu'il évite de me proposer un duel à l'arc, parce que je n'étais pas sûr de réussir à chaque fois un coup pareil. Mais non, le voilà qui se fendait encore d'une note d'humour avec ce sourire qui me donnait envie de lui faire ravaler... Combien de femmes avait-il réussi à attirer dans sa couche avec cet air malicieux ?

- Très drôle, Gareth... Vous ne vous arrêtez jamais ?

C'était déjà la deuxième parole malencontreuse que je lâchais, et ce n'était que maintenant qu'il me demandait en quoi pouvait-il m'être utile ? J'eus enfin un sourire, vaguement amusé, alors que je secouai négativement la tête en répondant à sa question par une autre :

- N'essayez-vous pas de me perdre à force de discours ?
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Mer 9 Mar - 21:28

J'arque un sourcil, un rien dubitatif face au sourire qu'il m'offre. Pour un peu j'aurais l'impression qu'il s'agit là d'une moue condescendante. Voilà bien quelque chose qui pourrait m'agacer. Mais, pour l'heure, et surtout pour Nymeria, je m'efforce de rester aussi affable que possible, ne serait-ce aussi que par curiosité envers celui que son cœur semble avoir choisi. Et voilà qui est assez exceptionnel pour que je fasse un effort, Roi du Val ou non.
Je laisse tout de même filer un sourire en retour, essayant de ne pas paraitre trop sarcastique avant de souffler, la mine amusée.

"Et bien, j'éviterais effectivement d'en parler. Elle risque de m'en vouloir de ne pas avoir trouvé un moyen de la libérer de ses obligations."

Et de tenter de me tirer les vers du nez à n'en pas douter. Cette idée me fait sourire plus franchement alors que j'évoque ma grand-tante. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression qu'il a du mal à me suivre. Ou alors peut-être ne m'écoute-t-il pas vraiment ce qui ne serait pas particulièrement étonnant non plus, surtout à la façon un peu trop brusque qu'il a de me répondre. Je me demande d'ailleurs quel âge a-t-il maintenant. 14, 15 ans ? Dans ces eaux-là si je ne me trompe pas.

"Abuser de ? Vous êtes ici chez vous après tout, n'est ce pas ?"

Je ne lui laisse pas vraiment le temps de respirer que je réponds à sa question sur les festivités. Il est vrai que l'événement a été pour le moins grandiose et qu'il y a eu tant à faire et à voir que je n'ai pas eu un instant vraiment pour souffler. Je hoche légèrement la tête et je reprends, d'un ton toujours aussi léger.

"Je pense que c'est un événement qui restera longtemps dans les esprits. Après tout, toutes les têtes couronnées de Westeros étaient là, voilà qui est particulièrement exceptionnel n'est ce pas ? Et puis, tout se passe admirablement bien."

L'espace d'un instant, alors que je songe à notre voyage à venir dans le Nord, je me demande si ce n'est pas la dernière fois avant très longtemps qu'un tel regroupement se produit. Ou même s'il se reproduira un jour à dire vrai. Je fronce les sourcils imperceptiblement avant de retrouver mon allant habituel et de sourire largement à sa question qui n'est pas vraiment une.

"Et bien oui. Voilà quelque chose qu'elle n'est pas encore capable de faire toute seule. Je vois qu'elle vous a mis dans la confidence votre Altesse. Le contraire m'aurait étonné. Qu'avez-vous pensé de sa performance ? Je gage qu'elle gagnerait à être plus rapide et surtout, à ne pas se laisser impressionner par la taille de ses adversaires. Il va falloir qu'elle reprenne rapidement ses entrainements, à moins qu'elle ne soit brusquement gagnée par l'amour du crochet, allez savoir."

Je devrais probablement faire mine de me repentir du petit jeu auquel je m'adonne avec Nymeria mais, puisqu'ils semblent liés tous les deux, j'aurais été déçu qu'elle lui cache cet aspect d'elle. Je récupère l'arc sans y prêter plus d'attention que ça, fixant toujours le jeune Roi avec un large sourire.

"M'arrêter ? Mais de faire quoi votre Altesse ? Il va falloir m'éclairer."

Je note qu'il ne répond pas vraiment à ma question, ce qui ne peut qu'attiser ma curiosité et au reste de ses propos, je ne peux m'empêcher d'éclater de rire.

"N'allez pas me faire croire que vous pouvez être perdu aussi facilement, vous ne seriez pas crédible. Je ne suis après tout pas si bavard que ça. Si vous connaissiez ma sœur, elle est encore bien pire vous savez. Et puis, pourquoi songerai-je à faire cela ? Je le ferais si je ne voulais pas répondre à vos questions. Or, c'est vous qui venez de le faire votre Altesse. Donc si je suis votre idée, vous cherchez à me perdre ? Non ?"

Je lui jette alors un regard malicieux, mon sourire flottant toujours sur mes lèvres, attendant sa réponse.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Dim 20 Mar - 16:20


Je me demandai, durant un instant, si j’avais pu dire quelque chose de travers pour qu’il me renvoie cette moue dubitative… Pourquoi cela m’inquiéterait ? J’avais en face de moi Gareth Kenning, un ami proche de la famille royale de l’Ouest certes, mais c’était bien là le seul statut auquel il pouvait prétendre non ? Mais s’il ne s’était agi que d’une histoire de parti, je ne serais pas planté devant lui à lui faire face. Je le savais pertinemment, ce qui ne m’aidait pas à paraître moins agacé. J’étais beaucoup trop transparent par rapport à d’habitude, à laisser filtrer bien plus que je ne devrais… A croire que Gareth réussissait le prodige de me sortir de ma réserve. J’aurais dû me borner en quelques banalités et reprendre ma route. Oui mais… J’avais bien trop souvent pris sur moi par le passé, alors que Nyméria me contait ses exploits à ses côtés, dans le lointain Roc.

- Je sais qu’elle fait beaucoup d’efforts pour se plier aux convenances, afin que sa mère la juge digne de son rang de Princesse et consente à la marier. C’est tout à son honneur et je n’aimerais pas contrarier ses intentions… Même si je la préfère au naturel.

Je n’avais pas quitté Gareth du regard, en livrant d’un ton calme ces quelques paroles. J’étudiai d’un air circonspect ses réactions, afin de déterminer s’il était à ce point dans le secret… En me demandant si c’était une bonne ou mauvaise chose. Je profitais du temps mort qu’il me livrait dans ce flot de paroles pour remettre le pied à l’étrier. Etait-il vraiment nécessaire de lui préciser que, oui, j’étais chez moi ? J’avais instauré un rapport de force, et il ne tenait qu’à moi de poser la situation à plat.

- En effet.

En fait… Je n’eus pas l’occasion d’en dire davantage qu’il enchaînait déjà. Il devait être parfois fatiguant, non ? Enfin je supposais que Nyméria et Lyman Lannister avait l’habitude… Et qu’il avait certainement de très grandes qualités pour compenser, parmi toutes celles que m’avaient déjà listées Nyméria. Il était assez enjoué et peu soucieux des convenances pour plaire à la première, et avait de l’esprit pour en faire de même avec le second. Je devais certainement avoir quelque chose de plus que lui qui pouvait entrer dans la balance.

Tout se passait admirablement bien… Disons cela, Gareth.

- Oui, cela prouve que malgré les circonstances difficiles, tous ont à cœur de trouver une alternative. Je suis ravi d’apprendre que les festivités vous satisfont. Vous serez toujours le bienvenu en nos terres, si l’envie vous dit de passer du temps en notre compagnie.

Là, j’étais hypocrite. Il n’avait pas l’air totalement sincère dans son comportement non plus, n’est-ce pas ? Ce fut peut-être bien la raison qui me poussa à l’envoyer dans ses retranchements, en évoquant les événements qui s’étaient déroulés durant la mêlée. Je voulais effectivement qu’il sache que Nyméria me gardait dans la confidence, que nous étions assez proches pour qu’elle me fasse confiance à ce propos. J’inclinai la tête en signe d’assentiment quand il l’évoqua par lui-même, reconnaissant la proximité que nous avions tout deux. Mais je m’étonnais qu’il prenne cet entorse au règlement avec autant de légèreté alors que ces frasques pouvaient lui coûter chères si cela se savait. Il me prenait à contrepied, me laissant au dépourvu.

- L’armure la gênait, de toute évidence. Je lui ai conseillé d’adopter un style plus fluide et délié, à la manière des Dorniens qui accomplissent des prouesses sans s’en embarrasser. La vitesse est sa meilleure alliée, pas la force brute… Mais elle s’est bien débrouillée, en prenant en considération ce handicap.

Qu’étais-je à raconter ? Voilà que je me rendais complice de ses agissements, à féliciter Nyméria pour sa performance. Ce n’était pas très… Royal, non ? Enfin, inutile de l’être avec Gareth. Son large sourire, à jouer l’innocent, me le prouvait encore. Il avait très bien compris à quoi faisais-je allusion. Son rire soudain m’arracha un froncement de sourcils en réponse… Avant que je ne me mette, bien malgré moi, à sourire en retour. Fin esprit, n’est-ce pas ?

- Je n’ai pas eu la chance de connaître votre sœur pour m’offrir un point de comparaison.

Répondre à une question par une autre, l’air de rien, c’était effectivement une technique simple pour contourner un problème. Le commun des mortels étaient plus souvent avides de s’épancher sur leur personne, flatté qu’un Roi s’attarde à écouter leurs doléances, si on leur donnait l’occasion de faire davantage que lâcher quelques politesses. Finalement, Gareth parlait beaucoup mais n’appréciait pas tellement tourner autour du pot. J’avais encore plus de mal qu’auparavant à le cerner, alors que notre embryon de conversation aurait dû m’aider à y parvenir. Autant jouer franc jeu, si je ne pouvais pas l’emporter sur d’autres plans. Je risquais plus probablement de me tourner en ridicule à la longue… Et il n’était pas question de faire demi-tour et de s’avouer vaincu.

- En temps normal, une telle technique fonctionne à merveille.

Je marquai un silence, avant de poser carte sur table. Je me forçai à rester le regard rivé au sien, alors que je lâchai avec tout l’aplomb dont je me sentais capable :

- Nyméria m’a longuement parlé de vous. J’avais envie de connaître celui qui avait su retenir autant son attention, et comprendre par quels moyens y était-il parvenu.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Sam 26 Mar - 22:09

Curieux de voir ce mélange d'enfant et d'adulte qui me fait face. Il est encore jeune, très jeune même, mais il a déjà bien des attitudes du Roi du Val qu'il est déjà. Sans pourtant se départir de quelques moues du jeune homme qu'il reste. Pour un peu, je m'offusquerais presque de son comportement mais c'est sans compter le fait que j'ai passé toute ma vie ou presque à user de diplomatie, ou pas d'ailleurs selon les jours, auprès de la famille régnante de l'Ouest.

Je sens son regard poser sur moi et je le fixe à mon tour, sans ciller. Il est évident de voir jusqu'à quel point je suis dans la confidence et, l'espace d'un instant, je me demande quelle attitude adopter. Je pourrais jouer l'idiot, ne pas comprendre où il veut en venir ou de quoi il parle mais ce serait me moquer de lui. Ou je peux être honnête, en partie en tout cas, pour en savoir un peu plus à son propos.

"Il est difficile de se plier aux convenances lorsque l'on est épris de liberté et que l'on a envie d'exercer des activité qui ne sont pas convenables pour son rang ou son sexe. Pour autant, la Princesse de l'Ouest a bien changé ces dernières années. Je pourrais même situer son changement à notre première visite dans le Val, qu'en pensez-vous Majesté ?"

J'ajoute alors, avec un bref sourire.

"Mais vous avez raison de la préférez au naturel, c'est encore ce qui lui va le mieux. Et qui la rend particulièrement attachante."

Difficile de savoir où il veut en venir exactement. Je ne dirais pas qu'il veut obtenir des informations sur Nymeria, il en sait largement assez sur elle, probablement plus que moi sur certains points d'ailleurs. Il n'est peut-être tout simplement pas habitué à ma verve ou à ma façon de faire, tant les gens doivent faire preuve d'une retenue que je n'ai jamais eue auprès des lionceaux. C'est peut-être ce qui lui manque ou alors je fais erreur sur toute la ligne, ce qui n'est pas une possibilité à occulter.

Je hoche la tête à ses propos, nullement convaincu par ce qu'il me dit. Mais il faut bien que chacun tienne son rôle et prononce les bonnes phrases au bon moment non ? C'est d'ailleurs exactement ce qu'il fait, comme une partition savamment jouée. Ce qui pose problème c'est que je joue rarement en accord avec les autres, j'ai plutôt tendance à les prendre à contrepied, ne serait-ce que pour voir leurs réactions. Comme en cet instant précis. Je souffle alors, me fendant d'une légère révérence.

"Je vous remercie de l'invitation Majesté et je l'aurais volontiers acceptée si je ne devais partir pour le Nord avec le reste de la délégation ouestrienne qui s'y rend d'ici quelques jours."

Nous évoquons alors mon rôle au tournoi. Étonnamment, personne ne m'en a vraiment tenu rigueur, pas même la Reine. Probablement parce que j'ai réussi à savamment l'éviter dans les jours qui ont suivi et que sa colère est retombée depuis. Ou, plus probablement, me réserve-t-elle un sort affreux dès qu'elle en aura l'occasion. Ce qui serait bien plus crédible. Le fait qu'il prenne un intérêt réel à l'entrainement de Nymeria n'est pas pour me déplaire, au moins était-il franc quand il a parlé de la préférer au naturel. Je répond alors, me faisant un rien plus sérieux.

"Oh, c'est pour ça qu'elle m'a demandé de lui trouver une instructrice dornienne pendant mon absence ? En avez-vous parlé ? L'armure était nécessaire pour ne pas qu'on la reconnaisse. Mais je n'avais encore jamais eu le temps de l'entrainer en la portant entièrement. Je n'avais pas songé qu'elle serait autant entravée, sur ce point j'avoue avoir manqué de discernement."

En revanche, concernant le fait d'avoir jeté dans la mêlée une princesse royale, je n'y vois aucun problème. Et c'est bien ce que je sous-entends, tandis que je continue de l'observer avec une curiosité non dissimulée et retrouvant aussi sec mon éternel sourire.
Il semble se détendre un peu. Ou alors c'est juste une impression et il essaie de me mettre à mon aise pour me poser d'autres questions. Dans les deux cas, je continue de jouer au même jeu, parlant d'Alys avec amusement, songeant qu'elle aurait probablement adoré les festivités.

"Il aurait été effectivement difficile de la rencontrer, elle n'a pas pu se joindre à la délégation de l'Ouest. Mais imaginez-moi en 100 fois pire et vous aurez un bref aperçu du personnage."

J'exagère évidemment. Encore que, pas tant que ça, mais l'image m'amuse vraiment. Je laisse filer un silence à la répartie du Roi avant de souffler, à mi-voix.

"Mais nous ne sommes pas en temps normal Majesté, je me trompe ?"

Au reste de ses propos, je laisse échapper un nouveau rire. Nous y voilà donc. Je suis tout de même curieux de ce que Nymeria a pu dire sur moi pour qu'il ait ce besoin de venir voir de lui-même de quoi il en retourne. Alors je lâche, d'un ton léger.

"Et savoir à quel point cet empêcheur de tourner rond pourrait avoir une mauvaise influence sur la jeune femme que vous souhaitez épouser. Ou,  pire encore, s'il ne retient pas trop son attention à votre goût. Alors, qu'a-t-elle dit sur moi, je suis curieux, j'avoue."


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Dim 17 Avr - 20:48


Je me demandais s'il allait jouer les innocents et faire comme s'il ne comprenait pas mes insinuations, alors même qu'il m'avait prouvé à plusieurs reprises sa capacité à s'épancher comme à peser ses mots. Peut-être ne me crut-il pas si dupe en optant pour une autre stratégie qui avait déjà fait ses preuves, en faisant un beau retour à l'envoyeur. C'était à mon tour de chercher à esquiver la question ou d'attaquer de front. Son sourire agaçant me résolut à choisir la deuxième alternative.

- J'en pense que la Princesse sait ce qu'elle veut, et qu'elle fait le nécessaire pour toujours parvenir aux objectifs qu'elle se fixe. Devant tant de détermination et de volonté de bien faire, il serait malavisé de chercher à l'en détourner, ne pensez-vous pas ?

Je devais me montrer plus prudent et éviter de sauter les deux pieds joints quand il me tendait quelques occasions. C'était difficile pourtant, car quand il s'agissait de Nyméria, elle n'était pas la seule capable de déplacer les montagnes qui parsemaient mon royaume pour réussir dans son entreprise. Je ne m'étais pas démonté devant ma mère, parce que je le prenais très à cœur, mais j'avais eu le temps de me préparer davantage à ses réactions pour savoir comment obtenir gain de cause. Gareth, à côté d'elle, était un parfait inconnu, et je gérais étrangement moins bien quand des sentiments étaient en cause, non les miens, mais ceux de Nyméria. Et l'entendre parler d'elle comme s'il la connaissait aussi bien que moi, voir même plus... J'eus du mal à me retenir de lâcher une parole désobligeante pour ne laisser filtrer qu'un sourire d'assentiment en la décrivant si bien. C'était plus évident de revenir sur de simples banalités, qui parvenaient à me conforter l'espace d'un instant, alors que nous parlions de son départ prochain pour le Nord.

- Je comprends bien, vous n'êtes d'ailleurs pas les seuls concernés. Vous aurez l'occasion d'échanger avec la délégation du Val qui accompagnera ma mère, la Reine-Régente, dans le lointain Nord. J'aurais apprécié vous accompagner, mais le Val ne saurait se passer de ses deux têtes couronnées.

J'avais appris que Nyméria rentrait directement dans l'Ouest et éprouvais donc moins de regrets à devoir rester seul au Val, sans pouvoir suivre mère et Jonos dans le Nord. J'essayais d'occulter du mieux que je le pouvais la suite des événements, après les festivités de Goeville. Je savais que je pouvais compter sur Smaug pour me seconder, mais je ne me sentais pas encore prêt à diriger seul durant une si longue période. Il le faudrait pourtant, tout cet apprentissage ardu devait servir, et mère comptait sur moi.

Je laissais ces pensées sombres de côté pour suivre la conversation de mon interlocuteur qui semblait étrangement plus modérée, comme s'il avait finalement saisi le cœur même de nos échanges avant même que je ne lui annonce, et ne cherchait donc plus à me perdre davantage. J'eus un léger sourire alors qu'il posait les bonnes questions, me rendant compte non sans plaisir, que Nyméria prenait bonne note de mes conseils pour les appliquer ensuite.

- Je lui en ai touché deux mots en effet.

Et l'idée qu'elle remplace Gareth Kenning, durant son absence, par une instructrice dornienne comme je lui avais soufflé était une petite victoire en soi sur l'Ouestrien.

- L'essentiel est qu'elle ait pu bénéficier de cette expérience enrichissante sans qu'aucun drame ne soit survenu. J'espère pour vous que les Lions n'ont pas été mis dans la confidence de vos frasques. Il serait dommage qu'ils vous perçoivent comme une mauvaise influence sur la cadette de leur famille alors que vous ne cherchiez qu'à lui rendre service.

Gareth prenait beaucoup de libertés avec la famille royale, et je me demandais comment faisait-il pour que cela ne lui ait pas encore joué des tours. Il devait jouir d'une réputation extraordinaire auprès du Prince Lyman Lannister pour qu'on ne lui en tienne pas rigueur, alors même qu'il semblait les couvrir en toutes occasions. Je me doutais que c'était justement ces quelques libertés prises qui avaient dû séduire Nyméria. Je devrais me montrer plus prudent, parce qu'elle n'apprécierait peut-être pas le comportement que je pouvais avoir envers Gareth, c'était pourtant plus fort que moi de l'inciter à garder ses distances, et lui faire comprendre que Nyméria et moi partagions bien plus qu'il ne le croyait. Pouvait-il avoir des vues sur elle, profitant de l'honneur gagné par sa famille auprès des Lannister pour ravir sa main ? L'Ouest trouverait certainement plus convenable de me proposer l'ainé, alors même que c'était tout le contraire.

Je l'entendis encore plaisanter, et ces paroles arrivèrent à m'arracher un sourire alors que la discussion s'orientait un bref instant sur sa propre famille, justement.

- J'aurais du mal à l'imaginer, je l'admets.

Je ne savais exactement ce qu'il sous-entendait ensuite par cette phrase lâchée dans un souffle, comme sur le ton de la confidence. Peut-être bien parce qu'il incitait simplement à un tel climat, et non à un plus formel. Etant donné que nous avions tout deux fini par rompre avec les convenances, il était préférable de continuer sur cette lancée.

- Vous ne vous trompez pas.

Quand je daignais enfin lui révéler la raison de ma présence en ces lieux, il finit de dérouler par lui-même ma propre pensée, comme si elle lui semblait évidente. Etais-je si transparent quand il s'agissait d'elle ? Non, évidemment que non. J'avais bien réussi à prendre ma mère au dépourvu à lui révéler ce jardin secret que j'entretenais avec Nyméria, alors même qu'elle pensait tout connaître de moi. Disons plutôt que j'avançais plus volontiers en terrain connu maintenant que les choses avaient été mises au clair. Je n'avais pas besoin de me cacher, et je pouvais donc en profiter pour rétablir la situation auprès de Gareth, à m'assurer qu'il ne serait pas un problème.

- Beaucoup de choses. Vous avez passé pas mal de temps à ses côtés ces dernières années, et elle apprécie tout particulièrement me confier vos frasques. Ce que je veux réellement savoir ? Si je dois vous considérer comme un rival.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Lun 18 Avr - 15:43

Le jeune souverain continue, malgré ma façon peu conventionnelle de lui répondre, de suivre le fil de ses pensées. Il se débrouille très bien même s'il est évident que je le déstabilise un peu mais il doit tout de même avoir vu bien pire et être rompu à ce genre d'exercices. Et Nymeria semble être, dans l'immédiat en tout cas, au cœur de ses préoccupations. Connaissant le charme de la jeune princesse, difficile de lui en tenir rigueur mais j'ai aussi tendance à trouver ça touchant. Ce qui écorne quelque peu l'image du royal souverain que je suis supposé avoir de lui. J'ai un rire à sa répartie alors que je secoue brièvement la tête.

"Oh les Sept de me gardent de tenter une fois de contrer les plans de la princesse. Je n'ai encore jamais vu quelqu'un savoir autant ce qu'elle veut et tout faire pour y parvenir. Elle m'a eu plus d'une fois à l'usure, je suis bien placé pour en parler."

Mais je me rend compte de la fierté qu'il y a dans ma voix. J'aime la façon dont elle de se comporter en général, même si cela ne colle probablement pas avec l'image de la parfaite princesse, bien mieux représentée par Megara. Mais peu importe, je ne suis de toute façon pas assez proche de Megara pour imaginer Nymeria autrement. J'ai un bref hochement de tête à mon tour lorsque nous évoquons mon départ dans le Nord et j'apprends que la Reine régente sera du voyage elle aussi. Il faut dire que l'événement est important et je souffle, un rien plus sérieux.

"Ce sera un plaisir de croiser à nouveau les valois dans d'autres circonstances. Leur compagnie a été particulièrement plaisante ici-même et aussi lorsque nous sommes venus aux Eyriés il y a quelques années."

Je n'ai même pas à me forcer ou à tomber dans la flagornerie lorsque je les évoque et je suis vraiment sincère. J'ai réellement apprécier de fréquenter les valois et nul doute que je garderais de très bons souvenirs de mon séjour ici. Mais je ne me vois guère les évoquer avec sa Majesté. A cette pensée j'ai un mince sourire avant de reporter mon attention sur lui lorsque nous parlons de mon rôle dans la performance de Nymeria. Encore et toujours la princesse, voilà qui est vraiment de plus en plus amusant.

Mon sourire se fait plus large lorsqu'il admet avoir parlé des dorniennes et qu'il me parle de mon influence sur la cadette.

"Oh, vous savez votre Altesse, sa Majesté Jordane Lannister sait exactement ce que je peux faire ou dire auprès de ses enfants et ce depuis le début, même s'il m'arrive de frôler parfois les limites. Si elle n'a pas eu vent de cette histoire, cela ne saurait tarder et j'assume totalement. Je préfère qu'elle l'ait fait sous ma surveillance que toute seule. Mais, que ce soit pour le Prince ou pour Nymeria, tout cela n'a qu'un but, les obliger à se dépasser, à se montrer à la hauteur de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent. Les lionceaux sont des Lannister et ils sont promis à de grandes choses. Ce n'est pas en les dorlotant et en étant constamment à leurs pieds qu'ils pourront avancer. Et si j'avais réellement une si mauvaise influence sur eux, vous pensez que j'aurais passé toute ma vie ou presque à leurs cotés ? Que la Reine m'aurait laissé faire sans m'éloigner ?"

Et puis, je décide qu'il est temps d'aller droit au but. Je ne pense pas que le Roi me tient compagnie uniquement pour le plaisir de mes beaux yeux. Non pas que je ne serais pas flatté, loin de là, même si ce serait un peu étrange. A ma question il répond plutôt directement et j'ai un sourire, attendant la suite.

A ses propos, je me fige et je regarde le Roi avec des yeux légèrement écarquillés avant d'essayer en vain d'étouffer un rire. Mais je n'y arrive pas et il me faut quelques instants avant de reprendre mon sérieux alors que je prends une profonde inspiration pour me calmer. Je fixe alors le souverain à nouveau, le regard pétillant avant de secouer la tête.

"J'ose espérer ne pas vous avoir offensé en riant de la sorte mais… un rival ? Vraiment ? Outre le fait que je ne vois même pas comment je pourrais envisager de rivaliser avec un Roi, il est évident que Nymeria vous est profondément attachée. Et je veux son bonheur. Je la considère comme une sœur depuis toujours, je l'ai vue grandir et pas un instant je ne l'ai imaginée comme autrement que la fillette qui me suivait constamment pour me demander de lui apprendre à se battre."

Je me suis fais plus sérieux à mesure que je parle, ne voulant vraiment pas le heurter. Tout ceci n'est donc qu'une histoire de jalousie et, autant me l'avouer, difficile de ne pas trouver cela hautement amusant. Mais je jeune Roi semble prendre l'affaire particulièrement à cœur alors je reprends, un ton plus bas.

"Si vous m'interrogez de la sorte c'est que votre attachement pour Nymeria est sincère et j'en suis heureux pour elle. Comme je vous l'ai dit, il est évident qu'elle vous a donné son cœur et elle fait tout pour vous mériter."

Je ne sais s'il serait bon de sous-entendre que j'espère qu'il en fera de même mais à dire vrai, je crois qu'il est trop tard et que je viens de le faire.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Lun 16 Mai - 21:12


J'eus un mince sourire à sa répartie. Mon regard brillait devant cette description si parfaite de Nyméria, car j'étais aussi fier d'elle qu'il pouvait l'être, mais cette même sensation partagée me laissait un affreux goût amer en bouche. Qu'il la connaisse aussi bien n'avait pas de quoi me plaire. Etait-ce de la jalousie, que je ressentais à cet instant ? J'aurais eu bien du mal à l'admettre. Je préférais museler ces impressions, positives comme négatives, pour me contenter de ce sourire poli et de circonstance, même si mon masque de civilité ne le trompait certainement plus pour longtemps.

- Je pense qu'on la sous-estime bien trop souvent.

Parce qu'elle n'avait pas l'allure princière qui convenait, et qu'elle était sans arrêt rabaissée pour ces travers de petite sauvageonne, sans comprendre toute la volonté et la résolution qu'elle était capable de déployer dès qu'elle se fixait un objectif. Elle était même capable d'aller à l'encontre de sa nature profonde pour parvenir au résultat désiré, et j'étais touché de tous ces efforts qu'elle accomplissait pour se montrer digne. Elle était une source d'inspiration pour moi, et ces longues années d'entraînement avaient été incroyablement difficiles, mais rendues supportables par ses lettres régulières d'encouragements mutuels. Je le savais. Je ferais tout pour elle, et Gareth ne resterait pas sur mon chemin.

Je lui rendis ce même sourire affable, alors que je lâchai entre quelques banalités en parfait miroir :

- Et ce sera pareillement un plaisir de croiser à nouveau nos amis de l'Ouest. J'espère que l'occasion se présentera bientôt, malgré les circonstances assez compliquées.

Ce n'était même pas de l'hypocrisie, puisque je ne comptais pas Gareth dans les amis en question. J'eus l'impression d'avaler une couleuvre quand il me lâcha avec toute la nonchalance du monde que la Reine Jordane Lannister se moquait bien de ses frasques avec Nyméria et les encouragerait presque. Le pire était sans doute que je pouvais le croire sur parole, et qu'entendre dire à quel point son influence pouvait être grande sur les lionceaux passait assez mal. Je ne devrais pas le prendre à la légère. Il avait peut-être finalement plus d'importance que l'on ne voulait bien lui porter, même s'il restait dans leurs ombres.

- Evidemment que non. Le discernement de la Reine Jordane Lannister n'est plus à prouver, même si je peine à comprendre ce qu'elle a pu voir en vous.

Cela m'avait échappé, et dès que ces mots passèrent mes lèvres, je les regrettais aussitôt. Que m'arrivait-il ? Je n'étais pas du genre à agir impulsivement, et je venais de l'insulter, alors même que je réalisais toute l'importance qu'il pouvait avoir. Au lieu de m'empourprer inutilement, je pris le temps de respirer calmement pour nuancer mes propos, sur un ton qui se voulait plus posé :

- Je suis soulagé d'apprendre qu'elle ne vous en tiendra pas rigueur, même s'il vaudrait mieux qu'elle l'apprenne le plus tard possible. Je comprends bien que vos actes ne paraissent finalement pas si irréfléchis qu'ils peuvent le paraître au premier abord, et que votre action ne vise qu'à leur permettre de se dépasser. C'est bien louable, et j'espère que vos efforts seront justement récompensés, même si j'ai l'impression que vous ne courrez pas après les remerciements, et que vous n'agissez ainsi que par fidélité envers la famille royale. Ils ont de la chance de vous avoir.

Je ne faisais finalement qu'introduire ce qui allait ensuite venir, alors que je laissais le couperet retomber. Voilà, c'était dit. Et je l'affrontais du regard, m'empourprant pour de bon alors qu'il se riait clairement de moi. Cela faisait bien longtemps que personne ne m'avait ri au nez de la sorte, même si je m'étais habitué qu'on ne me prenne pas systématiquement au sérieux. Et venant de quelqu'un que Nyméria portait tellement dans son estime... Cela passait mal, très mal même. Je serrai les poings et attendis calmement que Gareth Kenning reprenne son calme, couvant une colère froide.

Je lui offris un sourire polaire alors qu'il me demandait innocemment s'il ne venait pas de m'offenser. Finalement, ses actes étaient bien aussi irréfléchis que je le craignais... Mais ce qu'il me confia ensuite jeta un voile de confusion sur mes pensées. Je m'apprêtais à devoir le défier pour laver mon honneur et lui faire passer l'envie de poursuivre ses moqueries, mais de toute évidence, je venais de me fourvoyer sur le jeune Kenning qui n'avait pas la moindre vue sur celle qui était si importante à mon cœur. Je restais abasourdi, à le regarder comme si je le voyais pour la première fois.

- Vous voulez dire que...

Je marquai un silence, réalisant. Je me passais une main sur le front en me rendant compte à quel point je venais effectivement de me tourner en ridicule. Leur rapport était loin d'être aussi ambigu que je l'avais présumé, et Nyméria m'en avait certainement dit aussi long sur Gareth bien parce qu'elle ne le considérait pas autrement que comme un frère, et qu'elle n'avait aucun doute sur la réciprocité de ces sentiments.

- Il semblerait que je vous dois des excuses, mais étant donné que vous venez ouvertement de vous moquez de moi, disons plutôt que nous sommes quittes. Je n'ai que peu de doutes sur les sentiments réels de Nyméria, mais je n'ai malheureusement pas pris la peine de vous connaître suffisamment avant de vous accuser, n'ayant bien eu à le faire qu'au travers des missives qu'elle m'adressait. Nous sommes donc tout deux à vouloir son bonheur, et je suis disons... Rassuré, de connaître votre position. Je tiens vraiment à elle, et la distance n'a pas changé cet état de fait. Je compte bien la mériter pareillement, et ne laisserais donc personne se mettre en travers de notre route.

J'avais repris un peu contenance, à force de parler. J'étais plus détendu aussi, parce qu'il n'était finalement pas un danger, et qu'il pouvait même se révéler un appui... Tout du moins, si je ne venais pas de tout gâcher en interprétant de travers son attachement pour Nyméria.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Mar 17 Mai - 16:53

Impossible de ne pas voir le regard brillant du Roi du Val alors que je parle de celle qui a ravi son cœur. Pour un peu, j’en oublierais presque à qui j’ai à faire et je n’y verrais que le jeune homme éperdu d’amour pour ma jeune sœur de cœur. Pour moi qui n’aie jamais vraiment considéré Nymeria comme une femme, voilà une situation pour le moins amusante mais je me garde bien de le dire à haute voix, hochant doucement la tête à ses propos.

"C’est certain. Mais la plupart des gens qui la sous-estiment finissent par le payer tôt ou tard. Le fait de savoir ce qu’elle veut fera d’elle une grande femme, à n’en pas douter."

Je ne cache pas ma fierté quand je parle d’elle, au risque d’hérisser un peu plus le valois. Mais autant que je me l’avoue, une part de moi est tentée de voir jusqu’où je peux aller et comment il réagira à mes propos. Nous continuons avec les banalités d’usage, son sourire affable faisant écho au mien. J’ai bien du mal à croire qu’il pense vraiment ce qu’il dit ou, en tout cas, que je doive me sentir concerné par ses propos. Mais peu importe, cela fait partie des choses à dire dans ce genre de petit tête à tête. Enfin, j’ai tout de même un doute sur le fait que ce genre de rencontres soit vraiment fréquent.

Et alors que nous évoquons ma place auprès des lionceaux et surtout, la Reine Jordane, voilà que l’insulte lui échappe. Je ne saurais dire si je dois être vexé pour moi ou pour la Reine. Probablement les deux. Et, plutôt que de m’offusquer, je lui décoche un large sourire alors que je me penche vers lui, la mine complice.

"Et bien votre Majesté, pour un peu je croirais que vous remettez en cause la Reine de l’Ouest. Je serais vous, j’éviterais de le faire si elle est dans les parages, ses colères ont quelque chose d’assez phénoménal. Quant à ce qu’elle a pu voir en moi…"

J’hésite à me faire sérieux ou pas. Roi ou pas, je n’ai pas à me justifier auprès des lui des choix de ma Reine. Il n’est rien pour moi et je me moque bien de l’opinion qu’il peut avoir à mon propos, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Je prends une légère inspiration avant de répondre, non sans garder mon sourire.

"… j’ai comme l’impression que vous n’êtes guère habitué à côtoyer des gens prêts à tout pour vous. Mais si vous le souhaitez, je vous laisserais aller lui demander de vous-même quelles sont les rares qualités qui m’ont permis de passer toute mon existence auprès des lionceaux. Elle devrait parvenir, je l’espère en tout cas, à en trouver une ou deux."

Mon ton de voix s’est tout de même fait un rien plus sérieux et mon regard brille d’une lueur qui m’est peu habituelle. Au reste des ses propos, je m’adoucis pourtant, me rappelant que je n’ai pas à faire à homme fait mais à un tout jeune adulte qui porte bien trop de poids sur ses épaules pour avoir le droit de se comporter comme n’importe quel jouvenceau devant la dame de ses pensées. Je ne saurais dire à quel point il m’en veut de pouvoir m’exprimer plus librement que lui mais je l’écoute avec une attention non feinte, lui adressant un sourire peut-être moins flagrant mais bien plus naturel.

"Je suis effectivement moins irréfléchi et stupide que j’aime à le faire croire votre Majesté. Mais au moins, cela me permet d’endormir la méfiance des détracteurs des lionceaux et de savoir à qui ils peuvent accorder leur confiance. Vous avez raison sur un point en tout cas, je ne cours pas après les récompenses. Enfin si, une seule. Les voir accomplir ce pour quoi ils sont venus au monde. Et je ferais tout ce qu’il faut pour ça. Quand bien même je dois m’attirer les foudres royales, quelles qu’elles soient."

Celles de Jordane ou les siennes, peu m’importe. C’est le résultat qui compte, rien de plus. Mais, quand je comprends enfin quelle est la source du problème, là, impossible de continuer à tenir le peu de protocole que je maintenais à bout de bras. Mon rire fuse sans que j’arrive à le retenir et il me faut quelques instants pour reprendre une contenance, au risque de heurter le jeune Roi.

Et à la mine qu’il m’offre, je m’imagine un instant tout ce qu’il a pu penser de moi, surtout si Nymeria lui a autant parlé de notre relation qu’il l’a laissé supposer. Et sans entrer dans des détails qui n’avaient pas lieu d’être pour elle tant le lien que nous avons tissé a toujours été l’évidence même.

Je lui adresse un sourire toujours aussi amusé alors que je me permets de finir sa phrase, sans vraiment lui laisser le choix.

"… que je ne ressens rien de plus pour elle que de l’amitié fraternelle ? C’est bien cela. Et c’est réciproque, d’aussi loin que je m’en souvienne en tout cas. Je l’ai vu apprendre à marcher et c’est moi qui lui ai mis une arme entre les mains. Vous pensez vraiment que j’aurais pu la voir autrement ?"

Je lui laisse le temps de reprendre une contenance et mon sourire se fait plus large au reste de ses propos. Et je reprends, sur un ton léger.

"Il est difficile pour un Roi d’admettre qu’il s’est fourvoyé. Et j’avoue je n’aurais peut-être pas dû rire autant mais la simple idée d’imaginer qu’il puisse y avoir quoi que ce soit entre l’une des princesses et moi a quelque chose de bien trop surréaliste pour que je puisse réagir autrement. Dire que nous sommes quittes me parait donc pertinent."

Je laisse filer un temps avant de continuer, un rien plus sérieux.

"Je ne saurais dire si apprendre à me connaitre pourrait réellement vous être utile ou si cela vous intéresse. Si c’est le cas, nous pourrions l’envisager. Si ça ne l’est pas, je n’en serais guère offensé, ne vous en faites pas. Quant au fait de vouloir le bonheur de Nymeria. Je ne souhaite que ça depuis que je la connais. Et il semblerait qu’elle puisse le trouver avec vous. Alors oui, si je peux être utile en quoi que ce soit, je n’hésiterais pas. Si vous la méritez autant qu’elle cherche à le faire pour vous."

Je ne saurais dire s’ils pourront aller jusqu’au bout de leur idylle mais j’avoue que l’idée me plairait. Après tout, savoir Nymeria comblée avec le Roi du Val, même si cela implique de la voir partir loin de nous, serait vraiment le meilleur qui puisse lui arriver.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Mer 8 Juin - 22:32


J'eus un sourire mitigé quand Gareth Kenning confirma mes paroles. Nous avions le même point de vue, ce qui était aussi agréable à entendre que dérangeant en entendant cette admiration qui transparaissait et pouvait sous-entendre bien davantage. Celui qui sous-estimait Nyméria était bien mal avisé, car elle aurait tôt fait de lui prouver qu'il avait tort, et parfois même à ses dépends. Elle parvenait à s'élever par sa volonté de fer, et malgré son tempérament de feu, nous partagions de nombreux points communs sur notre façon de voir les choses. A mes yeux, elle était déjà une grande femme, et elle n'avait pas besoin de faire davantage ses preuves, contrairement à ce qu'elle pensait.

- Si on la laisse s'épanouir sans tenter à la brider, oui.

Cette insulte qui m'échappa ensuite à son intention eut au moins l'avantage de me confirmer cette première impression que me laissait l'Ouestrien. Il cachait habilement cette déconvenue de par des sourires enjôleurs et une attitude complice des plus désagréables, comme pour signifier que la remarque lui passait dessus sans l'atteindre. Je lui rendis un regard sévère, en restant stoïque. Cette sourde colère m'aidait à conserver mon masque et ne pas me laisser prendre de haut par un... Devais-je vraiment le qualifier ? Il tournait mes propos comme il l'entendait avec un magnifique retour à l'envoyeur, faisant fi de ma remarque première.

- Et pour un peu je croirais que vous ne retenez que ce qui vous intéresse. Parlez-vous souvent de la sorte à la place de la Reine Jordane Lannister ? Pour tout vous dire, si je suis amené à échanger plus en avant avec elle, croyez-moi j'aurais bien plus important à évoquer avec elle.

Je n'avais pas insulté sa souveraine, même pas à demi-mot, mais uniquement lui. Il était simplement plus aisé de se cacher derrière une tête couronnée et lui faire dire ce qu'il voulait en son absence. Il m'insupportait, mais je n'étais pas totalement objectif, et j'aurais bien voulu m'en tenir à ses paroles en le jugeant trop insignifiant pour m'en soucier. C'était idiot de ma part de lui avoir adressé la parole, mais je ne m'attendais pas à perdre patience. C'était rare, et donc notable. Nul doute que Nyméria ne m'aidait pas à garder la tête froide quand il était question d'elle.

Je parvenais à rebondir en laissant retomber cette colère froide qui m'animait par moment. Je ne voulais pas conduire à une escalade qui me forcerait à conclure nos échanges de manière drastique pour m'assurer d'avoir le dernier mot, car il n'aurait pu en être autrement. D'autant que notre discussion s'annonçait subitement plus enrichissante même si elle pouvait aussi se révéler éprouvante par moment pour moi. J'en apprenais davantage sur Gareth Kenning et ses intentions auprès des Lions. Mais pouvais-je réellement le croire, après qu'il ait joué d'autant de faux-semblants, quand il me livrait toute sa fidélité pour la maison Lannister ?

- Une tactique qui semble avoir fait ses preuves, en effet.

Je ne cherchais pas davantage à discuter de sa dévotion envers eux, ne la remettant nullement en cause... Surtout qu'après m'avoir exposé ses intentions, il souhaitait en connaître davantage sur les miennes. Il n'était plus question de se cacher ou de retarder l'inévitable. Je me devais de le confronter pour avoir le cœur net sur les sentiments qu'il entretenait à l'égard de Nyméria. Je ne le laisserais pas se mettre sur ma route.

Mais ce qu'il me révéla me laissa surtout confus et gêné, car je m'étais visiblement fourvoyé sur son compte. Je me maudissais intérieurement alors qu'il terminait ma phrase laissée en suspens, perdant le fil de mes pensées en réalisant l'énormité devant laquelle je me trouvais. Son rire, aussi agaçant soit-il, prenait toute sa signification. Il la connaissait depuis toujours et sa dévotion n'était pas muée par des sentiments amoureux mais une camaraderie toute fraternelle. Si j'avais pensé qu'il aurait pu l'avoir autrement...

-  Non. Enfin... Si, de toute évidence. Ce n'est pas ce que je voulais dire...

Je le remerciai intérieurement de ne plus chercher à m'embrouiller, le temps que je réunisse mes pensées et réponde plus calmement à cette situation on ne peut plus embarrassante. Je repris peu à peu contenance, répondant avec davantage de modération. Il acceptait volontiers que nous en restions là, et je retins de justesse un soupir de soulagement.

- Qu'il puisse y avoir quoi que ce soit entre vous et les Princesses Lannister n'est pas si surréaliste que vous semblez le croire. Vous avez une place privilégiée auprès des Lannister après tout.

Je l'écoutai attentivement alors qu'il me précisait sa position vis-à-vis de Nyméria, et de moi-même. Un mince sourire étira finalement mes lèvres, même si je me maudissais intérieurement pour avoir failli m'ôter un allié par simple sottise. Il semblerait que je pouvais compter sur Gareth pour soutenir notre entreprise et que le bonheur de Nyméria lui importe tout autant que sa réussite. Après tout, les deux allaient de pairs si elle devenait la future Reine du Val.

- Si l'occasion nous est laissé, j'apprécierais faire plus amples connaissances avec vous. Et puis... Je suis certain que vous pourriez m'en apprendre beaucoup à son sujet aussi. Tout est susceptible de m'intéresser, la concernant.

J'en savais déjà beaucoup, mais il était différent d'entretenir une relation longue distance et d'être au quotidien à ses côtés. Je pariais que Gareth pouvait beaucoup me renseigner, sur des détails qui pouvaient paraître insignifiants pour d'autres peut-être, mais qui avaient leur importance pour moi. Si nos rêves se concrétisaient, elle vivrait à mes côtés, et la situation serait bien différente. Au final, de rival que je souhaitais prestement écarter, il était devenu source d'informations précieuses...
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Mar 21 Juin - 17:52

Je retiens un sourire amusé à la mine du Roi. Visiblement, il n'apprécie guère ce que je lui dis. Est-ce que parce que je connais trop sa Princesse, que je suis d'accord avec lui ou est-ce qu'il y a autre chose encore ? Difficile de le savoir. Pour autant, j'essaie tout de même de garder un semblant de retenue pour ne pas l'offusquer plus que de nécessaire mais je souffle tout de même, me faisant un brin sérieux.

"Il ne faut tout de même pas qu'elle oublie qui elle est. Qu'elle s'épanouisse est important mais c'est une Lannister et il faut tout de même lui rappeler les limites. Autant vous dire que je ne le fais que rarement pour ne pas dire jamais."

Voilà qui ne devrait guère lui plaire, surtout avec le sourire que je lui adresse, faussement innocent. J'avoue, je cherche peut-être un peu, juste un peu, à tester ses royales limites. Sans me faire offensant bien évidemment. Il faut dire que j'ai été à bonne école même s'il se rend rapidement compte que je joue à un petit jeu qu'il ne goûte guère. Et, quand il évoque la Reine Jordane, mon sourire se fait plus large encore.

"Loin de moi l'idée de parler à la place de sa Majesté, je n'en aurais pas l'audace. Et j'ose espérer qu'effectivement vous aurez bien mieux à faire qu'évoquer mon humble personne si vous avez la chance de passer du temps avec elle."

Je n'ajoute rien de plus, n'oubliant pas l'insulte mais sachant pertinemment que je ne peux guère la relever au vu de nos positions respectives. Peu m'importe réellement, c'est ce que pensent les Lannister de moi qui compte. Si le Roi du Val ne m'apprécie pas, grand bien lui fasse, je ne changerais pas d'attitude pour autant, et encore moins avec Nymeria. Même si je sens une colère émaner de lui, dont je n'arrive pas bien à saisir la teneur ni la profondeur, je continue, sans me laisser démonter. Je souffle alors, me faisant tout de même un brin plus sérieux.

"Elle semble surtout faire ses preuves lorsqu'il s'agit de s'attirer les ires royales visiblement. Mais cela en vaut parfois la peine, pour savoir à qui l'on a réellement à faire."

L'on pourrait croire que je ne parle que de généralités, sans viser personne. C'est peut-être le cas, je ne me sens pas suffisamment arrogant pour croire être capable d'attiser la colère du Roi du Val et pourtant, quand il finit par me dévoiler ses desseins, ses véritables pensées à mon encontre, je me rends compte que je n'étais peut -être pas loin de la bonne vieille provocation en duel pour gagner le cœur de Nymeria. Qui n'est plus à prendre depuis qu'elle a croisé le jeune souverain même s'il semble prêt à se battre contre le monde entier pour le prouver. L'idée ne peut que me plaire, surtout pour  la Princesse, toujours si vive et passionnée. Je ne pouvais pas l'imaginer dans une union sans passion, sans intérêt. Et voilà qu'une possibilité des plus intéressantes s'ouvre à elle.

Si j'éclate de rire à sa réaction, je laisse tout de même filer quelques instants pour lui laisser le temps de se reprendre et, surtout d'assimiler ce que je viens de lui dire. Je le trouverais presque touchant mais je ne suis pas persuadé que ce soit le genre de qualificatif qui sied à un Roi. Alors je souffle, d'un ton que je rends plus chaleureux sans faire le moindre effort, sans qu'il ne soit le moins du monde factice.

"A dire vrai, je suis particulièrement flatté que vous ayez envisagé que je puisse être un rival. J'ai certes une place privilégiée aux cotés des enfants Lannister mais, outre le fait qu'ils sont devenus une vraie famille pour moi, les princesses méritent bien mieux que d'épouser le cadet d'une famille sommes toutes secondaire. Alors que vous êtes le Roi du Val. Si cela pourrait déjà suffire, c'est sans compter sur l'affection que Nymeria vous porte. Par tous les Sept, elle porte volontiers des robes pour vous plaire, comment pourrais-je imaginer concurrencer cela ?"

Mon sourire s'est fait plus large à mes derniers mots et je lui jette un regard complice alors qu'il reprend la parole. Je le fixe quelques instants avant de hocher brièvement la tête.

"Je vais tâcher de me persuader que vous voulez me connaitre réellement et non pas savoir à quel point je peux avoir une mauvaise influence sur Nymeria. Mais ce serait un honneur de converser avec vous votre Altesse. Et de vous parler d'elle. Même si je suppute que vous en savez bien à son propos plus que les gens le pensent. Je me trompe ?"

Et j'attends sa réponse, non sans curiosité. Je ne sais à quel point la petite lionne s'est montrée secrète à propos de cet amour mais j'ai comme dans l'idée que c'est allé bien plus loin que ne le soupçonne la famille royale. Ou même qu'elle pourrait l'envisager.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 1098
Membre du mois : 32
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   Lun 27 Juin - 10:52


J’haussai un sourcil, me gardant bien de tout commentaire. L’Ouestrien tentait de jouer avec mes nerfs, à tester les limites de ma patience. Il espérait certainement que je sorte à nouveau de ma réserve, lâche de nouvelles paroles malencontreuses qui pourraient me porter préjudice plus qu’à lui-même. Mais nous avions tout deux assez tourné autour du pot, et il était temps de mettre un terme à cette mascarade.

- Il existe un pas de taille entre ce que vous dites et faites, à ce que je constate.

Je me contentais de relever, sur un ton d’une extrême neutralité. Je ne lui donnais pas la satisfaction d’entrer dans son jeu, préférant retourner ses propres dires contre lui. Il n’appréciait guère, parce qu’il ne manquait pas d’en faire de même en évoquant le nom de la Reine de l’Ouest comme un véritable bouclier. Gareth était effronté, mais pas suicidaire, et il ne s’engagea pas plus en avant sur un terrain aussi scabreux. Peut-être se souvenait-il finalement de la place qu’il devait tenir, tout comme moi.

Je me contentais de lui répondre par un signe affirmatif, sans chercher à le poursuivre quand il se retrancha. Par contre, tout devint incroyablement plus confus quand il fait mention de Nyméria, et il fut bientôt nécessaire de clarifier les faits pour éviter de s’embourber davantage dans ce jeu qui n’en était plus un depuis longtemps. Je ne goûtais que peu à la plaisanterie, contrairement à lui qui ne manqua pas de s’en gausser ouvertement. Difficile ensuite de rester de marbre… Même si ses paroles parvinrent à diminuer quelque peu l’impact de sa réaction des plus inappropriées.

Je me sentais subitement ridicule, et sa remise en situation ne m’aidait pas. Je ne pouvais pas reconnaître autre chose que…

- C’était irrationnel, je le sais. Néanmoins ce n’est pas mon titre de Roi qui me définit auprès d’elle, elle est capable de voir bien au-delà. Et elle ne porte pas des robes pour me plaire mais pour s’accommoder de nos statuts réciproques.

Oui, c’était une des raisons qui me poussait à l’aimer jusqu’à la déraison… Nyméria avait vu qui j’étais avant de se préoccuper du Roi. C’était une opportunité pour nos royaumes, mais cela allait bien au-delà pour nous deux. Je sortais de mes pensées en sentant le regard fixe de Gareth sur moi. Je lui rendis un sourire de convenance, arborant à nouveau ce masque, pour le moment.

- Apprendre à vous connaître m’aidera aussi à mieux la connaître.

Je me contentai de lui rendre un sourire plus prononcé à son interrogation, énigmatique ou complice selon l’interprétation que l’on pouvait en faire. Je n’allais pas lui parler de nos nombreux échanges secrets par corbeaux, mais il supposait très bien sans que je ne lui donne davantage d’éléments pour étayer son raisonnement.

- Pour l’heure, il se fait tard. Nous prendrons le temps de parler plus amplement demain, si vous le souhaitez aussi. Je suis certain que nous aurons beaucoup à nous dire. Une agréable fin de soirée à vous, Gareth Kenning.

D’autant que j’avais eu assez d’émotions pour la soirée… Il serait bien plus aisé de reprendre une conversation saine après que la nuit soit passée, mais j’étais vivement intéressé par tout ce qu’il pourrait me confier sur Nyméria. Et Gareth semblait avoir de nombreuses anecdotes à raconter…
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
L'un règne sur le ciel lorsque l'autre parcourt la terre [Flashback - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .: Monoroe, celle qui règne sur le Ciel et la Terre :. [Alpha/Toxic/Rouge]
» Ciel écarlate au nom d'une folie [terminé]
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: