AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]
MessageSujet: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Lun 30 Nov - 21:00

La nuit est tombée depuis un moment déjà alors que je me faufile entre les soldats assis autour des quelques feux allumés. Je n'ai pas vu la journée passée et je serais bien incapable de me rappeler de ce que j'ai fait. Somnolé quelques heures déjà, discuté sans bien savoir de quoi avec ceux que j'ai pu croiser aussi, mais rien qui n'ait réussi à me marquer suffisamment pour effacer ces images qui restent imprégnées dans mon esprit. Je m'attarde de temps en temps auprès de certains d'entre eux, réalisant qu'il a fallu d'une journée pour ne plus me sentir un étranger parmi tous ces hommes. Une journée sanglante, d'une violence que je connaissais que de nom et où j'ai vu mourir bien plus d'hommes que je n'aurais cru le voir en un seul jour à peine. Probablement la plus longue de toute mon existence. J'ai parfois l'impression de sentir encore l'odeur du sang qui ne me quitte plus, d'entendre les hurlements des sauvageons qui chargent sur nous et ceux, pire encore, des agonisants qu'ils n'ont pas pris la peine d'achever.

"Gareth, t'as eu ta ration ?"

Je sursaute, grimaçant en réalisant à quel point je suis nerveux et j'ai un sourire quand je reconnais le cuisinier. Je secoue alors la tête et j'agite les deux bols que je tiens d'une main.

"Va falloir reprendre des forces, j'ai l'impression que t'es encore plus pâle qu'hier."

Il n'a pas tort. Deux jours à peine se sont écoulés depuis ce qu'on peut appeler un véritable massacre et je n'ai pas encore vraiment réussi à fermer l'œil. J'ai vaguement essayé de me reposer mais, à chaque fois ce sont les mêmes images qui reviennent, quand ce n'est pas la douleur qui me réveille. Quand je croise certains soldats qui n'avaient encore jamais combattu, je retrouve chez eux cet air hagard que je dois arborer moi-même. Je me sens pourtant à ma place, comme si j'étais auprès des seules personnes capables de comprendre ce que j'ai ressenti durant cette journée cauchemardesque.

Je récupère les deux bols de ragoût pleins à ras-bord tant bien que mal, les calant contre moi de mon bras valide avant de me diriger vers la tente qu'occupe Lyman. Je n'ai pratiquement pas eu l'occasion de le voir depuis la fin de la bataille et, d'une certaine façon j'en serais presque soulagé. Je ne sais pas ce que j'aurais pu lui dire après avoir été à ses cotés, après avoir hurlé, tranché dans les chairs de ces sauvageons que nous avons vus pour la première et la dernière fois ce jour-là.

Je finis par me planter devant la tête du lionceau, hésitant un instant avant de rentrer, me demandant quelle mine je dois bien avoir et réalisant que je serais bien incapable d'en avoir une autre de toute façon. Je soupire et je finis par me glisser sous les pans de tissu, toussotant légèrement pour annoncer ma venue.

"Votre Altesse, je dérange pas j'espère…"

Je jette un regard aux alentours, m'assurant que nous sommes seuls et je me rapproche doucement de lui, continuant de surveiller mes bols, de me concentrer dessus plutôt que d'avoir à penser à autre chose, comme cette douleur sourde qui commence à se réveiller une fois de plus. Lyman est là, installé aussi confortablement que possible compte tenu de son état et des circonstances. Il s'en est plutôt bien sorti, tout comme moi d'ailleurs, surtout quand on compare à ce qui s'est passé autour de nous. Il  n'a pas l'air des plus alertes, tout comme moi mais il est en vie et c'est tout ce qui compte dans l'immédiat.

"Je te laisse l'attraper, je risque d'avoir du mal à me servir de mes deux mains avant un moment."

Je le laisse tendre le bras et je finis par m'assoir à coté de lui, laissant échapper un profond soupir. Je ferme les yeux quelques instants, savourant le semblant de silence dans la tente avant de lâcher, du ton le plus calme et le plus sérieux que j'ai jamais eu de toute ma vie.

"Comment tu te sens ?"

J'ai jeté un bref regard à son bras en écharpe et j'ai un mince sourire avant de lâcher, essayant de retrouver mon ton habituel.

"Tu aurais pu te faire blesser à un autre endroit tout de même. A croire que tu as voulu faire comme moi mais en pire."

Je me rends compte que je me suis lamentablement raté et que ma voix est plus rauque qu'autre chose. Je fixe alors Lyman et j'ai une grimace avant de me décider à abandonner toute velléité de bonne humeur factice.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mar 1 Déc - 16:35

Ma blessure me brûlait un peu malgré le cataplasme que l'on y avait apposé. J'étais torturé par une furieuse et pernicieuse envie de me gratter mais je me retenais. En vérité, penser a cela évitait à mon esprit de trop vagabonder. Entouré de fourrure, allongé sur un lit de fortune, je n'arrivais pas a trouver le sommeil. J'avais connu plus confortable, plus luxueux, plus riche, mais en cette minute, en cette journée, cette couche me semblait aussi délicieuse que du miel. Parfois, au loin, j'entendais les cris des suppliciés, un ton en dessous des hurlements de nos blessés. Je n'avais, d'ailleurs, que trop la sensation de n'entendre qu'eux. Je n'arrive plus vraiment a retrouver la sérénité qui m'a toujours habité d'ordinaire. Père ne m'a jamais caché les horreurs de la guerre, mais étais je réellement prêt à m'y confronter ? Rien n'était moins sûr. Évidemment, notre ère n'était pas une ère de paix, je le savais mais se confronter à la réalité brute et implacable n'était pas la même chose que d'entendre son père en conter les récits.

Je voulu un peu bouger et mal m'en prit. Une douleur cuisante me rappela la multitude de bleus qui me parcourait. Hormis mon bras, j'avais sans doute une côte fêlée ou peu s'en fallait pour qu'elle ne soit définitivement cassée, mon manque de sommeil se lisait sur mes traits, tout comme le pli d'ordinaire amusé de mes lèvres s'était fait plus amer sans doute. Je me passais une main lasse sur le visage lorsqu'une voix me fit presque sursauter.

« Entre Gareth, je suis seul. »

Malgré cela, il parcouru ma tente du regard. Le Mestre m'avait quitté voilà peu et l'odeur presque entêtant de l'onguent passé sur mes blessures me donne presque la migraine, néanmoins, je souris en avisant mon plus vieil et proche ami. Je n'aime pas son air hagard, ni les cernes qui ombrent ses yeux si pétillants d'habitude. Je m'en veux presque d'avoir accepté sa présence auprès de moi pour ce voyage. Mais nul, pas même les Dieux, ne peuvent remonter le temps. Ce qui est fait est fait. Dorénavant, ils nous faudra ré-assembler nos morceaux. Je me hisse tant bien que mal sur mes oreillers et attrapa le bol qu'il me tendait. En vérité, je n'avais pas faim. Mais je me forcerait sans doute, la lucidité me soufflant que m'affamer ne m'aiderait pas, combien même je devrais lutter contre la nausée.

« Je te renvoie la difficulté. »

fis je avec un pâle sourire. Je ne sais pas si je dois aimer me voir en reflet dans ses iris. Les mêmes pensées tuent. Les même images que l'ont aimerait sans doute, l'un comme l'autre, oublier à jamais. A quels sacrifices Père a-t-il consentit pour que jamais cela n'atteigne l'Ouest ? Je n'en ai aucune idée.

La question de Gareth interromps la course de la cuillère de bois en direction de mes lèvres et elle retombe avec trop de lenteur sans doute. J'inspire silencieusement prenant le temps de soigner ma réponse, souriant à peine devant sa tentative d'humour. Il peut essayer mais je lis trop bien en lui, d'autant plus qu'il n'est pas lui même convaincu..

« Honnêtement....Je ne sais pas. Ni bien. Ni mal. Une partie de moi jubile d'être en vie, d'avoir arraché la victoire. L'autre...L'autre n'oubliera sans doute jamais ce qu'elle a vu. Le sommeil trouve un malin plaisir à me fuir quand la nausée s'accroche à mon estomac sans vouloir le lâcher. Finalement, je me dis que l'on est bien peu de chose, qu'importe les titres ou la richesse une fois sur un champ de guerre. Et je m'en veux de t'avoir cédé aussi, d'une certaine façon. Je m'en veux même parfois d'avoir accepter, d'avoir fanfaronner un peu. En fait, je ne sais guère ce que je dois ressentir. »

Je baisse les yeux sur mon bras, déchiqueté, je ne me souviens pas vraiment de ce qu'il s'est passé, j'ai souvenance de la douleur, cuisante, trop forte, encore maintenant...Je la sentais pulser dans mon bras.

« Nous mettrons du temps à nous en remettre... »

soufflais je en touchant du bout des doigts le cataplasme durçit.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mer 2 Déc - 21:43

Depuis que la bataille est terminée, alors que j'essaie vainement de dormir, je me rappelle les quelques instants de calme passés auprès de Lynara près du Barral, juste avant mon départ. Ce silence apaisant que j'avais tant apprécié me semble tellement irréel, comme s'il n'était qu'une illusion dans mon esprit et qu'il  n'y a jamais rien eu d'autres que ces cris, ce sang et cette douleur qui n'a de cesse de se rappeler à moi. Pourtant, j'essaie de faire face aussi bravement que je peux.

Après tout, je tiens encore sur mes jambes même si je me demande quand est-ce que je pourrais retrouver un jour le plein usage de mon bras. Là, dans l'immédiat, j'ai de sérieux doutes mais je suppose que je verrais les choses d'un autre œil quand je serais loin d'ici. D'ici là, je dois continuer à faire ce qui m'a amené dans le Nord et veiller sur mon Prince, même si les circonstances ne sont guère favorables.

J'ai du mal à lui rendre son sourire, quand bien même nous ne sommes que tous les deux et que je n'ai pas mon rôle à tenir. A dire vrai, ce rôle, je l'ai oublié au premier coup d'épée. Il n'y avait plus ni valet, ni noble ouestrien ou que sais-je encore. Moi qui me vantait d'arborer en permanence ce vernis de civilité si propre au royaume que je sers, j'ai réussi à me prouver que j'étais capable de bien des atrocités sans même sourciller ni hésiter. Je ne sais même pas combien de sauvageons j'ai pu tuer et, à dire vrai, je ne veux surtout pas le savoir.

Et j'ai du mal à redevenir moi-même. Je me demande si je le pourrais un jour et j'essaie vainement de ne pas être morose quand je tends sa gamelle à Lyman. A sa répartie, j'ai une grimace et je souffle,  à mi-voix.

"Je t'avoue que ça ne tiendrait qu'à moi, je ne tremperais même pas les lèvres dans ce ragoût. Mais il semblerait nécessaire que l'on reprenne des forces si l'on veut être présentable à notre retour."

Je jette un regard sans conviction à ma gamelle alors que je m'installe et que je souffle un peu, n'arrivant toujours pas à me décider à le regarder dans les yeux. Comme si je savais que je ne ferais qu'y voir le reflet du propre désarroi qui m'anime depuis deux jours maintenant.

A ses propos, je garde le silence, mon regard se perdant dans le vide alors que nous parviennent encore et toujours les cris d'agonie. Ca ne s'arrêtera jamais et je sais qu'une part de moi les entendra toujours, quoi qu'il arrive. Je finis par déglutir et par enfin accrocher le regard de Lyman.

"Je ne sais pas si j'ai vraiment envie de me remettre de tout ça... Enfin…"

Je fronce les sourcils, cherchant mes mots, jouant vaguement avec ma cuillère alors que je n'ai pas encore touché à mon repas.

"Je sais que la vie finira par reprendre son cours, que plein de choses nous attendent maintenant. Nous avons eu cette chance qui confine à l'insolence et dont j'ai presque honte.  J'ai à peine fermé l'œil depuis que les combat se sont achevés, j'en suis incapable.  Je revis encore et encore chacun des instants passés sur le champ de bataille et, pourtant, je me refuse à essayer d'oublier tout ça."

Je finis par abandonner le bol sur l'espèce de coffre juste à coté de moi et ce simple mouvement m'arrache une grimace de douleur involontaire. Difficile de rester crédible après ça mais je continue, mon ton se faisant un rien plus assuré.

"Tu n'as pas à t'en vouloir d'avoir accepté de m'emmener. J'ai appris quel était le prix à payer pour protéger ce qui a vraiment de l'importance. J'ai découvert de quoi je suis capable même si, avec le recul, j'aurais probablement préféré continuer de l'ignorer. Et je sais aussi une chose. J'ai insisté pour venir parce que je voulais être à tes cotés en cas de danger mais quand j'ai dit ça, je ne savais pas vraiment de quoi je parlais. J'ai appris maintenant. Et je continuerais de te suivre, que tu le veuilles ou non. Une fois que nous aurons recollé les morceaux."

Je me dis que ma mine défaite ne doit pas vraiment appuyer mon discours et pourtant, je suis sincère. Même si, dans l'immédiat, j'ai l'impression que les morceaux sont bien trop épars pour arriver à tout remettre en place.



"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mar 8 Déc - 8:16

Le râgout n'a pas de saveur. Ou du moins, je n'arrive pas a en saisir toutes les subtilités. Je n'ai pas faim. Vraiment pas, mais je dois me forcer. Me concentrer à outrance sur ce bol de bois qui fume sous mon nez. Je l'ai posé sur mes genoux, bien incapable pour le moment de tenir quelque chose de ma main gauche. J'ai soudainement envie de retrouver les rocs imprenables de l'Ouest. De quitter cette boue et ce froid qui s'infiltre dans chaque couche de vêtements et de fourure. En fait, je me sens las. Terriblement las. Comme si j'avais vieillis d'un coup. Je sais que ce n'est que passager mais je n'aime guère cette sensation. Je me force à avaler un bout de viande bouillie, grimaçant légèrement lorsque les paroles de Gareth rejoignent mes pensées :

"Certes, il n'est guère gouteux, mais il est chaud et tiendra au ventre."

Une réponse pratique et bien loin du trait d'humour que j'aurais pu faire. Ou même du discours vantant des qualités tout à fait chimérique à ce met de bataille. Fronçant légèrement les sourcils, je tourne les yeux vers Gareth, installé à côté de ma couche, à même le sol. Et une pensée idiote me traverse, me soufflant qu'il est heureux que son postérieur repose sur une épaiesse fourrure ou il aurait gelé. Cette pensée est si décalage qu'un instant je doute même qu'elle vienne de mon esprit et pourtant...

"De toute manière nous n'oublierons pas quelque soit les efforts que nous pourrions y mettre, Gareth. Du reste, j'espère ne pas oublier. Les récits de mon père, même si ils furent crus ne sont, finalement, rien devant la réalité et il est facile de se dire armé pour la bataille avec l'insolence de la jeunesse sans aucun doute. Néanmoins, je ne compte pas en faire un traumatisme, non, je compte en faire une force."

Mon regard se fait un peu plus perçant :

"Et tu feras de même."

Parce qu'il était ainsi. L'odeur du sang et le résonnement des cris étaient encore bien trop présent en nous pour l'instant, mais le temps ferait son oeuvre. Il n'éffacerait pas, mais il estomperait, doucement, sans même que l'on s'en rende compte. La faim et le sommeil reviendront. Je regardais les traits tirés de mon ami et mon coeur se pinça légèrement. Si je l'avais pu, je lui aurais éviter cela et je m'en voulais d'avoir été faible avec lui. Même si d'une certaine façon, je suis heureux qu'il soit auprès de moi. Ah...Je soupirais doucement, esquissant un sourire bien pâle et contrit.

"A t'entendre tu devrais me remercier...Quant à moi, je sais maintenant ce dont mon père nous a protéger...Mais a quel prix ? Qu'importe que ce soit au Nord ou à l'Ouest, la guerre réclame un bien lourd tribut et, égoïstement, je me sens sans doute un peu plus serein de savoir que tu seras toujours quelque part dans mes pas, voir même les devançant. C'est une pensée bien égoïste oui, et bien cruelle aussi."

J'attrapais une cuilierée de ragout avant d'en laisser retomber le contenu dans le bol.

"Je ne me ferais jamais au mouton...Je rêve d'un gigot de chevreuil."

Considération superficielle si il en mais qui m'aidait a reprendre pieds dans la normalité ou du moins un semblant de normalité.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mer 9 Déc - 13:37

Je ne pensais pas qu’il était possible de se sentir aussi las. Je ne peux même pas appeler ça de la fatigue, c’est un sentiment bien plus prenant et général. J’avoue, j’aimerais vraiment pouvoir fermer l’œil sereinement et j’espère que ce sera le cas une fois que nous serons partis d’ici. Mais j’ai cette petite voix qui me souffle que non, que les choses ne font que commencer et que, maintenant que nous avons mis le pied dans l’engrenage, nous n’en sortirons pas vraiment.

J’ai une grimace qui fait écho à la sienne à sa répartie et je fixe à nouveau mon bol avant de souffler, avec une moue un rien dépitée.

"J’ai l’impression d’être un enfant qu’on essaie de convaincre de manger."

Décidément, nos réparties pleines d’humour ou d’ironie sont bien loin. J’en viens même à me demander, l’espace d’un instant, si elles ont vraiment existé. Mais pourtant c’est bien le cas, il faut juste que je songe à ne pas l’oublier, comme le reste. J’écoute ce que me dit Lyman avec une attention non feinte même si je ne réponds rien dans l’immédiat. Il ne fait que confirmer ce que je pense moi-même et ce que j’espère de lui. Je me surprends à attendre plus de lui d’ailleurs, sans bien arriver à saisir ce qui a pu occasionner ce changement. C’est peut-être le regard qu’il me jette en cet instant et que je soutiens avant de répondre, d’un ton tranquille.

"Je ferais ce qu’il faut pour ça."

Le sourire que je lui rends ensuite n’est presque pas uniquement l’ombre du sourire que je lui offre la plupart du temps. Je suis sincère et, l’espace d’un instant, j’ai presque l’impression de redevenir moi-même. Ca ne dure pas, pas plus que le reste à dire vrai mais peu importe. J’ai au moins le sentiment que ce que nous étions avant est encore là, quelque part et peut-être pas si loin que ça.

"Peut-être que je devrais te remercier d’avoir cédé à mon caprice. Mais j’ai comme l’impression que je ne ferais que t’embrouiller un peu plus ton altesse. Et je ne suis pas persuadé que ce soit vraiment le moment. Je n’arrive déjà pas moi-même à avoir les idées claires ou à me rappeler ce que j’ai pu dire ou faire ces derniers jours."

Au reste de ses propos, j’ai un bref hochement de tête. Comme Lyman j’ai grandi en entendant parler de la guerre, des versions plus qu’édulcorées visiblement.

"Père m’a souvent parlé de la fierté qu’il avait eu à servir sous les ordres de ton père. A dire vrai, c’était bien la seule chose sur laquelle il acceptait de donner des détails. Je me rends compte de tout ce qu’il a pu passer sous silence et, à la réflexion, je me dis que je ferais comme lui le moment venu. Je raconterais à qui veut l’entendre que j’étais aux cotés du Roi, tout jeune prince à l’époque et je trouverais certainement moyen d’enjoliver mon rôle dans tout cela. Pour faire oublier à quel point tout ça n’a été qu’une boucherie et que cette journée a surtout réussi à montrer ce qu’il y avait de pire en nous. Ou de meilleur… je n’en sais trop rien."

Je fronce les sourcils, assailli à nouveau l’espace d’un instant par toutes les images de cette journée, celles dont je me rappelle en tout cas et j’ai une grimace bien involontaire. Je secoue brièvement la tête, essayant de me replonger dans l’instant présent avec une difficulté visible avant de fixer Lyman, curieux.

"Egoïste ? Cruel ? De savoir que tu pourras toujours compter sur moi ? Et que je peux vraiment dire maintenant que je suis capable de faire mon devoir ? Enfin, j’ai un peu raté mon coup, je m’étais promis de te ramener entier."

Quand il évoque le ragoût, je laisse échapper un soupir.

"Et du bon vin. Et un vrai fauteuil. Et une tarte."

Je laisse alors filer un long moment de silence alors que j’ai fermé les yeux. On aurait presque pu croire que je me suis endormi mais il n’en est rien. Je finis par lâcher, sans le moindre préambule, alors que mes pensées ont vagabondé sans que je cherche à les retenir et qu’elles ont fini par s’accrocher à la missive que j’ai envoyée juste avant d’entrer dans la tente.

"Il va falloir leur dire la vérité."

Finalement, je devrais peut-être me concentrer sur mon bol en fait. Au lieu d’avoir des idées aussi saugrenues alors que les cris continuent de retentir là, dehors.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Sam 19 Déc - 18:14

Un lourd soupir se heurta à mes lèvres sans passer et mon regard glissa un instant sur la silhouette de Gareth. Etait ce une impression ou était il vraiment aussi petit ? C'était une réflexion idiote, je le savais très bien, mais elle me traversa l'esprit comme une fulgurance.

« Qui sait, c'est peut être moi que j'essayes de convaincre de manger, parce qu'autant le dire, ce n'est guère engageant. »

Et puis autant le dire, de nous deux c'était tout de même moi le plus jeune. Mais est ce que l'âge avait réellement une importance en vérité ? Je n'en étais pas certain. Néanmoins, je décide de ne pas me laisser aller à la mélancolie, à la facilité d'un oubli pourtant souhaité. Simplement parce que ce n'est pas dans mon caractère et aussi parce qu'il faut continuer à avancer quoiqu'il en coute. J'aurais un jour un royaume à gouverner, des preuves à faire encore et toujours. Je pouvais compter mes véritables alliés sur un seul doigt d'un certaine façon. J'esquisse un sourire en coin :

« Évidemment que tu le feras. »

Parce que sans doute attendais je de lui un soutient sans faille, la question était de savoir si je pouvais lui rendre la pareille. Il n'était jamais évident d'être dans l'intimité d'un prince, d'un futur roi parce que si celui ci devait un jour choisir entre son favori et son royaume...J'avais été élevé pour protéger l'Ouest et d'y laisser un prix élevé si je n'avais pas de choix autre. Gareth en était conscient et c'est sans doute ce qui faisait de lui quelqu'un sur lequel je pouvais compter, il ne me mettrait jamais dans la position d'un choix difficile. J'ai un éclat de rire qui ne possède pas l'émerveillement ou même la joie de ceux qui me sont habituels :

« Je paierais cher pour être embrouillé. Réfléchir est quelque chose que je sais faire, concentrer mon esprit sur autre chose que...les souvenirs et les mirages que le Nord vient de si généreusement nous offrir. »

Je remue mon ragoût sans vraiment m'en rendre compte, cela n'a guère d'importance et durant quelques seconde mon regard se perd dans le vide. Il y a un pli nouveau au coin de ma bouche et je ne sais guère si je dois l'aimer.

« Je ferais sans doute pareil. Bien qu'a la reflexion ce soit quelque chose de terriblement cruel lorsqu'on y pense, mais ne dit on pas vouloir le meilleur pour nos enfants ? Et puis il faut du pire pour du meilleur, c'est une pensée rêveuse mais rassurante d'une certaine façon non ? »


Et terriblement naïve, une naïveté dont je ne suis que trop conscient. On pouvait me taxer de beaucoup de chose mais pas d'une naïveté débordante, mon éducation m'en empêchait. J'étais sans cesse obligé de réfléchir bien plus loin qu'une simple idée. C'était enrichissant, plaisant et cruel. Tout comme l'aveu que je lui fit et même si sa réponse agrandit légèrement mon sourire, je n'étais que trop conscient du poids que je pouvais placer sur ses épaules en parlant ainsi.

« Il n'est jamais facile d'être l'ami d'un roi, même si en l'occurrence je ne suis qu'un roi en devenir. Alors oui, c'est cruel et le savoir ne change rien a cette donne malheureusement. »


J'abandonne définitivement le ragoût. Impossible pour l'heure d'y tremper un bout de lèvres à nouveau. Disons que je me rattraperais une fois rentré a Winterfell. Mais cela ne m'empêcha pas de soupirer après les mets délicats du Roc. Mon cuisinier me manquait.

Je laisse le silence filer, ne ressentant pas forcement le besoin de le combler. Quelque part, il n'est pas lourd, il n'est pas étouffant. Il devient presque reposant malgré les gémissements qui fendent la nuit, reflet d'une douleur encore bien présente dans le camp de l'armée. Un sursaut involontaire me traverse lorsque Gareth reprend la parole, en vérité, j'étais à deux doigts d'enfin me laisser bercer. Sur le moment, je ne comprends absolument pas de quoi il me parle et je me contente de le fixer avec un air sans doute un peu ahuri.

« Pardon ? »

Et puis la lumière se fait, presque trop violemment d'ailleurs et je reprends aussitôt :

« Oh... »

Je me masse l'arête du nez :

« J'avais oublié ce détail. »

Avouais je avec un petit air contrit avant de me reprendre :

« Sans doute oui. Après tout, il est juste que l'on t'offre les honneurs dût à ton rang. Ah...Il ne m'a guère plut de te faire jouer ce rôle alors même que ta famille ai rendu de précieux services à la mienne. Père n'a pas manqué de me faire cette réflexion d'ailleurs combien a-t-il compris le pourquoi d'un tel stratagème. Il était sans doute secrètement rassuré de me savoir prêt de toi, que Mère ai couvert cette duplicité connaît sans doute la même raison. Mais il n'est guère juste pour ton nom qu'il ne sois associé au mien lorsque la nouvelle de cette victoire parcourera l'Ouest. Je te prie de me pardonner d'ailleurs et je veillerais a ce que Père t'honore comme il se doit. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Sam 19 Déc - 22:38

Je sens ses yeux se poser sur moi et s'attarder, sans bien que je n'arrive à saisir pourquoi alors que mon propre regard se perd dans le vide, tout comme mes pensées s'égarent quelque peu. Difficile de garder les idées claires et, à dire vrai, je n'essaie pas vraiment. C'est plus simple de ne se focaliser sur rien plutôt que sur les pensées morbides qui reviennent à intervalles réguliers.
A sa répartie, j'ai un rire qui ressemble plus à un ricanement qu'autre chose et j'ai un bref haussement d'épaules.

"Visiblement, tu n'arrives à convaincre personne. A croire que tu manques d'entrainement. Il y a trop longtemps que tu n'as pas eu à le faire."

Je laisse filer un instant de silence alors que je médite sur ses paroles, sur le sens de notre présence ici et, surtout, de la mienne à ses cotés. A dire vrai, je ne me suis jamais posé la question, même maintenant que nous en parlons. Pour moi, elle est tout simplement évidente. J'ai été élevé pour être aux cotés du Prince, en toutes circonstances et pour veiller sur lui de mon mieux. Le reste n'a que peu d'importance.

A son air assuré, je souffle pourtant, avec un sourire un rien décontenancé.

"Tu m'as l'air bien plus de moi que je ne le suis moi-même ton Altesse. Il y a quelque chose que j'ignore ?"

Peut-être a-t-il compris avant moi ce que je serais prêt à faire pour lui qui un jour sera mon roi et qui devra probablement sacrifier bien plus que je ne le ferais jamais. Mais, si cette bataille a bien servi à quelque chose, c'est à me conforter dans cette position qui est la mienne, quelles que soient les circonstances et mes propres ambitions personnelles.

J'ai un sourire en écho à ce fantôme de rire qu'il m'offre et je le fixe quelques secondes, sans cacher mon amusement.

"Ne t'en fais pas, ce temps reviendra bientôt et tu pourras passer des heures à réfléchir pendant que je boirais et que je ferais mine de comprendre ce que tu racontes et où tu veux en venir. Comme au bon vieux temps. Comme avant."

Mon sourire s'éteint à mesure que je parle et mon regard s'est détaché du sien pour se perdre dans le vide sans que je n'arrive à m'en empêcher, comme si je doutais moi-même de ce que je raconte. Pourtant, c'est bien ce qui va finir par arriver non ? En tout cas, je l'espère et le reste des propos du lionceau ne font que me conforter dans cette idée.

"Je ne suis pas sûr que cruel soit le terme approprié. Je pense que nos ainés espéraient que jamais nous n'ayons à voir de nous-mêmes ce dont ils parlaient et qu'il valait mieux nous en offrir une version édulcoré que nous effrayer pour rien. Et c'est ce que nous souhaiterons pour nos enfants également. C'est humain et c'est aspirer à un avenir moins violent que ce que nous connaissons actuellement."

Mais ça, au vu des récents évènements, je doute sérieusement que nous allons connaitre une période de paix à présent. La violence des affrontements, de ce qui a suivi me donne juste l'impression que nous ne sommes qu'au début mais je continue d'espérer que l'Ouest sera aussi épargné que possible.

Au reste de ses propos, j'arque un sourcil et je le fixe quelques secondes avant de souffler, d'un ton tranquille.

"Cruel, d'être ton ami ? Te voilà bien sévère envers la place que j'occupe. Voilà qui est nouveau. Ou alors, là encore, il y a quelque chose qui m'échappe car, pour l'heure, je n'ai jamais vraiment goûté aux inconvénients d'être ton ami. Sauf peut-être la nourriture passablement exécrable qu'on nous sert. Je suis sûr que c'est pour te punir d'être de sang royal et je le paie avec toi."

Je laisse alors le silence s'installer à nouveau, sans chercher à le rompre alors qu'un semblant de sérénité semble nous envahir. Ce n'est qu'une illusion évidemment, mais le fait d'être auprès de Lyman me donne le sentiment que les choses retrouvent quelque peu du sens. Pourtant, je finis par le rompre, à sa grande surprise et sa réaction m'arrache un sourire. Je le laisse parler, essayant de ne pas m'amuser de son air ahuri et je prends une profonde inspiration.

Je lève alors la main dans sa direction et je secoue la tête.

"Peu m'importe les honneurs. Ce n'est pas pour ça que je te demande ça. Je ne suis pas venu pour récolter les lauriers ou entendre chanter mes louanges. Tu sais tout comme moi qu'une simple missive de la part de n'importe quel membre de ta royale famille racontant que je ne me suis pas enfui en hurlant rendra mon père fier comme un paon sans avoir besoin de faire quoi que ce soit de plus. Et nul besoin de t'excuser pour ça, je n'avais pas dans l'idée qu'on associe mon nom au tien à ce qui s'est passé et je n'en ai pas besoin. J'ai plus ou moins rempli la mission pour laquelle je suis là, c'est ce qui compte avant tout le reste. Mais c'est pour une raison bien moins glorieuse."

J'ai un soupir et je me passe la main dans les cheveux, ne sachant pas trop comment amener les choses. Cette discussion me semble tellement surréaliste avec tout ce qui se passe hors de cette tente mais, après tout, c'est peut-être le seul moyen de ne pas perdre la raison pour de bon.

"J'ai eu l'occasion de passer du temps avec certaines personnes quand nous étions à Winterfell. Si j'avais trouvé l'idée amusante au début, je me suis rendu compte que cela me dérangeait quelque peu de leur mentir. Et maintenant, après ce que nous avons vécu, ce serait leur manquer de respect."

Je laisse filer un instant de silence avant de souffler, avec une ombre de sourire.

"Ta louve en fait partie. Encore plus après la discussion que j'ai pu avoir avec elle et les engagements que j'ai pris auprès de ma future souveraine."

Et Lynara bien évidemment. Mais ça, je n'arrive pas à le dire tout haut, sans bien savoir pourquoi. Surtout qu'ici, rien ne semble avoir la même importance.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Sam 9 Jan - 23:20

Ma bouche se plisse en un sourire narquois alors que Gareth me renvoi dans mes pénates. Pourtant il sait à quel point je peux manœuvrer pour avoir ce que je veux. Mais là en l'occurrence...Rien ne pourrait me convaincre d'avaler cette mixture peu ragoutante.

Parler de sa loyauté à mon encontre me surprend un peu je dois le dire. J'avais toujours prit sa présence pour acquise, après tout, il avait été mon premier ami quand tant d'autre me cirait les bottes pour avoir les faveurs de Père. Il ne m'avait jamais flatté, bien au contraire, si je cherchais un jugement neutre je savais pouvoir le trouver avec lui. Mais je n'ignorais pas pour autant que cette amitié, aussi belle et forte soit elle avait ses propres failles et celles ci pouvaient très bien venir de moi. A cause de moi.

Je laisse filtrer à peine un éclat bleutée d'entre mes cils, éclat qui effleurera ses traits fatigués, au même titre que les miens d'ailleurs. Diantre que ne donnerais je pour retrouver notre légèreté ! Au moins quelques secondes, pour pouvoir souffler, s'apaiser.

« Peut être que tu n'en auras pas le choix, Gareth. »

Puis je soupire, éloignant de moi ce sujet qui ne me plait guère et dont nous avons nul besoin dans l'immédiat. Nous devrions nous réjouir d'être encore en vie et ensemble sans aucun doute, mais la joie a bien du mal à ce frayer un chemin en nous, étouffée par les gémissements que nous entendons à intervalle régulier.

« Pfff...Tu as toujours été plus fin que ce que tu te plais a laisser paraître. Cela étant, je te souhaite de toujours pouvoir agir ainsi. Et l'après ne sera jamais totalement comme l'avant, tu le sais aussi bien que moi, mais on mettra tout de même un pied devant l'autre.»


Apprendre de notre inexpérience est quelque chose de terriblement difficile, je me dois de l'admettre mais cela ne me gêne pas de le faire devant Gareth, il a été témoin de beaucoup trop de choses pour que je puisse le leurrer. Je me passe une paume lasse sur le front, esquissant un léger sourire malgré moi :

« Oui sans doute, aurais tu appris la sagesse mon ami ? »

Or la sagesse n'avait jamais été une qualité première chez lui. Oh il en avait tout un tas et j'étais bien sûr le premier à le reconnaître, mais celle ci n'en faisait pas partie, sinon, il aurait vu où je voulais en venir. Mon sourire se fait un peu plus las :

« Et je te souhaite de ne pas y goûter, crois le ou non. En revanche, promis a notre retour je t'offre un festin digne d'un roi.»

La désillusion peut être un poison terriblement corrosif, quelque soit l'épaisseur de notre amitié ou de notre affection mutuelle. Si Gareth n'en est pas encore conscient, je le suis depuis longtemps pour ma part. Je peux l'occulter mais pas indéfiniment. Et je suis bien a deux doigts de m'endormir lorsqu'il me fait sursauter. J'avoue ne pas très bien comprendre ce qu'il tente de me dire sur l'instant aussi me contentais je de le regarder un peu étrangement sans doute. Je me doute bien qu'il ne court pas après les lauriers mais pour ma part c'est une reconnaissance que je lui dois, non c'est autre chose semble-t-il. Fronçant un peu les sourcils, je cherche le message caché dans ses paroles :

« Je vois. Effectivement ce n'est guère respectueux, mais c'est bien la première fois que je te vois aussi inconfortable pour un simple subterfuge..Mais soit, laisse moi juste prendre les devants auprès de nos compagnons, après tout l'idée vient de ma personne et il me déplairait de te voir en récolter les foudres, tu n'as fait que m'obeir. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Dim 10 Jan - 21:32

Retrouver, même l'espace d'un instant, ce sourire narquois qui lui est habituel, me fait plus de bien que ne l'aurait fait un vrai repas chaud. Je sais que ça ne va pas durer, mais, je commence à me dire que nous en sortirons sans trop de dommages.
Au reste de ses propos, quand nous évoquons ma loyauté, je le fixe quelques instants en silence avant de souffler, avec un sourire en coin.

"J'aurais toujours le choix de te mener la vie dure ton Altesse. Et ça, c'est un privilège que je ne laisserais à personne d'autre."

Inutile d'en rajouter. Nous savons tous les deux quel pourrait être le prix à payer pour cette loyauté indéfectible que j'ai pour lui. Pour autant, ça ne fera pas reculer. Non pas parce qu'il est le futur Roi de l'Ouest, bien d'autres l'auraient fait dans l'optique de se faire bien voir du futur monarque et y gagner une place pour le moins précieuse, mais parce qu'il est cet ami, ce frère-même, sur lequel je veille depuis toujours. Peu importe son sang royal en cet instant, je suis juste heureux qu'il soit en vie. J'aurais préféré qu'il soit indemne, tant mentalement que physiquement mais les choses auraient pu être bien pires.

Au reste de ses propos, j'ai un bref haussement d'épaules que je regrette aussi sec, grimaçant de douleur avant de lâcher, d'un ton léger qui n'est toute façon toujours pas des plus convaincants.

"Evite de le répéter veux-tu. J'aime l'idée que les gens me pensent stupides et incapable de saisir la subtilité de la conversation. Mais j'ai comme l'impression que ça ne va pas durer. Quant au reste…"

J'ai un hochement de tête sans rien ajouter. De toute façon, ce serait inutile d'en rajouter. Un pied devant l'autre, voilà qui sera un bon début. Si seulement les cris pouvaient cesser, ce serait déjà un bon début. Je ferme les yeux un instant, prenant une profonde inspiration et je ne cherche même pas à retenir le ricanement qui me vient lorsqu'il me répond. La sagesse. Vraiment ? Il ne pouvait pas trouver de pire terme me concernant.

Je secoue la tête alors que je réponds, toujours sur le même ton.

"Ne me prête pas ce genre de qualité, tu risquerais d'être déçu. Et je te l'ai dit, j'ai déjà goûté aux défauts d'être ton ami. Outre la nourriture, je pourrais te compter nombre d'anecdotes peu glorieuses à ce propos. Mais pas aujourd'hui."

Je ne me sens pas le cœur de plaisanter, quand bien même c'est ce qui nous ferait le plus grand bien.

"Et attention, ton offre n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Tu sais que je peux me montrer très rancunier quand je n'ai pas ce que je veux."

Ce qui est bien évidemment totalement faux mais, peu importe. A sa mine, je me rends compte que le poids de tout ce qui vient de se passer pèsera bien plus lourd sur ses épaules qu'il ne voudra jamais l'admettre. Mais je n'oublierais pas. Ni ce qu'il était avant, ni ce qu'il a vu. C'est mon rôle, autant que de le suivre aveuglément.

Je laisse filer un silence si long que je me répugne de l'interrompre mais je n'arrive pas à m'ôter cette idée de la tête. Il n'a pas vraiment l'air de comprendre les raisons qui me poussent à vouloir dire la vérité et je me rends compte que, quand il le saura, je vais en entendre parler un bon moment.

Je souffle alors, d'un ton pensif.

"Oh le subterfuge en lui-même ne me pose pas de souci. C'était même plutôt amusant. Sauf quand j'ai du recoudre tes boutons de chemise. Ne me demande plus jamais ça. Vraiment. Et l'idée vient peut-être de toi mais tu ne l'aurais jamais eue si je n'avais pas insisté. Et si tu avais dit non, j'aurais de toute façon trouvé un autre moyen de venir."

J'hésite, avant d'ajouter, en baissant la tête, un rien mal à l'aise, alors que j'essaie de prendre un ton détaché qui n'a rien de naturel.

"C'est à cause de sa cousine. Disons que je l'apprécie suffisamment pour ne pas vouloir qu'elle pense que je me suis moqué d'elle après tout le temps que nous avons passé ensemble."

Allez lionceau, c'est le moment de te moquer. Au moins, ça nous fera oublier ce qui se passe dehors.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mar 12 Jan - 17:17

Je haussais un sourcil, moqueur malgré moi :

« C'est un privilège que je n'accorde à personne d'autre, nuance tes propos veux tu ? »

Il était vrai que j'accordais beaucoup d'importance à son jugement ou même son simple avis. Qu'il me traitait bien plus souvent comme un ami que comme un suzerain. Certain le haïssait, d'autre l'enviait, mais la plupart se trompait lourdement sur les véritables liens qui nous unissait. Il était parfois difficile de ne pas trop le privilégier, ne serait ce que pour lui épargner la haine bien destructrice que pouvait nourrir certains des bannerets de Père. Il m'amuse en m'affirmant ne pas comprendre la moitié de ce que je dis, affirmation duquelle je ne crois pas un mot d'ailleurs. Gareth avait reçu la même éducation que moi, il connaissait comme moi les subtilités du pouvoir, même si il ne l'excerçait pas.

« Ton secret est bien gardé va. »


Renonçant à nous nourrir, voguant sur des sujets qu'il ne nous plaisait pas forcément d'aborder mais auquel nous faisions face avec un certain courage, je dois dire que je n'imaginais pas un retour de bataille comme celui ci. Bataille ? Non guerre était bien plus approprié. Mais je revins assez promptement dans la conversation et je réalise qu'il sait depuis bien longtemps la dangerosité d'être un propre du pouvoir. Il n'est d'ambitieux que le désir de vivre sa vie sans réellement rendre de compte et je lui souhaite de pouvoir continuer ainsi longtemps. Peut être est ce le mieux que je puisse faire dans l'immédiat.

« Oui sans aucun doute. »

Que pouvais je lui dire d'autre qu'il ne sache déjà ? Pas grand chose et l'un comme l'autre nous n'avions guère envie de revenir au sujet de la guerre que nous venions de mener a grand prix. Il trouva le moyen de me faire pouffer de rire en me promettant qu'il n'oublierait pas ma magnifique faveur consistant à lui offrir un bon repas. Si il n'y avait que cela pour le contenter...Alors que tant d'autre m'aurait sans doute réclamer bien plus, comme des terres ou des privilèges, voilà sans doute pourquoi je craignais parfois pour lui, m'indignant à sa place des murmures qui parcourent parfois le Roc.

« Oh ça aussi je le sais bien ! Je ne sais de qui tu as hérité ce caractère de cochon d'ailleurs, ta mère est la plus douce des femmes. »

Enfin dans mes souvenirs, mais je ne la voyais pas souvent, il fallait bien le reconnaître. Lorsqu'il évoque notre petit mensonge, j'avoue avoir bien du mal à le suivre sur ce terrain, je m'en étonne même, le lui disant sans vraiment prendre de gants me rendis je compte. Je plis un genoux, histoire de faire reposer mon bras blessé dessus et ma bouche se plisse légèrement :

« Je n'aurais pas été étonné de te trouver roulé en boule dans une de mes malles, c'est certain. »

Le reste à la bien heureuse mission réussie de me vider la tête tout d'un coup. Du moins c'est l'impression que j'ai en notant sa soudaine gêne, plus encore que son aveu. Soit, Gareth était un homme fait, je savais qu'il courrait la gueuse comme l'envie le lui prenait et tant que cela ne devenait pas offensant, je n'y avais rien à redire. Il avait eu des coups de cœur, oui et, même si là je n'irais pas jusqu'à le penser amoureux, je me disais que c'était sans doute un peu plus profond qu'un simple coup de cœur.

« Sa cousine ? La cousine de qui ?...Et la lumière se fit à tout les étages de ma conscience...Aaaaah...CETTE cousine... »

Je penchais légèrement la tête sur le côté, le regardant par en dessous avant d'éclater de rire :

« On nous envoie guerroyer dans le Nord et toi tu trouve encore le moyen de mener une tout autre bataille, bien plus délicieuse en prime ! Par les Sept, tu as l'air bien mordu en plus ! »


Bon, il ne fallait pas que je ris trop fort, mes cotes me faisaient tout de même un peu mal...
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mer 13 Jan - 19:29

Je tousse un rire à sa répartie moqueuse et je le fixe, non sans un sourire en coin.

"J’espère bien que tu ne laisses ce privilège à personne d’autre, moi qui en ait déjà tellement peu."

Ce qui est faux, bien entendu, mais il est cependant vrai que cette possibilité de lui dire ce que je pense sans avoir à mettre les formes est bien quelque chose d’unique en son genre. Et de précieux. Je sais bien que certains en abuseraient pour obtenir ce qu'ils veulent mais il est peu probable qu'ils seraient restés aussi longtemps aux cotés du lionceau. Je n'ai aucun intérêt à chercher à le manipuler, sauf lorsqu'il en a conscience et que cela devient un jeu entre nous. Mais l'attachement que j'ai pour lui va bien au-delà de faire honneur au privilège qui a touché ma famille. C'est devenu depuis longtemps une affaire personnelle entre lui et moi et les choses ne changeront pas.

Mon sourire se fait plus large quand il m'assure que mon secret quant à mes capacités intellectuelles sera bien gardés et je souffle, faussement sérieux.

"J’espère bien. Sinon je dirais que c’est de trop te fréquenter qui m’a rendu bête à manger du foin. Et je suis sûr que j’arriverais à convaincre les gens. A moins que je ne doive dire que tu m’as rendu intelligent. Je ne sais plus à dire vrai."

Il est bien plus simple de parler, de tout, de rien, même si le sujet se fait parfois sérieux, que de laisser le silence envahir la tente. Tout sauf entendre ces cris. Il est déjà suffisamment pénible de les entendre la nuit tombée, surtout lorsqu'ils se mêlent aux cris de douleurs de nos propres blessés. Je baisse les yeux l'espace d'un instant, réalisant que je tremble un peu. Le froid sans doute. Surement. C'est l'explication la plus raisonnable et la seule qui ne demandent pas d'analyse trop poussée.

Finalement, peut-être suis-je devenu plus sage que je ne le croyais. Enfin, je ne l'étais absolument pas au départ alors, ça ne pourrait guère être pire. Mais cette guerre m'a fait comprendre certaines choses, surtout vis-à-vis du jeune lion.

Nous en reparlerons, plus tard, lorsque les ombres qui hantent ses yeux et qui se reflètent dans les miennes se seront quelque peu estompées. Qu'il comprenne que rien de ce que j'ai pu lui dire aujourd'hui n'était à la légère et qu'il pourra toujours compter sur mon épée, mon soutien, ma présence, aussi longtemps qu'il en aura besoin et ce, sans autre contrepartie que celle de conserver autant que possible cette existence que j'affectionne, même si,  l'heure actuelle, elle me semble plus être un lointain souvenir qu'autre chose.

Mais, au regard qu'il me jette, je me rends compte qu'il le sait déjà. Je ne sais pas s'il en a pleinement conscience et comment se passera notre retour dans l'Ouest mais en tout cas, pour l'heure, je n'aurais pas pu être ailleurs, quelles qu'en soient les conséquences.

Je lève alors les yeux au ciel quand je réalise qu'il parle de ma mère et je secoue brièvement la tête.

"Tu dis ça parce que tu ne l’as jamais vue en colère. Je me rappelle de la fois où nous avons touché le Cor. Père était furieux mais à coté d’elle, il faisait pâle figure. J’en ai porté la marque pendant des semaines."

Quand nous évoquons notre subterfuge, j'ai un sourire amusé quand il s'imagine me retrouver dans ses malles.

"J'avoue, cette possibilité m'avait effleurée. Mais j'aurais préféré me reconvertir en pirate et te venir à l'aide avec mon propre navire. Quelque chose d'un peu plus élégant et de moins inconfortable. J'aurais peut-être mis un peu plus de temps par contre. Mais passons."

Je finis pourtant par lâcher le morceau, par expliquer pourquoi cette révélation de l'importance pour moi. Il éclate de rire, comme je l’avais supposé et je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire contrit alors que je le laisse parler.

"Que veux-tu, j’aime faire dans l’original. Et cette bataille est quand même bien plus agréable que celle que nous venons de vivre non ? Enfin, encore que, quand elle l’apprendra, je ne suis pas persuadé…"

J’ai une grimace à cette pensée, me rappelant à quel point elle a pu insister sur le fait qu’elle ne goûte vraiment pas au mensonge et à la dissimulation. Tout comme sa princesse soit-dit en passant. Au reste de ses propos, j’ai une hésitation et je souffle, pensif.

"Je ne sais pas. Tu te rappelles quand on plaisantait sur le fait que les jeunes filles ne m’approchent en général que pour trouver un moyen de t’atteindre ? Elle … elle a passé du temps avec moi en tant que valet et… laisse tomber, c’est totalement stupide. Bref. Je l’aime beaucoup oui. Tu peux le dire, je suis un idiot."

Surtout que, la possibilité qu'elle change totalement de comportement à mon égard quand elle saura qui je suis n'est vraiment pas à occulter.


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mar 2 Fév - 20:36

Je crois que je ne pourrais jamais compter sur une loyauté aussi solide que celle de Gareth. Et parfois, je me disais que je le récompensais bien mal de cela. Mais il ne servait à rien d'en parler, c'était ainsi, lui comme moi n'y pouvions rien. Néanmoins, nous réussîmes à alléger quelque peu notre conversation et il me fit ricaner en parlant de son histoire. Effectivement, sa mère pouvait être terrible, mais jamais je n'avais eu a subir sa colère, combien même aurais je été irrévérencieux avec elle, jamais elle n'aurait osé. Mais cela était bien plus dût a mon rang qu'a ma personne.

« Quelle idée en même temps ! Avoue que vous l'aviez bien cherché, c'est le symbole de votre famille après tout. »

Mais je doutais que cela arrive, je me plaisais a penser que la fratrie Kenning était aimée de ses parents. Je l'espérais. Rien n'était jamais très rose dans une famille surtout lorsque les ambitions s'entrechoquaient mais cela ne m'avait jamais frappé chez eux dans tous les cas. L'évocation de notre petite entourloupe et le pourquoi était une distraction bienvenue, je ne pouvais le nier et je n'eus même aucun mal à imaginer Gareth sur un pont, l'arme au poing...

« Tu aurais trouvé un champ de bataille vide surtout. Ce n'était pas l'idéal ni la plus lumineuse des idées, mais tant qu'elle a fonctionné, cela me convient. »

Évidemment je n'avais pas pris en compte les sentiments ou ce qu'il risquait d'arriver concernant Gareth. D'ailleurs, personne n'aurait pu le prévoir c'était un fait, mon ami ne semblait jamais vraiment s'intéresser sérieusement à une donzelle et il avait tendance à les traiter de la même manière. J'avais sans doute manquer d'attention.

« Elle sera sans aucun doute vexée et se sentira trahie pour peu qu'elle ressemble à ma promise. Néanmoins, elle devra comprendre que je n'avais que très peu de marges de manœuvre, après tout tu n'as fait que m'obeir et nul ne peut mettre en doute ta loyauté envers moi. »

Cela étant, je ne mesurais pas encore tout à fait à quel point il pouvait être entiché de cette femme. Je fronçais légèrement les sourcils :

« Je comprends ce que tu veux dire. Mais tu t'es montré a elle comme tu es, exempt des devoirs qui incombent a ton rang et ta place auprès de moi. Aurais tu été aussi vrai si tu avais été présenté comme noble ? »

Je posais un regard perçant sur son visage, pas que je critiquais cet état de fait, après tout l'inclinaison du cœur ne se discutait pas, j'espérais juste qu'il ne bataille pas contre sa raison au terme de notre voyage.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mer 10 Fév - 12:14

J’ai un large sourire à sa réponse avant de hausser les épaules… et de regretter amèrement ce geste qui, en temps normal, aurait été tout à fait anodin.

"Symbole certes, mais Robert m’avait mis au défi, je ne pouvais pas refuser, tu me connais."

Mon sourire s’est fait plus incertain alors que je pense à ma famille. Qui me semble tellement loin et tellement irréelle. A dire vrai, mis à part ce bol de ragoût déjà froid et Lyman, rien n’a plus vraiment l’air réel en cet instant. Enfin si, ce qu’on entend dehors mais je préfère l’occulter autant que possible, me focalisant sur mes échanges avec le lionceau qui prennent d’ailleurs une tournure à laquelle je n’aurais jamais songé.

Enfin, je n’avais pas pensé m’attacher autant à Lynara, autant être honnête. Et je n’ai pas particulièrement envie de le cacher à Lyman qui de toute façon aurait fini par le découvrir d’une façon ou d’une autre. Si je suis doué pour la dissimulation, il sait tout de même comment me percer à jour sans trop de problème.

"Ta promise risque effectivement de me reprocher la supercherie. Et elles sont de la même famille, nous verrons rapidement si elles ont le même caractère. Ce sera bon à savoir pour la suite en tout cas. Effectivement, on pourra remettre bien des choses en cause à mon propos mais je peux au moins me réfugier derrière le bouclier de la loyauté. Même s’il ne sera pas capable de tout supporter, je le crains."

Surtout quand il y a de l’attachement, ce que je suppose au vu des échanges que j’ai pu avoir avec la jeune femme avant mon départ et, surtout dans les quelques missives que j’ai pu recevoir. Rien ne l’obligeait à prendre des nouvelles du valet du Lannister après tout, mais elle l’a fait et elle a été plus que réconfortante. A cette pensée, j’ai un profond soupir, essayant tant bien que mal de garder l’esprit aussi clair et objectif que possible. Et, quand il m’interroge, j’ai un rire et je secoue la tête.

"Tu sais très bien que non. Elle m’aurait probablement trouvé suffisant, arrogant ou que sais-je encore et je m’en serais probablement amusé. Il y a bien des qualificatifs pour qualifier les ouestriens comme moi n’est ce pas ? Enfin. Nous verrons bien comment elle réagira. Et si elle appréciera lord Kenning ou pas."

Je laisse filer un silence pensif, mon regard se perdant à nouveau dans le vague quelques instants avant que je ne souffle, non sans amusement.

"Bien entendu, je compte sur ton entière discrétion à ce sujet. Evite de trop me pointer du doigt en ricanant quand tu y repenseras, ça ne collerait pas du tout à ton image fort respectable de prince."

Je m’appuis contre le coffre et je ferme les yeux quelques instants, soupirant à nouveau. Décidément, voilà bien le genre de complications dont je me serais allègrement passé. Enfin, à choisir entre réfléchir à ce genre de choses ou à tout ce que nous venons de vivre, il est vrai que je préfère de loin ces préoccupations. Pour autant, ça ne m’arrange guère. Mais, là où nous sommes, pour l’heure, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Alors, pourquoi m’en faire maintenant ?


"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
"Wherever there is a grain of loyalty there is a glimpse of freedom"
Messages : 975
Membre du mois : 23
Célébrité : Peter Mooney
Maison : Kenning
Caractère : Excessif - Jovial - Buté - Loyal - Bravache - Prévenant - Téméraire - Fidèle - Moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   Mer 10 Fév - 17:39

Je haussai un sourcil amusé, oubliant un instant la blessure de mon bras, comme une diversion bienvenue.

« Un défi hein ? Pourquoi je ne suis pas étonné ? »

Finis je par dire dans un sourire amusé. Gareth et ses frères sont ainsi. Je n'avais pas de frères, je restai ignorant de ses relations, je n'avais pu que les observer en les regardant ensemble. Peut être même les avais je envier il fut un temps. Dorénavant, cette jalousie immature n'avait plus lieux d'être et cela provoquait bien plus souvent un amusement certain chez moi qu'autre chose. Mais rien dans notre conversation ne m'avait préparé a entendre sa confession qui, je dois bien l'avouer, me laissa quelque peu déconcerté. Cela et le fait qu'il se mette à douter quant a notre petite supercherie. Nul doute que les nordiennes monteraient cela en épingle, ma fiancée m'avait déjà prouvé être plutôt prompt a un jugement bien souvent erroné. Je soupirai doucement :

« Certes, il ne sera sans doute pas facile de se faire pardonner la chose mais il faut aussi qu'elles comprennent ce qu'incombe parfois notre rang. Nous ne sommes pas le Nord à nous vautrer dans une franchise de fort mauvais aloi parfois. »

Je secouai légèrement la tête comme pour chasser des pensées désagréables avant de poser ma main sur l'épaule de mon fidèle ami, serrant doucement les doigts en soutient silencieux.

« Pourquoi ne t'apprécierait elle plus ? Cela étant, tu peux compter sur mon entière discrétion a ce sujet mais laisse moi le temps de préparer le terrain avant de parler. Tu as tendance a....faire empirer les choses. »

Un sourire moqueur se peignit un instant sur mes traits. J'étais bien plus rompu que lui à l'art délicat de la subtilité, il n'en était pas dépourvu attention, mais il n'en usait pratiquement jamais, sauf lorsque cela m'impliquait personnellement, or là, lui l'était bien plus que moi.

Je ramenai ma main dans mon giron avant de lui lancer un coussin :

« Pour l'instant nous ne pouvons pas faire grand chose, tache de te reposer, le chemin du retour va être très long. »

Sur ces belles paroles, je m'enfonçai dans mes propres coussins et fermai les yeux...Pas totalement persuadé de trouver le sommeil pour autant. Oui, les temps à venir ne serait pas de tout repos et je ne parlais pas forcément de la tempête qui allait s'abattre sur nous par le biais de deux donzelles Nordiennes.

[rp terminé]
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
La fierté de l'Ouest a fière allure..Enfin presque... [Lyman] - [Tour II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kiwi bichon frisé male de 2 ans ( sud ouest)
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Installation d'un comite de gestion des risques pour l'Ouest
» Les 3 senateurs du Nord-Ouest veulent faire leur entree
» Forum: La fierté du Lion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Nord :: Le Bois-Aux-Loups
-
Sauter vers: