AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
"Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]
MessageSujet: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Dim 29 Nov - 21:18


J'étais quelque peu préoccupé, tandis que je me rapprochais du lieu que nous avions fixé pour nos retrouvailles dans notre dernière lettre échangée. Nous nous étions promis de nous retrouver sous cet arbre, si semblable à celui sous lequel nous avions échangé notre premier baiser, à la veille de son départ. J'avais fait signe aux gardes de rester en retrait, ce qu'ils n'avaient pas tellement apprécié, mais avaient eu le bon sens de ne pas contester. Même si je n'avais plus rien à cacher, contrairement à la première fois, il en était mieux ainsi pour Nyméria. Je me sentais libéré d'un poids, après avoir défendu mon point de vue auprès de ma mère et lui avoir révélé mes sentiments envers la Lannister. Je savais pertinemment que la partie n'était pas gagnée, mais nous avions fait un grand pas en avant, et le plus difficile selon moi. Elle savait. Elle m'avait écouté, et même si elle n'avait pas tellement eu l'air d'apprécier mes confidences, j'estimais que notre entretien ne s'était pas si mal déroulé. Le temps finirait per me dire si j'avais eu raison de le penser ou non.

Je fis le tour de l'imposant olivier planté en périphérie des jardins de Lord Grafton en craignant l'avoir raté, mais je devais tout bonnement être en avance, parce que je ne la vis pas. Prenant mon mal en patience, je m'adossai à l'arbre et attendis tranquillement qu'elle fasse son apparition... Avant d'entendre un léger rire survenir depuis le feuillage de l'arbre. Un sourire éclaira immédiatement mes traits alors que je levai les yeux vers les premières branches. Elle était là, juste au-dessus de ma tête, avec ce sourire triomphant et ses quelques mèches blondes rebelles qui lui tombaient sur le visage. Elle ne devait pas être consciente de la vue imprenable qu'on pouvait avoir d'en bas...

- Tu cherchais à me prendre par surprise ? C'est gagné.

Je me dévissai la tête pour continuer de la regarder. Elle était belle, encore bien plus qu'il y a quelques années, lors de leur premier passage sur nos terres. Nous avions tous les deux été aussi impatients de se revoir que nous avions craints ce moment, car le temps nous avait changé. Je n'étais pas certain, en la revoyant, que Nyméria aimerait encore ce Roi plein de responsabilités que j'étais devenu, qui s'échinait si bien à apprendre à correctement régner qu'il avait laissé de côté toutes ses aspirations, ses rêves... Sauf elle. L'avoir pour Reine, à mes côtés, était bien un rêve en lequel je pouvais continuer de croire.

- Tu comptes rester là-haut, petit chat ?

Il fallait que j'en parle avec Nyméria, avant son départ, mais je n'avais pas envie de gâcher les rares fois où nous pouvions nous voir seul à seul en évoquant d'emblée des sujets de discussions qui étaient aussi propres à nous rapprocher qu'à nous éloigner. Je préférais encore retarder l'inévitable et profiter, au moins un peu, de l'instant présent.


Dernière édition par Ronnel Arryn le Mar 1 Déc - 13:39, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Lun 30 Nov - 9:14

Il faisait bon, le soleil était descendu sur l'horizon, répandant une lumière douce et dorée sur le monde. Assise sur une branche de l'olivier sous lequel il m'avait donné rendez-vous, l'olivier qui nous rappelais celui sous lequel nous avions échangé notre premier baiser, je l'attendais. Et je redoutais l'instant où il arriverait, aussi. Je m'étais donc débrouillée pour arriver en avance, et me dissimuler dans le feuillage. A cette place de choix, je pouvais voir arriver Ronnel, et je pouvais me préparer, un peu. Avait-il beaucoup changé ? Dans ses lettres il me disait que je ne le reconnaîtrais probablement pas. Serions-nous au même point dans notre relation après cette discussion ? Je me plaisais à penser que non, j'espérais même que nous en ressortirions plus proches.
Et c'est sur cette pensée particulière que je le vis arriver. Et l'interrogation se changea en inquiétude. Et si ce n'était pas les changements que Ronnel avaient subis qui allaient tout changer, mais ceux que moi j'avais vécu ? Présentement, j'étais encore vêtue de ma robe de brocarde crème et or, de mes bijoux de perle et de mon chignon d'obéissante princesse du Roc. Mon corps s'était transformé, également. Reconnaîtrait-il la Nyméria d'avant, sauvage et libre ? Aimerait-il autant cette nouvelle Nymeria, plus policée, plus princesse, plus femme ? Je déglutis en tentant de me calmer. Tout se passerait comme les Sept en décideraient, après tout.

Il s'arrêta un instant pour dire quelques mots à ses gardes, semblait-il, avant de se décider à s'approcher de l'olivier. De notre olivier. Il en fit le tour pendant que je l'observais en silence. Il avait l'air plus grand, plus fort, mais aussi plus soucieux. Un étrange sentiment me parcourut alors qu'un air déçu s'affichait sur son visage ; un doux sourire apparut sur mes lèvres. Et, n'y tenant plus, je lâchais un petit rire, qui le fit lever les yeux en se retournant. Son visage s'était transformé à la seconde où il m'avait aperçue ; mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Il se mit à parler, et ce fut comme si ses yeux avaient accroché les miens. Et finalement, je me décidais à répondre.

« Mais je ne suis pas un chat, Votre Altesse, je suis un lion. »

Une pensée se fit jour dans mon esprit, alors que je prononçais ces mots, et que ses yeux ne me quittaient pas. Il peut voir mes jambes. D'un geste incontrôlé, je ramenais mes jupes autour d'elles en sentant une douce chaleur envahir mes joues. Je ne voulais pas qu'il puisse voir ce qui me restait de mon court passage dans la mêlée du tournoi : de beaux hématomes bien foncés. Alors immédiatement je me mis à bouger, m'accrochant d'une main à une branche, je descendis prestement et aussi lestement qu'un chat au pied de l'arbre, atterrissant juste devant lui. J'époussetais ma belle robe, abimée par mon escalade dans l'olivier, et je grommelais entre mes dents.

« Mère va encore me gronder, on dirait. Peu importe. »

Je relevais alors les yeux vers lui en écartant les mèches rebelles qui dansaient devant mon visage, s'échappant de mon chignon.

« Tiens donc. Tu ne m'avais pas dit que tu avais autant grandi ... »

Je cherchais à le taquiner, à lui faire oublier ce qu'il venait de voir. Mes jambes comme ma réaction. Ça ne me ressemblait pas. Mais aussi à détendre l'atmosphère. Il fallait que nous puissions profiter de cet instant volé. Nous en parlions depuis si longtemps !


Dernière édition par Nymeria Lannister le Mar 1 Déc - 8:24, édité 1 fois
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Lun 30 Nov - 23:46


- Et je devrais me méfier, petite lionne ?

Elle n'avait pas perdu de son mordant avec le temps, malgré cette tenue parfaite de princesse, à l'exception de ces mèches rebelles qui perçaient son chignon. Je m'attardais sur un nombre incroyable de détails, la dévorant du regard pour me l'approprier pleinement. Elle avait beaucoup changé, elle aussi. Elle était plus... Femme. Son corps s'était épanoui, de jolies formes sculptant sa silhouette.
Je retins ma respiration, un bref instant, alors qu'elle rabattait ses jupes pour me soustraire une partie du spectacle. Fut une époque, elle se serait bien fichue de ce que je pouvais entrevoir, en vrai garçon manqué. Elle avait conservé cette combativité, cette audace, mais une touche plus féline étaient venue nuancer le tableau. Cela ne la rendait que plus attirante encore, d'autant plus à voir ses joues se rosirent adorablement. Je tombais amoureux, une seconde fois.

Je l'observai descendre avec souplesse et songeai subitement à respirer à nouveau, dans un rire bref qui me vint si naturellement.

- Voilà bien une chose qui n'a pas changé, en effet.

Je ne m'en étais pas rendu compte, moi non plus, avant qu'elle n'en fasse la remarque. Nous avions la même taille autrefois, si elle n'était pas plus grande de quelques centimètres... Et maintenant, je la dépassais de presque une tête. J'avais eu plus de mal à bien m'étoffer, malgré l'entraînement rigoureux que je subissais... Ou peut-être à cause de cela. Je ne ressemblais plus tellement à celui que j'étais, il y a quelques années. Il était plus compliqué d'expliquer, par le biais de lettres, tous les changements qui pouvaient s'opérer en son absence.

Je lui rendis un sourire narquois et entrai immédiatement dans son jeu.

- Et toi, tu es devenue une parfaite petite princesse, ma parole... Je m'attendais presque à te retrouver engoncé dans une armure. Alors, avoues. Tu t'es habillée pour l'occasion ?

Je lâchai à nouveau un rire avant de céder à cette envie débordante de la toucher à nouveau. J'enlaçai mes mains avec les siennes, les tenant entre nous. Elles étaient douces, bien plus que dans mon souvenir, mais sa poigne était solide. A croire que le petit chat sauvage avait vraiment laissé sa place à une fière lionne...

- Tu m'as manqué, Nyméria.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Mar 1 Déc - 8:58

Je l'observais attentivement. Oui, il avait grandi, sans pour autant s'étoffer beaucoup. Mais je sentais une certaine aisance dans ses mouvements, une aisance qui ne pouvait être apportée que par un travail rigoureux du corps. Tout comme j'avais changé pour ne plus vraiment ressembler à l'enfant que j'étais avant, il ressemblait plus à un homme.
Et moi, j'avais pris sur moi pour m'approcher de la parfaite petite princesse, même si j'en étais encore loin. Ce n'était pourtant pas faute d'efforts. Ma mère elle-même n'en était pas revenue, quand mes professeurs étaient venus lui faire part de leur étonnement de me voir présente et assidue la majeure partie du temps. Les livres s'entassaient sur mon chevet. Et même quand je partais loin du château, c'était pour mieux lire les livres auxquels on ne m'aurait probablement pas laissé accéder. Je ne pouvais toujours pas souffrir la couture, la broderie, et toutes ces autres disciplines dont je peinais à trouver l'intérêt. Mais au moins, je faisais un effort pour les bonnes manières, la conversation, la danse, l'histoire, la géographie, la politique, etc.

Son sourire narquois me fit sortir de mes réflexions, me ravissant plus que je n'aurais osé l'avouer. J'avais tellement d'appréhension à propos de ce moment, que de voir que nous étions toujours aussi complices m'enlevait un poids certain des épaules. Restait à savoir s'il m'accepterait telle que j'étais devenue. Je pointais un doigt ferme vers son visage avant de répondre avec un sourire en coin.

« Tu devrais effectivement te méfier. Je peux encore aller chercher mon armure et mon épée. Elles sont un peu cabossées après ce que je leur ai fait subir, tu as de la chance que je n'aie pas eu le temps de me changer. »

Après une courte pause, je repris immédiatement.

« Non, en fait, tu as de la chance que je sois assez intelligente pour mettre toutes les chances de mon côté, voilà tout. »

Avec un sourire satisfait, je le laissais comprendre ce qu'il voudrait de cette phrase.

« Et puis je voulais voir ce que tu penserais de moi si je me déguisais en ... »

Ses mains attrapèrent les miennes, me coupant net dans ma tirade. Un frisson me parcourut toute entière. Alors que nos doigts s'entrelaçaient, son expression se fit plus tendre et sa voix plus posée. Il me désarmait. Il n'y avait que lui qui en était capable. Les mots qu'il prononça firent s'envoler des millions de papillons dans mon ventre. Pour cacher mon trouble, je lui fit un sourire où je mis tout l'amour que j'avais pour lui, avant de poser doucement ma tête contre son torse. Je murmurais presque :

« Tu m'as manqué aussi, Ronnel. Il va être très difficile de me séparer à nouveau de toi, pour je ne sais combien de temps encore, cette fois. »

Je serrai doucement ses doigts dans les miens, amenant ensuite sa main à mes lèvres. J'y déposais un baiser léger, avant de m'abandonner au moment présent.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Mer 2 Déc - 22:39


Je lui rendis un regard interrogateur, tandis qu'elle pointait ce doigt devant mon visage... Mais son sourire en coin m'en disait déjà long sur ce qu'elle allait me dire. Le mien ne me quittait pas. Je me rendais compte que, même si nous avions tout deux changés, certainement autant physiquement que mentalement, notre relation était restée la même. J'étais resté un rêveur avec elle, peut-être bien parce que nos lettres échangées avaient constitué la seule distraction dans ce long apprentissage pour devenir Roi. Elle n'avait certainement pas conscience à quel point son souvenir avait nourri ma résolution. Et maintenant que nous nous retrouvions enfin, après toutes ces années, je devrais la laisser repartir à nouveau ? Non, ça n'arriverait pas.

Je lâchai un bref rire en réponse.

- Après ce que tu leur as fait subir, vraiment ? Tu avais décidé de t'entraîner, même ici ?

Elle avait beau mettre une robe, je me rendais compte qu'elle n'avait pas délaissé son armure pour les parchemins. Pourtant, son écriture s'était considérablement améliorée ces derniers temps, ce qui m'avait laissé croire que la petite sauvage que j'avais connu avait fini par se ranger et se consacrer aux livres... A moins qu'elle ne fasse les deux, à s'entraîner le matin et lire le soir, comme je me retrouvais souvent à le faire.

- Si je n'avais pas peur de créer un incident diplomatique entre nos deux maisons, j'aurais bien vérifié tes progrès.

Je lui rendis un regard de défi, auquel je le savais, elle serait sensible. Nyméria ne se défilait jamais et avait constamment quelque chose à prouver, ou à se prouver. En cela, nous n'étions pas bien différents. Je n'avais encore jamais eu à croiser avec une femme, mais je ne doutais pas qu'elle se défendrait farouchement. Seulement moi aussi, j'avais fait un certain nombre de progrès, et vu les entraînements auxquels on m'avait astreint, je ne me laisserais pas vaincre aisément.

J'arquai un sourcil à sa remarque suivante. Mettre toutes les chances de son côté, n'est-ce pas ... Je n'avais pas besoin qu'elle précise sa pensée.

- Alors ma Lionne se fait belle pour les grandes occasions ?

Je la pris un peu de court en rompant si vite la distance imposée. Je m'apercevais non sans plaisir qu'elle ne restait pas de marbre devant la plus petite de mes attentions. J'avais craint que les choses n'aient changées entre nous... Je me rendais finalement compte qu'elles avaient effectivement changées, mais en bien. Elle était plus belle que jamais, plus... Royale aussi, tout en restant la même au fond. Le temps lui avait fourni des armes bien plus redoutables que sa seule lame, et plus aptes à me prendre au dépourvu. Elle avait même en définitive appris à s'en parer.

- Te déguiser en ...? Tu es une princesse, Nyméria. Impossible de le nier, encore moins maintenant qu'autrefois.

Je me tus et retins mon souffle, devant ce sourire si resplendissant qu'elle m'adressait. J'oubliais aussi subitement toutes les taquineries que nous pouvions nous adresser. Je refermais mes bras autour d'elle, la serrant contre moi avec force, mais avec douceur aussi. Je posai ma joue contre le haut de son crâne. Je respirais son odeur et me la réappropriais. A ses mots, j'eus encore moins l'envie de défaire ma prise.

- Je n'ai pas l'intention de te regarder partir indéfiniment, Nyméria. Je ferais tout mon possible pour que tu me reviennes... Et que nous n'ayons plus jamais à nous quitter.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Mar 8 Déc - 12:25

« M'entrainer ? Mieux que ça. Monsieur ne s'en est probablement pas rendu compte depuis son confortable trône dans la tribune, mais j'ai participé à la mêlée du tournoi. »

J'en étais fière, oui. Je me rendis compte que ça devait se lire sur mon visage, en regardant Ronnel. A l'instant où le dernier mot passa mes lèvres, cependant, j'eus soudain très peur. Qu'allait en penser Ronnel ? Il connaissait mon appétence pour les choses réservées à la gent masculine, et mon dégoût des domaines réservés aux femmes. Mais n'allait-il pas préférer la Nymeria féminine à ses côtés, plutôt qu'un énième chevalier ? Me forçant à reprendre une contenance, je me mis à plaisanter.

« Et en plus, j'aurais gagné si ces fichues armures n'avaient pas un champ de vision si réduit. Non mais franchement, comment veux-tu combattre quelqu'un avec ce truc quand tu ne peux même pas voir une vache à 20 pieds devant toi ? »

Je me mit à rire. De ma défaite stupide, de ma réplique stupide, de mon questionnement stupide. Décidément, suivre ces cours que ma mère voulait que j'assimile semblait vraiment me transformer en une créature étrangère. Et pourtant il me provoquait, comme toujours, me proposant un combat.
Mes yeux durent s'allumer au son du défi, car il me rendit un regard satisfait. Il savait bien que j'avais besoin de prouver que j'étais tout aussi capable qu'un homme. C'était d'ailleurs la raison principale de ma participation au tournoi. J'avais besoin de me prouver que j'étais capable de combattre, que j'étais capable de me défendre. Quelque part, je le savais déjà. J'avais pu comparer mon corps à celui de Megara, quelques fois, et je voyais bien une différence. J'étais plus élancée, plus ferme à certains endroits, plus endurante pour certaines choses, plus énergique même parfois. Je ne serai jamais assez musclée pour gagner contre ces chevaliers qui travaillaient leurs corps en s'entrainant avec de lourdes armures et épées à longueur de temps. Mais j'étais plus rapide, et souvent plus futée. Avec un sourire provoquant, j'énonçais :

- Je suis certaine de gagner. »

Pour toute réponse, il se mit à me taquiner sur ma tenue. Je réprimait tant bien que mal la chaleur qui montait à mes joues. Il se trouve que j'avais voulu me rendre au bal masqué, dans l'espoir d'y croiser Ronnel, avant de recevoir son message pour le rejoindre ici. Et quand bien même cela aurait été spécialement pour lui, je n'avais en fait pas envie qu'il le sache.

« Je voulais aller au bal. » Avouais-je, avant d'ajouter précipitemment. « Pour te voir, ne te méprends pas, je n'ai pas changé à ce point. »

Avec une grimace sans équivoque sur ce que je pensais de ce genre de festivités, j'espérais le faire rire. Mais l'instant prit une tournure plus douce et romantique. Dans ses bras, je me sentais vivante. Autant que sur le terrain avec mon épée dans les mains. Peut-être même plus. Et si je voulais que ces bras ne soient qu'à moi, il me faudrait travailler encore bien dur, et finalement affronter la lionne en chef.

« J'en suis une, oui, mais j'ai bien peur que tout le monde ne soit pas de ton avis. Et il ne faut aucun doute sur ce fait si je veux arriver à mes fins, si je veux pouvoir être à tes côtés. »

Il me serra avec intensité, et je sentis son désarroi. Je me pressais un peu plus contre lui, comme pour m'imprégner de sa présence, comme si nous pouvions fusionner. Puis je le repoussai un peu, restant tout de même au sein de son étreinte, pour le regarder dans les yeux avant de dire, avec une gravité qu'il ne me connaissait pas :

« Je ferai tout mon possible également. Je te le promets. Même si pour ça je dois abandonner ma liberté. Pour toi, je le ferai. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Mer 9 Déc - 21:58


Difficile de dissimuler ma surprise, quand Nyméria m'annonça fièrement avoir participé à la mêlée du Tournoi. Je comprenais subitement mieux l'origine de ces ecchymoses qui ornaient ses jambes... Que j'avais, bien entendu, pris le temps de détailler. Ainsi, parmi tous ces chevaliers engoncés dans leurs lourdes armures, se cachait ce petit brin de femme qui n'était autre que Nyméria. Je me pris à me remémorer la mêlée, à mettre un visage sur chaque combattant, afin d'identifier lequel aurait pu être la jeune femme. Elle n'avait pas dû faire partie des derniers encore debout cependant... Parce qu'ils brillaient tous par leur réputation, si ce n'était par leurs armoiries.

- Vraiment ? Je suis étonné que l'on ait pu te laisser participer à un tel événement... J'espère que personne ne s'en est rendu compte. Ca aurait pu mal finir, Nyméria.

Je fronçai les sourcils, vaguement préoccupé par la sécurité inhérente aux festivités qui était négligée... Et surtout qu'elle ait pris autant de risques pour croiser le fer. Il arrivait parfois des incidents notables durant les Joutes ou les Mêlées, qui coûtaient la vie à quelques malchanceux. C'étaient les risques et nous les connaissions tous. Je ne m'en préoccupais pas tellement en temps normal, mais là, il s'agissait d'une princesse de l'Ouest et surtout de Nyméria.

Je laissai mes préoccupations s'évanouirent pour ne pas gâcher nos retrouvailles, surtout à l'entendre se plaindre des armures qu'on forçait les combattants à revêtir. Il ne servait à rien de la sermonner, le mal était fait, et au moins elle était indemne. Mon sourire revint progressivement, en coin, rallumant cette lueur amusée dans mon regard alors que je songeais subitement...

-  Laisse-moi deviner, l'armure rouge, sans armoirie, c'était toi ? Ce sont les Dorniens qui ont remporté la Mêlée, malgré leurs armures... Ils n'en utilisent pas, dans leurs terres arides. Alors il va falloir trouver une meilleure excuse pour justifier ta défaite que tes difficultés à repérer une vache !

Je me joignis à son rire, si léger et communicatif. On dirait qu'elle était fin prête à croiser le fer avec quiconque se dressant sur sa route. J'avais l'envie d'éprouver sa volonté à en découdre même si je me doutais déjà, rien qu'à croiser son regard, qu'elle ne se laisserait pas vaincre si aisément. J'avais déjà la certitude que, même si je parvenais à l'emporter, elle n'aurait de cesse de se relever pour me défier à nouveau jusqu'à l'emporter à son tour. Mon rire se raviva devant cette certitude qu'elle affichait.

- N'en sois pas si sûr. J'ai plus d'entraînement que toi. Je ne suis pas un adversaire à prendre à la légère.

J'étais persuadé qu'elle s'était fortement appliquée à l'épée, certainement bien plus que dans toutes autres enseignements plus théoriques, mais je doutais qu'on la laissait s'entraîner aussi souvent que moi à cette discipline. J'avais passé mes journées à m'échiner contre mes maîtres d'armes, à chuter et me relever inlassablement jusqu'à leur donner enfin du fil à retordre. Je ne me laisserais pas abattre si facilement non plus. J'avais fait énormément de progrès, en si peu de temps... Et je brûlais d'envie de lui montrer. Car comment pourrait-elle respecter, et aimer, un homme qui n'était pas capable de la mettre en difficulté sur son propre terrain ?

Je penchai la tête, avec un air interrogateur au visage, quand elle me mentionna sa volonté de se rendre au Bal. Je venais de la soustraire à ses festivités et avais eu un mal fou à en réchapper moi-même pour passer du temps avec elle... Espérant ainsi lui faire plaisir. J'ouvris la bouche et la referma aussi vite dans un mince sourire en écoutant ses justifications. Pour me voir, vraiment...

- C'est adorable.

Je venais de le souffler dans ce même sourire, en me penchant vers elle, sur un ton aussi taquin que sincère. Je repris peu à peu mon sérieux, en me rendant compte à quel point ce statut de princesse pouvait parfois la peser... Et surtout à quel point elle s'était démenée pour être à la hauteur, au point de tordre sa nature, uniquement pour s'assurer une place à mes côtés.
Je n'avais plus rien à dire, après de telles confidences. Je la conservais dans mon étreinte, et refusais de la laisser s'échapper à nouveau. Après une longue minute de silence, j'embrassai finalement sa tempe, avant de lui relever la tête d'une main. Mes doigts effleurèrent sa joue puis s'attardèrent sur ses lèvres. Je lui rendis un fin sourire, confiant. J'avais baissé d'un ton, lâchant comme une confidence :

- Nous avons évoqué l'idée du mariage avec ma mère et ... L'Ouest lui paraît une alternative intéressante pour sceller l'amitié qui lie déjà nos deux royaumes. Elle comptait en parler à tes parents avant leur départ de Goeville, voir ce qu'il était possible de faire en ce sens.

Je marquai une pause, guettant sa réaction.

- Je lui ai avoué les sentiments que j'éprouvais pour toi, Nyméria. Elle n'a pas tellement apprécié ne pas le savoir plus tôt, mais elle ne s'est pas opposée à ce que j'émette une condition auprès des tiens. Je veux leur demander ta main, dès que l'occasion me sera laissée.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Ven 22 Jan - 22:38

Avec un sourire mi-amusé, mi-gêné, j'avouai sur le ton de la confidence.

« C'est grâce à Gareth que j'ai pu participer. Pas un mot, je ne tiens pas à ce qu'il ait des problèmes. »

J'observais un instant Ronnel alors qu'il paraissait réfléchir sérieusement. Il avait presque l'air inquiet. Je m'abstins de juger cette réaction, tout en craignant qu'il ne me sermonne pour m'être mise en danger. Au retour de son sourire en coin, je ne pus retenir un sourire soulagé.

« Tu sais que Gareth m'a dit exactement la même chose tout à l'heure ? Je te rappelle que j'apprends le combat en cachette, alors je pense effectivement être loin du niveau des Dorniens, même si j'en rêve. En plus, là-bas, les filles se battent aussi. »

Je me mit à rire de la bêtise qui allait passer mes lèvres.

« Et puis je n'ai aucun problème à repérer les vaches, je te vois bien, toi ! »

Je m'éloignais de lui d'un bond léger et félin, riant toujours.

Lorsque l'on revint à des sujets plus doux, je me laissais finalement de nouveau approcher. Me tenir ainsi contre lui me remplissait d'une sérénité que je n'avais jamais trouvé ailleurs. Je pris le parti de tirer profit de chacune des secondes de ce moment en restant silencieuse. Jusqu'à ce qu'il reprenne la parole, prononçant des mots qui me firent manquer un battement de mon coeur.

« Alors j'en parlerai à ma mère le plus tôt possible. J'aurais tout le temps de parler à mon père quand elle sera dans le nord. »

Les yeux fermés sous ses caresses, je les rouvris enfin pour croiser son regard, et m'y noyer.

Spoiler:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Dim 24 Jan - 17:14


J'ouvris la bouche, pour la refermer bien vite sur un mince sourire, alors qu'elle me révélait le nom de son complice lui ayant permis de participer à la mêlée. Gareth Kenning... J'aurais dû m'en douter. Je cernais encore mal ce jeune noble, mais j'avais eu connaissance de l'amitié profonde qui les liait, par Nyméria elle-même. Je ne pouvais m'empêcher d'éprouver une pointe de jalousie à son égard, même si elle m'avait certifié qu'ils n'étaient que des amis. Lui était constamment à ses côtés, quand il m'était impossible de l'être. Je comptais bien faire en sorte que la donne change.

- Je sais garder un secret, tu en douterais ?

Je lui rends un regard amusé, parce qu'il est évident que nous sommes tous deux très doués pour garder un secret, avant de me permettre une légère grimace quand elle mentionne à nouveau Gareth... Surtout pour avancer que je répète simplement ses propres paroles. Parfait, lui et moi pensons pareils... Je suis vraiment ravi de l'apprendre.

- Tu devrais peut-être profiter des festivités de Goeville pour te rapprocher de quelques Dorniennes. Leurs techniques de combat sont époustouflantes. Je suis certain que ce serait un magnifique spectacle de te voir danser comme eux semblent le faire en plein combat.

Bien sûr, elle ne pourrait pas apprendre leurs techniques en quelques jours, mais elle pourrait s'en inspirer. Je connaissais bien son goût pour le combat, et ne cherchais pas à la freiner sur ses élans guerriers pourtant peu conventionnels chez une jeune femme. J'aimais autant ce côté-là de sa personnalité que les autres qu'elle revêtait, et qui faisait de Nyméria une femme unique à mes yeux.

Elle m'échappa, l'espace d'un instant, sur une boutade si ridicule qu'elle réussit tout de même à me faire rire.

- On verra si tu me repères toujours aussi facilement, en pleine mêlée, petite Lionne.

Un vrai chat sauvage, mais elle se laissait tout de même approcher, étrangement apaisée quand nous maintenions le contact. Un sourire songeur se dessina sur mes lèvres quand elle me confirma qu'elle en parlerait au plus vite à ses parents.

- Parfait. Mettons toutes les chances de notre côté. S'ils sont prêts à accepter cette alliance maritale... Je leur ferais comprendre sur qui mon choix s'est porté et là où est leur intérêt, peu importe ce que pourra leur souffler ma mère en retour.

Je n'allais pas mettre en danger notre alliance avec l'Ouest, seulement... Cela ne leur coûtait rien d'accepter. Ils en retireraient même davantage de bénéfices à marier la cadette à un Roi, d'autant plus s'ils pouvaient en tirer un beau mariage. Ils comprendraient bien vite que je pardonnerais difficilement à l'Ouest de me concéder plutôt l'aînée, et qu'ils n'avaient pas intérêt à flouer un Roi, fût-il un Roi de quatorze ans seulement. Je pouvais me montrer obstiné quand je désirais quelque chose, et bien davantage de par le fait qu'il m'arrivait assez peu de désirer quoi que ce soit pour moi-même.

Nos regard se croisèrent à nouveau, quand elle les rouvrit pour me fixer en retour. Je perdis le fil de mes pensées et retins brièvement ma respiration à cette simple de vision. Et finalement, je cédais à l'envie qui me tiraillait depuis la dernière fois que nous nous étions séparés, puis enfin retrouvés. Mes lèvres vinrent s'unir aux siennes, dans un baiser bien moins maladroit que le premier que nous avions échangés, entre douceur et passion mélangées.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Ven 5 Fév - 10:22

Je soupirai à la mention des festivités, alors même qu'un élan de tristesse me serrait le coeur.

« Quel dommage qu'elles se finissent demain ... J'aurais voulu pouvoir rester encore auprès de toi. »

Au calme, bien nichée dans ses bras, je laissais mon esprit vagabonder en imaginant la discussion que je devrais avoir avec mes parents au sujet de notre avenir. Rien que de songer à en parler à ma mère, un frisson désagréable me parcourut le dos. Heureusement pour moi, elle partait pour le Nord, et j'aurais probablement le temps de mettre mon père de mon côté le temps qu'elle ne revienne avec Lyman et Jeyne. Megara traversa un instant mon esprit, mais je l'en écartais presque rageusement. Elle pouvait bien rester dans l'Ouest avec ses secrets, puisque je n'avais apparemment plus aucune importance pour elle. Elle ne serait pas fâchée de me voir partir, je suppose. Si seulement je savais ce que je lui avais fait pour mériter un tel dédain !
Je me raisonnais soudain. Ce n'était pas le moment de se perdre dans des pensées aussi frustrantes, alors même que Ronnel était là, en chair et en os, contre moi.

Lorsque nos lèvres se lièrent, mon esprit s'envola loin de mon contrôle, me laissant complètement esclave de mes sensations. J'avais envie qu'il n'arrête jamais. Mes mains se crispèrent légèrement sur son pourpoint, dans son dos, alors même que je tentais de ne pas me laisser dévorer par cette sensation de chaleur qui irradiait de mon ventre. Si ce moment pouvait durer toujours ... toujours !
Et puis je le sentis bouger, me poussant doucement contre le tronc de l'arbre, tout en continuant à m'embrasser. A mon grand désarroi je n'eus même pas envie de résister ; tant que nos corps restaient enlacés, je dus m'avouer à moi-même que je n'en avais cure. Nos langues s'entrelacèrent.

Et soudain, mon esprit eut un sursaut de conscience. Avec une grande douceur, je posais mes mains sur son torse et poussai légèrement jusqu'à ce que nous nous séparions légèrement. Je murmurais :


« Nous devrions nous en tenir là, mon amour. »

Avec un doux sourire, je passais le bout de mes doigts de sa tempe au bas de sa mâchoire en une douce caresse, avec un sourire plein d'amour, ne le quittant plus des yeux.
Mais il faisait nuit, déjà. Et le risque que leur plan puisse échouer devenait trop grand. Et dans quelques heures, Nymeria reprenait la route. En prononçant le mot qui suivit, je fis tout mon possible pour empêcher ma tristesse de transparaître.


« Rentrons. »
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    Mar 9 Fév - 11:57


Je n’avais pas envie de finir sur une note aussi négative, à parler de notre séparation prochaine alors que nous venions à peine de nous retrouver. Je cédais à cette envie qui me dévorait depuis l’instant où nos regards s’étaient croisés, l’embrassant comme pour lui clamer tous ces sentiments que j’éprouvais pour elle. Je m’abandonnais à l’instant, profitant de la douceur de ses lèvres, de cette chaleur agréable qui m’envahissait. Avec elle, toutes ces sensations semblaient décuplées. Je la repoussai contre l’arbre alors que mon baiser se faisait plus profond, moins chaste.
Puis ses mains glissèrent de mon dos à mon torse, et cette légère pression qu’elle exerça dessus m’incita à me stopper dans ma lancée et me détacher lentement d’elle. Je lui rendis un regard décontenancé, où naissait à mesure un sentiment d’inquiétude. J’étais déjà à me demander ce que j’aurais pu faire de travers avant qu’elle n’arrête le fil de mes pensées par ce simple murmure.

Un mince sourire ourla mes lèvres. J’hochai la tête, à contrecœur, avant de m’écarter d’elle. Nyméria me rendait quelque peu déraisonnable, et même si je ne pouvais totalement étouffer cette étincelle de déception, je savais qu’elle avait raison, que c’était plus prudent. J’embrassai sa main avant de m’en saisir, tandis qu’elle redessinait mes traits du bout des doigts. Mon sourire se fit plus rayonnant, plus confiant, en réponse au sien. J’entrelaçai nos doigts avant d’enclencher le mouvement.

J’aurais eu envie de lui souffler que ces instants volés étaient bien trop courts, mais je n’allais certainement pas faire l’enfant devant elle. Je profitais uniquement de l’instant, persuadé qu’il y en aurait beaucoup d’autres. Je relâchai ma pression sur sa main quand nous nous rapprochions des gardes, me tournant à nouveau vers elle pour lui glisser dans un murmure aux allures de confidence :

- Je voudrais que tu m’accordes une faveur, Nyméria. J’ai une amie chère qui pourrait m’aider à faire avancer les choses dans le bon sens, si elle venait avec toi… Et qui pourrait aussi nous permettre de continuer d’échanger en toute discrétion, malgré tout. Je préfère que nous restions prudents avec nos correspondances, car nos parents respectifs ne vont pas rater une occasion de les intercepter.

Et peut-être même d’empêcher qu’elles arrivent à leur destinataire… Ce que je n’espérais vraiment pas, mais qui sait ? Je préférais ne rien laisser au hasard, même en ce qui concernait une histoire de cœur.

- Nous nous reverrons bientôt, mon amour. C’est une promesse.

J’employais ces mêmes mots, en parfait miroir, même si je n’étais pas familier. Elle devait l’être aussi peu que moi. Je résistai à l’envie de l’embrasser en guise d’au revoir et me détournai le premier, non sans mal. Quand j’arrivais à hauteur de mes gardes, je m’étais déjà fabriqué un nouveau masque placide et indifférent, qui n’avait rien à envier à ceux de ce Bal.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
"Pour que les choses deviennent possibles, il faut déjà les rêver." [Flashback - Tour II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
» Pour la rentrée, nos admins il faut aider XD
» Il ne faut pas faire traîner les angines [Livre I - Terminé]
» Pour ferrer de gros poissons, il en faut de plus petits
» Première nuit pour beaucoup de choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: